Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

De l’Enfer au Paradis : itinéraire médiéval de la postérité de l’empereur Trajan (ixe-xiie siècle)

André Descorps-Declère

Résumé

Trajan, l’optimus princeps des temps païens, possède une aura ambivalente pour les commentateurs médiévaux. C’est un empereur célébré par nombre d’autorités de l’Antiquité et du début du Moyen Âge, mais aussi un persécuteur des chrétiens. Le tournant des viiie-ixe siècles constitue un moment-clé de la diffusion de sa postérité, qui se propage principalement par deux canaux totalement distincts. Le premier est celui des historiens médiévaux. La figure de Trajan n’y est pas la même selon le public visé. Pour les princes, le gouvernement et les mérites de l’empereur romain sont présentés avec des visées pédagogiques : sa postérité est alors ménagée. Pour les autres, Trajan est souvent réduit à sa persécution. Un second canal apparaît en Angleterre avec l’anonyme de Whitby (viiie siècle) dans l’hagiographie de Grégoire le Grand. Le récit du miracle de Grégoire et de ses larmes envers l’âme d’un Trajan miséricordieux connaîtra de nombreux développements. Dans ces textes, Trajan est avant tout un faire-valoir du saint et de la papauté. Le princeps romain y tient un rôle secondaire. Il faut attendre le xiie siècle avec Abélard et Jean de Salisbury pour connaître un véritable retournement : ce sont alors les vertus humaines décrites par les récits historiques qui justifient l’action de Grégoire. Trajan est désormais sauvé pour ses mérites personnels et non par la seule puissance du saint pape. Les deux canaux de diffusion de la postérité sont ainsi réunis et s’expliquent l’un l’autre.

Trajan, the optimus princeps of pagan times, had an ambivalent aura for medieval commentators. On the one hand, he was celebrated as an imperial model from Antiquity to the early Middle Ages by many authorities. On the other, he was identified as a persecutor of Christians. The eighth and ninth century were a key moment in the spread of his posterity, which was transmitted through two different channels. The first was historical writing, where the figure of Trajan differed according to the target audience. For medieval princes, the Roman emperor’s virtues were presented with pedagogical purposes, thus forgetting or minimizing his persecution. For other audiences, his reign was usually limited to a short description of his persecution. At the beginning of the eighth century, a second channel appeared in England in the hagiography of Gregory the Great, with the story of the singular miracle of the pope, who was moved at the thought of Trajan’s good deed, and cried and prayed for his soul. But in hagiography, Trajan had a secondary role: the true hero was Gregory, and the Roman princeps was here to prop the power of the saint and the papacy. With Abelard and John of Salisbury in the twelfth century, Trajan’s posterity changed again completely. From then on, the historical writings justifying Gregory’s miracle insisted on Trajan’s human virtues, and he was saved for his personal merits. Both channels of diffusion of Trajan’s posterity were now united and explained each other.

Texte intégral

Nos vifs remerciements vont à Dominique Alibert et à notre directeur Yves Sassier pour leur aide, leurs conseils et leurs relectures attentives.

  • 1 Iord., Rom., 267, p. 34 : Traianus pene omnium imperatorum potior regnauit an. xvii m. vi.
  • 2 Image largement diffusée par Eutrope. Ce dernier rapporte la célèbre anecdote qui voulait que l’on (...)
  • 3 L’époque carolingienne semble propice à l’utilisation en binôme de ces modèles. Modèles qui se réfè (...)
  • 4 Le genre de l’historia et notamment celle d’Orose est central lorsqu’il s’agit d’étudier l’histoire (...)
  • 5 Isidore de Séville, Chronica maiora, 247, p. 455. Pourtant Isidore qualifie, quelques lignes en amo (...)

1« Trajan, le meilleur de presque tous les empereurs, a régné pendant 18 ans et 6 mois1 ». Cette affirmation émanant de Jordanès, un historien chrétien du vie siècle, est l’illustration de la persistance au début du Moyen Âge de l’image de Trajan en tant qu’optimus princeps2. En effet, les empereurs romains demeurent des modèles et des contre-modèles centraux auxquels les auteurs médiévaux ne cessent de se référer3. Mais ceux-ci sélectionnent soigneusement ce qu’ils veulent en montrer et n’hésitent pas à opérer des coupes dans leurs sources si ces dernières ne leur conviennent pas. Ce phénomène est facilement repérable au haut Moyen Âge dans les histoires universelles et les chroniques4. Ce n’est, par exemple, pas de la plume d’Isidore de Séville que ses contemporains apprendront que l’empereur Trajan fut persécuteur des chrétiens5. Or l’évêque espagnol utilise des sources qui en font état. La sélection opérée par cet auteur dans ses sources détermine la reconstruction du passé qu’il propose à ses contemporains. Trajan est un empereur parfait et il n’est pas persécuteur : il est un modèle.

  • 6 La lettre de Loup est accompagnée par l’envoi de l’œuvre du Pseudo-Aurélius Victor. Ce dernier lie (...)
  • 7 L’ensemble des abréviateurs chrétiens le précise. Voir la contribution d’É. Wolff dans le présent v (...)
  • 8 Néron, dès l’Antiquité, jouit d’une postérité terrible qui sera reprise au Moyen Âge. Il a même été (...)

2L’empereur Trajan est probablement un des exemples les plus riches et surtout un des plus emblématiques de ces pratiques. Il est un cas exceptionnel et unique qui fut au cœur d’intenses débats pendant tout le Moyen Âge. Sa postérité positive est telle qu’à l’époque carolingienne, dans une lettre à Charles le Chauve, l’abbé Loup de Ferrières le propose avec Théodose en modèle à méditer6. Pourtant avant de faire cette recommandation, Loup a dû se confronter aux apparentes contradictions des sources. En effet, de nombreux textes à sa disposition, et non des moindres, évoquent que l’empereur fut un païen persécuteur des chrétiens7. Ainsi, Trajan pourrait également être rangé dans la même catégorie que Néron et Dioclétien, empereurs persécuteurs par excellence8.

  • 9 Sur le miracle, nous renvoyons à la mise au point récente dans Gautier 2017, p. 232-268, et à celle (...)
  • 10 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8, p. 259 : Traianus, gentilium optimus Augustorum.
  • 11 Dès la version de Jean Diacre dans la 2e moitié du ixe s., le baptême de l’âme de Trajan par les la (...)

3Il existe ainsi au début du Moyen Âge une double postérité dans les écrits historiques, à la fois positive et négative envers l’empereur païen. Celle-ci ne se diffuse pas seulement par ce type de sources : il faut ajouter à ce premier corpus le dossier hagiographique de Grégoire le Grand. En effet, Trajan est le seul empereur païen qui, au Moyen Âge, ait été baptisé post mortem par les larmes d’un saint, et qui aura donc eu, en l’état, accès au Paradis9 ! Accéder au Paradis, même pour Trajan, « le meilleur des empereurs païens » selon Jean de Salisbury10, cela relève du miracle. Et c’est bien un miracle de Grégoire le Grand dont il est question. Suivant les sources, Trajan est donc le seul empereur dont l’âme aura fréquenté l’Enfer, le Paradis et un entre-deux (un Enfer sans ses souffrances) au Moyen Âge11. Cet itinéraire de la postérité de Trajan révèle un certain nombre d’enjeux au cœur de l’écriture de l’histoire au Moyen Âge. Comment réconcilier certaines traditions chrétiennes négatives avec les traditions païennes très positives autour de Trajan ? Comment et pourquoi sauver les valeurs et vertus du monde antique païen, dont l’empereur devient alors un symbole, dans un monde devenu chrétien ? Que révèle alors le traitement de Trajan sur les conceptions politiques et théologiques médiévales ?

4Nous nous proposons de nous attarder sur cette postérité qui provient selon nous de deux canaux principaux : les écrits historiques médiévaux et l’hagiographie de Grégoire le Grand. L’étude débutera au ixe siècle, avec le renouveau du genre de l’historia et le retour d’un traitement particulièrement positif de l’empereur païen chez certains auteurs comme Fréculf de Lisieux. L’hagiographie de Grégoire le Grand est un dossier central puisqu’il constitue l’autre canal principal de diffusion de la postérité médiévale de Trajan. Nous chercherons à démontrer par la suite que ces deux canaux (historique et hagiographique) sont indépendants l’un de l’autre et ne se rencontrent pas avant le xiie siècle. Il faut attendre Jean de Salisbury et son Policraticus pour voir s’opérer un dialogue, un échange entre la postérité provenant des sources historiques et celle de l’hagiographie.

Les écrits historiques du premier Moyen Âge : Trajan, un païen persécuteur comme les autres ? (ixe-xie siècle)

  • 12 Sur Fréculf et sa méthode, voir Allen 2002 (ch. IV pour la liste des sources utilisées).
  • 13 Fréculf, Epistolae, 14, p. 319-320. Allen 2002, p. 11-19, suggère que les Histoires de Fréculf ne f (...)
  • 14 Comme l’exégèse de Raban Maur, l’exhortation morale chez Hincmar… Voir Sassier 2005, p. 433.
  • 15 Fréculf, Historiae, 2.2.9.1-3 ; équivaut à Ps.-Aur. Vict, Caes., 13.3.

5Le ixe siècle est une période de renouveau de l’utilisation de l’empereur Trajan comme modèle politique. L’histoire universelle rédigée par Fréculf de Lisieux en est un excellent exemple12. La seconde partie de cette œuvre s’applique à relater les événements du principat d’Auguste jusqu’aux origines du royaume franc. Fréculf la dédie à l’impératrice Judith afin qu’elle soit utilisée pour l’éducation du jeune Charles le Chauve13. Pour les princes, l’histoire a donc des vertus pédagogiques et il semble que l’histoire à méditer soit surtout celle de l’Empire romain. Idée confirmée par la lettre de Loup de Ferrières qui, quelques années plus tard, fut adressée au même Charles le Chauve. Pour une partie des auteurs carolingiens, les modèles antiques et païens sont donc toujours utilisables pour édifier leurs dirigeants, et Trajan y tient alors une belle place. L’Histoire de Fréculf repose d’abord sur les abréviateurs de l’Antiquité tardive, notamment sur Orose. Le portrait de Trajan brossé par l’auteur est révélateur de la méthode de travail en patchwork14, caractéristique de l’écriture savante du haut Moyen Âge. Ainsi, si le Trajan donné à lire prend racine dans une multiplicité de sources antiques, il est en réalité inédit. Il existe chez Fréculf un savant mélange entre les informations provenant d’Orose, du Pseudo-Aurelius Victor et de la chronique de Jérôme. Ce travail de recomposition révèle ainsi une volonté de sauvegarder les vertus d’un empereur considéré comme un bon dirigeant. Trajan est d’abord loué pour ses nombreuses qualités personnelles. Nous y retrouvons l’ensemble de celles que lui avait accordées le Pseudo-Aurelius Victor, et il semble bien que ce soit celles-ci que Fréculf attend des bons empereurs : attentif aux affaires militaires, « doux » dans les affaires civiles, généreux dans l’allégement des charges fiscales15. Reprenant mot pour mot l’abréviateur antique, Fréculf affirme :

  • 16 Ibid., 2.2.9.3-8 ; équivaut à Ps.-Aur. Vict, Caes., 13.3-5.

Il est deux qualités que l’on attend des empereurs d’exception : l’intégrité dans la paix, la bravoure sous les armes et, dans les deux cas, la sagesse ; il y avait en Trajan une si juste mesure des plus grandes vertus qu’il semblait en avoir réalisé une association harmonieuse, à ceci près qu’il était quelque peu porté sur la table et le vin16.

  • 17 Ibid., 2.2.9.15-24 ; à comparer avec Oros., 7.12.6-8.
  • 18 Ibid., 2.2.9.25-50.

6La première partie du portrait est alors presque sans ombre. Pour ménager son sujet, Fréculf n’hésite d’ailleurs pas à restructurer et déplacer les thèmes abordés par Orose. Ainsi, la liste des qualités de l’empereur suit celle de ses conquêtes, qui semblent donc être l’aboutissement naturel des vertus. Quitte à maltraiter la chronologie du règne, Fréculf, suivant la structure de la vie de Trajan proposée par Orose, procède à un certain nombre de déplacements des thèmes abordés. Il déplace par exemple le récit des persécutions contre les chrétiens à la fin de la vie de Trajan. Cela a le double avantage de traiter ce qui concerne la révolte des Juifs, peuple de la première alliance, avant les persécutions contre les chrétiens, peuple de la nouvelle alliance, et de terminer sur une note positive, Trajan appelant à la fin des persécutions systématiques contre les chrétiens17. Fréculf prend ainsi le temps d’installer l’image d’un prince presque parfait avant d’évoquer ce qui apparaît comme la seule faute réelle de sa vie : la persécution contre les chrétiens18.

  • 19 Ibid., 2.2.9.25-26, p. 512 : Igitur Traiani errore deceptus omnia bona sua in persecutione Christia (...)
  • 20 Ibid., 2.2.9.38-39, p. 513 : Ilico imperator rescriptis lenioribus temperauit edictum.
  • 21 Oros., 7.12.3.
  • 22 Fréculf, Historiae, 2.2.9.30-37, p. 513.
  • 23 Encore une fois, il suit Orose. Fréculf, Historiae, 2.2.9.43-46, p. 513 : Verumtamen continuo Romae (...)
  • 24 Il ne reste plus à l’auteur qu’à décrire la mort de l’empereur, le plus important ayant été évoqué  (...)

7Usant du procédé qu’Orose avait utilisé avant lui, Fréculf atténue cette faute en expliquant que Trajan fut poussé dans l’erreur persécutrice par l’ignorance de ce qu’était réellement le christianisme19, à un point tel qu’une fois informé par Pline le Jeune, « immédiatement, l’empereur tempéra son édit par des rescrits plus modérés20 ». Sur ce passage précis, le travail de sélection et de recomposition de Fréculf amène à un renforcement du rôle de Pline le Jeune. Orose, source principale de Fréculf sur l’Empire romain, ne s’attarde ni sur le contenu de la lettre de Pline ni sur la réponse de l’empereur21. Afin de pallier cette absence, Fréculf a recours à la version latine de la chronique d’Eusèbe22. À notre sens, le récit ainsi transformé et augmenté souligne d’autant plus la moderatio et la pertinence de la réaction de Trajan : informé très justement par Pline, l’empereur indique qu’il n’y a pas de raison de poursuivre les persécutions systématiques. Trajan n’est donc pas considéré comme un persécuteur volontaire ; d’ailleurs à ce sujet la sentence divine est claire : elle détruit la domus aurea du vrai persécuteur Néron, car il est, après tout, le vrai fautif, ayant eu l’initiative de la première des persécutions23. Fréculf propose ainsi, dans les pas d’Orose, un empereur romain quasi-parfait, si parfait qu’il ne pouvait volontairement et en connaissance de cause en vouloir aux chrétiens. Par ce procédé, l’évêque de Lisieux peut toujours souligner les vertus de Trajan, qui, soutenues par l’image de Pline le Jeune, les rendent encore plus crédibles et acceptables aux yeux des chrétiens. Et par le jeu des déplacements, il termine par l’action qu’il considère comme la plus importante dans le règne de l’empereur : le rescrit de moderatio envers les chrétiens24.

  • 25 Fréculf reprend mot pour mot le début de la comparaison. Fréculf, Historiae, 2.4.22.28-33, p. 653 ; (...)
  • 26 Théodose est l’égal de Trajan dans ces vertus humaines, mais lui est supérieur par sa foi : Oros., (...)
  • 27 Oros., 7.34.3-4, p. 93 : Siquidem ille [Trajan] persecutor, hic [Théodose] propagator Ecclesiae. It (...)
  • 28 Fréculf, Historiae, 2.4.22.28-33. Il s’agit en réalité de la fin du récit du règne de Gratien ; le (...)
  • 29 Orose ne dit mot de ce conflit et n’évoque pas la pénitence de Théodose.
  • 30 Attribution commode et régulière au Moyen Âge, où l’on préfère lier le célèbre code à Théodose le G (...)
  • 31 Cela conclut même le livre 4. Ibid., 2.4.30.23-26 : Igitur praecedenti libro ubi sub pio Constantin (...)
  • 32 La pénitence de Louis le Pieux aura un effet déterminant sur les conceptions politiques carolingien (...)

8Bien plus loin dans son ouvrage, l’image positive de Trajan est renforcée lors d’une comparaison avec Théodose le Grand. Reprenant encore ici Orose, Fréculf fait un parallèle entre l’adoption de Trajan par Nerva et celle de Théodose par Gratien25. La comparaison joue à la fois sur l’adoption et sur l’ascendance espagnole commune aux deux empereurs. Cependant, si l’abréviateur antique signale dans la comparaison la supériorité de l’empereur chrétien sur le païen, ce n’est pas le cas de Fréculf26. Chez Orose, la comparaison se termine par l’affirmation d’une sanction divine envers l’empereur païen : à Trajan le persécuteur point de descendance, à Théodose le propagateur de l’Église deux fils qui lui succèdent27. Fréculf, s’il reprend le parallèle, ignore sa conclusion. Trajan et Théodose sont ainsi sur un pied d’égalité, ils sont tous deux des restaurateurs de la respublica. Pour comprendre le sens de ce silence, il faut se référer à la position initiale de cette comparaison dans la vie de Théodose28. Chez Fréculf, le récit du règne de l’empereur chrétien suit une progression générale. Les actions de l’empereur tendent vers un événement cher aux yeux des ecclésiastiques des temps carolingiens : la pénitence face à saint Ambroise29, qui constitue l’apogée du règne chez Fréculf. Théodose, prince pénitent, devient un juste législateur : ainsi l’élaboration du Code Théodosien est attribuée à l’empereur chrétien lors de ses dernières années de règne30. La vie peut ainsi se terminer dans la gloire : la fermeture des temples païens et sa succession31. Ce long développement sur la pénitence n’est pas anodin aux temps carolingiens, il envoie un message très clair au jeune Charles le Chauve qui doit l’étudier : le juste législateur ne peut être que pénitent, à l’image de Théodose face à Ambroise ou encore de son père Louis à Attigny32. Ainsi, la comparaison du début de la vie entre Théodose et Trajan a été ignorée, car elle rendait plus difficile la mise en scène de cette progression du règne de Théodose. De plus, la condamnation de Trajan a probablement été jugée trop ferme par un auteur qui cherche par bien des moyens à ménager l’empereur païen.

  • 33 Pour les vies de Trajan : Iord., Rom., 267-268 ; Isidore de Séville, Chronica, 264-267 ; Paul Diacr (...)
  • 34 La même que celle reprise par Fréculf.
  • 35 Paul Diacre, Historiae, 9.13, p. 188. Le récit du règne de Trajan ne subit strictement aucune altér (...)
  • 36 Pourtant pour le reste de la vie, il suit la chronique de Jérôme au plus près. Hermann de Reichenau (...)
  • 37 Le concept de respublica trouve un nouvel écho à la fin de la période carolingienne : voir Sassier (...)

9Ce traitement positif du règne de Trajan n’est pas une exception au Moyen Âge. Bien avant Fréculf, Jordanès, Isidore de Séville ou même Paul Diacre ont donné à lire à leurs contemporains des récits comparables33. Mais ces trois auteurs, plutôt que d’expliquer la persécution, préfèrent simplement ne pas l’évoquer. Cette attitude très favorable est confirmée, par exemple, lorsque Paul Diacre dans son Historia romana reprend la comparaison provenant d’Orose entre l’adoption de Trajan et celle de Théodose34. Il coupe lui aussi la fin de la citation, qui donne à Trajan comme punition divine l’absence de descendance35. Il existe donc bel et bien une littérature favorable à Trajan, surtout lorsqu’il s’agit de présenter des modèles à des princes laïcs. Cela nous est aussi confirmé par des écrits historiques plus tardifs comme la Chronique d’Hermann de Reichenau (xie siècle). Trajan y est présenté une fois encore sous un angle positif, comme un uir rei publicae utilis poussé dans l’erreur persécutrice par ignorance36. Ce qui prime ici, ce n’est plus l’attitude envers les chrétiens, mais l’action de ces princes pour la « chose publique37 ». Si l’on s’arrête sur les quelques exemples que nous venons de présenter, nous serions donc tentés d’affirmer que les historiens du haut Moyen Âge ont cherché à ménager la postérité de Trajan.

  • 38 Adon de Vienne, Chronicon, col. 81-82. Si Adon ne dit mot ni sur le but de son ouvrage ni sur le co (...)
  • 39 Haymon d’Halberstadt, Historiae, col. 837. Ouvrage probablement daté du milieu du ixe s. : l’auteur (...)
  • 40 Réginon de Prüm, Chronicon, p. 6-7. La Chronica, désignée ainsi par l’auteur (et non chronicon), a (...)
  • 41 Si Otton utilise Orose pour le règne de Trajan, il se sépare de son interprétation positive du règn (...)

10Seulement cette première analyse doit être complétée par d’autres écrits historiques destinés majoritairement à d’autres publics que celui des grands laïcs. Dans le De sex aetatibus mundi d’Adon de Vienne (ixe siècle), Trajan est réduit à sa simple persécution ; rien de positif n’y est évoqué38. C’est aussi le cas de l’Historiae sacrae epitome attribué à Haymon d’Halberstadt (ixe siècle)39. La Chronica de Reginon de Prüm (fin ixe-xe siècle) abandonne aussi les explications d’Orose, lui préférant le récit moins positif de Bède40. Et même au xiie siècle, malgré l’utilisation d’Orose, l’histoire universelle d’Otton de Freising fait encore de Trajan un persécuteur volontaire41. Il existe donc sous la plume de nombreux auteurs médiévaux une condamnation nette de l’empereur, alors réduit à sa persécution contre les chrétiens. Malgré les réserves apportées par certains historiens comme Fréculf, jusqu’ici les auteurs sont unanimes : Trajan est un persécuteur et un païen. Pour cela il est en enfer, cela ne souffre aucun doute.

Trajan au Paradis : ce que peuvent les larmes d’un pape (ixe-xe siècle)

  • 42 Ces premières versions sont celles de l’anonyme de Whitby, de Jean Diacre et de Paul Diacre interpo (...)
  • 43 Souvenir activé par une probable visite sur le forum de Trajan. Cela nous a été confirmé dernièreme (...)
  • 44 Gaston Paris l’avait, dès le xixe s., rapproché d’un épisode rapporté par Cassius Dion à propos de (...)

11Cette étude ne saurait être complète sans l’ajout des sources hagiographiques. Dès la première Vie de Grégoire le Grand écrite par l’anonyme de Whitby au début du viiie siècle, Trajan se voit associer au pape Grégoire, dont les larmes auraient sauvé l’âme de l’empereur. Notre objet n’est pas ici de faire l’analyse d’un dossier aux nombreuses ramifications. Nous l’abordons seulement pour l’inscrire dans l’ensemble de la postérité de Trajan durant le haut Moyen Âge. Une observation s’impose aux lecteurs des histoires et chroniques universelles de cette période : le sauvetage de Trajan par Grégoire le Grand en est absent jusqu’au xiie siècle. Mais Trajan est un personnage secondaire des premières versions du récit hagiographique42. En réalité, dans ses premières versions, ce sauvetage révèle bien plus sur Grégoire le Grand et la papauté que sur Trajan : ce récit est d’abord celui du pape Grégoire, ému par le souvenir d’une action de justice de l’empereur envers une veuve43. Ce Trajan justicier s’inscrit dans l’imagerie positive que nous venons de souligner dans la première partie de cette étude. Mais si ce récit s’y inscrit, il n’en découle pas. Aucun ne l’évoque, en tout cas pour Trajan44.

  • 45 Alban Gautier démontre tout l’intérêt de remettre en contexte l’invention ou la mise par écrit de c (...)
  • 46 Donation donnant théoriquement l’autorité temporelle à la papauté sur tout l’Occident romain. Const (...)
  • 47 Voir Le Goff 1981, p. 121-131, avec l’exemple du moine Justus : l’initiative de la prière après sa (...)
  • 48 Le Goff 1981, p. 128.

12Ce miracle souligne surtout l’importance de la place, comme le démontre Alban Gautier, des ancêtres païens dans les lignées royales désormais converties45. Ainsi, a priori, si gouvernement juste il y eut, il existerait un cas d’un dirigeant païen qui aurait vu s’améliorer son sort post mortem grâce à l’intervention d’un saint pape. Comme l’atteste la création au viiie siècle de la fausse donation de Constantin, les papes se veulent les héritiers des empereurs romains d’Occident46. Il nous semble en effet possible de trouver en ce récit de miracle une volonté de rapprocher empereur et pape, de les lier par une forme de filiation spirituelle. Dans les Dialogues de Grégoire le Grand, Jacques Le Goff avait relevé que pour être efficaces, les prières pour les morts devaient émaner de proches47. Il y a toujours dans les exempla de Grégoire une parenté au moins spirituelle entre ceux qui prient pour les morts et les défunts : il s’agit d’un pape pour un évêque, d’un abbé pour un moine… Ainsi « les vivants sollicités et efficaces doivent être des proches, par la parenté charnelle ou spirituelle, des défunts à purger48. » Dans ce récit de miracle, il s’agit d’un pape qui prie et pleure pour l’âme d’un empereur romain d’Occident. Si l’on suit le raisonnement souligné précédemment, pour que la demande fût entendue par Dieu, il eût fallu qu’il existât une parenté entre pape et empereur. Or Dieu répond à la demande de Grégoire. Il existe donc une parenté entre les deux fonctions : les papes sont les héritiers des empereurs romains d’Occident.

  • 49 Grégoire le Grand, Dialogi, 4.59.6, p. 201 : Sed sciendum mortuis uictima sacrae oblationis possit. (...)
  • 50 Vita prima Gregorii, ch. 29 : « [Grégoire] mérita d’entendre par une révélation divine qu’il avait (...)

13Le choix de l’empereur Trajan n’est alors pas anodin. Il fallait bien choisir l’empereur à sauver, car on ne sauve pas n’importe qui dans l’au-delà, Grégoire le Grand l’a affirmé : « Mais il faut savoir que ces saintes victimes sont utiles aux seuls défunts qui, durant leur vie, ont mérité d’être aidés même après la mort par ce que d’autres font de bon pour eux ici-bas49. » Trajan remplit cette condition dans cette légende en s’y montrant plein de compassion. Pourtant, le miracle a lieu en opposition à l’interdit de prières en faveur des impies défunts formulé par Grégoire lui-même. Mais cette contradiction est réglée simplement : ce miracle est une exception50. Les papes sont donc bien les proches légitimes pour prier en faveur des défunts empereurs, car ils en sont les héritiers. Cette légende est alors le révélateur secondaire d’une revendication de la papauté du viiie siècle : elle est l’institution réceptrice de l’autorité impériale en Occident.

  • 51 Ce n’est pas dans les ouvrages historiques de Flodoard que nous retrouvons Trajan et Grégoire mais (...)
  • 52 Flodoard, De Christi triumphis, col. 617C-640B et 780A.

14Dans les différentes versions et commentaires de ce miracle, pour le moment confiné au domaine hagiographique, l’âme de Trajan passe de l’Enfer au Paradis (Whitby) ou demeure en Enfer mais sans souffrances (Jean Diacre). Mais on ne peut que souligner à nouveau l’imperméabilité entre le récit hagiographique et les histoires écrites jusqu’au xiie siècle. Pourtant, l’apport de la tradition hagiographique aurait pu lever définitivement les réticences envers Trajan, l’empereur étant sauvé par Grégoire le Grand. Mais au-delà des difficultés matérielles, la consultation d’une Vie de Grégoire le Grand lors de la rédaction d’une histoire universelle ou d’une chronique ne va pas de soi pour décrire le règne de Trajan. Il faut ainsi attendre Flodoard (xe siècle) pour voir se côtoyer dans un même ouvrage des sources provenant des abréviateurs antiques et de l’hagiographie de Grégoire51. Mais, dans le De Christi triumphis de Flodoard, Trajan n’est pas abordé pour lui-même : il s’agit surtout de mettre en avant les saints et martyrs de son temps. Son règne se termine sur la fin des persécutions, l’évocation de la lettre de Pline et le rescrit. Trajan y a donc une image plutôt positive malgré les persécutions. Quant au miracle de Grégoire, la forme poétique adoptée permet à Flodoard de rester flou sur l’effet du « torrent de larmes » du saint envers Trajan. Mais ici, une fois encore, ce qui prime est la puissance du saint52. Aucun lien n’est donc tissé entre les deux parties de l’œuvre, l’une n’explique pas l’autre. Pour cela, il faut attendre Abélard et Jean de Salisbury au xiie siècle.

Trajan « libéré » : Trajan sauvé pour lui-même (xiie siècle)

  • 53 Abélard analyse le miracle de Grégoire de façon similaire dans deux œuvres différentes, une premièr (...)
  • 54 Abélard, Theologia Christiana, 2.112, p. 182 : Tunc Traianus, ratione pietateque pariter commotus, (...)
  • 55 Ibid. : et hoc plurimum attendens quod pro aeterna remuneratione id factum referatur ab imperatore.

15Abélard donne une autre dimension aux récits du miracle de Grégoire. Il en change le sens et le but53. Il est le premier à lier le sauvetage de l’âme de l’empereur non plus seulement aux prières de Grégoire, mais aux qualités mêmes de l’empereur : justice, piété et moderatio54 – c’est-à-dire aux mérites du Trajan « historique », celui décrit par les historiens, et non plus au seul épisode de sa clémence envers une veuve. Nous nous attarderons peu sur sa version. Mais il initie un retournement : Trajan devient en quelque sorte acteur de son propre salut. C’est l’exercice des vertus qu’il a démontrées dans sa vie, c’est-à-dire sa ratio et sa pietas, qui lui vaut une aeterna remuneratio55. Ainsi est sauvée pour elle-même la culture classique païenne dont le héraut n’est autre, ici, que Trajan. Cette culture doit être sauvée, et Dieu par l’intermédiaire de Grégoire et ses larmes le révèle. Cette démonstration est amenée à s’approfondir chez Jean de Salisbury.

  • 56 Il cite Virgile, Suétone, Végèce, Macrobe… Sur Jean de Salisbury, voir Guth 1978.
  • 57 Le Policraticus est une sorte d’encyclopédie morale en huit livres où l’auteur dénonce les errement (...)
  • 58 Jean de Salisbury, Policraticus, 5.8.3, p. 565. Sur Trajan comme modèle chez Jean de Salisbury, voi (...)
  • 59 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 258.
  • 60 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 258 et Ov., Pont., 1.2.123-124 : Est piger ad poenas pr (...)
  • 61 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 259. Ce n’est pas la seule reprise d’Eutrope, elles son (...)
  • 62 Ibid., 4.8.20, p. 260.
  • 63 Ibid., 5, Prol., p. 459 : Si quid autem apud eum a fide dissentit, aut moribus, tempori potius, qua (...)

16Jean de Salisbury est un auteur du xiie siècle, formé en France, qui fut l’élève d’Abélard56. Fin connaisseur des textes antiques, il rédige un traité très diffusé au Moyen Âge, le Policraticus57. Trajan y tient une place particulièrement importante. Il y est l’archétype d’un prince vertueux dans l’exercice du pouvoir. À tel point qu’il est le modèle à privilégier au-dessus de tous les autres : « Quant à moi je n’hésite pas à préférer à tous ceux-là [empereurs et exemples antiques] Trajan, qui a fondé la majesté de son règne sur la seule pratique de la vertu58. » Son exemple se développe dans les livres IV et V, livres centraux du Policraticus. Dans le livre IV, Trajan est l’exemple principal du chapitre intitulé De moderatione iustitiae et clementiae principis59. L’empereur y illustre alors une citation d’Ovide : « Un bon prince répugne à punir, est prompt à récompenser, et souffre quand il est obligé d’user de rigueur60. » Les vertus de Trajan présentées sont puisées chez Orose et Eutrope. Ainsi l’humilité de l’empereur est mise en avant grâce à ce dernier : « Empereur, je suis pour les particuliers tel que j’aurais voulu, simple particulier, trouver pour moi les empereurs61. » Il reprend aussi l’argumentation d’Orose qui fait de Trajan un persécuteur par ignorance. L’empereur aurait été également doux et courtois envers les chrétiens s’il n’avait pas eu à suivre l’exemple de ses prédécesseurs. Par nature, il était enclin à la clémence, doux et non cruel62. Jean cherche même à généraliser l’idée que les errances des principales figures païennes s’expliquent par leur méconnaissance de la Révélation. À propos de Plutarque, il affirme : « Si, sur quelque point, il s’éloigne de la foi ou de la morale, c’est plutôt à l’époque qu’à l’homme qu’il faut attribuer cet écart63. » Ainsi les vertus de ces figures peuvent être récupérées et étudiées, car elles ne sont pas mauvaises en elles-mêmes. Comme nous venons de l’évoquer très succinctement, l’attribution de ces vertus repose essentiellement sur les exemples tirés des historiens antiques. Le livre IV est en fait un montage de passages sélectionnés dans les sources antiques pour brosser un portrait exceptionnellement positif de Trajan. Cela permet de préparer le long développement du livre V consacré à Plutarque et Trajan.

  • 64 Sur l’invention ou non de l’Institutio par Jean, voir Kerner 1988, p. 715-738.
  • 65 Jean de Salisbury, Policraticus, 5.8.4-6, p. 564-569.
  • 66 Ibid., 5.8.5, p. 567. Jean approfondit surtout l’argumentation de la veuve. Celle-ci affirme à l’em (...)
  • 67 Ibid., 5.8.4, p. 566 : Domino remunerante in misericordia uberi justiciam quam uidue flenti exhibue (...)
  • 68 Ibid., 5.8.6., p. 568 : Unde merito prefertur aliis cujus uirtus pre ceteris ita sanctis placuit ut (...)
  • 69 Gordon Whatley y voit une affirmation de la dignité et de la respectabilité, dans un monde chrétien (...)

17Le livre V consiste, selon Jean, en une reprise et un commentaire de l’Institutio Traiani. L’Institutio serait une lettre écrite par Plutarque, alors présenté comme le précepteur de Trajan64. Dans cette lettre qui souligne les vertus de deux païens, le chapitre VII nous semble le plus déterminant. Il constitue en quelque sorte à lui seul un sommet argumentatif du Policraticus. Il contient le récit du miracle de Grégoire le Grand concernant l’âme de Trajan65. Jean de Salisbury reprend la version de Jean Diacre tout en développant le contenu du dialogue entre Trajan et la veuve. L’embellissement de cette discussion permet à Jean d’y présenter un Trajan sensible à la détresse et capable de raison66. Ainsi l’empereur devient acteur du récit et Grégoire y prend une place tout à fait secondaire. D’ailleurs, Jean l’affirme clairement, c’est Dieu qui récompense Trajan de son acte, et non comme par le passé les larmes et les prières de Grégoire qui sauvent l’empereur : « Dieu, dans sa généreuse miséricorde, avait récompensé l’équité que Trajan avait manifestée à l’égard de la veuve en pleurs67 ». Le miracle vient donc couronner le dirigeant Trajan dont les vertus ont été introduites au livre IV à l’aide des exemples tirés des auteurs antiques. Jean peut alors conclure sur ce miracle : « C’est pourquoi, à juste titre, Trajan est préféré aux autres, lui dont la vertu, plus que celle des autres, a gréé aux saints, au point qu’il a été le seul à être délivré grâce à leurs mérites68. » L’intercession de Grégoire est donc en réalité envers les vertus soulignées par l’exemple de Trajan dans ce miracle. La position centrale de ce récit dans le Policraticus devient alors encore plus claire : Jean cherche dans son œuvre à réhabiliter l’éthique et la culture romaines dans un monde chrétien par l’exemple de Trajan69.

  • 70 La figure médiévale d’Auguste est fortement liée aux idéologies impériales médiévales. Elle connaît (...)

18Le Policraticus constitue ainsi l’aboutissement d’un processus qui a débuté avec la christianisation de l’Empire romain. Il s’agit de sauver les exemples et les vertus chers aux Romains désormais convertis, puis à ceux qui estiment en être les héritiers. Les auteurs rivalisent alors d’inventivité pour relire l’histoire romaine et ses grandes figures afin de les rendre compatibles et acceptables au regard du christianisme. Le Trajan présenté par Jean n’est alors qu’un exemple, complet et approfondi, de ce type de pratique. Bien d’autres figures impériales ont été ainsi la cible de ce type de relectures : il suffit de se pencher sur le cas de l’empereur Auguste pour l’attester70.

Conclusion

  • 71 Le découpage de l’Histoire en six âges à partir de l’exégèse de la Genèse par Augustin d’Hippone ne (...)

19La postérité médiévale de Trajan est d’une rare complexité, car elle dépasse le simple récit historique d’un passé considéré comme révolu71. Trajan, alors personnification d’un monde romain dont toute une partie du Moyen Âge se veut l’héritière, est un symbole autour duquel des enjeux identitaires se fixent : à chaque période, à chaque auteur son Trajan illustrant valeurs et buts différents.

  • 72 Annales Magdeburgenses, p. 111-112 ; Godefroy de Viterbe, 2.14, Speculum regum, p. 74 ; Id., Panthe (...)
  • 73 Dans sa version, Thomas définit Trajan comme un persécuteur volontaire. Son récit très court ne per (...)
  • 74 C’est pourquoi dès le début du Moyen Âge, les références impériales romaines et bibliques sont souv (...)

20Le Trajan du tournant des viiie-ixe siècles possède ainsi plusieurs facettes chez les historiens suivant le public visé. Il diffère aussi de celui des hagiographes de Grégoire le Grand, chez qui l’empereur n’est qu’un faire-valoir du saint et plus largement de la papauté, qui se veut l’héritière en Occident de la légitimité impériale. Le xiie siècle opère un véritable retournement. Les auteurs de l’humanisme chrétien fusionnent les récits des historiens avec ceux des hagiographes de Grégoire. Trajan devient alors le moyen de sauver la culture et les valeurs antiques païennes : Dieu a sauvé un païen vertueux, les vertus antiques sont donc toujours actuelles. Après Jean de Salisbury, la synthèse est effective et le récit du miracle rentre dans un certain nombre de chroniques et d’histoires universelles comme les Annales Magdeburgenses ou chez Godefroy de Viterbe72. Le récit de Trajan sauvé par Grégoire ne fit que se développer et prendre de l’ampleur tout au long du Moyen Âge. Il est, par exemple, repris au xiiie siècle par le théologien Thomas d’Aquin73. La tradition médiévale de Trajan doit alors s’analyser dans le cadre d’un dialogue permanent entre les sources antiques et leurs continuateurs et commentateurs médiévaux. Ces Trajan « déformables » s’inscrivent dans un sentiment d’appartenance ou de rejet du monde romain. Sauver le meilleur des empereurs romains permet à une partie du Moyen Âge de revendiquer son héritage. Le présenter comme modèle aux empereurs carolingiens conduit à déclarer que les Francs sont les héritiers de la Rome impériale. Par le même procédé, mêler les modèles bibliques et les modèles romains permet d’affirmer la continuité des temps, et de lancer un pont entre les périodes74. La question centrale est donc celle de l’héritage du monde romain né païen dans un monde devenu chrétien. Les hommes du Moyen Âge peuvent-ils se référer aux modèles romains païens sans contrevenir à leur foi ? Peut-on reprendre les vertus de Trajan célébrées par les païens ? Comme nous venons de le voir, à ces questions nombre d’auteurs du Moyen Âge ont, par bien des aspects, répondu par l’affirmative.

Bibliographie

Aladjidi 2005 : P. Aladjidi, « L’empereur Trajan : un modèle imaginaire de la charité royale dans les miroirs des princes de la fin du Moyen Âge », dans Allirot, Lecuppre & Scordia (dir.) 2005, p. 53-73.

Alibert 2009 : D. Alibert, « Pénitence et politique à l’époque carolingienne », Cahiers de l’Institut d’Anthropologie juridique, 22, 2009, p. 379-390.

Allirot, Lecuppre & Scordia (dir.) 2005 : A.-H. Allirot, G. Lecuppre & L. Scordia (dir.), Royautés imaginaires (xiie-xvie siècles), Turnhout, Brepols, 2005.

Aurell & Deswarte (dir.) 2005 : M. Aurell & T. Deswarte (dir.), Famille, violence et christianisation au Moyen-Âge : mélanges offerts à Michel Rouche, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005.

Badilita 2005 : C. Badilita, Métamorphoses de l’Antichrist chez les Pères de l’Église, Paris, Beauchesne, 2005.

Brünhlolz 1996 : F. Brünhlolz, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge, t. 2 : De la fin de l’époque carolingienne au milieu du xie siècle, trad. H. Rochais, Turnhout, Brepols, 1996.

Coltelloni-Trannoy 2008 : M. Coltelloni-Trannoy, « L’ancêtre du mauvais empereur : le tyran républicain », dans C. Sotinel et M. Sartre (dir.), 2008, p. 13-28.

De Jong 2009 : M. De Jong, The Penitential State. Authority and Atonement in the Age of Louis the Pious, 814-840, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Delort (dir.) 1990 : R. Delort (dir.), La France de l’an mil, Paris, Seuil, 1990.

Descorps-Declère 2018 : A. Descorps-Declère, « Auguste, l’Empire et les Francs : quelques remarques sur la figure de l’Auguste médiéval », dans A. Daguet-Gagey, S. Lefebvre (dir.), Auguste et la mémoire des siècles (collection Histoire), Arras, Artois Presses Université, 2018, p. 241-262.

Galderisi 2003 : C. Galderisi, « Le “crâne qui parle” : du motif aux récits. Vertu chrétienne et vertu poétique », Cahiers de la civilisation médiévale, 46, 2003, p. 213-231.

Gautier 2017 : A. Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Godman & Collins (dir.) 1990 : P. Godman & R. Collins (dir.), Charlemagne’s Heir: New Perspectives on the Reign of Louis the Pious, 814-840, Oxford, Clarendon, 1990.

Guillot 1999 : O. Guillot, « Autour de la pénitence publique de Louis le Pieux (822) », Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique, 3, 1999, p. 281-313.

Guth 1978 : K. Guth, Johannes von Salisbury: Studien zur Kirchen-, Kultur-, und Sozialgeschichte Westeuropas in 12. Jahrhundert, St Ottilien, EOS, 1978.

Kerner 1988 : M. Kerner, « Die Institutio Trajani – spätantike Lehrschrift oder hochmittalterliche Fiktion? », Fälschungen im Mittelalter, t. I : Kongressdate und Festvorträge – Literatur und Fälschung, Hanovre, Hahn, 1988, p. 715-738.

Lefebvre 2017 : L. Lefebvre, Le mythe Néron. La fabrique d’un monstre dans la littérature antique, ier-ve siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

Muzerelle 1969 : D. Muzerelle, Flodoard, « De triumphis Christi apud Italium »: études des sources et édition des livres I-V et XII, Thèse inédite de l’École des Chartes, Paris, 1969.

Paris 1878 : G. Paris, « La légende de Trajan », Bibliothèque des Hautes Études. Sciences philologiques et historiques, 35, 1878, p. 261-298.

Quaesada 1999 : M. A. Quaesada, « El emperador Trajano como modelo de príncipes en la Edad media (El príncipe en Policraticus) », Anuario de Estudios Medievales, 29, 1999, p. 501-525.

Ratti 1999 : S. Ratti, Les empereurs romains d’Auguste à Dioclétien dans le Bréviaire d’Eutrope, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

Sassier 2004 : Y. Sassier, Structures du pouvoir, royauté et Res publica, ixe-xiie siècle, Mont-Saint-Aignan, Publication de l’Université de Rouen, 2004.

Sassier 2005 : Y. Sassier, « L’historiographie carolingienne face à la Rome païenne : quelques brèves remarques », dans Aurell & Deswarte (dir.) 2005, p. 431-442.

Sassier 2012 : Y. Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Âge : Bas-Empire, monde franc, France (ive-xiie siècle), Paris, Armand Colin, 2012.

Sotinel & Sartre 2008 : C. Sotinel & M. Sartre (dir.), L’usage du passé entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge : hommage à Brigitte Beaujard, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Whatley 1984 : G. Whatley, « The uses of hagiography. The legend of Pope Gregory and the emperor Trajan in the Middle Ages », Viator, 15, 1984, p. 25-63.

Werner 1990 (1) : K.-F. Werner, « Hludowicus Augustus : gouverner l’Empire chrétien, idée et réalité », dans Godman & Collins (dir.) 1990, p. 3-123.

Werner 1990 (2) : K.-F. Werner, « Dieu, les rois et l’Histoire » dans Delort (dir.) 1990, p. 264-281.

Sources

Abélard, Theologia Christiana, éd. E. M. Buytaert, Petrus Abaelardus : Opera theologica II (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 12), Turnhout, Brepols, 1969.

Abélard, Sic et non, éd. B. B. Boyer et R. McKeon, Sic et non: A Critical Edition, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 1977.

Adon de Vienne, Chronicon de sex aetatibus mundi, éd. J.-P. Migne, Patrologia latina, 123, Paris, 1852, col. 23-138.

Annales Magdeburgenses, éd. G. Pertz, Annales aevi Suevici I (MGH SS, 16), Hanovre, Hahn, 1859, p. 105-196.

Constitutum Constantini, éd. H. Fhurmann, Das Constitutum Constantini (MGH Fontes Iuris, 10), Hanovre, Hahn, 1968.

Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Eutrope : Abrégé d’Histoire romaine (CUF), Paris, Les Belles Lettres, 1994.

Flodoard, De Christi triumphis apud Italiam libri XIIII, éd. J.-P. Migne, Patrologia latina, 135, Paris, 1854, col. 491-886.

Foulechat Denis, Le Policratique de Jean de Salisbury, 1372 : livres I-III, éd. C. Brucker, Paris-Genève, Droz, 1994.

Fréculf de Lisieux, Epistolae, éd. E. Dümmler et K. Hampe, Epistolae Karolini aevi III (MGH Epp., 5), Berlin, Weidmann, 1899, p. 317-319.

Fréculf de Lisieux, Historiae, éd. M. I. Allen, Frechulfi Luxoviensis episcopi Opera Omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 169 A), Turnhout, Brepols, 2002, p. 9-724.

Godefroy de Viterbe, Speculum regum, éd. G. Waitz, Historici Germaniae saec. XII tomus 2 (MGH SS, 22), Hanovre, Hahn, 1872, p. 21-93.

Godefroy de Viterbe, Pantheon, éd. G. Waitz, Historici Germaniae saec. XII tomus 2 (MGH SS, 22), Hanovre, Hahn, 1872, p. 107-307.

Grégoire le Grand, Dialogii, éd. A. de Vogüé et trad. P. Antin, Grégoire le Grand : Dialogues, livre IV (Sources chrétiennes, 265), Paris, Cerf, 1980.

Haymon d’Halberstadt, Historiae sacrae sive de christianorum rerum memoria, éd. J.-P. Migne, Patrologia latina, 118, Paris, 1852, col. 819-874.

Hermann de Reichenau, Chronicon, éd. G. H. Pertz, Annales et chronica aevi Salici I (MGH SS, 5), Hanovre, Hahn, 1844, p. 67-133.

Jordanès, Romana, éd. T. Mommsen, Iordanis Romana et Getica (MGH Auct. Ant., 5.1), Berlin, Weidmann, 1882.

Isidore de Séville, Chronica maiora, éd. T. Mommsen, Chronica minora saec. IV. V. VI. VII., t. II (MGH, Auct. ant., 11), 1894, p. 424-488.

Jean Diacre Hymmonides, Vita Gregorii, éd. J.-P. Migne, Patrologia latina, 75, Paris, 1849, col. 60-242.

Jean de Salisbury, Policraticus I-IV, éd. K. S. B. Keats-Rohan, Ioannes Saresberiensis Policraticus I-IV (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 118), Turnhout, Brepols, 1993.

Jean de Salisbury, Policraticus V, éd. C. Brucker, Le Policratique de Jean de Salisbury, 1372. Livre V, Genève, Droz, 2006.

Loup de Ferrières, Epistolae, éd. et trad. L. Levillain, Loup de Ferrières : Correspondance, 1, Paris, Les Belles Lettres, 1964.

Otton de Freising, Historia, éd. A. Hofmeister, Ottonis episcopi Frisingensis Chronica sive Historia de duabus civitatibus (MGH SS rer. Germ., 45), Hanovre, Hahn, 1912.

Orose, Historiae aduersus paganos, éd. et trad. M.-P. Arnaud-Lindet, Histoires : Contre les Païens (CUF), Paris, Les Belles Lettres, 1991.

Paul Diacre, Historiae romanae, éd. H. Droysen, Eutropi Breviarium ab urbe condita cum versionibus Graecis et Pauli Landolfique additamentis (MGH Auct. ant., 2), Berlin, Weidmann, 1879, p. 183-224.

Paul Diacre, Vita Gregorii interpolata, éd. J.-P. Migne, Patrologia latina, 75, Paris, 1849, col. 41-60.

Pseudo-Aurelius Victor, Epitome de Caesaribus, éd. et trad. M. Festy, Abrégé des Césars (CUF), Paris, Les Belles Lettres, 1999.

Réginon de Prüm, Chronicon, éd. F. Kurze, Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi (MGH SS. rer. Germ., 50), Hanovre, Hahn, 1890, p. 1-153.

Vita prima Gregorii, éd. et trad. B. Colgrave, The Earliest Life of Gregory the Great by an Anonymous Monk of Whitby, Lawrence (KS), University of Kansas Press, 1968.

Thomas d’Aquin, Summa Theologica, III, suppl. Quaestio 71, trad. J. D. Folghera, Somme théologique : L’Au-delà. Suppl., Questions 69-74, Paris, La Revue des jeunes, 1935.

Venance Fortunat, Carmina, éd. et trad. M. Reydellet, Venance Fortunat : Poèmes, t. 2 : Livres V-VIII (CUF), Paris, Les Belles Lettres, 1998.

Notes

1 Iord., Rom., 267, p. 34 : Traianus pene omnium imperatorum potior regnauit an. xvii m. vi.

2 Image largement diffusée par Eutrope. Ce dernier rapporte la célèbre anecdote qui voulait que l’on acclamât au Sénat les empereurs lors de leur avènement en leur souhaitant d’être « plus heureux qu’Auguste et meilleurs que Trajan ». Eutr., 8.5 : Huius [Trajan] tantum memoriae delatum est ut usque ad nostram aetatem non aliter in senatu principibus adclamentur nisi felicior Augusto, melior Traiano.

3 L’époque carolingienne semble propice à l’utilisation en binôme de ces modèles. Modèles qui se réfèrent aussi bien à un passé biblique qu’antique (païen et chrétien) voire à un passé très proche. Les couples sont constitués d’un personnage estimé comme fondateur et l’autre comme ayant eu un règne quasi-parfait : David-Salomon ; Auguste-Trajan ; Constantin-Théodose ; Charlemagne-Louis le Pieux… Voir Werner 1990a, p. 57 sq.

4 Le genre de l’historia et notamment celle d’Orose est central lorsqu’il s’agit d’étudier l’histoire du passé au Moyen Âge. Voir à ce sujet Werner 1990b, p. 264-281.

5 Isidore de Séville, Chronica maiora, 247, p. 455. Pourtant Isidore qualifie, quelques lignes en amont, Néron de persécuteur à partir de la Chronique de Jérôme.

6 La lettre de Loup est accompagnée par l’envoi de l’œuvre du Pseudo-Aurélius Victor. Ce dernier lie déjà très fortement les deux empereurs romains qu’il considère comme des modèles. Loup de Ferrières, Epistolae, 37 (Ad Karolum regem exhortatio), p. 165 : Imperatorum gesta breuissime comprehensa uestrae maiestati offerando curaui, ut facile in eis inspiciatis, quae uobis uel imitanda sint uel cauenda Maxime autem Trajanum et Theodosium suggero contemplandos, quia ex eorum actibus multa utilissime poteritis ad imitandum assumere.

7 L’ensemble des abréviateurs chrétiens le précise. Voir la contribution d’É. Wolff dans le présent volume.

8 Néron, dès l’Antiquité, jouit d’une postérité terrible qui sera reprise au Moyen Âge. Il a même été désigné parfois comme l’Antichrist : voir Lefebvre 2017, et sur Néron comme Antichrist, Badilita 2003, p. 284-343. La vie de Dioclétien dans la chronique d’Eusèbe relève du schéma narratif du tyran identifié pour les empereurs par Coltelloni-Trannoy 2008, p. 13-28.

9 Sur le miracle, nous renvoyons à la mise au point récente dans Gautier 2017, p. 232-268, et à celle plus ancienne mais toujours centrale de Whatley 1984, p. 25-63. Sur les développements plus tardifs de la légende, voir Galderisi 2003, p. 213-231. Voir aussi la contribution de P. Maymó i Capdevila et J. A. Jiménez Sánchez dans le présent volume.

10 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8, p. 259 : Traianus, gentilium optimus Augustorum.

11 Dès la version de Jean Diacre dans la 2e moitié du ixe s., le baptême de l’âme de Trajan par les larmes de Grégoire est discuté. Jean affirme seulement que « son âme a été libérée des tortures de l’enfer » : son âme est donc toujours en enfer. Jean Diacre, Vita Gregorii, 2.44, col. 106 : sed simpliciter dicitur, ab inferni solummodo cruciatibus liberata.

12 Sur Fréculf et sa méthode, voir Allen 2002 (ch. IV pour la liste des sources utilisées).

13 Fréculf, Epistolae, 14, p. 319-320. Allen 2002, p. 11-19, suggère que les Histoires de Fréculf ne furent pas seulement destinées à l’édification du jeune Charles le Chauve, mais qu’un exemplaire fut rapidement mis à disposition de Louis le Germanique.

14 Comme l’exégèse de Raban Maur, l’exhortation morale chez Hincmar… Voir Sassier 2005, p. 433.

15 Fréculf, Historiae, 2.2.9.1-3 ; équivaut à Ps.-Aur. Vict, Caes., 13.3.

16 Ibid., 2.2.9.3-8 ; équivaut à Ps.-Aur. Vict, Caes., 13.3-5.

17 Ibid., 2.2.9.15-24 ; à comparer avec Oros., 7.12.6-8.

18 Ibid., 2.2.9.25-50.

19 Ibid., 2.2.9.25-26, p. 512 : Igitur Traiani errore deceptus omnia bona sua in persecutione Christianorum foedauit.

20 Ibid., 2.2.9.38-39, p. 513 : Ilico imperator rescriptis lenioribus temperauit edictum.

21 Oros., 7.12.3.

22 Fréculf, Historiae, 2.2.9.30-37, p. 513.

23 Encore une fois, il suit Orose. Fréculf, Historiae, 2.2.9.43-46, p. 513 : Verumtamen continuo Romae aurea domus, a Nerone totis priuatis publicisque rebus inpensis condita, repentino conflagrauit incendio, ut intellegeretur missa etiam ab alio persecutio in ipsius potissime monumentis a quo primum exorta esset, atque in ipso auctore puniri ; correspond à Oros., 7.12.4-5.

24 Il ne reste plus à l’auteur qu’à décrire la mort de l’empereur, le plus important ayant été évoqué : Fréculf, Historiae, 2.2.9.51-54.

25 Fréculf reprend mot pour mot le début de la comparaison. Fréculf, Historiae, 2.4.22.28-33, p. 653 ; reprise d’Oros., 7.34.2, p. 93.

26 Théodose est l’égal de Trajan dans ces vertus humaines, mais lui est supérieur par sa foi : Oros., 7.34.3, p. 93.

27 Oros., 7.34.3-4, p. 93 : Siquidem ille [Trajan] persecutor, hic [Théodose] propagator Ecclesiae. Ita illi ne unus quidem proprius filius, quo successore gauderet, indultus est.

28 Fréculf, Historiae, 2.4.22.28-33. Il s’agit en réalité de la fin du récit du règne de Gratien ; le règne de Théodose débute réellement en 2.4.23-30, p. 653-669.

29 Orose ne dit mot de ce conflit et n’évoque pas la pénitence de Théodose.

30 Attribution commode et régulière au Moyen Âge, où l’on préfère lier le célèbre code à Théodose le Grand plutôt qu’à Théodose II. Fréculf, Historiae, 2.4.27.32-34, p. 660 : Theodosius enim, Valentiniano iuuenculo in Imperio restituto, Romam senior ueniens, leges multa scorrexit, addidit, immutauit, et subsuo nomine conscripsit.

31 Cela conclut même le livre 4. Ibid., 2.4.30.23-26 : Igitur praecedenti libro ubi sub pio Constantino paganorum clausa sunt templa finem inposuimus. Huic autem terminus sit in destructione deorum falsorum et in subuersione templorum.

32 La pénitence de Louis le Pieux aura un effet déterminant sur les conceptions politiques carolingiennes. Sur l’importance de la pénitence à l’époque carolingienne, voir De Jong 2009 et Alibert 2009, p. 379-390 ; sur la pénitence d’Attigny, voir Guillot 1999, p. 281-313.

33 Pour les vies de Trajan : Iord., Rom., 267-268 ; Isidore de Séville, Chronica, 264-267 ; Paul Diacre, Historiae, 8.1-5.

34 La même que celle reprise par Fréculf.

35 Paul Diacre, Historiae, 9.13, p. 188. Le récit du règne de Trajan ne subit strictement aucune altération par rapport à celui d’Eutrope (ni retraits, ni ajouts). L’empereur n’est pas un cas isolé, car l’ensemble des Antonins profitent de ce traitement : ainsi Eutrope et Paul Diacre partagent les mêmes boni principes. Voir Ratti 1999, p. 239.

36 Pourtant pour le reste de la vie, il suit la chronique de Jérôme au plus près. Hermann de Reichenau, Chronicon, p. 76 : Traianus, genere Hispanus, uir rei publicae utilis, sed errore deceptus, tertius persequitur christianos. Sur Hermann et son œuvre, voir Brünhlolz 1996, 2.2, p. 392-401.

37 Le concept de respublica trouve un nouvel écho à la fin de la période carolingienne : voir Sassier 2004.

38 Adon de Vienne, Chronicon, col. 81-82. Si Adon ne dit mot ni sur le but de son ouvrage ni sur le contexte d’écriture, celui-ci semble destiné à l’édification chrétienne comme pourrait l’indiquer l’ajout d’un chapitre d’exégèse allégorique à la fin des cinq premiers âges du monde. Voir Brünhlolz 1991, 1.2, p. 392-401.

39 Haymon d’Halberstadt, Historiae, col. 837. Ouvrage probablement daté du milieu du ixe s. : l’auteur s’attache à relater l’histoire de l’Église et des chrétiens depuis la naissance du Christ jusqu’à Théodose le Grand.

40 Réginon de Prüm, Chronicon, p. 6-7. La Chronica, désignée ainsi par l’auteur (et non chronicon), a été adressée à l’évêque d’Augsbourg, Adalbéron. Trajan y est à peine évoqué. L’essentiel de l’entrée consacrée à son règne est occupé par la liste des martyrs produits par sa persécution. Sur le récit de Bède, voir la contribution d’A. Gautier dans le présent volume.

41 Si Otton utilise Orose pour le règne de Trajan, il se sépare de son interprétation positive du règne. Aucune des qualités personnelles du Trajan d’Orose n’est reproduite. La référence à l’ignorance source de la persécution contre les chrétiens disparaît aussi. Il en fait donc un persécuteur volontaire. Otton de Freising, Historia, p. 160-161.

42 Ces premières versions sont celles de l’anonyme de Whitby, de Jean Diacre et de Paul Diacre interpolé. Voir Whatley 1984, p. 27-31, ainsi que la contribution de P. Maymó i Capdevila et J. A. Jiménez Sánchez dans le présent volume.

43 Souvenir activé par une probable visite sur le forum de Trajan. Cela nous a été confirmé dernièrement par la découverte d’une traduction géorgienne du xie siècle d’une Vie perdue et probablement antérieure de Grégoire, rédigée en grec. Cette dernière évoque des « marbres dressés » laissant à penser qu’il pourrait même s’agir de la colonne Trajane. Voir Martin-Hisard 2016, p. 457-502.

44 Gaston Paris l’avait, dès le xixe s., rapproché d’un épisode rapporté par Cassius Dion à propos de l’empereur Hadrien (Cass. Dio, 69.6). Voir Paris 1878.

45 Alban Gautier démontre tout l’intérêt de remettre en contexte l’invention ou la mise par écrit de ce récit de miracle en Northumbrie au début du viiie siècle. L’ambiguïté volontaire de l’anonyme de Whitby révélerait alors les pratiques de prières chrétiennes pour les ancêtres païens morts sans baptême, tout en posant la question de l’efficacité de ces dernières. L’anonyme avancerait alors « aussi loin que possible sur la voie de l’ambiguïté, mais en restant autant que possible à l’intérieur de l’orthodoxie définie par les Dialogues et les Moralia ». Voir Gautier 2017, p. 260-268.

46 Donation donnant théoriquement l’autorité temporelle à la papauté sur tout l’Occident romain. Constantin abandonne au pape Sylvestre Ier et à ses successeurs le port des insignes impériaux, le palais impérial, la ville de Rome et « toutes les provinces, localités et cités de l’Italie et des régions occidentales ». Voir Constitutum Constantini, 17.261-270, p. 93-94.

47 Voir Le Goff 1981, p. 121-131, avec l’exemple du moine Justus : l’initiative de la prière après sa mort revient à Grégoire, son abbé. Voir Grégoire le Grand, Dialogi, 4.57.8.17.

48 Le Goff 1981, p. 128.

49 Grégoire le Grand, Dialogi, 4.59.6, p. 201 : Sed sciendum mortuis uictima sacrae oblationis possit. Sed sciendum est quia illis sacrae uictimae mortuis prosunt, qui hic uiuendo obtinuerunt, ut eos etiam post mortem non adiuuent, quae hic pro ipsis ab aliis fiunt.

50 Vita prima Gregorii, ch. 29 : « [Grégoire] mérita d’entendre par une révélation divine qu’il avait été exaucé, et cela afin qu’il ne s’avisât jamais plus de demander cela pour un autre païen ». Trad. Gautier 2017, p. 233.

51 Ce n’est pas dans les ouvrages historiques de Flodoard que nous retrouvons Trajan et Grégoire mais dans son grand cycle de poésie hagiographique, le De Christi triumphis. Sur ces poèmes, voir Jacobsen 1978.

52 Flodoard, De Christi triumphis, col. 617C-640B et 780A.

53 Abélard analyse le miracle de Grégoire de façon similaire dans deux œuvres différentes, une première fois dans sa Theologia christiana, puis dans le Sic et non. Abélard, Theologia Christiana, 2.112, p. 182 ; Id., Sic et non, 348-349.

54 Abélard, Theologia Christiana, 2.112, p. 182 : Tunc Traianus, ratione pietateque pariter commotus, equo descendit et peregit iudicium. Huius itaque iustitiae tam clementis et iusti imperatoris clementissimus papa recordatus.

55 Ibid. : et hoc plurimum attendens quod pro aeterna remuneratione id factum referatur ab imperatore.

56 Il cite Virgile, Suétone, Végèce, Macrobe… Sur Jean de Salisbury, voir Guth 1978.

57 Le Policraticus est une sorte d’encyclopédie morale en huit livres où l’auteur dénonce les errements de la cour d’Angleterre. Une première approche peut être trouvée en introduction de l’édition de la traduction de Denis Foulechat (xive s.) : Denis Foulechat, Policratique, éd. C. Brucker, p. 1-21. Il n’existe pas d’édition critique récente qui soit complète pour le Policraticus ; nous avons utilisé pour les livres 1 à 4 celle de K. S. B. Keats-Rohan. Le livre 5 possède une édition récente et une traduction en français de Charles Brucker. Elles accompagnent l’édition de la traduction du livre 5 par Denis Foulechat.

58 Jean de Salisbury, Policraticus, 5.8.3, p. 565. Sur Trajan comme modèle chez Jean de Salisbury, voir Quaesada 1999, p. 501-525, puis secondairement Aladjidi 2005, p. 55-56.

59 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 258.

60 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 258 et Ov., Pont., 1.2.123-124 : Est piger ad poenas princeps, ad proemia uelox, quique dolet, quoties cogitur esse ferox.

61 Jean de Salisbury, Policraticus, 4.8.20, p. 259. Ce n’est pas la seule reprise d’Eutrope, elles sont nombreuses ; ainsi la référence selon laquelle le Sénat souhaitait aux empereurs d’être plus heureux qu’Auguste et meilleur que Trajan.

62 Ibid., 4.8.20, p. 260.

63 Ibid., 5, Prol., p. 459 : Si quid autem apud eum a fide dissentit, aut moribus, tempori potius, quam uiro ascribatur.

64 Sur l’invention ou non de l’Institutio par Jean, voir Kerner 1988, p. 715-738.

65 Jean de Salisbury, Policraticus, 5.8.4-6, p. 564-569.

66 Ibid., 5.8.5, p. 567. Jean approfondit surtout l’argumentation de la veuve. Celle-ci affirme à l’empereur que ne pas lui rendre justice est un crime. L’empereur ne serait pas « quitte » de la justice d’un autre. C’est celui qui rend justice qui remplit son office. Trajan, alors « bouleversé », décide d’examiner immédiatement l’affaire.

67 Ibid., 5.8.4, p. 566 : Domino remunerante in misericordia uberi justiciam quam uidue flenti exhibuerat Trajanus.

68 Ibid., 5.8.6., p. 568 : Unde merito prefertur aliis cujus uirtus pre ceteris ita sanctis placuit ut eorum meritis solus sit liberatus (trad. C. Brucker).

69 Gordon Whatley y voit une affirmation de la dignité et de la respectabilité, dans un monde chrétien, de la culture romaine. Whatley 1984, p. 32.

70 La figure médiévale d’Auguste est fortement liée aux idéologies impériales médiévales. Elle connaît de nombreuses utilisations à la période carolingienne puis ottonienne. Voir Descorps-Declère 2018.

71 Le découpage de l’Histoire en six âges à partir de l’exégèse de la Genèse par Augustin d’Hippone ne sépare pas l’Empire romain du monde médiéval. Ainsi selon Le Goff 2014, p. 29, « l’idée d’une Antiquité d’où sortirait d’une certaine façon le Moyen Âge n’apparaît pas avant le xvie siècle, et encore de manière floue… ».

72 Annales Magdeburgenses, p. 111-112 ; Godefroy de Viterbe, 2.14, Speculum regum, p. 74 ; Id., Pantheon, 21.15, p. 74 et 161-162.

73 Dans sa version, Thomas définit Trajan comme un persécuteur volontaire. Son récit très court ne permet pas vraiment de comprendre pourquoi Dieu a accepté la demande de Grégoire. Thomas d’Aquin, Summa Theologica, III, suppl. Quaestio 71, 5, p. 153-154.

74 C’est pourquoi dès le début du Moyen Âge, les références impériales romaines et bibliques sont souvent mêlées les unes aux autres. Par exemple Venance Fortunat (Carmina, 5, v. 77-82) fait de Charibert un roi qui reproduit la mansuétude de David, l’amour de la justice et de la sagesse de Salomon, et qui possède la bonté du puissant Trajan.

Auteur

Université Paris Sorbonne, Centre Roland Mousnier UMR 8596, doctorant sous la direction d’Yves Sassier

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site