Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Le son du vent chez Grémillon

Martin Barnier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour Jean Grémillon les éléments naturels ont une importance particulière1. L’air, le vent ou les tempêtes soufflent régulièrement dans les films du réalisateur de Remorques. Il est assez délicat de juger les moments ventés dans ses films muets. Nous ne savons pas comment ils étaient accompagnés dans la salle. Au cours des années 1920 de très nombreuses solutions sont possibles. Du silence ? Une musique imitative ? Un bruitage2 ? À l’image on peut trouver des bourrasques qui font voler les vêtements et les cheveux, mais avait-on attendu exprès que le vent se lève pour filmer la scène ? Des ventilateurs puissants ont-ils été utilisés sur le tournage, ou bien est-ce fortuit ? Il faut attendre la généralisation du son pour avoir moins de doutes sur la présence éolienne dans les films3. À partir du parlant, les cinéastes, et leurs ingénieurs du son, peuvent souligner la présence du vent. Le son du vent devient un élément fondamental pour expliquer une situation, les sensations des perso...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540