Version classiqueVersion mobile

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’image de Trajan dans l’Antiquité tardive et jusqu’au début du viiie siècle

Étienne Wolff

Résumé

On s’intéresse ici à l’image de Trajan dans l’Antiquité tardive et jusqu’à l’apparition de la légende de la justice de Trajan (qui est attestée pour la première fois dans une vie de Grégoire le Grand écrite par un moine anonyme de Whitby avant 715). On se fonde notamment sur Thémistius, Claudien, l’Histoire Auguste, Orose, Sidoine Apollinaire, Cassiodore, Venance Fortunat. On examine quels auteurs présentent Trajan comme un optimus princeps, quels autres comme un persécuteur, pourquoi il a pu apparaître comme le prince idéal, et comment les chrétiens articulent les deux aspects opposés de l’empereur. Globalement, sur l’ensemble de la période, l’image de Trajan est très positive, avec un sommet à l’époque théodosienne. Il semble notamment que des éléments favorables à Hadrien aient été dans un second temps transférés à Trajan.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au moment où j’ai proposé ce sujet, je n’avais pas examiné la bibliographie, et j’ignorais notamment le chapitre de Giuseppe Zecchini, « Traiano postumo », dans son ouvrage Ricerche di storiografia latina tardoantica1 et l’article de Lelia Cracco Ruggini, « Modello politico classico per un imperatore cristiano (IV-V secolo) »2, qui traitent de manière détaillée les points que je voulais développer. Je me limiterai donc ici à compléter leur propos. Le siècle des Antonins, période de paix (du moins jusque sous Marc Aurèle) et de prospérité, passe habituellement pour le siècle d’or de l’Empire romain. Et les empereurs de la dynastie antonine, à l’exception de son dernier représentant, Commode, jouissent d’une image favorable. Parmi eux, Trajan incarne tout particulièrement le modèle du prince idéal, lui à qui le Sénat avait accordé le cognomen d’optimus3. Cette mise en valeur de Trajan commence avec le Panégyrique de Pline, un texte qui a eu apparemment une grande influence dans l’Anti...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search