Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Cinquième partie. Applications industrielles des agro-ressources

Innovation environnementale vs Eco-conception ?

Romain Debref

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début des années 1970, la prise de conscience de l′impact des activités industrielles sur l′environnement a amené les agents économiques à réfléchir sur les modes et logiques de production mis en œuvre depuis la Révolution industrielle. Cette perspective s′est renforcée, une quinzaine d′années plus tard, avec la reconnaissance du développement soutenable comme nouveau paradigme de l′action humaine. Une attention toute particulière y a été donnée quant au rôle central que doivent jouer les technologies et les innovations. Ainsi, les discussions relatives au rôle de la science dans l′évolution des trajectoires technologiques remettent-elles au goût du jour un débat très ancien : d′après Platon, la science des techniques servirait à copier la nature tandis qu′Aristote souligne la capacité de l′homme à créer ce qui n′en provient pas (Kroes, 2010, p. 52). De même, dans la perspective de développement soutenable, nous pouvons voir s′opposer ceux qui appellent à s′inspirer de la nature pour innover – écologie industrielle, biomimétisme – à ceux qui prônent l′ingéniosité humaine. Sans vouloir entrer dans ce débat, nous allons nous focaliser, dans une première partie, sur ce qui fait la spécificité d′une innovation environnementale. Dans un premier temps, nous montrerons la difficulté qu′il y a à distinguer innovation non-environnementale, que nous appellerons « générique », et innovation « environnementale ». Malgré les contributions scientifiques qui prônent un changement systémique de notre société, nous verrons que les différences entre ces deux typologies d′innovation restent confuses, voire inexistantes, au regard de similitudes qui sont présentes aussi bien à un niveau micro, macroéconomique que systémique. Cette incapacité à définir théoriquement une « innovation environnementale » ex ante nous amènera, dans une deuxième partie, à nous situer en amont de l′innovation pour savoir si ces distinctions sont plus évidentes dans le processus de conception des artefacts. Nous procéderons à une comparaison des théories relatives à la conception et à l′éco-conception pour constater, une fois de plus, de nombreuses similitudes. Cette remise en cause du caractère original des artefacts « verts » n′empêche pourtant pas l′usage de méthodes concrètes à l′aide d′outils faussement modernes qui se dotent paradoxalement d′une image d′« éco-conception » et d′« innovation environnementale ». Pour mieux comprendre ce phénomène, nous verrons que ces pratiques se cristallisent autour de normes établies par l′ISO 14 001, les analyses de cycle de vie et les labels environnementaux. Ces pratiques apparaissent à la fois flexibles, incrémentales et adaptées, ce qui permet aux acteurs de plier l′enjeu environnemental aux exigences économiques en quête d′éco-efficience, mais ce qui éloigne probablement des espérances technologiques et les stratégies à mettre en œuvre pour atteindre un régime socio-technique soutenable.

I – L′innovation environnementale, un nouveau paradigme technologique ?

1.1 – En quête d′une définition de l′innovation environnementale

Des principes d′évolution technologique similaires

2Un premier constat semble s′imposer : le repérage d′un champ de l′économie de l′innovation environnementale et des définitions témoignant de la spécificité de cet objet d′étude. Par exemple, si l′on suit Hemmelskamp (1997), « Environmental innovations serve to : avoid or reduce emissions caused by the production, use or consumption and disposal of goods, reduce resource input, clean up environmental damage done in the past, identify and control pollution. ». Cet auteur cite Hartje qui la définit également comme « seek to prevent pollution by input-substitution, process changes, encouraging recycling, lengthening product durability and developing cleaner consumer products ». Kemp et Arundel (1998), qui appartiennent à l′école hollandaise du « transition management », soulignent que ce sont des « procédés nouveaux ou modifiés, techniques, systèmes ou produits destinés à réduire ou à éviter des nuisances sur l′environnement ». De son côté, Markusson (2001) souligne que « les innovations environnementales peuvent être définies de deux manières : premièrement, par les effets de l′innovation sur l′environnement et, deuxièmement, par les intentions de l′innovateur visant à réduire l′impact environnemental des procédés et produits ». Enfin, l′Union Européenne les définit comme « the production, assimilation or exploitation of a product, production process, service or management or business methods that is novel to the organization (developing or adopting it) and which results, throughout its life cycle, in a reduction of environmental risk, pollution and other negative impacts of resources use (including energy use) compared to relevant alternatives » (Kemp, Pearson, 2008). Les innovations environnementales se présentent ainsi sous diverses formes, allant des produits aux services en passant par des technologies, des procédés d′organisation ou encore des systèmes (Cleff et Rennings, 1999 ; James, 1997 ; Jones, Stanton, et al. 2001 ; Kemp et Arundel, 1998 ; Malaman, 1996 ; Markusson, 2001, p. 15 ; Gasmi, Grolleau, 2003 ; Oltra, 2008 ; Hemmelskamp, 1997). Les évolutions structurelles et fonctionnelles des artefacts se font de manière à maîtriser l′éco-efficience selon deux perspectives (Kemp, Arundel, 1998). D′un côté, les méthodes « end of pipe » permettent de structurer des innovations technico-organisationnelles dans le but de valoriser les procédés énergétiques et matériels. Utilisées à l′extrême, elles conduisent à l′établissement d′une « symbiose industrielle » où les organisations collaborent grâce à une gestion quasi-autarcique des flux. D′un autre côté, les « technologies propres » visent à apporter de la réflexivité sur les nouveaux produits dans le but de préserver l′environnement, ce qui nécessite de nouvelles méthodes de conception. Au regard de ces particularités, les typologies d′« innovation environnementale » ressemblent à tout point de vue à celles présentées par Schumpeter (1934) pour les innovations « génériques ». Pour ce faire, il use de 5 branches typologiques : la fabrication d′un bien nouveau, des nouvelles méthodes de production, une nouvelle organisation du travail, l′ouverture d′un nouveau débouché que nous pouvons rattacher dans notre cas à l′essor des « produits verts », mais aussi l′utilisation de nouvelles matières premières que nous pouvons rattacher à la substitution des ressources naturelles. Dès lors, nous pouvons constater que les distinctions sémantiques entre l′aspect « générique » et « environnemental » des innovations sont bien minces d′un point de vue statique. Il convient donc de nous situer dans un autre cadre d′analyse pour constater, ou non, de réelles différences.

3En optant pour un point de vue dynamique, les approches théoriques des innovations apparaîssent également similaires qu′elles soient environnementales ou non. Elles se confondent selon trois hypothèses principales, qui sont difficiles à considérer indépendamment les unes des autres. La première souligne le rôle de la demande : baptisée « demand pull », elle fait jouer un rôle particulier aux préférences du consommateur et à son pouvoir d′achat. Toutefois, comme le reconnaît Dosi (1982, p. 2), ce cadre d′analyse n′est pas suffisant pour comprendre l′émergence de nouvelles trajectoires technologiques : « The assumption of « known outcomes » could perhaps be relaxed to introduce risk and stochastic variables, but the first assumption has to be maintained ». Si l′on considère uniquement la demande, explique Dosi, l′évolution des technologies sera peu réactive, les évolutions et le temps nécessaire à leur émergence seront difficiles à expliquer. La deuxième thèse, nommée « technology push », fait jouer un rôle central à la conception des artefacts. Des chercheurs se focaliseront ainsi sur l′analyse des brevets et des dépenses en recherche et développement. Mais, la science des techniques ne peut à elle seule maîtriser la complexité des éléments. Elle est notamment sous influence d′un paradigme scientifique dominant, ce qui nous amène à la troisième hypothèse. Cette dernière, baptisée « science-push », représente une base propice aux combinaisons et aux sélections de techniques influencées par les acteurs de la science (Dosi, 1988). Les trajectoires technologiques sont multiples et proviennent des rapports de force qui s′établissent au sein de ce triptyque. Elles sont influencées par des variables non-marchandes. Nous pouvons prendre l′exemple des verrous institutionnels, des dépendances au sentier, des représentations et de l′acceptabilité sociales mais aussi des externalités de réseau (David, 1985 ; Kline, Rosenberg, 1986 ; Malerba, Orsenigo, 1997 ; Oltra, 2008). À la suite de cette analyse dynamique en termes de trajectoire technologique, que constatons-nous ? En réalité, cette approche ne nous permet pas de distinguer les particularités des innovations « génériques » et « environnementales » car les définitions de ces dernières restent tout aussi confuses que leurs modalités de trajectoire. Par conséquent, restons toujours dans le cadre dynamique, mais focalisons-nous plutôt sur leurs modalités de diffusion pour observer à nouveau de possibles différences.

La diffusion de l′innovation face à l′évaluation des impacts environnementaux

4Constatons que les innovations environnementales peuvent être appréhendées à une échelle multi-niveaux, ce qui rend leur identification d′autant plus complexe. Tout d′abord, ces innovations peuvent avoir un degré faible de changement en cherchant à ajouter une caractéristique nouvelle à une technologie existante, sans pour autant modifier fondamentalement les habitudes d′usage et de production en vigueur (Nuij, 2001), (Brunnermeier, Cohen, 2003). Dans ce cas, il s′agit d′une innovation incrémentale (Freeman, 1982). Pour leur part, les innovations radicales engendrent des impacts plus conséquents en influençant à la fois l′évolution des procédés de production, d′utilisation et même des organisations (Freeman, 1982 ; Cleff, Rennings, 1999). Il s′avère que ces deux premières possibilités peuvent être interprétées à tous les niveaux de la chaîne de valeur, car, en fonction de la position des utilisateurs dans leurs filières, le degré de compatibilité des innovations est perçu différemment au gré des techniques et des coûts d′apprentissage. Par exemple, une innovation radicale peut seulement représenter une innovation incrémentale dans un secteur l′utilisant comme matériel « prêt à l′emploi », d′où la difficulté de savoir si les innovations « environnementales » et « génériques » sont incrémentales ou radicales, comme le souligne Hartje (Hemmelskamp, 1997). Dès lors, comme il est toujours difficile de faire une véritable distinction aussi bien d′un point de vue statique que dynamique, considérons un autre niveau d′analyse d′ordre macroéconomique.

5À ce niveau, notre réflexion bute sur un autre problème qui n′existait pas jusqu′alors. En prenant un exemple simple, nous pouvons nous poser la question suivante : une voiture dotée d′un moteur consommant moins d′essence préserve-t-elle nécessairement davantage l′environnement que les anciens modèles ? Cette problématique, soulevée par Stanley Jevons dans The Coal Question, montre l′existence d′un paradoxe plus connu sous le nom d′« effet rebond » (Alcott et al. 2008). Le véhicule nécessite certes moins de ressources d′un point de vue microéconomique, mais l′utilisation accrue de ce dernier a un impact environnemental négatif au niveau macroéconomique. D′une part, l′utilisateur sera tenté de profiter des économies réalisées pour rouler d′autant plus. D′autre part, il est possible que cette innovation soit produite à grande échelle au vu des opportunités marchandes, engendrant alors une multiplication des utilisations, puis l′épuisement accéléré des ressources. Au regard de cette identification difficile, et ce à plusieurs niveaux d′analyse, il convient de se pencher sur une autre typologie d′innovations qui les appréhende à un niveau systémique et multi-niveaux. Cela nous permettra de comprendre la manière dont elles sont envisagées dans la perspective d′un paradigme sociotechnique soutenable.

1.2 – Vers des innovations environnementales orientées

6La distinction faite entre les innovations « environnementales » et « génériques » s′avère être ténue même d′un point de vue systémique. Les innovations systémiques se regroupent sous la forme de grappes d′innovations qui évoluent conjointement de manière complexe et stochastique (Falk, Ryan, 2006), (Jones, Stanton, et al. 2001). Ce principe se retrouve également chez Schumpeter avec les grappes technologiques (Schumpeter, 1934). La particularité de ces innovations systémiques, qu′elles soient « environnementales » ou non, porte sur leurs effets. Elles dépassent les frontières de l′organisation qui les a générées et influencent directement les façons d′appréhender les problématiques économiques, institutionnelles, technologiques, territoriales et même nos rapports à l′environnement (Oltra, Saint Jean, 2009 ; Forest, 2009 ; Nelson, Winter, 1982). Il apparaîtrait néanmoins une légère différence d′après le champ théorique des innovations environnementales car elles seraient plutôt radicales et soutenues de manière à changer le comportement des agents économiques (Oltra et Saint Jean, 2009). Ces différences avec les innovations systémiques « génériques » sont destinées à changer nos représentations pour atteindre un paradigme sociotechnique soutenable. Il convient donc de nous intéresser aux modalités d′émergence des innovations environnementales, et ce à différents niveaux systémiques se situant à une échelle macro, méso ou microéconomique, auxquelles s′intéressent trois courants théoriques différents.

Des aléas de l′innovation à l′anticipation des macro-acteurs

7À une échelle macro-économique, le régime sociotechnique, ou le « transition management », est une approche multi-niveaux où ses partisans analysent les comportements et les choix des consommateurs et utilisateurs dans la trajectoire technologique (Boulanger, 2008). Depuis son apparition au début des années 2000, cette perspective théorique se présente comme un outil prospectif à l′aide de road maps technologiques permettant de réunir un ensemble d′acteurs autour d′un projet commun qui s′appuie sur le développement des innovations au sein de « niches » technologiques. L′émergence des innovations environnementales est donc ici volontairement protégée pour faire face aux forces du marché et atteindre ainsi un régime sociotechnique soutenable. Or, l′impossibilité d′anticiper ex ante la nature des impacts des innovations réduit la portée du transition management à un outil rétrospectif, et ce pour plusieurs raisons qui concernent aussi bien les innovations « environnementales » que « génériques ». D′une part, d′un point de vue économique, les succès de ces dernières ne sont évaluables qu′après coup. Il est donc impossible de se référer à un prix de marché dans un contexte d′incertitude (Knight, 1921). Par conséquent, la coordination des acteurs concernés s′opère, dans un premier temps, sans se référer à un mécanisme marchand. Les incitations à collaborer se retrouvent préalablement ailleurs dans la sphère non-marchande car les croyances communes permettent d′établir une rationalité collective qui sert de support à la gestion de l′incertitude. D′autre part, les critères d′évaluation des impacts environnementaux sont aussi difficiles à établir, ce qui rajoute un degré d′incertitude supplémentaire et ouvre un espace d′interprétations plus large encore. Par exemple, s′il suffisait d′internaliser les externalités négatives liées à la pollution, une innovation pourrait évoluer par elle-même, grâce à la sélection par le marché, jusqu′à ce que le problème soit résolu. Dans ce cas, les innovations « environnementales » n′ont pas besoin d′être conduites, contrairement à ce que propose le transition management. Il serait donc, d′une part, trop réducteur d′évaluer économiquement ex ante les impacts environnementaux car nous avons vu qu′il était impossible d′anticiper sur les résultats des innovations. D′autre part, même ex post, il existe des décalages liés à la tension existant entre la subjectivité de l′évaluation économique et l′objectivité des phénomènes physiques (Passet, 1983). Par exemple, le premier principe de la thermodynamique montre que la matière se transforme de manière à avoir un ratio input/output égal à 1, tandis que l′utilité subjective économique se rapproche du célèbre paradoxe de l′eau et du diamant. À titre d′exemple, notre perception d′un déchet peut très bien avoir une valeur énergétique sans pour autant avoir une valeur économique. Ce constat remet directement au cœur de la problématique environnementale la prise en compte de la complexité, d′où l′incapacité à préciser de manière normative ce que sont les innovations environnementales. La porosité des frontières épistémologiques peut dès lors contribuer à l′émergence d′une multitude de propositions et d′un large espace d′interprétations (Gasmi, Grolleau, 2003 ; Markusson, 2001, p. 15 ; Hemmelskamp, 1997 ; Malaman, 1996 ; Kemp, Arundel, 1998 ; Rennings, 2000 ; James, 1997 ; Dosi, 1982 ; Oltra, 2008).

8La multiplication des travaux autour de la définition des innovations « environnementales » montre justement que le partage de connaissances est propice à la réduction de l′incertitude et à la compréhension d′une situation complexe. Dans ce cas, la firme n′en gagnerait aucun bénéfice mais se retrouverait dans une configuration où le partage d′informations sensibles et le développement de projets en commun seraient acceptés pour partager les risques. La collaboration entre les individus de divers horizons prime alors et définit une trajectoire technologique socialement cohérente et consentie (Jones, Harrison et al. 2001). Dans cette perspective, nous pouvons, une fois de plus, nous interroger sur l′existence des innovations « environnementales » car une perception erronée de ces dernières, comme nous l′avons montré précédemment, peut se diffuser jusqu′à en convaincre les acteurs concernés. Nous pouvons d′ailleurs éclairer nos propos en présentant quelques biais. Par exemple, les logiques de compétitivité obligent les firmes à conserver une partie de leurs connaissances et leurs méthodes pour assurer une domination économique. Cette situation entrave la caractérisation des innovations environnementales et s′imprègne d′ailleurs des caractéristiques et des savoir-faire des acteurs (Nelson, Winter, 1982). Dès lors, ces remarques posent un autre problème lors de la mise en place de projets collectifs, car ces derniers n′ont pas forcément le désir de dévoiler toutes leurs informations. Ils préfèrent plutôt bénéficier des effets de synergies de cette « coopétition » à des fins individuelles, tels des free riders (Leiponen, Drejer, 2007). Nous pouvons donc en conclure que le partage de connaissances pour nous éclairer sur la complexité des innovations environnementales peut s′avérer être entravé alors même que le transition management se fonde sur des anticipations consenties. Ce niveau d′analyse ne nous permettant pas de comprendre clairement la manière dont les innovations environnementales intègrent la dimension macro-économique pour émerger, il convient de nous tourner vers un niveau d′analyse méso-économique.

De l′analyse méso-économique orientée à une diversité de technologies complexes

9Un deuxième courant de pensée se situe à un niveau méso-économique où le rôle des secteurs est prépondérant dans le régime de mutation, de sélection et d′accumulation des innovations environnementales. Il faut alors raisonner dans un cadre évolutionniste et institutionnel pour comprendre la manière dont les innovations sont conçues et réfléchies à partir des compétences et du partage des connaissances (Malerba, 2002 ; Oltra, Saint Jean, 2005). Comme il est difficile d′identifier les innovations environnementales ex ante, cette approche sectorielle permet de comprendre la manière dont les acteurs se mobilisent au gré de la trajectoire technologique. Les analyses économétriques des brevets s′avisent d′identifier des particularités ex post dans le but d′éclaircir les stratégies d′innovation environnementale des acteurs face à l′adversité de la complexité. La tendance générale que l′on retrouve dans leur identification porte sur la volonté de préserver les ressources naturelles en optant pour l′éco-efficience et la productivité des matières premières. Elles sont le credo des technologies vertes et leurs applications peuvent se présenter sous différentes trajectoires pouvant s′hybrider, évoluer séparément, voire même conjointement, ce qui suscite plusieurs questions (Kemp, Arundel, 1998). Tout d′abord, faut-il combiner des technologies déjà existantes pour favoriser l′usage de circuits fermés (C′est-à-dire réinjecter des ressources et de l′énergie dans les procédés de production après leurs utilisations) ? Ainsi, à défaut de polluants évacués par des cheminées et dispersés dans la nature, une solution curative, qui évite cette situation de end of pipe, propose d′analyser le métabolisme industriel grâce aux théories de l′écologie industrielle (Oltra, Kemp, De Vries, 2010 ; Erkman, 2004 ; Patingre, Vigneron, 2001, p. 21). Sans évoquer l′ensemble des débats théoriques portant sur ce sujet, cette approche semblerait pertinente puisqu′on considère une innovation environnementale comme un artefact respectant les milieux. Pourtant, la multiplication des circuits fermés s′avère être complexe, coûteuse et difficilement maîtrisable. Dans ce cas, nous serions face à une valorisation de la matière et de l′énergie, tout en maintenant le cap d′une trajectoire technologique paradoxalement antagoniste avec le développement soutenable. Nous pouvons éclairer nos propos avec le célèbre exemple de la « symbiose industrielle » de Kalundborg qui dépend à la fois d′une raffinerie de pétrole, d′une centrale thermique au charbon et d′une entreprise pharmaceutique. Par conséquent, les outputs qui en surgissent sont-ils en phase avec la notion de développement soutenable ? Il existe d′autres trajectoires se situant directement en amont du processus d′innovation à travers des actions préventives (Porter, Linde, 1995). Dans ce cas, il faut être capable de songer aux méthodes de conception respectueuse de l′environnement. Cette réflexion se rapproche de la thèse de Stanley Manahan qui soulève la question des scories non-assimilables en écologie industrielle. Dans ce cas, la production des matières premières, leurs transformations, la consommation et la valorisation doivent prendre une place centrale dans la maîtrise des impacts (Patingre, Vigneron, 2001, p 21). Néanmoins, est-ce maîtrisable dans une économie de marché sans frontière et aspatialisée ? L′approche en amont nécessite une approche belle et bien complexe et multi-niveaux pour la conceptualiser dans son ensemble.

10Au regard de ces débats théoriques sur ces deux trajectoires, nous pouvons constater que quantifier les innovations « environnementales » n′est pas évident même si l′apport de l′économétrie permet de réaliser des analyses statistiques et de faire un état des lieux des technologies existantes (Oltra, Saint Jean, 2009). L′originalité des « innovations environnementales » est donc encore une fois remise en cause car il manque cruellement de données qualitatives dans les codes IPC (The International Patent Classification). Par exemple, il peut exister des technologies présentées comme « vertes » qui ne seront jamais développées et brevetées, ce qui remet une fois de plus en question le rôle des indicateurs à mobiliser pour les identifier (Oltra, Saint Jean, 2009). Cette mise en perspective de l′approche méso-économique ne permet donc pas de nous rassurer sur l′originalité des innovations « environnementales ».

De l′appropriation de la firme au dilemme de la temporalité

11Un troisième courant d′analyse se situe justement au niveau de la stratégie des entreprises. Cette approche se présente sous la forme de l′étude d′un « portefeuille d′options », au sein duquel la firme développe plusieurs projets en parallèle sous la forme d′un porte-folio technologique. Une position dominante sur un marché permet de s′approprier des trajectoires technologiques afin de maintenir des barrières à l′entrée et des options pour l′avenir (Avadikyan, Llerena, 2009). Dans cette perspective, le rapport au temps est important, car autant la firme réfléchit à court terme, autant la définition du développement soutenable, proposée dans le rapport Brundtland en 1987, a été très explicite sur la nécessité d′avoir une vision sur le long terme profitable aux générations futures et à l′environnement. Dans le cas des innovations environnementales, le comportement innovateur se retrouve face à des éléments qui l′amènent à changer de mentalité. Toutefois, il est difficile d′imaginer qu′une innovation environnementale puisse avoir toutes les chances d′apparaître face à l′incertitude (Knight, 1921). Même si c′était le cas, il est même possible de trouver des innovations « génériques » avec des durées de vie plus longues grâce à un ensemble de garanties qui sont fondées sur l′économie de la fonctionnalité (Du Tertre, 2007). Par exemple, un produit banal, comme l′automobile, peut être accompagné de services pour ralentir son obsolescence technique grâce à des forfaits d′entretien et des réglages pour améliorer son efficience. Sa complexification est aujourd′hui telle que son producteur réussit à mieux contrôler sa vie, du berceau à la tombe, tout en créant de nouvelles sources de profit fondées sur la connaissance. Même si ce scénario s′annonce séduisant, l′obsolescence marchande présente un autre problème car les degrés de renouvelabilité et de diversification sont les conditions sine qua non d′une rente de monopole (Vernon, 1966). Cette double dimension de l′obsolescence montre qu′il est, de ce point de vue, possible de maîtriser la conception tout en étant incapable de prévoir son existence marchande et les contraintes de la demande. Nous pouvons en déduire que les innovations se présentant comme environnementales vont avoir besoin d′acteurs pour les maintenir en vie face à ces contraintes : l′intervention des pouvoirs publics se présente comme une solution. C′est un intermédiaire pouvant lier les innovations existantes mais aussi les trajectoires technologiques futures possibles (Dosi, 1982). De ce point de vue, l′investissement dans le domaine environnemental peut également assurer des opportunités de compétitivité à travers la réglementation et donc favoriser l′émergence d′une innovation « propre » (Porter, Van der Linde, 1995). Les pouvoirs publics jouent également un rôle majeur dans le financement d′une diversité de projets en collaboration avec les organisations publiques et privées (Hamdouch, Depret, 2009). Cette intervention est alors indispensable pour soutenir des idées novatrices allant d′une échelle en laboratoire à une échelle industrielle. Dès lors, nous nous trouvons devant une boucle rétroactive qui nous ramène au niveau du transition management que nous avons critiqué initialement car la firme ne peut résoudre, à elle seule, l′enjeu des innovations environnementales. Nous pouvons en déduire que l′émergence d′une innovation environnementale n′est pas reconnaissable même par les scientifiques et qu′elle se fonde autour d′un « mythe rationnel » au sens d′Hatchuel (Hatchuel, 1998). Dès lors, ces remarques rejoignent les conclusions de René Kemp qui, après avoir travaillé près de vingt années sur ce thème, déclare : « Sustainable development is an ongoing quest in a developing world. Sustainable development as a progressive goal cannot be determined scientifically but has to be discovered It is wrong to label particular technologies as sustainable because no one is » (Kemp, 2008, p. 11).

12Si ces trois courants et leurs méthodologies offrent des lignes directrices intéressantes pour appréhender les innovations systémiques, sont-elles suffisantes pour établir une distinction franche entre les innovations « génériques » et les innovations « environnementales » ? Comme nous venons de le souligner dans cette première partie, les distinctions entre les innovations « génériques » et « environnementales » se fondent sur des concepts incertains. La difficulté à définir une innovation « environnementale » de manière ex post nous amène à nous situer ex ante du processus d′innovation pour mieux comprendre les modalités de conception des artefacts. Nous y trouverons peut-être des réponses en comparant la conception « générique » et l′« éco-conception », une notion qui, de nos jours, est très usitée par les firmes et les pouvoirs publics.

II – L′éco-conception, un nouveau paradigme de la conception ?

2.1 – Les théories de la conception et l′éco-conception, une distinction difficile

D′un débat autour de la théorie de la conception…

13Une fois situé en amont du processus d′innovation, il convient de nous intéresser aux théories qui motivent la conception d′artefacts. Les principes de cette dernière semblent avoir changé au cours du temps en raison des évolutions institutionnelles auxquelles les inventeurs ont été confrontés. Dès la Révolution industrielle, les organisations étaient fondées autour des bureaux d′étude et de méthodes prônant une division scientifique du travail. À la suite des travaux de Pahl et Beiz en 1977, une autre théorie est apparue proposant une construction systématique de l′artefact en quatre phases (Weil, Hatchuel, 2002) : la définition fonctionnelle (à quoi sert l′objet ?) menant à une définition conceptuelle (comment le créer ?), laquelle engendre une définition physico-morphologique (avec quelles matières ?), puis une définition détaillée de l′artefact (comment le produire ?). Cette approche fut par la suite agrémentée par Suh qui proposa un mode d′évaluation ex post destiné à apporter une réflexivité sur ce que l′on conçoit (Suh, 1990). L′ingénieur a tendance à vouloir résoudre des problèmes en s′inspirant du passé pour répondre aux enjeux de demain, dans une logique que l′on qualifie d′expansion : « la place qu′occupe l′invention dans la tradition des ingénieurs est donc un défi pour la théorie de la conception : l′ingénieur doit pouvoir penser en même temps l′innovation et l′imitation du passé. Il doit pouvoir les comparer. Il ne peut comme l′artiste valoriser à tout prix l′originalité. » (Weil, Hatchuel, 2002, p. 6). Dès lors, le concepteur/ingénieur se confronte à un problème majeur qui est de dépasser ses limites imaginatives pour résoudre un problème complexe.

14La résolution de problème est la pierre angulaire du processus de conception, même si la rationalité de l′individu se réduit à la frontière de ses propres connaissances et de son expérience (Newell et al. 1959 ; Hatchuel, 2002). Celui-ci va alors expérimenter sa créativité grâce à un jeu binaire d′essais et d′erreurs dans une arborescence des connaissances, l′amenant ainsi à une logique créative. Les choix se réalisent en fonction d′un rapport avantage/inconvénient où la solution la plus satisfaisante sera choisie (Newell, Shaw, Simon, 1959). L′exemple du jeu d′échecs permet de nous interroger sur le comportement innovant d′un joueur face à son adversaire, sachant que l′ensemble des possibilités sont identifiables à l′avance comme sait le faire un ordinateur (Newell, Shaw, Simon, 1959, p. 18). Dans ce cas, un joueur expérimenté a la capacité d′anticiper les scénarios possibles face à un adversaire novice. Cette approche se limite à un individu pouvant anticiper les effets avec un point d′arrivée identifiable (Hatchuel, 2002). Or, il est impossible d′identifier ex ante la réussite d′une conception à cause de la complexité, de l′aspect stochastique des phénomènes naturels et des incertitudes.

15Grâce à l′essor des outils de l′information et de la communication qui ont contribué aux partages des connaissances, à la réduction du temps de transfert de l′information et aux coûts de transaction (Williamson, 1975), la logique intensive de la recherche et de l′innovation n′a jamais alors été si forte et ancrée dans les stratégies depuis les années 1980 (Hatchuel, 2002 ; Hatchuel, Weil, 2009 ; Le Masson, Weil, et al. 2006 ; Weil et Hatchuel, 2003 ; 2002). En fait, à l′instar des hypothèses proposées par Simon, Hatchuel estime que la conception innovante passe avant tout par l′aspect collectif et stochastique pour dépasser cette logique d′« expansion » de l′ingénieur/concepteur. L′exemple qu′il nous donne est celui d′une festivité dont il est difficile de connaître à l′avance les scénarios et les issues (Weil, Hatchuel, 2002). Comme dans les processus de conception, il est impossible d′anticiper les effets (Hatchuel, 2002), (Le Masson, Weil, Hatchuel, 2006), (Weil, Hatchuel, 2002, 2003, 2009). Autre hypothèse importante, les premières étapes de la créativité supposent que l′on ne connaisse pas les personnes et les connaissances à mobiliser au départ du processus pour ne pas limiter le champ des possibles (Hatchuel, 2002), (Le Masson, Weil, Hatchuel, 2006 ; Weil, Hatchuel, 2002, 2003 ; 2009). Enfin, comme pour l′organisation d′une soirée, la rencontre d′individus dans un espace donné est nécessaire pour générer de la nouveauté (Hatchuel, 2002 ; Le Masson, Weil, Hatchuel, 2006 ; Weil, Hatchuel, 2002, 2003, 2009). Au regard de ces hypothèses, la créativité ne dépend pas uniquement de la connaissance disponible, elle dépend également de la manière dont on l′utilise, c′est d′ailleurs ce que la théorie du « Concept-Knowledgement » propose. Cette dernière combine les connaissances disponibles (K) et les représentations conceptuelles (C) pour générer de la créativité (Hatchuel, 2002). Les approches de Simon et d′Hatchuel s′intéressent à la complexité mais aussi aux représentations auxquelles sont confrontés les concepteurs dans leurs environnements globaux. Dans les faits, ces variables sont influencées par les routines et les modalités d′apprentissage collectif si l′on se trouve dans une firme (Nelson, Winter, 1982). De plus, comprendre la complexité face à la concurrence économique demande des collaborations de confiance entre des acteurs ayant des stratégies et des visions communes pour faciliter les coordinations. De ce point de vue, il est difficile de changer radicalement la perception des concepteurs. Ce faisant, il convient de s′interroger sur l′apport des préoccupations environnementales dans les procédés de conception qui doivent contribuer à l′émergence d′artefacts préservant l′environnement.

… à une éco-conception orientée

16Si on compare avec la conception, on constate que les théories relatives à l′éco-conception sont rares. Sa définition se rapproche d′ailleurs des innovations environnementales : « l′éco-conception consiste à intégrer l′environnement dès la phase de conception des produits, qu′il s′agisse de biens, de services. Cette intégration repose sur une approche globale et multicritère de l′environnement et est fondée sur la prise en compte de toutes les étapes du cycle de vie des produits. » (ADEME, 2010). En outre, elle propose un degré d′exigence supplémentaire sur les modalités de conception : « EcoDesign can be interpreted as Design with a more intelligent interrelationship to Nature » (Karlsson, Luttropp, 2006, p. 2). Au regard de ces termes, nous pouvons constater que la dimension naturelle intègre de nouvelles règles très ouvertes pour la conception. En effet, la définition de l′environnement se veut pluraliste au vu de ces nombreuses définitions (Theys, 1993) et fait également l′objet de nombreuses études pluridisciplinaires. Par exemple, les designers doivent réfléchir à l′originalité et aux comportements d′usage de l′utilisateur (Abrassard, Aggeri, 2002). C′est également le cas pour les ingénieurs qui apportent leurs connaissances relatives aux moyens de production à une échelle industrielle (Abrassard, Aggeri, 2002). Enfin, les biologistes, les chimistes, les écologues, les biochimistes sont membres de communautés scientifiques qui se préoccupent également de l′environnement. Toutefois, une question se pose : est-il possible d′avoir la même représentation de cet enjeu que l′on soit designer, ingénieur ou scientifique ?

17Dans les faits, cette richesse pluridisciplinaire se réduit généralement à une perception particulière de l′environnement qui est représentée sous la forme de flux d′énergie et de matières (Erkman, 2004). De plus, les concepteurs de différents horizons se sont mis d′accord sur une vision commune, dont le fil d′Ariane est l′éco-efficience. Elle est peu différente de l′efficience traditionnelle, car elles se fondent toutes les deux sur un ratio d′ordre input/ouput dans une perspective de productivité des matières premières. Le respect des ressources naturelles nécessite un outil de contrôle appelé l′analyse de cycle de vie, qui s′accompagne de pratiques de coordination appelées « management environnemental » (Abrassard, Aggeri, 2002). Néanmoins, si l′on se décide tout de même à mettre en avant l′éco-efficience, cette dernière va orienter la perception de la complexité écologique (Abrassard, Aggeri, 2002). Ainsi, l′éco-conception, qui se voulait être innovante au départ, se dote de caractéristiques qui limitent son champ des possibles : « The life of a product starts with the initial design concept and the final cost of this product is determined at the design phase, being this cost associated to economic or environmental issues […] In this context, designers are being forced to consider more holistic techniques for design and assess products and processes, as the need for changing the current non-sustainable product development practices becomes increasingly patent. As a result, techniques such as Life Cycle Assessment (LCA) and Materials Flow Analysis (MFA) are increasingly popular. Such techniques attempt to quantify critical environmental variables, seeking to scientifically evaluate environmental impact and resource consumption » (Almaida et al, 2010). Nous montrerons dans la prochaine section que l′optimisation a toujours fait partie de la logique économique et a inspiré des générations de concepteurs en utilisant des savoirs passés pour penser le futur, ce que l′on appelle, rappelons-le, le principe d′expansion. Dès lors, que les préoccupations de l′enjeu environnemental soient récentes ou non, l′intérêt principal de ces raisonnements est de concevoir des artefacts de manière à accroitre la productivité des matières premières et la baisse des coûts de production.

2.2 – Regard sur l′application et la diffusion de la problématique environnementale à l′échelle industrielle

Une évolution autour du management de la qualité

18Nous avons vu que les préoccupations environnementales sont aujourd′hui une nouvelle source d′inspiration pour concevoir des artefacts destinés à s′inscrire dans un paradigme sociotechnique soutenable. Or, nous avons vu que l′éco-conception était orientée vers une perception particulière, ce qui nous permet d′émettre des doutes quant au caractère innovant des méthodes appliquées. Les pratiques relatives au management environnemental se rapprochent ainsi du management de la qualité. L′augmentation de la qualité s′élabore autour de l′efficience dans une perspective de compétitivité. Elle assure ainsi la différenciation des produits et la baisse des coûts de production. De fait, un produit n′ayant aucun défaut évite directement et indirectement des déchets et des usages inutiles de ressources comme le service après-vente. C′est ici tout l′art du « zéro défaut ». Ce management de la qualité est apparu aux États-Unis dans les années 1920, il s′est développé ensuite au Japon dans l′après-guerre. Il s′est imposé à travers le toyotisme comme un modèle de référence pour prendre ensuite la forme d′une normalisation internationale ISO 9001 dans les années 1980 (Gogue, 1993). Sa particularité s′inspire des travaux de Deming relatifs aux grandes étapes de l′amélioration continue du processus de production (Plan-Act-Do-Check). Ce cycle se présente comme un nouveau dogme contribuant à la rationalisation productive (Gogue, 1993).

19En parallèle, la qualité environnementale des artefacts a fait l′objet d′une toute première analyse de cycle de vie (ACV) par des groupes économiques l′intitulant « Ressource and Environmental Profile Analyses (REPAs) » (Tan et al. 2002, p. 2). Cette approche multicritère proposée par Harry Teastley Jr visait à substituer le conditionnement des bouteilles en verre de la firme Coca-Cola par du plastique (Robert Hunt et al., 1996) à la fin des années 1960 (Tan et al., 2002, p. 2). Son origine n′est pas liée à des questions écologiques car elle visait originellement à faire face à la hausse des prix des matières premières et aux pressions concurrentielles. Cette prise en compte des impacts environnementaux s′est réduite à un découpage du processus de production à l′aide d′un calcul coût/avantage. Néanmoins, dès les années 1970, les premières préoccupations sociales relatives aux enjeux environnementaux ont amené les industriels à en montrer les vertus. Elle accompagnera les méthodes d′éco-design proposées par le designer Victor Papanek (Abrassard, Aggeri, 2002). Par la suite, cette analyse de cycle de vie s′est diffusée au cours des années 1990 en abandonnant la marque privée d′Ecobilan au profit de la norme Française NF X30-300 (ADEME, 2005), pour devenir ensuite une norme internationale ISO 14042 qui se présente aujourd′hui comme la voie reine de l′éco-conception et du développement durable (Grisel, Duranthon, 2001, p. 44). Cette maturité n′aurait sans doute pu arriver sans le standard ISO 14001 relatif au management environnemental mis en œuvre depuis 1996. En réalité, son fonctionnement et ses modalités de coordination se basent sur les mêmes principes que le standard ISO 9 001, c′est-à-dire la roue de Deming, l′engagement volontaire de la direction et l′utilisation du signal qualité. Nous pouvons donc constater que ce parallélisme méthodologique n′engendre pas véritablement de rupture en termes de radicalité comme pourrait le suggérer une conception innovante. Aujourd′hui, ces deux normalisations coexistent et sont déclinées de manière à être compatibles tout en voulant justifier leurs profondes différences (Organisation internationale de la normalisation, 2010). Nous pouvons en déduire, d′un côté, que l′analyse de cycle de vie prône l′amélioration de l′efficience des produits. De l′autre, l′amélioration continue contribue à l′efficience technico-organisationnelle. Ces deux éléments sont analysés de manière scientifique avec les NTIC, ce qui nous permet de montrer le caractère peu révolutionnaire de ces méthodes qui se rattachent plutôt aux principes du taylorisme. Nous sommes donc loin de l′aspect linéaire qui voudrait que l′éco-conception ex ante engendre des innovations « environnementales » ex post, et d′autant plus loin des principes du développement soutenable. Dès lors, une question se pose, comment ces principes de l′éco-conception se sont-ils diffusés de manière à paraitre novateurs ?

Évolution organisationnelle à travers la domination des normes de la série ISO 14000

20Pour mieux comprendre ce phénomène, nous nous focaliserons sur l′accès à la normalisation de la série ISO 14000. Tout d′abord, la gestion et le contrôle de la norme résultent des actions menées par l′Organisation Internationale de la Normalisation. Son existence résulte d′un concept bien connu de la théorie économique. Nous pensons plus particulièrement à l′apport du nouveau courant de l′économie standard des années 1970 relative aux droits de propriété, incluant la théorie de l′agence (Jensen, Meckling, 1976). Ici, la délégation par le contrôle, le conseil, et l′accréditation des pouvoirs publics par un tiers visent à assurer la coordination entre les acteurs (Alchian, Demsetz, 1972). Ainsi, « la certification permet au donneur d′ordres d′obtenir la garantie désirée sans avoir à en supporter la charge » (Tchibozo, Fries Guggenheim, 1998, p. 85). Ce faisant, nous pouvons nous demander comment cette normalisation s′est diffusée à partir de cette configuration (DiMaggio, Powell, 1983).

21Aujourd′hui, l′intervention des pouvoirs publics et la réglementation s′accompagnent de normes. Ces dernières relèvent en réalité d′un échange commercial entre une organisation et une agence. Les firmes financent des services pour bénéficier de nouvelles connaissances, réduire leurs incertitudes et traduire l′information disponible pour faire face aux dangers concurrentiels. D′ailleurs, d′après certains auteurs, cette approche n′est pas propice à l′émergence de l′innovation, car elle favorise les conflits s′il existe plusieurs projets innovants en même temps (Abrassard, Aggeri, 2002). En plus de ce marché de la connaissance, l′obtention d′une certification est gérée par des agences concurrentes comme le groupe AFNOR ou le Bureau Veritas. La préservation de la clientèle pose alors de nombreuses questions sur les modalités d′évaluation et de fidélisation des demandeurs. Nous pouvons en conclure que l′acquisition de nouvelles connaissances, la segmentation plus fine d′une qualité dite « environnementale » à l′aide d′outils prêts à l′emploi favorisent le phénomène de mimétisme grâce à ces standards (DiMaggio, Powell, 1983).

22Le consommateur et la société civile sont aussi des instigateurs privilégiés de cette évolution organisationnelle, car ils sont de plus en plus sensibles à ce sujet (Maresca, Hébel, 1999 ; Boiral, 2001 ; DiMaggio, Powell, 1983). Ce phénomène incite les firmes à choisir les certifications ISO 14042 et ISO 14001, qui sont des signaux de qualité, de diversification et surtout des éléments de réponse à la demande. Toutefois, l′asymétrie d′information fait partie intégrante des problèmes d′évaluation pour le consommateur (Akerlof, 1970). L′originalité de l′éco-conception est paradoxalement difficile à distinguer car les firmes n′ont pas d′obligation de résultats chiffrés au regard de ces normes. Il en résulte que les opportunités de compétitivité « hors-prix » et ces asymétries peuvent aider la firme grâce à des pratiques de conception optimisées et considérées comme écologiques. Face à ces opportunités, les fournisseurs peuvent également faire pression sur leurs clients au sein de la filière pour intensifier leurs compatibilités à l′enjeu environnemental avec leurs processus de production, que nous appelons ici les effets de spillover (Oltra, Saint Jean, 2009). Ce faisant, la normalisation amène l′organisation à développer des projets autour d′une cohérence collective pour faciliter sa réadaptation. Paradoxalement, ces mouvances limitent les libertés d′action des acteurs (Perrow, 1974 ; DiMaggio, Powell, 1983). Ce découpage des tâches engendre alors une bureaucratisation inadaptée à la conception innovante (Gogue, 1993, p. 59). En outre, le développement de cette pratique soulève la question de la planification (Boiral, 2001). L′individu s′autocontrôle aussi bien dans son comportement que dans ses cadences (Tchibozo, Fries Guggenheim, 1998, p. 96). Ce constat remet une fois de plus en cause la nouveauté et la radicalité des pratiques managériales destinées à faire de l′éco-conception.

23Enfin, la substitution de matières premières et de molécules dangereuses est la condition sine qua non d′une réalisation d′artefacts préservant l′environnement. Le développement de REACH à partir de 2007, par exemple, s′est imposé comme un moyen de pression supplémentaire pour contraindre les firmes à s′adapter et à trouver des alternatives. Or, sa présence ne semble pas affecter tous les acteurs, et parfois ses exigences sont si importantes que les industriels en manque d′inspiration sont pris au dépourvu. Ces restrictions incitent donc une adaptation la plus subtile possible pour faire face aux dangers concurrentiels. Au regard de la difficulté à identifier les technologies vertes, ces pressions peuvent orienter les frontières et l′espace d′interprétations qui s′adaptent aux capacités évolutives de l′organisation (DiMaggio, Powell, 1983). Elles incitent les firmes à opter pour des politiques d′éco-conception qui ont tout intérêt à entrer en résonance avec leurs objectifs de compétitivité.

2.3 – Applications et pratiques d′une éco-conception basées sur des outils normalisés et orientés

Une innovation incrémentale en tant que source de profits

24L′application des outils relatifs à l′éco-conception dans les firmes mérite une analyse toute particulière, car c′est ici que les artefacts se doteront du caractère environnemental. Tout d′abord, au vu des outils potentiellement utilisables, nous pouvons constater à nouveau que sa définition est instable (Grisel, Duranthon, 2001, p. 7). Effectivement, la prise en compte de l′environnement s′effectue selon une hiérarchisation où l′utilisateur doit avoir « une plus grande liberté d′initiative stratégique » au profit d′une « compétitivité globale accrue » (Grisel, Duranthon, 2001, p. 20-22). De ce point de vue, nous pouvons confirmer que la conception des artefacts se construit autour de représentations en fonction des intérêts économiques. En fait, l′éco-conception se dote d′une identité particulière fondée sur l′appropriation de l′enjeu environnemental : « si l′on veut que la prise en compte de l′environnement devienne un facteur de compétitivité des entreprises et des organisations, elle ne doit pas être un corps étranger et perturbant dans le processus de conception mais au contraire en faire partie » (Grisel, Duranthon, 2001, p. 11). Dès lors, l′éco-conception ne peut résulter d′un changement radical systémique dans ses pratiques, et privilégie une approche incrémentale et orientée. Nous pouvons donc en conclure que les pratiques d′éco-conception représentées ici par ces normes et les innovations environnementales sont en décalage vis-à-vis des enjeux d′un paradigme sociotechnique soutenable.

Une analyse de filière rationalisée et intensive

25Les interactions entre la firme et son milieu sont complexes et nécessitent à la fois de la connaissance et du temps pour choisir une méthode qualitative adaptée. L′analyse de cycle de vie permet de décomposer et d′évaluer étape par étape les impacts du produit du « berceau à la tombe », et ce même au sein de la filière de production. Cette méthode est la plus utilisée et est désormais incontournable : « la conformité à la série des normes ISO 14040 est aujourd′hui indispensable » (ADEME, 2005). Or, sa portée est limitée car son analyse de la complexité reste aux frontières des activités de la firme (ADEME, 2005). Son fonctionnement se fonde sur cinq étapes. Tout d′abord, les objectifs sont sélectionnés avec des cas concrets, des scénarios prospectifs et des compromis (Grisel, Duranthon, 2001, p. 48-58). Ensuite, l′utilisation des inputs et outputs d′énergie et de ressources est choisie comme unité fonctionnelle, propice à la comparaison. Suivant cette logique, les impacts seront plus facilement identifiables dans une troisième étape, puis analysables dans une quatrième. Enfin, la cinquième et dernière étape relève de la mise en valeur des résultats et de la stratégie à mettre en œuvre (ADEME, 2005, p. 4). Cette analyse cherche à ressembler à une étude des écosystèmes en proposant une analyse de filière particulière (ADEME, 2010). Toutefois, il s′avère que cet outil ne prend pas en compte le territoire dans lequel se trouve l′artefact ; ici, ni la biodiversité, ni le paysage, ne sont pris en compte. Nous pouvons alors nous interroger sur les raisons qui poussent les pratiques de l′éco-conception à omettre des variables qui paraissent si significatives pour concevoir des artefacts préservant l′environnement. Nous pouvons l′expliquer par l′orientation particulière des apprentissages qui maintiennent un paradigme sociotechnique initialement critiqué (Gogue, 1993, p. 64 ; Nelson, Winter, 1982 ; Oltra, Saint Jean, 2009). Ainsi, « la stabilité d′un système est un état plus intéressant que l′instabilité parce qu′il nous permet de prédire l′avenir d′une certaine façon » (Gogue, 1993, p. 66). Les incertitudes et les risques qui résultent de la complexité des interactions entre l′organisation et son écosystème sont défavorables à un changement radical des pratiques (Knight, 1921 ; Nelson, Winter, 1982). C′est pourquoi, l′ingénieur cherche à élaborer des outils d′aide à la décision (Abrassard, Aggeri, 2002). Cette quête de l′information amène alors l′organisation à sélectionner et arbitrer selon un rapport coûts/avantages et connaissances techniques/applications (Grisel, Duranthon, 2001, p. 68). Toutefois, une innovation optimale n′est pas obligatoirement celle qui sera la plus dominante à long terme (David, 1985), (Nelson, Winter, 1982). Il en résulte que l′isolement d′une firme pour régler la problématique environnementale n′est pas forcément une solution favorable dans un contexte où les impacts engendrent un coût collectif. L′échange des savoir-faire et des connaissances permet de dépasser les frontières pour appréhender la complexité des éléments dans leur ensemble.

Conclusion

26La compréhension des interactions des activités humaines sur l′écosystème relève de la complexité que les pratiques de l′éco-conception et les innovations environnementales ont du mal à appréhender aujourd′hui. En effet, les innovations « génériques » et « environnementales » possèdent des modalités d′émergence et d′évolution similaires aussi bien à un niveau micro, macroéconomique, systémique, statique et même dynamique. Ces mises en relief ne permettent pas d′y voir une réelle différence et même la réduction des consommations énergétiques et l′analyse des brevets restent insuffisantes pour les identifier. Des innovations « génériques » provenant du paradigme sociotechnique dominant peuvent également se faire passer pour des innovations « environnementales ». Au regard de notre réflexion, nous pouvons dire qu′il est difficile de montrer l′existence des innovations « environnementales » face aux « génériques » mais aussi de distinguer l′éco-conception de la conception « générique ». Par exemple, les débats théoriques autour de la conception montrent l′existence de deux logiques antagonistes. La première possède un caractère logique, anticipé, voire algorithmique et individualiste tandis que l′autre souligne une logique systémique, stochastique et collective. L′application de cette dernière est difficile mais permet de montrer toute l′importance de l′appropriation de l′enjeu environnemental par les routines organisationnelles et les conflits auxquels se confronte le concepteur. Même s′il n′y a pas de « théorie de l′éco-conception », les normes se présentent comme une solution concrète au développement soutenable. Paradoxalement, elles sont construites autour de l′intensification de l′efficience et de la productivité qui sont des préceptes initialement critiqués pour leurs effets néfastes sur les milieux écologiques. Cette orientation met donc directement en doute le caractère innovant de ces principes pour atteindre un paradigme sociotechnique soutenable. Ici, l′éco-conception n′est qu′un prolongement d′une conception « générique » qui assume complètement l′éco-efficience et la productivité des ressources naturelles.

  • 1 Définition de l′innovation environnementale : « Eco-innovation is the production, assimilation or (...)
  • 2 Définition de l′éco-conception « Integrating the environment from the design phase of products, wh (...)

27Dans les faits, la trame des technologies vertes semble suivre paradoxalement une logique linéaire et stabilisée aussi bien ex ante qu′ex post. En comparant la définition proposée par l′OCDE1, nous pouvons constater qu′elle respecte parfaitement les principes de l′éco-conception2 au sens de l′ADEME. Pourtant, au regard de la théorie, ces corrélations ne se retrouvent pas car le champ théorique de l′innovation environnementale prône un changement de paradigme sociotechnique à l′aide de grappes d′innovation radicales. Tandis que les principes d′éco-conception représentés par les normes s′inspirent d′innovations incrémentales. De plus, à l′instar de ce que promulgue la normalisation de la série ISO 14 000, une approche collaborative entre des individus de divers horizons est nécessaire pour assurer une nouvelle fois la rupture technologique de ces grappes. Au-delà de la complexité, l′évaluation des impacts se déroule par l′internalisation des externalités négatives qui sont en réalité des évaluations subjectives, flexibles, marchandes et sans frontière. Autre élément marquant, le longterme permettrait de comprendre les impacts environnementaux générés, pourtant ces normes conservent une approche paradoxalement intensive avec une logique à court-terme. D′ailleurs, l′intervention des pouvoirs publics peut jouer le rôle d′intermédiaire, même si les pratiques d′écoconception actuelles relèvent plutôt d′engagement volontaire et du soutien d′organismes privés. Il existe néanmoins des points communs qui mériteraient d′être appuyés ici, car même si leurs particularités sont remises en cause, nous pouvons constater que le cœur des préoccupations est tout de même de préserver l′environnement. Ces artefacts sont alors dotés d′une identité particulière et sont l′objet d′une appropriation des enjeux au gré des routines organisationnelles. L′information, la connaissance et leurs transferts sont des variables importantes pour l′évolution des perceptions (Nelson, Winter, 1982). La complexité des écosystèmes nécessite des collaborations pour éclairer les ingénieurs/concepteurs. Toutefois, le partage d′expériences entre les acteurs de divers horizons n′est pas évident, car les savoir – faire, les secrets de production sont paradoxalement les conditions mêmes de la survie et de l′identité d′une firme individuelle (Nelson, Winter, 1982). Il faut donc pouvoir identifier les compétences, les répliquer, voire en créer d′autres pour favoriser les collaborations et contribuer à une représentation commune des enjeux. Néanmoins, il serait difficile de partager et de montrer les secrets de fabrication au risque de se faire imiter. Nous pouvons nous interroger sur les assemblages technologiques nécessaires pour développer des innovations d′un nouveau genre. Par exemple, le développement de projet collectif entre les organisations pourrait être une source d′émergence d′externalités positives grâce à l′obtention d′un brevet qui est un signal de qualité pour obtenir de nouveaux partenariats. Cela n′empêche en aucun cas la conservation des découvertes pour des intérêts personnels et collectifs pour les organisations qui ont tout intérêt à jouer les free riders (Leiponen, Drejer, 2007). Enfin, aussi bien pour l′innovation « environnementale » que pour l′« éco-conception », les caractéristiques territoriales ne sont pas assez mises en avant. Pourtant, il conviendrait de prendre en compte les territoires et les milieux naturels car les acteurs qui conçoivent les artefacts dépendent à la fois des dotations de compétences, dans les clusters par exemple, mais aussi des ressources naturelles disponibles pour un avantage comparatif. De plus, dans une perspective de développement soutenable, la prise en compte des biotopes et de la biodiversité locale est également importante. Il en résulte que les perceptions et la réflexivité des actions pour les technologies vertes nécessitent une analyse plus approfondie du fonctionnement des arrangements institutionnels car ces multiples variables de la complexité influencent l′appropriation et les perceptions de l′enjeu environnemental pour faire face aux pressions de l′économie de marché.

Bibliographie

Bibliographie

Abrassart, C., Aggeri, F., « La naissance de l′éco-conception. Du cycle de vie au management environnemental produit », in Responsabilité et Environnement, Annales des Mines, 2002, 25, p. 14-63.

ADEME, Introduction à l′Analyse de Cycle de Vie (ACV), 2005.

ADEME, « Management Environnemental et éco-produits », Paris, 2010, URL : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12908

Akerlof, G. A., ″The Market for « Lemons » : Quality Uncertainty and the Market Mechanism″, The Quarterly Journal of Economics, 1970, 84, p. 488-500.

Alchian, A. A., Demsetz, H., ″Production, Information Costs, and Economic Organization″, The American Economic Review, 1972, 62, p. 777-795.

Alcott, B., Polimeni, J. M., Mayumi, K., Giampietro, M., ″The Jevons Paradox and the Myth of Resource Efficiency Improvements″, Earthscan, 2008.

Almeida, C., et al. ″Emergy as a tool for Ecodesign : evaluating materials selection for beverage packages in Brazil″, Journal of Cleaner Production, 2010, 18 (1), p. 32-43.

Avadikyan, A., Llerena, P., « Socio-Technical Transition Processe : A Real Option Based Reasonin », Bureau d′Économie Théorique et Appliquée, UDS, Strasbourg, 2009.

Boiral, O., ″ISO 14001 Certification in Multinational Firms : The Paradoxes of Integration″, Global Focus, 2001,13, p. 79 – 94.

Boulanger, P., « Une Gouvernance du Changement Sociétal : La Transition Management », La revue nouvelle, 2008, 8, p. 61-73.

Brunnermeier, S. B., Cohen, M. A., ″Determinants of Environmental Innovation in US Manufacturing Industries″, Journal of Environmental Economics and Management, 2003, 45, p. 278-293.

Cleff, T., Rennings, K., ″Determinants of Environmental Product and Process Innovation″, European Environment, 1999, 9, p. 191-201.

David, P. A., ″Clio and the Economics of QWERTY″, American Economic Review, 1985, 75, p. 332-37.

DiMaggio, P. J., Powell, W. W., ″The Iron Cage Revisited : Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields″, American Sociological Review, 1983, 48, p. 147-160.

Dosi, G., ″Technological Paradigms and Technological trajectories : A Suggested Interpretation of the Determinants and Directions of Technical Change″, Research Policy, 1982, 11, p. 147-162.

Dosi, G., ″Sources, Procedures, and Microeconomic Effects of Innovation″, Journal of Economic Literature, 1988, 26, p. 1120-71.

Du Tertre C., « Économie de la fonctionnalité, performance et Développement Durable », in Edith Heurgon (Ed.), Économie des services et Développement Durable, Paris, l′Harmattan, 2007.

Erkman, S., Vers Une écologie Industrielle, 2 e éd., Ed. Ch. L. Mayer, 2004

Falk, J., Ryan, C., ″Inventing a Sustainable Future : Australia and the Challenge of Eco-Innovation″, Futures, 2006, 39, p. 215-229.

Forest, J., « Le modèle de production de connaissance : un modèle de la rationalité créative ». XVLI e Colloque de l′ASRDLF, Clermont-Ferrand, Association de science régionale de langue française, 2009, p. 8.

Freeman, C., The Economics of Industrial Innovation, Cambridge (Mass : MIT Press., 2e éd., 1982.

Gasmi, N., Grolleau, G., « Spécificités des innovations environnementales. Une application aux systèmes agro-alimentaires », Innovations, 2003, 18, p. 73-89.

Gogue, J., Management de la Qualité, Economica, Paris, 1993.

Grisel, L., Duranthon, G., Pratiquer l′éco-conception, Association Française de Normalisation (AFNOR), 2001.

Hamdouch, A., Depret, M., « Les Clusters et les Réseaux comme Fondement de la Dynamique d′innovation dans l′industrie Pharmaceutique », in La problématique des clusters : où en sommes-nous ? STOICA, 2009, p. 34.

Hatchuel, A., Weil, B., ″C-K Design Theory : An Advanced Formulation″, Research in Engineering Design, 2009, 19, p. 181-192.

Hatchuel, A., ″Toward Design Theory and Expandable Rationality the Unfinished Program of Herbert Simon″. Journal of Management and Governance, 2002, 5, 3-4, p. 12.

Hatchuel, A., « Comment penser l′action collective ? Théorie des mythes rationnels », In : Damiel, R., et Tosel, A., (éds), L′action collective : coordination, conseil, planification, Annales Littéraires de l′université Franche-comté, 1998.

Hemmelskamp, J.,″Environmental Policy Instruments and Their Effects on Innovation″, European Planning Studies, 1997, 5, 177.

Hunt, R., Franklin, W., ″LCA – How It Came About″, The International Journal of Life Cycle Assessment, 1996, 1, p. 4-7.

James, P.,″The Sustainability Circle : A New Tool for Product Development and Design″, Journal of Sustainable Product Design, 2, 1997.

Jensen, M. C., Meckling, W. H., ″Theory of the Firm : Managerial Behavior, Agency Costs and Ownership Structure, Journal of Financial Economics, 1976, 3, p. 305-360.

Jones, E., Harrison, D., Mc Laren, J., ″Managing Creative Eco-Innovation – Structuring Outputs from Eco-Innovation Projects″, The Journal of Sustainable Product Design, 2001, 1, p. 27-39.

Jones, E., Stanton, N. A., Harrison, D., ″Applying Structured Methods to Eco-Innovation. An Evaluation of the Product Ideas Tree Diagram″, Design Studies, 2001, 22, p. 519-542.

Karlsson, C., ″EcoDesign : what′s happening ? An overview of the subject area of EcoDesign and of the papers in this special issue ″, Journal of Cleaner Production, 14, 2006.

Kemp, R., Pearson, P., Final report MEI project about measuring ecoinnovation, Research of the European Commission, 2007.

Kemp, R.,″ Sustainable Technologies Do Not Exist !″, paper presented at the DIME Conference on Innovation, Sustainability and Policy, Bordeaux, 2008.

Kemp, R., Arundel, A.,″ Survey Indicators for Environmental Innovation″, IDEA (Indicators and. Data for European Analysis), 1998.

Kline, S., Rosenberg, N., ″An Overview of Innovation″, The positive sum strategy : harnessing technology for economic growth, 1986, 31.

Knight, F. H., Risk, Uncertainty and Profit, London School of Economic, 1921.

Kroes, P., ″Engineering and the Dual Nature of Technical Artefacts″, Cambridge Journal of Economic., 2010, 34, p. 51-62.

Le Masson, P. L., Weil, B., Hatchuel, A., Les processus d′innovation : conception innovante et croissance des entreprises, Hermes Science Publications, 2006.

Leiponen, A., Drejer, I., ″What Exactly Are Technological Regimes ? – Intra-Industry Heterogeneity in the Organization of Innovation Activities″, Research Policy, 2007, 36, p. 1221-1238.

Malaman, R., ″Technological Innovation for Sustainable Development : Generation and Diffusion of Industrial Cleaner Technologies″, Fondazione Enrico Mattei, Working paper EEE, 1996, 66.

Malerba, F., ″Sectoral Systems of Innovation and Production″, Research Policy, 2002, 31, p. 247-264.

Malerba, F., Orsenigo, L., ″Technological Regimes and Sectoral Patterns of Innovative Activitie″, Industrial and corporate change, 1997, 6, p. 83-118.

Maresca, B., et Hébel, P., « L′Environnement : ce qu′en disent les Français », La Documentation Française, Paris, 1999.

Markusson, N., ″Drivers of Environmental Innovation″, Vinnova, VF 2001, 1, Stockholm.

Nelson, R. R., Winter, S. G., An Evolutionary Theory of Economic Change, Belknap Press of Harvard University Press, 1982.

Newell, A., Shaw, C., Simon, H., ″The Process of Creative Thinkin″, Presented at a Symposium on Creative. Thinking, University of Colorado, 1959.

Nuij, R., ″Eco-Innovation : Helped or Hindered by Integrated Product Policy″, The Journal of Sustainable Product Design, 2001, 1, p. 49 – 51.

Oltra, V., ″Environmental Innovation and Industrial Dynamics : The Contributions of Evolutionary Economics″, Working paper of GREThA, 26, 2008.

Oltra, V., Kemp, R., De Vries, F., ″Patents as a Measure for Eco-Innovation″, International Journal of Environmental Technology and Management, 2010, 13, 2, p. 130-14.

Oltra, V., Saint Jean, M., « Environmental Innovation and Clean Technology : An Evolutionary Framework », 2005, les Cahiers du GREThA, 28.

Oltra, V., Saint Jean, M., « Innovations environnementales et dynamique industrielle », 2009, Les Cahiers du GREThA, 36.

Organisation internationale de la normalisation « ISO – International Organization for Standardization », 2010, Genève, URL : www. iso. org.

Passet, R., L′économique et le vivant, Payot, 1983.

Patingre, J., Vigneron, J., « Eco-Conception : concept, méthodes, outils, guides et perspectives », Economica, 2001, p. 205.

Perrow, C., ″Is Business Really Changing ?″, Organizational dynamics summer, 1974, p. 31-44.

Porter, M. E., Van der Linde, C., ″Toward a New Conception of the Environment-Competitiveness Relationship″, Journal of Economic Perspectives, 1995, 9, p. 97-118.

Schumpeter, J. A., The Theory of Economic Development, Cambridge, Massachusetts, Harvard university press. 1934.

Suh, N. P., The Principles of Design, Oxford University Press, USA, 1990.

Tan, R. R., Culaba, A. B., Purvis, M. R., ″Application of Possibility Theory in the Life-Cycle Inventory Assessment of Biofuels″, International Journal of Energy Research, 2002, 26, p. 737-745.

Theys, J., « L′environnement à la recherche d′une définition », Notes de méthode de l′IFEN, 1, 1993.

Tchibozo, G., Fries Guggenheim, E., « Une analyse économique de la normalisation de l′assurance-qualité », in Certifier la qualité, Strasbourg, Presses Universitaires, 1998, p. 81-103.

Vernon, R., ″International investiment and international trade in the product cycle″, Quarterly Journal of Economics, 1996, 80, p. 190-207.

Weil, B., Hatchuel, A., « Fondements et usages d′une théorie unifiée de la conception », Colloque « Sciences de la conception », Lyon, 15-16 mars 2002.

Weil, B., Hatchuel, A., ″A New Approach of Innovative Design : An Introduction to C-K Theory″, ICED′03, august 2003, Stockholm.

Williamson, O., Markets and Hierarchies, New-York, Free Press, 1975.

Notes

1 Définition de l′innovation environnementale : « Eco-innovation is the production, assimilation or exploitation of a product, production process, service or management or business method that is novel to the organisation (developing or adopting it) and which results, throughout its life cycle, in a reduction of environmental risk, pollution and other negative impacts of resources use (including energy use) compared to relevant alternatives. » (Kemp et Pearson, 2008).

2 Définition de l′éco-conception « Integrating the environment from the design phase of products, whether goods, services. This integration is based on a comprehensive and multi-criteria environment and is based on taking into account all stages of the life cycle of products. » (ADEME, 2010).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search