Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

« L’art magique capable d’évoquer un visage perdu ». Mémoire des portraits de Trajan et d’Hadrien rêvés par Marguerite Yourcenar

Alexandre Terneuil

Résumé

Ayant repris la rédaction de son roman Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar s’est appuyée sur une solide documentation littéraire et historique, mais elle a également pu imaginer certains des personnages du roman en s’appuyant sur la contemplation de photographies de statues des empereurs Trajan et Hadrien. Au travers de ses commentaires et des lettres de l’auteure, nous pouvons reconstituer la part du romanesque nourrie de ces images de portraits de l’Antiquité. Ayant rassemblé ces photographies en un album, elle les a utilisées pour les diverses éditons illustrées de son roman en proposant un dialogue entre photographies et roman.

When she resumed writing her novel Memoirs of Hadrian, Marguerite Yourcenar relied largely on erudite historical and literary sources. But she also knew very well the abundant statuary representations of the emperors Trajan and Hadrian, and made use of these visual images in recreating the characters of the novel. Through her notes and letters, we gain a sense of the properly fictional part, albeit sustained by images of antique portraits. Not only did Yourcenar assemble these photographs in an album, but she used some of them as illustrations for several editions of the novel, thus proposing a dialogue between text and image.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le lundi 24 janvier 1949, Marguerite Yourcenar reçoit à son domicile, au 549 Prospect Avenue à Hartford, trois malles envoyées de Suisse. À l’intérieur, elle découvre des liasses de lettres qu’elle détruira par le feu et quelques feuillets :

Je dépliai quatre ou cinq feuilles dactylographiées ; le papier en avait jauni. Je lus la suscription : « Mon cher Marc… » […] Depuis ce moment, il ne fut plus question que de récrire ce livre coûte que coûte1.

Dans son agenda, Grace Frick précise que la malle contenait environ une dizaine de pages qui, réécrites, deviendront dix-huit pages de Mémoires d’Hadrien. Dès cet instant, Yourcenar va consacrer les trois années suivantes à écrire son roman sous sa forme définitive, comme elle le raconte dans ses Carnets de notes :

Je partis pour Taos, au Nouveau-Mexique. J’emportais avec moi les feuilles blanches sur quoi recommencer ce livre […]. Tard dans la nuit, j’y travaillai entre New York et Chicago, enfermée dans mon wagon-lit comme dans un hypogée....

Auteur

Écrivain, Paris

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540