Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 4. La terre : Grémillon et le réel

La scène « ouverte » dans L’Amour d’une femme

Barthélémy Guillemet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le contexte du « réalisme noir » d’après-guerre […], L’Amour d’une femme détonne singulièrement […] par une utilisation des extérieurs naturels qui ne vise pas à créer « une atmosphère », mais au contraire à montrer le caractère changeant et ouvert du monde1.

Cette remarque de Geneviève Sellier, qui pourrait s’appliquer à tout le cinéma de Jean Grémillon, trouve un écho d’autant plus fort dans le cas de L’Amour d’une femme (1953) que ce « caractère changeant et ouvert du monde » peut aussi se retrouver dans des scènes tournées en studio. En effet, deux scènes de L’Amour d’une femme correspondent parfaitement à ces adjectifs et méritent, en ce sens, un examen approfondi, d’autant plus, qu’au regard de l’ensemble de la filmographie de Jean Grémillon, on ne trouve pas de scènes équivalentes dans son cinéma. Il s’agit des deux scènes de dispute entre Marie (Micheline Presle) et André (Massimo Girotti), la première se passe dans l’église en ruine après l’évanouissement de Germaine Le...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540