Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Cinquième partie. Applications industrielles des agro-ressources

Introduction

Paul Personne

Texte intégral

1Cette dernière partie de l’ouvrage présente plusieurs particularités qui expliquent qu’une place spécifique lui ait été dédiée :

  • d’une part, son objet portant sur les « applications industrielles des agro-ressources » met l’accent sur les utilisations non-alimentaires des productions agricoles, complétant ainsi les analyses précédentes, dont la plupart portaient sur des filières agro-alimentaires stricto sensu.
  • d’autre part, les cas étudiés choisis au niveau régional, via le pôle de compétitivité « Industries et Agro-Ressources » (IAR) ; pôle, dit « à vocation mondiale », mis en place à partir du potentiel des deux régions françaises Champagne-Ardenne et Picardie.
  • enfin, au travers de ces objectifs et des institutions qui les mettent en œuvre, ces applications illustrent une coopération poussée entre le monde de la recherche et celui de l’économie, partenariat plus souvent prôné que réellement pratiqué, notamment en France.

2Ce sont, au demeurant, des chercheurs des régions concernées, acteurs directs ou en situation d’« observation participante » des programmes partenariaux mis en œuvre, qui ont été invités à présenter leurs analyses.

3Trois d’entre eux appartiennent au laboratoire de recherche – Organisations marchandes et Institutions (OMI) de l’université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), équipe particulièrement attentive aux évolutions concernant sa région d’implantation.

4Dans un premier temps, Martino Nieddu nous précise le concept de « bioraffinerie », entendue comme « le fractionnement de la biomasse afin de la faire entrer dans ces trois types de produits : énergie, carburants liquides et chimie ». Il explore ce domaine relativement nouveau, appelé « Knowledge-Based Bio-Economy » (KBBE), par la Commission de l’Union. Européenne ; Institution qui a joué un rôle moteur dans la connaissance et le développement de ces nouvelles voies technologiques, en suscitant et fédérant une série de projets innovants dans le cadre du 7 ° programme-cadre (2007-2010) en matière de R & D.

5Romain Debref, illustre le rôle essentiel des comportements des personnes impliquées dans les processus technologiques en étudiant les innovations dites environnementales par rapport aux principes relevant de l’éco-conception. Pour lui, « l’appropriation de l’enjeu environnemental par les acteurs économiques joue un rôle central, car elle confronte deux paradigmes sociotechniques en quête de survie et/ou de reconnaissance ».

6Estelle Garnier, précise et développe cette approche en analysant un ensemble de projets liés à la région Champagne-Ardenne, s’étageant de 1994 à 2010, et relevant de différents niveaux de financement (régional, national ou européen). Elle montre que la coordination des scientifiques est nécessaire pour réaliser un objectif commun comme celui d’une « chimie doublement verte » (C2V). Les chercheurs concernés participent ainsi à une « construction sociale qui s’inscrit dans le long terme et qui suppose que les acteurs se dotent de visions du futur partagées ».

  • 1 « École doctorale internationale d’été sur « management environnemental et agro-ressources » (EDIE (...)

7En complément de ces analyses d’économistes observant les systèmes de production de savoirs scientifiques et technologiques et leur traduction en termes d’innovations industrielles, sont présentés deux outils institutionnels qui ont fait l’objet de présentation lors des manifestations scientifiques ayant servi de base au présent ouvrage1 :

  • le Pôle Industrie et agro-ressources (IAR) dont la vocation est de « rassembler les acteurs de la recherche, de l’enseignement, de l’agriculture et de l’industrie de Champagne-Ardenne et de Picardie autour des valorisations non alimentaires du végétal ; domaines d’actions stratégiques regroupés sous le concept de bioraffinerie ».
  • le Centre de valorisation des glucides et des produits naturels (CVG), situé sur le territoire d’Amiens Métropole, partenaire du pôle IAR, et dédié à « l’innovation végétale au service du développement industriel »

8Il appartenait au Président de ce pôle international, Daniel Thomas (UTC), de tirer les conclusions de cette immersion dans le monde bio-industriel en montrant que les percées productives qu’il permettait pouvaient se conjuguer avec des préoccupations sociétales légitimes en termes de soutenabilité.

9Pour lui, comme pour tous les scientifiques, par ailleurs citoyens attentifs à leur environnement, le développement des ressources agricoles – pour des finalités non alimentaires comme pour celles relevant de l’alimentation humaine ou animale – doit pouvoir se concevoir dans une perspective de développement durable impliquant la préservation des écosystèmes concernés.

Notes

1 « École doctorale internationale d’été sur « management environnemental et agro-ressources » (EDIE-MEAR) Amiens-Paris, juillet 2010, impliquant une visite au CVGPN de Dury (Ph. De Braeklaere) et une présentation du Pôle IAR (D. Thomas, Th. Stadler).

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search