Version classiqueVersion mobile

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 4. La terre : Grémillon et le réel

Visages et poétique de Jean Grémillon

Claudine Le Pallec-Marand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il ne faut pas juger des hommes comme d’un tableau ou d’une figure, sur une seule et première vue : il y a un intérieur et un cœur qu’il faut approfondir […]1 »
La Bruyère, Les Caractères, 1689.

« La lumière, solaire ou artificielle, devenait elle-même un moyen d’expression. Elle augmentait l’aspect tragique ou fantastique des choses, et selon qu’elle éclairait avec cruauté ou mystère un visage que le gros plan rapprochait de nous, elle nous aidait à cette investigation sentimentale qui permet d’estimer plus profondément les choses et les êtres2. »
Jean Grémillon, « Notes », vraisemblablement 1945.

La profusion et la diversité de la mise en scène des visages courent tout au long de la filmographie polymorphe de Jean Grémillon et son usage des gros plans interroge d’emblée le principe d’une logique globale.

En fait, les gros plans de visage sont plus fréquents dans les premiers longs métrages muets, tout particulièrement dans Maldone3 (1927), et donc en parfait accord avec l’importanc...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search