Version classiqueVersion mobile

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 3. Le feu : Grémillon témoin de son temps

Grémillon-Renoir : remorques

Jean-François Buiré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand Philippe Roger m’a proposé de participer à un colloque consacré à Jean Grémillon, une recommandation qui figure dans le livre d’entretien de François Truffaut avec Alfred Hitchcock m’est venue à l’esprit : « run for cover. » En cas de doute ou d’incertitude, jouez la sécurité et revenez en terrain connu. Dans la mesure où je suis non pas un spécialiste, mais un amateur de l’œuvre de Grémillon, je me voyais mal traiter une question de fond à son sujet. En application du run for cover, j’ai donc préféré revenir à un constat que j’avais fait de longue date, mais que je n’avais jusqu’alors pas creusé : l’étonnante proximité entre la séquence finale de Gueule d’amour de Jean Grémillon et celle de La Bête humaine de Jean Renoir, le premier sorti en 1937 et le second en 1938.

Deux fins fatales

Fin no 1. Une fois revenu à la vie civile, Lucien Bourrache, surnommé « Gueule d’amour » lorsqu’il était sous-officier dans un régiment de spahis, a subi l’humiliation de voir Madeleine, la jeune...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search