Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Cinquième partie. Applications industrielles des agro-ressources

Quelle coordination des scientifiques en chimie doublement verte ?

Estelle Garnier

Texte intégral

1Au cours des années 1980, l′industrie agro-agroalimentaire intègre un ensemble de « biotechnologies » liées au fractionnement des matières premières agricoles pour les transformer en produits intermédiaires dont certains usages s′orientent vers le non alimentaire (Broussole et Brulé, 1989). Par ailleurs, les acteurs de la chimie qui avaient (re) commencé à explorer de façon systématique la possibilité de substituer le carbone et les aromatiques fossiles par du carbone issu du renouvelable, après le premier choc pétrolier, vont, sur la base des espérances technologiques liées aux biotechnologies développer un ensemble de prises de position sur des brevets dits « biopolymères », qui iront en nombre croissant durant la décennie 1990 (Nieddu et al. 1999, Nieddu, 2000). C′est la raison pour laquelle nous situons l′émergence d′un nouveau système sectoriel d′innovation et de production au sens que lui donne Malerba, (2002)] au cours de cette période. On observe en effet à la fois la convergence de pratiques de recherche autour des nouvelles bases de connaissances et l′émergence de projets portés par des « macro-acteurs » pour structurer de nouveaux espaces d′échanges et des dispositifs institutionnels dédiés. Ces dynamiques conduisent à reconsidérer les relations intersectorielles entre agriculture et chimie, la première passant du statut de cliente traditionnelle à un statut de fournisseur de produits intermédiaires pour la seconde, y compris pour des intermédiaires qui lui sont destinés tels que des phytosanitaires « verts » (Nieddu, Garnier, Bliard, 2010).

2Cette recomposition des relations intersectorielles doit donc être vue comme une construction sociale qui s′inscrit dans le long terme et qui suppose que les acteurs se dôtent de « visions du futur » partagées. Devenue aujourd′hui incontournable dans les documents des plates-formes technologiques de l′Europe et des pôles de compétitivité français, cette notion a été progressivement formalisée et articulée à l′idée qu′il fallait définir les « routes technologiques » permettant d′aller vers cette vision. Les scientifiques deviennent alors la principale « force productive ». Ils mêlent leur expertise aux voix des « stakeholders » capables de peser sur la formation des visions du futur ; et il leur appartient de résoudre les problèmes et de lever les verrous sur les « roadmaps » définies par ces macroacteurs. Cette construction sociale du secteur peut alors être observée à partir de la mobilisation des chercheurs en chimie et sciences de l′ingénieur, sollicités pour produire les solutions attendues. L′unité d′observation devient le projet scientifique soumis à financement car les scientifiques sont incités à se mobiliser pour réaliser leurs apprentissages dans la direction dessinée par les exercices de réflexion stratégique portés par les macro acteurs (Garnier et Nieddu, 2010).

3On a retenu un ensemble de 16 projets liés à la région Champagne-Ardenne, s′étageant de 1994 à 2010, relevant de différents niveaux de financement (régional, national ou européen), tous coordonnés par des français.

  • 1 Utilisé ici par analogie à Griffon qui, en 2006, nous parle d′une révolution doublement verte dans (...)
  • 2 Projet ANR « Une approche économique de l′intégration des dimensions socio-économiques et techniqu (...)

4Au début des années 2000, une nouvelle question vient s′ajouter aux préoccupations des acteurs de ce système en formation. Après avoir évoqué un peu hâtivement une supposée supériorité environnementale des produits utilisant des substrats agricoles, ces acteurs vont subir un ensemble de critiques soit sur la biodégradabilité réelle des composites de molécules issues de pétroles et de « biopolymères », soit sur le bilan carbone et environnemental des productions de l′agriculture industrielle, soit sur les biocarburants, qui les conduit à une réflexion sur l′ensemble des conditions nécessaires pour doter ces produits d′une dimension développement durable crédible. Ils vont alors revisiter les élaborations dans le domaine de l′acceptabilité sociale de la chimie, lesquelles ont pris depuis 1996 la forme d′un concept de « Green Chemistry » fondé sur le respect volontaire de 12 principes. Nous caractérisons donc le champ qui nous intéresse, du fait de cette problématique, et cette attente de la société de « chimie doublement verte1 » (C2V), car il s′avère que l′origine de la matière première ne suffit pas à assurer que les process et le résultat de ceux-ci soient « verts » au sens de la « Green Chemistry2 ».

5Dans une première partie, on présentera un cadre analytique visant à rendre compte de la difficulté des chercheurs à se positionner dans l′univers des sollicitations multiples liées à la C2V et dans la complexité de cet univers.

6Cette référence à la complexité n′est pas de pure forme. En effet, d′une part, le scientifique doit se positionner et se mouvoir dans un univers dont les frontières et les découpages peuvent être variables selon que l′entrée dans la C2V se fait à partir des substrats, des procédés ou des marchés. À chacune de ces entrées, les acteurs associent une façon de construire un « champ » au sens bourdieusien du terme, à l′intérieur duquel ils déploient leurs logiques d′action, avec évidemment des problématiques de recouvrement et de recomposition de ces champs à mesure que la recherche ou le développement technologique rencontrent des problèmes. Ils tracent ainsi des schémas « de la plante entière à la molécule », « des procédés physico-chimiques aux biotechnologies », cherchent à séparer les mondes des matériaux de ceux de la chimie ou de l′énergie pour les réunir ensuite, etc.

7D′autre part, le scientifique doit également jouer entre différents niveaux de modularité. Autant il cherche à se concentrer sur un seul module, celui sur lequel ses compétences et ses chances d′aboutir sont les plus fortes, autant il a besoin de porter une vision de transformation d′un segment plus large, voire d′être capable de représenter le changement d′une filière complète. De plus, il doit composer avec des logiques d′action collective issues de dimensions différentes. Ces logiques d′action différentes de la sienne pourront être celles des membres des autres disciplines scientifiques avec lesquels il collabore, celles des logiques internes des systèmes technologiques avec lesquels son projet devra composer, ou celles des acteurs économiques pour qui les avancées scientifiques doivent être au service de leurs besoins spécifiques, celles de l′acceptabilité sociale de ces recherches.

8On montrera que le scientifique est confronté à une triple complexité et que le déploiement des logiques d′action doit donc être appréhendé comme étant multi entrées, multi niveaux de modularité et multidimensionnels.

9Dans la seconde partie, on propose une analyse empirique du groupe de projets qui reprend ces éléments analytiques, en mobilisant les concepts de promesses technologiques, de mythe rationnel et de management de la transition. À partir de l′observation d′un panel de projets C2V régionaux on aboutit alors à la proposition suivante : les acteurs champ ardennais engagés dans la recherche C2V ne se contentent pas de développer des constructions individuelles en réponse aux appels à projet institutionnel. Au travers des divers projets auxquels ils prennent part, ils mettent en œuvre trois « logiques de projets » qui sont de fait complémentaires. Ainsi ils forment des « systèmes de projets » permettant de répondre à la fois à la question de la cohérence synchronique et diachronique.

La complexité de coordination des acteurs en C2V

10Le mouvement en faveur de l′émergence de la C2V trouve ses racines dans la rencontre d′évolutions structurelles dans l′environnement de deux secteurs d′activité historiques, l′agriculture industrielle et la chimie, qui contraignaient ces derniers à se transformer pour continuer à exister.

11Le premier mouvement concerne le secteur agricole. Depuis les excédents structurels des années 1980 et la réforme Mac Sharry de 1992 de la politique agricole commune (PAC), l′agriculture a renoué avec une recherche active de débouchés dans les domaines autres que l′alimentaire, débouchés qui avaient existé pour elle avant l′arrivée de l′ère du pétrole peu couteux (« cheap oil era »). La réforme avait pour objectif de résorber les excédents de productions agricoles alimentaires en contraignant les producteurs à geler de 5 à 15 % de leurs terres ; les agriculteurs ont obtenu la possibilité de réaliser une production à visée non alimentaire sur ces dernières. Cela a incité les agriculteurs à se constituer en tant que macro-acteur pour chercher à orienter les systèmes de recherche vers des produits leur permettant de valoriser les productions issues de ces surfaces. La stratégie devait fournir aux chimistes des possibilités fournissant de nouveaux débouchés aux divers substrats issus des plantes.

12Le second mouvement concerne le secteur de la chimie. La thèse de la survenue imminente du « peak oil » (Heinberg, 2005) mène le monde de la chimie à chercher des solutions pour disposer de sources de carbone substitut du pétrole.

13Le troisième mouvement concerne également le secteur de la chimie. Il s′agit cette fois des effets de la montée en puissance de la notion de développement durable et de sa déclinaison dans le domaine de la chimie sous la forme de la « chimie verte » (Anastas et Warner, 1998) qui mène à deux types de stratégie de développement du secteur : l′une curative (intervention en bout de chaîne) et l′autre préventive (intervention dès la conception). Cette seconde stratégie va alors pouvoir se combiner à la recherche de solutions de substitution des molécules fossiles et mener à la valorisation des molécules végétales. D′où un autre mouvement de rapprochement entre agriculture et chimie, à l′initiative de la chimie cette fois, dans un but d′adaptation aux évolutions de son paysage afin d′assurer son maintien dans le temps.

14Les acteurs des deux secteurs deviennent progressivement porteurs d′un discours de recomposition intersectorielle en pointant ce qui apparait comme une solution à leurs difficultés sectorielles respectives. Cette solution présente apparemment des facilités de mise en œuvre rapide (les technologies de substitution semblent connues car dans le passé, l′usage des matières premières agricoles en chimie était consistant, le cas des biocarburants qui sont loin d′être une nouveauté, illustrant ce fait). Elle semble, du moins dans un premier temps, rencontrer les attentes sociales en matière environnementale.

15Nous débuterons cette première partie par une section volontairement succincte rendant compte de la position des chercheurs dans la dynamique d′émergence de la C2V (1.1). Puis, dans une seconde section nous nous attacherons à donner les éléments permettant de décrire la complexité du système en formation dans lequel les chercheurs doivent prendre position.

1.1 – Changement technique par la méthode des appels à projet et rôle central des scientifiques

Régulation du changement technologique et méthode dite des « appels à projets »

  • 3 Terme retenu par l′OCDE et repris par de nombreux acteurs : OCDE (2001), The Application of Biotec (...)
  • 4 Notons ici que ce secteur reprend et déborde la C2V qui nous intéresse ici. Sur le plan des marché (...)

16Depuis Lisbonne en 2000 et suivant les théories dites de la « croissance endogène », la stratégie adoptée par l′Union Européenne accorde une place centrale aux activités liées à la recherche et l′innovation. Elle promeut désormais le développement de la « knowledge economy » en tant que moyen d′appuyer l′émergence de connaissances de bases pour de nouveaux secteurs. Dans ce contexte, et compte tenu des défis auxquels l′humanité va devoir faire face (questions liées au développement durable entre autres) et de l′importance des secteurs économiques concernés (la chimie et l′agriculture), les macro acteurs participant à l′élaboration de la politique européenne ont identifié la « bio-based economy » (BBE)3 et les connaissances qui lui sont associées : la « knowledge-based bio-economy » (KBBE) comme des axes prioritaires à développer4 . Un thème entier – « Food, Agriculture and Fisheries, and Biotechnology » – du principal dispositif de soutien à la recherche européenne (les programmes-cadres de recherche et de développement – PCRD) a donc été dédié à ces secteurs.

  • 5 Voir annexes pour une présentation plus détaillée des dispositifs principaux de soutien au projet (...)

17Le mode de fonctionnement courant des dispositifs destinés à soutenir la recherche tels que les PCRD repose sur une mobilisation orientée des chercheurs sur les thèmes identifiés comme prioritaires5. La publication régulière d′appels à propositions de projets – qui revient à définir ex-ante les domaines (et les limites) sur lesquels doivent porter les recherches qui seront financées, leur contenu et les résultats qui en sont attendus, a pour conséquence de faciliter la mobilisation et la coordination des chercheurs dans une direction donnée, et engendre ainsi des apprentissages orientés. On peut de ce point de vue considérer qu′il y a une véritable « méthode » de mobilisation qu′on peut qualifier de méthode des « appels à projet » tant ceux-ci sont devenus le régime habituel dans lequel se meuvent les scientifiques.

18C′est donc « dans un contexte global et bien défini, scientifique et technique mais aussi financier, administratif, politique, social et humain. » (Perrier, 2000, p. 1226) que la régulation du changement technologique vers une C2V est organisée.

Le rôle central des scientifiques

19Au cœur des appels à projet, on constate que parmi les différents types d′acteurs impliqués (e. g. chercheurs, financeurs, industriels) le rôle central est attribué à un type d′acteur particulier. Celui sur lequel aujourd′hui on fait reposer tout le poids du changement est le scientifique. Ce constat générique se décline bien évidement pour le secteur de la C2V. Si dans un projet ce dernier peut intervenir de diverses manières (en tant que concepteur, porteur, coordinateur et/ou encore simple partenaire) on observe, communication de la Commission Européenne à l′appui (fig. 1), que c′est à eux qu′incombe la tâche du passage de l′ère de la chimie à base de ressources fossiles à celle de la C2V. C′est à travers leur activité de production de connaissances que les scientifiques posent les bases de ce nouveau secteur.

Fig. 1 : Les scientifiques porteurs du changement technologique vers la BBE

Fig. 1 : Les scientifiques porteurs du changement technologique vers la BBE

Source : Site du 7e PCRD de la Commission Européenne, page du volet « Food, Agriculture and Fisheries, and Biotechnologies », dédiée à la KBBE, http://cordis.europa.eu/​fp7/​kbbe/​home_en.html

20À cet endroit, il faut bien avoir à l′esprit que, si ce sont les chercheurs qui sont en charge de la transition vers la C2V, ils ne sont pas pour autant « les seuls maîtres à bord ». Comme nous l′avons dit, les projets entrent dans le cadre d′appels à projet, eux mêmes définis au moins partiellement, en fonction des résultats des recherches antérieures et des compétences disponibles. Recherche et politique de recherche sont donc reliées par un mouvement circulaire et ne peuvent être séparés. Et c′est de ce mouvement que s′opère la véritable régulation du changement technologique vers une C2V.

21À l′issue de cette première section, deux éléments ont été mis en avant. D′abord le fait que le changement vers une C2V met en œuvre des cadres organisationnels (« méthode des appels à projet ») visant la mobilisation et la coordination des acteurs. Ensuite, que les « porteurs » de la transition vers une C2V sont clairement identifiés : ce sont les scientifiques. Aussi, fort de ces deux constats, il apparait que le projet de recherche constitue une unité d′analyse pertinente, en tant qu′objet porteur des stratégies non seulement des scientifiques, mais également en tant que lieu de prise en charge de la complexité de la mobilisation et de la coordination des acteurs. Nous proposons dans la section suivante de décrire cette complexité.

1.2 – Caractérisation de la complexité de la coordination

22L′émergence de nouvelles filières suppose qu′une fois que les scientifiques se mobilisent pour le développement d′une C2V, leurs activités de recherche individuelles et donc parcellaires se coordonnent.

23Geels en 2002 (fig. 2) pose l′idée que la transition vers de nouvelles façons de produire met en jeu trois niveaux : celui des niches où des visions initiales des technologies à développer sont testées, celui des régimes sociotechniques où les technologies sont stabilisées, et le niveau du « paysage » des grandes dynamiques et mutations socio-économiques venant peser sur les régimes sociotechniques. Le passage du niveau des niches à celui des régimes se fait non seulement par un mouvement de tâtonnement, d′essais, d′erreurs de sélection, d′abandons, de réajustements, etc. des technologies mais aussi par un « alignement » de ces dernières.

Fig. 2 : La dynamique de mise en place des nouveaux systèmes sectoriels

Fig. 2 : La dynamique de mise en place des nouveaux systèmes sectoriels

24Dans notre cas, on peut considérer que les différentes niches technologiques s′incarnent au travers de la variété des projets scientifiques menés. Et que, pour qu′émerge un régime socio-technologique de la C2V, un ajustement de ces dernières doit se produire. Dans cette seconde sous-section, en nous appuyant sur les travaux de Morin (2005) qui définit la complexité comme « un phénomène quantitatif, l′extrême quantité d′interactions et d′interférences entre un très grand nombre d′unités » (p. 48), tout en précisant que « la complexité ne comprend pas seulement des quantités d′unités et interactions qui défient nos possibilités de calcul » mais qu′elle « comprend aussi des incertitudes, des indéterminations, des phénomènes aléatoires » (p. 48-49), nous proposons au travers de la description des multiples positionnements que doivent envisager les acteurs en charge de la transition vers la C2V, de décrire la complexité de la réalisation de cet ajustement.

La C2V : trois entrées possibles décomposées en champs instables et variables

25La mise en œuvre de nouvelles filières de production relevant de la C2V naît de la rencontre de trois éléments : un substrat auquel on va appliquer un process de transformation dans le but de produire un bien (final ou intermédiaire) pour un marché spécifique. L′entrée des chercheurs dans une chimie verte biosourcée peut ainsi se faire à partir de ces trois pôles différents.

26Dans la pratique, on constate que le choix de l′entrée effectuée par les acteurs pour aller vers une C2V est en grande partie fonction de deux variables. D′une part, il y a leur domaine de compétences : si les savoirs des acteurs portent sur la plante, ils auront tendance à prendre les substrats comme entrée dans la C2V. Et si leurs compétences portent sur la transformation des substrats, leur entrée dans la C2V sera alors celle des process. D′autre part, il y a les opportunités commerciales.

27Cette question du positionnement en termes d′« entrée » ne peut être traitée indépendamment de celle de la prise de position en termes de « champs ». La chimie verte biosourcée renvoie à un domaine très vaste dont le contenu et les contours ne sont pas clairement définis. Aussi, pour se donner de la visibilité, les acteurs intervenant dans ce domaine tentent d′y « mettre de l′ordre ». C′est à cette fin qu′ils raisonnent en partitionnant la C2V. Chacune des trois entrées va de cette manière se voir décliner en divers champs. L′entrée « substrat » va ainsi être décomposée par exemple dans les champs « toutes plantes confondues », « plante entière » ou encore « molécules ». L′entrée « process », va être partitionnée par exemple en « chimie »,« physico-chimie »,« thermochimie »,« biotechnologie », etc. Enfin, l′entrée « marché » va se voir déclinée, par exemple, en « agromolécules », « agromatériaux », « agrocarburants », « agrocombustibles ».

28Si, jusque là, la description de l′entrée dans la C2V peut apparaitre comme un phénomène compliqué mais pas nécessairement complexe, la nature du problème prend un autre aspect lorsque l′on souligne que le découpage des diverses entrées en champs n′est pas quelque chose de stabilisé. Le contenu et les frontières des divers champs cités restent flous, sujets à des débordements et des frictions aux frontières.

29L′entrée dans la C2V peut être faite par le biais d′un pôle unique. Une telle configuration peut, par exemple, être le cas où partant d′un substrat précis, on va tester des procédés de transformation alternatifs de manière à identifier celui qui sera le plus efficace et/ou on va envisager de multiples marchés et chercher à identifier le plus rentable. Mais cette entrée peut également être réalisée en considérant les pôles de manière combinée deux à deux (par exemple, configuration dans laquelle le substrat de départ et le marché visé sont fixés et où on cherche les process offrant les meilleurs rendements tout en respectant l′environnement au mieux), voire tous les trois ensembles. Dès lors les configurations possibles d′entrée dans la C2V se multiplient.

30Cette possibilité de combinaison se décline au niveau des champs. Si l′entrée des chercheurs dans la C2V peut se faire par le biais d′un pôle unique ou de la combinaison de plusieurs, elle peut également se faire à partir d′un champ unique ou de la combinaison de plusieurs champs. Dans ce dernier cas, les champs combinés peuvent appartenir à un même pôle ou à des pôles différents.

31Les combinaisons des pôles d′entrée et, à un niveau inférieur, des champs d′entrées vont faire que les positionnements des projets vont pouvoir avoir un niveau de modularité variable. Ils vont pouvoir aller de la substitution d′un module technique précis (par exemple, l′amélioration des interfaces fibre-matrice dans le cas de production de composites) d′une filière de production, à un segment plus large, voire à la totalité de cette dernière (production de pot horticole biodégradable à base d′amidon, par exemple).

32La multiplicité des entrées dans la C2V à partir des pôles et des champs souligne déjà la grande variété des positionnements possibles des acteurs et donc des projets dont ils sont porteurs. Elle montre ainsi la complexité à aligner ces derniers pour former de nouvelles filières et faire émerger un nouveau secteur. De plus, la C2V affiche explicitement une volonté d′être un secteur marqué du sceau du « développement durable » : plus que pour « les secteurs d′activité traditionnels », les acteurs de la recherche vont devoir se positionner sur des dimensions multiples.

La C2V : un changement multidimensionnel

33La régulation du changement technologique tient à deux grands types de mécanismes : des mécanismes internes au système technique et d′autres qui lui sont externes.

34Le premier type de mécanismes ici cité renvoie au fait que i) quel que soit leur type (radicale ou incrémental) les technologies sont toujours cumulatives entres elles. Et que pour s′imposer elles se doivent toujours d′avoir ii) un certain niveau de complémentarité et iii) de possibilité de combinaison (technologies combinatoires) avec le système technique déjà en place (Gonod, 1991).

35Les mécanismes de régulation externes au système technique renvoient quant à eux à des questions de deux ordres : social et économique. Pour la dimension sociale c′est l′acceptabilité sociale des nouvelles technologies qui est posée ici. Pour la dimension économique, les comportements d′acteurs renvoient à trois questions. 1) Celle de la sélection des technologies appropriables dans un cycle d′accumulation du capital. 2) Celle de l′existence de capacités de production inemployées. 3) Et aussi et surtout celle qui nous intéresse plus particulièrement, de l′arbitrage entre éviter de supporter des coûts de changement systémique ou collaborer pour reformer in fine une filière cohérente et que l′on peut qualifier de « niveau de modularité ». Les acteurs participant au changement technologique vers une C2V ne sont donc pas impliqués dans une mutation à caractère unidimensionnel mais dans une démarche multidimensionnelle. Aussi les scientifiques doivent à la fois gérer leurs problèmes propres de scientifiques (e. g. s′engager dans des projets qui feront avancer leur discipline propre et permettront de faire reconnaître leurs compétences sur une thématique précise) mais aussi l′ensemble des problèmes liés aux autres dimensions qui interviennent dans le succès de la régulation du changement technologique dans les domaines se réclamant du développement durable présentés plus haut.

36Chaque chercheur va pouvoir se positionner sur un compromis spécifique de prise en compte de ces quatre dimensions. Cela, combiné aux multiples possibilités d′entrée dans la C2V ne va faire que complexifier un peu plus l′alignement des compétences et la coordination des acteurs nécessaire à l′émergence de nouvelles filières.

Les conclusions

37Les projets de recherche sont portés par des communautés précises d′acteurs qui partagent une vision particulière du développement à mener pour aller vers la C2V. Si l′on reprend les divers éléments exposés ci-dessus on obtient les schémas suivants :

Fig. 3 : Combinaison générale de la multiplicité des positionnements

Fig. 3 : Combinaison générale de la multiplicité des positionnements

Légende : sont grisées ici les modules des filières prises en charge par les acteurs.

38Par exemple, les chercheurs et les projets dans lesquels ils sont impliqués vont pouvoir être centrés sur une recherche de valorisation d′un substrat de niveau moléculaire pour un marché de produits semi-finis : l′amidon de blé pour des valorisations en plasturgie dans les produits thermoplastiques, par exemple. Ou viser à une valorisation de la plante entière dans des marchés multiples (cas de la transformation des pieds de blé entiers dans un contexte de bio-raffinerie). Ils vont pouvoir aussi avoir pour objectif la prise en compte d′un module technique précis pour un type de plante particulier pour un marché de produits semi-finis : l′amélioration des interfaces fibrematrice dans le cas de production de composite, par exemple. Ou chercher à valoriser une molécule pour un marché très précis : développement de la production de pot horticole biodégradable à base d′amidon, par exemple).

39La multiplicité des choix possibles impose aux acteurs des projets de sélectionner un sentier à explorer parmi la variété des possibles.

II – L′exploration d′un « système de projets » : trois logiques de mobilisation et de coordination dans des projets régionaux

40L′objectif de cette seconde partie est d′exposer les résultats de l′analyse d′un groupe de projets afin de saisir la manière dont les acteurs de la recherche champardennaise engagés dans la C2V gèrent concrètement la question de la coordination diachronique et synchronique de leurs actions dans l′exploration d′un sentier. Le constat fait est que ces derniers ne se contentent pas de développer des constructions individuelles et unitaires en réponse aux appels à projet institutionnels. On défendra l′idée qu′au travers des divers projets dans lesquels ils s′investissent, on a repéré trois « logiques de projet » différentes que nous caractériserons. Ces trois logiques apparaissent à posteriori comme complémentaires et faisant système. C′est donc par cette diversité de logiques que la cohérence synchronique et diachronique de leurs actions émerge

41Avant d′exposer les résultats de l′analyse, nous proposons de débuter cette seconde partie par une section introductive présentant, d′une part, les éléments de contexte et de méthodologie de l′analyse empirique menée et, d′autre part, les outils analytiques permettant de mieux comprendre les dynamiques de coordination (section 1). Une fois ces deux points précisés nous exposerons dans les sections suivantes les trois logiques de projet (section 2, 3 et 4).

2.1 – Contexte, méthodologie et concept analytique

Contexte et méthodologie de l′analyse empirique

42Dans notre première partie nous avons vu que la « méthode projet » était aujourd′hui le « régime de régulation » habituel du changement technologique dans lequel opéraient les scientifiques (section 1.1). De là est venue l′idée de considérer les projets comme des unités d′analyse pertinentes.

43L′objectif étant de produire une analyse plus compréhensive que quantitative, afin de bien saisir les stratégies d′acteur et leur gestion des problèmes de coordination, nous avons pris le parti de travailler sur un panel de projets réduit. Nous avons décidé de nous restreindre à une communauté d′acteurs précise mais pertinente. Aussi, au-delà de la thématique C2V, le second dénominateur commun de l′ensemble des projets retenus est le fait que tous impliquent deux des laboratoires de recherche basés en Champagne Ardenne. Le choix de cette région se justifie d′abord par la carte des pôles de compétitivité français. En ce référant à celle-ci, s′il apparaît que plusieurs régions se positionnent sur la question de la C2V6, la Champagne-Ardenne est celle qui héberge le pôle dédié spécifiquement au domaine : « Industrie et Agro-ressources ». Par ailleurs, il y a une certaine antériorité des recherches sur cette thématique dans la région, qui justifie également ce choix. En effet, contrairement à la vision de Pavitt (1984) qui présente le secteur agricole comme un « secteur technologiquement dominé » par les fournisseurs, il semble que le caractère d′infériorité de l′agriculture est à relativiser [Nieddu, 1998] : les agriculteurs de Champagne-Ardenne ont toujours su s′adapter aux modifications de leur environnement. Aussi, dès le début des années 90 ces derniers ont su s′organiser pour faire face aux changements du milieu dans lequel ils évoluaient et se sont posés des questions quant aux possibilités de débouchés des productions dans des voies alternatives à l′alimentation. Dés 1986, dans la région, « Les débouchés non alimentaires, dont les biocarburants, sont (…) évoqués ainsi que le concept de raffinerie végétale, permettant d′obtenir en un même lieu un ensemble de molécules complémentaires à la fabrication de biocarburants » (Chambre d′agriculture Champagne Ardenne)7. Afin de découvrir de nouveaux marchés dans des secteurs d′activités très éloignés de son cœur d′activité traditionnel, le monde agricole s′est alors tourné vers la science pour lui demander de l′aide. Cette ancienneté de la mobilisation et de l′organisation de la recherche autour des valorisations agricoles non alimentaires en Champagne Ardenne et de l′application de la méthode des appels à projet, dès la fondation de l′ancêtre du pôle IAR (la structure Europol′Agro en 1992), justifie notre choix.

44Pour sélectionner les projets étudiés nous nous sommes donc adressés aux chercheurs de deux laboratoires de la recherche publique champardennaise. Nous leur avons demandé de nous indiquer quels étaient les projets auxquels ils avaient participé, dans lesquels ils étaient impliqués ou ils projetaient de prendre part et qu′ils jugeaient pertinents dans la dynamique d′émergence d′un SSIP. Nous sommes ainsi arrivés à 16 projets. Certains d′entre eux sont déjà très anciens et finis depuis bien longtemps (1994 pour le plus vieux), d′autres viennent juste d′arriver à terme et d′autres sont encore en cours. Les sources de soutien et de financement sur lesquels ils s′appuient sont très variables : ANR, CPER, AGRICE, FEDER, etc. Leur positionnement dans le paysage de la C2V peut être aussi très différent : certains projets, tels que ceux pour le développement de matériaux à base de fibre végétale, ne mobilisent que peu les compétences des chimistes : les transformations sont obtenues par des procédés mécaniques ou physiques. Leurs positionnements le long de la filière de la science vont pouvoir eux aussi être très variables : certains projets ne vont prendre en considération qu′une petite partie de cette dernière, qu′un niveau très spécialisée de celle-ci, tandis que d′autres vont adopter une vision cherchant à englober la totalité de la filière.

45Nos matériaux de travail de base ont été de quatre natures. Il y a d′abord eu les documents définitifs de réponse aux appels à projet tels qu′ils ont été déposés par les porteurs de projet lorsque le niveau de confidentialité des projets le permettait. Il y a ensuite eu les communications sur les projets mises à disposition du public (présentations orales en colloques, posters et articles scientifiques liés, sites internet, etc.). Ce type de matériaux a été mobilisé lorsque le niveau de confidentialité des projets ne permettait pas l′accès à d′autres sources d′information et/ou en tant que complément à d′autres sources d′information. Nous avons également eu des entretiens avec les coordinateurs et/ou les partenaires des projets. Enfin, selon la disponibilité et le niveau de confidentialité, nous avons également pu nous appuyer sur des évaluations ex-post et ex-ante commandées par les financeurs des projets.

46Une fois tous ces éléments à notre disposition, par le biais d′une analyse de contenu (Bardin, 1977), nous avons décomposé les projets. L′objectif de cette analyse était de styliser la nature des projets, les stratégies des chercheurs en C2V et la manière dont ils gèrent la complexité et les problèmes de coordination qu′elle engendre, pour in fine tenter de dégager des grandes logiques d′action. Pour équiper cette analyse de contenu nous avons mobilisé trois concepts analytiques présentés dans la section suivante.

L′univers incertain des mondes de projet

47Pour White, l′activité (et le comportement stratégique des acteurs) « n′est pas dérivée d′un impératif de rationalité (limitée ou non), mais plutôt d′un impératif de recherche de stabilité et de contrôle dans un environnement radicalement incertain ». « Les organisations, à travers leurs stratégies, tentent donc de créer de l′ordre à partir du chaos qui caractérise leur environnement » (White et al. 2008, p. 17). Dans cette sous section, nous proposons une présentation rapide des trois concepts analytiques qui permettent de saisir cette mise en ordre que sont les « technological expectation », les « mythes rationnels » et les « désappointements ».

- Les « Technological expectations »

48L′idée sous-jacente à la notion d′espérance technologique est que les acteurs vont réussir à se coordonner parce qu′ils reconnaissent ensemble le bien fondé de la promesse portée par une technologie spécifique (Brown et al. 2003). La notion d′espérance technologique est un concept nous permettant de décrire le fait que partant de signaux d′évolution de l′environnement, les acteurs cherchent à positionner les avancées scientifiques et technologiques sur des cycles de développements d′opportunités technologiques particulières, à imaginer et à tester des scénarios d′articulation entre l′offre et la demande spécifiques.

- Les « mythes rationnels »

49En fait, les acteurs construisent autour de ces promesses technologiques des « mythes rationnels », des illusions de compréhension du monde qu′ils bâtissent en se basant sur quelques critères objectivables à leur portée, pour faire ensemble un pari sur l′avenir et rendre possible l′action collective (Hatchuel, 1998) ; (Hatchuel et al. 2002). Le mythe rationnel renvoie à des créations conceptuelles qui ne sont « ni des descriptions exactes de ce qu′est l′action à transformer, ni des descriptions de ce qu′elle sera plus tard » (Hatchuel, 1998, p. 190), imaginées par des acteurs qui se projettent dans le temps, se créent des modèles d′action et engagent des actions collectives.

- Les « désappointements »

50Régulièrement les aspirations initiales quant aux technologies sont différentes de ce qu′il advient in fine. Ce phénomène peut donner lieu à des problèmes de déception et de crédibilité (Brown et al. 2003). La soutenabilité de l′effort de transformation du système productif suppose que les dispositifs de justification (i. e les promesses technologiques et/ou des mythes rationnels), en l′absence de résultats encore tangibles, permettent de « faire tenir » la mobilisation des acteurs engagés dans les démarches de la C2V. Aujourd′hui, sur cette question domine une vision : celle du « hypedisappointment cycle » (fig. 4). Ce « folk theorem » décrit d′abord une période de « sur-enthousiasme » suivant un événement générant une pression pour l′innovation. À cette période succède une désillusion liée au fait que les avancées scientifiques et ou techniques ne sont pas à la hauteur des espoirs initiaux que les acteurs avaient mis en eux. Par la suite, malgré les déboires, les acteurs engagés dans une voie technologique continuent de l′explorer. Ils se servent de leur expérience passée pour mieux comprendre ce que l′on peut attendre des technologies et « réajuster » les avantages et les applications pratiques que l′on peut espérer de ces dernières. Enfin, la dynamique se stabilise lorsque les avantages des technologies sont démontrés et reconnus. Le niveau du « plateau de stabilisation » varie selon que la technologie ne s′applique qu′à une niche ou est une technologie largement applicable.

Fig. 4 : La dynamique de désappointement des technologies

Fig. 4 : La dynamique de désappointement des technologies

Source : Brown N. et al. (2005), Researching Expectations in Medicine, Technology and Science : Theory and Method, Position paper for the York workshop of the ′Expectations Network′2005 – Draft June 23rd 2005, p. 4.

51D′un point de vue empirique, pour comprendre la manière dont les phénomènes de coordination se mettent à l′œuvre de manière synchronique et diachronique, c′est à dire aussi la manière dont des patrimoines productifs collectifs émergent et évoluent dans le temps en C2V, il faut donc, dans une démarche narrative visant à l′analyse de contenu, approcher les projets en se posant deux types de questions : comment s′enchainent les diverses promesses technologiques et mythes rationnels dans le temps et quels sont le contenu de chaque mythe rationnel ainsi que les compromis opérés au sein de chacun.

Avant l′analyse des promesses technologiques, des mythes rationnels et des désappointements : deux constats qui laissent supposer une diversité de logiques de coordination

Une mobilisation par les CPER et les autres dispositifs

52Les contrats de projet État Région (CPER) sont des documents qui fixent les engagements pluriannuels de l′État et des Régions sur les grands axes d′une stratégie commune. À travers ceux-ci, les deux parties s′engagent sur une programmation et un financement de projets jugés pertinents et importants pour le développement régional (création d′infrastructures, soutien à des filières d′avenir, etc.). Comme nous l′avons déjà dit précédemment l′économie de la Champagne-Ardenne est fortement marquée par le poids de l′agriculture et de l′agroalimentaire. Par ailleurs, comme le souligne le dernier CPER champardennais, « l′agriculture régionale se caractérise par la place particulière occupée (…) par le développement de la première transformation des produits de grandes cultures. Si la seconde transformation des produits agricoles reste un secteur peu investi en Champagne-Ardenne, la région bénéficie d′une longueur d′avance reconnue en matière d′innovation et de développement économique dans le secteur des nouvelles valorisations des agro-ressources. La labellisation en 2005 du pôle de compétitivité à vocation mondiale « industries et agro-ressources » constitue un espoir important pour conforter le développement économique régional » (CPER 2007-2013, p. 24). Ainsi, parmi les actions programmées dans les divers CPER qui se sont succédés dans cette Région le soutien à la recherche et l′innovation ainsi qu′à la compétitivité des grandes filières agricoles régionales est une thématique récurrente. À titre d′exemple, dans le dernier CPER (2007-2013) le programme d′action établi compte au sein de ses huit thématiques une spécifique intitulée « Soutenir la compétitivité des grandes filières industrielles et agricoles régionales, développer la recherche et l′innovation ». Thématique qui elle-même se décompose en quatre priorités dont l′une est le « soutien aux projets de recherches régionaux sur les agro-ressources et le développement durable de l′agriculture, notamment pour des valorisations non alimentaires » (CPER 2007-2013, p. 24) (Voir annexe 2).

53Sans entrer dans le détail du contenu des projets de recherche conduits par les laboratoires champardennais, une première approche de ces derniers par le type de financement nous a menés au constat que si le contexte régional influait fortement sur l′activité des chercheurs (6 des 16 projets étudiés sont des « projets CPER »), ces derniers s′en détachaient également et déployaient leurs activités en mobilisant d′autres dispositifs (financement de projet par AGRICE, par l′ANR, par le FEDER, etc.). Premier constat qui, en termes de coordination, donne déjà une indication de la variété des logiques d′action retenues par les acteurs, car il est évident que les projets « CPER » à travers leurs caractéristiques, telles que leur durée de 7 ans ou la mobilisation en priorité des acteurs régionaux, reposent sur une logique de coordination particulière, différente des projets nationaux ou transrégionaux plus courts.

Des programmes vs des actions spécifiques

54Les projets de recherche sont aujourd′hui tous organisés de la même manière : par un découpage en tâches distinctes. Organisation qui est bien souvent modélisée par la réalisation d′un diagramme de Gant dans lequel sont donnés le calendrier, la répartition et le contenu des tâches définies. L′étude des découpages et du contenu des tâches des projets de recherche conduits par les laboratoires champardennais nous a menés à un second constat : les projets sont organisés de deux manières différentes : en « programmes » ou en « actions spécifiques ». Dans le premier cas, les projets reposent sur un rassemblement de plusieurs travaux ponctuels. Ils sont organisés autour de « grandes tâches » qui participent toutes à leur manière à la réalisation de l′objectif du projet mais qui ne sont pas forcément interdépendantes et enchainées entre elles. Dans le second cas les tâches qui sont définies se complètent.

55Ces deux manières de penser renvoient en fait chacune à des dispositifs de mobilisation des chercheurs particuliers. Les projets issus d′un financement CPER ou ANR raisonnent en programme. Les projets retenus par AGRICE, FEDER ou encore INTEREG pensent la coordination et la structuration du monde de la C2V à partir des actions spécifiques. Cette partition peut s′expliquer, dans le cas des CPER, par la durée et la mobilisation d′une communauté large d′acteurs qui font qu′il est possible dans ces derniers d′explorer plusieurs voies pour un même objet dans un seul projet. Et elle peut s′expliquer dans le cas des ANR, par le fait que ce dispositif, d′une part, est réputé soutenir les projets les plus en amont de la « filière de la science » et, d′autre part, qu′il accorde des niveaux de financements plus importants que les autres dispositifs cités. Deux points qui peuvent laisser penser que dans les projets ANR une place importante peut être accordée à l′exploration de diverses voies pour parvenir à un même objectif.

56A priori il est évident que ces deux types d′organisation des projets de recherche en C2V renvoient à des manières de penser la coordination des acteurs et la structuration du monde de la C2V différentes : dans le premier cas la coordination des acteurs n′est pas pensée ex-ante et on suppose qu′elle peut émerger au fil du projet par le biais d′apprentissages croisés, alors que dans le second cette question est jugée réglée dès la conception du projet. Dans la mesure où les acteurs de la recherche champardennais sont engagés dans ces deux types de projet, cela vient bien confirmer l′idée de la variété des logiques de coordination qu′ils retiennent. Néanmoins, au travers de l′analyse de contenu des projets, de l′étude des promesses technologiques, des mythes rationnels et de la gestion des désappointements, en partant du point de vue de l′engagement de ces derniers dans les divers projets, il apparaît qu′en fait il n′y a pas une seule manière de penser la coordination diachronique et/ou synchronique dans ces deux façons d′organiser la recherche mais au moins trois qui de plus peuvent dans certains cas se combiner. Nous proposons dans les sous-sections suivantes de revenir sur ces logiques de prise en compte (ou de non prise en compte) de la question de la coordination que nous avons identifiées au travers des projets étudiés.

2.2 – Première logique : un maintien de la mobilisation des chercheurs dans le temps

57La première logique de mobilisation et de coordination diachronique et synchronique des chercheurs champardennais identifiée est celle d′un enchaînement dans le temps des projets. En effet, à la lecture des documents relatifs aux projets et à la suite des interviews réalisées il nous est apparu que dans les projets organisés sur le mode « programme » comme dans les « actions spécifiques » un certain nombre de projets étaient marqués par une continuité par rapport à des projets antérieurs (du point de vue des objectifs, des acteurs impliqués, des types de financements, etc.). Pour étayer notre propos et exposer cette logique nous proposons de revenir sur un des cas identifiés : celui de la dynamique basée sur un grand mythe rationnel initial des biopolymères au début des années 90, qui s′est maintenu jusqu′à aujourd′hui en se déclinant en plusieurs projets qui se sont enchainés dans le temps au gré des adaptations successives résultant des désappointements liés à l′écart entre les résultats attendus et ceux obtenus in fine.

58Dans cet exemple précis, cinq projets ont été identifiés comme étant chaînés les uns aux autres. Ces dernier reposent tous sur le même mythe rationnel et se repartissent en 3 périodes distinctes de mobilisation et coordination des acteurs autour de promesses technologiques différentes, rythmées par deux périodes de désappointement. Le schéma proposé ci dessous reprend les grandes lignes de cette dynamique.

Fig. 5 : La dynamique de mobilisation dans le temps de la recherche en Champagne-Ardenne

Fig. 5 : La dynamique de mobilisation dans le temps de la recherche en Champagne-Ardenne
  • 8 Évolutions de la PAC et des réglementations sur les emballages, état de l′art technique, condition (...)

59Le projet identifié comme étant à l′origine de la dynamique de recherche suivie sur le long terme en Champagne Ardenne date de 1994. Compte tenu du paysage global de l′époque8, le mythe rationnel auquel se référaient les acteurs engagés dans ce projet était celui de la mise au point d′un substitut au polystyrène expansé qui aurait comme fonctionnalité additionnelle la biodégradabilité. Le résultat final attendu à l′issue de trois années de recherche était de réussir à valoriser ce matériau sous la forme d′un produit d′emballage alimentaire et/ou d′un matériau de calage. Les résultats rapides escomptés par les participants ne se sont pas concrétisés à l′issue du projet (processus d′industrialisation et coûts non compétitifs, caractéristiques techniques insuffisantes, peu de valorisation de surfaces agricoles). Mais, si du point de vue de la réalisation des objectifs annoncés initialement, ce projet s′est soldé par un échec et, si de ce fait, l′ensemble de la communauté qui s′était formée autour a pu s′en trouver fortement désappointée, il n′en reste pas moins que ce projet a engendré des effets positifs en termes d′apprentissage (collectifs et individuels). À travers lui, d′une part, chacune des parties prenantes engagées a augmenté ses compétences sur le sujet et, d′autre part, les connaissances collectives se sont également vues améliorées. Aussi, à l′issue du projet, malgré le désappointement évident, la mobilisation de l′ensemble des acteurs a pu être maintenue et, compte tenu des enseignements des échecs et réussites de ce premier projet, de nouveaux projets se sont mis en place. Les recherches menées par la suite sont parties dans deux directions : d′un côté des travaux sur l′amidon et les polymères fonctionnalisés et, de l′autre, sur le glucose et les synthons. La dynamique d′émergence et de développement de ces deux branches reposant sur des logiques très proches, nous proposons de ne revenir ici que sur la branche amidon.

60Le premier projet centré sur l′amidon, qui marque la seconde période de la dynamique de mobilisation des chercheurs entretenue dans le temps en Champagne Ardenne, naît dans un paysage qui n′a guère changé par rapport à ce qu′il était au début de la première période (on a toujours la problématique des jachères, etc.). Seule la demande ponctuelle d′une recherche de qualité fonctionnelle additionnelle, liée explicitement au développement durable, vient s′ajouter aux éléments de contexte déjà présents en 1994. Forte des enseignements issus de l′échec du projet de 1994 la mobilisation des chercheurs repose sur de nouvelles espérances technologiques au sens d′un même mythe rationnel. Désormais, ce n′est plus autour d′un marché spécifique que les chercheurs se mobilisent. Dans ce projet c′est en « de l′amidon à tout faire » que les acteurs croient ; concrètement cela veut dire qu′ils s′engagent dans des recherches sur le substrat amidon pour un ensemble de valorisations large. Si les marchés sont moins ciblés, les espérances affichées en termes d′industrialisation sont toujours très ambitieuses puisqu′elles annoncent des prises de brevet et du transfert industriel rapide. Suite aux déconvenues du premier projet, un autre élément important est modifié dans le mythe rationnel du projet : la complémentarité des technologies est cette fois prise en compte et les travaux réalisés portent maintenant en plus sur des produits à base végétale 100 % mais sur les biocomposites. À l′issue de ce projet, aucun transfert industriel rapide n′est encore envisageable. La communauté concernée de chercheurs se trouve donc de nouveau ébranlée. Néanmoins, les résultats des recherches apparaissent suffisants pour maintenir la mobilisation de ces derniers et les engager dans un nouveau projet. En effet, la prise de brevet réalisée, même si elle ne s′est pas concrétisée immédiatement en termes de commercialisation, peut attirer par la suite des industriels sur des collaborations et surtout permet de montrer « qu′il est possible de… ». Cette prise de brevet est ainsi un encouragement à poursuivre l′effort de recherche, elle oriente les recherches futures et entretient le mythe rationnel.

61Après ce second désappointement une troisième génération de projets va être lancée et un nouveau projet centré sur l′amidon va se mettre en place. Celui-ci est encore actuellement en cours, aussi il est difficile de le qualifier. Les traits le caractérisant au moment où ces lignes sont rédigées montrent qu′il repose sur une vision élargie des recherches à mener et sur une vision plus systémique de la manière dont les problèmes doivent être abordés. En effet, l′objectif large de ce nouveau projet est de participer à la création de nouveaux matériaux à partir, à la fois, de divers substrats (d′autres macromolécules végétales sont envisagées en plus de l′amidon) et de divers procédés (physiques, chimiques, fermentaires, etc.). La logique de coordination qui l′anime repose sur deux moments. Un premier qui consiste à prendre un objet, mobiliser un large spectre de compétences autour de lui et les faire travailler tous azimuts dessus. Puis un autre où, partant des résultats obtenus de chacun, sont faits les efforts de coordination jugés pertinents afin de valoriser au mieux l′amidon. Ce projet peut donc être qualifié de projet « mixte » dans le sens où il est à la fois dédié à la recherche et l′innovation (il cherche à avancer vers des applications sur le marché) et conçu comme une étape du processus d′apprentissage global, dans la mesure où, il intègre la question de la coordination des acteurs et de la construction d′un réseau de compétence cohérent qui restera au-delà du projets. Notons enfin que, dans ce nouveau projet, la contrainte du développement durable est à de nombreuses reprises évoquée et cette fois explicitement intégrée au mythe rationnel auquel se réfèrent les acteurs. Ici, ex-ante, ils ne savent pas vraiment ce qu′ils obtiendront comme matériau, comment ils l′obtiendront ni à partir de quels substrats mais ils savent que ce sera un matériau marqué du sceau du développement durable.

2.3 – Deuxième logique : des projets macro-organisationels

62Une autre logique de mobilisation et de coordination des acteurs de l′innovation en C2V, que l′on constate dans certains projets de recherche champardennais (qu′ils s′agissent de projets organisés sur le mode « programme » ou de projets reposant sur des « actions spécifiques »), est la volonté d′avoir au travers des opérations menées une action structurante sur l′ensemble du domaine de la C2V en émergence. Cela passe entre autres par la recherche d′une mobilisation et d′une coordination diachronique et synchronique de l′ensemble des acteurs concernés (producteurs de matières premières, industriels, politiques locaux, nationaux et européens, etc. au travers de représentants symboliques : des « macro-acteurs ») et ce dès le niveau du projet et pas ex-post. Cela passe également par l′adoption d′une véritable approche systémique : ces projets essayent de penser et d′intégrer au projet, de la culture au produit fini, toutes les questions liées aux quatre dimensions de l′innovation en C2V.

63La plupart des projets reprenant cette logique renvoie à un mythe rationnel très ambitieux : celui de la modification de pans des diverses filières de production très larges, voire de refonte complète de celles-ci. Par ailleurs, dans leur majorité, ces projets visent une échelle également élevée : atteindre une valorisation de la plante entière. Enfin, la plupart d′entre eux annoncent prendre en compte les 4 dimensions de l′innovation de la C2V.

  • 9 Les partenaires du projet Futurol sont plus précisément : Agro Industrie Recherche et Développemen (...)

64Un exemple de projet entrant dans cette logique est le projet Futurol. Comme il est dit dans le dossier de presse mis à disposition du public, à l′époque ou il a été lancé, Futurol était « Le seul projet (de bio-raffinerie en France) basé sur une filière complète ». Effectivement i) ce projet qui est encore en cours aujourd′hui rassemble « l′ensemble des acteurs de la filière biocarburants et notamment la filière bioéthanol, de la production à la distribution, en lien avec le monde de la recherche publique, privée et des industriels » (Dossier de Presse, p. 3)9. Et, par ailleurs, ii) il a pour objectif de parvenir en 8 ans à la mise en œuvre d′une unité pilote industrielle de production complète de biocarburants de seconde génération ainsi qu′à la mise sur marché d′une licence internationale pour le procédé. De plus, iii) au-delà de la recomposition d′une filière technique complète, Futurol annonce son ambition d′intégrer d′emblée les aspects sociaux et économiques (i. e. se positionner dans une « démarche développement durable » (Ibid.), être complémentaire à la première génération de biocarburants du point de vue de la valorisation des substrats, etc.).

65De manière plus précise on peut distinguer deux types de projets dans cette logique. Il y a d′abord des projets qui classiquement sont mis en œuvre pour faire avancer la science. Dans ce cas, l′objectif visé est de mettre au point des voies de bio-raffinerie en mobilisant largement les diverses compétences de la filière de la science qu′ex-ante on pense nécessaires pour parvenir au développement d′une nouvelle filière de produits/procédés complète, qui répondront non seulement aux impératifs techniques mais aussi aux questions d′acceptabilité sociale, d′impacts environnementaux amoindris, etc. Dans cette catégorie de projets dans la région Champagne Ardenne, le grand projet Futurol que nous venons de citer. Au vu de l′ambition de ce type de projet, il est évident que la Région ne s′investit pas dans d′autres projets d′une telle ampleur. La justification de la pertinence de ce type de projet en tant que logique à part entière, passe donc par une référence à ce qui est développé hors de la région. En dehors des frontières champardennaises on trouve également ce même type de projet. On peut citer ici le projet coordonné par le CNRS et débuté en 2010 qui s′intitule « Eurobioref ». En quelques mots, ce dernier qui mobilise vingt-huit partenaires français et européens « se propose de traiter toute la chaîne de transformation de la biomasse, depuis les cultures jusqu′aux produits finaux au stade commercial » et de « créer un lien solide entre le monde agricole et l′industrie chimique » en intégrant « toute la chaîne des bio ressources dans une approche flexible et commercialement viable pour générer une bio économie durable » (Communiqué de presse, p. 1). Nous pouvons également citer le projet européen « Biocore » qui est coordonné par l′INRA et a débuté en 2010. Ce dernier entre bien dans la catégorie des projets cherchant une mobilisation large des communautés d′acteurs liés à la C2V pour une recomposition complète de filière puisque, d′une part, il mobilise au total 24 partenaires français, européens et indiens, venus d′horizons différents. Et puisque, d′autre part, son objectif affiché est la conception d′une bio-raffinerie industrielle « permettant de convertir les résidus agricoles et forestiers en biocarburants de 2 e génération, en molécules chimiques et en polymères plastiques biodégradables » (Dossier de presse) et plus particulièrement de couvrir « une palette de polymères qui représentent plus de 70 % du marché mondial de ces produits utilisés dans l′industrie textile, l′emballage, la construction, les peintures, etc.′′ » (Ibid).

  • 10The Biorefinery Euroview project aims at preparing for future EU research and technological deve (...)
  • 11 “Star-COLIBRI aims at overcoming fragmentation and promoting cross-fertilization in the area of b (...)

66Le second type de projet renvoie pour sa part à des projets qui sont mis en place pour orienter les choix des acteurs du domaine, dont les décideurs politiques. Ces projets ne portent aucun véritable enjeu scientifique direct ni aucune visée applicative directe. Il s′agit, au travers de ceux-ci, pour la communauté des acteurs concernés par le développement de la C2V, de mettre en commun des concepts, des définitions et des modèles de bioraffinerie qui seront ensuite destinés à faire référence auprès des décideurs et à orienter la mobilisation des recherches futures. Au-delà du fait que ces projets doivent permettre d′asseoir les financements et d′orienter les recherches futures ils rendent également possible la construction d′un réseau d′apprentissage de coordination permettant par la suite de diriger et coordonner les travaux dans le domaine. Ici, les projets que l′on trouve sont de deux niveaux : des projets locaux et des grands projets nationaux et/ou européens. Dans ce second cas on peut citer le projet « Bio refinery Euroviews » coordonné par le pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressources. Projet dont les objectifs annoncés étaient de préparer l′avenir de la recherche et du développement technologique dans le domaine de la bioraffinerie en Europe10 au travers de l′identification, de la classification et de la cartographie des bioraffineries européennes déjà existantes ou prévues. De manière plus précise l′idée de ce projet fini en 2009, qui regroupait une dizaine de partenaires européens de divers horizons, était de dresser un état des lieux pour 1) présenter une vue d′ensemble des bioraffineries actuelles et futures, projets pilotes ou de démonstration, 2) identifier des facteurs clés de succès de bioraffineries, 3) formuler des recommandations auprès de la Commission Européenne (Steimnetz, 2009). Le projet Européen « Star Colibri » débuté en 2009 et dans la continuité logique du projet Biorefinery Euroview (et là on rejoint la première logique de coordination identifiée et l′on voit que les différentes logiques sont bien interdépendantes et font bien système) fait également partie de ce type de projets. L′objectif annoncé de Star Colibri est de surmonter la fragmentation des recherches liées à la bio-raffinerie et de promouvoir les fertilisations croisées entre les diverses recherches11.

2.4 – Des projets ponctuels ou la question de la coordination n′apparaît pas

67Pour finir, les acteurs de la recherche champardennaise s′engagent dans un troisième type de projets que nous pouvons qualifier de ponctuels (avec ce mot entendu dans le sens « unitaires ») et qui est exclusif des projets d′« action spécifique ». La particularité de ceux-ci, du point de vue de la question de la coordination des acteurs qui nous intéresse ici, est que, en prenant le point de vue des chercheurs champardenais, aucun élément ne faisant écho aux problèmes de coordination n′apparaît.

68Il s′agit ici de deux types de projets. Soit des projets qui reposent sur « un substrat, un process, un marché » et se proposent d′opérer à eux seuls une reconstitution de filière de produit entière. Projets qui se suffisent à eux-mêmes et au delà desquels la question de la coordination n′a donc pas lieu d′être. Soit des projets qualifiés par les chercheurs eux-mêmes d′« opportunistes » dans le sens ou il s′agit de projets dans lesquels ils n′ont pas beaucoup de bénéfices (en termes d′enjeux scientifiques pouvant déboucher sur une collaboration plus poussée, de prises de brevet et d′autres effets de réputation pouvant attirer des partenaires futurs, etc.) à tirer et pour lesquels ils ne se posent pas la question de la coordination au-delà du projet. Dans ce second cas, en fait il s′agit de projets où les acteurs de la recherche champardennaise sont partenaires et où, si la question de coordination au delà du projet ne ressort pas, c′est parce que l′on regarde ces derniers de leur point de vue (sous-entendu, celle-ci existe bien mais n′est pas visible en prenant le point de vue de l′acteur considéré). Aussi, en suivant l′activité des coordinateurs il apparaît que ces projet s′inscrivent en fait de leur point de vue dans une logique de coordination par chaînage des projets dans le temps.

69Dans le cadre des projets que nous avons étudiés, cette logique de « noncoordination » apparente se retrouve, par exemple, dans certains travaux menés autour de la valorisation des fibres (notamment dans les domaines de la plasturgie et du bâtiment). Dans le schéma de la filière de la science, ces projets précis qui entrent dans cette troisième logique sont apparus comme des projets basés sur des spécialisations locales sur un substrat initial et/ou sur un type de process très spécifique, venant une fois les principales connaissances et compétences scientifiques et techniques acquises et stabilisées.

Fig. 6 : Présentation des projets « ponctuels »

Nature des projets

Objectifs finaux et particuliers des projets

Projets dit d′optimisation des valorisations des plantes fibreuses

- Optimisation des composites
. amélioration et stabilisation des technologies pour améliorer l′interface fibres/matrice (ensimage) (projet pa)
. amélioration de la connaissance des impacts des conditions environnementales et culturales sur les fibres et les liens entre les fibres employées et propriétés des composites obtenus pour une amélioration de l′interface fibres/matrice (projet pb)
. caractérisation large des nouveaux composites pour une meilleure adéquation entre matériaux et usages spécifiques ainsi qu′une meilleurs connaissance des problèmes spécifiques des matériaux (compatibilisation fibre/matrice, vieillissement, coûts, approvisionnement) par l′étude de divers produits (thermoplastiques, thermodurcissables), diverses matrices (matières premières fossiles/renouvelables), et diverses fibres naturelles (kénaf, lin, chanvre, etc.) (projet pj)
- Optimisation des bétons de chanvre
- Optimisation des matériaux (interface granulat/liant, matière première, condition de durcissement, etc.) détermination du comportement du béton dans l′ouvrage, travail sur la réglementation (projet pc) ;

Projets dit d′optimisation des valorisations des coproduits

-Valorisation des coproduits du chanvre dans des composites polymères
. Optimisation des schémas de fractionnement alternatifs (chimique, thermique, mécanique) (projet pd).
. Nouveaux procédés de défibrage qui engendrent de nouveaux coproduits à valoriser, caractérisation du coproduit, élaboration d′un matériau, communication, dissémination et transfert technologique (projet pe)
- Valorisation des coproduits du lin dans les bétons légers et les matériaux fibreux. Compréhension des modifications physico-chimiques et morphologiques du végétal sous l′action thermique et/ou chimique, conséquence sur l′interface matrice/granulat, mise au point de procédés (projet pf)
- Optimisation du fractionnement pour l′obtention de coproduits du chanvre pertinents pour faire des synthons et des molécules (tensioactifs, agents texturants, antioxydants). Test d′optimisation de schéma de fractionnement alternatif (chimique, thermique, mécanique) (projet pd).

70En regroupant et recoupant le contexte, le contenu et les enjeux des projets fibres entrant dans cette seconde logique on peut ici tenter de faire ressortir les principaux traits caractérisant le mythe rationnel sur lequel ils reposent. C′est parce qu′il y a toutes ces caractéristiques en même temps présentes dans ces projets que la logique de projet ponctuel peut exister, apparaît cohérente et se présente comme une logique pertinente et alternative aux deux autres dans une optique de changement technique lourd pour l′émergence de la C2V.

71La présentation des caractéristiques des projets ponctuels effectuée ici va être assez linéaire, mais toutes sont plus ou moins liées les unes aux autres, aussi le choix de l′ordre de leur exposition est arbitraire et les liens entre elles sont jugés suffisamment évidents pour ne pas être soulignés systématiquement.

72Comme nous l′avons déjà indiqué précédemment, un des éléments, partagé par l′ensemble de ces projets, est le fait qu′ils correspondent tous à une conjonction d′opportunité à un moment donné, qui incite fortement à la mobilisation des acteurs dans cette conjecture mais qui ne les engage pas lourdement. Pour exemple, à l′origine de ces projets il peut y avoir la combinaison d′une demande d′industriels pour la valorisation de coproduits, le besoin de nouveaux débouchés pour des produits dont les valorisations traditionnelles non alimentaires sont en perte de vitesse, les compétences spécifiques bien assises et/ou nouvellement acquises d′un laboratoire, etc.

73Comme nous pouvons le constater dans le tableau proposé ci-dessus, beaucoup de ces projets sont menés dans une logique d′optimisation de l′existant. Ce ne sont pas des projets de création pure, ils sont dans une logique d′innovation incrémentale, d′amélioration de l′acquis. Ils partent du fait que des choses peuvent déjà être réalisées mais que pour différentes raisons des améliorations sont à apporter. Ces dernières peuvent être de diverses natures comme le fait que techniquement la qualité des produits est insuffisante compte tenu des applications visées, que du point de vue des réglementations et normes les produits ne conviennent pas, que les coûts de productions sont trop élevés, etc.

74Une autre caractéristique récurrente de ces projets est le fait qu′ils portent sur des questions relativement étroites et qu′ils ne reprennent ainsi qu′une petite fraction de ce que nous appelons la filière de la science. S′il peuvent avoir une vision interdisciplinaire et prendre en compte des questions relevant des différentes dimensions de l′innovation (technique, scientifique, économique et sociale) il ne le font que sur un endroit précis de la filière de la science qui, lorsqu′on la prend dans son ensemble, par des questions de production des matières premières pour aller jusqu′à celles des qualités des produits finis (ou semi finis). Par exemple, de nouveau, comme on a pu le lire dans le tableau, ils ne traitent que des effets de l′environnement et des pratiques culturales sur la qualité des fibres et des produits ou encore que de l′amélioration de la compatibilité fibre/matrice. Ce point est à relier à une autre caractéristique qui est le fait que ces projets recherchent et reposent sur une forte complémentarité avec le système technique existant.

75Si l′objectif des projets qui entrent dans cette dernière logique n′est pas systématiquement à visée applicative directe (par exemple, ils peuvent viser la réalisation d′objets démonstratifs) il n′en reste pas moins que leurs objectifs restent toujours très proches du marché. Une preuve en est le fait que systématiquement dans ces projets les marchés visés sont toujours très clairement identifiés : la plasturgie, l′automobile, le bâtiment, les bétons, les matériaux d′isolation, etc. La dimension économique est donc toujours très forte dans ces projets.

76Une autre caractéristique importante à souligner ici et qui renvoie peut être plus à des aspects d′acceptabilité sociale, est le fait que la notion de développement durable est systématiquement évoquée comme justification de la mise en œuvre des recherches menées. Ces dernières sont toujours animées (au moins en partie) par la quête d′une fonctionnalité supplémentaire quant à l′existant : la qualité de développement durable des produits. Et cela même au prix, pour le moment, de la perte de nombreuses autres fonctionnalités (détérioration du maintien dans le temps, de la résistance aux chocs, etc.) liées à une perte de compétence, à l′utilisation de matériaux moins bien maitrisés, sur lesquels il y a moins de connaissances, qui sont plus instables, etc.

Conclusion

77À l′issue de cet article nous avons donc apporté des éléments mettant en avant la complexité de l′innovation dans le secteur particulier de la C2V qui est en train de s′installer et qui se déclare du ressort du développement durable (partie 1). Au travers d′une analyse empirique il nous est apparu que les mêmes acteurs pouvaient s′engager dans des projets porteurs de logiques de mobilisation et de coordination différentes. Ainsi, ils travaillent à la fois sur des projets liés à des dynamiques de construction régionale de filière, qui les engagent dans le temps, sur des projets ponctuels et sur des projets nationaux et/ou européens d′actions structurantes (partie 2).

78Cette multiplicité des logiques de coordination revient à constater que les chercheurs ne se contentent pas de proposer des constructions individuelles et unitaires en réponse aux appels à projet institutionnels. Une telle démarche ne leur permettrait en effet certainement pas de prendre en considération la complexité du domaine ni la difficulté de la coordination. Un tel comportement les amènerait certainement à faillir dans la réalisation de la tâche qui leur a été attribuée de mener à bien la transition vers la C2V. Pour réussir à se coordonner en prenant en compte les différents aspects qui caractérisent la complexité de l′innovation en C2V et ainsi aller dans le sens de l′émergence d′un nouveau SSIP, au contraire, les chercheurs déploient des logiques multi niveaux. Ils s′engagent dans des projets à but variable allant de l′optimisation d′une fraction précise de la filière de la science jusqu′à la reconstruction complète de filière, allant de recherches très scientifiques jusqu′à l′organisation de politiques de filière, etc.

79Si les trois logiques identifiées répondent bien chacune à leur manière à la question posée de la coordination synchronique et diachronique, elles ne se contentent pas de coexister. Elles sont également complémentaires. Non seulement elles s′enrichissent et s′influencent mutuellement (au travers notamment des résultats obtenus), mais elles permettent aussi aux chercheurs de se positionner et d′investir à des niveaux variables les diverses branches de la complexité. In fine ces trois logiques forment un système qui est le moyen pour les chercheurs de gérer la complexité de la coordination du changement technologique vers une C2V. La question que l′on peut se poser alors est la suivante : cette gestion des activités selon une logique multi niveaux est-elle caractéristique des périodes de transition où on a des fortes recompositions de frontières entre secteurs et de ce fait entre les différentes disciplines et savoir-faire technologiques ?

Bibliographie

Bibliographie

Anastas, P. T., Warner J. C., Green Chemistry – Theory and practice, Oxford University Press, 1998.

Bardin, L., L′analyse de contenu, Presses universitaires de France (Autre tirage : 2009), 1997.

Broussolle C., Brûlé G., Les biotechnologies dans l′industrie agroalimentaire : champ d′application et impact économique, Économie rurale, n° 192-193, 1989, p. 54-59.

Brown, N., Rip, A., Van Lente, H., « Expectations in and about science and technology ». A background paper for the ′expectations′ workshop, 13-14 June 2003, University of Utrecht.

CNRS – UCCS, Eurobioref – Communiqué de Presse, Lille, 1er mars 2010, http://www.pres-ulnf.fr/telechargement/recherche/%20EuroBioRef_Communique.pdf

Dumez, H., Jeunemaitre, A., « La démarche narrative en économie », Revue Économique, vol. 56, n° 4, juillet 2005, p. 983-1005.

GCI-Groupe Grey (Bilhère-Dieuzeide L., Chauvet, A.), Dossier de presse – Projet Futurol – (Lancement du projet de recherche et Développement de bioéthanol de 2 e génération).

Geels, F. W. Understanding the Dynamics of Technological Transitions, A Co-evolutionary and Socio-technical Analysis, Ph. D. Thesis. Twente University Press, Enschede, NL, 2002.

Gonod, P. -F. « Le système technologique » in Arena et al. (éd.), Traité d′Économie Industrielle, 2 e édition Economica, 1991, p. 594-624.

Griffon, M., Nourrir la planète – Pour une révolution doublement verte, Odile Jacob, 2006, 456 pages.

Hatchuel, A., « Comment penser l′action collective ? Théorie des Mythes rationnels ». In. Tosel, A., Damien, R., (éd.), L′action collective. Plan, coordination, conseil. Presses Universitaires de Franche-Comté, 1997.

Heinberg, R., Pétrole la fête est finie ! Avenir des sociétés industrielles après le pic pétrolier, Ed. Demie-Lune, 2008.

Heslot, Villet, La biomasse source d′intermédiaires industriels (Biomass as a source of industrial chemicals), Adeprina, 1983.

INRA, « Une bio-raffinerie pour la transformation de la biomasse en biocarburants et polymères de 2 e génération : Lancement du projet européen BIOCORE », 4 mars 2010. http://www.inra.fr/presse/lancement_du_projet_européen_biocore

Malerba, F., « Sectoral systems of innovation and production », Research policy, 2002, n° 31, p. 247-264.

Ngomsik, A., Garnier, E., Kurek B., Bliard, C., Nieddu, M., « Biorefinery and doubly green chemistry : An economic approach of Scientific programs », Société française de chimie, Reims, January 28th, 2010.

Nieddu, M., Dynamique de longue période dans l′agriculture productiviste et mutations du système Agro-Industriel français contemporain, Thèse pour le Doctorat es Sciences Economiques, Université de Reims, 1998, 504 p.

Nieddu, M., et al. « Diversity of Biorefineries and doubly green chemistry : an economic approach », Lignobiotech ONE Symposium, 1st Symposium on biotechnology applied to lignocelluloses, Reims, march 28th-april 1st, 2010.

Nieddu, M., Garnier E., « Vers un modèle pluriel de bio raffinerie ? », BIOFUTUR, juillet/août 2010, n° 312, p. 61-67.

Nieddu, M., Garnier, E., Bliard C., « L′émergence d′une chimie doublement verte, une approche en termes de démarche narrative », Revue d′Économie Industrielle, 4 e trimestre 2010, décembre 2010, n° 132, p. 53-84.

Pavitt, K., « Sectoral patterns of technical change : towards a taxonomy and theory », Research Policy, 13 (6), 1984, p. 343-373.

Perrier, F., « Les hautes technologies au service de l′astrophysique – le management de projets scientifiques », in C. R. Acad. Sciences, Paris, t. 1, série IV, 2000, p. 1223-1232.

Steimnetz, V., « Cartographie des bio-raffineries en Europe », power point, non publié, 12 novembre 2009. http://www.agrobiopole.be/pdf/État%20de%20l’art%20des%20bioraffineries%20-%20V.%20Steinmetz.pdf.

Annexes

Annexes

Annexe 1 : Dispositifs principaux de soutien aux projets en C2V en France aujourd′hui

En France, dans le domaine de la C2V, des dispositifs très variés quant à leurs modalités, natures, objectifs, échelles géographiques peuvent participer au soutien de projet de recherche en C2V et organisent la mobilisation des acteurs dans ce secteur dans une direction définie en amont.

Parmi ceux-ci, il y a ceux qui sont explicitement dédiés au soutien de l′émergence de la C2V (ou qui comportent un programme spécifique dans ce sens). On peut alors citer au niveau national deux dispositifs. D′abord le groupement d′intérêt scientifique « Bio ressource Industrie Performance » (BIP) soutient et finance des projets de recherche dans le domaine de l′énergie et de la chimie à base de produits issus de la biomasse. Ensuite, l′Agence Nationale de la Recherche (ANR) intervient dans le domaine de la C2V au travers principalement des programmes liés au thème de la chimie durable. Et pour le niveau européen on peut citer d′abord le Programme Cadre de Recherche-Développement européen (PCRD) qui a une action dans le domaine de la C2V au travers, notamment, de ses programmes spécifiques « coopération » et « capacité ».

Il y a ensuite des dispositifs non dédiés mais qui de par leurs objectifs généraux peuvent être amenés à soutenir l′émergence de la C2V. Ici on peut citer le dispositif régional des Contrats de Projet État Région (CPER) au travers desquels une Région et l′État s′engagent sur la programmation et le financement pour 7 ans de projets importants tels que la création d′infrastructures ou le soutien à des filières d′avenir. Il y a au niveau national les Partenariats Hubert Curien (PHC) qui soutiennent des projets de recherche (toutes disciplines confondues), établis conjointement par deux équipes de recherche, l′une française, l′autre étrangère qui peuvent entrer dans cette catégorie. Au niveau Européen on peut citer le Fond Européen de Développement Régional (FEDER) dans cette catégorie. Ce dernier peut être amené à appuyer des projets de C2V au travers de ses objectifs de promotion de la cohésion économique et sociale des régions qui l′amènent dans certaines situations à soutenir des activités de recherche et le développement technologique. Il y a aussi le dispositif INTERREG qui, dans le cadre de son objectif de soutien aux activités régionales transfrontalières, est amené parfois à soutenir des projets relevant de la C2V. Non axé sur la recherche en tant que telle mais plus sur la mise en réseau et la coordination des chercheurs, le dispositif « Coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique » (COST) peut également être considéré comme un dispositif de soutien aux projets visant à l′émergence de la C2V.

Annexe 2 : Extrait du passage du CPER sur le soutien aux projets de recherche régionaux sur les agro-ressources et développement durable de l′agriculture

La Région dispose d′un potentiel en matière de bio-ressources agricoles et forestières permettant de participer activement à la lutte contre le changement climatique, par des utilisations sous la forme d′énergie, de carburants, de matériaux ou de molécules renouvelables.

Il s′agit d′accompagner les filières agricoles dans leurs démarches d′amélioration de la compétitivité et de positionnement sur ces nouveaux débouchés. Cela permettra au secteur agricole et sylvicole de répondre à la demande générée par les projets du pôle de compétitivité industries et agro-ressources en fournissant des matières premières produites durablement. Il s′agit également de saisir les opportunités de valorisation des produits ou co-produits issus de la transformation des bio-ressources agricoles (notamment dans le secteur de l′élevage).

Source : CPER 2007-2013, p. 25

Extrait de la « Convention d′application pour soutenir la compétitivité des grands filières agricoles régionales – Projets de recherche régionaux sur les agro-ressources et le développement durable de l′agriculture »

Objectif

Etat

Région

Feader

Projet de recherche régionaux sur agro-ressources et développement durable de l′agriculture

2 131 K€
1,991 K€ ONIGO
140 K€ Bop 142

3 000K€

0

La Région dispose d′un potentiel en matière de bio-ressources agricoles et forestière permettant de participer activement à la lutte contre le changement climatique, par des utilisations sous la forme de matériaux, de molécules renouvelables, d′énergie ou de carburants. Ces nouveaux développements contribuent également à parer à l′épuisement des ressources fossiles et disposent d′atouts à faire valoir au plan environnemental et santé.

Description de la mesure

Il s′agit d′accompagner les filières agricoles dans leurs démarches d′amélioration de la compétitivité et de positionnement sur ces nouveaux débouchés. Cet accompagnement permettra au secteur agricole et sylvicole de répondre à la demande générée par les projets du pôle de compétitivité industries et agro-ressources en fournissant des matières premières produites durablement. Il s′agit également de saisir les opportunités de valorisation des produits ou coproduits issus de la transformation des bio-ressources agricoles (notamment dans le secteur de l′élevage) pour participer à l′équilibre entre les territoires et les filières.

Source : Contrat de projet État-Région Champagne-Ardenne 2007-2013, convention d′application, soutenir la compétitivité des grandes filières agricoles régionales : volet agricole et agro ressources, p. 4.

Notes

1 Utilisé ici par analogie à Griffon qui, en 2006, nous parle d′une révolution doublement verte dans un autre secteur d′activité : l′agriculture, pour évoquer le mouvement conjugué d′émergence de nouvelle technologie dans le monde du végétal et meilleure prise en compte des nouvelles aspirations en termes de qualité environnementale et sociale, liées au développement durable dans le domaine des activités agricoles.

2 Projet ANR « Une approche économique de l′intégration des dimensions socio-économiques et techniques dans les programmes de recherche en chimie doublement verte », réf. ANR-09-CP2D-01-01 AEPRC2V

3 Terme retenu par l′OCDE et repris par de nombreux acteurs : OCDE (2001), The Application of Biotechnology to Industrial Sustainability. Langeveld H., Sanders J., Meeusen M., éd. 2010, The Biobased Economy - Biofuels, Materials and Chemicals in the Post-oil Era

4 Notons ici que ce secteur reprend et déborde la C2V qui nous intéresse ici. Sur le plan des marchés, la BBE va être instutionnellement définie comme englobant deux axes d′activités fondées sur la ressource renouvelable : l′alimentaire et le non alimentaire. Pour ce qui est des bases de connaissances associées, la KBBE renvoie à deux domaines de niveaux différents : les biotechnologies et les « sciences de la vie », qu′elle n′identifie pas explicitement.

5 Voir annexes pour une présentation plus détaillée des dispositifs principaux de soutien au projet en C2V en France aujourd′hui.

6 Si on prend comme référence les pôles de compétitivité ayant un lien avec la C2V on peut penser à la région Rhône-Alpes avec les pôles « Axcelera », « Tenerrdis », « Techtera » et « Plastipolis », les régions Lorraine et Alsace avec le pôle « Fibre grand est », le Nord avec les pôles « Up-tex » et « MAUD », la région Midi Pyrénées avec le pôle « Agrimip » basé à Toulouse et les pôles « DERBI » et « Trimatec » basés à Montpelier, l′Auvergne avec le pôle « Céréales Vallée »

7 http://www.champagrica.fr/Un-bref-historique

8 Évolutions de la PAC et des réglementations sur les emballages, état de l′art technique, conditions socio-économiques telles que la taille du marché visé ou le prix des produits à substituer, les contraintes de temps et/ou de financement pour de telles recherches.

9 Les partenaires du projet Futurol sont plus précisément : Agro Industrie Recherche et Développement (ARD), Confédération générale de planteurs de betteraves, Champagne Céréales, Crédit Agricole du Nord Est, IFP, INRA, Lessafre, ONF, Tereos, Total, Unigrains, Pôle de compétitivité IAR, Oseo.

10The Biorefinery Euroview project aims at preparing for future EU research and technological development activities, including monitoring, assessment activities in the field of biorefineries, and the implications for agriculture and forestry policy″. Site Internet du projet, http://iarpolefr.nexenservices.com/biorefinery/public/index2.html]

11 “Star-COLIBRI aims at overcoming fragmentation and promoting cross-fertilization in the area of biorefineries research. The project will support innovations by speeding up and facilitating industrial exploitation of research results in the biorefinery field, as well as promote coordination in the field of future R & D funding and facilitate the creation of Public-Private Partnerships″ (Site Internet du projet, http://www.star-colibri.eu/).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les scientifiques porteurs du changement technologique vers la BBE
Légende Source : Site du 7e PCRD de la Commission Européenne, page du volet « Food, Agriculture and Fisheries, and Biotechnologies », dédiée à la KBBE, http://cordis.europa.eu/​fp7/​kbbe/​home_en.html
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 2 : La dynamique de mise en place des nouveaux systèmes sectoriels
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 3 : Combinaison générale de la multiplicité des positionnements
Légende Légende : sont grisées ici les modules des filières prises en charge par les acteurs.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 4 : La dynamique de désappointement des technologies
Légende Source : Brown N. et al. (2005), Researching Expectations in Medicine, Technology and Science : Theory and Method, Position paper for the York workshop of the ′Expectations Network′2005 – Draft June 23rd 2005, p. 4.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 5 : La dynamique de mobilisation dans le temps de la recherche en Champagne-Ardenne
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search