Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Conclusion : « Les visages de l’histoire, Monumenta, memoriae et historia(e) »

Stéphane Benoist

Texte intégral

Ouverture

  • 1 Benoist 2017, pour quelques réflexions concernant la biographie et l’autobiographie dans le context (...)

1Il me revient le plaisir de clore ce volume des actes du colloque « Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien » – dont la dernière session eut le privilège de se tenir à la Villa Marguerite Yourcenar de Saint-Jans-Cappel le samedi 30 septembre 2017 – en commençant par quelques propos tirés des Essais et mémoires de l’écrivaine qui sut, à nul autre pareil, redonner vie et chair au successeur de Trajan, en lui prêtant ses mots, dans la lignée des sept autobiographies impériales, depuis Auguste jusqu’à Septime Sévère, dont les fragments nous sont parvenus1. Dans l’essai intitulé Sous bénéfice d’inventaire (1962), qui ouvre ce volume de la Pléiade, se place en première position une réflexion rédigée à Mount Desert Island en 1958 et intitulée : « Les visages de l’histoire dans l’“Histoire Auguste” ». J’en extrais les deux premiers paragraphes :

  • 2 Yourcenar, Essais et mémoires, p. 5-6. À propos de cette lecture yourcenarienne de l’HA, voir Poign (...)

Si, de toutes les Histoires qu’a enregistrées la mémoire humaine, celle de Rome a fait réfléchir le plus de philosophes, rêver le plus de poètes et déclamer le plus de moralistes, c’est en partie grâce au génie d’un petit nombre d’historiens romains (et d’un couple d’historiens grecs) qui ont puissamment contribué à prolonger jusqu’à nous le souvenir et le prestige de Rome. C’est parce que Plutarque nous montre les conjurés se ruant au Sénat sur le divin Jules que César reste pour nous, et en dépit de tous les meurtres politiques perpétrés entre-temps, l’image par excellence du dictateur mis à mort. C’est à Tacite que Tibère doit de tenir à jamais l’emploi du tyran misanthrope et Néron celui de l’artiste raté. C’est parce que l’œuvre biographique de Suétone contient douze empereurs que les rayons de nos bibliothèques et les façades des palais de la Renaissance sont presque obligatoirement surmontés par douze bustes des Césars.
Mais ces grands historiens dont plusieurs furent d’abord et surtout de grands stylistes, fleurirent tous, pour employer le terme d’usage, à l’intérieur des quelques deux siècles qui vont de la jeunesse de César à la maturité d’Hadrien. Le plat Domitien, par qui Suétone clôt la revue des douze Césars, est le dernier empereur romain à bénéficier d’un grand portraitiste. Après lui, et pendant les trois cent cinquante et quelques années qui s’écouleront encore jusqu’à la chute de Rome, nous ne possédons plus guère que des témoins médiocres, non seulement biaisés (ils le sont toujours) mais crédules, conventionnels, confus, souvent légers à l’excès ou superstitieux à outrance, travaillant à peu près ouvertement à des fins de propagande, reflétant dans leur cerveau et dans leur langage la fin d’une culture, passionnants pourtant parce que leur médiocrité même leur confère une sorte de véracité, fait d’eux les interprètes qualifiés d’un monde qui s’en va2.

  • 3 Suet., Aug., 7 : Thurinum cognominatum satis certa probatione tradiderim, nactus puerilem imaguncul (...)

2Cette lecture personnelle des historiens grecs et latins, confrontée à la mémoire humaine et à une perception en quelque sorte « institutionnalisée » des successions impériales, met judicieusement en avant une période de deux siècles, qui va de César à Hadrien, soit très exactement les contextes de narration et de rédaction des uitae suétoniennes, le biographe s’étant mis au service d’Hadrien, en tant qu’ab epistulis, et lui ayant de surcroît offert une statuette du fondateur du principat qui nous apprend son surnom de Thurinus3. Suétone est bien le modèle de l’auteur polyonyme de l’Histoire Auguste, encore présentée de manière traditionnelle à la date de cet essai comme une œuvre rédigée par six historiographes, qui propose les biographies des princes et de leurs associés ou compétiteurs depuis Hadrien (« aux plus beaux temps de la paix romaine, à l’apogée d’un monde qui ne se savait pas si près de finir ») jusqu’au plus obscur Carin.

  • 4 Tac., Hist., I.1 : Initium mihi operis Seruius Galba iterum Titus Vinius consules erunt. nam post c (...)

3Le rapport établi par Yourcenar entre authenticité et véracité est tout à fait éclairant : « Neuf fois sur dix, le mensonge est bien entendu dicté par la haine partisane ou la flagornerie à l’égard du prince au pouvoir ». En excellente humaniste et lectrice des grands auteurs classiques, ses propos font écho aux deux préfaces que Tacite rédigea pour ses œuvres historiques, les Histoires puis les Annales, abondamment commentées et ici finement rapportées à cette œuvre paradoxale de l’Histoire Auguste, en cette Antiquité tardive qui fut l’enjeu d’une réappropriation de l’histoire des « Païens » par les Chrétiens4.

  • 5 Yourcenar, Essais et mémoires, p. 12, réflexion à insérer dans ce passage tout à fait explicite : « (...)
  • 6 Ibid., p. 19 : « Ce n’est pas à nous, si myopes quand il s’agit d’évaluer notre propre civilisation (...)

4En définitive, malgré les faiblesses de cette collection de biographies impériales, l’auteure des Mémoires d’Hadrien émet un jugement somme toute favorable et relève le caractère positif de cette œuvre qui dégage une « effroyable odeur d’humanité5 », même s’il s’agit pour Yourcenar de s’en tenir à une vision classique, datée, du déclin, de la décadence de l’Empire, comme l’affirme cette remarque sans appel à propos des « signes de la fin de leur monde6 ». On pourrait poursuivre aisément la réflexion en compagnie de l’exilée de Mount Desert Island, et approfondir cette réflexion avec Le temps, ce grand sculpteur (1983), essai dans lequel prend place en introduction une étude sur « quelques lignes de Bède le Vénérable » (1976).

  • 7 Sur la notion de « traces » pour l’historien, l’étude exemplaire du médiéviste Joseph Morsel 2016.
  • 8 Pour une première lecture de ces jeux de masques, Benoist 2013 a et b.

5Cette aventure collective que représente toute rencontre scientifique se donnant une feuille de route précise et réunissant des compétences pluridisciplinaires afin de mener à bien une telle entreprise, s’est attachée à traquer, tels des explorateurs, les traces laissées par la mémoire de ces deux grands empereurs, Trajan et Hadrien, depuis leurs contemporains jusqu’aux nôtres7. Cette enquête visait à ne négliger aucune forme du savoir incluant des narrations historiques rédigées depuis l’Antiquité jusqu’aux époques moderne et contemporaine, ainsi que des représentations de diverses natures et pour divers publics, enfin les multiples réceptions de ces modèles antiques. Je m’attarderai dans ce qui suit sur trois ensembles de données tirées en grande partie des 23 chapitres de ce livre. D’une part, en m’attachant à rendre compte d’un inventaire des sources témoignant de la variété tout à fait remarquable des angles d’approche privilégiés par les différents contributeurs ; puis, en interrogeant le destin contrarié des personae des empereurs Trajan et Hadrien, depuis les témoins les plus proches jusqu’aux réécritures contemporaines se jouant des identités et brouillant les pistes d’une composition par trop rhétorique entre boni et mali principes pour le dire comme l’Histoire Auguste8 ; enfin en reprenant la matière d’une réflexion au long cours sur les rapports entre monumenta, memoria et historia(e), dans le but d’avertir les humains sur la rumeur du monde.

Inventaire des sources

  • 9 Je maintiens des guillemets qui me semblent nécessaires à une compréhension contextualisée d’une se (...)
  • 10 Selon l’expression heureuse de Fergus Millar 2000.
  • 11 Pour un état des sources concernant les années de transition entre Trajan et Hadrien, Benoist 2019.

6Il était tout à fait prévisible que la part belle serait donnée aux littératures « païenne » et « chrétienne »9 de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans les études abordant ces années 96-138 du principat, de l’histoire proprement dite à l’historiographie, qu’elle fût sénatoriale ou chrétienne. Les sources traditionnelles de l’historien du premier siècle du principat, en partie « antonines », peuvent certes comparaître indirectement au tribunal du savoir historique sur le premier tiers du iie siècle de notre ère, avec les Suétone, Tacite ou Pline témoignant de certains aspects des modes d’être de nos princes, de leur politique et du contexte de leur floruit, mais la matière nous manque pour mener à bien le récit annalistique des années des premiers princes antonins. Tacite annonçait pour ses vieux jours un hypothétique récit des principats de Nerva et Trajan (cf. note 4, Hist., I.1), Suétone témoigne de sa proximité avec Hadrien, avant qu’une révolution de palais ne l’éloigne du pouvoir impérial, Pline nous livre un échange de lettres avec l’empereur Trajan qui ont été abondamment commentées, notamment afin d’en tirer quelque enseignement sur le « gouvernement par correspondance »10. Mais les livres consacrés à cette période par Cassius Dion sont fort corrompus, les historiens contemporains manquent et les récits tardo-républicains d’Appien ou la correspondance de Fronton n’aident guère à dresser la liste des facta des principats de nos « héros ». Seule l’historiographie sénatoriale des ive-ve siècles permet de confronter nos données épigraphiques, numismatiques et papyrologiques à un récit (historia) très condensé de ces principats, même si la biographie d’Hadrien par l’auteur de l’Histoire Auguste se fonde sur l’œuvre perdue de Marius Maximus et est donc habituellement considérée de bonne facture. Toutefois, ces bribes d’histoire « païenne » de la Rome antonine du premier tiers du iie siècle sont suffisantes pour traiter notamment des figures impériales des deux princes, nous y reviendrons, en particulier en ces années de transition 116-11811. Le parti-pris d’un déroulé chronologique de la première partie des textes qui suivent rend compte de cette approche simultanée des sources contemporaines et plus tardives qui nous sont parvenues, de la confrontation des portraits des princes à leurs prédécesseurs et à leurs successeurs. Ce sont notamment les contributions de Novella Lapini, Christelle Ansel et Françoise Lecocq qui nous permettent en ouverture de mesurer la nécessité de croiser les données littéraires, numismatiques et archéologiques qui renouvellent la compréhension des postures impériales.

  • 12 Pour une analyse suivie des récits des abréviateurs dans la perspective d’une construction rhétoriq (...)

7La littérature chrétienne tardive et alto-médiévale s’est approprié les figures de Trajan et d’Hadrien, et tout particulièrement le premier d’entre eux qui avait plus à se faire pardonner, afin de renouveler nos perceptions de ces figures impériales. L’un des apports de plusieurs chapitres de ce volume est d’offrir des approches convergentes d’une même réécriture historique qui complète les portraits classiques que les abréviateurs tardifs nous ont livrés en autant de formules rhétoriques très stéréotypées, notamment celle rapportée par Eutrope (8.5.3) mettant en regard le fondateur du principat et Trajan pour souhaiter à tout nouveau princeps d’être « felicior Augusto, melior Traiano ». La matrice chrétienne transforme un Païen potentiellement persécuteur selon une lecture orientée du dossier plinien en Saint. On lira avec profit les développements complémentaires de Pere Maymo i Capdevila et Juan Antonio Jiménez Sanchez d’une part, d’Alban Gautier et d’André Descorps-Declère d’autre part. La rédemption spectaculaire d’un Trajan transféré de l’enfer au paradis suit assurément une postérité qui se fonde sur les modèles de l’historiographie sénatoriale des ive-ve siècles et réinterprète une figure positive du métier d’empereur en termes chrétiens, du viiie aux xe-xiie siècles, un salut qui semble avoir pris corps et forme en particulier dans les îles Britanniques avec Bède, observatoire privilégié du destin de la légende grégorienne forgée à Rome, un pape concourant à la rédemption d’un prince païen. Pour le dire plus nettement, il importait que ce dernier fût un bon prince pour mériter sa rédemption. Hadrien, dont la mémoire chrétienne avait pourtant conservé une image positive, n’eut pas cette destinée, lui qui put être perçu comme un empereur dont le comportement tant privé que public pouvait être condamné, pour ses mœurs ou son attitude à l’égard des sénateurs de son accession à sa longue agonie12.

  • 13 Pour une lecture très différente de la monnaie célébrant l’entrée solennelle d’une effigie de Traja (...)
  • 14 Alberto Giudice, « Le principat d’Hadrien : organisation de l’espace urbain et administration terri (...)

8Pour la mise en scène d’un discours en images reproduisant du vivant des princes et postérieurement une même célébration de l’Imperator Caesar Augustus, de quelque titulaire de la statio principis qu’il s’agisse, on lira avec profit plusieurs des chapitres qui précèdent. Certains vecteurs naturels d’une légitimation d’un nouveau princeps procèdent par diffusion d’un message portant sur la transmission des pouvoirs du prince défunt au nouveau titulaire de la charge impériale mise en images, des monnaies aux reliefs historiés des monumenta les plus emblématiques, avant que la réception de ces motifs se transmette par-delà les âges aux statues et peintures des époques médiévale et moderne. On en voudra pour preuve les enquêtes minutieuses proposées par Christelle Ansel pour l’arc de Bénévent, Françoise Lecocq prenant à témoin l’image du phénix impérial au tournant des années 117 et 118, tandis qu’Édith Marcq inventorie les représentations des deux princes, de la Renaissance au xixe siècle. Assurément, les cérémonies concourent à l’installation d’un nouveau pouvoir à Rome, funérailles publiques ou cérémonies de consecratio, voire entrée solennelle de l’effigie d’un défunt rappelant ses victoires passées. Si la définition des rituels peut opposer les savants, les monnaies émises et les monumenta érigés sont sans conteste des éléments participant d’une même rhétorique du pouvoir et facilitent la reconnaissance publique du nouveau titulaire à la tête de l’Imperium Romanum13. La politique monumentale des princes illustre une certaine conception du pouvoir qu’ils incarnent : on se reportera en particulier à l’analyse des auditoria proposée par Michèle Villetard et à l’étude très complète de la postérité paradoxale des monumenta trajaniens et hadrianiques établie par Martin Galinier. Une thèse récemment soutenue permet de mesurer la spécificité de l’œuvre d’Hadrien pour une définition très minutieuse de sa politique urbaine, à Rome et dans l’Empire. Je reviendrai sur ce thème, qui souligne d’ores et déjà un apport majeur de nos sources documentaires14.

  • 15 Selon les travaux de Reinhart Koselleck 1997, « Le concept d’histoire », p. 15-99.

9De l’opéra et des mangas aux monuments littéraires de toute époque, la variété des sources envisagées dans les divers chapitres de ce livre illustre la richesse de l’ensemble des dossiers étudiés tout à la fois pour les récits historiques qu’ils nous livrent sur les « moments » Trajan et Hadrien, que pour leur réception sur le temps long d’une Historie/Geschichte15 – tant le contenu des récits événementiels exploités dans le cadre de genres très divers, comme ceux envisagés par Rémy Poignault et Olivier Devillers, que leur conceptualisation. La matière collectée, d’un très large spectre, engage notre compréhension d’une période jadis considérée comme l’un des sommets de l’histoire romaine, un acmé longtemps identifié à tort à la supposée « Paix romaine » (cf. Petit 1967). Dans ce tissage des temporalités et des voix multiples appelées à témoigner, juives et chrétiennes (en renvoyant à Christophe Batsch ou Françoise Laurent, pour la littérature juive talmudique d’une part ou les vies de saint Eustache d’autre part), un moment s’avère déterminant pour le glissement du récit à sa réception, voire sa mise en concepts au moyen de tous les procédés de réécriture possibles, ce ive siècle qui impose de penser le modèle impérial romain en termes chrétiens, par exemple à propos de Constantin (voir l’enquête très convaincante de Caroline Blonce). Les abréviateurs d’une part, l’Histoire Auguste d’autre part, les historiographes chrétiens comme Lactance ou Eusèbe de Césarée enfin, autant de passeurs de récits en réception, de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge, dans une temporalité large qui conduit Étienne Wofff jusqu’au viiie siècle. Il y est tout autant question de réception que de transmission et d’utilisation, ce qui suppose d’être attentif aux usages de la mémoire, de l’oubli et à toutes les formes de confusion.

Le destin contrarié des personae des princes Trajan et Hadrien

  • 16 Cf. Thomas 2017, p. 125, qui définit à propos du posthume et des règles successorales en droit roma (...)
  • 17 Les polices Trajan ou Hadriano qui se présentent à nous comme autant d’hommages à l’épigraphie monu (...)
  • 18 Par exemple la monnaie n° 2 de l’annexe numismatique qui date de la dernière année du principat de (...)
  • 19 On retrouve à un siècle d’intervalle ce jeu de rôle des couples Auguste/Tibère et Trajan/Hadrien, l (...)

10Il ne s’agit pas en ce qui me concerne dans cette section de jouer proprement sur les mots, et en particulier avec la polysémie du terme persona, qui nous permet tout à la fois d’évoquer la dimension juridique de toute définition d’une « personne » en droit romain16, mais également le caractère de cet « individu », et pour notre propos les façons diverses d’exercer le métier d’empereur, quand la persona ne désigne pas ces caractères d’imprimerie associés à nos empereurs, lumineusement mis en lumière par Christophe Hugot17. Dans leur introduction, Alban Gautier et Christine Hoët-van Cauwenberghe ont bien mis en exergue la mémoire en miroir de nos princes. Ainsi, l’historiographie sénatoriale développe à l’envi la pétition de principe d’un Trajan optimus princeps18, les mémoires chrétiennes jouant diversement du « paganisme » des empereurs et de leurs conduites supposées de persécuteurs à l’égard des communautés chrétiennes, leurs attitudes face aux juifs n’étant plus désormais la cause d’une quelconque réprobation, bien au contraire. Dans une réécriture permanente des destins de nos imperatores, le mot-clef des reconstructions postérieures s’affirme comme une mise en doute de la légitimité de l’accession d’Hadrien au pouvoir impérial et comme une rhétorique de l’opposition en tout point de leurs conduites « impériales », morales, politiques et religieuses. Une bonne illustration de la variabilité des jugements est fournie par l’enquête menée par Sylvain Destephen qui revient à définir le métier d’empereur selon Hadrien, la visite aux provinces étant mise en regard de la conquête de territoires19.

  • 20 Se reporter à la fine analyse de Méthy 2003 et aux compléments fournis par Benoist 2015. Il suffit (...)
  • 21 Pour l’usage monétaire de la consecratio à cette date, Benoist 2005, p. 181-182.

11Une nécessaire mise en contexte permet de suivre les destinées impériales de période en période, depuis l’époque antonine et les enjeux d’une redéfinition des personae des princes au sein d’une construction rhétorique du choix du meilleur, jusqu’aux époques postérieures, Antiquité tardive, Moyen-Âge, Renaissance et époque contemporaine. L’étude de la réception aux xviiie et xixe siècles des mémoires de Trajan et d’Hadrien, au prisme des perceptions de l’aristocratie et de l’historiographie sénatoriales, conduite par Cyrielle Landréa est tout à fait éclairante à cet égard. On pourra ajouter dès l’époque antonine l’exemple bien connu des Principia historiae de Fronton, lettre programmatique adressée à Marc Aurèle, annonciatrice d’un traité qui ne fut jamais rédigé sur la guerre parthique de Lucius Verus. Le précepteur des deux frères choisit de célébrer la geste du cadet dans une rhétorique de l’éloge destinée à avertir l’aîné contre certains penchants philosophiques. Le débauché et figure-modèle du mauvais prince devient ainsi un exemple qui dépasse la stature de l’optimus princeps en un surprenant jeu de chassé-croisé épidictique20. La titulature impériale peut être un bon observatoire de ces multiples identités impériales se jouant de la réputation d’un bon prince ou bien puisant dans le répertoire des prédécesseurs certains éléments d’un discours légitimateur. Jean-Marc Doyen prend à témoin l’utilisation par Gallien des modèles iconographiques de Trajan et d’Hadrien et de la légende SPQR OPTIMO PRINCIPI, tandis que Trajan Dèce peu de temps auparavant se construit une persona faite d’une histoire au long cours du principat, par la prise du cognomen trajanien et l’émission de monnaies dites de consecratio offrant ainsi une lecture orientée de la mémoire impériale ab Vrbe Augusta condita21. Dès l’accession au pouvoir d’Hadrien, les premières monnaies émises jouent sur tous les ressorts de légitimation du pouvoir d’un fils dont on a pu contester a posteriori l’adoption et plus directement les façons de concevoir son métier d’empereur (cf. monnaies nos 3 & 4).

12Les chapitres qui précèdent sont autant de preuves des relations étroites et néanmoins tumultueuses entretenues entre histoire(s) et mémoire(s), sur une très longue durée, même si certaines périodes apparaissent plus fécondes, en particulier cette Antiquité tardive de longue haleine, à cheval entre deux périodes chronologiques trop souvent strictement délimitées, des ive-viiie siècles. Le discours impérial, qui accompagne chaque principat comme autant de justifications, de célébrations et de représentations du titulaire de la statio principis, se nourrit des mises en scène passées du pouvoir et est une source pour les historiens de toute époque, depuis les contemporains jusqu’aux prosateurs les plus récents. Les biographies, autobiographies et mises en récit se complètent et fécondent une histoire tissée de mémoires multiples et parfois contradictoires. Les fragments des historiens grecs et latins tout comme les abréviateurs tardifs ont construit une lecture des personae de Trajan et Hadrien qui a fortement influencé les sources, notamment chrétiennes, postérieures. Les jeux de masque et d’identités auxquelles sont rattachées les différentes conceptions du métier d’empereur, illustrent les fronts renversés de la mémoire. Il en va ainsi de Trajan à Hadrien, en passant par Constantin, Maxence ou Théodose, d’un prince guerrier à un prince voyageur, l’une et l’autre déclinaison d’un modèle de comportement qui ressortit à la vulgate augustéenne des représentations de l’empereur en imperator ou en sacrificateur, capite uelato, du ciuilis princeps au garant de l’intégrité territoriale de l’Imperium Romanum. C’est en tout cas ce que confirme l’étude de Caroline Blonce dans la Rome de Maxence reconstruite aux couleurs de Constantin. Variatio et imitatio sont bien étroitement imbriquées tant le régime impérial augustéen définit ab origine l’ambiguïté native d’un nouus status sous couvert de tradition.

Avertir les hommes à propos de la rumeur du monde. Monumenta, Memoria, Historiae

13Le récit des événements de l’Empire sous Trajan et Hadrien permet de confronter les mémoires « païennes », les mémoires juives et les mémoires chrétiennes afin de mettre en jeu (et de dresser les enjeux) des perceptions successives de ces deux princes et de leurs politiques. Du persécuteur chrétien au Saint, Trajan a parcouru un long chemin, de Pline à Grégoire le Grand et les Acta Alexandrinorum nous livrent une image très négative de la perception « égyptienne » de l’optimus princeps comme nous l’enseigne Livia Capponi ; quant à Hadrien, mémoire et oubli ont participé à l’élaboration d’un destin contrarié ; il n’a véritablement connu de retour en grâce qu’assez tardivement, jusqu’à la fortune littéraire des Mémoires recomposés par Marguerite Yourcenar. Dès lors, il retrouve une place qui est plus conforme à la figure du philhellène que les rhéteurs et philosophes des iie et iiie siècles nous ont dressée. La France du Second Empire et de la Troisième République peut réfléchir à dessein, avec Victor Duruy, « au second âge de la monarchie impériale » et envisager diversement les figures de Trajan ou d’Hadrien, entre modération, dictature ou absolutisme ; la légende noire de ce dernier débouche sur de surprenants rapprochements avec un Hadrien en nouveau Néron, ce que la postérité du colosse autoriserait à formuler, si les connaissances archéologiques avaient été suffisantes à cette date (se reporter aux exemples relevés par Cyrielle Landréa).

  • 22 Hor., Carm., III.30.1-2 : Exegi monumentum aere perennius/regalique situ pyramidum altius ; « J’ai (...)
  • 23 Afin de mesurer l’œuvre de Maxence, malgré une mémoire en grande partie abolie, en ultime successeu (...)
  • 24 On peut mesurer la permanence de la mémoire antonine des « bons empereurs » en Afrique romaine dans (...)

14C’est en définitive le propre des monuments de mots et de pierre d’avertir/d’enseigner les générations successives sur la postérité des grands hommes. Il en va bien évidemment ainsi des plus grandes œuvres littéraires qui peuvent prétendre suivre la voie tracée par Horace à l’époque augustéenne22. Mais ce sont plus particulièrement les politiques monumentales des princes qui nous occupent car elles ont laissé des traces plus durables que les constructions littéraires qui leur auraient été consacrées, même si leur attribution a connu de nombreux aléas comme l’a évoqué Martin Galinier dans sa contribution. Un forum, une très célèbre colonne, un arc, des temples, des basiliques et un mur… Les exemples d’Athènes et de Pergame rapportés aux politiques « urbaines » ont permis à Maria Kantiréa d’analyser très finement l’utilisation de l’architecture au service de la postérité des princes et leurs enjeux religieux et mémoriels pour les Grecs et les Chrétiens. L’œuvre monumentale de Constantin à Rome, un arc et une basilique, illustre un cas d’école qui se joue des temporalités successives, des identités impériales depuis Auguste, et bâtit un discours de pierre en incorporant les strates multiples des politiques édilitaires de ses prédécesseurs, l’ombre portée du dernier des grands princes « romains », Maxence23, se combinant avec les spolia de monuments antonins donnant aux témoignages de la victoire de Constantin à Rome une coloration tout à fait inédite, de Liberator Vrbis et de Fundator Quietis (Caroline Blonce). Les remplois participent d’une leçon d’histoire qui accapare les témoignages du passé, recompose les visages et offrent un renouveau aux empereurs présents chargés désormais de la mémoire des siècles. Il ne s’agit nullement, du moins pas systématiquement, de véritable condamnation de mémoire mais d’un usage judicieux des richesses monumentales accumulées, les empereurs antonins ne faisant pas partie, à l’exception de Commode, et pour une très courte période de 193 à 195, des princes damnati24.

15Les attributions des monuments que l’on doit aux politiques de Trajan et d’Hadrien, la colonne du forum du premier – mais brièvement attribuée au second au tournant des xiie et xiiie siècles –, le mausolée du second devenu Château Saint-Ange, et les arcs notamment, font partie de ces processus de réécriture des histoires de la Rome des iie-ive siècles, d’une cité rêvée et fantasmée, à des moments divers d’un Empire supposé à son sommet, puis en pleine transformation sinon renaissance, par le passage d’un monde païen à un monde chrétien. L’écrivain Julien Gracq rend bien compte de cette perception de l’Vrbs pour tout visiteur qui se propose de parcourir ses rues chargées des mémoires des générations passées :

À Rome, tout est alluvion, et tout est allusion. Les dépôts matériels des siècles successifs non seulement se recouvrent, mais s’imbriquent, s’entre-pénètrent, se restructurent et se contaminent les uns les autres : on dirait qu’il n’y a pas de tuf originel, pas plus qu’il n’y a de couche réellement primitive dans la géologie de notre sous-sol. Et tout est allusion : le terreau culturel qui recouvre la ville est plus épais et plus insondable encore : le Forum, le Capitole, et tout ce qui s’ensuit, sont ensevelis sous les mots plus encore que sous les terres rapportées. Aucune ville n’a jamais fléchi sous le poids d’un volume aussi écrasant de Considérations (principalement sur la grandeur et la décadence). (Gracq 1988, p. 8-9)

  • 25 Amm. Marc., XVI.10.14-17, pour la visite des monuments de la Ville et 20 (augustissima omnium sede) (...)

16On pourrait de même prendre à témoin l’historien Jean Malalas qui consacre aux travaux de Trajan et d’Hadrien à Antioche des passages importants de sa Chronographie tandis que le propos général s’attache à rendre compte de la campagne parthique des princes (en se reportant aux propositions de lecture d’Alessandro Galimberti et Marco Rizzi). Ce récit, au tournant des ve et vie siècles, accorde ainsi une place non négligeable à cette dimension de la politique des empereurs romains comme le faisaient systématiquement un siècle auparavant les abréviateurs dans leurs biographies des empereurs en ce qui concerne la cité caput imperii. Ces marqueurs physiques pour la mémoire collective des contemporains, appelés à participer à des cérémonies publiques mettant en scène les espaces urbains investis par les princes depuis Auguste, sont des jalons essentiels d’une conception politique et sociale de l’Vrbs, que l’on peut identifier dans les passages consacrés par Ammien Marcellin à la visite en 357 de l’empereur Constance II à Rome25.

Fermeture

  • 26 Par exemple dans Une mémoire en actes 2016, la mise au point de Thomas Späth, après Catherine Baroi (...)

17L’introduction de ce volume s’est chargée de faire la liste des partenaires à l’origine de la rencontre internationale des 28-30 septembre 2017, trois laboratoires de recherche, trois universités et l’Institut universitaire de France, et de remercier toutes celles et tous ceux qui ont concouru à la réussite de ce colloque et de ses opérations de valorisation associées, exposition et activités en direction du grand public. Il convient en effet de saluer à tous les niveaux les acteurs ayant participé à ce symposium qui s’insère dans la longue histoire des rencontres du laboratoire HALMA (déjà le 41e). La pluralité des lieux impliqués me permet de souligner, parmi ces loci memoriae dont on a pu aborder la spécificité au sein du programme « Mémoire et histoire » de l’UMR par le passé26, le plaisir qui fut le nôtre d’achever cette commémoration des « Mémoires de Trajan et d’Hadrien » à la Villa de Saint-Jans-Cappel. C’est en cette résidence d’écrivains, et sous le regard de nombre d’entre eux, que la session conclusive abordant notamment les données les plus contemporaines de la réception des mémoires impériales, de l’opéra (Rémy Poignault) aux mangas (Olivier Devillers), s’est déroulée. C’est également en cet espace, marqué par la présence tutélaire de Marguerite Yourcenar, qu’Alexandre Terneuil, écrivain lui-même, a exposé l’importance des portraits sculptés de Trajan et Hadrien dans la méditation rêvée de l’écrivaine, en reprenant cette formulation très parlante d’un « art magique capable d’évoquer un visage perdu » à propos des Mémoires d’Hadrien. Des acteurs, des discours et des actes, ce présent volume, prennent ainsi part aux temporalités naturelles de toute recherche collective réussie.

18Cette aventure humaine que constitue toute rencontre universitaire composée de sessions académiques et de moments de convivialité en des lieux données, Villeneuve d’Ascq, Lille ou Saint-Jans-Cappel, a permis de croiser les regards, de l’Antiquité à nos jours, les méthodes entre historiens, historiens de l’art et littéraires, et les générations, des savants confirmés aux étudiants, docteurs, doctorants ou masterants ayant communiqué ou participé aux activités de valorisation et assuré une intendance des plus efficace. Trans-périodicité, transdisciplinarité et trans-générationnel, voilà de quoi réjouir les autorités politiques de la recherche académique française… Le Nord et son ancrage méditerranéen furent à l’honneur, tout comme nos missions d’enseignants-chercheurs participant nécessairement à l’ouverture des humanités sur la cité, afin d’accompagner notre monde, d’où il vient et où il va ! J’avais choisi de clore l’ultime session du colloque en plongeant avec Marguerite dans l’Eau bleue d’un rêve qui peut très bien se confondre avec le travail de l’historien, imaginer avec véracité les sentiments de l’homme Hadrien, ou les comportements des princes Trajan et Hadrien, dans toute leur complexité psychologique :

C’est à peine un rêve : une vision tout d’une pièce, tout d’une couleur, échappe aux conventions nocturnes : pas d’affabulation, pas de changements à vue, pas de personnages, pas de péripéties, aucun des trucs de coulisse du songe. Inerte, endormie, je me sens immergée dans les pures profondeurs d’un océan bleu, fluide comme l’air d’un matin de printemps, transparent comme le plus clair cristal, et les mots d’aigue-marine et de saphir sont opaques et lourds comparés à ces précieuses couches liquides dont le moindre mouvement, le simple poids de mon corps se maintenant en équilibre entre deux profondeurs me font sentir la douce pression fraîche. Je respire sans suffoquer cette eau transparente comme le vide et comme le ciel, et ce bonheur qui ne peut s’exprimer que par des paroles devrait se traduire ici par une série d’arpèges bleus. Cette joie physique limpide peut tout au plus se comparer à celle du baigneur qui plonge dans la grotte bleue de Capri au plus fort d’une journée d’été. Une telle froideur immaculée écarte jusqu’au soupçon d’un symbolisme sexuel, et pourtant le bonheur parfait, la pure joie de ce rêve qui se prolonge par-delà le réveil, comme le bénéfice d’un bain vous suit tout le long des heures chaudes, évoque la vision béatifique de l’amour. Il m’est arrivé assez souvent, c’est-à-dire trois ou quatre fois dans ma vie, de sortir d’un rêve rassérénée, rafraîchie, rassurée, mais j’oubliais au réveil les raisons de cet état délicieux, de même qu’il nous est arrivé à tous de sortir brusquement d’un cauchemar, terrifiés par nos propres cris, mais sans aucun souvenir du danger qui nous faisait crier. Seul ce rêve, d’ailleurs rêvé dans un moment d’intense fatigue physique, me laisse une image, un symbole, le reflet tremblé de cette salutaire piscine bleue. (Yourcenar, Essais et mémoires, p. 1559, dans Les songes et les sorts, 1938-1991)

Bibliographie

Arce 2000 : J. Arce, « Muerte, consecratio y triumfo del emperador Trajano », dans González 2000, p. 55-69.

Arce 2010 : J. Arce, « Roman imperial funerals in effigie », dans B. C. Ewald et C. F. Noreña (dir.), The Emperor and Rome. Space, representation, and ritual, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 309-324.

Baroin 2010 : C. Baroin, Se souvenir à Rome. Formes, représentations et pratiques de la mémoire (Collection « L’Antiquité au présent »), Paris, Belin, 2010.

Beckmann 2016 : M. Beckmann, « Trajan’s Column and Mars Ultor », Journal of Roman Studies, 106, 2016, p. 124-146.

Benoist 2005 : S. Benoist, Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. – début du ive siècle apr. J.-C.) (Collection « Le Nœud Gordien »), Paris, Puf, 2005.

Benoist 2013a : S. Benoist, « Trahir le prince : lecture(s) de l’Histoire Auguste », dans A. Queyrel Bottineau, J.-Chr. Couvenhes et A. Vigourt (dir.), Trahison et traîtres dans l’Antiquité (Collection « De l’archéologie à l’histoire »), Paris, De Boccard, 2013, p. 395-408.

Benoist 2013b : S. Benoist, « Usurper la pourpre ou la difficile vie de ces autres “principes” », dans S. Benoist et C. Hoët-van Cauwenberghe (dir.), La vie des autres. Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain (Collection « Histoire et civilisations »), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 37-61.

Benoist 2017 : S. Benoist, « Biography, History, and Memory. About some Imperial Figures », Bulletin of the Institute of Classical Studies, 60-1, 2017, p. 49-62.

Benoist 2019 : S. Benoist, « 116-118, trois années pour une refondation de l’Imperium Romanum ? Fragments d’un discours impérial », dans A. Caballos Rufino (dir.), De Trajano a Adriano. Roma matura, Roman mutans, Séville, Presses de l’Université de Séville, 2019, p. 105-128.

Benoist & Daguet-Gagey 2008 : S. Benoist et A. Daguet-Gagey (dir.), Un discours en images de la condamnation de mémoire (Collection du CRUHL n° 34), Metz, 2008.

Cornell et alii 2013 : T.J. Cornell, Ed. Bispham, J. Rich, Chr. Smith (éd.), The Fragments of the Roman Historians [=FRH], Oxford, Oxford University Press, 2013.

Cullhed 1994 : M. Cullhed, Conservator Urbis Suae, Studies in the politics and propaganda of the emperor Maxentius, Stockholm, 1994.

Curran 2000 : J. Curran, Pagan City and Christian Capital. Rome in the Fourth Century, Oxford, Oxford University Press, 2000.

De Bruyn 2016 : G. De Bruyn, « Rhétorique dynastique ou mémoire des “bons empereurs” dans les cités africaines aux iiie-ive siècles », dans Une mémoire en actes 2016, p. 265-282.

Elsner 2000 : J. Elsner, « From the Culture of Spolia to the Cult of Relics: the Arch of Constantine and the Genesis of Late Antique Forms », Papers of the British School at Rome, 68, 2000, p. 149-184.

González 2000 : J. González (dir.), Trajano emperador de Roma, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2000.

Gracq 1988 : J. Gracq, Autour des sept collines, Paris, José Corti, 1988.

Huet 2008 : V. Huet, « Spolia in re, spolia in se et damnatio memoriae : les statues et les empereurs julio-claudiens chez Suétone, ou de véritables jeux de “têtes” », dans Benoist & Daguet-Gagey 2008, p. 173-211.

Kinney 1997 : D. Kinney, « Spolia, Damnatio and Renovatio memoriae », Memoirs of the American Academy in Rome, 42, 1997, p. 117-148.

Koselleck 1997 : R. Koselleck, L’Expérience de l’histoire, Paris, Gallimard & Le Seuil, 1997.

Une mémoire en actes 2016 : S. Benoist, A. Daguet-Gagey et C. Hoët-van Cauwenberghe (dir.), Une mémoire en actes : espaces, figures et discours dans le monde romain (Collection « Histoire et civilisations »), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

Méthy 2003 : N. Méthy, « Une critique de l’optimus princeps. Trajan dans les Principia historiae de Fronton », Museum Helveticum, 60, 2003, p. 105-123.

Millar 2000 : F. Millar, « Trajan: Government by Correspondence », dans González 2000, p. 363-388 = Id., Rome, the Greek World, and the East, H. M. Cotton et G. M. Rogers (éd.), vol. 2 : Government, society and culture in the Roman Empire, Chapel Hill et Londres, The University of North Carolina Press, 2004, p. 23-46.

Morsel 2016 : J. Morsel, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste », Revue historique, 680, octobre 2016, p. 813-868.

Petit 1967 : P. Petit, La Paix romaine (Collection « Nouvelle Clio »), Paris, Puf, 1967, réédition 1990.

Poignault 2000 : R. Poignault, « L’Histoire Auguste au carrefour du temps », dans C. Biondi, F. Bonali Fiquet, M. Cavazzuti, E. Pessini (dir.), Marguerite Yourcenar essayiste, Tours, SIEY, 2000, p. 197-212.

Simpson 1977 : C. J. Simpson, « The date of dedication of the Temple of Mars Ultor », Journal of Roman Studies, 67, 1977, p. 91-94.

Späth 2016 : Th. Späth, « Au lieu des Lieux, les actes de mémoire. Figurations du passé et pratiques sociales », dans Une mémoire en actes 2016, p. 23-46.

Thomas 2017 : Y. Thomas, La Mort du père. Sur le crime de parricide à Rome (« Bibliothèque Idées »), Paris, Albin Michel, 2017.

Varner 2004 : E. Varner, Mutilation and Transformation: Damnatio Memoriae and Roman Imperial Portraiture, Leyde, Brill, 2004.

Varner 2008 : E. Varner, « Memory Sanctions, Identity Politics, and Altered Imperial Portraits », dans Benoist & Daguet-Gagey 2008, p. 129-152.

Yourcenar, Essais et mémoires : M. Yourcenar, Essais et mémoires (« Bibliothèque de la Pléiade »), Paris, Gallimard, 1991.

Annexes

Monnaie n° 1. RIC II, Hadrien, n° 26, aureus, Rome.

Monnaie n° 1. RIC II, Hadrien, n° 26, aureus, Rome.

Droit : DIVI TRAIANO PARTH AVG PATRI, buste du divin Trajan, lauré, drapé, cuirassé, à droite ; -revers : TRIVMPHVS PARTHICVS, le divin Trajan (?) debout dans un quadrige regardant à droite, portant une branche de laurier et un sceptre surmonté d’un aigle.

Monnaie n° 2. RIC II, Trajan, n° 367, aureus, Rome.

Monnaie n° 2. RIC II, Trajan, n° 367, aureus, Rome.

Droit : IMP CAES NER TRAIAN OPTIM AVG GER DAC PARTHICO, buste de Trajan, lauré, drapé, cuirassé, à droite ; -revers : REGNA ADSIGNATA, Trajan assis sur une petite estrade regardant à gauche, avec deux assistants, de part et d’autre ; trois rois se tiennent devant l’estrade regardant à droite.

Monnaie n° 3. RIC II, Hadrien, n° 2B, denarius, Rome.

Monnaie n° 3. RIC II, Hadrien, n° 2B, denarius, Rome.

Droit : IMP CAES TRAIAN HADRIANO OPT AVG GER DAC, buste d’Hadrien, lauré, cuirassé, à droite ; -revers : PARTHIC DIVI TRAIAN AVG F P M TR P COS P P, Trajan debout, tend un globe à Hadrien debout à gauche lui faisant face ; les deux sont laurés, en toge et portent des rouleaux à main gauche.

Monnaie n° 4. RIC II, Hadrien, n° 3B, denarius, Rome.

Monnaie n° 4. RIC II, Hadrien, n° 3B, denarius, Rome.

Droit : IMP CAES TRAIAN HADRIANO OPT AVG GER DAC, buste d’Hadrien, lauré, drapé sur l’épaule gauche, à droite ; -revers : PARTHIC DIVI TRAIAN AVG F P M TR P COS P P ADOPTIO, Trajan et Hadrien, tous deux laurés et en toge, face-à-face, se serrent les mains droites et portent des rouleaux à main gauche.

Notes

1 Benoist 2017, pour quelques réflexions concernant la biographie et l’autobiographie dans le contexte impérial d’écriture d’une histoire ab Vrbe Augusta condita. On trouvera l’ensemble des fragments conservés des diverses autobiographies impériales dans Cornell et alii 2013 : Auguste, FRH n° 60 ; Tibère, n° 73 ; Claude, n° 75 ; Vespasien, n° 85 ; Trajan, n° 96 ; Hadrien, n° 97 et Septime Sévère, n° 100.

2 Yourcenar, Essais et mémoires, p. 5-6. À propos de cette lecture yourcenarienne de l’HA, voir Poignault 2000.

3 Suet., Aug., 7 : Thurinum cognominatum satis certa probatione tradiderim, nactus puerilem imagunculam eius aeream ueterem, ferreis et paene iam exolescentibus litteris hoc nomine inscriptam, quae dono a me principi data inter cubiculi Lares colitur.

4 Tac., Hist., I.1 : Initium mihi operis Seruius Galba iterum Titus Vinius consules erunt. nam post conditam urbem octingentos et uiginti prioris aeui annos multi auctores rettulerunt, dum res populi Romani memorabantur pari eloquentia ac libertate: postquam bellatum apud Actium atque omnem potentiam ad unum conferri pacis interfuit, magna illa ingenia cessere; simul ueritas pluribus modis infracta, primum inscitia rei publicae ut alienae, mox libidine adsentandi aut rursus odio aduersus dominantis: ita neutris cura posteritatis inter infensos uel obnoxios. sed ambitionem scriptoris facile auerseris, obtrectatio et liuor pronis auribus accipiuntur; quippe adulationi foedum crimen seruitutis, malignitati falsa species libertatis inest. mihi Galba Otho Vitellius nec beneficio nec iniuria cogniti. dignitatem nostram a Vespasiano inchoatam, a Tito auctam, a Domitiano longius prouectam non abnuerim: sed incorruptam fidem professis neque amore quisquam et sine odio dicendus est. quod si uita suppeditet, principatum diui Neruae et imperium Traiani, uberiorem securioremque materiam, senectuti seposui, rara temporum felicitate ubi sentire quae uelis et quae sentias dicere licet. « Le début de mon ouvrage sera le consulat de Servius Galba, consul pour la deuxième fois, et de Titus Vinius (69 apr. J.-C.). En effet, beaucoup d’auteurs ont relaté les huit cent vingt années de l’époque antérieure depuis la fondation de la Ville, avec une éloquence et une liberté égales tant que c’étaient les faits du peuple romain qui étaient rappelés ; après qu’on eut livré bataille à Actium et qu’il fut dans l’intérêt de la paix de concentrer tout le pouvoir entre les mains d’un seul homme, tous ces beaux talents disparurent au même moment, la vérité fut victime de fractures de multiples façons, portées d’abord par l’ignorance de la chose publique puisqu’elle était aux mains d’un autre, peu après par la passion de flagorner ou au contraire la haine des dominants : ainsi ni les uns ni les autres n’avaient cure de la postérité parmi les esprits hostiles ou assujettis. Mais on peut aisément se détourner de la complaisance d’un auteur, tandis que le dénigrement et la jalousie sont accueillis d’une oreille favorable ; tant il est vrai que la flatterie implique l’accusation infamante de servitude, la malignité une fausse apparence de liberté. Pour moi, Galba, Othon, Vitellius ne me sont connus ni par un bienfait ni par une injustice qu’ils m’auraient faits. Notre carrière publique a dû son début à Vespasien, son progrès à Titus, son essor plus avant à Domitien, je ne saurais le nier ; mais ceux qui ont fait profession de crédibilité inaltérable doivent ne parler de personne avec amour et de tous sans haine. Si la vie m’est encore laissée, j’ai réservé pour ma vieillesse le principat du divin Nerva et le règne de Trajan, matière plus riche et moins périlleuse, grâce au rare bonheur de temps où l’on a le droit de ressentir ce qu’on veut et de dire ce qu’on ressent. » (trad. M. Casevitz) Id., Ann., I.1 : Urbem Romam a principio reges habuere; libertatem et consulatum L. Brutus instituit. dictaturae ad tempus sumebantur; neque decemuiralis potestas ultra biennium, neque tribunorum militum consulare ius diu ualuit. non Cinnae, non Sullae longa dominatio; et Pompei Crassique potentia cito in Caesarem, Lepidi atque Antonii arma in Augustum cessere, qui cuncta discordiis ciuilibus fessa nomine principis sub imperium accepit. sed ueteris populi Romani prospera uel aduersa claris scriptoribus memorata sunt; temporibusque Augusti dicendis non defuere decora ingenia, donec gliscente adulatione deterrerentur. Tiberii Gaique et Claudii ac Neronis res florentibus ipsis ob metum falsae, postquam occiderant, recentibus odiis compositae sunt. inde consilium mihi pauca de Augusto et extrema tradere, mox Tiberii principatum et cetera, sine ira et studio, quorum causas procul habeo. « La ville de Rome fut d’abord soumise à des rois ; la liberté et le consulat furent établis par L. Brutus. On recourait pour un temps aux dictatures ; l’autorité décemvirale ne dépassa pas deux années et le pouvoir consulaire des tribuns militaires ne resta pas longtemps en vigueur. Ni la domination de Cinna ni celle de Sylla ne furent durables ; de même, la puissance de Pompée et de Crassus passa bientôt à César, les armes de Lépide et d’Antoine à Auguste, qui recueillit le monde, fatigué des discordes civiles, sous son pouvoir suprême, en prenant le nom de prince. Cependant les prospérités et les revers de l’ancienne république romaine ont été relatés par d’illustres écrivains, et l’époque d’Auguste n’a pas manqué de beaux talents pour la raconter, jusqu’au jour où la croissance de l’adulation les en détourna. L’histoire de Tibère, de Caius, de Claude et de Néron, falsifiée par la crainte au temps de leur splendeur, fut écrite après leur mort sous l’effet de haines récentes. De là mon dessein de consacrer peu de mois à Auguste et seulement à sa fin, puis de raconter le principat de Tibère et le reste sans colère ni faveur, sentiments dont les motifs sont éloignés de moi. » (trad. P. Wuilleumier) Les termes les plus importants de la pétition de principe de Tacite, dans ces propos liminaires qui expliquent les choix de l’auteur, en particulier en matière de récit annalistique (de 69 à 96 ; puis de 14 à 68), sont soulignés en gras. Ils répondent à une lecture proprement morale de l’histoire qui n’est pas sans retentissement pour la Marguerite Yourcenar « historienne » !

5 Yourcenar, Essais et mémoires, p. 12, réflexion à insérer dans ce passage tout à fait explicite : « Et cependant, en dépit de sa médiocrité foncière, ou peut-être à cause d’elle, l’Histoire auguste est d’une lecture bouleversante ; elle nous passionne d’autant, et davantage parfois, que l’œuvre d’historiens plus dignes de confiance et d’admiration. Une effroyable odeur d’humanité monte de ce livre : le fait même qu’aucune puissante personnalité d’écrivain ne l’a marqué de son empreinte nous laisse face à face avec la vie elle-même, avec ce chaos d’épisodes informes et violents d’où émanent, il est vrai, quelques lois générales, mais des lois qui précisément demeurent presque toujours invisibles aux acteurs et aux témoins. »

6 Ibid., p. 19 : « Ce n’est pas à nous, si myopes quand il s’agit d’évaluer notre propre civilisation, ses erreurs, ses chances de survie, et l’opinion qu’aura d’elle l’avenir, de nous étonner que des Romains du iiie ou du ive siècle se soient contentés jusqu’au bout de vagues méditations sur les hauts et les bas de la fortune, au lieu d’interpréter plus clairement les signes de la fin de leur monde. Rien de plus complexe que la courbe d’une décadence », avec cette interprétation classique de l’HA comme une œuvre qui aurait été rédigée au tournant des iiie-ive siècles, en s’appuyant sur des dédicaces supposées rédigées par les auteurs à leurs contemporains, Dioclétien ou Constantin.

7 Sur la notion de « traces » pour l’historien, l’étude exemplaire du médiéviste Joseph Morsel 2016.

8 Pour une première lecture de ces jeux de masques, Benoist 2013 a et b.

9 Je maintiens des guillemets qui me semblent nécessaires à une compréhension contextualisée d’une seule et même littérature qui se nourrit d’un patrimoine commun de savoirs et de pratiques rhétoriques et philosophiques. Les auteurs ne se partagent point entre des identités pleinement opposées, sinon dans l’orientation de leurs récits.

10 Selon l’expression heureuse de Fergus Millar 2000.

11 Pour un état des sources concernant les années de transition entre Trajan et Hadrien, Benoist 2019.

12 Pour une analyse suivie des récits des abréviateurs dans la perspective d’une construction rhétorique reflétant l’approche dialectique entre boni et mali principes, bons princes promis à la consecratio et tyrans condamnés de mémoire, les développements de Benoist 2019.

13 Pour une lecture très différente de la monnaie célébrant l’entrée solennelle d’une effigie de Trajan en 118 et de la légende du TRIVMPHVS PARTHICVS, Arce 2000 et 2010 et Benoist 2005, p. 149-156. Cf. monnaie n° 1.

14 Alberto Giudice, « Le principat d’Hadrien : organisation de l’espace urbain et administration territoriale de l’Empire », sous la direction de Maria Teresa Schettino et Antonio Gonzales, Mulhouse, 28 septembre 2018.

15 Selon les travaux de Reinhart Koselleck 1997, « Le concept d’histoire », p. 15-99.

16 Cf. Thomas 2017, p. 125, qui définit à propos du posthume et des règles successorales en droit romain la persona, qui n’est pas l’individu mais bien « une entité classificatoire à l’intérieur d’un système de dévolution successorale », à savoir telle classe de successeur en droit civil romain, tel degré de l’ordre successoral déterminé par la distance généalogique, la ligne et le sexe. Cet ouvrage posthume du grand historien du droit est riche de renouvellements de perspectives pour tout historien du politique et de la société impériale romaine tentant d’éclaircir les linéaments d’une « cité des pères » devenue impériale, et de ce fait incarnée par la figure de l’Imperator Caesar Augustus, pater patriae.

17 Les polices Trajan ou Hadriano qui se présentent à nous comme autant d’hommages à l’épigraphie monumentale romaine, notamment l’inscription de la base de la colonne Trajane qui leur sert de référence.

18 Par exemple la monnaie n° 2 de l’annexe numismatique qui date de la dernière année du principat de Trajan avec une légende qui reproduit une titulature comprenant les cognomina deuictarum gentium et le titre d’optimus princeps.

19 On retrouve à un siècle d’intervalle ce jeu de rôle des couples Auguste/Tibère et Trajan/Hadrien, les successeurs, pourtant de grands généraux ayant participé aux guerres et conquêtes de leurs pères respectifs, étant principalement présentés comme des ciuiles principes. Pour une telle mise en parallèle dans nos sources, se reporter à la contribution de Novella Lapini. La dimension augustéenne de l’identité de nombreux princes, Trajan et Hadrien, Maxence et Constantin, entre autres, trouve une éclatante confirmation dans le choix du 12 mai 113 pour la dédicace de la colonne Trajane en écho à la dédicace du temple de Mars Ultor en 2 av. n. è. Cf. Simpson 1977 et Beckmann 2016, qui ajoute la mise en regard des campagnes parthiques, diplomatique et militaire.

20 Se reporter à la fine analyse de Méthy 2003 et aux compléments fournis par Benoist 2015. Il suffit de citer ce passage de Fronto, Princ. Hist., 18 : Iustitiae quoque et clementiae fama apud barbaros sancta de Lucio; Traianus non omnibus aeque purgatus. Regnum fortunasque suas in fidem Luci contulisse neminem paenituit.

21 Pour l’usage monétaire de la consecratio à cette date, Benoist 2005, p. 181-182.

22 Hor., Carm., III.30.1-2 : Exegi monumentum aere perennius/regalique situ pyramidum altius ; « J’ai construit un monument plus durable que l’airain et plus haut que la situation des pyramides royales ».

23 Afin de mesurer l’œuvre de Maxence, malgré une mémoire en grande partie abolie, en ultime successeur d’Auguste in Vrbe : Cullhed 1994 et Curran 2000.

24 On peut mesurer la permanence de la mémoire antonine des « bons empereurs » en Afrique romaine dans la pratique du remploi, très fréquente à partir du règne de Gallien avec Gabriel De Bruyn 2016. Concernant le remploi, lire notamment les enquêtes de Kinney 1997, Elsner 2000, Huet 2008 et Varner 2008. Enfin, à propos de la transformation des statues, des changements d’identités et remodelages, la thèse de Varner 2004.

25 Amm. Marc., XVI.10.14-17, pour la visite des monuments de la Ville et 20 (augustissima omnium sede). Rome est également qualifiée d’éternelle selon la tradition (14, Vrbis aeternae).

26 Par exemple dans Une mémoire en actes 2016, la mise au point de Thomas Späth, après Catherine Baroin 2010.

Table des illustrations

Titre Monnaie n° 1. RIC II, Hadrien, n° 26, aureus, Rome.
Légende Droit : DIVI TRAIANO PARTH AVG PATRI, buste du divin Trajan, lauré, drapé, cuirassé, à droite ; -revers : TRIVMPHVS PARTHICVS, le divin Trajan (?) debout dans un quadrige regardant à droite, portant une branche de laurier et un sceptre surmonté d’un aigle.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Monnaie n° 2. RIC II, Trajan, n° 367, aureus, Rome.
Légende Droit : IMP CAES NER TRAIAN OPTIM AVG GER DAC PARTHICO, buste de Trajan, lauré, drapé, cuirassé, à droite ; -revers : REGNA ADSIGNATA, Trajan assis sur une petite estrade regardant à gauche, avec deux assistants, de part et d’autre ; trois rois se tiennent devant l’estrade regardant à droite.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Titre Monnaie n° 3. RIC II, Hadrien, n° 2B, denarius, Rome.
Légende Droit : IMP CAES TRAIAN HADRIANO OPT AVG GER DAC, buste d’Hadrien, lauré, cuirassé, à droite ; -revers : PARTHIC DIVI TRAIAN AVG F P M TR P COS P P, Trajan debout, tend un globe à Hadrien debout à gauche lui faisant face ; les deux sont laurés, en toge et portent des rouleaux à main gauche.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Monnaie n° 4. RIC II, Hadrien, n° 3B, denarius, Rome.
Légende Droit : IMP CAES TRAIAN HADRIANO OPT AVG GER DAC, buste d’Hadrien, lauré, drapé sur l’épaule gauche, à droite ; -revers : PARTHIC DIVI TRAIAN AVG F P M TR P COS P P ADOPTIO, Trajan et Hadrien, tous deux laurés et en toge, face-à-face, se serrent les mains droites et portent des rouleaux à main gauche.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site