Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Conclusion/Posface

Daniel Thomas

Texte intégral

1L′été 1981, deux universitaires de la Région Picardie – mon collègue Roland Pérez qui, après son mandat de Président de l′UPJV était représentant de l′enseignement supérieur et de la recherche au Comité économique et social régional, et moi-même – étions chargés de concevoir et d′animer des « Assises régionales de la recherche & la technologie », elles-mêmes composantes du débat national que le nouveau gouvernement de l′époque avait décidé d′organiser. Cette double nomination symbolisait, outre le rapprochement entre deux établissements universitaires qui avaient pu être rivaux, l′appel à la pluridisciplinarité – notamment entre sciences de la nature et du vivant d′une part, sciences humaines et sociales d′autre part – ainsi que la prise en compte simultanée des impératifs de la recherche dite « fondamentale » ou « généraliste », i.e. non finalisée, et celle dite « finalisée » ou « appliquée », i.e. débouchant sur des applications industrielles.

2Trente années après cette initiative, la manifestation internationale qui a donné la matière au présent ouvrage, a permis de réunir les responsables de l′époque et au-delà, ce qui nous donne l′occasion d′apprécier le chemin parcouru et d′en valider, ex post, les principes fondateurs.

31 – les investissements en recherche reposent sur des partenariats à plusieurs niveaux : entre centres de recherches et établissements d′enseignement supérieur (universités, grandes écoles), entre ces établissements eux-mêmes, et aussi avec les autres institutions et acteurs économiques concernés par le champ des recherches menées. Cette exigence de partenariat n′est pas seulement la conséquence de budgets de recherche de plus en plus lourds, elle est nécessaire pour réunir des compétences scientifiques dont le potentiel et la singularité peuvent être extrêmement variés.

42 – L′interdisciplinarité n′est pas un slogan creux et ne s′oppose pas à l′approfondissement disciplinaire. Pour reprendre l′image classique, les chercheurs doivent se spécialiser sur un objet de recherche bien spécifié, un terrain identifié, une méthodologie éprouvée ; cette spécialisation est nécessaire pour leur procurer une maîtrise de cet ensemble d′items (objet-terrain-méthodes) leur assurant une compétence distinctive dans l′univers concurrentiel de la science. Pour autant, l′interdisciplinarité est indispensable, permettant ces « regards croisés » sur d′autres objets, d′autres terrains, d′autres méthodes, et à travers ces ceux-ci d′autres traditions scientifiques pouvant déboucher sur des « fertilisations croisées ».

5On donnera comme exemple, entre autres études présentées dans le présent ouvrage, celle menée par l′équipe du Nobel d′économie E. Ostrom dans le bassin amazonien ; recherche mobilisant un ensemble de compétences disciplinaires (agronomie, anthropologie, économie, géographie, sociologie, linguistique).

6Plus près de nous, les analyses présentées dans la dernière partie de l′ouvrage par une équipe de chercheurs en économie de l′université voisine (URCA) et portant justement sur ces items relativement nouveaux que sont les bioraffineries, le Knowledge-Based Bio-Economy (KBBE), l′écoconception, etc sont, à l′évidence, utiles aux scientifiques et technologues concernés directement par ces items, car ces regards extérieurs ne peuvent que contribuer à mieux leur faire comprendre les processus dans lesquels ils sont engagés.

73 – Recherche généraliste et recherche finalisée ne sauraient être opposées ; l′une et l′autre nécessitent des items bien identifiés en termes d′objets, de terrains et de méthodes, une implication des chercheurs, une aptitude au dialogue, etc. Nous avons tendance à dire que la seule distinction à faire est entre « bonne » et « mauvaise » recherche, ces qualificatifs portant non pas sur la catégorisation – plus ou moins fondamentale ou plus ou moins appliquée – mais sur la cohérence du programme et le professionalisme de ceux qui le portent. Quant aux résultats, l′histoire de la science et de l′industrie, depuis des siècles, donne maints exemples de progrès scientifiques qui n′ont donné lieu à des applications pratiques que bien après avoir été formulés et, parfois, sans même que les chercheurs concernés le sachent.

  • 1 cf en fiches annexes la présentation de ce pôle et du Centre de Valorisation des Glucides et produ (...)

8Le pôle de compétitivité « Industries et agro-ressources » (IAR), qui a été associé à la manifestation scientifique ayant servi de base à cet ouvrage, illustre bien – à notre sens – ce triple constat1 :

  • partenariat renforcé entre laboratoires de recherches, établissements (URCA, UPJV, UTC….) acteurs économiques (Tereos-Syraln Champagne Céréales-Agro-industrieRecherches et Développement, Cristal Union, Roquette, Soufflet, Sofiproteo,…) et institutions (régions Champagne-Ardenne et Picardie, État français, Union Européenne)
  • indisciplinarité effective, à l′intérieur des sciences de la nature et de vie – avec la convergence des biotechnologies de la « chimie verte » et du génie des procédés – et entre celles-ci et les SHS (Sciences Humaines et Sociales)
  • complémentarité entre recherche généraliste (financement université, CNRS….) et recherche finalisée (sur appels d′offres nationaux, européens, internatinaux) qui peuvent être le socle de projets à visibilité mondiale, comme l′Institut d′excellence d′énergie décarbonée « Picardie Innovation en Végétal Enseignement Recherche et Technologie : PIVERT » en Picardie.

9Notre conviction en effet – et cet ouvrage en témoigne – est que les redoutables défis que le monde contemporain doit affronter – développer les agro-ressources et préserver l′environnement – ne doivent pas faire l′objet de stratégies alternatives, mais être envisagés dans une approche volontariste de progrès. La science n′a pas de recettes miracles à proposer dans cette perspective, mais sa contribution sera, en toutes hypothèses, essentielle.

Annexes

Fiche annexe 1

Le Pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressources (IAR) Champagne-Ardenne Picardie

Le Pôle de Compétitivité « Industries et Agro-Ressources » a vocation à rassembler les acteurs de la recherche, de l′enseignement et de l′industrie de Champagne-Ardenne et de Picardie, régions reconnues pour leur potentiel agricole, autour d′un axe commun : les valorisations non alimentaires des agro-ressources : bioénergies, agromatériaux, biomolécules, ingrédients et actifs.

Le Pôle IAR ambitionne de devenir en 2015 la référence européenne des valorisations non industrielles des agro-ressources Pour atteindre cet objectif ambitieux, le Pôle de Compétitivité IAR a défini 4 domaines d′actions stratégiques regroupés sous le concept de bioraffinerie.

Ces axes stratégiques sont au cœur des enjeux du développement actuels et futurs : augmentation durable des prix des matières premières et de l′énergie non renouvelable, compétitivité internationale, développement durable, protection de l′environnement, santé et sécurité des consommateurs.

La mise en place d′un cadre réglementaire de plus en plus strict, tant au niveau national qu′européen traduit ces préoccupations.

La finalité et la stratégie du pôle Industries et Agro-ressources est de réunir les compétences et les technologies d′extraction, de transformation et de formulation des composants de la biomasse, permettant d′effectuer toutes les étapes, depuis le laboratoire jusqu′au développement industriel d′un projet innovant, s′inscrivant dans une perspective de développement durable :

  • en intensifiant les partenariats au niveau des deux régions par l′organisation de l′adéquation offre demande des secteurs industries – recherche – agroressources et le soutien aux projets en résultant,
  • en intégrant des savoir-faire extérieurs par une ouverture à d′autres territoires nationaux ou internationaux dans une stratégie d′alliance,
  • en développant un outil d′intelligence économique spécialisé dans les opportunités de substitution au carbone fossile mais également dans la création de nouvelles fonctionnalités,
  • en adaptant et mobilisant les ressources végétales nécessaires aux usages industriels concernés.

Le Pôle I. A. R crée un écosystème favorable au développement de projets innovants de valorisation des agro-resources. C′est d′abord et avant tout un lieu de rencontre entre le secteur marchand et non marchand, entre l′industrie et la recherche qui assure :

  • l′accompagnement de projets de recherche et développement (de l′idée… au financement)
  • l′animation et mise en réseau des compétences interrégionales
  • le montage de partenariats et de missions à l′international
  • l′information et veille stratégique
  • la promotion et la communication

Le Pôle IAR monte des missions internationales et accueille des délégations étrangères afin de nouer des partenariats technologiques et industriels dans le domaine de la valorisation du végétal. Un très grand nombre de projets de Recherche et Développement (R & D) d′envergure internationale ont déjà été lancés, couvrant quatre marchés cibles : les bioénergies, les agromatériaux, les biomolécules et les ingrédients végétaux. Des relations privilégiées se sont instaurées avec plusieurs clusters internationaux au Canada, en Finlande, en Hongrie... et une collaboration étroite est entretenue avec la Région de Wallonie en Belgique.

Source : Pole IAR www.iar-pole.com

Fiche annexe 2 : Le CVGPN : Centre de Valorisation des Glucides et produits naturels

L′innovation végétale au service du développement industriel

Depuis 20 ans, le fractionnement du végétal au service de l′innovation produit est au coeur du métier du CVG, Centre de Ressources Technologiques dans le domaine des agro-ressources, partenaire du Pôle de compétitivité à vocation mondiale « Industries et Agro-Ressources ».

Ses compétences en génie des procédés, en génie chimique et enzymatique lui permettent aujourd′hui de tirer le meilleur parti du potentiel des agro-ressources et des coproduits.

Une approche pluridisciplinaire et transversale confortée par une solide expérience de terrain, des partenariats avec des équipes scientifiques de renom lui permettent d′apporter des solutions originales et innovantes dans des secteurs aussi divers que la chimie verte (énergétique, lubrifiants, biomatériaux) la chimie fine, l′alimentaire, la diététique, la nutraceutique ou la cosmétique.

Ses actions s′inscrivent dans une démarche de développement produit « clés en main », depuis la validation de concept jusqu′au transfert industriel, elles s′appuient sur une expérience des marchés et des besoins industriels et reposent sur des compétences éprouvées scientifiques et technologiques.

Le CVGPN dispose de trois services à l′innovation pour conduire ses actions :

  • Études et Management de projets innovants
  • Recherche et Développement sous contrat
  • Plate Forme de Services (essais unitaires et production à façon) qui permet de valider des choix technologiques et de réaliser des préséries industrielles.

Source : CVGPN www.cvgpn.com

Notes

1 cf en fiches annexes la présentation de ce pôle et du Centre de Valorisation des Glucides et produits naturels (CVGPN) qui lui est associé.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search