Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Troisième partie. Gestion des territoires agricoles et ruraux

La gestion des ressources agricoles au fil de l′histoire : étude de cas au travers de la coopérative d′élevage de la Loire (1947-2000)

Sophie Lefranc-Morel

Texte intégral

Introduction

1La mise en place des coopératives agricoles, notamment après la deuxième guerre mondiale, répond à un besoin de régulation des marchés des matières premières agricoles. Il s′agit de gérer les ressources disponibles en intégrant l′entreprise et les agriculteurs producteurs. En résultent un projet, le maintien d′une activité agricole sur le territoire, garantissant un niveau de revenu suffisant et stable, et un mode de gestion, pour l′adéquation de la production à la demande du marché. Dans le cas des coopératives d′insémination artificielle, le but est également d′améliorer la qualité de la production bovine et laitière, de réduire les épidémies et, plus généralement, de contribuer à la diffusion du progrès génétique.

2Depuis, le contexte économique, politique et social a changé. Les exigences envers les coopératives agricoles ont évolué, à la fois dans leur gestion des ressources agricoles et naturelles et dans leurs performances économiques. L′entreprise suit une trajectoire influencée par les changements contextuels que sont l′ouverture à la concurrence, l′intégration au Marché Unique, les différentes réformes de la Politique Agricole Commune. Si le projet de l′entreprise conserve ses objectifs, la complexification de sa structure l′éloigne des adhérents-sociétaires. Dans le même temps, une nouvelle génération d′exploitants agricoles a succédé à la génération ayant assisté aux mutations de l′agriculture après la deuxième guerre. Aujourd′hui, dans un environnement concurrentiel, l′entreprise coopérative constate des difficultés à renouveler la fidélité des adhérents.

3Pourtant, les spécificités des entreprises coopératives – gestion des ressources, lien au territoire – peuvent constituer un patrimoine culturel, pensé comme le socle du renouvellement du lien entre l′entreprise et les adhérents-sociétaires. Notre hypothèse est qu′une meilleure connaissance de l′histoire de l′entreprise coopérative, de ses évolutions internes comme des changements contextuels, connaissance transmise aux nouvelles générations, répondrait au besoin, des adhérents sociétaires, de compréhension du projet porté par l′entreprise coopérative. Cette compréhension permettrait alors le renouvellement du lien adhérent-coopérative.

  • 1 Exception faite d′un article de Jean-Paul Bourgier (1986) traitant du dépouillement des résultats (...)

4La première partie de ce projet de recherche concerne l′étude des procès-verbaux des assemblées générales de la Coopérative d′Élevage de la Loire depuis sa création en 1947. Tout d′abord, ces procès-verbaux donnent les événements marquants de l′entreprise coopérative et constituent une première source historique pour le chercheur, sachant qu′il n′y a pas de document retraçant l′histoire de la CEL1. Ensuite, notre hypothèse est que les procès-verbaux contiennent les informations principales qui sont diffusées aux administrateurs et aux adhérents de la coopérative. En cela, nous pouvons y découvrir la place accordée à la communication du projet de l′entreprise, projet auquel doivent adhérer les agriculteurs. Est-ce que les entreprises coopératives s′attachent à prouver la pertinence de leur mode de gestion des ressources agricoles pour maintenir la fidélité des adhérents ?

5Nous présenterons dans un premier temps les hypothèses de travail qui justifieraient l′existence d′un patrimoine culturel spécifique aux entreprises coopératives. Ensuite, nous verrons dans quelle mesure les procès-verbaux peuvent contribuer à la reconnaissance de ce patrimoine.

Hypothèses de travail

6Aujourd′hui accusée de banalisation à cause de stratégies économiques proches de celles des entreprises capitalistes, l′entreprise coopérative apporte d′autres sources de développement aux adhérents et au territoire. L′enracinement territorial est une donnée essentielle pour les entreprises coopératives qui doivent apprendre à gérer les ressources allouées. Enfin, l′étude de l′histoire des relations entre l′entreprise, son territoire et ses adhérents dessine un patrimoine culturel spécifique.

Première hypothèse : les entreprises coopératives agricoles, entre traditions et banalisation

7Les entreprises coopératives agricoles sont influencées par leurs origines (Fulton, 1999). Soumises à un impératif de survie par leurs adhérents-sociétaires, elles sont l′outil nécessaire pour garantir une activité et un revenu agricoles. La rentabilité n′est pas une fin pour les adhérents – la rémunération des parts sociales est d′ailleurs minime – mais plutôt un moyen nécessaire pour l′entreprise pour rester présente sur le territoire. La gestion des ressources est donc une préoccupation première.

8Dans cette quête de survie en milieu capitaliste, les entreprises coopératives ont tendance à appliquer les mêmes schémas que les entreprises non-coopératives. Elles perdent alors de la visibilité. Les adhérents-sociétaires questionnent les choix faits, et arbitrent entre les deux types d′entreprises, sans forcément percevoir de différences. Si la banalisation est avérée, et si les adhérents-sociétaires ne voient plus les spécificités des coopératives, pourquoi chercher à maintenir l′existence de cette offre ?

Pourquoi maintenir l′existence d′un secteur coopératif ?

9Les entreprises coopératives agricoles s′inscrivent dans un contexte économique dominé par des relations capitalistes (Madec, 1974). Leur existence dépende de leur efficacité économique en premier lieu, puis de leur efficacité sociétale. On compare donc les résultats des coopératives avec ceux des entreprises capitalistes, dont l′objectif est de maximiser les profits des capitaux engagés à destination des actionnaires. La question centrale est celle de l′évaluation de l′efficacité de l′entreprise coopérative. Or, elle n′est pas plus performante au regard des indicateurs traditionnels qu′une entreprise capitaliste (Nicolas, 1974 ; Koulytchizkty & Mauget, 2003). Mais d′autres critères peuvent mettre en lumière les spécificités des entreprises coopératives et interroger de nouveau – et sous un autre angle – la question de l′efficacité de l′entreprise.

10Certes, l′efficacité économique est primordiale. Cependant, la finalité de cette efficacité est différente, en cela que l′entreprise coopérative agricole remplit des fonctions spécifiques. Ainsi, en adhérant à la coopérative, les agriculteurs affirment leur volonté de conserver des exploitations familiales sur leur territoire, tout en améliorant leur revenu. Les services proposés par l′entreprise coopérative permettent une modernisation des exploitations, leur intégration dans une filière agro-alimentaire et la mise en cohérence des exploitations et des entreprises, et garantissent ainsi travail et revenu. Enfin, la présence de la coopérative sur un territoire a généralement pour conséquences une réduction des inégalités territoriales par son succès dans des régions souvent défavorisées, une valorisation de l′espace rural, et une influence sur le développement agricole du territoire (Nicolas, op. cit.).

11L′évaluation de l′efficacité par les adhérents-sociétaires est donc fondamentale : elle détermine leur engagement en premier lieu. L′analyse de la rationalité des coopérateurs permet de cerner les objectifs assignés à la coopérative-mère, et donc les contraintes de gestion liées aux objectifs spécifiques d′une coopérative par rapport à une entreprise capitaliste (Deshayes, 1981). Par la suite, l′engagement dans les activités de l′entreprise coopérative – participation aux assemblées générales, vote, prise de parole, engagement en tant qu′administrateur – peut être déterminé par d′autres facteurs, liés à l′efficacité sociétale, qu′il faudra identifier et analyser.

Deuxième hypothèse : le rôle des entreprises coopératives agricoles dans le développement des territoires

12Nous définissons le territoire comme un espace géographique délimité et approprié – parfois jusqu′à la revendication, – porteur de ressources naturelles et humaines, sur lequel on peut identifier des acteurs (individus, groupes publics, privés). Les interrelations qui les animent et les relations qu′ils entretiennent avec le territoire sont dynamiques et évolutives, faisant du territoire un espace à géométrie variable et aux caractéristiques également changeantes au cours du temps. L′histoire des relations constitue pour nous une donnée expliquant les stratégies actuelles.

13De prime abord, notre territoire d′étude est défini par ses limites géographiques administratives : il s′agit du département de la Loire. Les entreprises coopératives agricoles sont fondées avec, dans leurs statuts, des circonscriptions territoriales à respecter. Cependant, suite aux mouvements de filialisation et de fédération, le territoire d′action s′est agrandi. Les logiques stratégiques ne sont plus parfaitement ligériennes, si elles l′avaient jamais été. La plupart des entreprises étudiées ont leur siège dans la Loire, excepté pour Sodiaal-Orlac qui se trouve à Vienne, dans l′Isère. Toutes les entreprises entretiennent des relations plus ou moins poussées entre elles, en tant qu′acteurs agro-alimentaires majeurs du territoire. Ces relations se concrétisent pour les agriculteurs, notamment par l′existence de filières (lait et viande). Les agriculteurs sont influencés par leur type de production (Madec, op. cit.), mais aussi par les organisations locales, du type CUMA, plus proches d′eux que les entreprises coopératives et résultant souvent de l′interconnaissance. Le territoire d′étude n′est pas une entité administrative, mais sera à définir en fonction des interactions entre tous ces acteurs, de l′entreprise à l′agriculteur. Enfin, nous pouvons distinguer le territoire des coopérateurs (localisation des adhérents-sociétaires) et le territoire de la coopérative (localisation des activités de l′entreprise, localisation des sièges des unions). Les deux territoires ne suivent pas la même évolution, et cela peut expliquer la dilution du lien entre les adhérents-sociétaires et l′entreprise coopérative.

Territoire et coopératives

14À l′origine, le territoire est donc une donnée qui influence l′action des acteurs. Cela se vérifie d′autant plus pour les entreprises coopératives agricoles, qui se fondent sur un capital humain – les agriculteurs, dont la délocalisation est malaisée, – sur un capital naturel – la terre et ses productions, – mais surtout sur un principe, celui de pérenniser l′activité dans la circonscription territoriale donnée. Et cette donnée est fondamentale : souvent la coopérative est située sur un territoire peu rentable économiquement. Ainsi, la solution coopérative est parfois la seule dans les territoires de montagne, propices à la production laitière, mais avec une collecte onéreuse. La coopérative reposant également sur la péréquation des résultats entre les membres, l′expansion territoriale est une solution pour pallier les difficultés rencontrées dans certaines parties du territoire.

15On assiste à ce que Martin, Tanguy et Albert (1966) appellent une « logique de co-construction du territoire et de la firme ». L′entreprise qui dispose de ressources propres se crée sur un territoire, ce dernier offrant un certain environnement : les performances dépendent certes de l′articulation entre le territoire et l′entreprise, mais aussi des relations qu′entretiennent les entreprises entre elles. Cette question est abordée par Guillouzo, Ruffio et Perrot (2002) dans leur étude sur l′impact des alliances sur les opérations des entreprises coopératives.

Coopératives et territoire

16Les alliances entre les entreprises, la construction de filières en agriculture notamment, sont pour les entreprises coopératives autant un moyen d′améliorer la rentabilité de leur activité par des économies d′échelle, des certitudes concernant l′écoulement de la production, un contrôle de la qualité correspondant aux attentes des marchés, qu′un moyen de contrôler le territoire. Les administrateurs, issus du territoire, sont des représentants à la fois des adhérents-sociétaires auprès de l′entreprise et de l′entreprise auprès des adhérents-sociétaires. Ils constituent le lien entre les deux entités. Il convient donc d′analyser les relations entre les trois. Assiste-t-on à un développement du territoire conduisant à une amélioration des conditions de vie des acteurs ?

Troisième hypothèse : la présence territoriale longue des entreprises coopératives agricoles forge un patrimoine culturel porteur du renouvellement du lien coopératif

17Ce projet de recherche est né de la volonté de personnalités de la génération précédente des entreprises coopératives de la Loire de préserver la mémoire de ces entreprises. Le patrimoine naît lui aussi de la crainte de voir disparaître un pan de la mémoire. À cette dimension de conservation s′ajoute la volonté de transmission d′un mode d′organisation particulier. Nous avons donc décidé de travailler dans l′hypothèse que le travail de recherche historique pouvait constituer un moyen pour les entreprises coopératives agricoles de renforcer leur lien avec les adhérents-sociétaires.

18Le patrimoine est issu des relations entre le territoire et les entreprises. Les entreprises coopératives agricoles peuvent laisser des traces par leurs implantations (bâtiments, usines) ou par le biais des agriculteurs adhérents. Est-ce que le rôle de la coopérative a été jusqu′à favoriser un type de production particulier dans certaines zones territoriales ? Ces marques sur le territoire peuvent servir de vecteur pour expliquer le rôle de la coopérative auprès des adhérents-sociétaires.

19Enfin, le patrimoine, ce sont aussi les évolutions des communautés, donc les évolutions du groupe des adhérents-sociétaires et les évolutions des entreprises coopératives. Est-ce que le changement de génération s′est accompagné d′une transmission de l′histoire de la coopérative ? Estce que l′entreprise et les nouveaux adhérents construisent un patrimoine commun ?

20Notre hypothèse est que la valorisation du patrimoine permet, d′une part, de sauvegarder la mémoire de l′entreprise et, d′autre part, de mettre en valeur ses spécificités. Dans l′optique des entreprises coopératives agricoles, la valorisation de leurs patrimoines, matériel ou immatériel, industriel ou culturel, peut être considérée comme un moyen d′abord de mettre en lumière leur modèle d′entreprise, de susciter ainsi la curiosité, voire la connaissance, ensuite comme un moyen de créer un sentiment de reconnaissance et d′appartenance à un système commun, une sorte de culture d′entreprise fondée sur une histoire commune. Enfin, cette troisième hypothèse reposera sur le travail mené au préalable sur l′histoire et le territoire.

Méthodologie et résultats préliminaires

Méthodologie

21Le travail de recherche porte en premier lieu sur le dépouillement des procès-verbaux des assemblées générales ordinaires et extraordinaires des entreprises coopératives partenaires. Les différentes données chiffrées sont extraites et compilées, un résumé des évènements de l′année est réalisé. Cette première étape donne un aperçu des évolutions sur de longues périodes : depuis 1947 pour la Coopérative d′Élevage de la Loire (CEL). Certaines années peuvent alors être identifiées comme des années-clés pour la coopérative : changement de direction ou de présidence, innovation technique, problèmes financiers. Pour ces années, les procès-verbaux des Conseils d′administration seront étudiés afin d′établir une connaissance plus fine des changements dans l′entreprise.

22L′objectif ici est de tester les hypothèses développées sur les résultats obtenus grâce à la seule étude des procès-verbaux des assemblées générales. Quelle histoire est retracée par les procès-verbaux des assemblées générales ? Cette histoire est-elle le véhicule d′un patrimoine culturel fait d′innovations et de pratiques ?

Les procès-verbaux des assemblées générales : une source pour l′histoire économique de l′entreprise

23L′histoire de la Coopérative d′Élevage de la Loire, c′est d′abord l′histoire de l′implantation d′une nouvelle technique. Les procès-verbaux des premières assemblées générales visent donc à fournir les explications concernant cette technique, puis les données chiffrées qui attestent de son efficacité. Les informations diffusées par les assemblées générales varient donc en fonction des périodes et des objectifs de l′entreprise coopérative dans sa relation avec les adhérents.

24Le premier centre d′insémination artificielle a été créé en Eure-et-Loir en 1946, suite aux succès obtenus par Martial Laplaud et Robert Cassou à la Bergerie Nationale de Rambouillet en 1946 (cf Hellec, 2008). Il s′agissait avant tout d′améliorer la productivité de l′élevage bovin français en limitant notamment les problèmes sanitaires et les maladies. La CEL agit dès l′origine conformément aux objectifs de l′insémination artificielle, en proposant les solutions qui, appliquées globalement, peuvent contribuer à l′amélioration du cheptel.

« La Société poursuit deux buts essentiels : d′abord la disparition des grandes contagions qui entrainent dans le cheptel bovin un taux excessif de stérilité : vaginite et avortement épizootique ; puis l′amélioration de la qualité du bétail, qu′il s′agisse de produire de la viande ou du lait. »

25Dans les années qui suivent l′installation de la CEL, en 1947, l′assemblée générale constate la mise en place d′un service de désinfection des étables (AG 1951) ou encore la distribution d′un apport minéral pour améliorer l′alimentation du bétail (AG 1953). Les procès-verbaux de ces premières années sont assez fournis et les buts de l′insémination artificielle, technique nouvelle qui suscite quelque méfiance, sont rappelés : il s′agit bien de lutter contre les épidémies et d′améliorer la qualité du bétail afin de garantir le revenu des agriculteurs adhérents. Pour appuyer la démonstration, les chiffres des inséminations premières réussies sont donnés, ainsi que des indications sur les semences choisies.

26Ces premières séries de données permettent de constater une augmentation exponentielle du nombre d′inséminations premières réussies, entre 1948 et 1952 [Fig. 1], qui correspond plus à l′augmentation du nombre d′inséminations pratiquées qu′à une amélioration du taux de réussite, qui oscille entre 57 et 66 % [Fig. 2]. La baisse enregistrée en 1953 est due à une épidémie de fièvre aphteuse dans le département. En revanche, pour cette première période, les assemblées générales ne donnent pas le nombre total d′inséminations pratiquées ni une estimation du cheptel dans le département, qui donneraient une indication de l′influence de la CEL.

Fig. 1 – L′évolution du nombre d′IAP Bovins réalisées par la CEL (1949-1955)

Fig. 1 – L′évolution du nombre d′IAP Bovins réalisées par la CEL (1949-1955)

Fig. 2 – Taux de réussite des IAP Bovins pour la CEL (1950-1955)

Fig. 2 – Taux de réussite des IAP Bovins pour la CEL (1950-1955)

27Une deuxième série de données couvre la période 1957-1962. Le taux de réussite des inséminations premières s′est établi au-dessus de 70 % [Fig. 3]. Pour la même période, nous avons cette fois le nombre total d′inséminations pratiquées par la CEL mais pas celui du nombre d′inséminations artificielles premières pour les bovins. Loin des quarante inséminations artificielles notées en 1948, l′activité de la CEL se stabilise à la date de l′assemblée générale de 1959 au-dessus de 115 000 inséminations artificielles par an, après une forte progression en 1957 et 1958 [Fig. 4].

Fig. 3 – Taux de réussite des IAP Bovins réalisées par la CEL (1957-1962)

Fig. 3 – Taux de réussite des IAP Bovins réalisées par la CEL (1957-1962)

Fig. 4 – Nombre total d′inséminations artificielles réalisées par la CEL (1957-1962)

Fig. 4 – Nombre total d′inséminations artificielles réalisées par la CEL (1957-1962)

28Une troisième période est éclairée à travers les procès-verbaux des assemblées générales : celle qui court de 1991 à 1998. Nous avons une dernière série de données illustrant le nombre d′inséminations artificielles premières pratiquées par la CEL [Fig. 5]. À partir de l′assemblée générale de 1993, elles reflètent sans doute les conséquences de la réforme de la Politique Agricole Commune de 1992. On passe en effet d′une année 1990 plafonnant à près de 118 000 inséminations artificielles premières à une période oscillant entre 101 000 et 106 000 inséminations artificielles premières par exercice. Les éleveurs laitiers réduisent alors les cheptels avec la mise en œuvre des quotas laitiers, et les éleveurs allaitants ont traditionnellement moins recours à l′insémination artificielle.

Fig. 5 – Nombre d′IAP Bovins pratiquées par la CEL (1991-1998)

Fig. 5 – Nombre d′IAP Bovins pratiquées par la CEL (1991-1998)

29Les données compilées issues des procès-verbaux ne permettent pas d′avoir une vue complète de l′histoire de l′activité économique de la Coopérative d′élevage, et c′est un problème que l′on retrouve pour les autres coopératives étudiées. Cependant, le procès-verbal est un résumé de l′assemblée générale, et d′autres chiffres peuvent être présentés oralement au cours de la réunion. Ainsi, le procès-verbal de l′assemblée générale du 11 mai 1984 note que le rapport d′activité présente l′activité de la CEL sur 10 ans, à l′aide de « diagrammes et de diapositives ». Il faudra avoir recours à d′autres sources si l′on veut avoir une connaissance plus fine, notamment en ce qui concerne les conséquences des mesures nationales ou européennes sur l′élevage départemental. Ce travail a été mené par Jean-Paul Bourgier en 1986 sur la période 1955-1983, avec un dépouillement exhaustif des résultats de la CEL en 1975 et 1983 (Bourgier, op. cit.). Cette analyse fine permet de tracer un tableau plus précis des évolutions selon les races employées et les races inséminées. Cette analyse serait à refaire, par exemple pour les années avant et après 1992.

Le patrimoine culturel véhiculé par les procès-verbaux des assemblées générales

30Cette histoire économique donne des pistes pour comprendre la place de la Coopérative d′élevage dans l′agriculture départementale. Elle n′est pas suffisante pour comprendre toutes les évolutions agricoles du département, ni toutes les contraintes de gestion des ressources subies. Cependant, on découvre aussi au travers de ces procès-verbaux une certaine culture, des pratiques, explicites ou non, qui revendiquent, d′une part, l′appartenance à la coopération agricole et, d′autre part, expriment les objectifs de la CEL.

31En premier lieu, la Coopérative d′élevage revendique son appartenance à la coopération agricole. Dès l′assemblée générale de 1948, le Président Dosson rappelle le caractère coopératif de la société. En 1949, l′assemblée générale extraordinaire fixe la dénomination « Coopérative départementale d′élevage et d′insémination artificielle », ainsi que la circonscription territoriale et le siège social à « Sourcieux », sur la commune de Chalain-le-Comtal. Caractères conservés depuis, témoignant de la stabilité de la coopérative. Les liens de la CEL avec le milieu coopératif agricole ligérien sont renouvelés à chaque assemblée générale par la présence des représentants des organisations agricoles du département : la Caisse régionale de Crédit Agricole, la Sicarev, l′UNCEIA ou encore U.MO.TEST (Union Montbéliarde de Testage). Les représentants des Services vétérinaires, des Services Agricoles de la Loire, de la Chambre d′Agriculture, du Génie rural sont aussi régulièrement présents, attestant de l′insertion de la CEL dans les structures agricoles. Enfin, le préfet ou un représentant sont aussi souvent présents, témoignant ici du lien entre la coopérative et l′État.

32Outre les liens qui se dessinent entre la CEL et les autres organisations agricoles, liens qui seront à approfondir et expliciter pour qu′ils prennent tout leur sens, les procès-verbaux sont les dépositaires d′un patrimoine d′innovations. Ces innovations résultent de la volonté du conseil d′administration de mettre en œuvre un projet collectif : améliorer la qualité du cheptel des adhérents pour garantir leurs revenus. Cette amélioration repose d′abord sur la diffusion de la technique nouvelle que représente l′insémination artificielle. Il s′agit donc d′expliquer en quoi consiste cette méthode, ce à quoi s′applique le Président Dosson au cours des premières assemblées générales. Il développe notamment les étapes de la pratique pour l′agriculteur : les vaccinations, les orientations (taureau charolais pour faire du veau de boucherie) et les visites du vétérinaire lors de la deuxième ou troisième insémination (AG 1947).

33L′amélioration du revenu passe aussi par la lutte contre les épidémies qui augmentent l′infécondité du troupeau. La CEL met donc en place, comme nous l′avons vu, un service de blanchiment des étables puis organise la distribution d′un apport minéral. La CEL travaille également en étroite collaboration avec le Contrôle laitier de la Loire pour suivre les évolutions quantitatives et qualitatives de la production laitière. Encore aujourd′hui les assemblées générales se déroulent le même jour.

  • 2 IFFA-Mérieux : Institut Français de la Fièvre aphteuse, créé par Charles Mérieux en 1947. http://w (...)

34Pour servir les desseins de la coopérative, l′entreprise se doit d′être innovante sur le plan technique. Elle adopte donc au fur et à mesure les nouvelles technologies à disposition de l′insémination artificielle : la conservation de longue durée en bain d′azote à-186 ° (AG 1963), finalisée en 1964-1965 avec la mise en place de la semence congelée (AG 1965), l′assemblée générale de 1976 souligne les techniques nouvelles mises en place avec la collaboration de l′Union Centre-Est France, l′assemblée générale de 1978 présente les résultats des premiers essais de l′équipe de transplantation embryonnaire, recherche menée en partenariat avec l′IFFA-Mérieux2. Cette dernière technique est popularisée dans les campagnes ligériennes à partir de 1986, avec le lancement de l′opération « 1 000 génisses laitières par transplantation », soutenue par le Conseil Général. L′innovation ne réside pas seulement dans le développement ou l′utilisation d′une nouvelle technique, mais aussi dans les discours de sensibilisation dispensés par les invités aux assemblées générales. Le plus souvent, les grandes lignes de ces discours sont présentées dans le procès-verbal. La première intervention notée comme celle d′un invité se déroule au cours de l′assemblée générale de 1983 : il s′agit d′une intervention de l′UNCEIA (Union Nationale) sur les préoccupations actuelles des coopératives d′élevage et d′insémination artificielle.

35La Coopérative d′Élevage évolue donc entre le respect des traditions – conserver une gestion coopérative entre économie et innovations – et les demandes des adhérents – une qualité du service et des garanties sur les prix. Ces deux visions sont présentes au cours des assemblées générales, notamment locales, car à la présentation de la stratégie de l′entreprise succèdent les questions des adhérents. Les procès-verbaux des assemblées générales plénières permettent au chercheur de se faire une idée des évolutions de l′entreprise coopérative, mais ils ne sont pas des transcriptions intégrales du déroulement de la réunion. Assister aux assemblées générales de secteur est un moyen de constater le type d′informations communiquées ce qui permet de comprendre l′activité de l′entreprise, les documents distribués et les questions posées. Cela souligne également une limite des archives : on trouve peu d′informations contextuelles dans les procès-verbaux, et les séries de données sont incomplètes et offrent une vue tronquée des évolutions. La communication se resserre avec les années, les données issues de l′activité de la CEL sont de moins en moins divulguées, ce qui s′explique aussi par les changements contextuels, notamment l′importance croissante de la concurrence. En tout cas, elles n′apparaissent plus dans les procès-verbaux des assemblées générales. En ce qui concerne la recherche, ces lacunes peuvent être comblées par les autres documents produits par l′entreprise, notamment les bilans. Cependant, cette communication atténuée sur l′activité de l′entreprise a-t-elle des conséquences sur la fidélisation des adhérents ? Projet et identité sont-ils toujours bien compris pour qui n′aurait accès qu′aux procès-verbaux ou à des résumés oraux ?

Vers la transmission du patrimoine culturel

36Dans une logique de survie de l′entreprise, les coopératives doivent mettre en place des outils qui permettent de reconquérir le sociétariat. Si la communication sur leurs valeurs reste un point important, il convient peut-être aussi de s′interroger sur la mise en place d′outils répondant aux questions des adhérents-sociétaires (quelle rentabilité, quels services, donc quelles spécificités, amélioration de la transparence et de la compréhension, incitation à la participation et l′engagement) et se fondant sur des exemples concrets issus, d′une part, du rôle des entreprises coopératives sur les territoires et, d′autre part, de l′histoire, de ce fait réconciliant les spécificités (engagement territorial) et les traditions (histoire).

37Cette transmission peut s′appuyer sur les organes de communication internes ou externes : le service des archives de St-Gobain utilise les connaissances dans la publication d′ouvrages ou l′organisation de colloques (Bondue, 2007). La communication peut aussi être plus large et chercher à sensibiliser l′opinion publique à l′identité coopérative. Des expositions peuvent être organisées, et l′entreprise peut aller jusqu′à créer un musée. Ainsi Lactalis, entreprise laitière, a contribué à la fondation d′un musée – Lactapôle. S′il s′agit bien de présenter la production laitière, le musée comprend également une partie sur l′histoire du groupe industriel.

38Il existe de nombreuses manières de diffuser l′histoire des entreprises, mais la transmission d′une identité spécifique est délicate. Ces premières avancées dans les archives d′entreprise éclairent un passé qui mérite d′être exploité.

Conclusion

39La création des entreprises coopératives agricoles résulte des besoins locaux et de la volonté de l′État de mettre en place une politique de développement agricole suite aux crises ayant secoué les campagnes françaises. Les évolutions du contexte ont abouti à une complexification des entreprises coopératives agricoles, suite à un mouvement de filialisation et fédération, afin de rester compétitives dans un environnement capitaliste.

40L′étude historique et territoriale a pour objectif d′étudier les évolutions des entreprises coopératives de la Loire. L′identification des décisions explicatives des stratégies actuelles permettra de mettre au point des explications à destination des nouveaux adhérents-sociétaires. L′utilisation de l′histoire et de la mémoire, sa mise à distance comme patrimoine commun aux adhérents-sociétaires peuvent mener à une nouvelle appropriation de l′entreprise coopérative par les coopérateurs. Ainsi, comme le rappelle D. Demoustier (2007), « la mobilisation de la mémoire permet de retrouver des racines, la compréhension de l′environnement permet de mieux le maîtriser ».

Bibliographie

Bibliographie

Bondue, Didier, « Saint-Gobain archives, Un patrimoine valorisé, une plus-value pour l′entreprise », in Fillieux, V., Les archives d′entreprises : entre gestion patrimoniale et veille technologique, Academia, Bruylant, 2007, p. 101-114.

Bourgier, Jean-Paul, « Certitudes et incertitudes des évolutions contemporaines de l′élevage bovin : une étude à partir des résultats de la Coopérative d′Élevage de la Loire », Revue de Géographie de Lyon, vol. 61, n° 4, 1986, p. 359-386.

Coopérative d′Élevage de la Loire, Procès-verbaux des assemblées générales plénières ordinaires et extraordinaires, 1947-2000.

Demoustier, Danièle, L′économie sociale et solidaire : s′associer pour entreprendre autrement, Syros, La Découverte, 2001, 207 p.

Deshayes, G., « Rationalité du comportement des coopérateurs », Économie rurale, 1981, n° 142, p. 32.

Fulton, Murray, « Cooperatives and Member commitment », LTA – The Finnish Journal of Business Economics, 4/99, p. 418-437.

Guillouzo, Raymond ; Perrot, Pascal ; Ruffio, Philippe : « Analyse en termes de portefeuilles d′alliance », RECMA, 2002, n° 285, p. 75-89.

Hellec, Florence, La reconfiguration d′un métier de service face à l′injonction commerciale – Le cas de l′inséminateur de bovins, Thèse, Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l′Environnement, Agro Paris Tech, 2008, 497 p..

Koulytchizky, Serge, Mauget, René ; « Le développement des groupes coopératifs agricoles depuis un demi-siècle : à la recherche d′un nouveau paradigme », RECMA, 2003, n° 287, p. 14-40.

Madec, Anne, « Thèmes proposés : la sociologie des organisations coopératives », Économie rurale, 1974, n° 103, p. 38-43.

Maillard, J., Mocquot, J.-C., « Insémination artificielle et production laitière bovine : répercussions d′une biotechnologie sur une filière de production », INRA, Prod. Anim., 1998, 11 (1), p. 33-39.

Martin, Michel, Tanguy, Corinne ; Albert Pierre, « Capacité d′innovation des entreprises agroalimentaires dans les réseaux : le rôle de la proximité organisationnelle », Économie Rurale [En ligne], 292 | mars/avril 2006, 16 p. http://economierurale.revues.org/index740.html.

Nicolas, Philippe, « Différenciation et expansion de la coopération agricole dans l′économie agro-alimentaire », Économie rurale, 1977, n° 121, p. 44-55.

Notes

1 Exception faite d′un article de Jean-Paul Bourgier (1986) traitant du dépouillement des résultats de la CEL entre 1975 et 1984.

2 IFFA-Mérieux : Institut Français de la Fièvre aphteuse, créé par Charles Mérieux en 1947. http://www.lalettremensuelle.fr/spip.php?article2520

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L′évolution du nombre d′IAP Bovins réalisées par la CEL (1949-1955)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 2 – Taux de réussite des IAP Bovins pour la CEL (1950-1955)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 3 – Taux de réussite des IAP Bovins réalisées par la CEL (1957-1962)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4 – Nombre total d′inséminations artificielles réalisées par la CEL (1957-1962)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 5 – Nombre d′IAP Bovins pratiquées par la CEL (1991-1998)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search