Version classiqueVersion mobile

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 3. Le feu : Grémillon témoin de son temps

Ceci n’est pas un film colonial : la banalisation du hors-norme chez Grémillon

Delphine Robic-Diaz

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il serait parfaitement abusif et déplacé de qualifier les films de Jean Grémillon de « films coloniaux ». Pourtant, au détour de certains rebondissements, le référent colonial peut surgir à l’écran dans certains titres comme La Petite Lise (1930), Daïnah, la métisse (1932), Pour un sou d’amour (1932), Gueule d’amour (1937), L’Étrange Monsieur Victor (1938), ou encore Le Ciel est à vous (1944).

Dans ces six titres, la colonie refait surface au sein de drames sociaux placés dans le cadre contemporain de la France métropolitaine. L’empire y est donc une simple toile de fond romanesque, voire romantique, jamais pleinement exploitée selon les codes du récit filmique colonial : le recours à l’exotisme est limité à l’étrangeté stylisée d’un décor, à la couleur d’une peau ; de la même manière aucune dimension raciste dans le point de vue sur l’indigène. Le spectacle ici offert est celui d’une France ordinaire y compris dans sa relation délicate à l’altérité. Grémillon se garde bien de promou...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search