Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Jean Grémillon, le cinéma en noires et blanches

Béatrice Thiriet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Grémillon et la musique

Si Jean Grémillon s’inscrit parmi les grands réalisateurs français, sa première vocation est la musique qu’il écoute et pratique assidûment dès l’enfance. Lycéen à Brest et à Dinan, il passe deux ans au Havre avant de gagner Paris où il s’inscrit à la Schola Cantorum. Violoniste, il est initié à l’écriture musicale par Vincent d’Indy. Il rencontre de nombreux musiciens dont Roland-Manuel à qui il confiera plus tard l’écriture de la musique de presque tous ses films et Roger Désormière qui en dirigera les enregistrements.

Mais c’est d’abord en tant que musicien d’orchestre dans les salles obscures qu’il découvre le cinéma muet. C’est là qu’il se lie d’amitié avec le projectionniste, son futur chef-opérateur Georges Périnal.

Jean Grémillon compose la musique de cinq de ses films Maldone (1928), Le petit Babouin (1932), Le 6 juin à l’aube (1946), Haute-Lisse (1956) et André Masson et les quatre Éléments (1958). Il confiera à Roland-Manuel, Elsa Barraine et Hen...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540