Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’aristocratie et l’historiographie sénatoriale, actrices de la mémoire de Trajan et d’Hadrien. Réceptions modernes et contemporaines

Cyrielle Landrea

Résumé

L’article propose d’analyser la réception de la mémoire de Trajan et d’Hadrien, plus spécialement les relations entre les princes et l’aristocratie sénatoriale. L’étude est menée à partir d’ouvrages historiques français consacrés à ces règnes entre le xviie et le début du xxe siècle. Ainsi l’approche diachronique met-elle en lumière l’évolution du travail historique et du regard porté sur ces princes, en dépassant les stéréotypes établis. Outre l’intérêt porté à l’évolution de la composition du sénat sous Trajan et Hadrien, l’attention porte également sur la fiction de la dyarchie, cette alliance de façade entre le prince et le Sénat. Enfin, les Modernes ont insisté sur l’établissement d’une monarchie plus formelle, surtout à l’époque d’Hadrien qui est d’ailleurs au centre d’une légende noire liée à un blâme sénatorial.

The article analyzes the reception of Trajan’s and Hadrian’s memories in their relations with the senatorial aristocracy. The study is based on French historical works devoted to these reigns between the 17th and the beginning of the 20th century. Therefore, the diachronic approach not only highlights the evolution of the historical work, but also the perception of these princes, rising above established stereotypes. In addition to the interest shown in the evolution of the senate’s composition under Trajan and Hadrian reigns, an interest will be raised with the analysis of the fiction of the diarchy, this alliance between the prince and the Senate. Finally, the Moderns insisted on the establishment of a more formal monarchy, especially in the time of Hadrian who is also at the center of a black legend linked to a senatorial reprobation.

Texte intégral

  • 1 Yourcenar 1951, p. 363 (cité dans l’édition des Œuvres romanesques).
  • 2 D’ailleurs V. Duruy exclut Commode des Antonins, jugé « indigne de sa race » (1874, p. 727).
  • 3 Tac., Agr. 3.3.

1Dans les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, le prince qualifie le Sénat de « grand corps si faible »1, affirmant sa puissance dès qu’il est persécuté. En effet, le souvenir des persécutions des mauvais empereurs du ier s. était encore vivace dans la mémoire sénatoriale et les conjurations furent multiples. A contrario, le siècle des Antonins – Commode excepté2 – constitua une sorte d’âge d’or des relations entre les sénateurs et le prince, le temps du bonheur sénatorial selon des stéréotypes établis dès l’Antiquité. Tacite opposait alors la servitude passée à la félicité présente3.

2L’enjeu est d’analyser la réception de la mémoire de Trajan et d’Hadrien, plus spécifiquement les relations entre les princes et l’aristocratie sénatoriale. Si les princes se succèdent à la tête de la hiérarchie romaine, une entité séculaire semble immuable : le Sénat qui tire son prestige et la légitimité de son existence du passé. Sous la République, c’était la seule institution permanente qui assurait notamment la continuité de l’État. Dans l’idéologie du Principat, cette institution devient un fondement de la dyarchie, ce prétendu partage des pouvoirs entre le prince et le sénat. Membres éminents de la cour impériale, les sénateurs et l’ordre sénatorial lient dorénavant leur destinée à celle du princeps grâce à l’idéologie du consensus impérial.

3L’étude sera menée à partir d’ouvrages historiques français consacrés aux règnes de Trajan et d’Hadrien d’époques moderne et contemporaine, plus précisément entre le xviie et le début du xxe siècle. Le corpus embrasse un vaste spectre chronologique pour mesurer la survie de l’historiographie sénatoriale dans ces récits historiques. L’étude sur le temps long de la réception de ces Antonins met donc en lumière l’évolution du travail historique et du regard porté sur ces princes.

 

  • 4 Les exemples dans l’historiographie moderne sont pléthoriques, dont Crevier 1775, p. 321. Selon lui (...)

4Il s’agit de dépasser les stéréotypes louant les relations harmonieuses de Trajan avec le Sénat4, tandis que les rapports furent plus tumultueux avec son successeur. La mémoire a notamment conservé l’image saisissante de sénateurs prêts à opter pour l’abolitio memoriae du prince défunt sans l’intervention d’Antonin. Or ce blâme sénatorial – dorénavant si important à nos yeux – est peu présent dans les écrits des xviie-xixe siècles.

  • 5 Montesquieu 1734, p. 154-155 : « Cette épouvantable tyrannie des empereurs venait de l’esprit génér (...)
  • 6 L’auteur (1861, p. 247) porte un regard acerbe sur les premiers empereurs et la mise en place d’un (...)

5Au-delà de la réception des mécanismes relationnels entre l’aristocratie sénatoriale et le prince, il faudra bien cerner les modes de représentation des empereurs chez les Modernes. En effet, même si ces principats sont globalement loués par l’historiographie, ils ne s’inscrivent pas moins dans un contexte politique discrédité depuis les philosophes des Lumières, celui de l’« épouvantable tyrannie des empereurs » pour reprendre l’expression de Montesquieu5. La critique du régime impérial est alors souvent l’occasion de montrer les dérives de la monarchie absolue au xviiie siècle ou d’un pouvoir personnel trop fort comme le Second Empire. Un paradoxe émerge : comment concilier la prétendue tyrannie avec le prétendu bonheur d’être né sous le règne de ces Antonins ? Par exemple, L. de Givodan, dans son Histoire des classes privilégiées dans les temps anciens, montre que les Antonins auraient fait exception dans cette perspective de politique tyrannique6.

 

  • 7 Citons notamment De la Berge 1877 et Pellisson 1886.

6Au-delà de ces réflexions préliminaires, plusieurs remarques doivent être formulées, comme la forte disproportion entre les écrits consacrés à Trajan et ceux portant sur Hadrien. Le premier a suscité bien plus d’intérêt, avec même des monographies spécifiques sur son règne, ses guerres ou ses monuments emblématiques à Rome7.

  • 8 Crevier 1775, p. 332 : « Ce fut pendant son consulat que Pline prononça ce fameux panégyrique dont (...)
  • 9 V. Duruy insiste également sur le manque de qualités gouvernementales de Pline le Jeune. La corresp (...)
  • 10 Duruy 1876, p. 5.
  • 11 Duruy 1874, p. 773.
  • 12 De la Berge 1877, préface p. 3-4 : « C’est seulement dans notre siècle, en effet, que l’épigraphie, (...)

7Le traitement des sources doit également retenir notre attention. Beaucoup d’historiens insistent sur la pauvreté des documents, ne s’intéressant qu’aux sources littéraires et à l’historiographie sénatoriale. La plupart des récits est donc fondée quasiment exclusivement sur les écrits de Pline le Jeune pour Trajan et sur l’Histoire Auguste pour Hadrien. Ces œuvres sont utilisées comme des vulgates et généralement sans esprit critique. Les chapitres sont donc souvent reproduits à l’identique d’un ouvrage à l’autre, puisque les mêmes traductions et abrégés de l’Histoire romaine sont utilisés. Les éloges sont évidemment très prononcés pour le Panégyrique de Pline utilisé sans le moindre recul8. V. Duruy est toutefois une des seules voix discordantes dans ce concert de louanges9. L’hypercritique le pousse aussi à dévaluer Cassius Dion10 : « Ce gouverneur, qui en savait si long sur une intrigue nécessairement très secrète, me semble avoir ramassé, un demi-siècle après l’événement, dans les on-dit d’une province écartée, un conte fait pour les amis toujours nombreux des aventures merveilleuses ». Martial n’est pas en reste, qualifié de « poète impur »11. À la fin du xixe siècle, l’heure est donc à la critique des sources. Les sources épigraphiques et numismatiques sont pleinement prises en compte et considérées comme essentielles à partir de l’Essai sur le règne de Trajan de C. De la Berge en 1877. L’ouvrage commence d’ailleurs symboliquement par de nombreuses planches avec la retranscription d’inscriptions (I à XLVIII)12.

 

8Pour appréhender les relations entre l’aristocratie sénatoriale et les princes, perçues par l’historiographie moderne, il convient de s’intéresser d’abord à la composition du Sénat et à son évolution sous Trajan et Hadrien. Puis l’attention portera sur la fiction de la dyarchie, cette alliance de façade entre le prince et le sénat. Enfin nous verrons que les Modernes ont insisté sur l’établissement d’une monarchie plus formelle, surtout à l’époque d’Hadrien qui est d’ailleurs au centre d’une légende noire liée à une sorte de blâme sénatorial.

Le Sénat, une assemblée composite en pleine mutation sous les principats de Trajan et d’Hadrien

  • 13 La plus significative est celle de J. Naudet consacrée à la nobilitas (1863).

9Les études spécifiquement consacrées aux élites sont assez rares13, car l’attention se porte avant tout sur les empereurs et leurs hauts faits. Ainsi, les sénateurs apparaissent-ils souvent en filigrane. Des bribes éparses de sociologie sénatoriale peuvent toutefois être décelées, en mettant l’accent sur une forte hiérarchie interne.

Les « derniers fils de la liberté » (Plin., Pan., 69)

  • 14 Naudet 1863, p. 2.
  • 15 Naudet 1863, p. 8.
  • 16 Naudet 1863, p. 66. Cf. aussi p. 67-68 pour la réforme du Sénat à l’époque augustéenne.

10Dans l’avertissement de son traité consacré à la nobilitas, J. Naudet exprime en termes clairs son aversion pour la noblesse : « Tous ces combats du grand nombre opprimé contre le petit nombre oppresseur, c’est l’histoire de la noblesse, dans la suite des siècles, et dans tous les pays de la terre »14. Il insiste sur la mutation du Sénat qui « au lieu d’être une puissance, ne devint plus qu’une parure de la servitude et un étalage de vains titres »15. En contrepartie de la perte d’influence politique, le Sénat se serait alors constitué en corps de noblesse dès Auguste, qualifié au passage de « conservateur hypocrite des institutions antiques »16. L’institution sénatoriale aurait subi une profonde réforme alliant épuration, refonte et intégration de nouveaux éléments. Deux buts auraient été visés : redonner de la dignité à l’institution séculaire et donner un semblant de légalité au régime despotique augustéen. Ce constat est largement partagé par les Modernes.

11Quoi qu’il en soit la réforme augustéenne sert de pierre angulaire à l’évolution du Sénat sous le Haut-Empire. Comment apparaît sa composition à l’époque de Trajan et d’Hadrien ? L’historiographie moderne s’est d’abord intéressée aux rares vestiges des familles républicaines, en reprenant l’expression de Pline le Jeune sur les « derniers fils de la liberté ». Les Modernes en profitent pour construire une idéologie binaire : la République était le règne de la libertas à laquelle succède la tyrannie impériale, une tyrannie à géométrie variable, puisque des princes sont valorisés, comme Auguste.

  • 17 Zeller 1863, p. 205.

12Face au capital symbolique indéniable des descendants de grandes lignées, Trajan est souvent présenté comme un simple fils de soldat, ayant gravi tous les échelons de l’armée. J. Zeller se fait l’écho de ce travestissement de l’histoire familiale : « Né à Italica, dans cette Espagne qui avait déjà renouvelé, rajeuni, grâce aux Sénèque, aux Lucain, aux Quintilien, aux Martial, la littérature épuisée de Rome, Marcus Vlpius Trajan vint retremper le pouvoir impérial déjà en décadence, mais avec plus de grandeur et de succès ! Fils d’un soldat, il avait appris à commander en gravissant honorablement tous les grades de l’armée »17.

13C’est évidemment faux à plusieurs titres. D’abord son père, M. Vlpius Traianus, était déjà sénateur, ensuite Trajan est certes un général éminent, mais c’est aussi un sénateur consulaire. Cette forgerie généalogique est lourde de sens, car Trajan n’aurait ainsi dû son rang qu’à son mérite. La fabrique des origines renforce le portrait du « bon empereur », opposé aux « mauvais empereurs » notamment julio-claudiens, issus de lignées patriciennes ancestrales. L’accent est également mis sur l’honneur, une qualité essentielle du uir militaris et des gouvernants. Cette invention généalogique renforce également l’idée d’une ancienne élite décadente qui doit être régénérée par l’apport de sang neuf.

 

  • 18 De Champagny 1863, p. 234 : « Trajan, orgueilleux mais non jaloux, se sentait assez grand pour lais (...)
  • 19 Le Nain de Tillemont 1702, p. 148-150.
  • 20 Crevier 1775, p. 325-326 : « Dans le choix entre les candidats, il considérait beaucoup la noblesse (...)

14Cependant à l’époque de Trajan18, la noblesse des ancêtres reste un critère important pour l’accès à diverses fonctions, même avant l’âge requis, ce qui souligne la modestie princière et le respect de cette aristocratie. L. S. Le Nain de Tillemont19 fait de la modestie une des qualités primordiales de Trajan. Le prince aurait aimé dans les autres la noblesse qu’il ne possédait pas, compte tenu de la renommée récente de sa famille. L’image du bon prince est renforcée ; le princeps s’oppose aux tyrans qui ont contribué à l’extinction des grandes gentes20.

  • 21 Duruy 1876, p. 8. La libéralité impériale s’inscrit selon l’auteur dans la longue liste des marques (...)

15Au-delà de cette politique favorable, les Modernes ont insisté sur la nécessité d’arracher cette noblesse oisive, échaudée par les règnes des mauvais empereurs et qui avait préféré se complaire dans l’inaction et les distractions, plutôt que de subir le courroux d’empereurs versatiles et jaloux. Faisant preuve de libéralité impériale, Hadrien aida aussi les sénateurs appauvris à soutenir leur dignité, en complétant le cens sénatorial21.

L’évolution du recrutement

  • 22 Les causes du déclin de l’ancienne aristocratie sénatoriale sont multiples et abordées par les Mode (...)
  • 23 Gsell 1894, p. 336.
  • 24 L’auteur semble étonné de retrouver encore un Pison déclamant des vers, en dépit du meurtre de nomb (...)
  • 25 Cf. n. 24.
  • 26 Cuq 1884, p. 324-325 : « Mais les sénateurs ne songeaient guère à user d’un pouvoir qu’ils avaient (...)
  • 27 De la Berge 1877, p. 86-87 : « Pour peupler ce grand corps dont le nom était inséparable de celui d (...)
  • 28 Gsell 1894, p. 336.

16Les Modernes ont également insisté sur la disparition de presque toutes les familles républicaines, moissonnées par la jalousie des Césars22, la dilapidation de leur fortune ou par la stérilité des mariages aristocratiques23. Dans son Tacite, G. Boissier est le seul à donner le nom précis d’un descendant de la famille des Pisons à l’époque de Trajan24. Des sénateurs provinciaux pallièrent le vide. Cette nouvelle aristocratie est alors valorisée par G. Boissier25, car elle est considérée comme plus vertueuse. Les Antonins l’entourèrent d’égards, puisque l’évolution du recrutement entérina de fait le pouvoir absolu princier26. En effet, ces nouveaux sénateurs auraient été moins jaloux des prérogatives sénatoriales27, ne connaissant de surcroît ni l’étendue des pouvoirs sénatoriaux ni la réglementation en vigueur. Selon S. Gsell, les sénateurs auraient pourtant eu le loisir d’exercer leurs droits constitutionnels sous Trajan, avant de renoncer volontairement à cause de leur incompétence, tout en demeurant théoriquement les représentants de la souveraineté du populus Romanus28. Le blâme rejaillit de fait sur les sénateurs et exempte le prince d’une responsabilité. Pourtant, Trajan faisait partie de cette nouvelle aristocratie.

  • 29 Allard 1903, p. 148.
  • 30 F. de Champagny met en avant l’honnêteté et la politique de bon sens menée par Trajan. Sa simplicit (...)
  • 31 Boissier 1874, p. 193.

17Émerge alors un paradoxe, comment concilier la critique des élites provinciales tout en vantant les mérites de Trajan ? La solution fut notamment trouvée par P. Allard, car il suffisait de présenter Trajan comme une synthèse de la tradition sénatoriale et de l’apport provincial : « Trajan, quoique d’origine provinciale, représente tout à fait l’esprit conservateur et traditionnel de l’aristocratie sénatoriale, avec sa grandeur et son étroitesse, son honnêteté et ses préjugés, ses allures dures, hautaines, son regard à la fois perspicace et superficiel : dans ce capitaine couvert de gloire, mûri par l’âge et les travaux, austère dans sa vie malgré des faiblesses cachées, peu lettré, mais ayant cette autorité de parole et cette précision de langage que toutes les cultures littéraires ne sauraient donner à quiconque n’est pas né pour le commandement, on eût cru voir le sénat romain lui-même prenant une âme guerrière et montant sur le trône »29. Le princeps symbolise l’entrée dans une nouvelle ère libérée des tyrans. Trajan devient alors un nouvel Auguste30. Le jugement porté sur les sénateurs provinciaux n’est donc pas unanimement négatif, car selon G. Boissier, ils auraient apporté « des goûts plus simples et des mœurs plus honnêtes »31, contrastant avec le topos de la décadence de l’ancienne aristocratie sénatoriale.

Un Sénat ne souhaitant plus exercer le pouvoir ?

  • 32 Boissier 1874, p. 163 : « C’est ainsi que vivait, sous le gouvernement paternel des Antonins, une s (...)
  • 33 Plin., Ep., 3.20.
  • 34 Le détail de la réforme des élections se retrouve à de nombreuses reprises, notamment chez Crevier (...)

18L’historiographie dominante insiste certes sur l’incompétence, mais aussi sur la perte du goût des affaires publiques32, une sorte d’apathie politique synonyme d’une mutation de l’exercice du pouvoir. Les sénateurs passifs attendraient surtout les bienfaits princiers. Les Modernes présentent en outre le Sénat comme une institution immature, incapable d’exercer un semblant de pouvoir, comme l’atteste une anecdote de Pline le Jeune33, dont l’historiographie fait grand cas34. C’est l’instauration par Trajan du vote secret et de ses dérives, puisque les bulletins des sénateurs étaient remplis de plaisanteries. Les fauteurs de troubles restèrent impunis, mais cette attitude puérile était en inadéquation avec la dignité sénatoriale.

  • 35 Cette hypothèse est largement développée par l’auteur (Gsell 1894, p. 334-336).

19Le déclin moral et politique était un thème prisé dans les Histoires du xviiie siècle. Ainsi s’interroger sur le déclin des élites romaines devait-il servir à trouver des solutions aux problèmes rencontrés par l’absolutisme français. L’interprétation évolua au xixe siècle : le déclin cède alors la place à l’inactivité comme stratégie de survie. Par exemple S. Gsell caractérise l’inactivité sénatoriale comme la solution la plus sage pour survivre sous Domitien. L’historien est même plus radical, en affirmant que cette inaction avait contribué au désapprentissage du « métier de sénateur ». Par conséquent, les sénateurs auraient été encore plus impuissants pour participer au gouvernement à l’époque de Trajan, par manque de connaissances et de savoirs politiques. L’oppression de Domitien aurait alors eu pour effet de resserrer les liens de solidarité entre sénateurs, ce qui expliquerait en partie leur grande indulgence ensuite pour condamner des pairs35.

La fiction de la dyarchie : une alliance de façade entre l’aristocratie sénatoriale et le prince

  • 36 La dyarchie n’implique évidemment pas un partage égal des pouvoirs. C’est plutôt une alliance de fa (...)

20Les Modernes proposent souvent une vision manichéenne de l’exercice du pouvoir : à la tyrannie passée succède la dyarchie des Antonins36, un partage – certes inégal – du pouvoir entre l’aristocratie sénatoriale et le prince. Trajan et dans une moindre mesure Hadrien ont respecté le pacte de confiance établi par Nerva avec le Sénat.

Les marques extérieures de la considération sénatoriale

  • 37 Pour M. Pellisson, cette mesure n’aurait pas vraiment pour but de se concilier les faveurs du sénat (...)
  • 38 Crevier 1775, p. 324 : « Il exhorta la Compagnie à rentrer en jouissance de la liberté, à prendre s (...)

21L’historiographie moderne mit en exergue les nombreuses manifestations de la considération sénatoriale, généralement dans de longues énumérations souvent identiques. Ainsi, le serment pris par Trajan et Hadrien de ne pas mettre à mort des sénateurs est-il systématiquement mentionné. La lutte contre l’arbitraire du tyran va également de pair avec la diminution de l’importance de la lex de maiestate37 et le renvoi des affaires importantes devant le Sénat. Cette confiance revenue est aussi synonyme d’une liberté de parole plus conséquente38. D’ailleurs, les deux princes veillèrent à donner l’apparence de consulter régulièrement le Sénat, en renforçant l’idée du consensus impérial.

 

  • 39 De la Berge 1877, p. 88. Cependant, F. de Champagny avait déjà montré que Trajan souhaita maintenir (...)

22La politique monétaire de Trajan fut aussi l’occasion de rehausser le prestige sénatorial, en refrappant plusieurs deniers des grandes gentes représentant des exempla républicains. Les sources numismatiques étant largement ignorées par les Modernes, V. Duruy et C. de La Berge font notamment figure d’exceptions (sans pour autant vraiment se soucier des enjeux économiques ou monétaires). Ils insistent plutôt sur la vision de l’Histoire romaine induite par la récupération de thèmes variés, comme le triomphe de Paul-Émile, Marcellus et les dépouilles opimes, Marius et Sylla, César et Brutus. C. de la Berge a notamment étudié un denier célèbre des Iunii (RRC 433/1) représentant le consul Brutus accompagné de licteurs et exaltant la libertas après l’expulsion du tyran Tarquin le Superbe. Selon l’historien, « il fallait chez le prince qui permettait le renouvellement de ces souvenirs républicains une confiance bien grande dans la force de son gouvernement et dans l’affection de ses sujets »39.

  • 40 Pellisson 1886, p. 32.

23Trajan ne risquait évidemment pas de réveiller de prétendus sentiments républicains, mais cette récupération faisait rejaillir la uirtus ancestrale sur son principat par la captation du capital symbolique de quelques exempla républicains. En outre, en faisant cohabiter d’anciens ennemis, il réalise une sorte de « syncrétisme » historique qui rappelle la galerie des summi uiri du forum d’Auguste. M. Pellisson met plutôt en avant le calcul politique et le cynisme princier : en exaltant la gloire passée des gentes, Trajan flatte les sénateurs et évite tout risque de révolte40.

 

  • 41 Duruy 1874, p. 250.

24Les Modernes se sont également interrogés sur les motivations de la libéralité impériale. Si les bienfaits octroyés par Trajan sont souvent considérés comme la manifestation de sa bonté, a contrario l’attitude calculée d’Hadrien est soulignée. Ce dernier aurait souhaité surtout regagner l’affection des sénateurs après la conspiration des quatre consulaires, en rappelant que le sang des sénateurs était précieux. V. Duruy interpréta le respect du Sénat par Trajan comme « un respect involontaire du rude soldat tombé sous le charme des élégances patriciennes »41. La construction de la figure de l’homme de guerre est particulièrement tenace.

  • 42 Cette anecdote est notamment mentionnée par J. Naudet (1863, p. 75). Outre l’importance de l’étique (...)

25La considération se manifeste aussi dans le respect de la structure pyramidale de la société. L’historiographie moderne utilise des anecdotes significatives sur la préséance des sénateurs, en faisant de la codification du cérémonial de cour un marqueur important. Même si Trajan casse les règles préétablies, en affichant une plus grande proximité avec les sénateurs, il n’oublie pas pour autant de distinguer les deux ordres majeurs de l’élite romaine. L’embrassement restait un privilège accordé aux sénateurs ; les chevaliers devaient alors se contenter d’être appelés personnellement sans l’aide d’un nomenclateur42.

  • 43 Crevier 1775, p. 326-327 : « Il descendait de sa chaise curule pour aller au-devant de lui et l’emb (...)
  • 44 Boissier 1874, p. 174. L’auteur s’appuie implicitement sur le modèle de la monarchie bourgeoise inc (...)
  • 45 Le Nain de Tillemont 1702, p. 224.

26La proximité princière est souvent rappelée dans la perspective de la construction d’un portrait antithétique du distant Domitien43. Le concept de « royauté bourgeoise » a d’ailleurs été forgé par G. Boissier pour qualifier la détestation de l’étiquette par Trajan44. La même déférence est signifiée pour Hadrien. En effet, une anecdote largement reprise met en scène un esclave impérial giflé par le prince (ou sur ordre d’Hadrien) pour s’être promené entre deux sénateurs45. Hadrien est ainsi présenté comme le conservateur de la hiérarchie sociale romaine et il s’agit d’une véritable stratégie de gouvernement.

Trajan et Hadrien : des sénateurs comme les autres ?

  • 46 Duruy 1876, p. 9.

27Les exemples abondent forcément dans l’historiographie moderne, avec une nette préférence pour Trajan. Hadrien s’inscrit cependant dans la même tradition, même si son principat est entaché par la conjuration des quatre consulaires et par les derniers moments de sa vie. Ainsi, V. Duruy attire-t-il l’attention sur la survie de la façade républicaine et la tradition augustéenne : « L’imperator se dissimulait derrière le princeps senatus »46. Le prince serait alors symboliquement le premier des sénateurs.

  • 47 Zeller 1863, p. 208.

28Au-delà du côté abordable, le renouveau des pratiques dans l’exercice du pouvoir se traduit également spatialement, comme le rappelle par exemple J. Zeller lorsque Trajan revêt le consulat : « Trajan eut son but en refusant particulièrement le consulat deux années de suite, pour le laisser à d’autres ; il voulait donner l’exemple, abandonné depuis longtemps par les empereurs, de le solliciter lui-même du Sénat. Après l’avoir reçu des sénateurs comme de collègues, il s’en alla, revêtu de la robe blanche des candidats, prendre au milieu du Forum, sur l’ancien théâtre de la liberté romaine, cette dignité que ses prédécesseurs attendaient au fond de leur palais. Là, debout, devant le consul en exercice, qui était assis sur sa chaise curule, il dévoua sa tête et sa maison aux dieux s’il commettait une action contraire aux lois »47.

  • 48 Duruy 1874, p. 744.

29L’indication topographique du Forum est lourde de sens. À la citadelle interdite du Palatin se substitue le Forum républicain, l’incarnation de l’ancienne libertas. Trajan reprend même les codes républicains, y compris vestimentaires avec la toga candida. C’est une tentative de reprendre le capital symbolique républicain pour rehausser son prestige. Le langage du corps est également important, car les Modernes soulignent le fait que Trajan restait debout, tandis que le consul en exercice était assis sur sa chaise curule. Cette attitude montre symboliquement le respect des institutions antiques et Hadrien fit de même. La simplicité princière fait également partie de l’idéologie impériale ; par exemple, Trajan est qualifié de « prince-citoyen » par V. Duruy à cause de ses promenades dans les rues de Rome48. Cette appellation rappelle probablement pour l’historien le « roi-citoyen » Louis-Philippe.

 

  • 49 Crevier 1775, p. 336-337.

30J.-B. Crevier livre un autre regard dans son histoire monumentale consacrée aux empereurs romains, car il mentionne le début de la carrière d’Hadrien en tant que sénateur : « Il choisit cette même année Adrien pour son questeur ; et comme une des fonctions du questeur de l’empereur était de lui servir d’organe et de lire dans le Sénat les discours du prince, Adrien, en s’acquittant de ce ministère, s’attira la risée par une prononciation rustique et provinciale. À l’âge de quinze ans, il avait voulu voir sa patrie et sa famille, et il s’était transporté en Espagne, où il fit un séjour de quelques années, qui lui donna le temps de prendre l’accent de la province »49.

31Après avoir été questeur du prince, Hadrien fut notamment chargé de la rédaction des délibérations sénatoriales, ce qui lui permit de connaître davantage le fonctionnement de l’institution. Mais l’historien insiste surtout sur le mépris sénatorial, car Hadrien serait devenu la risée de ses pairs à cause de sa prononciation rustique et son manque de maîtrise de la langue latine. Cette méconnaissance est souvent liée à son hellénisme exacerbé qui lui valut d’ailleurs le surnom de Graeculus. Face à cet affront, Hadrien aurait redoublé d’efforts, notamment en se perfectionnant dans l’art oratoire et l’éloquence latine.

Le fonctionnement de la vie politique : une comédie du pouvoir ?

  • 50 Ce réapprentissage semble cependant vain pour V. Duruy : « Mais des gens à qui il faut commander d’ (...)
  • 51 Par exemple V. Duruy loue la politique de Trajan qui réussit à concilier deux éléments antinomiques (...)
  • 52 De Champagny 1863, p. 251-252.

32L’idéologie impériale faisait grand cas de la libertas restituta sous le principat de Trajan. La réforme des élections et de la brigue en est une manifestation, car le prince aurait souhaité relever le prestige des magistratures. Les sénateurs auraient ainsi réappris l’exercice de la liberté50. Les contemporains, comme Pline le Jeune, et les Modernes ne sont néanmoins pas dupes, même si la sincérité de Trajan est notée dans sa volonté de mettre en avant la libertas. L’historiographie moderne a encensé cette politique et les compliments sont souvent dithyrambiques51. Toutefois, F. de Champagny détonne dans ce concert de louanges, en insistant sur le manque de génie politique de Trajan et sur l’hypocrisie impériale dans des termes forts et inédits : « Dans tout ceci, on le voit, point de trait de génie politique, moral ni financier ; rien de nouveau ; rien que du bon sens ; rien que de l’humanité, de l’économie, de la liberté, de petites vertus. Mais, avec ces petites vertus, plus complètement que Vespasien lui-même, Trajan abrogeait la vieille politique tibérienne relevée par Domitien et qui pesait depuis quatre-vingt-quatre ans sur le monde. Il instituait le gouvernement pacifique comme Tibère avait institué la tyrannie. Deux siècles plus tard, avec des prétentions de grandeur et de génie, Dioclétien perdit l’empire ; sans autre prétention que celle du bon sens honnête, Trajan le sauvait. Heureuses les nations dont les princes n’ont pas de génie ! »52. L’auteur offre en quelques phrases un récit très personnel des systèmes politiques romains.

  • 53 Nombreux sont les auteurs à s’attarder sur ce fait atypique du principat de Trajan qui contraste av (...)

33Le réquisitoire met en valeur une comédie du pouvoir aux acteurs variés, avec une mise en scène orchestrée par le prince. Les sénateurs acceptaient en fait les règles du jeu, ce qui fit dire à l’historiographie moderne que la monarchie antonine succéda à la tyrannie. Les Modernes insistent sur l’acceptation du pouvoir impérial de Trajan par les sénateurs, alors que la conjuration des quatre consulaires est systématiquement rappelée pour son successeur. Le seul complot contre Trajan fut d’ailleurs puni par les sénateurs eux-mêmes. La mention du complot sert juste à renforcer le topos du prince clément53.

 

  • 54 Les Modernes aiment recourir à ces termes forts. C’est la tyrannie qui est le plus utilisé ; par ex (...)

34Si l’idéologie de la dyarchie est particulièrement prégnante, même avant sa théorisation par Th. Mommsen, le partage des pouvoirs entre le prince et le Sénat n’en est pas moins une comédie du pouvoir. En effet, des termes forts apparaissent pour qualifier le Principat de Trajan et d’Hadrien, comme la dictature ou l’absolutisme54. Comment comprendre la nature du régime surtout lorsque l’analyse des Modernes est marquée par des codes anachroniques, de la monarchie absolue à la royauté bourgeoise ?

Une conception du pouvoir impérial de plus en plus marquée par la monarchie

  • 55 Willems 1888, p. 443.

35Pour les Modernes, les Antonins assumèrent la mutation du régime impérial. Le règne d’Hadrien a d’ailleurs souvent été considéré au xixe siècle comme une des pierres angulaires de l’établissement d’un régime monarchique plus tempéré et plus libéral. Pourtant, cette opinion ne fait pas consensus. Par exemple, P. Willems, dans Le Droit public romain, précisait que le passage de la dyarchie à la monarchie ne s’effectua qu’au cours du iiie siècle55.

Le topos de la servitude sénatoriale

  • 56 G. Boissier s’empresse d’ajouter que cette pratique ne devait pas plaire à Trajan, ce « vaillant so (...)
  • 57 Pellisson 1886, p. 27.
  • 58 Pellisson 1886, p. 32.

36Il serait vain de revenir ici sur toutes les marques de l’adulatio principis dans les récits, tant les Modernes étaient friands de ces anecdotes où les sénateurs quittent leurs sièges pour se jeter aux genoux du prince dans la pure tradition de l’asservissement56. Situation d’apparence paradoxale, puisque ces scènes contredisent le portrait du bon prince. M. Pellisson57 s’empresse d’ajouter que le mérite de Trajan fut de donner de la dignité à l’asservissement. L’auteur ajoute que le despotisme était alors légitimé par une attitude bienfaisante de Trajan. Ce calcul politique aurait aussi maintenu le Sénat dans une illusion de pouvoir : « Le Sénat put croire un moment qu’il était revenu au temps où il brisait les sceptres et dictait des lois aux rois et aux peuples »58.

  • 59 De Suckau 1857, p. 38.

37En traitant l’enfance de Marc Aurèle, E. de Suckau stigmatise l’asservissement des sénateurs assimilés à des courtisans, les comparant à ceux de l’Ancien Régime : « Toutes les bassesses des courtisans de Louis XIV auprès des laquais du roi et de ses bâtards, toutes les petitesses et les misères peintes par La Bruyère et par Saint-Simon, semblent qu’une image affaiblie de l’asservissement honteux des Romains »59. Ces exemples permettent de montrer que la situation était pire sous l’Empire romain.

 

  • 60 Fustel de Coulanges 1875, p. 85 : « Il y a des temps où le désir général d’un peuple est de se gouv (...)
  • 61 Fustel de Coulanges 1875, p. 85 et 91-96.

38En fait la domination n’est pas toujours dévalorisée par l’historiographie, car le thème de la sujétion consentie est largement répandu dans l’historiographie60. Ainsi, selon N. Fustel de Coulanges, la plèbe aurait-elle aspiré à un pouvoir monarchique depuis l’époque républicaine, car elle aurait été lassée par l’oppression de l’aristocratie. Le consentement vint de la base de la société avant de se répandre à tous les niveaux, jusqu’à gagner l’élite sénatoriale61.

Le principat d’Hadrien : le « second âge de la monarchie impériale » (V. Duruy)62

  • 62 Duruy 1874, p. 413.
  • 63 Duruy 1876, p. 10.

39L’exercice du pouvoir impérial aurait été modifié en profondeur par Hadrien, en établissant les mécanismes nécessaires à une administration monarchique. Les Modernes opposent le modèle guerrier de Trajan au modèle civil d’Hadrien. V. Duruy souligna cet aspect dès la conjuration des quatre consulaires qui, selon lui, ne serait qu’une « réaction de l’esprit militaire du dernier règne »63 contre les changements à venir et le choix d’Hadrien pour les incarner.

  • 64 Gsell 1894, p. 336-337.
  • 65 Duruy 1876, p. 110. L’historien insiste aussi sur les réformes de l’administration centrale où les (...)

40S. Gsell montra que les sénateurs étaient réticents à la disparition de la dyarchie sous le principat de Domitien, mais que ce règne tyrannique avait en fait préparé le terrain à une transformation en profondeur du régime impérial. Hadrien aurait ainsi eu le champ libre pour établir les fondements d’une monarchie64. Ces réformes auraient effacé le mythe de la survie de la res publica, en faisant « disparaître les formes vides de la République » par le transfert de pouvoirs et de compétences. Les mutations de l’exercice du pouvoir vinrent en finir avec l’hypocrisie du gouvernement princier65. Selon certains, les pouvoirs des magistrats républicains passèrent définitivement entre les mains des magistrats dits impériaux et Hadrien apparaît alors comme le fossoyeur des institutions républicaines.

  • 66 Selon E. Cuq, cette réforme était nécessaire pour unifier la législation et elle fut bien accueilli (...)
  • 67 C’est notamment le cas de V. Duruy (1876, p. 112).
  • 68 Cuq 1884, p. 325.

41Parmi les réformes, celle du consilium principis est systématiquement mise en avant. La composition était hétéroclite mêlant sénateurs, amici et jurisconsultes. Ce conseil du prince revêt une allure plus formelle que ses versions antérieures, notamment celle de l’époque augustéenne. De prime abord, ce conseil rappelait d’ailleurs des pratiques anciennes où les aristocrates s’entouraient de l’avis de leurs amici. Pour les Modernes, cette réforme apparaît comme l’instrument d’un pouvoir monarchique et centralisateur avec l’accroissement du nombre de jurisconsultes dans le conseil ordinaire66. Certains y voient même une nécessité pour gouverner Rome lors des multiples voyages d’Hadrien67. Toutefois, l’étude d’E. Cuq avait déjà montré au xixe siècle que les membres permanents étaient préalablement soumis à l’approbation sénatoriale et l’auteur insista sur l’importance prise par ce conseil dès l’époque de Trajan68.

La « légende noire » d’Hadrien

  • 69 Les Modernes stigmatisent les sénateurs prêts à mettre à mort leurs pairs. Par exemple L. S. Le Nai (...)

42Nous ne reviendrons pas ici sur les soupçons et les rancœurs de certains sénateurs lors de l’accession au pouvoir d’Hadrien, ainsi que sur la conjuration des quatre consulaires. Celle-ci est systématiquement rappelée par les Modernes, même si l’historiographie l’exempte de toute culpabilité69, mettant plutôt en avant l’empressement sénatorial de plaire, en condamnant à mort des pairs. La légende noire d’Hadrien apparaît en fait plus clairement au crépuscule de son règne. La jalousie, l’envie et le caprice princier seraient devenus des sources d’injustice. C’est le retour de l’arbitraire et de l’aspiration à la tyrannie, dont les victimes les plus notables sont évidemment des membres de l’aristocratie sénatoriale, comme l’éminent Servianus et son petit-fils.

 

  • 70 De Champagny 1863, p. 83.

43Le constat le plus accablant pour Hadrien est dressé par le comte F. de Champagny qui dépeint le prince sous les traits d’un tyran malade, fou, et assoiffé du sang de successeurs potentiels. Hadrien devient alors un nouveau Néron. « Hadrien allait finir comme Trajan. Tous deux étaient de mœurs corrompues ; tous deux, pendant quinze ou seize ans, s’étaient imposé une modération politique, tous deux un instant avaient paru reculer devant la persécution antichrétienne ; tous deux devaient succomber dans leur vieillesse. L’indice de cette chute fut, pour le premier, sa guerre inique et impitoyable en Orient ; pour l’autre, sa honteuse apothéose d’Antinoüs. Dès lors, le mauvais génie, la superstition idolâtrique, l’adoration de leur propre personne, tous les instincts impériaux et par-dessus tout, l’esprit de persécution l’emportèrent. Le règne de l’un et de l’autre se termina par un long, douloureux, dégradant affaissement et de leur raison et de leur fortune »70. La campagne parthique de Trajan est dévalorisée.

44Ce portrait acerbe doit être replacé dans le contexte d’écriture de ces histoires monumentales de l’Empire romain qui sont en fait surtout marquées par l’histoire du christianisme des origines et des persécutions. Pour l’auteur, les deux Antonins sont avant tout des empereurs païens, forcément impies, idolâtres et persécuteurs de chrétiens. La critique de l’homosexualité est évidente et F. de Champagny fustige le summum de l’impiété : la divinisation d’Antinoüs. L’auteur continue les exagérations sur de nombreuses pages, en terminant sur la décimation du Sénat après tant de morts.

  • 71 Duruy 1876, p. 11. Pour l’auteur, il s’agissait de l’occupation la plus sérieuse d’une aristocratie (...)

45La rupture du pacte de gouvernement est évidemment patente, puisque Hadrien avait prêté le serment de ne pas mettre à mort des sénateurs. Cependant, loin des exagérations de F. de Champagny, V. Duruy défend le modéré Hadrien et accuse au contraire l’aristocratie d’avoir repris ses bonnes habitudes, c’est-à-dire comploter71. Cette fin de règne est enfin l’occasion de construire en négatif le portrait d’Antonin, un « prince plein de bonté », celui qui réussit à obtenir l’apothéose de son père grâce à sa piété filiale.

Conclusion

46Entre continuités et ruptures, nous avons mesuré l’impact de l’aristocratie sénatoriale dans la construction de la memoria principis dans les écrits d’époques moderne et contemporaine. L’historiographie moderne est fortement marquée par l’usage – souvent sans recul – des écrits de Pline le Jeune et de l’Histoire Auguste. Comme de nombreux passages sont quasiment identiques, nous n’avons finalement cité ici que peu d’auteurs.

  • 72 Eutr., 8.5.3

47Les principats de Trajan et d’Hadrien font partie de l’âge d’or de Rome, selon l’historiographie moderne. Vestige immuable des institutions républicaines, le Sénat a continué de jouir d’un prestige considérable, étant partie prenante d’une monarchie de fait camouflée sous la revendication d’origines républicaines et traditionnelles. Pour les Modernes, cette monarchie a progressivement remplacé le partage fictif des pouvoirs entre le prince et le Sénat. Enfin, plusieurs siècles après, lors des acclamations impériales, le Sénat souhaitait encore que chaque prince puisse être plus heureux qu’Auguste et meilleur que Trajan72. Le travail de mémoire avait donc su créer l’image du prince idéal, en occultant le souvenir d’Hadrien.

Bibliographie

Allard 1903 : P. Allard, Histoire des persécutions pendant les deux premiers siècles, Paris, V. Lecoffre, 1903 (3e édition revue et augmentée).

Boissier 1874 : G. Boissier, La religion romaine d’Auguste aux Antonins. Tome second, Paris, Hachette, 1874 (utilisé dans sa 7e édition de 1900).

Boissier 1904 : G. Boissier, Tacite, Paris, Hachette, 1904.

Crevier 1775 : J.-B. Crevier, Histoire des empereurs romains depuis Auguste jusqu’à Constantin, Paris, Chez Desaint et Saillant, 1775 (tome VII).

Cuq 1884 : E. Cuq, Le conseil des empereurs, d’Auguste à Dioclétien, Paris, E. Thorin, 1884.

De Champagny 1863 : F. de Champagny, Les Antonins, Paris, Ambroise Bray, 1863 (t. I et II).

De Givodan 1861 : L. de Givodan, Histoire des classes privilégiées dans les temps anciens, Paris, Au collège héraldique, 1861.

De la Berge 1877 : C. de la Berge, Essai sur le règne de Trajan, Paris, F. Vieweg, 1877.

De Suckau 1857 : E. De Suckau, Étude sur Marc-Aurèle, sa vie et sa doctrine, Paris, A. Durand, 1857.

Duruy 1874 et 1876 : V. Duruy, Histoire des Romains depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’invasion des barbares, Paris, Hachette, 1874 (t. IV) et 1876 (t. V).

Fustel de Coulanges 1875 : N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France. Première partie : l’Empire romain, les Germains, la royauté mérovingienne, Paris, Hachette, 1875.

Gsell 1894 : S. Gsell, Essai sur le règne de l’empereur Domitien, Paris, Thorin & fils, 1894.

Le Nain de Tillemont 1702 : L.-S. Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs et des autres princes, qui ont régné durant les six premiers siècles de l’Église, de leurs guerres contre les Juifs, des écrivains profanes et des personnes illustres de leurs temps, Paris, C. Robustel, 1702 (2e édition).

Montesquieu 1734 : Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Amsterdam, chez P. Mortier, 1734.

Naudet 1861 : J. Naudet, De la noblesse et des récompenses d’honneur chez les Romains, Paris, A. Durand, 1861.

Pellisson 1886 : M. Pellisson, Rome sous Trajan, Paris, A. Degorce-Cadot, 1886.

Willems 1888 : P. Willems, Le droit public romain, Louvain, C. Peeters, 1888.

Yourcenar 1951 : M. Yourcenar, Mémoires d’Hadrien, Paris, Plon, 1951 (cité dans l’édition des Œuvres romanesques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1991).

Zeller 1863 : J. Zeller, Les empereurs romains. Caractères et portraits historiques, Paris, Didier, 1863.

Notes

1 Yourcenar 1951, p. 363 (cité dans l’édition des Œuvres romanesques).

2 D’ailleurs V. Duruy exclut Commode des Antonins, jugé « indigne de sa race » (1874, p. 727).

3 Tac., Agr. 3.3.

4 Les exemples dans l’historiographie moderne sont pléthoriques, dont Crevier 1775, p. 321. Selon lui, l’empereur aurait combiné l’amour du peuple et du Sénat, à tel point que les effusions de joie et les preuves d’amour le faisaient rougir. Ensuite J.-B. Crevier insiste sur le fait que le Sénat eut du mal à obtenir le consentement princier pour que son « affection sincère » puisse être gravée (p. 328-329).

5 Montesquieu 1734, p. 154-155 : « Cette épouvantable tyrannie des empereurs venait de l’esprit général des Romains. Comme ils tombèrent tout à coup sous un gouvernement arbitraire, et qu’il n’y eut presque point d’intervalle chez eux entre commander et servir, ils ne furent point préparés à ce passage […] ; les citoyens furent traités comme ils avaient traité eux-mêmes les ennemis vaincus, et furent gouvernés sur le même plan ».

6 L’auteur (1861, p. 247) porte un regard acerbe sur les premiers empereurs et la mise en place d’un régime despotique : « Ils avaient paru ne garder le sénat que pour l’avilir, les grandes familles que pour les courber sous le joug commun ». Toutefois, même si les Antonins se distinguent, ils n’ont pas pour autant réussi à éviter de faire tomber le monde romain dans l’esclavage selon L. de Givodan (1861, p. 247-248).

7 Citons notamment De la Berge 1877 et Pellisson 1886.

8 Crevier 1775, p. 332 : « Ce fut pendant son consulat que Pline prononça ce fameux panégyrique dont j’ai tiré presque tout ce que j’ai dit jusqu’ici sur Trajan. Quoique ce soit un éloge, et non pas un monument historique, j’ai cru pouvoir m’en servir avec confiance, parce qu’à très peu de chose près l’histoire parle de cet empereur comme Pline en a parlé ». Au contraire, V. Duruy affiche sans ambiguïté son aversion pour le Panégyrique, qualifié d’ennuyeux et dont certaines tournures sont de mauvais goût : « Trajan fut peut-être condamné à le lire ; heureusement il ne l’entendit pas » (1874, p. 745, note 3).

9 V. Duruy insiste également sur le manque de qualités gouvernementales de Pline le Jeune. La correspondance « gâte Pline : timoré, indécis, hésitant sur tout, il fait, comme gouverneur d’une grande province, la plus triste figure » (1874, p. 806). C. De la Berge invite aussi à la prudence dans l’utilisation des sources pour dégager « la vérité historique de l’amplification oratoire » (1877, préface p. 2). Dans la préface, il dresse aussi un bilan historiographique des études consacrées à Trajan (p. 1-7).

10 Duruy 1876, p. 5.

11 Duruy 1874, p. 773.

12 De la Berge 1877, préface p. 3-4 : « C’est seulement dans notre siècle, en effet, que l’épigraphie, sous les auspices de Marini et de Borghesi, est entrée dans une voie de progrès chaque jour plus féconde et plus rapide. Au moyen des inscriptions, heureusement abondantes, du règne de Trajan, on a découvert ou rectifié nombre de détails ».

13 La plus significative est celle de J. Naudet consacrée à la nobilitas (1863).

14 Naudet 1863, p. 2.

15 Naudet 1863, p. 8.

16 Naudet 1863, p. 66. Cf. aussi p. 67-68 pour la réforme du Sénat à l’époque augustéenne.

17 Zeller 1863, p. 205.

18 De Champagny 1863, p. 234 : « Trajan, orgueilleux mais non jaloux, se sentait assez grand pour laisser grandir les autres ».

19 Le Nain de Tillemont 1702, p. 148-150.

20 Crevier 1775, p. 325-326 : « Dans le choix entre les candidats, il considérait beaucoup la noblesse des ancêtres. S’il restait encore quelques rejetons de ces anciennes familles, que les Césars travaillaient depuis si longtemps à détruire, il les encourageait, il prenait plaisir à les élever, et par un désintéressement bien louable, il honorait en eux, un avantage qu’il n’avait pas lui-même ». A contrario l’auteur insiste sur le fait qu’Hadrien était jaloux du mérite d’autrui et envieux (1775, p. 335).

21 Duruy 1876, p. 8. La libéralité impériale s’inscrit selon l’auteur dans la longue liste des marques de considération à l’égard des sénateurs.

22 Les causes du déclin de l’ancienne aristocratie sénatoriale sont multiples et abordées par les Modernes qui ont mis l’accent sur certains facteurs comme la disparition durant les guerres civiles tardo-républicaines ou la dissipation du patrimoine faisant perdre le cens sénatorial (ces deux causes sont exposées par De la Berge 1877, p. 86). La principale cause mentionnée par les Modernes reste la tyrannie des mauvais empereurs (Boissier 1874, p. 172-173 : « À la place de cette ancienne noblesse, que la jalousie des Césars a moissonnée, une autre s’est élevée, qui vient en général des provinces. Les personnages à qui Pline adresse ses lettres sont pour la plupart originaires des municipes de l’Italie, de la Gaule ou de l’Espagne. Ils avaient eu chez eux de meilleurs exemples que dans la capitale de l’empire ; ils apportaient à Rome, en venant s’y fixer, des goûts plus simples et des mœurs plus honnêtes »).

23 Gsell 1894, p. 336.

24 L’auteur semble étonné de retrouver encore un Pison déclamant des vers, en dépit du meurtre de nombreux membres de sa lignée (1904, p. 25). Il est le sujet d’une lettre de Pline le Jeune (Ep. 5.17).

25 Cf. n. 24.

26 Cuq 1884, p. 324-325 : « Mais les sénateurs ne songeaient guère à user d’un pouvoir qu’ils avaient perdu l’habitude d’exercer. C’étaient, pour la plupart, des hommes nouveaux que les empereurs avaient fait venir des provinces et qui ne connaissaient ni l’étendue de leurs droits (ius senatorium), ni même les règlements intérieurs de leur compagnie ».

27 De la Berge 1877, p. 86-87 : « Pour peupler ce grand corps dont le nom était inséparable de celui du peuple romain, les empereurs choisissaient dans les provinces les hommes qui semblaient les plus recommandables par leur richesse et leur influence. En arrivant à Rome, quelles idées générales apportaient-ils du fond de leurs municipes ? Quelle vue politique un peu grande avaient-ils pu concevoir en gérant les affaires de leur patrie ? Ils se trouvaient rassemblés dans la curie, étrangers les uns aux autres, ignorant même le règlement intérieur de la compagnie dans laquelle ils entraient, et, à plus forte raison, l’étendue de sa compétence. Ils ne possédaient plus la tradition de cette politique suivie et savante qui avait élaboré l’ancienne constitution et organisé le gouvernement de l’univers […]. Entre le conseil des décurions d’une petite ville et le sénat qui statuait sur les intérêts d’un immense empire, il n’existait aucun intermédiaire ».

28 Gsell 1894, p. 336.

29 Allard 1903, p. 148.

30 F. de Champagny met en avant l’honnêteté et la politique de bon sens menée par Trajan. Sa simplicité aurait été salutaire à l’Empire : « Quand elle vit entrer dans cette maison palatine, au lieu d’un jeune César, élevé dans l’orgueil de la pourpre, ce mélange d’une simplicité bourgeoise et d’une austérité patricienne, elle crut voir revivre tout entière la sagesse, l’intelligence, la salutaire, la regrettée bonhomie du vieil Auguste » (1863, p. 218).

31 Boissier 1874, p. 193.

32 Boissier 1874, p. 163 : « C’est ainsi que vivait, sous le gouvernement paternel des Antonins, une société élégante et amollie, si bien habituée à se laisser conduire qu’elle avait perdu le goût de se diriger elle-même, heureuse d’obéir à de bons princes, mais résignée d’avance à en supporter de mauvais, et par sa patience à tout souffrir les encourageant à tout oser ». Ibid., p. 161 : « On y voit, par exemple, à quel point cette société avait perdu le goût des affaires publiques. Courbée depuis un siècle sous des maîtres détestables, elle ne put pas se relever quand les temps devinrent moins rigoureux. Elle avait pris l’invincible habitude d’obéir et de se laisser conduire ; elle n’était plus capable de se gouverner ».

33 Plin., Ep., 3.20.

34 Le détail de la réforme des élections se retrouve à de nombreuses reprises, notamment chez Crevier 1775, p. 325-328, puis p. 345-348.

35 Cette hypothèse est largement développée par l’auteur (Gsell 1894, p. 334-336).

36 La dyarchie n’implique évidemment pas un partage égal des pouvoirs. C’est plutôt une alliance de façade à la fois bénéfique pour le prince et pour l’ordre sénatorial. En effet, V. Duruy note que le pouvoir impérial est renforcé et que les sénateurs ne ressentent plus le besoin de comploter : « Sans rendre aux grands le pouvoir, ils (les empereurs) paraîtront gouverner avec eux et pour eux » (1874, p. 731).

37 Pour M. Pellisson, cette mesure n’aurait pas vraiment pour but de se concilier les faveurs du sénat, mais signifierait plutôt que le pouvoir impérial était dorénavant hors d’atteinte. Les conjurations sénatoriales ne seraient alors qu’un reliquat du passé et les princes devaient plutôt se méfier des réactions populaires à cause de leur politique (1886, p. 31).

38 Crevier 1775, p. 324 : « Il exhorta la Compagnie à rentrer en jouissance de la liberté, à prendre soin de l’Empire comme d’un bien commun, à veiller à l’utilité publique ». Les Modernes utilisent souvent le terme de « compagnie » pour désigner le Sénat.

39 De la Berge 1877, p. 88. Cependant, F. de Champagny avait déjà montré que Trajan souhaita maintenir vivaces certaines traditions aristocratiques, comme les types monétaires comparés à la presse du xixe siècle car ils permettaient aux Romains de connaître les grands personnages. « Trajan ne craignait ni les souvenirs ni le nom de la liberté » (1863, p. 225). L’auteur ne s’étend guère sur les monnaies étudiées au même titre que d’autres images.

40 Pellisson 1886, p. 32.

41 Duruy 1874, p. 250.

42 Cette anecdote est notamment mentionnée par J. Naudet (1863, p. 75). Outre l’importance de l’étiquette pour montrer la supériorité statutaire des sénateurs, c’est aussi l’occasion de rappeler que Trajan fait partie de la catégorie des empereurs affables et polis.

43 Crevier 1775, p. 326-327 : « Il descendait de sa chaise curule pour aller au-devant de lui et l’embrasser […] ; et le Sénat, témoin-autrefois de l’orgueil dédaigneux de Domitien, qui à peine présentait sa main à baiser aux premières personnes de l’État, voyait avec ravissement l’inégalité disparaître entre celui qui donnait la charge et celui qui la recevait ».

44 Boissier 1874, p. 174. L’auteur s’appuie implicitement sur le modèle de la monarchie bourgeoise incarnée en France par Louis-Philippe.

45 Le Nain de Tillemont 1702, p. 224.

46 Duruy 1876, p. 9.

47 Zeller 1863, p. 208.

48 Duruy 1874, p. 744.

49 Crevier 1775, p. 336-337.

50 Ce réapprentissage semble cependant vain pour V. Duruy : « Mais des gens à qui il faut commander d’être libres ne le seront jamais » (1874, p. 775). L’asservissement précédent aurait laissé des traces indélébiles.

51 Par exemple V. Duruy loue la politique de Trajan qui réussit à concilier deux éléments antinomiques : le pouvoir et la liberté (1874, p. 743).

52 De Champagny 1863, p. 251-252.

53 Nombreux sont les auteurs à s’attarder sur ce fait atypique du principat de Trajan qui contraste avec les règnes des mauvais empereurs. V. Duruy mentionne le complot d’un dénommé Crassus et le refus princier de le juger. Crassus a alors été jugé par ses pairs et banni (1874, p. 797). L’historien met en avant l’ingratitude aristocratique. Le topos de la clémence se retrouve dans une moindre mesure pour Hadrien qui aurait diminué les peines selon le nombre d’enfants du coupable. Cette anecdote mentionnée par L. S. Le Nain de Tillemont (1702, p. 222) sert à minimiser les accusations de cruauté.

54 Les Modernes aiment recourir à ces termes forts. C’est la tyrannie qui est le plus utilisé ; par exemple par M. Pellisson qui poursuit en précisant qu’il s’agissait d’un pouvoir absolu dont la seule limite pourrait être une révolution militaire (1886, p. 4).

55 Willems 1888, p. 443.

56 G. Boissier s’empresse d’ajouter que cette pratique ne devait pas plaire à Trajan, ce « vaillant soldat » (1874, p. 162).

57 Pellisson 1886, p. 27.

58 Pellisson 1886, p. 32.

59 De Suckau 1857, p. 38.

60 Fustel de Coulanges 1875, p. 85 : « Il y a des temps où le désir général d’un peuple est de se gouverner lui-même ; il y en a un où son unique désir est d’être gouverné ». L’auteur insiste sur le fait que les peuples ne sont pas serviles par nature, mais qu’une mutation est toujours possible : « Ces générations ne subirent pas la monarchie, elles la voulurent » (p. 96).

61 Fustel de Coulanges 1875, p. 85 et 91-96.

62 Duruy 1874, p. 413.

63 Duruy 1876, p. 10.

64 Gsell 1894, p. 336-337.

65 Duruy 1876, p. 110. L’historien insiste aussi sur les réformes de l’administration centrale où les postes-clés sont dorénavant donnés aux chevaliers à la place des affranchis : « C’était changer la maison du prince, jusqu’alors peu différente d’une riche maison particulière, en une grande administration publique » (1876, p. 111).

66 Selon E. Cuq, cette réforme était nécessaire pour unifier la législation et elle fut bien accueillie (1884, p. 338).

67 C’est notamment le cas de V. Duruy (1876, p. 112).

68 Cuq 1884, p. 325.

69 Les Modernes stigmatisent les sénateurs prêts à mettre à mort leurs pairs. Par exemple L. S. Le Nain de Tillemont (1702, p. 229) souligne qu’Hadrien n’avait pas souhaité commencer son règne par des actes cruels ; le Sénat passa outre. À son retour à Rome, le prince aurait tout fait pour effacer la mauvaise impression et le sentiment de culpabilité.

70 De Champagny 1863, p. 83.

71 Duruy 1876, p. 11. Pour l’auteur, il s’agissait de l’occupation la plus sérieuse d’une aristocratie oisive.

72 Eutr., 8.5.3

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site