Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’empereur Hadrien à l’opéra

Rémy Poignault

Résumé

Dans le livret d’opéra de Métastase, Adriano in Siria, est présentée une image de l’empereur Hadrien qui ne correspond pas à celle que livrent les sources antiques, mais qui répond aux codes de la scène lyrique du xviiie siècle. Adriano s’y montre comme un être faible, tiraillé entre son devoir d’empereur et sa passion pour une captive, Emirena. Ce sont finalement la future impératrice Sabina, mais aussi Emirena, le roi des Parthes Osroa et le fiancé d’Emirena, Farnaspe – des « Barbares » donc –, qui lui font retrouver les valeurs « romaines » du devoir.

Metastasio’s opera libretto Adriano in Siria represents the emperor Hadrian in a very different way from what is handed down by the ancient sources; but it is appropriate to the codes of the operatic scene of the 18th century. Adriano here appears as a weak being, he is torn between his duties as emperor and his passion for his captive Emirena. Finally, thanks to the empress-to-be Sabina, but also thanks to Emirena, the Parthian king Osroa and Emirena’s fiancé Farnaspe – « Barbarians », then –, he regains the « Roman » moral values of duty.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’opéra ne s’est pas tourné seulement vers les grandes figures mythologiques (comme l’Orfeo de Monteverdi), mais a emprunté souvent aussi le sujet de ses livrets à l’histoire antique (à commencer par le Couronnement de Poppée du même Monteverdi, qu’on considère comme le premier opéra à sujet historique). Les empereurs romains y occupent une bonne place ; si Néron emporte peut-être la palme ici aussi, Trajan et Hadrien n’ont pas été laissés pour compte. On recense, par exemple, un opéra italien Trajano, sur livret de Matteo Noris, représenté à Venise en 1684 avec une musique de Tosi, puis à Naples en 1723, avec une musique de Mancini ; un opéra allemand Trajan, musique de Keiser représenté en 1717 à Hambourg ; un Trajano, musique de Giuseppe Bonno, texte de Pasquini, représenté à Vienne en 1736. Au xixe siècle la gloire du vainqueur des Daces se confond souvent avec celle de Napoléon Ier : un Trajan (ou Le retour de Trajan ou Rome triomphante) avec musique de Bochsa (qui avait 16 ans...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540