Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Troisième partie. Gestion des territoires agricoles et ruraux

La construction collective de territoire pour le développement économique et la préservation de l′environnement

Karima Boudedja

Texte intégral

Introduction

1Cet article aborde la problématique de développement des territoires ruraux algériens. Nous assistons aujourd′hui à l′implication d′acteurs divers alors que, pendant très longtemps, l′État était le seul planificateur et le seul décideur. En effet, le milieu rural en Algérie connaît aujourd′hui des mutations et des recompositions diverses. Celles-ci ont conduit à une dynamique à travers la diversification des acteurs et des activités. Seulement peut-on pour autant parler de construction collective des territoires ? Existe-il des projets communs ? Les enjeux de développement sont-ils seulement économiques et sociaux ou bien la question environnementale est-elle intégrée ? Et puis, les acteurs de développement portent-ils un intérêt à l′inscription aux territoires et quelles sont leurs représentations du territoire ?

2L′objet de notre recherche et de cet article est d′analyser l′impact des représentations du territoire par les acteurs de développement, ceux qui sont en émergence et ceux qui sont en quête d′ancrage territorial, sur les stratégies de développement mises en œuvre dans les zones rurales en difficulté en Algérie. Nous envisageons d′asseoir une méthodologie pour comprendre la place donnée au territoire. Ce dernier est-il l′outil ou est-il le résultat des actions pour son développement ? En effet, dans le cas d′une telle divergence des représentations du territoire, quelle est la possibilité d′une construction collective du territoire ? De ce fait, la question centrale que nous traitons est : la construction collective de territoires pour leur développement, dans les zones rurales au Maghreb, est-elle possible par des acteurs dont la représentation du territoire est différenciée, voire opposée dans un contexte d′émergence de nouveaux acteurs civils, d′apparition de nouveaux modes d′intervention des acteurs publics et de nouvelles demandes socioéconomiques des populations ? Nous émettons une hypothèse de travail par rapport à nos questionnements. Elle concerne la grande majorité des acteurs qui se représentent encore le territoire comme une donnée et, de ce fait, dont les approches et les modes d′intervention qu′ils adoptent sont le résultat d′une situation et des pratiques héritées d′une longue période de centralisation de l′administration et de pratiques traditionnelles des institutions sociales. Pour ces acteurs le territoire structure les politiques et les stratégies. En effet, les réalités sont encore imprégnées par des pratiques qui sont le résultat de représentations ancrées depuis des décennies et qui consacrent les organisations publiques comme les développeurs exclusifs du monde rural.

3Dans la première partie de l′article, nous passerons d′abord en revue le contexte algérien. Les territoires ruraux font l′objet de stratégies de développement qui s′inspirent largement des stratégies européennes et des orientations des organisations internationales. C′est pour cette raison que nous retrouvons, dans les documents officiels, le territoire comme unité spatiale de développement et le concept d′acteurs en remplacement de celui d′agents, comme appellation désignant les organisations de développement. Tout cela dans un contexte de mutations et de recomposition des territoires ruraux et de comportements, pour l′adaptation, des populations rurales. C′est l′approche « projet intégré » qui est mise en œuvre : projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI). Ces projets ciblent les territoires ruraux en difficulté, dans le cadre de la politique algérienne de renouveau rural. Dans la deuxième partie, une étude de cas que nous avons réalisée dans le massif forestier de Yakourene en Kabylie, nous permettra de focaliser sur les mêmes aspects de représentations du territoire et des stratégies et pratiques de développement par les différents acteurs. L′insertion économique des jeunes et la préservation de l′environnement, la forêt subissant une dégradation continue, sont les dimensions pratiques qui ont guidé notre analyse.

Les stratégies de développement des territoires ruraux algériens : une adaptation aux mutations

Les mutations des territoires ruraux algériens

  • 1 Entre 2000 et 2007 le secteur informel dépasse 41,1 % en Algérie (JP. Jütting, JR. De Laiglesia, 2 (...)
  • 2 Les zones du rural profond connaissent une diversification de l’activité par rapport à l’agricultu (...)
  • 3 P. Campagne (2007) note « l’émergence dans tout le Maghreb de nouvelles organisations civiles mais (...)

4Aujourd′hui, les zones rurales en Algérie connaissent des mutations et des recompositions, aussi bien sur le plan social que sur le plan économique. À des mutations et recompositions spontanées (la transition démographique, la baisse de la migration internationale, le renforcement de la migration interne, notamment vers les villes limitrophes des zones rurales, le développement d′agglomérations et de petites villes, l′apparition de nouvelles fonctionnalités (résidentielles, touristiques), le développement de la pluriactivité, le déclin de l′agriculture, le développement du secteur informel1, etc. ou relativement spontanées (la diversification des activités2 et l′apparition de nouveaux acteurs et institutions civiles locales3) répondent des politiques de développement publiques. Celles-ci tentent de s′adapter en évoluant. Cela s′est traduit, dans un premier temps, par le passage des approches pour le développement agricole, centrées sur la modernisation technologique et la mobilisation de l′eau, à des approches de développement rural intégrant des aspects tels que la diversification des activités et l′amélioration de l′accès aux ressources comme l′éducation, la santé, l′électricité, etc. Aujourd′hui, les approches de développement se focalisent sur les spécificités territoriales : les acteurs et les ressources. C′est le passage du rural au local puis au territorial.

5Les mutations concernent aussi les ressources naturelles qui deviennent de plus en plus rares pour des raisons naturelles (sécheresse, aridité, désertification, érosion, etc.) ou humaines (surexploitation, incendies de forêts, urbanisation, etc.). Cette baisse du niveau des ressources crée souvent de réelles tensions sociales, dues à l′impossibilité de la reproduction de schémas de productions agricoles, ce qui aggrave le chômage et la pauvreté.

6Seulement, les changements les plus notables sont souvent le fait des populations et ne se traduisent pas forcément par des accompagnements adaptés des organisations publiques. Marc Côte et Salah Eddine Cherrad (1999) décrivent la situation de la façon suivante : « les campagnes profondes du Maghreb apparaissent aujourd′hui caractérisées à la fois par leur enracinement sociétal dans un territoire, dans des structures, et par une capacité d′adaptation et d′innovation qu′on ne leur soupçonnait pas. Fondées sur des logiques de groupe familial, de limitations des risques, de survie sur longue durée, elles se révèlent capables d′intégrer d′autres logiques, notamment celles du profit et de l′économie de marché ». Pour ces auteurs, il s′agit de mutations silencieuses mais profondes, qui sont souvent ignorées et mal accompagnées par les pouvoirs publics.

Des stratégies de développement centrées sur les territoires, leurs ressources et les acteurs

7Historiquement, les stratégies de développement rural dont l′objectif est de faire face aux conditions socio-économiques difficiles, ont commencé après l′indépendance de l′Algérie en 1962. Toutefois, pendant plusieurs décennies, ce sont les mesures descendantes qui ont primé. Elles étaient planifiées et mises en œuvre par l′État. Dans les années 1990, sont introduits les nouveaux modes de gouvernance et approches participatives, notamment dans les zones rurales les plus difficiles, et cela se traduit par des stratégies de développement territorial qui se veulent plus soucieuses des acteurs locaux et surtout de la valorisation des ressources locales spécifiques. En plus de la participation des populations, des aspects nouveaux tels que les territoires, les acteurs locaux, les ressources locales, les réseaux sociaux, la protection de l′environnement, etc., prennent une dimension de plus en plus importante. Des réformes politico administratives (décentralisation, liberté d′association) touchant le niveau local (les communes) sont promulguées dans ce sens.

  • 4 Second pilier de la politique agricole commune (PAC) de l’Union Européenne dont la dernière réform (...)
  • 5 Stratégie Nationale de développement rural à partir de 2002. Ministère de l’agriculture et du déve (...)

8Les concepteurs des stratégies de développement rural en Algérie se sont largement inspirés du modèle ouest européen4 qui est basé sur la notion de territoire et ses dérivées (territorialité, territorialisation). À partir de la l′Union Européenne, ces stratégies se sont étendues aux pays de l′Est qui ont intégré l′U. E. Selon S. Depraz, 2008, des recompositions et des transformations ont été nécessaires dans les zones rurales de ces pays là pour rattraper le retard de développement. D′abord, c′est la notion de local qui a fait son apparition dans les discours et documents officiels portant sur les stratégies de développement rural (la décennie 1990). Par la suite, les spécificités territoriales sont de plus en plus évoquées et même introduites dans des réformes. Le secteur agricole est le leader dans ce domaine5. À partir du moment où le développement est devenu local, voire territorial, le partage du pouvoir entre les acteurs locaux est devenu central. Pour cela, de nouvelles valeurs ont fait leur apparition dans les pays occidentaux. Elles sont véhiculées par les organisations internationales et introduites progressivement dans les pays en développement. Ainsi, dans un registre qui renverrait au « mode de faire du développement », Gumuchian et al, affirment que les acteurs investissent des valeurs telles que la participation, la médiation, la gouvernance, la concertation, la coopération et la co-construction. À cela nous ajoutons les réseaux, la décentralisation, la déconcentration et la proximité. Seulement les situations sont différentes d′une région du monde à une autre et, dans un même pays, d′un territoire à un autre. Dans le monde rural, en Europe de l′Ouest, par exemple, grâce aux projets Leader, ces valeurs, notamment la participation, la coopération et la co-production de territoire, sont appropriées et permettent aux acteurs de se positionner dans des projets de développement territorial. En Algérie, leur évocation est souvent le résultat de directives d′organisations internationales ou de bailleurs de fonds. De ce fait, leur introduction par les acteurs dans les discours et les documents de projets est un moyen pour « profiter » de ressources qui sont mises à disposition par des bailleurs de fonds. Ce qu′Ansay, 2010, qualifie de « chercher sa place », surtout dans un contexte où une régulation minimale par des règles est nécessaire, et la question du « comment » construire la « coordination » entre les acteurs devient essentielle, la simple régulation par le marché ou par l′État ayant montré toutes ses limites.

  • 6 Taux de pauvreté dans le milieu rural : Algérie 14,2 %, Source www.worldbank.org, Ficherégion sur (...)
  • 7 L’Algérie a connu un plan d’ajustement structurel pendant la période 1994-1998. Suite à cela, le p (...)
  • 8 Le PAS a eu des conséquences négatives sur les conditions sociales des populations rurales (augmen (...)

9Le programme de renouveau rural qui s′appuie sur les projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) focalise sur la diversité des acteurs, la diversité des activités et surtout la participation des populations des territoires ruraux, publics cibles des projets. Les réformes du code communal en cours qui visent la décentralisation et une meilleure participation de la société civile dans la prise de décision, convergent dans le même sens. Ces réformes successives sont rendues indispensables en raison des situations socio-économiques difficiles6, connues par la majorité des zones rurales. Le programme d′ajustement structurel (PAS) mis en œuvre en Algérie suite à une crise économique profonde, et son engagement dans un processus dit démocratique et de libéralisation du marché7 ont été les déclencheurs de ces réformes8 . Il s′agit de permettre aux territoires ruraux, notamment ceux présentant des difficultés économiques, de susciter des initiatives endogènes de développement. Toutefois, le contexte algérien est différent de celui de l′Europe de l′Est et encore plus de celui de l′Europe de l′Ouest. En effet, les différents acteurs de développement local, les ressources humaines, financières et matérielles sont loin d′être au même niveau. De même que si les approches (participatives) et les modes d′intervention (de proximité) sont copiés de ceux en cours en Europe ou proposés et encouragés par des organisations internationales (Banque mondiale, FAO, PNUD, FIDA, etc.) ou des ONG étrangères, est-il possible de faire abstraction de plusieurs décennies de représentations et de pratiques dans ces territoires, aussi bien par les différents acteurs de développement que par les populations ? Il semble évident que la situation en Algérie est différente, voire plus complexe que celle en cours en Europe. Pour N. Boumaza, 2009 « le cas des pays du Maghreb qui sont plus ou moins concernés par les modèles à l′œuvre en Europe, diffère à plusieurs titres structurels, conjoncturels, historiques et politiques. Il pose à ce titre le problème de la transposition parfois mécanique d′analyses régionales et territoriales et surtout des méthodes et principes de l′action que mettent en œuvre les organismes publics des trois pays à travers les schémas, programmes et plans ».

10Concernant les ressources communes dont chaque territoire dispose et qui font sa spécificité, deux aspects sont intégrés dans la réflexion et les pratiques dans le cadre des nouvelles stratégies de développement local : leur gestion collective et leur durabilité. Que ce soit l′eau, la terre, les parcours, les forêts, etc., il se trouve presque systématiquement dans le milieu rural en Algérie des organisations civiles qui en assurent la gestion (exploitation, gestion des conflits, etc.). Ces pratiques sont rarement analysées pourtant elles ont connu des mutations très importantes, dues à la rareté des ressources et à la perte de représentativité des organisations traditionnelles. Pourtant, selon Ostrom, il existe des exemples de réussite de la gestion des ressources communes par les populations et cela, lorsque celles-ci arrivent à apporter le changement institutionnel nécessaire pour s′adapter aux environnements complexes.

11En Algérie, trois types d′organisations interviennent dans les territoires ruraux : les organisations publiques représentées par les administrations techniques (agricoles, forestières, hydraulique, etc.). Les services agricoles sont les plus décentralisés grâce aux vulgarisateurs qui sont présents dans toutes les communes du pays. Les méthodes utilisées auparavant par ces services avaient pour objectifs clairs d′améliorer les performances agricoles. Leurs méthodes de vulgarisation étaient tournées vers la transmission du savoir aux agriculteurs pour les pousser à adopter des procédés modernes. Il s′agit de la méthode CAP (changement à apporter aux connaissances, attitudes et pratiques) et cela quels que soient le territoire ou le public ciblés. Aujourd′hui, ces mêmes services adoptent, notamment dans les zones rurales les plus difficiles, des méthodes participatives. Progressivement, les agents des services agricoles sont poussés à réfléchir localement et sont appelés à adapter leurs méthodes aux territoires, à leurs ressources et leur durabilité et aux populations locales. Les projets de proximité de développement rural les incitent à réfléchir développement territorial au lieu de réfléchir développement agricole. Le deuxième type d′acteurs en présence est représenté par les organisations civiles, principalement les organisations traditionnelles « les dj′maa » ; celles-ci ont pour rôles principaux la gestion collective des ressources et la gestion des conflits entre les membres de la communauté. Les rapports de ces organisations avec les organisations publiques et les collectivités locales étaient rares et non structurés. Les associations de développement ou de protection de l′environnement étaient inexistantes. Pour les organisations traditionnelles, les territoires ruraux sont plutôt considérés comme leur lieu de résidence, et leur souci est d′améliorer leurs conditions de vie, notamment par le biais de l′accès aux ressources : l′eau, l′électricité, les parcours, les forêts, etc. Le développement économique, social et environnemental était considéré comme étant du ressort des organisations publiques et des collectivités locales, désignées sous le vocable générique de « l′État ». Quant aux associations locales de développement nouvellement créées, elles ont des préoccupations de développement territorial. Elles tentent, dans la mesure du possible, d′acquérir une place d′acteur de développement dans les nouvelles politiques de développement, mais sont dépendantes des acteurs publics et des collectivités locales quant à la place qui leur est accordée. Les collectivités locales représentent le troisième type d′acteurs. La plus petite collectivité locale étant la commune dont l′assemblée communale élue est dirigée par le président d′APC (Assemblée populaire communale). Les élus considèrent que le développement des territoires est de leur ressort. Les représentants des collectivités locales se voient investis de cette mission de développement de leurs territoires, mais aussi comme des exécutants des programmes initiés par l′État central. Surtout que, pour le moment, ils ne disposent pas de suffisamment de compétences pour susciter des initiatives économiques, ni pour assurer une exploitation durable des ressources locales. La décentralisation en cours, qui donne de plus en plus de prérogatives aux élus locaux, vise à encourager la prise d′initiatives par les collectivités locales.

12Après les changements institutionnels et méthodologiques apportés par les nouvelles stratégies abordées précédemment, le paysage organisationnel et institutionnel dans les territoires ruraux s′est enrichi de nouvelles organisations civiles. Il s′agit, en plus des organisations professionnelles par filières agricoles ou d′élevage qui comptent des adhérents dans les territoires au niveau de base d′associations à caractère social, environnemental et de développement. Pour ce qui est des organisations publiques et des collectivités locales, les changements sont surtout méthodologiques. Toutefois, des organisations chargées de l′appui aux initiatives économiques des populations sont apparues. Il s′agit notamment des représentations locales de l′Agence nationale de l′appui à l′emploi des jeunes (ANSEJ) et de l′Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM). Par le biais des projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI), le secteur agricole est l′acteur le plus dynamique. Les collectivités locales tentent progressivement de trouver des mécanismes pour la participation des populations et des organisations civiles aux décisions concernant le développement de leur territoire. Les acteurs doivent évoluer dans un contexte qui leur permet d′être porteurs de projets, d′avoir accès aux informations, d′exposer leurs idées et d′être entendus, et d′être en mesure de s′assurer que leurs propositions peuvent être mises en œuvre dans la mesure du possible par rapport aux moyens disponibles. Il s′agit essentiellement d′adapter les modes de gouvernance. De nouveaux acteurs et de nouvelles valeurs supposent la construction en commun d′un nouveau territoire. Quel type de représentation du territoire peut aboutir à l′accomplissement de cet objectif ?

Le territoire et ses représentations par les acteurs

13Selon H. Gumuchian (1991) le concept de territoire est d′abord apparu et beaucoup employé chez les chercheurs anglo-saxons, particulièrement dans le domaine éthologique. L′utilisation actuelle du terme est différente et intéresse diverses disciplines, notamment la géographie et la sociologie. Dans le domaine de la géographie sociale, par exemple, le territoire est associé aux acteurs. G. Di Méo l′explique. Pour lui, « la territorialité (comme le territoire) n′existe que par référence aux acteurs sociaux et à leur action » (G. Di Méo, 2008). Il précise même que « le territoire, en tant qu′espace de l′action, espace tissé d′un entrelacs de transactions, de stratégies, d′intentionnalités, de débats, d′interactions innombrables est bien, essentiellement, une affaire d′acteurs ». Le territoire n′est pas seulement une affaire d′acteurs en termes d′actions. Il l′est aussi en termes de représentations. B. Pecqueur et J-B Zimmermann (2004) l′affirment. Pour eux, le territoire est « un résultat des pratiques et des représentations des agents ». En 1986, déjà, C. Raffestin soutenait également que le territoire « résulte des systèmes de représentations ». La définition de la représentation admise au sein de la discipline géographique a été formulée par J-P. Guerin en 1989 et rapportée par H. Gumuchian en 1991 : « une représentation est une création sociale et/ou individuelle d′un schéma pertinent du réel spatial » H. Gumuchian assure que le poids des représentations spatiales et sociales s′avère toujours essentiel dans un processus de développement local. Pour lui « le développement local ne se décrète pas, il naît progressivement de cette dialectique entre représentations et pratiques spatiales ». H. Gumuchian souligne également la dualité des représentations. Elles ont un aspect informatif et un aspect opératoire. Elles constituent un filtre local des informations sociales pour les acteurs d′un territoire donné. Elles sont aussi à l′origine des attitudes et des actions et comportements spécifiques.

14Cependant, si certains auteurs et acteurs adoptent cette perception du territoire, d′autres le perçoivent comme étant lui-même un « instrument d′action publique » c′est-à-dire « un dispositif à la fois technique et social qui organise les rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » (P. Lascoumes et P. Le Galès, 2004). Le territoire est donc l′objet de deux types de représentations. Il peut être structuré par les politiques et les stratégies pour certains acteurs, comme il peut être structurant des politiques et des stratégies pour d′autres. Cette dernière vision donne au territoire une certaine forme d′immobilité. Alors que la première vision place les stratégies et les pratiques de développement en amont de la construction collective d′un territoire donné, en mettant en exergue ses spécificités territoriales, ce qui a donné lieu au concept de développement territorial. Pour l′espace rural qui nous intéresse, le développement territorial consisterait en la « valorisation par les acteurs locaux des ressources spécifiques des territoires » (P. Campagne et B. Pecqueur, 2009). Ces mêmes auteurs ont introduit le concept de ressources cachées et non apparentes. Ce qui revient à dire que l′ancrage territorial des acteurs dans une « réalité de géographie physique » est la caractéristique principale de leur mode d′organisation.

15En somme, la représentation du territoire définit les actions, mais elle définit aussi les rapports entre les divers acteurs et leur inscription dans le territoire. Les rapports sociaux correspondent selon G. Di Méo (2008) « aux liens affectifs, fonctionnels et économiques, politiques et juridiques ou purement imaginaires que les individus et les groupes tissent avec les espaces géographiques où ils vivent, qu′ils parcourent ou qu′ils se représentent ». La prise en compte des représentations du territoire par les différents groupes d′une société donnée, dans le cadre d′une démarche de développement, s′inscrit dans les domaines de recherche de la géographie sociale. Toutefois, il ne s′agit pas seulement de comprendre et d′adapter les actions à ces différentes représentations des acteurs, il s′agit de les modifier, si nécessaire, en intervenant de manière directe ou indirecte pour pouvoir faire converger les représentations des uns et des autres. En effet, « les territoires sont mortels ; les représentations tout autant ! Aucune d′entre elles n′est immuable » (H. Gumuchian, 1991). Une construction collective du territoire conduit donc à la venue d′un nouveau territoire et de nouvelles représentations convergentes de ce territoire par les acteurs.

16Les représentations du territoire expliqueraient donc leurs stratégies et pratiques. En Algérie, les trois catégories d′acteurs que nous avons identifiées (acteurs publics, acteurs civils et collectivités locales) ont-elles poussé le changement jusqu′à une transformation et une convergence de leurs représentations territoriales pour une construction collective du territoire ?

Répercussions des représentations des acteurs sur le territoire et son développement. Étude de cas du massif forestier de Yakourene

17Dans ce qui suit nous allons exposer et analyser le cas concret d′un territoire rural en difficulté en Algérie. Il s′agit du massif forestier de Yakourene. Nous avons procédé à l′analyse des stratégies adoptées par les différents acteurs. Leur degré d′intégration des nouveaux modes de gouvernance et surtout l′évolution des représentations par les acteurs du territoire et de son développement. Nous avons réalisé un travail d′enquête et d′observation dans ce territoire. Le public cible est constitué des différents acteurs de développement (publics, civils et collectivités locales) et de jeunes de moins de 40 ans qui ont créé une activité économique avec ou sans l′appui de ces organisations. Les acteurs de développement que nous avons abordés sont de trois catégories : les acteurs publics qui interviennent dans l′insertion économique des jeunes et la préservation de l′environnement (services agricoles, services des forêts, l′agence nationale de l′emploi des jeunes et l′agence nationale de gestion du microcrédit), les acteurs civils qui sont représentés essentiellement par les comités de village des 16 douars de la commune et les collectivités locales représentées par les élus locaux. Nous les avons interrogés sur les aspects suivants :

  • Le degré d′intégration des méthodes participatives
  • La représentation du territoire et des stratégies de développement
  • L′existence d′un projet collectif de construction du territoire

Description du territoire

  • 9 Les données concernant le chômage dans la commune sont inexistantes. Nos observations font état d’ (...)

18Le massif forestier de Yakourene, dénommé également forêt des Béni Ghobri, par rapport à la principale tribu locale, est situé au centre nord de l′Algérie à la wilaya de Tizi-Ouzou, sa superficie est de 5 710 ha. Le massif s′étend sur trois communes. Seulement c′est la commune de Yakourene qui abrite la plus grande partie de cette forêt de chêne-liège et chêne Zeen. La superficie de la commune est de 79 300 km2 et le nombre d′habitants est de 12 203 avec un nombre élevé de jeunes. La population entre 20 et 40 ans représente plus de 40 % du total. Les principales activités sont le commerce, l′agriculture de montagne, l′élevage bovin, ovin et caprin, l′apiculture et le tourisme. Seulement plusieurs activités informelles pratiquées par les jeunes permettent d′atténuer la situation de chômage dans laquelle est plongée la majorité d′entre eux9.

19Les habitants de ce territoire ont toujours vécu en symbiose avec leur environnement naturel, une forêt de chênes et des prairies naturelles qui leur permettaient et leur permettent toujours d′exercer une activité d′élevage. La principale organisation locale est la Djemaa qui connaît des contraintes diverses, notamment en matière de représentativité et d′adaptation de ses missions aux mutations politiques, économiques, sociales et environnementales, connues par le territoire. Alors, qui sont les acteurs locaux aujourd′hui ? Quelles sont leurs méthodes d′intervention et leurs représentations et existe-il un projet collectif de construction de territoire ?

Les acteurs de développement en présence

20Des changements remarquables ont touché les différentes catégories d′acteurs de la commune. Ces changements ont pour objectifs d′abord la diversification des acteurs de développement en encourageant l′émergence d′acteurs civils et privés, et aussi de répondre à la préoccupation principale de la population de la commune qui est le chômage, à travers l′intervention d′acteurs publics spécialisés. Les acteurs présents et/ou intervenants dans la commune avant et après l′adoption de nouveaux modes de gouvernance sont présentés dans le tableau suivant :

  • 10 Informations recueillies lors des entretiens que nous avons réalisés avec les représentants des di (...)

21De ce fait, les nouvelles organisations et institutions publiques sont surtout des organisations d′insertion économique. Toutefois, celles-ci ne sont pas décentralisées au niveau de cette commune et elles ne font pas de travail de proximité. Par contre, les services agricoles et forestiers sont les seuls organismes qui, grâce aux projets de proximité de développement rural, ont un contact direct avec la population. Cependant, les projets ne se déroulent pas véritablement selon une approche participative. Le travail de diagnostic, qui devait initier la population à la planification et à la gestion de projet de développement et faire de ses représentants des acteurs de développement porteurs de projets, a été réalisé précipitamment avec la participation de quelques représentants des comités de village. Des problèmes ont surgi lors de la réalisation des activités des projets en raison de ces insuffisances pour lesquelles les différents acteurs se rejettent la responsabilité10.

Tableau 1 : Évolution des acteurs de développement dans le massif forestier de Yakourene

Organisations et institutions

État avant le plan d′ajustement structurel et libéralisation de l′économie.

Situation actuelle

Acteurs publics

Le vulgarisateur agricole
Les services des forêts à 11 km de Yakourene
Les services techniques de la mairie

Le vulgarisateur agricole et services des forêts : outil d′intervention : projet de proximité de développement rural intégré (PPDRI)
Les services techniques de la mairie
Les organisations d′insertion économique : (ANSEJ, ANGEM, CNAC). L′ANGEM a créé une antenne à 11 km de Yakourene et l′ANSEJ et la CNAC se trouvent à 50 km).

Acteurs civils

Les comités de village de chaque douar de la commune.

Les comités de village
Les associations de développement (culturelles, sociales, environnementales, de développement).

Acteurs privés

Pas d′acteurs privés notables

Les entreprises de transformation du lait qui se trouvent à plus de 50 km et qui procèdent à la collecte de lait.

  • 11 Équivalent du maire et de son adjoint. Nous avons constaté que plusieurs associations existent et (...)

22Les organisations civiles qui ont connu une diversification n′ont pas vraiment réussi à s′imposer en tant qu′interlocuteurs incontournables des organisations publiques, des collectivités locales ou même des organisations privées. Les comités de village continuent à se limiter à leur rôle dans la gestion des ressources collectives et des conflits entre villageois. Ils ne s′adressent aux organisations publiques et aux collectivités locales que pour répondre à une sollicitation de celles-ci pour avis ou pour transmettre une revendication de la population. Ce ne sont, en aucun cas, des porteurs de projets. Les associations peu nombreuses, « inexistantes » selon le président de l′assemblée communale et son adjoint11, ne sont jamais associées à la décision et ne se retrouvent impliquées dans aucun projet de développement. Enfin, les acteurs privés sont représentés seulement par les entreprises de transformation du lait qui ont eu un impact positif sur l′expansion de l′élevage bovin laitier grâce à la collecte du lait. Les éleveurs du territoire ne sont pas organisés. Ils ont des rapports individuels avec ces entreprises.

23Pour ce qui est de la protection de l′environnement, le rôle primordial est joué par les services des forêts. Ceux-ci semblent dépassés puisque les coupes illégales des arbres et le cassage de roches se déroulent au vu et au su de tout le monde, sans oublier les incivilités des touristes et des voyageurs de passage. Une route nationale traverse la commune et donne à la forêt aujourd′hui un visage désolant de dégradation. Les associations civiles de protection de la forêt existent bien mais leur peu de moyens et la non implication de la population font que leur impact est très faible.

Les nouveaux modes de gouvernance : conséquences sur les représentations du territoire

24Le tableau 2 résume nos constats concernant les nouveaux modes de gouvernance et les modes d′intervention des différents acteurs. L′enquête que nous avons réalisée nous a permis de constater que des changements existent effectivement, mais ces changements permettent-ils de réaliser les objectifs annoncés sur le plan institutionnel et organisationnel ? La situation de départ est mentionnée pour signaler l′évolution à chaque fois.

25La commune a certes connu des changements institutionnels et méthodologiques qui ont introduit de nouvelles valeurs et de nouveaux modes de gouvernance. Seulement, la pratique de ces changements est laissée à l′appréciation des différents acteurs. Ceux-ci ne semblent pas être suffisamment préparés et suffisamment affranchis des attitudes et comportements hérités de plusieurs décennies de modes de gestion centralisés. En somme, comme l′affirme Ostrom, « les principes, valeurs et modes de gouvernance introduits dans un territoire, doivent être associés à des organisations et institutions solides » (Ostrom, 1990). Par ailleurs si l′honneur était la raison pour laquelle les populations se conformaient aux décisions de leurs représentants dans le comité de village, aujourd′hui, il semblerait que c′est la théorie de Olson (1962), cité par Ostrom (1990), qui semble s′appliquer. Olson affirme que « Celui qui ne peut être exclu de bénéficier des avantages des biens collectifs est peu incité à contribuer volontairement à la gestion de ces biens ». Donc, l′assise organisationnelle et institutionnel faible semble être la principale explication de l′insuffisance des résultats obtenus par les tentatives, de part et d′autre, d′instaurer de nouveaux rapports entre les acteurs pour une construction collective du territoire.

Tableau 2 : L′évaluation des valeurs et des nouveaux modes de gouvernance à Yakourene

Les valeurs/modes de gouvernances

État avant le plan d′ajustement structurel et la libéralisation de l′économie.

Situation actuelle

Participation

Les comités de village représentent des relais de la population vis-à-vis des collectivités locales. Ils ne sont pas associés à la décision d′aucune manière. Il est simplement répondu ou pas à leurs revendications. Il en est de même pour les organisations publiques qui n′associent pas les populations aux différents projets de développement sectoriels.

Dans le cadre des PPDRI les populations de quelques douars sont associées à l′élaboration des projets seulement, leur implication consiste en la consultation et information des représentants des populations dans les comités de village. Il n′y a pas eu de véritable processus participatif.

Proximité

En dehors du vulgarisateur agricole. Aucune autre organisation ne se rapproche de la population pour un travail d′information ou de communication, encore moins de concertation.

La situation n′a pas changé. Il y a un manque cruel de relais locaux d′information et de suivi. Toutefois, dans le cadre des PPDRI, les services agricoles et les services forestiers font un travail de rapprochement de la population pour l′information.

Décentralisation

Les décisions et les méthodes d′intervention sont tracées au niveau central et appliquées au niveau local.

Les prérogatives des collectivités locales ont été renforcées mais leurs compétences en matière d′appui à l′entrepreneuriat et à la protection de l′environnement restent limitées. Leur rôle est souvent consultatif. Les élus sont membres de plusieurs commissions sectorielles telles que les commissions d′appui économique aux jeunes.

Coordination

Les projets étant sectoriels, pas de travail en coordination entre acteurs.

Création de plusieurs commissions intersectorielles dans l′exécution des projets de développement mais celles-ci ne sont pas vraiment fonctionnelles

Réseaux

Les comités de villages travaillaient en coordination et étendaient leur influence et représentation jusqu′aux membres de la communauté établis dans les villes algériennes et à l′étranger.
C′était un véritable réseau communautaire

Les comités des 16 villages de Yakourene ne travaillent plus en coordination. Les sous comités gèrent les problèmes qui se posent à l′échelle de chaque douar.
L′organisation à l′échelle communale no fonctionne presque plus.

Valorisation des ressources locales

Les ressources naturelles existantes : liège, bois, sont collectées mais ne sont pas transformées sur place.
Les paysages permettent une activité touristique appréciable.

Les ressources naturelles ne sont toujours pas transformées sur place.
L′activité touristique a baissé. Il n′existe pas encore de projet de développement de cette activité.
Toutefois, les jeunes ont développé la vente de poterie traditionnelle ce qui a créé une attraction pour le territoire.

Préservation de l′environnement

La coupe illégale des arbres est favorisée par l′absence de contrôle de la part des services forestiers.

Coupe illégale des arbres
Cassage des pierres
Développement de décharges sauvages pour les déchets domestiques

La gouvernance locale

Gestion par le comité de village des ressources locales et des conflits entre villageois ; Les décisions sont prises par les autorités nationales et régionales et appliquées localement par les collectivités locales et les organisations publiques.

Les organisations publiques impliquent les collectivités locales dans la prise de décision.
Les comités de village sont juste tenus informés du déroulement des projets, ils ne sont pas vraiment impliqués dans la prise de décision.

Les représentations du territoire

26Si l′émergence de nouveaux acteurs est plutôt freinée et les nouveaux modes de gouvernance sont juste caricaturés, cela a certainement un lien avec les représentations et pratiques passées qui ont duré plusieurs décennies, voire plusieurs siècles pour les organisations civiles traditionnelles. Le changement institutionnel annoncé peut-il avoir lieu si les représentations restent immuables ou bien sont divergentes ? Un même territoire, des acteurs différents et une population représentée par ses jeunes les plus entreprenants ont été le théâtre de nos observations. Nous avons focalisé sur les acteurs intervenant dans l′insertion économique des jeunes ainsi que sur l′exploitation des ressources et son impact sur l′environnement. La représentation du territoire par rapport à ces aspects devait nous permettre de nous rendre compte du degré de convergence ou de divergence des représentations.

La représentation du territoire par les jeunes de la commune de Yakourene (Fig. 1)

La représentation du territoire par les jeunes de la commune de Yakourene (Fig. 1)
  • 12 Il s’agit des troubles politiques et militaires que l’Algérie a connus durant plus de 10 ans, à pa (...)

27Pour les jeunes, Yakourene connaît une stagnation, voire une régression qui ne s′explique pas seulement par la décennie noire traversée par le pays12. Selon eux, l′absence d′une volonté de créer une dynamique de développement de la commune est due à l′incompétence des élus locaux et de l′administration locale qui ne se soucie pas d′associer la population à une véritable démarche de mise en œuvre de projets de développement. Pourtant, ils considèrent que le territoire possède suffisamment de ressources pour cela : les ressources naturelles, les prairies, la forêt de chêne-liège pour le bois et le liège ainsi que les paysages. Ces ressources devraient permettre le développement de l′activité agricole, notamment l′élevage bovin, l′apiculture et le tourisme qui sont des créneaux porteurs du territoire selon eux. Concernant leur insertion économique, les jeunes ne croient pas à une volonté de trouver une solution au chômage et à la précarité dans lesquels se trouvent la majorité d′entre eux, alors qu′ils sont pour la plupart diplômés des centres professionnels, voire de l′enseignement supérieur. La majorité d′entre eux ont dû créer leurs activités par eux-mêmes, souvent dans l′informel, et exercent des activités dangereuses comme, par exemple, le cassage de pierre, sans aucune forme de protection, ce qui les expose à toutes formes de maladies, ou bien la coupe illégale des arbres. Ils regrettent le recours à ces activités qui nuisent à l′environnement mais se voient dans l′obligation de le faire car c′est le seul moyen de survie.

28Les jeunes que nous avons rencontrés ont exprimé leur volonté de se regrouper en associations pour participer à la résolution de problèmes pour lesquels ils se sentent concernés, comme la lutte contre le chômage et la préservation de l′environnement. Leurs tentatives ont à chaque fois été repoussées par les élus locaux qui les découragent en évoquant des prétextes tels que l′exigence de siège social pour permettre aux associations d′avoir une existence légale.

La représentation du territoire par les élus locaux Fig. 2

La représentation du territoire par les élus locaux Fig. 2

29Pour les élus locaux, la commune ne recèle pas de ressources à exploiter pour son développement. La forêt ne peut pas constituer une source de recettes pour la commune ; ni le liège ni le bois ne lui permettent d′améliorer ses recettes ni d′être source d′emploi. Pour ce qui est de l′activité économique, il n′a pas été possible de se procurer la répartition des activités selon leur importance économique, la commune ne dispose pas de ce genre de statistiques. Selon l′adjoint au président de l′APC (Assemblée populaire communale), il n′existe pas d′activité économique dans la commune qui justifierait d′établir ce genre de données. La seule perspective de développement serait de dynamiser l′activité touristique. Toutefois, des projets existent et pourraient régler certains problèmes dont souffre la population, notamment les jeunes. Il s′agit de la création d′un centre de formation et d′un parc de loisirs en pleine forêt, mais surtout de l′attribution en collaboration avec l′ANSEJ et l′ANGEM, de locaux pour les jeunes afin qu′ils puissent créer des entreprises, en application d′un projet présidentiel qui concerne toutes les communes du pays. Ces projets n′ont pas fait l′objet de la consultation de la population et sont soit en cours de réalisation (la construction des locaux à attribuer), soit encore à l′étude (le parc et le centre de formation). Enfin, pour les élus locaux, les jeunes ne sont pas motivés et ne prennent pas de risques. Il n′existe pas de volonté de se regrouper de quelque façon que ce soit dans la population ; ce qui explique, pour eux, l′absence d′associations en dehors des comités de village.

La représentation du territoire par les organisations publiques Fig. 3

La représentation du territoire par les organisations publiques Fig. 3

30Pour les représentants des services agricoles, Yakourene est un territoire à vocation agricole et touristique. Les opportunités de développement de l′élevage sont réelles et les services agricoles apportent l′appui nécessaire aux jeunes qui veulent s′investir dans ce domaine. Cependant, les jeunes du territoire n′accomplissent pas les démarches nécessaires pour bénéficier de ces opportunités. Le manque d′ambition et de motivation expliquerait cet état de fait. Tandis que, pour les services forestiers, la forêt, principale ressource du territoire, est en dégradation à cause des pratiques dangereuses de la population (coupes illégales et cassage de pierres). Les services forestiers, un acteur important pour le développement de la commune, se disent incapables de protéger la forêt en raison du manque de moyens. Les PPDRI, principal outil de développement, ne semblent pas donner entière satisfaction. Les organisations agricoles et forestières se rejettent la responsabilité quant aux résultats insuffisants obtenus.

31Les organisations publiques intervenant dans la commune sont également constituées par les organisations d′insertion économique, il s′agit de l′Agence nationale de soutien à l′emploi des jeunes (ANSEJ) et de l′Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM). Ces dernières ne sont pas représentées dans la commune et n′ont jamais accompli un travail de proximité. Si l′ANGEM a un siège à 11 km de Yakourene, l′ANSEJ, spécialisée dans l′appui aux jeunes, se trouve à 50 km. Les représentants de ces organisations se plaignent du manque de moyens et désignent également la population comme responsable des résultats insuffisants obtenus par ces organisations dans la commune. L′absence d′organisations civiles qui joueraient le rôle de relais et d′interlocuteurs est la raison principale évoquée pour le manque de travail d′information envers la population de la commune, notamment les jeunes. Les élus locaux seraient également responsables de cette situation. Les collectivités locales ont un rôle à jouer quant à l′information de la population et pour faciliter le travail de proximité à ces organisations. Par ailleurs, ils font partie des commissions d′octroi de crédit et donc du choix des bénéficiaires.

32En somme, l′ensemble des organisations publiques se plaigne du peu de moyens dont elles disposent. Ces organisations sont le dernier maillon de la chaîne chargée de l′exécution de programmes locaux de développement décidés dans le cadre de stratégies nationales. Il s′agit d′une pyramide inversée, commençant par de grandes stratégies et des moyens financiers, mais se terminant à l′échelle locale par un manque criant de moyens humains et matériels.

Représentation du territoire par les comités de village de Yakourene Fig. 4

Représentation du territoire par les comités de village de Yakourene Fig. 4

33Les comités de village sont les principales organisations civiles de la commune de Yakourene du point de vue structurel et de la représentativité. Les représentants des comités de village que nous avons rencontrés estiment que leur rôle consiste à gérer les conflits entre villageois et à représenter les populations auprès des différentes organisations publiques et des collectivités locales. Nous n′avons pas noté du tout une volonté de jouer un rôle de porteurs de projets faisant preuve d′initiatives de développement. Ce sont au mieux des instances consultatives et au pire des instances revendicatives pour l′amélioration de l′accès des populations aux infrastructures (hydrauliques, électricité, gaz, etc.).

34L′insertion économique et le chômage important des jeunes de la commune les préoccupent mais ils se considèrent incompétents pour intervenir dans ce domaine. La protection de l′environnement également semble les dépasser. C′est tout juste s′ils interviennent pour organiser la population en cas d′incendie de forêt. Les autres facteurs de dégradation tels que le cassage de pierre et les coupes illégales ne sont pas de leur ressort.

Conclusion

35En résumé, les territoires ruraux en Algérie connaissent des mutations et des recompositions en vue de s′adapter aux changements imposés par l′adhésion au marché et à l′engagement de réformes démocratiques. Ces bouleversements sont toutefois freinés par la domination d′acteurs, notamment les organisations publiques et les collectivités locales, mais parfois aussi des organisations civiles, dont l′objectif est de garder le monopole sur la prise de décision sans tenir compte des stratégies de survie adoptées par les populations.

36Yakourene est un territoire rural qui a fait l′objet de changements institutionnels et organisationnels. Ces derniers ont été constatés au niveau des organisations publiques (introduction d′organisations d′insertion économique, mise en œuvre de PPDRI par les services agricoles et forestiers, création de commissions intersectorielles, implication des comités de village dans les actions de développement), au niveau des organisations civiles (apparition de nouvelles associations), au niveau des organisations privées (dynamisation de l′élevage bovin par des entreprises privées). Seulement ces changements ne sont pas suffisants pour instaurer concrètement de nouveaux modes de gouvernance basés sur la concertation entre acteurs de développement et la participation de ces derniers à la construction collective du territoire. À travers les représentations du territoire des différents acteurs nous comprenons que le changement n′est pas encore suffisant pour créer une véritable dynamique de développement. L′exemple de Yakourene illustre les représentations de ces acteurs du même territoire. Les nouveaux modes de gouvernance basés sur la participation des populations et la construction collective du territoire ne semblent pas avoir remplacé les anciennes approches qui permettaient aux organisations publiques représentatives de l′État de prendre les décisions et de les appliquer au mieux après en avoir juste informé les élus. Les populations qui sont aujourd′hui impliquées dans les projets de développement, notamment par les collectivités locales et par les organisations publiques (les services agricoles et forestiers), sont juste consultées ou informées à travers leur représentants des décisions prises. La fragilité des organisations en place et, de ce fait, leur manque de crédibilité auprès des populations est l′explication la plus probable. En effet, cela conduit à l′absence d′organisations leaders capables d′instaurer des mécanismes de coordination entre acteurs pour transformer leurs initiatives en projets collectifs de développement. Nous ne pouvons donc pas parler de construction collective du territoire.

Bibliographie

Bibliographie

Ansay, P., « Amartya Sen : l′Économie est une science morale », Politique, revue de débats. 2010.

Banque Mondiale, « Fiche-région sur la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », Septembre 2008, www.worldbank.org.

Boumaza, N., « Les territoires maghrébins en recomposition : les tiraillements des acteurs, une étape intermédiaire ». Les territoires à l′épreuve des normes : référents et innovations. LERMA et Revue Montagnes Méditerranéennes, 2009, p. 195-212.

Campagne, P., « Mondialisation et développement des zones intermédiaires du Maghreb. Quelques questions économiques et sociologiques », dans Hommage à Paul Pascon : devenir de la société rurale, développement économique et mobilisation sociale. N. Akesbi Rabat Maroc. IAV Hassan II. 2007, p. 121-135.

Campagne, P., Pecqueur, B., « Zones difficiles, territoires de développement ? » DELZOD, Djerba, Avril 22-24, 2009, Institut des Régions Arides-Médenine-Tunisie.

Cherrad. S. E., Côte. M., Dynamiques rurales dans le Maghreb profond, Revue de l′UPRESA 5045 du CNRS « Mutations des territoires en Europe » Université Paul Valéry, Montpellier III, Territoires en mutation, 1999.

Depraz. S., Recompositions territoriales, développement rural et protection de la nature dans les campagnes d′Europe centrale post-socialiste. Thèse, Université Paul Valéry, Montpellier III. 2008, 2 vol. p. 525-252.

Di Méo, G., « Une géographie sociale entre représentations et action », Montagnes méditerranéennes et développement territorial, 23, Numéro Spécial Représentation, Action, Territoire, 2008, p 13-21.

Gumuchian, H., Représentations et aménagement du territoire, Paris, Anthropos, Economica, 1991, 143 p.

Jütting, J. P., De Laiglesia J. R., L′emploi informel dans les pays en développement. Une normalité indispensable ? OCDE, Études du centre de développement, 2009, 170 p.

Lajarge R., « Pas de territorialisation sans action (et vice-versa ?) », dans Vanier M, (dir.),, Territoire, territorialité, territorialisation… et après ?, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p 193-204.

Lascoumes, P., Le Galès P., (dir), Gouverner par les instruments, Sciences Po Les presses, Paris, 2004, 371 p.

Melé, P., Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives, collection « Espaces et territoires », Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 45-55.

Lasarev, G., Promouvoir le développement des territoires ruraux, Paris, Presses Science Po., CIHEAM, Plan Bleu. 2009.

Ministère de l′agriculture et du développement rural, « Présentation de la stratégie de développement rural durable ». Dossier d′appui n° 1 : « La typologie des communes rurales », mars 2004.

Naît, Djoudi, O., « Kabylie : un espace agraire en recomposition ». Revue Territoires en mutation, janvier 1999 n° 4. Université Paul Valéry. Montpellier III, 1999.

Office National des Statistiques, Résultats du recensement de la population et de l′habitat, ONS 2008.

Ostrom E., Governing the commons : the evolution of institutions for collective action. Cambridge (Ma), Cambridge U. Pr., 1990.

Pecqueur, B., Zimmermann, J. B., L′économie de proximité, Paris, Hermès-Lavoisier. 2004, 264 p.

Piermay, J. L., Piveteau, A., « Du Sénégal au Maroc. Pertinence et impertinence des territoires productifs » in Les territoires productifs en question (s). Transformations occidentales et situations maghrébines, IRMC Maisonneuve et Larose. 2006, p 89-101.

Raffestin, C., « Ecogenèse territoriale et territorialité » in Espaces, jeux et enjeux (F. Auriac et R. Brunet, dir), Ed, Fayard, Paris, 1986.

Notes

1 Entre 2000 et 2007 le secteur informel dépasse 41,1 % en Algérie (JP. Jütting, JR. De Laiglesia, 2009).

2 Les zones du rural profond connaissent une diversification de l’activité par rapport à l’agriculture plus que dans les zones rurales intermédiaires, c’est le cas dans les zones de montagne en Algérie (Oulhadj Naît Djoudi, 1999).

3 P. Campagne (2007) note « l’émergence dans tout le Maghreb de nouvelles organisations civiles mais on remarque aussi une territorialisation des activités des nouvelles organisations ». Ceci est surtout valable pour les associations de développement local.

4 Second pilier de la politique agricole commune (PAC) de l’Union Européenne dont la dernière réforme a adopté la méthode « LEADER » (Axe 4 des programmes) qui se base sur la présentation d’un projet collectif de développement territorial.

5 Stratégie Nationale de développement rural à partir de 2002. Ministère de l’agriculture et du développement rural.

6 Taux de pauvreté dans le milieu rural : Algérie 14,2 %, Source www.worldbank.org, Ficherégion sur la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, Septembre 2008

7 L’Algérie a connu un plan d’ajustement structurel pendant la période 1994-1998. Suite à cela, le pays s’est engagé dans un processus de décentralisation des institutions et des décisions.

8 Le PAS a eu des conséquences négatives sur les conditions sociales des populations rurales (augmentation du taux de chômage et de la pauvreté) en raison du désengagement de l’État.

9 Les données concernant le chômage dans la commune sont inexistantes. Nos observations font état d’un taux approximatif de 60 %. Mais la majorité de ces personnes sans emploi exercent des activités informelles (maçonnerie, vente de poterie traditionnelle, cassage de pierres, etc.).

10 Informations recueillies lors des entretiens que nous avons réalisés avec les représentants des différentes organisations.

11 Équivalent du maire et de son adjoint. Nous avons constaté que plusieurs associations existent et sont actives, mais sont toutefois freinées par le manque d’appui de la part des collectivités locales.

12 Il s’agit des troubles politiques et militaires que l’Algérie a connus durant plus de 10 ans, à partir de 1993.

Table des illustrations

Titre La représentation du territoire par les jeunes de la commune de Yakourene (Fig. 1)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre La représentation du territoire par les élus locaux Fig. 2
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre La représentation du territoire par les organisations publiques Fig. 3
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Représentation du territoire par les comités de village de Yakourene Fig. 4
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search