Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Monuments de Trajan et Hadrien : Fortunes et aléas

Martin Galinier

Résumé

Deux grands monuments ont préservé la mémoire des deux empereurs à travers les siècles, inspirant à l’architecture européenne deux types d’édifices : la très verticale colonne historiée pour Trajan, le Panthéon et son dôme pour Hadrien. Ces deux édifices ont une postérité différente, de Dante et Alberti à Brunelleschi copiant le Panthéon, au jugement historique et moral de l’Encyclopédie sur ces deux empereurs et leurs constructions.

Two important monuments have preserved the memory of the two emperors through centuries, inspiring two kinds of buildings in European architecture: the very vertical historiated column of Trajan, and the dome of the Pantheon for Hadrian. These monuments have had a contrasted posterity, from Dante and Alberti to Brunelleschi copying the Pantheon, to the moral and historical judgement of the Encyclopédie about these two emperors and their buildings.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Fortune de Trajan, et c’est en partie l’objet de ce colloque, a été plus grande que celle d’Hadrien. Au Moyen-Âge, dès le viiie siècle, apparaît le thème de la « Justice de Trajan », rendu célèbre par Jacques de Voragine dans la Légende dorée (xiiie siècle) et largement représenté du fait qu’il valut à l’Optimus Princeps, grâce aux larmes et aux prières de Grégoire le Grand, une résurrection temporaire : juste le temps de se convertir au christianisme et d’entrer au Paradis. Or, l’épisode de la Justice de Trajan est emprunté à Cassius Dion, lequel le prêtait à… Hadrien :

[Hadrien] supportait, en effet, ces libertés, et ne s’irritait pas que n’importe qui lui rendit service contre son sentiment. Ainsi, une femme lui ayant adressé une demande dans une rue où il passait, il lui répondit d’abord : « Je n’ai pas le temps » ; ensuite, celle-ci lui ayant réparti d’un ton élevé : « Ne sois donc pas empereur », il se retourna et lui donna audience1.

La version trajanienne la plus connue du ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540