Version classiqueVersion mobile

La traduction épistémique : entre poésie et prose

 | 
Tatiana Milliaressi

Table des matières

Tatiana Milliaressi

Introduction : Traduction épistémique et sciences humaines

Chapitre I. Traduction épistémique et sciences humaines
II. Traduction épistémique des textes anciens
III. Traduction épistémique des textes modernes
IV. Traduction comme transcréation poétique
V. Outils du traducteur

Chapitre I. Traduction épistémique et sciences humaines

Tatiana Milliaressi

La traduction épistémique : structure argumentative et typologie des langues

I. Introduction
II. Typologie des traductions
III. Traduction épistémique : la mise en forme du sens
3.1. La terminologie
3.2. La métaphorisation épistémique
IV. Structure argumentative du discours scientifique
V. Typologie des langues et traduction
5.1. Langues synthétiques / langues analytiques
5.2. Langues flexionnelles : exemple du russe
5.3. Langues agglutinantes : exemple du japonais
5.4. Langues isolantes : exemple du chinois
VI. Conséquences traductologiques
Spiros Macris

Traductologie et sciences humaines

I.
II.
III.
Conclusion

Chapitre II. Traduction épistémique des textes anciens

Alain Lernould

Avant de traduire : quel texte lire ? La question de la naissance du Monde dans le Timée de Platon

Les manuscrits
Les lectures des Anciens dans la tradition platonicienne
Xavier Gheerbrant

Traduire Empédocle, entre poésie et philosophie : comparaison de dix traductions en cinq langues (1838-2016)

I. La dimension synchronique : traduire le travail poétique et philosophique sur la langue
1.1. Les « racines de toutes choses » (fr. 6)
1.2. Les monstres du fragment 61 et l’inscription des néologismes dans le tissu poétique
1.3. Ritournelle et variation
II. Le problème diachronique : traduire Empédocle entre poésie archaïque et philosophie classique
2.1. Le travail sur le vocabulaire de la poésie épique : le lexique des sensations
2.2. L’ontologie et les quatre racines au début du fragment 17
2.3. Le lexique de la pensée : φρήν, νοῦς, leurs dérivés ; πραπίς et μερίμνα
2.3.1. Φρήν et ses dérivés
2.3.2. Νοῦς et ses dérivés
Conclusion
Valentin Decloquement

Traduire l’atticisme : Comment adapter en français une langue artificielle ?

I. L’atticisme : enjeux culturels et sociolinguistiques d’une langue artificielle
II. Le français classique du XVIIe siècle : un équivalent stylistique de l’atticisme ?
Conclusion : à la recherche d’un style classicisant
Anne-Lise Rey

L’auto-traduction chez Leibniz : l’exemple de la structure argumentative de la Dynamique

I. Le jeu entre méthode et style dans l’invention de la science nouvelle
1.1. La dynamique de l’action
1.2. Une singularité méthodologique
II. Le style, un opérateur des variations conceptuelles
2.1. Les correspondances : théâtre de l’élaboration des démonstrations de la Dynamique de l’action
Conclusion. Se traduire : moins pour expliciter que pour convaincre ?

Chapitre III. Traduction épistémique des textes modernes

Natalia Yakusheva

La structure informationnelle dans les textes en sciences humaines : exemple du russe et du français

I. Introduction
II. Approches théoriques de la structure informationnelle de la phrase
2.1. L’approche de l’École de Prague
2.2. L’approche de M. A. K. Halliday
2.3. L’approche de K. Lambrecht
a) Identifiabilité
b) Activation
III. Notre approche
IV. Analyse du corpus
4.1. Omission d’un élément thématique ou rhématique ou d’une conjonction
4.2. Déplacement des éléments à l’intérieur de la phrase
V. Conclusion
Anzhela Dal

Épistémique / littéraire : la traduction du conditionnel (français-russe)

I. Introduction
II. Les emplois du conditionnel dans un corpus littéraire
2.1. Données statistiques
2.2. Emplois
2.2.1. Le conditionnel temporel (futur du passé)
2.2.2. Le conditionnel d’éventualité
2.2.3. Le conditionnel d’atténuation
2.2.4. Le conditionnel épistémique
III. Traduction du conditionnel en russe
IV. Traduction du sens modal
V. Conclusion

Chapitre IV. Traduction comme transcréation poétique

Philippe Sabot

Poïétique et politique de la traduction. Avec et d’après Wolfson

Anglophobie
La traduction entre conversion et diversion
« Tour de Babil »
L’à-peu-près et l’écart : ressources critiques de la traduction-conversion
Pénélope Houwenaghel et Annie Risler

Traduire la poésie signée

Introduction : une question d’inter-culturalité
I. La littérature signée : Une forme littéraire, artistique ?
1.1. Qu’est-ce qu’on appelle littérature signée ? (cf. Julie Chateauvert 2014)
1.2. Qu’est-ce qu’un texte en langue des signes ?
1.3. De la création signée au sign-art
II. Pourquoi la traduction ? Pourquoi traduire la performance signée ?
2.1. Les prémices de la traduction littéraire en langue des signes française
2.2. Traduction par un tiers poète
2.3. Traduction par l’auteur, le bilinguisme-biculturalisme
2.4. La traduction en binôme poète/interprète
2.5. La traduction en équipe, poètes et interprètes : terrain d’expérimentation du festival Voix Vives
III. Traduire une forme vivante : à la limite du texte et de la performance signée
3.1. D’une langue à l’autre, d’un registre à l’autre
3.2. Un spectacle vivant
3.3. La vidéo, une forme d’écriture ?
3.4. Quand le traducteur laisse la place au comédien
IV. L’œuvre traduite
Claire Ellender

Les défis des défauts : comment traduire un défaut d’élocution en langue étrangère ?

Introduction
« P(o)ur homme »
Traduire « P(o)ur homme »
Conclusion
Traduction « P(o)ur homme » (2000) / ‘For (weal) men’
Liliane Santos

Traduire des expressions idiomatiques (et des proverbes) : français, portugais, italien

Introduction
I. Quelques définitions
II. Stratégies de traduction
III. La proposition de Gonçalves & Sabino (2001)
IV. Notre proposition
V. Considérations finales

Chapitre V. Outils du traducteur

Armand Héroguel

Moors ou le regard d’un traducteur français sur un dictionnaire

Introduction
0. Petites précisions terminologiques
I. Objet de la recherche
1.1. Les dictionnaires de traduction juridique en Belgique
1.2. Le dictionnaire de traduction juridique de Moors
II. Problématique
III. Méthode
IV. État de la question
V. Discussion
VI. Conclusion : quelles perspectives de recherche ?
Antonio Balvet

Métriques d’évaluation en Traduction Automatique : le sens et le style se laissent-ils mettre en équation ?

I. Introduction
II. Premiers systèmes de TA, premiers questionnements sur la qualité traductionnelle
2.1. La traduction vue sous l’angle du décryptage
2.2. ALPAC : premiers systèmes de TA, premières métriques d’évaluation
2.2.1. Démarche de l’ingénieur/ressenti du traducteur
2.2.2. L’évaluation par des experts
2.3. Rapide panorama des approches en TA
2.3.1. Systèmes guidés par des connaissances explicites
2.3.2. Systèmes guidés par les données
III. Métriques d’évaluation de la qualité traductionnelle
3.1. Principes généraux des métriques d’évaluation des systèmes de traitement de l’information
3.1.1. Des phrases aux n-grammes
3.2. BLEU, et ses variantes
3.2.1. ROUGE
IV. Synthèse
4.1. Limites des évaluations quantitatives
4.2. Juger sur pièce de la qualité
4.2.1. Erreurs liées au contexte
4.2.2. Erreurs dues à des spécificités linguistiques
4.3. Quand (ne pas) traduire ?
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search