Version classiqueVersion mobile

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Jean Grémillon à l’épreuve de l’opérette : Valse royale

Marie Cadalanu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Jean Grémillon, cinéaste maudit ». Cette étiquette sous laquelle le cinéaste a été très souvent placé semble avoir légitimé au sein de la réception critique l’élaboration d’une frontière implicite entre ses films dits d’« auteur », dignes d’être reconnus comme des films de Jean Grémillon à part entière, et ses films de commande, à caractère alimentaire et plus impersonnel, auxquels Valse royale (1935) appartiendrait.

Après la rupture de Jean Grémillon avec G.F.F.A (Gaumont-Franco-Film-Aubert) suite à la mutilation du dérangeant Daïnah la Métisse par les producteurs, le réalisateur entame une période pendant laquelle il tourne, principalement à l’étranger – Espagne puis Allemagne – une série de films de commande : Pour un sou d’amour, qu’il refuse de signer, La Dolorosa, ¡Centinella, alerta!, et Valse royale, version française d’une opérette allemande réalisée par Herbert Maish, Königswalzer, qui marque les débuts de sa collaboration avec Raoul Ploquin à la U.F.A. De ces quatre long...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search