Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Grémillon et les quatre Éléments

 | 
Yann Calvet
, 
Philippe Roger

Table des matières

Philippe Roger

Ouverture

Prélude
Courante
Sarabande
Passacaille

Partie 1. L’air : Grémillon et le rêve

Yann Calvet

Jean Grémillon, le Grand Œuvre

L’influence de l’ésotérisme sur l’œuvre de Jean Grémillon

Ésotérisme et cinéma
Alchimie des éléments
Philippe Roger

Lumière de Grémillon

Courts et moyens métrages
Hélène Frazik

L’insolite dans le cinéma de Jean Grémillon

« L’insolite est dans la situation » : décalages et apparitions insolites
L’insolite et le tragique
L’insolite comme révélateur du mystère humain et de la part secrète du monde

Partie 2. L’eau : Grémillon et le son

Béatrice Thiriet

Jean Grémillon, le cinéma en noires et blanches

Jean Grémillon et la musique
Influence debussyste dans l’œuvre de Grémillon
Jean Grémillon et la musique de son temps
Les films de Grémillon s’écoutent-ils plus que d’autres ?
Un homme qui chante dans un monde qui résonne
Des Musiciens ou des chanteurs sont filmés en premier plan
« Le ciel est à vous »
Un film en deux chansons
« Les lilas et les roses » : Chanson n° 1
« Sul’pont du nord » ou le chœur des orphelins : Chanson n° 2
André Masson et les quatre éléments : Analyse de la musique originale de Jean Grémillon d’après les partitions et les brouillons conservés à la BNF
Brouillon n° 1
Brouillon n° 2 : séquence A, Geste du peintre Méditation (extrait)
Dans quel genre cinématographique sommes-nous ?
Analyse de la bande-son du film : André Masson et les quatre Éléments
Dans l’atelier du peintre
Le Geste du Peintre
Philippe Langlois

Jean Grémillon, pionnier de la musique concrète

Le cinéaste musicien
La partition rétrograde
Partition sonore
La naissance de la musique concrète
Martin Barnier

Le son du vent chez Grémillon

Le vent de l’amour
Les vents de la mort
Conclusion
Marie Cadalanu

Jean Grémillon à l’épreuve de l’opérette : Valse royale

Une double version révélatrice de la réception problématique de l’opérette cinématographique au milieu des années trente
« Grémillon touch »
David Vasse

Entrez dans la danse avant d’y succomber

Maldone : la danse à l’état d’ivresse
La Petite Lise : courber le destin au son de l’euphorie
Remorques : tournez, tournez, petits nuages

Partie 3. Le feu : Grémillon témoin de son temps

Jean-François Buiré

Grémillon-Renoir : remorques

Deux fins fatales
Mises au point
Grémillon-Murnau
Renoir-Lang
Par-delà la maîtrise
Retour en politique
Benjamin Thomas

Image suggérée, Histoire latente

Le Printemps de la Liberté (1948)

Un film sans images ?
« Le temps n’existe plus »
Faire exister l’espace (et le temps)
Qu’est-ce qu’une fiction historique ? – Images latentes…
Isabelle Mailland

La mise en scène de la guerre dans trois films documentaires

Quelles Guerres ?
Une mise en scène académique de la guerre
Une cérémonie triomphale
Des gestes conventionnels, des tableaux pontifiants
Une mise en scène épique
Le recours à la « voice over »
La structure du commentaire écrit par Jean Grémillon
Le recours au motif épique de « la reverdie », motif lyrique conventionnel
Autres caractéristiques épiques
De nouveaux héros : la geste d’un homme et d’une femme « ordinaires »
Un récit épique qui fait sens
Une mise en scène tragique

Partie 4. La terre : Grémillon et le réel

François Albera

Grémillon : le travail à l’œuvre

Les métiers
Photogénie mécanique : Grémillon et Pierre Hamp
Beauté mécanique
Le travail, essence de l’homme
Artiste ou ouvrier
L’avènement des travailleurs dans Lumière d’été
Dario Marchiori

Expérimenter le réel : les documentaires de Jean Grémillon

Grémillon documentariste
« Tout film peut se ramener à un film documentaire »
Microcosme et macrocosme
L’essayisme de Grémillon
Barthélémy Guillemet

La scène « ouverte » dans L’Amour d’une femme

La possibilité d’un rêve
Le changeant et l’extérieur
Le motif de la dispute
Le genre vacillant
Claudine Le Pallec-Marand

Visages et poétique de Jean Grémillon

Le gros plan de visage dans « l’histoire de la filiation entre Grémillon et l’avant-garde »
Le personnage de Roland dans Lumière d’été comme figure de l’acteur au centre de la mise en scène des émotions et des visages
Visages mutiques et larmes

Les auteurs

François Albera
Martin Barnier
Jean-François Buiré
Marie Cadalanu
Yann Calvet
Pascal Couté
Hélène Frazik
Barthélémy Guillemet
Philippe Langlois
Claudine Le Pallec Marand
Isabelle Mailland
Dario Marchiori
Jean-Dominique Nuttens
Delphine Robic-Diaz
Philippe Roger
Béatrice Thiriet
Benjamin Thomas
David Vasse