Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’origine d’une légende grégorienne : la rédemption de Trajan1

Pere Maymó i Capdevila et Juan Antonio Jiménez Sánchez

Résumé

Dans cette contribution, nous essaierons d’offrir quelques hypothèses sur certains aspects de la légende de la rédemption de Trajan grâce aux larmes de Grégoire le Grand. D’abord, nous nous centrerons sur l’analyse du corpus grégorien : d’un côté, nous étudierons la perception du paganisme à travers le lexique notamment présent dans les Moralia in Iob et la Regula pastoralis ; d’un autre, nous verrons la conception idéale de la monarchie et le rôle que les empereurs romains jouaient dans ce modèle de gouvernement. En premier lieu, nous rechercherons les possibles origines historiques de cette légende dans le cadre du siège épiscopal romain du viie siècle. Comment était-il possible que ce mythe arrive dans les îles Britanniques ? Et pourquoi ? Était-ce dû à la rivalité entre les factions cléricales et monastiques qui se disputaient la chaire de l’apôtre Pierre ? Ou peut-être la légende a-t-elle été créée par les Britanniques eux-mêmes ? Finalement, la pertinence et la fortune de l’archétype de Trajan comme empereur incontournable prennent une nouvelle dimension dans le contexte de l’époque carolingienne. Il était probablement nécessaire de réhabiliter le meilleur des gouvernants romains afin que les monarques francs (ou les souverains européens postérieurs) disposassent d’un miroir dans lequel pouvoir se refléter et renforcer leur position.

In this paper, we will try to offer some hypotheses about certain aspects of the legend of Trajan’s redemption thanks to the tears of Gregory the Great. In the first place, we will focus on the analysis of the Gregorian corpus: on the one hand, we will study the perception of paganism through the lexicon mainly present in the Moralia in Iob and in the Regula pastoralis; on the other hand, we will see the ideal conception of the monarchy and the role that Roman emperors played in this model of government. Next, we will look for the possible historical origins of this legend in the framework of the Roman episcopal see of the seventh century. How was it possible for this myth to reach the British Isles? And why? Perhaps was it due to the rivalry between the clerical and monastic factions which disputed the chair of the Apostle Peter? Or maybe was it a legend created by the British? Finally, the relevance and fortune of the archetype of Trajan as an insurmountable emperor take a new dimension in the context of the Carolingian era. Possibly, it was necessary to rehabilitate the best of the Roman rulers so that Frankish monarchs (or later European sovereigns) had a mirror in which to reflect themselves and strengthen their position.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le colloque de Lille a permis d’entendre d’intéressantes interventions portant sur la mémoire de Trajan et sur son Fortleben dans l’imaginaire européen, dès le Bas-Empire et jusqu’à la Renaissance. À plusieurs reprises, il a été question d’une légende du haut Moyen Âge qui met en rapport le « meilleur des empereurs » avec l’évêque de Rome Grégoire le Grand (594-610), qui vécut en des temps troublés. La présente contribution vise à discerner, autant que possible, l’origine de cette légende, et à présenter une hypothèse plausible à propos de sa genèse. Mais pour ce faire, il convient de commencer par une contextualisation littéraire.

Plusieurs spécialistes ont analysé cette légende, depuis les premières études de Gaston Paris2 ou Arturo Graf3 au xixe siècle jusqu’aux contributions les plus récentes d’Anna Maria Cetto4, Gordon Whatley5 ou Alban Gautier6. Le récit principal de la « piété » de Trajan semble provenir d’un court passage de Cassius Dion, qui faisait en réalité allusion à Had...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540