Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Jean Grémillon, pionnier de la musique concrète

Philippe Langlois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Grémillon est connu et considéré comme un cinéaste qui a noué toute sa vie durant un lien unique avec la musique. Cette culture et cette sensibilité liées à l’éducation et au milieu dans lequel il évolue sont repérables tout au long de son œuvre, en particulier lorsqu’il compose lui-même la partition de ses films : Tour au Large (1926), Le 6 juin à l’aube (1946), L’amour d’une femme (1953), André Masson et les quatre éléments (1957-58). L’esthétisme musical de ses films oscille entre deux pôles qui peuvent a priori sembler contradictoires, mêlant une écriture d’inspiration néoclassique qui emprunte également aux voies de la modernité. Tout en développant une écriture tonale et mélodique traditionnelle, Grémillon recourt donc à l’emploi de procédés de création musicaux et sonores inédits. Avec l’aide de son compositeur attitré, Roland-Manuel, il expérimente, détourne l’utilisation normale du système de captation cinématographique, ou encore, tente d’inventer un langage sonore sp...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540