Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Trajan et Hadrien dans les îles Britanniques aux premiers siècles médiévaux

Alban Gautier

Résumé

Les îles Britanniques du haut Moyen Âge sont le théâtre d’un étrange retournement. Trajan, qui n’a aucun lien particulier avec le monde insulaire, a été l’objet d’une mémoire riche et contrastée : d’une part, celle d’un prince païen et persécuteur, responsable d’une des principales vagues d’exécution de martyrs ; d’autre part, celle d’un empereur juste, protecteur des faibles, que sa vertu a conduit, grâce aux prières du pape Grégoire le Grand, jusqu’au paradis. Hadrien, l’un des rares empereurs romains à avoir visité l’île de Bretagne, a au contraire été pratiquement effacé de la mémoire historique, et les auteurs insulaires n’ont transmis à son sujet que quelques bribes héritées des auteurs de l’Antiquité tardive, oubliant singulièrement le rôle qu’il avait joué dans la construction du mur qui porte aujourd’hui son nom, et qu’on a longtemps attribué à Septime Sévère.

A strange reversal took place in early medieval Britain and Ireland. Trajan, who had no particular connection with the insular world, became the focus of a rich and contrasted tradition: on the one hand, he was seen as a pagan and persecuting prince, under whose authority many martyrs were killed; on the other hand, he was presented as a paragon of justice, a protector of the weak, whose virtue – with the help of Pope Gregory the Great’s prayers – made it possible for him to be admitted into heaven. Conversely, Hadrian – one of the few Roman emperors who actually visited Britain – was almost wiped out of historical memory: insular authors only transmitted fragments culled from Late Antique works, singularly forgetting the role he had played in the construction of the wall which bears his name today, a construction they attributed to Septimius Severus.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Angleterre et l’Irlande du haut Moyen Âge ont longtemps été présentées dans l’historiographie comme une sorte de conservatoire du savoir antique et des Lettres latines dans une période où les Dark Ages avaient envahi le continent européen1. Cette image est tout à fait exagérée et a depuis longtemps été abandonnée par les médiévistes, mais il reste que l’œuvre de copie, d’imitation et de création des insulaires pendant les siècles du haut Moyen Âge est considérable, tant en latin que dans les langues vernaculaires ; surtout, les deux îles – et en leur sein, plus particulièrement l’Angleterre – ont eu un singulier rapport à la romanité, dans lequel le rejet de la Rome païenne des Césars et son remplacement par la Rome chrétienne des papes n’est pas le fin mot de l’histoire2. Les Anglo-Saxons, qui se disaient convertis à l’initiative de Grégoire le Grand3, se sont représentés, d’une certaine manière, comme des héritiers des Romains, y compris de ceux de l’époque impériale. Lorsque, s...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540