Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’image de Trajan dans l’Antiquité tardive et jusqu’au début du viiie siècle

Étienne Wolff

Abstract

On s’intéresse ici à l’image de Trajan dans l’Antiquité tardive et jusqu’à l’apparition de la légende de la justice de Trajan (qui est attestée pour la première fois dans une vie de Grégoire le Grand écrite par un moine anonyme de Whitby avant 715). On se fonde notamment sur Thémistius, Claudien, l’Histoire Auguste, Orose, Sidoine Apollinaire, Cassiodore, Venance Fortunat. On examine quels auteurs présentent Trajan comme un optimus princeps, quels autres comme un persécuteur, pourquoi il a pu apparaître comme le prince idéal, et comment les chrétiens articulent les deux aspects opposés de l’empereur. Globalement, sur l’ensemble de la période, l’image de Trajan est très positive, avec un sommet à l’époque théodosienne. Il semble notamment que des éléments favorables à Hadrien aient été dans un second temps transférés à Trajan.

We are interested here in the image of Trajan in Late Antiquity and until the appearance of the legend of Trajan’s justice (which is attested for the first time in a life of Gregory the Great written by an anonymous monk of Whitby before 715). We rely in particular on Themistius, Claudian, the Historia Augusta, Orosius, Sidonius Apollinaris, Cassiodorus, Venantius Fortunatus. We examine which authors present Trajan as an optimus princeps, which others as a persecutor, why he may have appeared as the ideal prince, and how Christians articulate the two opposite aspects of the emperor. Overall over the period the image of Trajan is very positive, with a peak in the Theodosian era. It seems in particular that elements favorable to Hadrian were later transferred to Trajan.

Full text

  • 1 Zecchini 1993, t. I, p. 127-145.
  • 2 Cracco Ruggini 2001.
  • 3 Plin., Pan., 2.7 ; 88.4-10.
  • 4 Voir cependant Sid. Apoll., Epist., 8.10.3, et plus bas les textes de Cassiodore. Voir Reynolds 198 (...)

1Au moment où j’ai proposé ce sujet, je n’avais pas examiné la bibliographie, et j’ignorais notamment le chapitre de Giuseppe Zecchini, « Traiano postumo », dans son ouvrage Ricerche di storiografia latina tardoantica1 et l’article de Lelia Cracco Ruggini, « Modello politico classico per un imperatore cristiano (IV-V secolo) »2, qui traitent de manière détaillée les points que je voulais développer. Je me limiterai donc ici à compléter leur propos. Le siècle des Antonins, période de paix (du moins jusque sous Marc Aurèle) et de prospérité, passe habituellement pour le siècle d’or de l’Empire romain. Et les empereurs de la dynastie antonine, à l’exception de son dernier représentant, Commode, jouissent d’une image favorable. Parmi eux, Trajan incarne tout particulièrement le modèle du prince idéal, lui à qui le Sénat avait accordé le cognomen d’optimus3. Cette mise en valeur de Trajan commence avec le Panégyrique de Pline, un texte qui a eu apparemment une grande influence dans l’Antiquité tardive, même si nous n’en avons que peu de traces4. Il a en effet été placé en tête du corpus des douze panégyriques, anthologie constituée sous sa forme définitive à la fin du ive siècle (les onze discours s’échelonnent de 289 à 389), évidemment à titre de modèle illustre.

  • 5 Zecchini 1993, p. 128-129.
  • 6 Tert., Apol., 2.6-7.
  • 7 Ibid., 5.7-8.

2Comme l’a montré G. Zecchini, la tradition sénatoriale, qui commence avec Cassius Dion, est constante dans l’exaltation de Trajan5. Du côté des chrétiens, Tertullien dans l’Apologétique admet que Trajan n’a pas été un persécuteur comme Néron et Domitien, et il l’associe à Vespasien, Hadrien, Antonin le Pieux, Lucius Verus dans la liste des empereurs qui n’ont pas appliqué les lois contre les chrétiens6. Mais il souligne aussi le caractère illogique de sa réponse à Pline7.

  • 8 Julian., Caes., 311c, 327b-328b, 333ab.

3Julien, dans les Césars8, fait une présentation critique de Trajan (dénonçant son goût pour les plaisirs homosexuels, sa tendance à s’enivrer, sa paresse, sa gloriole), qui est conforme au caractère satirique de l’œuvre. Trajan figure cependant parmi les bons empereurs avec Auguste et Marc Aurèle et on lui reconnaît la qualité de clémence.

  • 9 Auson., Grat. act., 17.76 : aegrotantes amicos Traianus uisere solebat.
  • 10 Ibid., 16.72-73.

4Un peu plus tard, Ausone mentionne plusieurs fois Trajan. Dans la Gratiarum actio ad Gratianum de 379, on apprend que Trajan rendait visite à ses amis malades9, information qu’on lisait déjà chez Eutrope (8.4) et sur laquelle on reviendra à la fin de cette étude. Gratien est jugé supérieur pour sa bonté et sa générosité fiscale à plusieurs bons empereurs du passé, Titus, Trajan, Antonin le Pieux10. Les deux distiques des Caesares consacrés à Trajan (v. 98-101) insistent sur sa valeur guerrière, et sur le principe de l’adoption qu’il choisit lui aussi pour son successeur (même si, on le sait, il avait des liens familiaux avec Hadrien). Le thème du mode de succession revient dans l’œuvre pour tous les Antonins.

  • 11 Symm., Ep., 1.13.3.

5Avant 385, Symmaque dans une lettre associe Trajan aux bons empereurs Nerva, Antonin le Pieux et Marc Aurèle, et le qualifie de strenuus, ce qui renvoie à son énergie guerrière11.

6Dans le Panégyrique de Théodose par Pacatus, le dernier des douze panégyriques en 389, on trouve un éloge de la péninsule Ibérique, patrie des plus grands hommes, qui a donné Trajan, Hadrien, et Théodose, mais il n’est pas question d’un lien de parenté entre Théodose et Trajan (Pan. Lat., 12.4.5). Trajan y est associé aux bons empereurs Nerva, Titus, Antonin le Pieux, Auguste, Hadrien (Pan. Lat., 12.11.5). Pacatus souligne que Théodose a été appelé au pouvoir sans avoir de lien avec la famille impériale (Pan. Lat., 12.12.1).

  • 12 Amm. Marc., 16.1.4 : ut prudentia Vespasiani filius Titus alter aestimaretur, bellorum gloriosis cu (...)

7Pour Ammien Marcellin, l’empereur Julien est tel « qu’il était considéré pour sa sagesse comme un autre Titus, le fils de Vespasien, pour ses glorieuses expéditions militaires comme semblable à Trajan, pour sa clémence tel Antonin, pour sa recherche d’une doctrine de vie droite et parfaite comme conforme à Marc Aurèle »12. Julien est aussi rapproché de Trajan dans sa manière de jurer (Amm. Marc., 24.3.9). Quant aux actes de Valentinien, approuvés par tous, ils font que uixerat ut Traianus et Marcus, si pour le reste il avait fait preuve de modération (Amm. Marc., 30.9.1).

8Il est clair que vers le milieu du ive siècle Trajan est devenu un modèle presque mythique. Il représente l’idéal sénatorial d’un empereur, et, si l’on en croit une tradition dont seul Eutrope (8.5.3) témoigne, on acclamait les princes au Sénat par la formule Felicior Augusto, melior Traiano. Païens et chrétiens se retrouvaient en lui.

  • 13 Zecchini 1993, p. 133-134.
  • 14 [Ps. Aur. Vict.], Epit. de Caes., 48.8-10.
  • 15 Them., Or., 5.63d ; 11.145b ; 13.166b et 173 bc ; 17.215ab.
  • 16 Cela rappelle le mot attribué à Louis XII : « Le roi de France ne venge pas les injures du duc d’Or (...)

9Puis vient Théodose. Ce dernier avait de fortes raisons de vouloir être rapproché de Trajan13. Il était Hispanique comme lui, était parvenu à la pourpre, en 379, non par ascendance dynastique mais par ses mérites militaires et ceux de son père, selon le critère du choix du meilleur qui avait valu à Trajan de devenir empereur. C’est Themistius qui, dans son discours de remerciement à l’empereur pour la nomination au consulat de Saturninus, en 383, soutient pour la première fois que Trajan est l’ancêtre de Théodose (Or., 16.205a). Cette ascendance est réaffirmée un peu plus tard dans l’anonyme Epitome de Caesaribus (48.1), qui souligne aussi la ressemblance entre les deux empereurs pour le physique et le caractère14. Thémistius loue souvent Trajan, notamment pour la place qu’il accordait aux philosophes et à la philosophie15. Dans ses éloges, il l’associe à Auguste, Tibère, Antonin le Pieux et Marc Aurèle (Or., 5.63d), à Philippe de Macédoine, Alexandre le Grand, Auguste, Tibère, Marc Aurèle (Or., 11.145b), à Auguste et Marc Aurèle (Or., 8.115c), à Marc Aurèle et Antonin le Pieux (Or., 13.166b ; 19. 229c), à Auguste, Titus, Marc Aurèle (Or., 13.173bc), à Hadrien, Marc Aurèle et Antonin le Pieux (Or., 17.215ab). Themistius cite (Or., 8.110b) un trait de clémence de Trajan qui ne paraît pas attesté ailleurs : à peine arrivé au pouvoir, l’empereur convoque quelqu’un dont il savait qu’il éprouvait pour lui une grande haine et lui dit : « Rassure-toi, ami, à partir d’aujourd’hui tu n’auras pas en moi un ennemi implacable », voulant indiquer par là qu’il ne profiterait pas de sa nouvelle situation pour se venger de ceux qui lui avaient nui auparavant16.

  • 17 Sur Claudien et Trajan, voir Tournier 2016.
  • 18 Claud., 4 Pan. Hon., v. 315-319 : uictura feretur/gloria Traiani, non tam quod Tigride uicto/nostra (...)
  • 19 Claudien, Œuvres. Poèmes politiques (395-398), éd. J.-L. Charlet, Paris, Les Belles Lettres, 2 vol. (...)

10Chez Claudien17, dans le Panégyrique pour le quatrième consulat d’Honorius de 398, Trajan est donné comme seul modèle face aux mauvais empereurs, Trajan dont la plus grande gloire est d’avoir été doux pour sa patrie : « La gloire de Trajan vivra non tant parce qu’après la défaite du Tigre les Parthes vaincus ont formé une de nos provinces, ou parce qu’il est monté en haut du Capitole après avoir brisé les Daces, que par sa douceur envers la patrie »18. Comme chez Themistius, la clémence de Trajan est mise en évidence. Dès le vers 19 du Panégyrique, le poète fait référence à la famille Ulpia. Il reprend à son compte dans les vers suivants l’idée de la prétendue filiation entre Trajan et Théodose, qui, dans les faits, s’appuie essentiellement sur leur origine espagnole commune et ne peut absolument pas être confirmée d’un point de vue historique19. Cette revendication généalogique permet d’asseoir la légitimité impériale de Théodose. En effet, la figure de Trajan est indéfectiblement liée à l’idée du choix du meilleur.

11La Laus Serenae de 404 fait l’éloge de la péninsule Ibérique, patrie de Trajan, de Théodose et de ses deux fils (en réalité Honorius est né à Constantinople), mais ne fait pas clairement état d’une parenté entre Théodose et Trajan (l’adverbe hinc du vers 57 renvoie en effet à l’Espagne plutôt qu’à la lignée des Aelii) :

  • 20 Carmina minora, 30, 54-57 : diues equis, frugum facilis, pretiosa metallis,/ principibus fecunda pi (...)

(Espagne) riche en chevaux, prodigue de moissons, précieuse par tes mines, féconde en princes justes, les générations te doivent Trajan ; de cette source a coulé la lignée des Aelii ; de là viennent ton vénérable père, de là tes jeunes frères couverts du diadème20.

12Enfin, dans le Panégyrique pour le consulat de Stilicon de 400 (1.193-196), les exploits guerriers de Drusus et de Trajan sont jugés inférieurs à ceux de Stilicon. On y lira une reconnaissance de la valeur militaire de Trajan.

  • 21 C’est la « Vie de Tacite » 5.1 qui invente curieusement que Trajan est arrivé vieux au pouvoir (en (...)

13L’Histoire Auguste n’a pas de chapitre consacré à Trajan, puisqu’elle commence avec la « Vie d’Hadrien ». Cependant, il est assez souvent question de Trajan, qualifié d’optimus imperator (Hadr., 6.3). Il est toujours rangé parmi les bons empereurs (cf. Car., 3.3) : on sait que l’œuvre fait une distinction claire entre les bons et les mauvais empereurs. Il est, à ce titre, associé à Auguste, Vespasien, Titus, Antonin le Pieux, Marc Aurèle (Pesc. Nig., 12.1) ; à Auguste, Vespasien, Hadrien, Antonin le Pieux, Titus, Marc Aurèle (Heliogab., 1.2) ; à Antonin le Pieux, Titus, Vespasien (Alex. Sev., 10.2) ; à Antonin le Pieux, Nerva, Vespasien, Pertinax, Septime Sévère (Tyr. trig., 6.6) ; à Antonin le Pieux et à Auguste (Claud., 2.3) ; à Antonin le Pieux et Marc Aurèle (Claud., 18.4) ; à Auguste, Vespasien, Titus, Nerva, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Septime Sévère, Alexandre Sévère, Claude II et Aurélien (Aur., 42.4) ; à Nerva et Hadrien (Tac., 6.921) ; à Probus, Aurélien, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Alexandre Sévère, Claude II (Tac., 16.6) ; à Aurélien, Alexandre Sévère, Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Claude II (Prob., 12.2) ; enfin à Hadrien, Antonin le Pieux et Marc Aurèle, Auguste (Prob., 22.4).

  • 22 Voir Histoire Auguste, Tome V, 1re partie, éd. Fr. Paschoud, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 10 (...)
  • 23 Cela vise Honorius, mais il y avait eu peu auparavant les cas de Gratien et Valentinien II.

14À la figure de Trajan est liée dans l’Histoire Auguste la thématique de l’adoption. En Aur., 14.7, le dignitaire Ulpius Crinitus, qui prétend descendre de l’empereur Trajan (cf. 10.2), évoque la succession impériale par adoption et adopte lui-même Aurélien. Cette invention a pour but de montrer qu’Aurélien est destiné au pouvoir22. Et l’empereur Valérien déclare au sujet d’Aurélien qu’il espère autant de lui que l’État espérait de Trajan (Aur., 11.7). L’Histoire Auguste s’en prend aux princes enfants, trop jeunes pour gouverner (Tac., 6.8-9)23, et aux fils d’empereurs qui ont fait un mauvais usage de l’héritage qui leur a été laissé. En revanche elle marque une vive sympathie pour Dioclétien, fondateur d’un système de succession à l’Empire excluant les descendants naturels. Le contexte historique est celui des années qui ont suivi la mort de Théodose.

15Trajan posait évidemment une difficulté comme modèle sous la dynastie théodosienne. Empereur adopté, il convenait parfaitement pour Théodose, mais beaucoup moins bien pour Honorius, arrivé au trône par transmission dynastique. En revanche il pouvait servir à définir la légitimité du régent Stilicon, qu’aucune disposition légale ne justifiait. Par ailleurs, il fallait laisser de côté la contradiction qu’il y avait à rapprocher Trajan, persécuteur (même modéré) des chrétiens, et Théodose, qui a instauré le christianisme comme religion d’État.

16On ne trouve plus ensuite de mention d’une filiation entre Trajan et Théodose. Au vie siècle, Marcellinus comes dans sa Chronique, 379.1 (MGH, AA, t. IX, p. 60) et Jordanès, dans les Romana, 315 (MGH, AA, t. V, p. 40) se contentent d’affirmer (à tort) que Théodose est originaire d’Italica comme Trajan.

  • 24 Voir Cracco Ruggini 2001, p. 246 ; Kloft & Kerner 1992 ; Foulechat & Brucker 2006, p. 61-69.

17C’est de la fin du ive siècle sans doute que date l’Institutio Traiani24, texte anonyme qui nous est connu fragmentairement par le Policraticus (1159) de Jean de Salisbury et que celui-ci attribue à tort à Plutarque. Ce texte prend la forme d’une lettre où le pseudo-Plutarque donne des conseils à son élève Trajan en développant les principes fondamentaux de gouvernement et le rôle du prince. Ce miroir des princes, qui émanerait des milieux païens, montre en tout cas le prestige politique dont jouissait alors Trajan.

  • 25 Sid. Apoll., Carm., 7.116-117 : Talem capta precor. Traianum nescio si quis/aequiperet, ni fors ite (...)
  • 26 Voir Brocca 2004, p. 281-282.

18Au milieu du ve siècle, Sidoine Apollinaire consacre dans le Panégyrique d’Avitus (7.113-118) un développement élogieux à Trajan, présenté comme un prince muni de toutes les qualités (fortis, pius, integer, acer, « vaillant, juste, honnête, infatigable ») et insurpassable s’il n’y avait Avitus (« Captive [c’est Rome, victime de Genséric en 455, qui parle], tel est le maître que je souhaite. Je ne sais si quelqu’un peut égaler Trajan, à moins que par hasard, Gaule, tu n’envoies encore quelqu’un qui le surpasse »)25. Trajan est aussi qualifié de prince incomparable (incomparabili principi) dans la correspondance (Sid. Apoll., Epist., 8.10.3). Il y avait la même logique à dresser un parallèle entre Trajan et Avitus, provincial élu empereur après une longue période de transmission héréditaire du pouvoir, que plus tôt avec Théodose26. Trajan, modèle de l’empereur bon soldat, convenait aussi particulièrement bien dans la situation troublée où Avitus accédait au pouvoir.

19Trajan reste une référence au vie siècle. Au début du siècle, Fulgence, dans son survol historique du De aetatibus mundi et hominis (178-179 Helm), le qualifie de felix, peut-être par souvenir du Panégyrique de Trajan (74.1).

20Entre 503 et 513 Priscien, dans le Panégyrique d’Anastase, 46-49, déclare qu’Anastase surpasse Antonin en piété, Marc Aurèle en sagesse, Nerva en douceur, Titus en bienfaisance, Trajan en gloire (gloria magnanimi Traiani cesserit isti). La valeur militaire de Trajan et ses succès guerriers restaient en mémoire.

  • 27 Cassiod., Var., 8.3.5 : Ecce Traiani uestri clarum saeculis reparamus exemplum: iurat uobis per que (...)

21Cassiodore, dans le recueil des Variae publié en 538, fait plusieurs fois allusion à Trajan. Dans la lettre 8.3, Athalaric, successeur de Théodoric, affirme prendre Trajan pour modèle et fait référence au passage du Panégyrique de Trajan (65.2) où Pline rappelle que Trajan consul désigné a prêté serment de fidélité aux lois, montrant par là qu’il ne se considérait pas au-dessus d’elles : « Ainsi nous renouvelons l’exemple de votre Trajan, illustre pour des siècles : il prête serment pour vous celui par qui vous prêtez serment, et personne ne peut être trompé par celui qui ne permet pas à qui l’a invoqué de mentir impunément »27.

  • 28 Ibid., 8.13.4 : Ecce iterum ad quaesturam eminens euenit ingenio. Redde nunc Plinium et sume Traian (...)
  • 29 Ibid., 8.13.5 : Renouamus certe dictum illud celeberrimum Traiani: sume dictationem, si bonus fuero (...)

22Dans la lettre 8.13, Athalaric se place en imitateur de Trajan et assimile son destinataire, le questeur Ambrosius, à Pline : « Voici que de nouveau est parvenu à la questure un homme à l’esprit supérieur. Imite maintenant Pline et choisis Trajan »28. Puis il reprend une anecdote rapportée par Cassius Dion (68.16.1) et moins clairement par Pline (Pan., 67.8), et à laquelle font allusion plus tard Aurélius Victor (13.9) et Sidoine Apollinaire (Carm., 5.560-561). Trajan déclare à son préfet du prétoire en lui présentant l’épée, symbole de son pouvoir : « Prends cette épée, afin de t’en servir pour moi, si je gouverne bien ; contre moi, si je gouverne mal », « Nous du moins faisons revivre ce mot très célèbre de Trajan : prends le commandement, si je suis bon, pour l’État et pour moi, et si je suis mauvais, pour l’État contre moi »29.

  • 30 Anonyme de Valois, 12.60 (MGH, AA, t. IX, p. 322) : ut etiam a Romanis Traianus uel Valentinianus, (...)

23Dans l’Anonyme de Valois, vers 550, Trajan sert encore de référence. On y lit que Théodoric gouvernait si bien les deux peuples ensemble, Ostrogoths et Romains, qu’il était appelé par les Romains Trajan ou Valentinien, dont il reproduisait l’époque30.

24Au milieu du siècle, Jordanès, dans les Romana, 267 (MGH, AA, t. XV, p. 34) dit de Trajan qu’il est pene omnium imperatorum potior, « presque le meilleur de tous les empereurs ». Lui qui a peut-être été évêque (si on doit l’identifier avec l’évêque de Crotone qui porte son nom) oublie de préciser que Trajan a été un persécuteur.

25Dans la deuxième moitié du siècle Venance Fortunat, louant le sens de la justice du roi Caribert (Poèmes, 6.2.79-82), qui juge avec la sagesse de Salomon, déclare qu’il représente pour la bonté l’esprit du puissant empereur Trajan (Traiani ingenium de pietate refers). Dans un autre passage (Poèmes, 10.2.12), Trajan est jugé fauorabilis, « favorisé (par le destin) ».

26On ne trouve rien d’intéressant pour notre propos dans les textes du viie siècle, et au viiie siècle Paul Diacre dans son Histoire romaine se contente de reprendre le texte d’Eutrope.

  • 31 Voir Gil 2000, p. 156-157. On sait que l’histoire canonique envisage dix vagues de persécution, déc (...)
  • 32 Sulp. Sev., Chroniques, 2.31.1 : Tertia persecutio per Traianum fuit. Qui cum tormentis et quaestio (...)
  • 33 Oros., 7.11.1 : Traianum in regnum adoptauit, per quem reuera adflictae reipublicae diuina prouisio (...)
  • 34 Ibid., 7.34.2 : Qui cum adflictum ac paene conlapsum reipublicae statum uideret, eadem prouisione, (...)

27En revanche les sources chrétiennes de la période considérée (ive-début viiie siècle) donnent une image différente de Trajan et dénoncent en lui le troisième persécuteur31. Eusèbe de Césarée, dans l’Histoire ecclésiastique (3.32-33), relate le martyre de Siméon mais explique que Trajan, informé par Pline, cessa les poursuites officielles contre les chrétiens. Sa source pour les échanges entre Trajan et Pline sur les chrétiens est l’Apologétique de Tertullien. Saint Jérôme, dans le De uiris illustribus, 16, achevé en 392-393, consacre un chapitre à Ignace d’Antioche et à son martyre sous Trajan, sans néanmoins accabler l’empereur. Sulpice Sévère indique que Trajan déclencha la troisième persécution mais que, n’ayant rien trouvé de répréhensible chez les chrétiens, même en usant de la torture, il ordonna de ne pas sévir davantage contre eux32. Au début du ve siècle, Orose lui aussi est nuancé. Il fait deux fois indirectement l’éloge de Trajan : Nerva, en adoptant Trajan, a veillé avec une prévoyance divine sur l’État accablé33. Le propos est repris un peu plus loin dans une comparaison avec l’adoption de Théodose par Gratien : « Comme il voyait la situation de l’État ébranlée et presque mise à terre, avec la même prévoyance par laquelle autrefois Nerva avait choisi un Espagnol, Trajan, grâce auquel fut rétabli l’État, il choisit lui-même Théodose, également un Espagnol »34. Cependant, si Théodose égale Trajan par les vertus d’ordre humain, il l’emporte sur lui par la foi et la religion (7.34.2). Car Trajan a été un persécuteur, même s’il l’a été par ignorance et a cessé ses décisions injustes une fois prévenu par Pline que les chrétiens ne faisaient rien de mal (7.12.3). Orose est un bon exemple de l’embarras où sont les chrétiens pour juger un prince à la fois optimus et persécuteur.

28Les auteurs chrétiens ultérieurs sont plus sévères. Augustin, dans la Cité de Dieu (18.52) et le Contre les lettres de Petilianus (2.92.202 et 207), mentionne Trajan uniquement comme un des dix persécuteurs des chrétiens. Au ve siècle, le Liber genealogus, 622 (MGH, AA, t. IX, p. 195), Prosper Tiro ou d’Aquitaine (Epitome chronicon, 558, MGH, AA, t. IX, p. 420) et la Chronica Gallica a. DXI 346 (MGH, AA, t. IX, p. 640) soulignent qu’il a déclenché la troisième persécution. Facundus d’Hermiane vers 550 rapproche Théodose et Trajan ex… uictoriarum frequentia, mais voit en ce dernier un filius gehennae (Défense des trois chapitres, 12.5.9). Grégoire de Tours dans le dernier quart du vie siècle (Histoire des Francs, 1.27) ne présente Trajan que comme le promoteur de la troisième persécution et il cite trois martyrs de cette persécution, Clément évêque de Rome, Siméon évêque de Jérusalem et Ignace évêque d’Antioche. Bède dans sa Chronique, 308 (MGH, AA, t. XIII, p. 286), qui date du début du viiie siècle, est très proche de Grégoire de Tours.

  • 35 Mallet & Thibault 1984-1997, t. I, p. 283-290.

29Le martyre d’Ignace d’Antioche est le plus connu de la persécution de Trajan. La version latine des actes de ce martyre (Martyrium Ignatii Antiochenum)35 daterait de la fin du ive ou du début du ve siècle, et la version grecque dont elle est traduite de la première moitié du ive. Peut-être y a-t-il eu alors une actualité du sujet.

30On voit cependant que même chez les chrétiens engagés la vision de Trajan n’est pas uniforme. Jusqu’à Augustin, Trajan est présenté comme un persécuteur modéré ; les jugements ultérieurs sont nettement des condamnations.

  • 36 Cf. Julian., Caes., 317b ; Amm. Marc., 25.8.5 : Traianus et Seuerus principes bellicosi ; Panégyriq (...)
  • 37 Cf. HA, Aurel., 14.5-6.
  • 38 Macr., Sat., 1.23.14 : egit Romano consilio.
  • 39 Cracco Ruggini 2001, p. 244-245.
  • 40 L’Histoire Auguste, Alex. Sev., 48, montre qu’une vengeance plus que clémente de l’empereur Sévère (...)

31Globalement sur la période que nous avons étudiée, l’image de Trajan est très positive, avec un sommet à l’époque théodosienne. Chez les païens il évoque les succès militaires36 à une époque où il n’y en a plus guère. On apprécie ses victoires, ses bons rapports avec le Sénat, ses vertus morales. Il incarne l’idéal sénatorial du prince primus inter pares, choisi pour son mérite37, dont le pouvoir est fondé sur la loi. C’est aussi un vrai Romain, comme le souligne par sa formulation Macrobe : « il agit avec une prudence de Romain »38. Assurément son image s’est transformée avec le temps, et il a acquis des vertus morales qu’il n’avait pas nécessairement au départ, la modération, la générosité notamment sur le plan fiscal, la justice, l’absence d’ambition, la clémence. Il semble notamment que des éléments favorables à Hadrien aient été transférés à Trajan : Cassius Dion (69.7.4) attribuait à Hadrien la visite aux amis malades, et, comme le rappelle Lelia Cracco Ruggini39, la légende de la justice de Trajan a d’abord pour héros Hadrien (Cassius Dion, 69.6.3). Cependant, il y a toujours eu des confusions dans les qualités (et les défauts) dont les historiographes créditaient les empereurs40, et dans l’ensemble l’image de Trajan à cette époque ne s’est pas construite en opposition avec celle d’Hadrien.

  • 41 Cracco Ruggini 2001, p. 252-253 ; Zecchini 1993, p. 141. Voir dans la présente publication les arti (...)

32Même les chrétiens s’abstiennent dans leur majorité d’être trop sévères à l’égard de Trajan. L’ambivalence de Trajan, à la fois persécuteur et optimus princeps, sera résolue par le pape Grégoire. C’est lui qui, après avoir pris connaissance de l’épisode de la justice rendue par Trajan à la veuve (récit qui se lit pour la première fois dans la biographie de Grégoire de l’anonyme de Whitby composée probablement avant 714), intercédera auprès de Dieu pour le salut de cet empereur, transformant ainsi le meilleur des princes en un héros cher aussi au Dieu chrétien41. Il est certain que sa clémence et sa justice sur lesquelles insistent les sources tardives ont favorisé cette christianisation.

Bibliography

Barzanò & al. (dir.) 2001 : A. Barzanò & al. (dir.), Identità e valori, fattori di aggregazione e fattori di crisi nell’esperienza politica antica, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2001.

Brocca 2004 : N. Brocca, « Memoria poetica e attualità politica nel panegirico per Avito di Sidonio Apollinare », Incontri triestini di filologia classica, 3, 2004, p. 279-295.

Chausson 2007 : Fr. Chausson, Stemmata Aurea : Constantin, Justine, Théodose. Revendications généalogiques et idéologie impériale au ive siècle apr. J.-C., Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007.

Cracco Ruggini 2001 : L. Cracco Ruggini, « Modello politico classico per un imperatore cristiano (IV-V secolo) », dans Barzanò & al. (dir.) 2001, p. 241-255.

Foulechat & Brucker 2006 : D. Foulechat & Ch. Brucker, Le Policratique de Jean de Salisbury (1372). Livre V, Genève, Droz, 2006.

Gil 2000 : J. Gil, « Trajano en la Edad Media », dans González (dir.) 2000, p. 155-178.

González (dir.) 2000 : J. González (dir.), Trajano emperador de Roma, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2000.

Kloft & Kerner 1992 : H. Kloft & M. Kerner, Die ‘Institutio Traiani’. Ein pseudo-plutarchischer Text im Mittelalter, Text, Kommentar, zeitgenössischer Hintergrund, Stuttgart, Teubner, 1992.

Mallet & Thibault 1984-1997 : J. Mallet & A. Thibault, Les manuscrits en écriture bénéventine de la Bibliothèque capitulaire de Bénévent, Turnhout, Brepols, 1984-1997, 3 vol., t. I, p. 283-290 (Martyrium Ignatii Antiochenum).

Reydellet 1981 : M. Reydellet, La royauté dans la littérature latine de Sidoine Apollinaire à Isidore de Séville, Rome, École française de Rome, 1981.

Reynolds (dir.) 1983 : L. D. Reynolds (dir.), Texts and Transmission, Oxford, Clarendon Press, 1983.

Tournier 2016 : Ch. Tournier, « La mémoire des figures impériales chez Claudien », Interférences-Ars scribendi (en ligne), 9, 2016.

Zecchini 1993 : G. Zecchini, Ricerche di storiografia latina tardoantica, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1993, 2 vol.

Notes

1 Zecchini 1993, t. I, p. 127-145.

2 Cracco Ruggini 2001.

3 Plin., Pan., 2.7 ; 88.4-10.

4 Voir cependant Sid. Apoll., Epist., 8.10.3, et plus bas les textes de Cassiodore. Voir Reynolds 1983, p. 289. Notons que la confusion entre les deux Pline commence dès le ive (Jer., Is., 15.54, versets 11-12, PL 24, col. 523D) et le ve siècle (Macrob., Sat., 3.16.5 et 7 ; Prosper Tiro (Prosper d’Aquitaine), Epitoma chronicon 569, MGH, AA, t. IX, p. 421).

5 Zecchini 1993, p. 128-129.

6 Tert., Apol., 2.6-7.

7 Ibid., 5.7-8.

8 Julian., Caes., 311c, 327b-328b, 333ab.

9 Auson., Grat. act., 17.76 : aegrotantes amicos Traianus uisere solebat.

10 Ibid., 16.72-73.

11 Symm., Ep., 1.13.3.

12 Amm. Marc., 16.1.4 : ut prudentia Vespasiani filius Titus alter aestimaretur, bellorum gloriosis cursibus Traiani simillimus, clemens ut Antoninus, rectae perfectaeque rationis indagine congruens Marco.

13 Zecchini 1993, p. 133-134.

14 [Ps. Aur. Vict.], Epit. de Caes., 48.8-10.

15 Them., Or., 5.63d ; 11.145b ; 13.166b et 173 bc ; 17.215ab.

16 Cela rappelle le mot attribué à Louis XII : « Le roi de France ne venge pas les injures du duc d’Orléans ».

17 Sur Claudien et Trajan, voir Tournier 2016.

18 Claud., 4 Pan. Hon., v. 315-319 : uictura feretur/gloria Traiani, non tam quod Tigride uicto/nostra triumphati fuerint prouincia Parthi,/ alta quod inuectus fractis Capitolia Dacis,/ quam patriae quod mitis erat.

19 Claudien, Œuvres. Poèmes politiques (395-398), éd. J.-L. Charlet, Paris, Les Belles Lettres, 2 vol., 2000, t. II, p. 7 note d ; Chausson 2007, p. 257.

20 Carmina minora, 30, 54-57 : diues equis, frugum facilis, pretiosa metallis,/ principibus fecunda piis, tibi saecula debent/Traianum ; series his fontibus Aelia fluxit ; / hinc senior pater, hinc iuuenum diademata fratrum.

21 C’est la « Vie de Tacite » 5.1 qui invente curieusement que Trajan est arrivé vieux au pouvoir (en fait il y arrive à moins de 45 ans). Voir Brocca 2004, p. 282-285.

22 Voir Histoire Auguste, Tome V, 1re partie, éd. Fr. Paschoud, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 102.

23 Cela vise Honorius, mais il y avait eu peu auparavant les cas de Gratien et Valentinien II.

24 Voir Cracco Ruggini 2001, p. 246 ; Kloft & Kerner 1992 ; Foulechat & Brucker 2006, p. 61-69.

25 Sid. Apoll., Carm., 7.116-117 : Talem capta precor. Traianum nescio si quis/aequiperet, ni fors iterum tu, Gallia, mittas/qui uincat. Voir Reydellet 1981, p. 54.

26 Voir Brocca 2004, p. 281-282.

27 Cassiod., Var., 8.3.5 : Ecce Traiani uestri clarum saeculis reparamus exemplum: iurat uobis per quem iuratis, nec potest ab illo quisquam falli, quo inuocato non licet inpune mentiri.

28 Ibid., 8.13.4 : Ecce iterum ad quaesturam eminens euenit ingenio. Redde nunc Plinium et sume Traianum.

29 Ibid., 8.13.5 : Renouamus certe dictum illud celeberrimum Traiani: sume dictationem, si bonus fuero, pro re publica et me, si malus, pro re publica in me.

30 Anonyme de Valois, 12.60 (MGH, AA, t. IX, p. 322) : ut etiam a Romanis Traianus uel Valentinianus, quorum tempora sectatus est, appellaretur.

31 Voir Gil 2000, p. 156-157. On sait que l’histoire canonique envisage dix vagues de persécution, décidées par les empereurs Néron, Domitien, Trajan, Marc Aurèle, Septime Sévère, Maximin le Thrace, Dèce, Valérien, Aurélien, Dioclétien.

32 Sulp. Sev., Chroniques, 2.31.1 : Tertia persecutio per Traianum fuit. Qui cum tormentis et quaestionibus nihil in christianis morte aut poena dignum repperisset, saeuiri in eos ultra uetuit.

33 Oros., 7.11.1 : Traianum in regnum adoptauit, per quem reuera adflictae reipublicae diuina prouisione consulit.

34 Ibid., 7.34.2 : Qui cum adflictum ac paene conlapsum reipublicae statum uideret, eadem prouisione, qua quondam legerat Nerua Hispanum uirum Traianum per quem respublica reparata est, legit et ipse Theodosium aeque Hispanum uirum

35 Mallet & Thibault 1984-1997, t. I, p. 283-290.

36 Cf. Julian., Caes., 317b ; Amm. Marc., 25.8.5 : Traianus et Seuerus principes bellicosi ; Panégyrique de Théodose par Pacatus, 12.11.6 : finibus Traianus augeret ; HA, Tyr. trig., 6.6 : in uirtute Traianum ; Claud., 2.3 : Traiani uirtus.

37 Cf. HA, Aurel., 14.5-6.

38 Macr., Sat., 1.23.14 : egit Romano consilio.

39 Cracco Ruggini 2001, p. 244-245.

40 L’Histoire Auguste, Alex. Sev., 48, montre qu’une vengeance plus que clémente de l’empereur Sévère Alexandre était couramment attribuée à Trajan.

41 Cracco Ruggini 2001, p. 252-253 ; Zecchini 1993, p. 141. Voir dans la présente publication les articles de Pere Maymó i Capdevila et Juan Antonio Jiménez Sánchez, « L’origine d’une légende grégorienne : la rédemption de Trajan » et d’Alban Gautier, « Trajan et Hadrien dans les îles Britanniques dans le haut Moyen Âge ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site