Version classiqueVersion mobile

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Partie 1. L’air : Grémillon et le rêve

Apollon et Dionysos : Grémillon écartelé

Pascal Couté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans La Naissance de la tragédie (1871), le premier livre de Nietzsche, écrit à 26 ans, ce dernier distingue deux principes opposés présents dans le monde et dans l’art : l’apollinisme et le dionysisme. Ces principes qui sont comme des pulsions jaillissant dans le monde, sont dérivés de deux dieux grecs : Apollon, dieu de la beauté, et Dionysos, dieu de l’ivresse. L’apollinisme, c’est avant tout la mesure, et, plus fondamentalement l’incarnation du principe d’individuation. Dans l’apollinisme, les êtres, et en particulier les hommes, sont des réalités distinctes et séparées. Tout à l’inverse, le dionysisme incarne la démesure, l’hybris, le déchaînement des pulsions surgissant de toute part. Les fêtes consacrées à Dionysos prennent la forme de jaillissement d’orgies sexuelles. Toutefois, là où le dionysisme s’oppose frontalement à l’apollinisme, c’est sur la question de l’individuation. Dans l’émotion dionysiaque, chaque homme perd conscience de lui-même, si bien que l’individualité ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search