Version classiqueVersion mobile

L’autogestion à l’épreuve du travail

 | 
Isabelle Chambost
, 
Olivier Cléach
, 
Simon Le Roulley
, 
et al.

Préface

Jean-Pierre Durand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne peut définir l’autogestion et il faut s’en accommoder ! C’est la polysémie du mot qui fait tout l’intérêt de l’objet ou des objets qu’il recouvre. L’autogestion est à la fois une utopie et des réalisations. En tant qu’utopie, elle est un modèle égalitaire de gouvernement des hommes dans les entreprises, dans l’administration publique, dans les écoles, dans les universités, etc., à travers lequel tous les avis individuels se valent pour décider des orientations du groupe pour satisfaire l’intérêt général. Parler ici d’utopie, c’est souligner qu’il s’agit d’abord d’un « modèle papier » que l’on peut tendre à réaliser, mais dont les objectifs – en particulier celui d’un égalitarisme absolu – ne sont ni atteignables, ni même souhaitables : les hommes et les femmes conserveront toujours leur singularité et c’est heureux. C’est pourquoi, quand l’autogestion devient un mot d’ordre total ou un idéal, il se charge immédiatement d’illusions et déçoit immanquablement. Cependant, l’autoge...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search