Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

De l’Enfer au Paradis : itinéraire médiéval de la postérité de l’empereur Trajan (ixe-xiie siècle)

André Descorps-Declère

Résumé

Trajan, l’optimus princeps des temps païens, possède une aura ambivalente pour les commentateurs médiévaux. C’est un empereur célébré par nombre d’autorités de l’Antiquité et du début du Moyen Âge, mais aussi un persécuteur des chrétiens. Le tournant des viiie-ixe siècles constitue un moment-clé de la diffusion de sa postérité, qui se propage principalement par deux canaux totalement distincts. Le premier est celui des historiens médiévaux. La figure de Trajan n’y est pas la même selon le public visé. Pour les princes, le gouvernement et les mérites de l’empereur romain sont présentés avec des visées pédagogiques : sa postérité est alors ménagée. Pour les autres, Trajan est souvent réduit à sa persécution. Un second canal apparaît en Angleterre avec l’anonyme de Whitby (viiie siècle) dans l’hagiographie de Grégoire le Grand. Le récit du miracle de Grégoire et de ses larmes envers l’âme d’un Trajan miséricordieux connaîtra de nombreux développements. Dans ces textes, Trajan est avant tout un faire-valoir du saint et de la papauté. Le princeps romain y tient un rôle secondaire. Il faut attendre le xiie siècle avec Abélard et Jean de Salisbury pour connaître un véritable retournement : ce sont alors les vertus humaines décrites par les récits historiques qui justifient l’action de Grégoire. Trajan est désormais sauvé pour ses mérites personnels et non par la seule puissance du saint pape. Les deux canaux de diffusion de la postérité sont ainsi réunis et s’expliquent l’un l’autre.

Trajan, the optimus princeps of pagan times, had an ambivalent aura for medieval commentators. On the one hand, he was celebrated as an imperial model from Antiquity to the early Middle Ages by many authorities. On the other, he was identified as a persecutor of Christians. The eighth and ninth century were a key moment in the spread of his posterity, which was transmitted through two different channels. The first was historical writing, where the figure of Trajan differed according to the target audience. For medieval princes, the Roman emperor’s virtues were presented with pedagogical purposes, thus forgetting or minimizing his persecution. For other audiences, his reign was usually limited to a short description of his persecution. At the beginning of the eighth century, a second channel appeared in England in the hagiography of Gregory the Great, with the story of the singular miracle of the pope, who was moved at the thought of Trajan’s good deed, and cried and prayed for his soul. But in hagiography, Trajan had a secondary role: the true hero was Gregory, and the Roman princeps was here to prop the power of the saint and the papacy. With Abelard and John of Salisbury in the twelfth century, Trajan’s posterity changed again completely. From then on, the historical writings justifying Gregory’s miracle insisted on Trajan’s human virtues, and he was saved for his personal merits. Both channels of diffusion of Trajan’s posterity were now united and explained each other.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Trajan, le meilleur de presque tous les empereurs, a régné pendant 18 ans et 6 mois1 ». Cette affirmation émanant de Jordanès, un historien chrétien du vie siècle, est l’illustration de la persistance au début du Moyen Âge de l’image de Trajan en tant qu’optimus princeps2. En effet, les empereurs romains demeurent des modèles et des contre-modèles centraux auxquels les auteurs médiévaux ne cessent de se référer3. Mais ceux-ci sélectionnent soigneusement ce qu’ils veulent en montrer et n’hésitent pas à opérer des coupes dans leurs sources si ces dernières ne leur conviennent pas. Ce phénomène est facilement repérable au haut Moyen Âge dans les histoires universelles et les chroniques4. Ce n’est, par exemple, pas de la plume d’Isidore de Séville que ses contemporains apprendront que l’empereur Trajan fut persécuteur des chrétiens5. Or l’évêque espagnol utilise des sources qui en font état. La sélection opérée par cet auteur dans ses sources détermine la reconstruction du passé qu’il...

Auteur

Université Paris Sorbonne, Centre Roland Mousnier UMR 8596, doctorant sous la direction d’Yves Sassier

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540