Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Quatrième partie. Flux économiques et Développement Durable

Introduction

Jean-Marie Bouquery

Texte intégral

1Le comité éditorial a choisi de réunir plusieurs contributions comme les illustrations d′un thème central « Flux économiques et Développement durable », en les proposant dans un ordre allant du macro au micro économique. Nous soulignerons particulièrement le croisement des approches en termes de « représentations des acteurs », de « mobilisation des entreprises », de « terroir » et « d′intelligence territoriale ».

2Sana ESSABER-JOUINI mesure et analyse, pour un pays (la Tunisie) et sur une longue période (1970-2008), les relations entre la croissance économique, la consommation d′énergie et les émissions de polluants. Des relations existent d′évidence, deux par deux, entre ces éléments, ainsi qu′entre ces trois ensembles de flux multiples et leurs effets en termes de développement durable sous la trinité économique, sociale et environnementale. Les travaux présentés montrent que le sens des causalités ne répond pas si simplement à ce que l′intuition peut laisser attendre. Le débat peut ainsi s′ouvrir sur la nature et la qualité des vecteurs de croissance, notamment des formes d′énergie, qui s′offrent aux choix des politiques sectorielles et territoriales.

3Souad KAMOUN-CHOUK questionne la sécurité sanitaire des aliments, pour le même pays (la Tunisie). Elle recourt au concept novateur d′« intelligence territoriale » pour expliquer « une gouvernance à plusieurs dans une logique de développement durable ». La relation alimentationsanté est à la fois une marque du niveau de développement de la société et un facteur de la croissance économique. Elle constitue une « boucle » importante du développement durable, car elle résulte de la maîtrise d′un système complexe de savoirs, d′anticipations, d′information, d′éducation, d′actions préventives, d′organisation logistique, de réactions curatives,… aux niveaux d′espaces multiples, du local à l′international. Le degré de sécurité assuré influe directement sur la valeur des flux économiques impliqués. Un problème pratique, mais politique en dernier ressort, est celui de la cohérence entre le mode et les structures de gouvernance nécessaires à la sécurité sanitaire et ceux qui régissent plus généralement l′État et l′ensemble de la société. Degré d′autonomie et formes participatives de diverses instances publiques et collectives, notamment territorialisées, influent ainsi à la fois sur le bien-être des populations et sur la performance économique.

4Les communications suivantes illustrent cette orientation volontariste au niveau des pratiques d′acteurs. Ainsi, Soumia OMARI et Fatima El KANDOUSSI nous exposent le cas de la mise en place d′une stratégie marketing en ce qui concerne des produits de terroir ; en l′occurrence les produits d′arganier de la région Souss-Massa-Drâa, au Maroc. Avec les fruits de l′arganier, cueillette ancestrale sous contrainte de l′écosystème d′une zone aride et reculée, la question, apparemment simple mais vitale, est celle d′un investissement technique et d′une organisation économique socioculturellement viables. Il s′agit, a priori de prendre place sur un marché mondialisé, assoiffé de cosmétiques naturels, a posteriori de générer une complexification nécessaire de la société locale, tremplin d′un développement humain multiforme et de la participation à une société élargie. Les auteures montrent que les produits à base d′argan constituent un levier de développement durable dans la région étudiée, et ceci, via la création des coopératives qui a eu des retombées positives sur les plans social et économique, particulièrement pour les populations rurales concernées.

5De leur côté, Mantiaba COULIBALY et Thierry BRUGVIN nous présentent une synthèse sur les systèmes de vérification et de normalisation des produits agricoles, à propos desquels, ils posent la question de leur fiabilité sur le marché du commerce équitable. En effet, face aux termes habituels de « l′échange inégal » entre niveaux et voies de développement et compte tenu de pouvoirs de marchés trop contrastés, la recherche exemplaire et symbolique d′une relation équitable et pérenne entre acteurs des filières et entre pays ne peut échapper à l′exigence de systèmes de confiance et d′authentification des produits et des dits acteurs. Il n′y a pas de flux innocents ; sans règles, organisations, institutions, le développement serait tel le rocher de Sisyphe. Suspicion a fortiori si on veut bien considérer que les flux économiques ne naissent pas sui generis de l′industrie humaine, que le « rendement du moteur » est imparfait et irrégulier, avec des reflux plus ou moins acceptables et un accès inégal à des stocks limités et disputés. L′interrogation complexe porte ainsi sur l′innocuité toujours soupçonnable des flux économiques, tant dans leur substance que dans leurs valeurs d′échange et d′usage. Ce qui renvoie à des questions de connaissance, d′expertise, de choix, d′autorité légitime, de gouvernance avant d′envisager une solution de gestion optimale.

6Ainsi, ce titre lapidaire « Flux économiques et Développement durable » ouvre sur un grand défi intellectuel de notre temps. La physiologie du « laissez circuler » est elle supportable par l′anatomie de notre planète et de nos corps sociaux ? La turgescence économique est-elle fertile d′un développement achevé et harmonieux des humains et des peuples ? Comment faire, comme le souhaitait André Siegfried, pour que « le commerce soit celui des hommes avant celui des choses » ? Une médiation et non une aliénation ? Un partage de valeur, un lien social, non l′asservissement du travail des gens à un progrès labile et illusoire ? « Cosmos et suspicion » nous a prévenus Gaston Bachelard. Existe t′il une posture managériale propre à tempérer notre doute et à inspirer notre action ? La question de l′impact de l′usage des ressources mobilisées et des produits de l′activité économique sur les sociétés humaines et leurs écosystèmes peut et doit se poser à toutes les échelles de nos collectivités sociales, du village à l′État, de l′entreprise à l′échange international.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search