Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Entrez dans la danse avant d’y succomber

David Vasse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est un fait qui n’échappe à aucun spectateur attentif du cinéma de Jean Grémillon : la présence, dans bon nombre de ses films de fiction, d’une scène de danse collective, ou plus exactement d’un état de crise individuel attesté par la manifestation dansée du collectif. Il y a en effet un moment où « faut que ça danse » chez Grémillon, pas seulement à dessein de libérer la convention d’une joie à partager indifféremment, par obéissance à un rituel populaire, mais surtout dans l’idée que la danse, dès qu’elle a lieu, excède les charmes de sa prodigalité festive pour atteindre au domaine de la fatalité.

Certes, faire danser des personnages à l’époque de Grémillon (en particulier à la veille des années 30 jusqu’au milieu des années 40) n’est pas chose rare dans le cinéma français. On pourrait même parler de figure imposée, diversement envisagée selon les périodes. Dans l’effervescence expérimentale des années 20, la danse apparaît comme le summum du mouvement déployé jusqu’à l’ivresse...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540