Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Trajan : un empereur de caractère(s)

Christophe Hugot

Résumé

Les capitales romaines, dont les vestiges antiques ont laissé de multiples témoignages inscrits, ont constamment été reprises au cours des siècles. Parmi les inscriptions romaines, aucune ne peut se prévaloir d’avoir été autant réinterprétée que celle qui se trouve à la base de la colonne Trajane, dont les lettres sont érigées en modèles de perfection par un grand nombre de typographes depuis le début du xxe siècle. Notre propos sera de comprendre les raisons de cette notoriété sans égale et d’étudier l’histoire des réalisations typographiques contemporaines inspirées par l’inscription de la colonne Trajane. Nous nous interrogerons enfin sur les intentions et les usages qui incitent à continuer d’écrire avec des formes gravées au siècle des Antonins.

Roman capital letters, many of which survive on ancient monuments, have been copied frequently over the centuries. Among Roman inscriptions, none has been as much reinterpreted as the one which was carved on the basis of Trajan’s Column: typographers have been considering its letters as models of perfection since the early twentieth Century. Here we aim to understand the causes of such an unrivalled renown, and to study the history of modern typographical achievements inspired by the Column’s inscription; we also explore the intentions and practices which have persuaded people to go on using letter forms first carved in the time of the Antonine dynasty.

Texte intégral

1Si l’on en croit Pline le Jeune, le nom de Trajan restera par ses actions, non pour avoir été gravé dans la pierre et le marbre (Pan., 54.7). Pourtant, pour beaucoup, l’empereur est aujourd’hui connu grâce à l’inscription qui porte son nom à la base de la colonne Trajane (Fig. 1), qui en a fait un jalon important dans l’histoire de l’écriture occidentale.

Fig. 1. Base de la colonne Trajane (Rome, 113 ap. J.-C.).

Fig. 1. Base de la colonne Trajane (Rome, 113 ap. J.-C.).

Photographie reproduite avec l'aimable autorisation de Carole Raddato (Following Hadrian).

Capitales de l’Empire : revival

2La plupart des capitales (majuscules) de notre alphabet proviennent de la période romaine. Si ces lettres ont traversé le temps, pour être encore en usage aujourd’hui, c’est sans doute qu’elles ont le mérite de la simplicité : leur sobriété, leur clarté, en ont fait des exemples à suivre. Dans un essai sur la typographie publié en 1931, Eric Gill souligne l’aspect quasi-définitif des capitales depuis l’époque impériale :

  • 1 Gill 2011 (1931), p. 28-29 ; Gill 1910, p. 322.

Les lettres, pour nous, c’est l’alphabet romain et l’alphabet romain, ce sont les lettres. […] On peut dire que ces lettres ont trouvé leur type définitif vers le premier siècle de notre ère. Même si elles ont subi au cours des siècles d’innombrables variations de détails, les lettres romaines n’ont pas connu de changement essentiel1.

  • 2 Munsch 1958, p. 5.
  • 3 Voir par exemple Goudy 1940, p. 67 ; Frutiger 2001, p. 55.
  • 4 Smith 2008, p. 51.

3En 1958, R. H. Munsch résume une impression générale au monde de la typographie quand il prétend que la capitale romaine « est l’œuvre la plus admirable que l’intelligence humaine ait jamais réalisée dans le domaine de l’écriture2 ». Cette œuvre semble si parfaite qu’il paraît dès lors illusoire de créer une police au dessin original, au sens strict du terme3. Les capitales romaines, dont les vestiges antiques ont laissé de multiples témoignages inscrits, forment un squelette immuable auquel les typographes vont donner plus ou moins de chair au cours des siècles. Nous allons étudier ici les réalisations typographiques contemporaines, période particulièrement féconde pour la résurgence des formes et idées puisées dans le passé, « réinterprétées, adaptées au goût et aux conditions techniques du jour4 », en privilégiant la création de polices de caractères faisant référence à l’empereur Trajan.

  • 5 Marshall 2003, p. 22.
  • 6 Laliberté 2004, p. 36.

4Le revival des polices anciennes est né à la fin du xixe siècle, en particulier d’un besoin de polices pour les machines à composer qui remplacent peu à peu les méthodes d’impression héritées de Gutenberg. Deux machines en particulier s’imposent et se concurrencent : la Linotype (1886) et la Monotype (1890)5. Ne disposant guère que de quelques polices mal adaptées aux contraintes de la composition mécanique, Linotype et Monotype se tournent vers les ressources du passé et entreprennent de ressusciter certaines fontes anciennes6. Ce besoin de polices et le retour vers les formes du passé pour des raisons technologiques rejoignent l’invitation à recréer des polices anciennes lancée par des mouvements artistiques comme Arts and Crafts.

  • 7 Bruckner 1990, p. 54.
  • 8 Gress 1923, p. 60-61.
  • 9 Goudy 1946, t. 2, p. 82 ; Bruckner 1990, p. 123.
  • 10 Goudy 1922, p. 24.
  • 11 Ponot 1998.
  • 12 Goudy 1946, t. 1, p. 107-108 ; Orton 1939, p. 85 ; Boone 1942, p. 114-119 ; Matteson 2015, p. 72.
  • 13 Goudy 1918.

5C’est dans ce contexte que l’Américain Frederic Goudy entreprend en 1909-1910 un voyage en Europe7, où il fait moisson de découvertes typographiques. À Rome notamment, il est particulièrement frappé par les inscriptions de la colonne Trajane, de l’arc de Titus et de quelques lettres frottées sur une large pierre fragmentaire du forum8 : elles lui servent d’inspiration pour créer la police Forum Title en 19119, qu’il présente comme étant la première police jamais créée donnant l’esprit des caractères romains du ier siècle10. C’est cependant oublier ou ignorer le travail réalisé par Louis Perrin en 1846 à partir des caractères lapidaires du Musée de Lyon et la création des Augustaux11. À Paris, Goudy s’inspire d’une inscription du musée du Louvre en l’honneur d’Hadrien pour créer la police Hadriano (1918)12. Si Goudy reproduit les caractères de la colonne Trajane dans un manuel typographique publié en 191813, il faut attendre 1930 pour qu’il réalise une police issue de cette inscription : Trajan Title.

La police des polices

  • 14 La colonne fut inaugurée en mai 113.
  • 15 Huet 1996, p. 8-31.
  • 16 En 1576 est publiée par Alfonso Chacón la frise de la colonne Trajane en 130 planches, en particuli (...)
  • 17 Froehner 1872-1874 ; Cichorius 1896-1900.
  • 18 Galinier 2017, p. 246.

6Plusieurs éléments caractérisent l’inscription de la colonne Trajane, qui ont sans doute contribué à sa gloire. En premier lieu, il s’agit d’une inscription pouvant être précisément datée et s’inscrire chronologiquement dans l’histoire de l’écriture14. Le lien avec un personnage important et connu, l’empereur Trajan, ajoute à son aura. Le fait que l’inscription soit présente dans la capitale, visible depuis l’Antiquité à un emplacement de choix, en affirme la majesté. Par ailleurs, toutes les lettres de l’alphabet romain s’y trouvent représentées en grand format, à l’exception de la lettre H. Les typographes peuvent donc extraire de cette inscription un abécédaire cohérent de dix-neuf des vingt lettres qui composent alors l’alphabet latin. Enfin, l’inscription est pratiquement complète. Même si un éclat vient perturber la lecture de la ligne inférieure, il est possible d’évaluer non seulement les lettres mais le travail de composition du graveur dans son intégralité. Surtout, la colonne Trajane est très tôt sortie de l’Urbs et rendue visible au plus grand nombre15, recopiée par le dessin dès la Renaissance16, photographiée dès la fin du xixe siècle17, imitée, devenant « un des paradigmes majeurs de l’Antiquité » dans la culture européenne18.

  • 19 Antonozzi 1638 ; Mosley 1964, p. 26-27 ; Anderson D. M. 1969, p. 132.
  • 20 Hübner 1885 : inscription n° 265 ; Gray 1960, p. 14 ; Anderson D. M. 1969, p. 48.
  • 21 Galinier 2017, p. 234.
  • 22 Pinatel 2013, p. 82-85 ; Galinier 2017, p. 238-239.
  • 23 Chew 2015.
  • 24 Pinatel 2013, p. 84.
  • 25 Evetts 1960, p. 12 (l’édition originale date de 1938).
  • 26 Mosley 1964, p. 33.
  • 27 Woolliscroft-Rhead 1903 : « The finest in character and proportion of any Roman letters available »
  • 28 Turbayne 1904, p. 3-4 et pl. I, II.
  • 29 Anderson D. M. 1969, p. 49.
  • 30 Baudin 1977, p. 26.

7Dès la Renaissance, l’inscription de la colonne est étudiée par Giovanni Francesco Cresci. La première tentative d’une reproduction de chaque lettre avec exactitude date de 1638, avec le De Caratteri (Fig. 2) de Leopardo Antonozzi, qui utilise sans doute un relevé19. Notons également la diffusion de l’inscription dans les recueils épigraphiques, comme dans celui d’Emil Hübner (Fig. 3) en 188520. Surtout, la colonne est maintes fois reproduite par le moulage21. Des copies se sont en particulier retrouvées en France, par la volonté de François Ier, Louis XIII, Louis XIV22, Napoléon III23, par celle de collectionneurs24, mais également en Grande-Bretagne, au Victoria & Albert Museum (V&A) de Londres, où une réplique est dressée depuis 1873 (Fig. 4). Selon le témoignage de L. C. Evetts, publié en 193825, le moulage de Londres a donné lieu à des copies diffusées dans de nombreux collèges et écoles de Grande-Bretagne lesquelles, vendues au prix de 7 livres sterling entre les deux guerres26, ont dû contribuer à la popularité de l’inscription dans ce pays. À défaut de moulage, et sans doute inspirés par celui de Londres, des livres à destination des écoliers reproduisent les lettres de la colonne. George Woolliscroft-Rhead publie en 1903 un ouvrage dans lequel il représente les lettres de l’inscription, dont il souligne la prééminence27. L’année suivante, A. A. Turbayne (Fig. 5) dessine les lettres de la colonne Trajane avec beaucoup de libertés pour un manuel, ajoutant par exemple des empattements aux angles supérieurs du M et du N28. Surtout, Edward Johnston reproduit en 1906 les lettres de la colonne Trajane dans son livre Writing & Illuminating, & Lettering (Fig. 6), y clamant leur beauté. Cet ouvrage, véritable best-seller aux multiples rééditions, propage la connaissance de l’inscription, en particulier aux États-Unis29 et en Allemagne, où le livre est traduit dès 1910 par Anna Simons, sous le titre Schreibschrift, Zierschrift & angewandte Schrift. Dès lors, l’hommage à la suprématie de la capitale Trajane devient rituel30, la plupart des spécialistes de typographie, les typographes eux-mêmes, faisant de l’inscription de la colonne un marqueur, voire le point d’entrée de leur discipline.

Fig. 2. De caratteri di Leopardo Antonozzi. Libro primo (1638).

Fig. 2. De caratteri di Leopardo Antonozzi. Libro primo (1638).

« gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France ».

Fig. 3. Reproduction de mots de l'inscription de la colonne Trajane dans l'ouvrage d'Ernst Willibald Emil Hübner, Exempla scripturae epigraphicae Latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Iustiniani consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussicae (1885).

Fig. 3. Reproduction de mots de l'inscription de la colonne Trajane dans l'ouvrage d'Ernst Willibald Emil Hübner, Exempla scripturae epigraphicae Latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Iustiniani consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussicae (1885).

Fig. 4. Moulage de la colonne Trajane, au Victoria and Albert Museum de Londres.

Fig. 4. Moulage de la colonne Trajane, au Victoria and Albert Museum de Londres.

Photographie de Solipsist, Wikipedia.

Fig. 5. Planche I de A. A. Turbayne, Alphabets & numerals designed and drawn (1904).

Fig. 5. Planche I de A. A. Turbayne, Alphabets & numerals designed and drawn (1904).

Fig. 6. Page 435 de Writing & illuminating, & lettering d'Edward Johnston (1906).

Fig. 6. Page 435 de Writing & illuminating, & lettering d'Edward Johnston (1906).
  • 31 Cabarga 2014, p. 203.
  • 32 Gill 1910, p. 322.
  • 33 Chappell 1975, p. 2.
  • 34 Shaw 2017, p. 19.
  • 35 André 2001, p. 13 ; André 2002, p. 100 ; Gray 1989, p. 15 sq.
  • 36 Carter 1991-1992, p. 4.
  • 37 Gress 1923, p. 52 et p. 56.
  • 38 Munsch 1958, p. 12.
  • 39 Mandel 1982, p. 37 ; voir la préface de F. Romano à Felici 2002, p. ix.
  • 40 Tschichold 1995, p. 23.
  • 41 Massin 1970, p. 46.
  • 42 Laufer 1978, p. 100.
  • 43 Goudy 1918.

8À la suite de Johnston, tous les ouvrages de typographie semblent avoir obligation de mentionner la colonne Trajane31, dont les lettres sont érigées en « primal forms32 », « classic model33 », « epitome of the classical Roman capitals34 », « archétype35 », « canon of orthodoxy36 », voire en « “daddy” of our alphabet37 », défiant les siècles38. Cette inscription est si emblématique qu’elle « a réussi à effacer pour des générations entières toutes les autres écritures de l’antiquité gréco-romaine », écrit Ladislas Mandel39. Pour Jan Tschichold, le lettrage de la colonne Trajane continue à être la source dont tous nos styles de caractères dérivent40. Massin l’affirme : « la lettre inscrit son expression définitive dans le marbre de la colonne Trajane41. » Pour Roger Laufer, « nos majuscules d’imprimerie dérivent des lettres de la colonne Trajane42. » Dans The Alphabet (Fig. 7), paru en 1918, Goudy dessine chaque lettre de l’alphabet de quatorze manières différentes, entourant la lettre issue de la colonne Trajane, représentée en plus grand, de manière centrale, telle une forme idéale à laquelle les autres écritures se rattachent ou dont elles dévient, formant comme une cour autour du caractère impérial43.

Fig. 7. Page consacrée à la lettre N réalisée par Frederic Goudy, The Alphabet: fifteen interpretative designs drawn and arranged with explanatory text and illustrations (1918).

Fig. 7. Page consacrée à la lettre N réalisée par Frederic Goudy, The Alphabet: fifteen interpretative designs drawn and arranged with explanatory text and illustrations (1918).
  • 44 Gress 1923, p. 55.
  • 45 Gress 1917, p. 185.
  • 46 Lefebvre 2016, p. 302.
  • 47 Goudy 1952, p. 42. Il s’agit de la reproduction offset de l’édition de 1942 réunissant en un seul v (...)
  • 48 Johnston 1917, p. 410-411.
  • 49 Bruckner 1990, p. 31.
  • 50 Stock-Allen 2016, p. 75.
  • 51 Seaby 1925, p. 2.
  • 52 Munsch 1958, p. 6.

9E. G. Gress résume en trois mots les qualités souvent vantées de l’inscription de la colonne Trajane : beauté, grâce et lisibilité44. Les lettres sont également caractérisées par deux éléments majeurs : leurs empattements, c’est-à-dire la partie terminale des jambages des lettres, et leur proportion45. Si l’on souligne parfois qu’elles sont gravées d’une manière régulière46, cette remarque serait à nuancer. L’impression produite sur le lecteur est sans doute, de prime abord, celle d’une grande régularité mais, comme le remarque Goudy dans son ouvrage The Alphabet (1918), un examen des lettres indique que les lignes verticales, horizontales, diagonales et courbes varient considérablement d’épaisseur, sans régularité absolue47, ce que montre également Johnston dans Writing & Illuminating, & Lettering48. Presque chaque lettre possède une individualité (littéralement, un caractère) : une fois assemblées, elles donnent un aspect organique à l’inscription. Pour Goudy, une police de caractères qui serait trop régulière, trop précise, serait dépourvue de toute qualité artistique49. « Trajan contained the most subtle letterforms I knew », confie Sumner Stone, un siècle après Goudy50. Pour R. H. Munsch, reprenant presque mot pour mot A. W. Seaby51, « l’aspect sensible du tracé romain est, en effet, obtenu sans l’aide d’aucun instrument de précision : la règle et le compas. C’est une œuvre d’art52. »

  • 53 Depuis Felice Feliciano en 1460 : Mosley 1964, p. 18 ; Zapf 2000, p. 46. Au xvie s., Luca Pacioli, (...)
  • 54 Renner 1922.
  • 55 Evetts 1960 ; Jones 2001.
  • 56 Chappell 1975.
  • 57 Perkins 2000 ; Perkins 2014 ; Perkins 2015.

10Ce n’est pas ici le lieu de trancher si les variations de traits sont dues à une intention artistique, ou si elles sont liées au contexte d’exposition (prenant en compte les ombres, la hauteur), ou subies, ou exploitées, du fait des outils, de la brosse qui peignit préalablement les lettres ou du burin qui les tailla. Soulignons seulement que deux conceptions influencent l’œuvre des typographes dans leur réappropriation des lettres de la colonne Trajane : soit les lettres ont été réalisées de manière géométrique, à l’aide d’outils de précision, règle et compas – c’est la conception de la plupart des artistes de la Renaissance53, lesquels recherchent les proportions idéales (voire « divines ») des lettres et leur construction géométrique et, à l’époque moderne, de Paul Renner54, L. C. Evetts55 (Fig. 8), W. Chappell56, ou Tom Perkins57, par exemple –, soit elles ont été réalisées de manière libre, conception revendiquée par F. W. Goudy.

Fig. 8. Construction géométrique de la lettre B par L. C. Evetts, Roman lettering: a study of the letters of the inscription at the base of the Trajan column, with an outline of the history of lettering in Britain (1938).

Fig. 8. Construction géométrique de la lettre B par L. C. Evetts, Roman lettering: a study of the letters of the inscription at the base of the Trajan column, with an outline of the history of lettering in Britain (1938).
  • 58 Seaby 1925, p. 2 : « Of all the inscriptions, that on the base of the Trajan Column has attracted m (...)
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid.
  • 61 Jones 2001, p. 183 : « The work of a true master of the height of his powers. »
  • 62 Munsch 1958, p. 8.

11Le soin apporté à l’inscription n’est pas exclusivement visible dans la forme des lettres, mais encore dans la composition typographique, c’est-à-dire dans l’alignement des lettres et l’espacement entre celles-ci, ainsi que dans le souci de lisibilité58. Chaque ligne de l’inscription est ainsi conçue avec de subtiles variations. On a pu relever que les lettres sont plus grandes sur les lignes les plus hautes, pour corriger l’apparente diminution de taille en raison de l’effet de perspective59. Pour tous ces éléments, il est affirmé que l’individu qui composa l’inscription était un artiste60, un maître au sommet de son art61, avec cette excellence qui le fait parfois passer pour un Grec62.

Trajan Title de Goudy

  • 63 Goudy 1946, t. 2, p. 173-174.
  • 64 Ibid., p. 174 : « It is based on the letters of the inscription at the base of the Trajan column at (...)
  • 65 Blanchard 1980 ; Blanchard 1998, p. 44.
  • 66 Village 1933, n°138 p. 29.

12Après Forum et Hadriano, Goudy dessine une dernière police purement épigraphique issue de caractères antiques : Trajan Title. Cette police, comme Goudy l’a lui-même écrit, est réalisée dans ses lignes principales à partir d’inscriptions lapidaires romaines et, plus précisément, de l’inscription de la colonne Trajane. À propos de Trajan Title, qui est l’une des polices préférées de Goudy63, ce dernier revendique sa liberté de créateur devant le modèle antique64. Pour sa Trajan, Goudy ne conçoit que des lettres capitales. Ces dernières, s’inspirant de l’utilisation monumentale antique, « ont gardé le privilège de servir pour les titres, pour tout ce qui est hiérarchiquement supérieur. Elles jouissent d’une sorte de “droit d’aînesse” qu’elles doivent à leur origine d’une part et d’autre part à leur taille », écrit Gérard Blanchard65. Utilisée pour les titres, la police de Goudy se nomme précisément Trajan Title et sert la première fois comme lettrage pour la page de titre du livre Rip Van Winkle (Fig. 9) de l’écrivain Washington Irving, en 193066.

Fig. 9. La première utilisation de la police Trajan par Goudy fut pour titrer l'ouvrage Rip Van Winkle de Washington Irving, édité à New York en 1930 par The Limited Editions Club.

Fig. 9. La première utilisation de la police Trajan par Goudy fut pour titrer l'ouvrage Rip Van Winkle de Washington Irving, édité à New York en 1930 par The Limited Editions Club.

Les 1 500 exemplaires de cette édition sont signés par Frederic Goudy.

  • 67 Orton 1939, p. 85.
  • 68 Sesma 2016, p. 162-163 ; Bruckner 1990, p. 60-62.
  • 69 Goudy 1936, p. xi.
  • 70 Bruckner 1990, p. 32.
  • 71 Ibid., p. 30.
  • 72 Ballou 1926, p. 234.
  • 73 Goudy 1940, p. 37.
  • 74 Sesma 2016, p. 160-163.

13Pour réaliser ses polices épigraphiques, quelques lettres d’une inscription suffisent à Goudy pour s’imprégner du style, à partir desquelles il peut composer les autres éléments un peu, a-t-on pu dire, comme un paléontologue recrée la physionomie d’animaux préhistoriques à partir d’un os67. Goudy confie ne pas avoir de grandes connaissances épigraphiques, ni avoir eu la possibilité de faire des mesures exactes des lettres sur la colonne elle-même, mais donne sa méthode pour dessiner les caractères Trajan, jugée approximative par certains critiques ou confrères68 : un sentiment inné de la forme des lettres, l’utilisation de reproductions photographiques, et le souvenir de son séjour à Rome en 191069. Pour Goudy, créer des lettres classiques ne signifie pas que ces dernières soient fondues dans un moule grec ou latin, mais dessinées en toute liberté70, laissant faire la main71, et travaillant vite72. Il ne s’agit pas tant de faire une simple reproduction des lettres antiques que d’en renouveler l’expression, dans l’esprit classique, c’est-à-dire de retrouver la pensée sous-jacente aux caractères anciens73. Une police de Goudy n’est donc pas la copie servile − et stérile − de caractères historiques, mais vise à en posséder l’âme74.

Perpetua, une Trajan qui ne dit pas son nom

  • 75 Morison 1973, p. 100.

14Si Goudy est le premier à créer une police portant le nom de l’empereur Trajan, il n’est alors pas le seul à s’inspirer directement de la colonne Trajane pour créer une fonte. Quatre ans plus tôt, Eric Gill s’attelle à une police qui en est une recréation typographique, à la demande de Stanley Morison pour la British Monotype Corporation. Morison voulait que soit réalisée une police à empattements. Pour lui, l’empattement étant dû à une origine épigraphique, et non un résultat calligraphique, il ne devait pas être écrit mais sculpté. Sculpteur et graveur de lettres sur pierre, Gill était l’homme de la situation75.

  • 76 Gill 1968 (1941), p. 136.
  • 77 Oliver 1945, p. 109 et 119.
  • 78 Préface de F. MacCarthy à Cardozo 2009, p. vii.
  • 79 Nash 2002, p. 18.
  • 80 Robertson 2012, p. 26.
  • 81 Oliver, 1945, p. 116.
  • 82 Holliday 2002, p. 7 ; Morris 1985, p. 50.
  • 83 Cribb & Cribb 2011, p. 19-21.
  • 84 Gill 2011 (1931), p. 28 ; Holliday 2002, p. 7-8 ; Cribb & Cribb 2011, p. 19.
  • 85 Holliday 2002, p. 12-13.

15Ainsi que Gill l’écrit dans son autobiographie, il est arrivé à maturité quand la pensée de William Morris commençait à porter ses fruits dans l’esprit d’hommes tels que Lethaby, directeur de la Central School of Arts and Crafts, et Johnston76, qui y donne cours depuis 1899 et qui impressionne Gill par son enseignement des capitales romaines77 : le cours annonce trois brèves demi-heures consacrées à la colonne Trajane mais, après la douzième leçon, le professeur n’a guère atteint que la lettre C78. Johnston avait sans doute été lui-même invité à s’intéresser aux caractères romains par William R. Lethaby79 lequel, influencé par William Morris, et en tant qu’architecte, est admiratif des lettres monumentales romaines, en particulier celles de la colonne Trajane80. Lethaby est sans doute le premier à percevoir la beauté et les possibilités offertes par cette inscription81 : il en fait accrocher un moulage, surmoulé à partir de l’inscription du V&A, à la Central School of Arts and Crafts et au Royal College of Art82. Outre l’enseignement de Johnston, et vraisemblablement sur les conseils de celui-ci, Gill fréquente les inscriptions lapidaires romaines, notamment au British Museum83 et au V&A84, et découvre l’original de la colonne Trajane, qu’il photographie, lors d’un voyage à Rome en 190685.

  • 86 Oliver 1945, p. 117.
  • 87 Brady 1962, p. 28-29.
  • 88 Raw 2009, p. 230.
  • 89 Jones 2001, p. 186.
  • 90 MacCarthy 1989, p. 293 ; Holliday 2002, p. 16.
  • 91 Lettre du 5 avril 1935 (n° 229), dans Shewring 1947, p. 326 : « ‘Trajan Column’ snobbery ».
  • 92 Lettre d’octobre 1934 (n° 216), ibid., p. 299-307 : « My inscriptions are no more like the Trajan t (...)

16De cette fréquentation des caractères antiques, et de ceux de la colonne Trajane en particulier, on trouve de larges échos dans le travail d’Eric Gill, par exemple pour le lettrage qu’il conçoit pour l’enseigne des échoppes de la société W. H. Morris and Sons en 190486. Gill commence à travailler à une police avec empattements en 1925, fait de nombreux essais avant qu’elle ne soit utilisée une première fois pour une édition privée de The Passion of Perpetua and Felicity (Fig. 10). Le 7e numéro de The Fleuron publie en 1930 un spécimen de la police, baptisée Perpetua, accompagnée d’une italique appelée Felicity. Après son usage privé, Perpetua sert à composer les vingt-deux essais d’Art-Nonsense, un ouvrage de Gill87. Comme pour certaines de ses œuvres lapidaires (Fig. 11), les capitales de Perpetua peuvent être considérées comme une interprétation de l’écriture de la colonne Trajane88, peut-être inconsciente89, non comme une reconstitution historique. Pour Morison, les capitales et minuscules de Perpetua et Felicity sont de véritables créations, les capitales de Perpetua étant pour leur commanditaire les plus fines jamais réalisées depuis l’époque du pape Sixte V (1585-1590), Gill ayant dépassé le modèle ancestral. Perpetua est aux yeux de Morison « far better » que la classique Trajan90. Dans les années 1930, Gill s’agace du « snobisme de la colonne Trajane91 ». Dans une lettre parue dans The Criterion d’octobre 1934, il se défend d’une trop grande proximité de son travail lapidaire avec des références anciennes : s’il apprécie les caractères de la colonne, il essaie de les oublier dans l’atelier92. Chez Gill, les lettres gravées ou dessinées ont diverses origines qu’il cherche à fondre dans ses créations.

Fig. 10. Page de titre réalisée en Perpetua par Eric Gill pour composer The Passion of Perpetua and Felicity (1929).

Fig. 10. Page de titre réalisée en Perpetua par Eric Gill pour composer The Passion of Perpetua and Felicity (1929).

Fig. 11. Plaque murale érigée à la mémoire de Sir Harry Johnston dans l'église St. Nicholas à Poling, West Sussex.

Fig. 11. Plaque murale érigée à la mémoire de Sir Harry Johnston dans l'église St. Nicholas à Poling, West Sussex.

Réalisée par Eric Gill avec des caractères proches de la Perpetua.

Photographie de Rjhfandclf – Wikipedia.

  • 93 Chappell 1975.
  • 94 Sur les classements typographiques, cf. Ponot 1989 et Laucou 2016.
  • 95 Les premières photocomposeuses sont commercialisées à la fin de la Seconde Guerre mondiale par Inte (...)
  • 96 Consuegra 2004, p. 113.
  • 97 Projet de livre non réalisé : Giono & Vox 1954.
  • 98 Marshall 2003, p. 237.

17À la suite de Trajan Title de Goudy et de Perpetua de Gill, l’inscription de la colonne Trajane inspire la forme et le nom d’autres fontes. Warren Chappell, graphiste américain, conçoit une police Trajanus, créée en 1939 pour la fonderie Stempel de Francfort. Contrairement à ce qu’avait fait Goudy pour sa Trajan, Chappell ne se limite pas aux seules capitales et réalise des caractères en bas-de-casse. Chappell utilise pour son ouvrage The Living Alphabet93 (Fig. 12) la police Trajanus, qu’un ensemble de critères place selon certaines classifications parmi les polices dites « vénitiennes94 ». Conçue de manière traditionnelle, Trajanus est commercialisée alors que deux nouvelles techniques sont apparues, bouleversant le monde de la typographie, à savoir la photocomposition, où la pièce de métal dessinant le caractère est remplacée par sa photographie95, et l’impression offset96. C’est, pour Jean Giono et Maximilien Vox, « la mort de Gutenberg97 » et la dématérialisation de la lettre d’imprimerie98.

Fig. 12. The Living Alphabet, ouvrage réalisé avec la police Trajanus par Warren Chappell, alors en résidence d'artiste à l'université de Virginie à Charlottesville (1975).

Fig. 12. The Living Alphabet, ouvrage réalisé avec la police Trajanus par Warren Chappell, alors en résidence d'artiste à l'université de Virginie à Charlottesville (1975).
  • 99 MacMillan 2006, p. 60.

18Signalons encore, en 1955, l’interprétation de l’inscription de la colonne Trajane par le Suisse Max Caflish (1916-2004) pour une police nommée Columna, réalisée pour Bauer99. C’est la seule police de caractères de cet enseignant de typographie et de graphisme.

Edward Michael Catich

  • 100 Seaby 1925.
  • 101 Evetts 1960.
  • 102 Goudy 1936.
  • 103 Ibid., p. ix.
  • 104 Catich 1961, p. 10-15, 27-30 ; Mosley 1964, p. 33.
  • 105 Catich 1961, p. 17. 
  • 106 Ibid., p. 1 et 9-10.
  • 107 Hayes 1978, p. 65 ; estampage conservé à la Newberry Library de Chicago (Série 6, item 234).
  • 108 Notons que Detterer contribua au succès du livre Writing & Illuminating, & Lettering de Johnston au (...)

19À la suite de Johnston, la plupart des livres sur la typographie vantent l’insigne qualité des lettres de l’inscription de la colonne Trajane et des typographes s’inspirent des lettres qui la composent pour créer des fontes. Cependant, les polices créées n’ont pas été réalisées à partir de l’inscription originale, mais de photographies ou de relevés du moulage exposé à Londres. Dans l’ouvrage de Johnston en 1906, en frontispice du livre d’A. W. Seaby100 (Fig. 13) ou de celui de L. C. Evetts101, sur une double page d’un ouvrage de Goudy102, c’est bien le moulage londonien qui est représenté en photographie, non l’original antique, et c’est à partir de ce moulage que ceux-ci, comme Gill ou Goudy103, prennent les mesures ou s’inspirent des formes des lettres. Or, outre la distorsion optique affectant la reproduction des lettres sur les photographies prises vers 1900104, l’inscription londonienne n’est pas exempte de défauts, étant la copie d’une copie. Le moulage réalisé pour Napoléon III servit en effet au moulage sur plaques de cuivre renforcées par galvanoplastie, lequel fut surmoulé pour être vendu aux Britanniques en pièces détachées. À chaque étape du processus, les lettres perdirent en précision, furent altérées. Partant du constat que les reproductions des lettres sont trompeuses et ont trompé Johnston, Gill, Goudy, Evetts, « and many others105 », E. M. Catich, un prêtre calligraphe, repart à la source et fait des relevés de l’inscription de la colonne Trajane (Fig. 14, Fig. 15, Fig. 16 et Fig. 17), directement sur l’originale, entre 1935 et 1939106. Si Catich fut précédé dans cette démarche par le calligraphe américain E. F. Detterer, lequel fit un relevé de lettres de l’inscription en 1922107, il donna à son travail scrupuleux un plus fort retentissement108.

Fig. 13. Reproduction du moulage de l'inscription de la colonne Trajane du Victoria & Albert Museum de Londres en frontispice de l'ouvrage d'Allen W. Seaby consacré à l'alphabet romain (1925).

Fig. 13. Reproduction du moulage de l'inscription de la colonne Trajane du Victoria & Albert Museum de Londres en frontispice de l'ouvrage d'Allen W. Seaby consacré à l'alphabet romain (1925).

Fig. 14. Edward Catich pratiquant un estampage de l'inscription de la colonne Trajane (vers 1950).

Fig. 14. Edward Catich pratiquant un estampage de l'inscription de la colonne Trajane (vers 1950).

Fig. 15. Estampage réalisé en 1970.

Fig. 15. Estampage réalisé en 1970.

En raison de la taille de l'inscription, le Père Edward Catich réalise deux estampages comportant chacun trois lignes de l'inscription.

Reproduit avec l'aimable autorisation de David Nathan-Maister.

Fig. 16. Tube contenant l'un des neuf estampages réalisés par le Père Edward Catich en février 1970.

Fig. 16. Tube contenant l'un des neuf estampages réalisés par le Père Edward Catich en février 1970.

La calligraphie est réalisée en lettres Trajan de la main d'Edward Catich.

Reproduit avec l'aimable autorisation de David Nathan-Maister.

Fig. 17. Alphabet taillé dans la pierre en lettres Trajan par le Père Edward Catich.

Fig. 17. Alphabet taillé dans la pierre en lettres Trajan par le Père Edward Catich.

En doré sont représentées les lettres issues directement de l'inscription, en rouge sont représentés le H, absent de l'inscription, et les lettres alors inexistantes dans l'alphabet latin. En bleu, l'esperluette.

Reproduit avec l'aimable autorisation de St. Ambrose University, où étudia Ed. Catich avant d'y donner cours durant 41 ans, jusqu'à sa mort en 1979.

  • 109 Catich 1961, p. 7-9.
  • 110 Goudy 1936.
  • 111 Shaw 2015a, ill. 7, p. 30.

20Inlassablement, Catich étudie à même la pierre, mesure, dessine, relève les 172 lettres, 28 marques de ponctuation et 3 signes numériques gravés de cette inscription de six lignes, usée par le temps, le vandalisme, la pollution et les erreurs de restauration109. Comme guide, il utilise et annote The Capitals from the Trajan Column at Rome de Goudy110 dont il souligne tant de différences, rectifie tant d’erreurs et de simplifications que, sur son exemplaire, il en corrige à la main le titre en The Capitals from the Plaster Cast of the Trajan Inscription in the Victoria & Albert Museum111.

  • 112 Ibid., p. 29.
  • 113 Catich 1961. La page de titre annonce 93 planches mais le portfolio en contient 94.
  • 114 Catich 1968.
  • 115 Anderson D. M. 1969, p. 47, ill. 61. Mais, la même année, un homonyme reproduit encore celle du mus (...)
  • 116 Anderson C. R. 1969, p. 147-160.

21En outre, si Goudy étudie l’inscription sur sa copie de Londres et Catich sur la colonne originale, l’intention des deux hommes n’est pas la même. Catich se veut fidèle, agit en paléographe et épigraphiste, Goudy en artiste. Catich prélève la forme des lettres par frottage, réalise un moulage de l’inscription en polyester, enseigne ses recherches dans des cours à St Ambrose et lors de conférences aux États-Unis (Fig. 18 et Fig. 19), retourne souvent à Rome entre 1950 et 1970 pour compléter sa moisson de renseignements sur l’inscription112, et publie un ouvrage comportant un portfolio de 94 planches reproduisant les lettres en taille réelle113. L’étude fine de cette inscription amène Catich à rendre compte de la manière qu’avaient les Romains de graver leurs inscriptions et à théoriser sur l’origine des empattements114. Désormais, dans les manuels de typographie et calligraphie, le moulage de Catich tend à remplacer celui de l’inscription du musée londonien115 et les typographes s’inspirent du travail de celui-ci pour proposer des modèles de restitutions à reproduire116. De manière directe ou indirecte, l’œuvre de Catich a joué un rôle déterminant sur des figures importantes pour l’essor de la typographie. Carol Twombly, notamment, bénéficie de cette influence pour créer l’une des fontes les plus iconiques de la fin du xxe siècle : la police Trajan d’Adobe.

Fig. 18. Le Père Edward Catich donnant un cours au Reed College, à l'invitation de Lloyd J. Reynolds, à propos de la taille de l'inscription de la colonne Trajane en avril 1964.

Fig. 18. Le Père Edward Catich donnant un cours au Reed College, à l'invitation de Lloyd J. Reynolds, à propos de la taille de l'inscription de la colonne Trajane en avril 1964.

Reproduit avec l'aimable autorisation des Special Collections and Archives, Eric V. Hauser Memorial Library, Reed College.

Fig. 19. Le Père Edward Catich gravant avec des lettres capitales Trajan le linteau de l'Eliot Hall sur le campus de Reed College en octobre 1964.

Fig. 19. Le Père Edward Catich gravant avec des lettres capitales Trajan le linteau de l'Eliot Hall sur le campus de Reed College en octobre 1964.

Reproduit avec l'aimable autorisation des Special Collections and Archives, Eric V. Hauser Memorial Library, Reed College.

Trajan à l’ère du numérique

  • 117 Kechroud-Gibassier 2008, p. 27.

22Si, pour les caractères typographiques, les années de plomb auront duré près de cinq cents ans, le xxe siècle leur aura fait connaître deux révolutions. La première, la photocomposition, n’aura duré que quelques décennies, balayée par l’arrivée du numérique à la fin des années 1980. Cette deuxième révolution est encore plus radicale, ne touchant plus seulement le monde des professionnels, mais chaque utilisateur d’outils informatiques, lesquels disposent désormais de plusieurs centaines de polices, c’est-à-dire « un matériel qu’un immeuble entier, il y a encore un demi-siècle, n’aurait pas suffi à contenir et qu’aucun typographe, alors, n’aurait su maîtriser117 ». Comme l’écrit Fernand Baudin,

  • 118 Préface à Morison 1989, p. 13 ; voir aussi Laliberté 2004, p. 7.

La typographie n’est plus affaire de spécialistes parce que les traitements de texte sont plus que des machines à écrire. Ce sont des moyens d’édition. Grâce à eux, les caractères d’imprimerie, dont l’usage était réservé aux imprimeurs et aux éditeurs, sont maintenant entre toutes les mains. C’est pourquoi il faut désormais qu’il y ait quelques notions de typographie dans toutes les cervelles118.

  • 119 Dardelet 1991.
  • 120 Palladino 2010, p. 20-21 ; MacNaughton 2015.
  • 121 Discours de Steve Jobs en 2005 : Jusseaux 2008, p. 132.
  • 122 Bosler 2012, p. 24-25.

23On doit sans doute à Steve Jobs d’avoir démocratisé cet accès à la typographie et, conséquemment, d’avoir bouleversé le monde des professionnels de la typographie et du graphisme119. C’est en effet grâce à sa rencontre au Reed College avec l’enseignement de Robert Palladino − qui fut lui-même élève de Catich120 − que l’on doit le fait que nos écrans d’ordinateur ne soient pas restés d’austères écrans noirs sur lesquels s’affichent des lettres vertes121 : les ordinateurs Apple proposent en effet divers styles de caractères qu’il est possible de faire varier en taille, de mettre en gras ou en italique122.

  • 123 Fekete 2004 ; Lavant 2006, p. 459 ; Stock-Allen 2016, p. 67-69. 

24Avec Apple, l’autre acteur majeur de cette révolution de l’imprimé est Adobe, société californienne fondée fin 1982 pour améliorer et commercialiser un nouveau langage de mise en forme, le PostScript123. Le caractère typographique,

  • 124 Kechroud-Gibassier 2008, p. 70.

après cinq siècles de plomb, passé de trois à deux dimensions, achève sa dématérialisation pour devenir une somme d’algorithmes, c’est-à-dire d’équations mathématiques définissant son tracé (sous forme de courbes), son remplissage et les modalités de sa restitution visuelle124.

  • 125 André 2016 ; Adebiaye 2016.
  • 126 André & Haralambous 2006.
  • 127 Pfiffner 2003, p. 47.

25Le caractère devient un programme informatique125 où chaque glyphe se présente sous la forme de courbes mathématiques126. Au mitan des années 1980, la conjonction technologique est favorable : avec les traitements de texte embarqués sur les ordinateurs personnels d’Apple, les logiciels de publication assistée par ordinateur comme Aldus PageMaker (1985), et la création avec LaserWriter (1985) d’une imprimante laser grand public équipée d’un interpréteur PostScript127, le champ de l’impression change radicalement. Toutes les conditions sont alors réunies pour permettre à une police séduisante d’être utilisée par des millions de personnes, sur tous les continents, de manière simultanée.

  • 128 André 1997, p. 13.
  • 129 Pfiffner 2003, p. 56 ; Stock-Allen 2016, p. 69-75.
  • 130 Kechroud-Gibassier 2008, p. 72.

26Pour accompagner son format PostScript, Adobe s’est alliée avec Apple, mais il lui faut remédier au manque de polices embarquées sur les imprimantes. Comme lors des évolutions technologiques précédentes, le numérique manque de fontes à proposer. Adobe s’est d’abord contentée de numériser des polices existantes128, mais le rendu n’est pas satisfaisant pour les graphistes car celles-ci ne sont pas conçues pour l’informatique. La firme comprend alors l’attente des professionnels et choisit d’investir dans le programme Adobe Originals, destiné à créer de nouvelles fontes, directement conçues par et pour cette nouvelle technologie129. Initié par Sumner Stone, ce programme a pour conséquence de muer l’éditeur de logiciels en une véritable fonderie numérique130 et d’imposer un format par la démonstration de son excellence. Il est intéressant de souligner que, comme Steve Jobs, Sumner Stone fut étudiant au Reed College et suivit les cours de Palladino, l’élève de Catich.

Trajan de Twombly

  • 131 Stock-Allen 2016, p. 75-79.
  • 132 Shaw 2005.
  • 133 Riggs 2014 ; Kosofsky 2015 ; Shaw 2017, p. 19.

27C’est dans ce contexte de créations graphiques qu’Adobe recrute Robert Slimbach et Carol Twombly. Parallèlement au travail de Slimbach sur la police Garamond, Sumner Stone confie à Twombly la tâche de créer des polices très connotées historiquement. Son travail donne naissance à une triade : Charlemagne, inspirée de manuscrits carolingiens ; Lithos, inspirée d’inscriptions grecques ; et une incise, Trajan131. Pour concevoir sa Trajan, la graphiste cherche à être la plus fidèle possible aux caractères inscrits sur la colonne Trajane. « Les minutieuses recherches historiques sur l’origine du Trajan et de l’Adobe Garamond […] ont souligné combien la firme était soucieuse de fournir des polices de qualité (ce qui revenait à admettre tacitement que les versions précédentes étaient défectueuses) », écrit Paul Shaw132. Tandis que Slimbach visite le Musée Plantin-Moretus à Anvers pour trouver l’inspiration de son Garamond, le sculpteur de lettres Christopher Stinehour fournit une inspiration essentielle au travail de Twombly en lui confiant une copie d’un frottement complet de l’inscription de la colonne Trajane, réalisé par Catich. C’est à partir de cette reproduction, affichée sur le mur d’un couloir de la société, que la designer peut travailler133. Twombly réalise un scan de chaque lettre et utilise le tout récent Adobe Illustrator, logiciel de création graphique, pour concevoir numériquement une lettre par page. Si Twombly se sert des logiciels et écrans à sa disposition, elle commence chaque fois par dessiner les premières idées à la main, faisant de nombreux essais à partir du mot « HAMBURGERVONS ».

  • 134 Shaw 2017, p. 18.

28La plupart des polices inspirées de la colonne Trajane sont plus à considérer comme des interprétations modernes que comme des revivals au sens strict134. Comme l’a souligné Jadette Laliberté,

  • 135 Laliberté 2004, p. 36.

la notion de revival soulève des problèmes complexes. Doit-on chercher à copier ou réinterpréter les modèles historiques ? Doit-on s’octroyer la liberté de perfectionner les modèles existants en tirant parti des possibilités techniques de son époque ? Peut-on se permettre d’élargir les familles des caractères anciens et de créer de nouvelles variantes […]135 ?

  • 136 Stock-Allen 2016, p. 76.
  • 137 Riggs 2014.
  • 138 Stock-Allen 2016, p. 76.

29Il faut évidemment tenir compte des techniques mises en œuvre : on ne doit normalement pas dessiner une lettre de la même manière si elle est destinée à être traduite en plomb ou en numérique, car le rendu de l’impression ne sera pas le même sur la feuille. Pour Carol Twombly, la recréation des lettres de la colonne Trajane passe certes par la connaissance fine du tracé original, mais il convient de traduire chaque trait de manière à ce qu’il soit compris et reproduit par la machine. Il faut également que le rendu, sur le papier, soit parfaitement lisible. C’est pourquoi Twombly, après avoir sélectionné ce qui lui semblait les meilleurs exemples de chaque lettre136, réalise quelques modifications pour adapter des lettres gravées dans la pierre en lettres en deux dimensions, qui sont une surface sur la page, de manière à ce qu’elles soient compatibles avec un rendu numérique et un format papier, tout en restant fidèles à l’esprit de la source137. Le N, qu’elle trouve trop lourd, avec ses fûts et sa diagonale de tailles presque égales, est ainsi représenté plus étroit que l’original ; en revanche, elle élargit le S. Par ailleurs, elle insiste sur les empattements, trop légers une fois les lettres réduites. Elle ne réalise pas pour sa police historique de caractères en bas-de-casse, lesquels seraient anachroniques, mais comme ses confrères, elle doit créer les lettres qui n’existaient pas dans l’Antiquité, les accentuations, les chiffres arabes, les ponctuations, les symboles monétaires, etc. Pour toutes ces raisons, la police Trajan, réalisée après huit mois d’efforts138, n’est pas la simple reproduction d’une inscription antique, ni le décalque du travail de Catich, mais une œuvre de Carol Twombly.

30Moins immédiat que celui de Charlemagne et de Lithos139, le succès de Trajan est, d’après Sumner Stone, « incroyable140 ». Par ses qualités graphiques, son adéquation avec l’outil informatique, mais aussi sa disponibilité sur l’ordinateur, la police Trajan suscite un engouement très vif auprès du grand public, mais encore auprès des maquettistes qui utilisent abondamment cette fonte. Un choix typographique est souvent connoté141 : le nom de la police, son indexation sur les catalogues et sites commerciaux, mais surtout la répétition d’un usage peuvent donner à un caractère une symbolique particulière, provoquant ce que Marc Arabyan nomme la « doxa des imprimeurs142 ». À propos du caractère Trajan, « la symbolique qu’il impose est forte, solennelle, dramatique même143 ». Il est à cet égard intéressant de voir à quels mots-clés est associée la Trajan sur Myfonts, site web américain qui commercialise des polices de caractères à télécharger sous forme numérique : Roman, serifs, elegant, inscribed, formal, magazine, legible, ancient, titling, capitalis, ligatures, alternates, delicate, Italian, sophisticated, caps only, small caps, graceful, Renaissance, invitation, conservative, monumental144.

  • 145 Walters 2013.
  • 146 Chermayeff & Geismar 2011, p. 18. Ce logo réalisé par Chermayeff & Geismar & Haviv en 2010 a été re (...)
  • 147 Yves Peters a donné en novembre 2011 à Düsseldorf une conférence intitulée « Trajan in Movie Poster (...)
  • 148 Garfield 2012, p. 279.
  • 149 Hyndman 2016, p. 46.
  • 150 Dutrieux 2015.
  • 151 K. Ferguson, Trajan is the Movie Font, vidéo (URL : https://www.youtube.com/watch?v=t87QKdOJNv8, co (...)

31Nantie de ses qualités, la police Trajan permet depuis sa création de lancer tout type de produit145, servant aussi bien à titrer quantité de livres que de lettrage pour le logo de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress146) (Fig. 20) ou d’un grand nombre d’universités, de typographie pour des campagnes politiques, comme celle aux États-Unis du candidat républicain Mitt Romney en 2012. Surtout, Trajan est massivement utilisée pour concevoir les affiches de cinéma. Selon Yves Peters, le premier film titré en Trajan est sorti en salles en 1991147. Entre 1991 et 2011, Peters compte jusqu’à 450 films dont les posters sont réalisés avec cette police. Trajan est d’abord utilisée pour annoncer les récits épiques, réutilisée à cette fin par mimétisme, rassurant autant les producteurs que le public, l’emploi d’une fonte commune jouant comme un code annonçant un « grand spectacle » : c’est le lettrage le plus courant sur les affiches de navets, juge S. Garfield148. Depuis, son utilisation s’est diversifiée149. Véritable star d’Hollywood, et au-delà, Trajan s’est banalisée au cinéma, utilisée paresseusement150, à tel point qu’elle a pu être surnommée « The Movie Font151 », même si elle est loin d’être un cas unique, et que son emploi dépasse largement le 7e art.

Fig. 20. Ancien logo de la Bibliothèque du Congrès (Washington, D.C.) réalisé en 2010 par Chermayeff & Geismar & Haviv.

Fig. 20. Ancien logo de la Bibliothèque du Congrès (Washington, D.C.) réalisé en 2010 par Chermayeff & Geismar & Haviv.

Il a été remplacé en 2018.

Reproduit avec l'aimable autorisation de la Library of Congress.

  • 152 Sur ces notions : Petrucci 1993, p. 10.
  • 153 Tschichold 1985, p. 69.
  • 154 Art of Lettering 1931.
  • 155 Morris 1985, p. 53 ; Harvey 2009, p. 228 ; pour un exemple d’utilisation : Gray 1960, pl. 182.
  • 156 Harvey 2009, p. 227.

32Si les affiches de cinéma rendent à la Trajan son aspect d’écriture exposée, cette police a également retrouvé au xxe siècle sa fonction d’écriture d’apparat (ou monumentale) en s’inscrivant sur les bâtiments152. Malgré son aspect très connoté, Jan Tschichold rappelait tout l’intérêt d’utiliser des lettres Trajan sur les architectures contemporaines153. Dès 1931 les lettres de la colonne Trajane font l’objet d’une recommandation dans un article du British Institute of Industrial Arts154, et le Ministry of Works britannique emprunte à l’ouvrage d’Evetts un modèle à leur emploi sur les bâtiments publics155. Si les lettres de la colonne Trajane ont survécu à l’Antiquité, le savoir-faire consistant à graver dans la pierre des lettres capitales monumentales est bien moins répandu. Aujourd’hui, ce travail est souvent confié à des machines gravant à l’aide d’un ordinateur156.

  • 157 Ibid., p. 226. Il est également possible d’acquérir des lettres en plastique faites en Trajan Bold  (...)
  • 158 Poulin 2012, p. 241.
  • 159 Stock-Allen 2016, p. 77 : « I thought it was very cool that those letters, based on the ones carved (...)
  • 160 « Letter » 2001, p. 209.

33Dès lors, les polices utilisées pour former les inscriptions sur les bâtiments peuvent être les mêmes que celles qui servent aux textes imprimés. La police Trajan de Carol Twombly, qui avait été repensée pour une impression laser et le format papier, se retrouve ainsi gravée haut perchée sur des architectures, comme sur la façade de l’Asian Art Museum de San Francisco, où elle fut employée par l’architecte et designer italienne Gae Aulenti en 2003157, ou pour le lettrage monumental de la façade du Newseum à Washington, conçu par Douglas Morris en 2008158. Quand elle voit sa police gravée sur le Monument for Supreme Court Justice Thurgood Marshall (Fig. 21), réalisé par Antonio Tobias Mendez en 1996, Carol Twombly estime que la boucle est bouclée : « J’ai trouvé génial que ces lettres, créées à partir de celles gravées à Rome au ier siècle de notre ère, soient à nouveau gravées dans la pierre presque deux mille ans après. La boucle est bouclée !159 » Quoi qu’il en soit de l’excès d’utilisation ou du mésusage de la Trajan, on peut dire que Carol Twombly a popularisé le nom de l’empereur. Notons cependant que tous ceux qui utilisent cette police ne savent pas forcément de quoi Trajan est le nom. Ainsi, il est parfois utilement rappelé que Trajan n’est pas lui-même l’auteur de la police, mais que l’inscription est l’œuvre d’un artisan anonyme160 (Fig. 22).

Fig. 21. « The Thurgood Marshall Memorial », monument réalisé en 1996 par Antonio Tobias Mendez à Annapolis, Maryland.

Fig. 21. « The Thurgood Marshall Memorial », monument réalisé en 1996 par Antonio Tobias Mendez à Annapolis, Maryland.

Reproduit avec l'aimable autorisation de l'artiste.

Fig. 22. Stemma typographicum décrivant les étapes intermédiaires entre les lettres de l'inscription de la colonne Trajane et la création de deux polices : Trajan Title de Frederic Goudy et Trajan de Carol Twombly.

Fig. 22. Stemma typographicum décrivant les étapes intermédiaires entre les lettres de l'inscription de la colonne Trajane et la création de deux polices : Trajan Title de Frederic Goudy et Trajan de Carol Twombly.

Trajan revived again

  • 161 Gray 1960, p. 94.
  • 162 Mosley 1964, p. 35.
  • 163 Raw 2009, p. 230-231.

34En 1960, Nicolete Gray écrivait : « The sterile uniform Trajan imitation is dying161. » En conclusion de « Trajan Revived », un article paru en 1964, James Mosley annonçait de même la fin du revival de la Trajan162. Son imperium semble alors contesté : ce sont d’autres lettres romaines que la Trajan qui sont ainsi employées par Ralph Beyer, un disciple d’Eric Gill, pour servir à la typographie de la cathédrale de Coventry (Fig. 23) entre 1956 et 1962163. Mais, un quart de siècle plus tard, le numérique donne une nouvelle vie aux lettres de l’inscription de la colonne Trajane, la police de Carol Twombly pouvant être considérée comme un point d’orgue dans l’existence post mortem de Trajan, mais pas un point final.

Fig. 23. Plaque réalisée par Ralph Beyer pour la cathédrale Saint-Michel de Coventry en Angleterre.

Fig. 23. Plaque réalisée par Ralph Beyer pour la cathédrale Saint-Michel de Coventry en Angleterre.
  • 164 Lavant 2006, p. 450-454.
  • 165 Shaw 2017, p. 19.
  • 166 Berry 2012 ; Zhukov 2015b, p. 200. La Trajan avait été adaptée en cyrillique dès 1958 par le Russe (...)
  • 167 Leonidas 2015, p. 201.

35L’aventure de la police commercialisée par Adobe s’est en effet poursuivie après 1989, mais sans sa créatrice. En 2012, Adobe revoit sa police, renommée Adobe Trajan Pro 3. Réalisée par Slimbach, cette nouvelle famille, adaptée à l’OpenType164 et à Internet, contient plus de ligatures et propose d’autres graisses que celle de Twombly (extra-léger, léger, gras, etc.)165. Les polices de caractères numériques étant commercialisées pour le monde entier, celles-ci doivent s’adapter à des usages désormais planétaires. Slimbach réalise des versions de la police Adobe Trajan Pro 3 en caractères non latins, aidé dans sa tâche par Maxim Zhukov pour le cyrillique166, et Gerry Leonidas pour le grec167. Se basant sur la police de Twombly, le programme Adobe Type Concepts propose également Trajan Color Concept, réalisée par Sérgio Martins en 2016, qui décline les lettres en couleur, mais également avec des effets de texture, comme le métal, le marbre, le bois. L’éditeur présente cet ensemble comme la première police de caractères colorés d’Adobe, conçue conformément à la norme OpenType-SVG.

  • 168 Smith 2008, p. 68.
  • 169 Tschichold 1995, p. 52-53.
  • 170 Wilson 2005.
  • 171 Elnar 2016.

36Mais Adobe n’a pas le monopole de l’inscription de la colonne Trajane. En 1993, Roger White crée une Trajanus Roman Font et, en 2005, Manfred Klein − le prolifique « virtuose numérique » allemand168 − réalise une police qu’il souhaite appeler TrajanusSC mais qu’il baptise finalement Optimus Princeps, nom suffisamment explicite pour que cette police puisse suppléer gratuitement la police commerciale de Carol Twombly. Peter Wilson se sert quant à lui d’un dessin des lettres disponible dans un ouvrage de Jan Tschichold169 pour dessiner une police adaptée au langage TeX, en 1999, revue en 2005 : trjnfamily170. Manfred Klein réalise une police fantaisiste, appelée TrajanusBricks, qui structure les caractères dans des carrés, tandis que Hrant Papazian crée Trajic notRoman en 1998 pour MicroFoundry, police non commercialisée déstructurant la Trajan de Twombly, explorant les limites de l’alphabet latin171.

  • 172 Berry 2012.
  • 173 Shaw 2015b, p. 197.
  • 174 Tam 2002.
  • 175 Loxley 2004, p. 118.
  • 176 Garfield 2012, p. 109. 
  • 177 Blanchard 1988, p. 33.
  • 178 Kechroud-Gibassier 2008, p. 65.
  • 179 Lawson 1990, p. 329.
  • 180 Smith 2008, p. 55 ; Garfield 2012, p. 220-221.

37Toujours pour Adobe, Slimbach crée une police intitulée Trajan Sans Pro en 2014. L’expression « Sans », signifie sans serif, c’est-à-dire sans empattements. Il peut paraître paradoxal de créer une fonte appelée Trajan quand celle-ci est dépourvue des empattements si caractéristiques des lettres de l’inscription, comme le rappelle lui-même l’éditeur de cette police172. Avant la Trajan sans serif d’Adobe, en 2011 Josep Patau avait créé pour Tipo Pèpel et Thomas Lincoln une Roma (préalablement appelée Trajan Sans) qui possède des caractères en bas-de-casse173. Mais Slimbach, Patau et Lincoln ne sont pas les premiers à s’inspirer des lettres de l’inscription de la colonne Trajane pour les moderniser en supprimant leurs empattements174. La plus célèbre réalisation dans ce sens est celle d’Edward Johnston, créée dès 1916 pour servir à la signalétique du métro de Londres : la police Underground175 (Fig. 24), encore appelée Johnston Sans176. Pour réaliser les capitales de cette police, Johnston reprend les proportions des lettres inscrites sur la colonne Trajane, en les privant de leurs empattements. Il est aidé dans sa tâche par Eric Gill, lequel s’inspire de la colonne pour la police Perpetua, ainsi que nous l’avons vu, mais également pour la police Gill Sans en 1928, qui est également une Trajan sans empattements177. On peut également citer la police Optima de Hermann Zapf, réalisée entre 1952 et 1958, laquelle réussit un compromis entre la linéale moderne et le romain néo-classique178, inspirée elle aussi des proportions de l’inscription de la colonne Trajane179 qui en ont fait une incise pouvant servir en texte continu180. La liste pourrait être plus longue : la police Trajan, directement ou non, distinctement ou non, insémine la typographie et y laisse son ADN depuis l’Antiquité.

Fig. 24. Signalétique utilisant la police Johnston (Underground) pour le métro londonien à la station Leytonstone.

Fig. 24. Signalétique utilisant la police Johnston (Underground) pour le métro londonien à la station Leytonstone.

Photographie de Chris McKenna (Thryduulf), Wikipedia.

  • 181 Chappell 1975, p. 41.
  • 182 Smith 2008, p. 59 ; Tam 2002, p. 37-38.
  • 183 Garfield 2012, p. 37.

38Nous n’avons pu aborder ici que les plus connues des polices issues de la colonne Trajane. Depuis les années 1990, l’informatique, les logiciels spécialisés dans la réalisation de polices, la diffusion rendue aisée par Internet, ont donné naissance à une multitude de micro-fonderies numériques qui créent des dizaines de milliers de polices avec, parmi elles, des fontes plus ou moins calquées de la Trajan. Car, depuis dix-neuf siècles, les caractères romains semblent se réincarner périodiquement, leur conférant une vitalité et même, écrit Warren Chappell, quelques preuves de propriétés métaphysiques quant à l’immortalité181. Si un grand nombre de polices évoquent le nom d’empereurs romains (Augustus, Hadriano, etc.), force est de constater que Trajan est empereur de caractères, régnant sur la typographie. De même que la colonne Trajane exprimait la grandeur de Trajan et participait à la « rhétorique de l’excellence », la typographie Trajan évoque « classicisme, harmonie, mais plus encore grandeur impériale, richesse et puissance182 » et ne s’est jamais démodée. La qualité vantée des lettres inscrites sur le soubassement de la colonne fait qu’elles sont sans cesse renouvelées, et qu’elles ont su franchir chaque changement dans les techniques de composition et d’impression, du lapidaire jusqu’au numérique. L’inscription de la colonne Trajane peut dès lors être considérée comme « l’exemple le plus influent de sculpture anonyme au cours des deux derniers millénaires183 ». Écrire comme on gravait au siècle des Antonins n’a par ailleurs rien de passéiste. Les médias les plus contemporains, les graphistes et architectes ont bien compris l’élégante force de persuasion de ces antiques caractères qui ne sont pas réservés à une élite cultivée, ni ne servent uniquement à évoquer l’Antiquité, sachant s’adapter aux contextes les plus actuels et s’adresser au plus grand nombre, dans divers alphabets. Avec les caractères de l’inscription qui portent son nom, la mémoire de Trajan a largement franchi les limites de l’Empire romain (fig. 25).

Fig. 25. Les mots Hamburgers, Hambergurfont sont souvent utilisés par les typographes car ils permettent de présenter les lettres h, g et e qui expriment la personnalité d'une police de caractères.

Fig. 25. Les mots Hamburgers, Hambergurfont sont souvent utilisés par les typographes car ils permettent de présenter les lettres h, g et e qui expriment la personnalité d'une police de caractères.

« Un mot comme Hamburgerfont vous renseigne tout de suite, car il contient les principales courbes et butées régulièrement employées » écrit Simon Garfield, qui émet aussi l'hypothèse que « la fonderie URW, implantée à Hambourg, est peut-être à l'origine de ce mot (on rencontre parfois aussi Hamburgevons et Hamburgefontsiv) ». Ces mots sont ainsi utilisés dans le catalogue de fournisseurs comme ITC, Monotype et Adobe : Garfield, 2012, p. 274.

Bibliographie

Adebiaye 2016 : F. Adebiaye, « Les premières fontes numériques commerciales », dans André (dir.) 2016, t. II, p. 144-165.

Anderson C. R. 1969 : C. R. Anderson, Lettering, New York, Van Nostrand Reinhold, 1969.

Anderson D. M. 1969 : D. M. Anderson, The Art of Written Forms: The Theory and Practice of Calligraphy, New York, Holt, Rinehart & Winston, 1969.

André 1997 : J. André, « Caractères numériques : introduction », Cahiers GUTenberg, 26, 1997, p. 5-44.

André 2001 : J. André, « Fontes numériques inspirées des caractères de la Renaissance », Lettre GUTenberg, 20, 2001, p. 13-17.

André 2002 : J. André, « De Pacioli à Truchet : trois siècles de géométrie pour les caractères », dans 4 000 ans d’histoire des mathématiques : les mathématiques dans la longue durée, Rennes, IREM, 2002, p. 99-139.

André 2016 : J. André, « Histoire technique des fontes numériques », dans André (dir.) 2016, t. II, p. 114-143.

André (dir.) 2016 : J. André (dir.), Histoire de l’écriture typographique. Le xxe siècle, 2 vol., Gap, Atelier Perrousseaux, 2016.

André & Haralambous 2006 : J. André & Y. Haralambous, « Fontes numériques », Document numérique, 9/3, 2006, p. 7-15.

Antonozzi 1638 : L. Antonozzi, De caratteri di Leopardo Antonozzi. Libro primo, Rome, C. Cungius, 1638.

Arabyan 2008 : M. Arabyan, « Le choix typographique », dans Bessard-Banquy & Kechroud-Gibassier 2008, p. 201-220.

Art of Lettering 1931 : British Institute of Industrial Art, The Art of Lettering, and Its Use in Divers Crafts and Trades, Oxford, Oxford University Press, 1931.

Ballou 1926 : R. O. Ballou, « Goudy », The American Mercury, février 1926, p. 230-234.

Baudin 1977 : F. Baudin, « La typographie “comme il faut” et l’autre », Communication et langages, 35/1, 1977, p. 23-30.

Berry 2012 : J. D. Berry, « Trajan Sans Pro », 2012 [en ligne, URL : http://www.adobe.com/content/dam/acom/en/products/type/pdfs/Trajan-Sans-Online-Specimen.pdf].

Bessard-Banquy & Kechroud-Gibassier 2008 : O. Bessard-Banquy et C. Kechroud-Gibassier, La typographie du livre français, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2008.

Blanchard 1980 : G. Blanchard, Pour une sémiologie de la typographie, thèse de doctorat inédite, Paris, EHESS, 1980 (3 vol. non foliotés).

Blanchard 1988 : G. Blanchard, « L’enjeu d’un style : le néo art-déco », Communication et langages, 78/1, 1988, p. 29-38.

Blanchard 1998 : G. Blanchard, Aide au choix de la typo-graphie : cours supérieur, Reillanne, Atelier Perrousseaux, 1998.

Boone 1942 : A. R. Boone, « Type by Goudy », Popular Science, avril 1942, p. 114-119.

Bosler 2012 : D. Bosler, Mastering Type. The Essential Guide to Typography for Print and Web Design, Cincinnati, How Books, 2012.

Brady 1962 : E. Brady, Eric Gill, Twentieth Century Book Designer, New York, Scarecrow Press, 1962.

Bruckner 1990 : D. J. R. Bruckner, Frederic Goudy, New York, Harry N. Abrams, 1990.

Cabarga 2014 : L. Cabarga, Logo, Font & Lettering Bible, Cincinnati, How Design, 2004.

Cardozo 2009 : L. L. Cardozo, The Annotated Capital, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Carter 1991-1992 : M. Carter, « Theories of Letterform Construction. Part 1 », Printing History, 13-14, 1991-1992, p. 3-16.

Catich 1961 : E. Catich, Letters Redrawn from the Trajan Inscription, Davenport, Catfish Press, 1961.

Catich 1968 : E. Catich, The Origin of the Serif, Brush Writing and Roman Letters, Davenport, Catfish Press, 1968.

Chacón 1576 : A. Chacón, Historia utriusque belli Dacici a Traiano Caesare gesti: ex simulachris quae in columna eiusdem Romae visuntur collecta, Rome, Ex typographia Jacobi Mascardi, 1576.

Chappell 1975 : W. Chappell, The Living Alphabet, Charlottesville, University of Virginia Press, 1975.

Chappell 1978 : W. Chappell, « DaBoll and the Midwestern School of Calligraphy », dans DaBoll 1978, p. 49-51.

Chermayeff & Geismar 2011 : I. Chermayeff & T. Geismar, Identify: Basic Principles of Identity Design in the Iconic Trademarks of Chermayeff & Geismar, Cincinnati, F&W Media, 2011.

Chew 2015 : H. Chew, « La colonne Trajane, un empereur, des moulages et des images : une campagne photographique sous le Second Empire », dans Stefan 2015, p. 245-280.

Cichorius 1896-1900 : C. Cichorius, Die Reliefs der Traianssäule, Berlin, G. Reimer, 1896-1900.

Consuegra 2004 : D. Consuegra, Classic Typefaces: American Type and Type Designers, New York, Allworth Press, 2004.

Cordier 2006 : P. Cordier, « Geoffroy Tory et les leçons de l’Antique », Anabases, 4, 2006, p. 11-32.

Crété (dir) 2016 : M. Crété (dir), Discours et systèmes de représentation : modèles et transferts de l’écrit dans l’Empire romain, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2016.

Cribb & Cribb 2011 : R. Cribb & J. Cribb, Eric Gill: Lust for Letter & Line, Londres, British Museum Press, 2011.

DaBoll 1978 : R. F. DaBoll et al., With Respect… to RFD. An Appreciation of Raymond Franklin DaBoll and His Contribution to the Letter Arts, Freeport, TBW Books, 1978.

Dardelet 1991 : B. Dardelet, Gutenberg assassiné, Noisiel, Presses du Management, 1991.

Dutrieux 2015 : L. O. Dutrieux, Typographie et cinéma : esthétique du texte à l’écran, Gap, Atelier Perrousseaux, 2015.

Elnar 2016 : R. Elnar, « Hrant Papazian questions: The Limits of Legibility », TypeEd, 26 juin 2016 [en ligne, URL : https://type-ed.com/resources/rag-right/2016/06/26/hrant-papazian-questions-limits-legibility].

Elsner (dir.) 1996 : J. Elsner (dir.), Art and Text in Roman Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Evetts 1960 : L. C. Evetts, Roman Lettering: A Study of the Letters of the Inscription at the Base of the Trajan Column, with an Outline of the History of Lettering in Britain, 1re éd. 1938, rééd. Londres, Isaac Pitman & Sons, 1960.

Farleigh (dir.) 1945 : J. Farleigh (dir.), Fifteen Craftsmen on Their Crafts, Londres, The Sylvan Press, 1945.

Fekete 2004 : J.-D. Fekete, « Le langage PostScript », Techniques de l’ingénieur, novembre 2004, p. 1-16.

Felici 2002 : J. Felici, The Complete Manual of Typography: A Guide to Setting Perfect Type, Berkeley, Peachpit Press, 2002.

Froehner 1872-1874 : W. Froehner, La Colonne Trajane, d’après le surmoulage exécuté à Rome en 1861-1862, Paris, J. Rotschild, 1872-1874.

Frutiger 2001 : A. Frutiger, À bâtons rompus : ce qu’il faut savoir du caractère typographique, Reillanne, Atelier Perrousseaux, 2001.

Galinier 2017 : M. Galinier, « La colonne Trajane, “miroir” des princes, ou la fortune idéologique du monument de Trajan », dans Mitthof & Schörner (dir.) 2017, p. 229-249.

Garfield 2012 : S. Garfield, Sales caractères : petite histoire de la typographie, Paris, Seuil, 2012.

Gill 1910 : E. Gill, « Inscriptions », The Burlington Magazine, 16, 1910, p. 318-328.

Gill 1968 : E. Gill, Autobiography, 1re éd. 1941, rééd. New York, Biblo & Tannen Publishers, 1968.

Gill 2011 : E. Gill, Un essai sur la typographie, Paris, Ypsilon, 2011 (trad. de E. Gill, An Essay on Typography, London, J. M. Dent, 1931).

Giono & Vox 1954 : J. Giono & M. Vox, « La mort de Gutenberg », Caractère, Noël 1954.

Goudy 1918 : F. W. Goudy, The Alphabet, New York, M. Kennerley, 1918.

Goudy 1922 : F. W. Goudy, Elements of Lettering, New York, M. Kennerley, 1922.

Goudy 1936 : F. W. Goudy, The Capitals from the Trajan Column at Rome, New York, Oxford University Press, 1936.

Goudy 1940 : F. W. Goudy, Typologia: Studies in Type Design and Type Making, Berkeley, University of California Press, 1940.

Goudy 1946 : F. W. Goudy, A Half-Century of Type Design and Typography: 1895-1945, 2 vol., New York, The Typophiles, 1946.

Goudy 1952 : F. W. Goudy, The Alphabet and Elements of Lettering, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1952.

Gray 1960 : N. Gray, Lettering on Buildings, Londres, The Architectural Press, 1960.

Gray 1989 : N. Gray, A History of Lettering: Creative Experiment and Letter Identity, Oxford, Phaidon, 1989.

Gress 1917 : E. G. Gress, The Art & Practice of Typography. A manual of American printing, including a brief history up to the twentieth century, with reproductions of the works of the early masters of the craft, and a practical discussion and an extensive demonstration of the modern use of type-faces and methods of arrangement, New York, Oswald Pub. Co., 1917.

Gress 1923 : E. G. Gress, A Dash through Europe, with Snapshots by the Way, Including How I Planned the Trip, and What I Found out of Value to Others, New York, Oswald Pub. Co., 1923.

Harvey 2009 : M. Harvey, « Down with Times New Roman: Lettering on Buildings, Memorials and Coins », Sculpture Journal, 18/2, 2009, p. 223-258.

Hayes 1978 : J. Hayes, « Ray and the Calligraphy Group », dans DaBoll 1978, p. 61-66.

Holliday 2002 : P. Holliday, « Eric Gill’s Photograph Album “Rome 1906”: A Context », dans Holliday (dir.) 2002, p. 1-28.

Holliday (dir.) 2002 : P. Holliday (dir.), Eric Gill in Ditchling: Four Essays, New Castle (DE), Oak Knoll Press, 2002.

Hübner 1885 : E. Hübner, Exempla scripturae epigraphicae latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Justiniani, Berlin, G. Reimer, 1885.

Huet 1996 : V. Huet, « Stories One Might Tell of Roman Art: Reading Trajan’s Column and the Tiberius Cup », dans Elsner (dir.) 1996, p. 8-31.

Hyndman 2016 : S. Hyndman, Why Fonts Matter, Londres, Virgin Books, 2016.

Johnston 1917 : E. Johnston, Writing & Illuminating, & Lettering, 1re éd. 1906, rééd. Londres, J. Hogg, 1917.

Jones 2001 : J. Jones, « Letters from the Romans », Matrix, 21, 2001, p. 183-186.

Jusseaux 2008 : P. Jusseaux, Écrire un discours, Paris, Eyrolles, 2008.

Kechroud-Gibassier 2008 : C. Kechroud-Gibassier, « Le musée imaginaire de la typographie : esquisse d’une histoire des caractères », dans Bessard-Banquy & Kechroud-Gibassier 2008, p. 25-81.

Kosofsky 2015 : S.-M. Kosofsky, « Democratizing the Empire: The Birth of Adobe Trajan », dans Shaw (dir.) 2015, p. 181-183.

Laliberté 2004 : J. Laliberté, Formes typographiques : historique, anatomie, classification, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

Laucou 2016 : C. Laucou, « Classification des caractères et catalogage des fontes », dans André (dir.) 2016, t. II, p. 50-63.

Laufer 1978 : R. Laufer, « Texte et typographie », Littérature, 31/3, 1978, p. 99-106.

Lavant 2006 : M. Lavant, Dictionnaire Adobe Illustrator CS2, Paris, Heures de France, 2006.

Lawson 1990 : A. S. Lawson, Anatomy of a Typeface, Boston, Godline, 1990.

Lefebvre 2016 : S. Lefebvre, « Pline le Jeune et l’épigraphie : témoignages sur la place de l’écrit dans l’espace civique », dans Crété (dir.) 2016, p. 295-323.

Leonidas 2015 : G. Leonidas, « Trajan Pro 3 Greek », dans Shaw (dir.) 2015, p. 201.

« Letter » 2001 : « Letter to editor », Visible language, 35/2, 2001, p. 209.

Loxley 2004 : S. Loxley, Type: The Secret History of Letters, Londres-New York, Tauris, 2004.

MacNaughton 2015 : G. MacNaughton, « Father Catich at Reed College », dans Shaw (dir.) 2015, p. 175-179.

MacCarthy 1989 : F. MacCarthy, Eric Gill, Londres, Faber & Faber, 1989.

Mandel 1982 : L. Mandel, « Nouveaux regards sur l’antiquité de notre écriture », Communication et langages, 52/1, 1982, p. 29-52.

Marshall 2003 : A. Marshall, Du plomb à la lumière : la Lumitype-photon et la naissance des industries graphiques modernes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003.

Massin 1970 : Massin, « La lettre et l’image », Communication et langages, 6/1, 1970, p. 42-53.

Matteson 2015 : S. Matteson, « Goudy’s Inscriptional Letters », dans Shaw (dir.) 2015, p. 68-83.

Mitthof & Schörner (dir.) 2017 : F. Mitthof & G. Schörner (dir.), Columna Traiani: Traiansäule: Siegesmonument und Kriegsbericht in Bildern, Vienne, Holzhausen Verlag, 2017.

Morison 1973 : S. Morison, A Tally of Types, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.

Morison 1989 : S. Morison, Les premiers principes de la typographie, Grenoble, Caractère d’imprimerie, 1989.

Morris 1985 : B. Morris, Inspiration for Design. The Influence of the Victoria and Albert Museum, Londres, The Museum, 1985.

Mosley 1964 : J. Mosley, « Trajan Revived », Alphabet, 1, 1964, p. 17-48.

Munsch 1958 : R. H. Munsch, Physionomie de la lettre : classification des créations typographiques et construction en vue d’œuvres publicitaires, Paris, Eyrolles, 1958.

Nash 2002 : J. R. Nash, « In Defence of the Roman Letter », The EJF Journal, 7, 2002, p. 3-22.

Oliver 1945 : M. C. Oliver, « Writting and Lettering », dans Farleigh (dir.) 1945, p. 109-118.

Orton 1939 : V. Orton, Goudy: Master of Letters, Chicago, Black Cat Press, 1939.

Palladino 2010 : R. Palladino, « Inscribed in Stone: The Masterful Work of Edward M. Catich », Reed College Magazine, mars 2010, p. 20-21.

Perkins 2000 : T. Perkins, « The Geometry of Roman Lettering », dans Clayton et al. 2000, p. 35-51.

Perkins 2014 : T. Perkins, The Art of Letter Carving in Stone, Marlborough, Crowood, 2014.

Perkins 2015 : T. Perkins, « The Trajan Secrets », dans Shaw (dir.) 2015, p. 34-35.

Peters 2015 : Y. Peters, « Trajan at the Movies », dans Shaw (dir.) 2015, p. 235.

Petrucci 1993 : A. Petrucci, Jeux de lettres : formes et usages de l’inscription en Italie, xie-xxe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993.

Pfiffner 2003 : P. Pfiffner, Inside the Publishing Revolution: The Adobe Story, San Francisco, Adobe, 2003.

Pinatel 2013 : C. Pinatel, « Les moulages de la colonne Trajane à la gypsothèque de Versailles », Les Dossiers d’archéologie, 359, 2013, p. 82-85.

Ponot 1989 : R. Ponot, « Classification typographique », Communication et langages, 81/1, 1989, p. 40-54.

Ponot 1998 : R. Ponot, Louis Perrin & l’énigme des Augustaux, Paris, Éditions des Cendres, 1998.

Poulin 2012 : R. Poulin, Graphic Design + Architecture, A 20th-Century History: A Guide to Type, Image, Symbol, and Visual Storytelling in the Modern World, Beverly, Rockport Publishers, 2012.

Raw 2009 : S. Raw, « When Language Meets Stone: A Personal Look at Letter-Carving and the Influence of Typography, from Eric Gill and his Disciples to the Present », The Sculpture Journal, 18/2, 2009, p. 228-233.

Renner 1922 : P. Renner, Typografie als Kunst, Munich, G. Müller, 1922.

Riggs 2014 : T. Riggs, « The Adobe Originals Silver Anniversary Story: Stone, Slimbach, and Twombly Launch the First Originals », Adobe Typekit Blog, 12 juin 2014 [en ligne, URL : https://blog.typekit.com/2014/06/12/the-adobe-originals-silver-anniversary-story-stone-slimbach-and-twombly-launch-the-first-originals].

Robertson 2012 : F. Robertson, Print Culture: From Steam Press to Ebook, New York, Routledge, 2012.

Seaby 1925 : A. W. Seaby, The Roman Alphabet and Its Derivatives, Londres, Batsford, 1925.

Sesma 2016 : M. Sesma, « Retour aux caractères historiques et néo-historiques », dans André (dir.) 2016, t. I, p. 152-171.

Shaw 2005 : P. Shaw, « The Digital Past: When Typefaces were Experimental », AIGA, 19 mai 2005 [en ligne, URL : http://www.aiga.org/the-digital-past-when-typefaces-were-experimental].

Shaw 2015a : P. Shaw, « Father Edward M. Catich and the Trajan Inscription », dans Shaw (dir.) 2015, p. 25-31.

Shaw 2015b : P. Shaw, « Trajan Revived Redux », dans Shaw (dir.) 2015, p. 185-199.

Shaw (dir.) 2015 : P. Shaw (dir.), The Eternal Letter: Two Millenia of the Classical Roman Capital, Cambridge (MA), MIT Press, 2015.

Shaw 2017 : P. Shaw, Revival Type: Digital Typefaces Inspired by the Past, New Haven, Yale University Press, 2017.

Shewring 1947 : W. Shewring (éd.), Letters of Eric Gill, Londres, Jonathan Cape, 1947.

Smith 2008 : M. H. Smith, « Du manuscrit à la typographie numérique : présent et avenir des écritures anciennes », Gazette du livre médiéval, 52-53, 2008, p. 51-78.

Stefan 2015 : A. S. Stefan, La colonne Trajane : édition illustrée avec les photographies exécutées en 1862 pour Napoléon III, Paris, Picard, 2015.

Stock-Allen 2016 : N. Stock-Allen, Carol Twombly: Her Brief but Brilliant Career in Type Design, New Castle (DE), Oak Knoll Press, 2016.

Tam 2002 : K. Tam, Calligraphic Tendencies in the Development of Sanserif Types in the Twentieth Century, mémoire de master inédit, University of Reading [en ligne, URL : http://keithtam.net/documents/sanserif.pdf].

Tschichold 1985 : « Jan Tschichold parle de typographie », Communication et langages, 63/1, 1985, p. 54-70.

Tschichold 1995 : J. Tschichold, Treasury of Alphabets and Lettering, New York, Norton, 1995.

Turbayne 1904 : A. A. Turbayne, Alphabets & Numerals, Londres-Édimbourg, J. C. & E. C. Jack, 1904.

Village 1933 : The Village Press: A Retrospective Exhibition, 1903-1933, New York, The Institute, 1933.

Walters 2013 : J. Walters, Fifty Typefaces that Changes the World, Londres, Conran Octopus, 2013.

Wilson 2005 : P. Wilson, « The Trajan Font », Texdoc Online, 29 juin 2005 [en ligne, URL : http://texdoc.net/texmf-dist/doc/latex/trajan/trajan.pdf].

Woolliscroft-Rhead 1903 : G. Woolliscroft-Rhead, An Alphabet of Roman Capitals, Londres, Batsford, 1903.

Zapf 2000 : H. Zapf, « Typographie des caractères romains de la Renaissance », Cahiers GUTenberg, 37-38, 2000, p. 44-52.

Zhukov 2015a : M. Zhukov, « The Trajan Letter in Russia and America », dans Shaw (dir.) 2015, p. 127-131.

Zhukov 2015b : M. Zhukov, « Trajan Pro 3 Cyrillic », dans Shaw (dir.) 2015, p. 200.

Notes

1 Gill 2011 (1931), p. 28-29 ; Gill 1910, p. 322.

2 Munsch 1958, p. 5.

3 Voir par exemple Goudy 1940, p. 67 ; Frutiger 2001, p. 55.

4 Smith 2008, p. 51.

5 Marshall 2003, p. 22.

6 Laliberté 2004, p. 36.

7 Bruckner 1990, p. 54.

8 Gress 1923, p. 60-61.

9 Goudy 1946, t. 2, p. 82 ; Bruckner 1990, p. 123.

10 Goudy 1922, p. 24.

11 Ponot 1998.

12 Goudy 1946, t. 1, p. 107-108 ; Orton 1939, p. 85 ; Boone 1942, p. 114-119 ; Matteson 2015, p. 72.

13 Goudy 1918.

14 La colonne fut inaugurée en mai 113.

15 Huet 1996, p. 8-31.

16 En 1576 est publiée par Alfonso Chacón la frise de la colonne Trajane en 130 planches, en particulier à partir des dessins de Ripanda réalisés en 1506 : Chacón 1576.

17 Froehner 1872-1874 ; Cichorius 1896-1900.

18 Galinier 2017, p. 246.

19 Antonozzi 1638 ; Mosley 1964, p. 26-27 ; Anderson D. M. 1969, p. 132.

20 Hübner 1885 : inscription n° 265 ; Gray 1960, p. 14 ; Anderson D. M. 1969, p. 48.

21 Galinier 2017, p. 234.

22 Pinatel 2013, p. 82-85 ; Galinier 2017, p. 238-239.

23 Chew 2015.

24 Pinatel 2013, p. 84.

25 Evetts 1960, p. 12 (l’édition originale date de 1938).

26 Mosley 1964, p. 33.

27 Woolliscroft-Rhead 1903 : « The finest in character and proportion of any Roman letters available ».

28 Turbayne 1904, p. 3-4 et pl. I, II.

29 Anderson D. M. 1969, p. 49.

30 Baudin 1977, p. 26.

31 Cabarga 2014, p. 203.

32 Gill 1910, p. 322.

33 Chappell 1975, p. 2.

34 Shaw 2017, p. 19.

35 André 2001, p. 13 ; André 2002, p. 100 ; Gray 1989, p. 15 sq.

36 Carter 1991-1992, p. 4.

37 Gress 1923, p. 52 et p. 56.

38 Munsch 1958, p. 12.

39 Mandel 1982, p. 37 ; voir la préface de F. Romano à Felici 2002, p. ix.

40 Tschichold 1995, p. 23.

41 Massin 1970, p. 46.

42 Laufer 1978, p. 100.

43 Goudy 1918.

44 Gress 1923, p. 55.

45 Gress 1917, p. 185.

46 Lefebvre 2016, p. 302.

47 Goudy 1952, p. 42. Il s’agit de la reproduction offset de l’édition de 1942 réunissant en un seul volume Goudy 1918 et Goudy 1923.

48 Johnston 1917, p. 410-411.

49 Bruckner 1990, p. 31.

50 Stock-Allen 2016, p. 75.

51 Seaby 1925, p. 2.

52 Munsch 1958, p. 6.

53 Depuis Felice Feliciano en 1460 : Mosley 1964, p. 18 ; Zapf 2000, p. 46. Au xvie s., Luca Pacioli, Albrecht Dürer ou Geoffroy Tory, par exemple, décomposent les capitales romaines « en éléments impeccables, obéissant à la mathématique du compas » : Munsch 1958, p. 12 ; André 2002 ; Cordier 2006, p. 17.

54 Renner 1922.

55 Evetts 1960 ; Jones 2001.

56 Chappell 1975.

57 Perkins 2000 ; Perkins 2014 ; Perkins 2015.

58 Seaby 1925, p. 2 : « Of all the inscriptions, that on the base of the Trajan Column has attracted most attention by reason of its beauty of form and arrangement. »

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Jones 2001, p. 183 : « The work of a true master of the height of his powers. »

62 Munsch 1958, p. 8.

63 Goudy 1946, t. 2, p. 173-174.

64 Ibid., p. 174 : « It is based on the letters of the inscription at the base of the Trajan column at Rome, erected about 114 A. D., but the letters have not been slavishly copied − the letters are primal. » ; Bruckner 1990, p. 136.

65 Blanchard 1980 ; Blanchard 1998, p. 44.

66 Village 1933, n°138 p. 29.

67 Orton 1939, p. 85.

68 Sesma 2016, p. 162-163 ; Bruckner 1990, p. 60-62.

69 Goudy 1936, p. xi.

70 Bruckner 1990, p. 32.

71 Ibid., p. 30.

72 Ballou 1926, p. 234.

73 Goudy 1940, p. 37.

74 Sesma 2016, p. 160-163.

75 Morison 1973, p. 100.

76 Gill 1968 (1941), p. 136.

77 Oliver 1945, p. 109 et 119.

78 Préface de F. MacCarthy à Cardozo 2009, p. vii.

79 Nash 2002, p. 18.

80 Robertson 2012, p. 26.

81 Oliver, 1945, p. 116.

82 Holliday 2002, p. 7 ; Morris 1985, p. 50.

83 Cribb & Cribb 2011, p. 19-21.

84 Gill 2011 (1931), p. 28 ; Holliday 2002, p. 7-8 ; Cribb & Cribb 2011, p. 19.

85 Holliday 2002, p. 12-13.

86 Oliver 1945, p. 117.

87 Brady 1962, p. 28-29.

88 Raw 2009, p. 230.

89 Jones 2001, p. 186.

90 MacCarthy 1989, p. 293 ; Holliday 2002, p. 16.

91 Lettre du 5 avril 1935 (n° 229), dans Shewring 1947, p. 326 : « ‘Trajan Column’ snobbery ».

92 Lettre d’octobre 1934 (n° 216), ibid., p. 299-307 : « My inscriptions are no more like the Trajan than Caslon’s type is. »

93 Chappell 1975.

94 Sur les classements typographiques, cf. Ponot 1989 et Laucou 2016.

95 Les premières photocomposeuses sont commercialisées à la fin de la Seconde Guerre mondiale par Intertype, Monotype et Linotype ; la Lumitype est commercialisée par Photon dans les années 1950. Sur ces techniques : Marshall 2003.

96 Consuegra 2004, p. 113.

97 Projet de livre non réalisé : Giono & Vox 1954.

98 Marshall 2003, p. 237.

99 MacMillan 2006, p. 60.

100 Seaby 1925.

101 Evetts 1960.

102 Goudy 1936.

103 Ibid., p. ix.

104 Catich 1961, p. 10-15, 27-30 ; Mosley 1964, p. 33.

105 Catich 1961, p. 17. 

106 Ibid., p. 1 et 9-10.

107 Hayes 1978, p. 65 ; estampage conservé à la Newberry Library de Chicago (Série 6, item 234).

108 Notons que Detterer contribua au succès du livre Writing & Illuminating, & Lettering de Johnston aux États-Unis ; sa collection de calligraphies et ses cours à Chicago inspirèrent étudiants et personnalités, comme Stanley Morison : Chappell 1978, p. 49-50.

109 Catich 1961, p. 7-9.

110 Goudy 1936.

111 Shaw 2015a, ill. 7, p. 30.

112 Ibid., p. 29.

113 Catich 1961. La page de titre annonce 93 planches mais le portfolio en contient 94.

114 Catich 1968.

115 Anderson D. M. 1969, p. 47, ill. 61. Mais, la même année, un homonyme reproduit encore celle du musée de Londres : Anderson C. R. 1969, p. 51, fig. 43.

116 Anderson C. R. 1969, p. 147-160.

117 Kechroud-Gibassier 2008, p. 27.

118 Préface à Morison 1989, p. 13 ; voir aussi Laliberté 2004, p. 7.

119 Dardelet 1991.

120 Palladino 2010, p. 20-21 ; MacNaughton 2015.

121 Discours de Steve Jobs en 2005 : Jusseaux 2008, p. 132.

122 Bosler 2012, p. 24-25.

123 Fekete 2004 ; Lavant 2006, p. 459 ; Stock-Allen 2016, p. 67-69. 

124 Kechroud-Gibassier 2008, p. 70.

125 André 2016 ; Adebiaye 2016.

126 André & Haralambous 2006.

127 Pfiffner 2003, p. 47.

128 André 1997, p. 13.

129 Pfiffner 2003, p. 56 ; Stock-Allen 2016, p. 69-75.

130 Kechroud-Gibassier 2008, p. 72.

131 Stock-Allen 2016, p. 75-79.

132 Shaw 2005.

133 Riggs 2014 ; Kosofsky 2015 ; Shaw 2017, p. 19.

134 Shaw 2017, p. 18.

135 Laliberté 2004, p. 36.

136 Stock-Allen 2016, p. 76.

137 Riggs 2014.

138 Stock-Allen 2016, p. 76.

139 Ibid., p. 85.

140 Riggs 2014.

141 Blanchard 1980.

142 Arabyan 2008, p. 214.

143 Dutrieux 2015, p. 85.

144 https://www.myfonts.com/search/trajan/ (consulté le 23 août 2017).

145 Walters 2013.

146 Chermayeff & Geismar 2011, p. 18. Ce logo réalisé par Chermayeff & Geismar & Haviv en 2010 a été remplacé en 2018 par un logo utilisant des polices radicalement différentes : Druk condensed super et Sharp Grotesk.

147 Yves Peters a donné en novembre 2011 à Düsseldorf une conférence intitulée « Trajan in Movie Posters: The Rise and Fall of the Roman Empire » dans le cadre de la Tellerrand Conference. Cette intervention enregistrée est visible sur internet (URL : https://vimeo.com/54938162, consulté le 19 août 2017). Voir également Peters 2015, p. 235.

148 Garfield 2012, p. 279.

149 Hyndman 2016, p. 46.

150 Dutrieux 2015.

151 K. Ferguson, Trajan is the Movie Font, vidéo (URL : https://www.youtube.com/watch?v=t87QKdOJNv8, consulté le 19 août 2017).

152 Sur ces notions : Petrucci 1993, p. 10.

153 Tschichold 1985, p. 69.

154 Art of Lettering 1931.

155 Morris 1985, p. 53 ; Harvey 2009, p. 228 ; pour un exemple d’utilisation : Gray 1960, pl. 182.

156 Harvey 2009, p. 227.

157 Ibid., p. 226. Il est également possible d’acquérir des lettres en plastique faites en Trajan Bold pour former des enseignes.

158 Poulin 2012, p. 241.

159 Stock-Allen 2016, p. 77 : « I thought it was very cool that those letters, based on the ones carved in Rome in the first century CE, were being carved into stone again nearly two thousand years later. Full circle! »

160 « Letter » 2001, p. 209.

161 Gray 1960, p. 94.

162 Mosley 1964, p. 35.

163 Raw 2009, p. 230-231.

164 Lavant 2006, p. 450-454.

165 Shaw 2017, p. 19.

166 Berry 2012 ; Zhukov 2015b, p. 200. La Trajan avait été adaptée en cyrillique dès 1958 par le Russe Vadim Lazurski, puis en 1964 par le Bulgare Vasil Barakov : Zhukov 2015a, p. 128.

167 Leonidas 2015, p. 201.

168 Smith 2008, p. 68.

169 Tschichold 1995, p. 52-53.

170 Wilson 2005.

171 Elnar 2016.

172 Berry 2012.

173 Shaw 2015b, p. 197.

174 Tam 2002.

175 Loxley 2004, p. 118.

176 Garfield 2012, p. 109. 

177 Blanchard 1988, p. 33.

178 Kechroud-Gibassier 2008, p. 65.

179 Lawson 1990, p. 329.

180 Smith 2008, p. 55 ; Garfield 2012, p. 220-221.

181 Chappell 1975, p. 41.

182 Smith 2008, p. 59 ; Tam 2002, p. 37-38.

183 Garfield 2012, p. 37.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Base de la colonne Trajane (Rome, 113 ap. J.-C.).
Crédits Photographie reproduite avec l'aimable autorisation de Carole Raddato (Following Hadrian).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. De caratteri di Leopardo Antonozzi. Libro primo (1638).
Crédits « gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 3. Reproduction de mots de l'inscription de la colonne Trajane dans l'ouvrage d'Ernst Willibald Emil Hübner, Exempla scripturae epigraphicae Latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Iustiniani consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussicae (1885).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 4. Moulage de la colonne Trajane, au Victoria and Albert Museum de Londres.
Crédits Photographie de Solipsist, Wikipedia.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 5. Planche I de A. A. Turbayne, Alphabets & numerals designed and drawn (1904).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6. Page 435 de Writing & illuminating, & lettering d'Edward Johnston (1906).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 7. Page consacrée à la lettre N réalisée par Frederic Goudy, The Alphabet: fifteen interpretative designs drawn and arranged with explanatory text and illustrations (1918).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Fig. 8. Construction géométrique de la lettre B par L. C. Evetts, Roman lettering: a study of the letters of the inscription at the base of the Trajan column, with an outline of the history of lettering in Britain (1938).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 9. La première utilisation de la police Trajan par Goudy fut pour titrer l'ouvrage Rip Van Winkle de Washington Irving, édité à New York en 1930 par The Limited Editions Club.
Légende Les 1 500 exemplaires de cette édition sont signés par Frederic Goudy.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 10. Page de titre réalisée en Perpetua par Eric Gill pour composer The Passion of Perpetua and Felicity (1929).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 11. Plaque murale érigée à la mémoire de Sir Harry Johnston dans l'église St. Nicholas à Poling, West Sussex.
Légende Réalisée par Eric Gill avec des caractères proches de la Perpetua.
Crédits Photographie de Rjhfandclf – Wikipedia.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12. The Living Alphabet, ouvrage réalisé avec la police Trajanus par Warren Chappell, alors en résidence d'artiste à l'université de Virginie à Charlottesville (1975).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 13. Reproduction du moulage de l'inscription de la colonne Trajane du Victoria & Albert Museum de Londres en frontispice de l'ouvrage d'Allen W. Seaby consacré à l'alphabet romain (1925).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Fig. 14. Edward Catich pratiquant un estampage de l'inscription de la colonne Trajane (vers 1950).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 15. Estampage réalisé en 1970.
Légende En raison de la taille de l'inscription, le Père Edward Catich réalise deux estampages comportant chacun trois lignes de l'inscription.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation de David Nathan-Maister.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 16. Tube contenant l'un des neuf estampages réalisés par le Père Edward Catich en février 1970.
Légende La calligraphie est réalisée en lettres Trajan de la main d'Edward Catich.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation de David Nathan-Maister.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 17. Alphabet taillé dans la pierre en lettres Trajan par le Père Edward Catich.
Légende En doré sont représentées les lettres issues directement de l'inscription, en rouge sont représentés le H, absent de l'inscription, et les lettres alors inexistantes dans l'alphabet latin. En bleu, l'esperluette.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation de St. Ambrose University, où étudia Ed. Catich avant d'y donner cours durant 41 ans, jusqu'à sa mort en 1979.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 18. Le Père Edward Catich donnant un cours au Reed College, à l'invitation de Lloyd J. Reynolds, à propos de la taille de l'inscription de la colonne Trajane en avril 1964.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation des Special Collections and Archives, Eric V. Hauser Memorial Library, Reed College.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 19. Le Père Edward Catich gravant avec des lettres capitales Trajan le linteau de l'Eliot Hall sur le campus de Reed College en octobre 1964.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation des Special Collections and Archives, Eric V. Hauser Memorial Library, Reed College.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 20. Ancien logo de la Bibliothèque du Congrès (Washington, D.C.) réalisé en 2010 par Chermayeff & Geismar & Haviv.
Légende Il a été remplacé en 2018.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation de la Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Titre Fig. 21. « The Thurgood Marshall Memorial », monument réalisé en 1996 par Antonio Tobias Mendez à Annapolis, Maryland.
Crédits Reproduit avec l'aimable autorisation de l'artiste.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 22. Stemma typographicum décrivant les étapes intermédiaires entre les lettres de l'inscription de la colonne Trajane et la création de deux polices : Trajan Title de Frederic Goudy et Trajan de Carol Twombly.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Fig. 23. Plaque réalisée par Ralph Beyer pour la cathédrale Saint-Michel de Coventry en Angleterre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 24. Signalétique utilisant la police Johnston (Underground) pour le métro londonien à la station Leytonstone.
Crédits Photographie de Chris McKenna (Thryduulf), Wikipedia.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 25. Les mots Hamburgers, Hambergurfont sont souvent utilisés par les typographes car ils permettent de présenter les lettres h, g et e qui expriment la personnalité d'une police de caractères.
Légende « Un mot comme Hamburgerfont vous renseigne tout de suite, car il contient les principales courbes et butées régulièrement employées » écrit Simon Garfield, qui émet aussi l'hypothèse que « la fonderie URW, implantée à Hambourg, est peut-être à l'origine de ce mot (on rencontre parfois aussi Hamburgevons et Hamburgefontsiv) ». Ces mots sont ainsi utilisés dans le catalogue de fournisseurs comme ITC, Monotype et Adobe : Garfield, 2012, p. 274.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92303/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 709k

Auteur

Université de Lille, HALMA UMR 8164 (CNRS, Univ. Lille, MC)

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site