Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Troisième partie. Gestion des territoires agricoles et ruraux

Introduction

Michel Capron

Texte intégral

1Le point commun aux quatre articles de cette partie est relatif à la question de la gestion des territoires agricoles et ruraux. Le concept de territoire est encore relativement inexploré et il l′est encore moins lorsqu′il s′agit de faire le lien avec le développement soutenable (ou durable). Un territoire (qu′il ne faut pas confondre avec le sol ou avec la terre) n′est pas un espace de coprésence neutre et inerte, mais une construction sociale d′appropriation et d′habitation d′un lieu en commun dans un réseau de partenariats, susceptible de fédérer une dynamique d′intégration spatiale (d′après Fourcade, 2005).

2Le territoire est le support politico-spatial de l′activité économique et sociale. Il joue un rôle essentiel dans les échanges et la circulation des personnes et des biens. Il dispose de ressources, notamment spécifiques (non délocalisables) et n′existe que par la nécessaire interaction des organisations qui y sont présentes et par les représentations qu′en ont les acteurs. Il constitue ainsi le lien entre les pouvoirs publics (déconcentrés ou décentralisés) et les entités économiques. Il n′est donc pas étonnant que le développement soutenable qui est, avant tout, l′expression de politiques macro-économiques et macro-sociales, trouve ici les conditions d′un plein épanouissement, puisque le territoire permet la liaison entre des volontés politiques publiques et les manifestations de démarches volontaires des entreprises qu′on a appelé – bien que cela soit discutable – responsabilité sociale des entreprises (RSE).

  • 1 Voir notamment dans cet ouvrage, l′introduction de Jacques Richard à la 2e partie.

3Comme il a été souvent rappelé, le concept de développement soutenable est un concept ambigu qui donne lieu à de multiples acceptions et offre une gamme étendue d′interprétations1. Selon la dimension à laquelle la finalité est accordée (économique, sociale ou environnementale), les deux autres dimensions sont des moyens et/ou des contraintes qui définissent des profils-types de posture différente (Capron, Quairel-Lanoizelée, 2010). C′est la raison pour laquelle il est vain de vouloir caractériser a priori une politique publique ou d′entreprise sans se livrer à un travail empirique détaillé : c′est donc tout l′intérêt des cas concrets qui sont présentés dans cette partie.

4Mais pourquoi faut-il « gérer » des territoires ? Dans un contexte d′application des principes du développement soutenable, il ne faut pas attendre une action coordonnée spontanée des acteurs qui permettrait d′atteindre des objectifs collectifs lesquels, au demeurant, n′ont pas été définis à l′avance. Le tissu économique et social que constitue un territoire se doit d′être consciemment mobilisé pour préserver les équilibres écologiques, garantir l′équité sociale tout en assurant la pérennité des activités économiques. D′où l′idée que les acteurs économiques et sociaux doivent coopérer avec les instances publiques locales pour définir des politiques territoriales conjuguant des objectifs d′intérêt commun, des méthodes d′évaluation des impacts, des moyens d′action et des instruments de suivi des résultats. La responsabilité sociale du territoire devient ainsi une notion collective dépassant les intérêts individuels des acteurs présents sur celui-ci.

5L′idée d′une « responsabilité sociale des territoires » (comme il existe une « responsabilité sociale des entreprises ») est née du Réseau REVES (Réseau Européen des Villes et des régions de l′Économie Sociale), dont l′ambition est de tisser des partenariats stables entre collectivités territoriales et acteurs de l′économie sociale et d′élaborer des politiques communes visant le développement soutenable local. Ainsi, REVES définit un territoire socialement responsable, comme « une autorité locale qui met en cohérence toutes ses politiques de façon transversale, en référence à un modèle de développement durable respectant un équilibre entre les dimensions économiques, sociales, culturelles et environnementales, dans le double paradigme « penser globalement, agir localement », dans le temps présent tout en préservant l′avenir, en s′appuyant sur un processus de bonne gouvernance qui sensibilise et mobilise l′ensemble des acteurs du territoire à avoir un comportement responsable » (CECOP/REVES, 2003).

6La gouvernance du territoire revêt donc une importance particulière avec une perspective de cohésion de ses membres, laquelle peut s′affirmer à travers une relation d′adversité ou de compétitivité avec d′autres territoires. Elle implique une démarche participative qui est souvent problématique en fonction des contextes spécifiques locaux, comme le montrent les contributions de cette partie.

7Le premier article du à Najoua Bensalah, avec Mohamed Sabir, Eric Roose et Abdellah Laouina concerne les problèmes de ruissellement et d′érosion sur des sols d′une région du Maroc, consécutifs à une conversion de terres forestières en terrains de parcours et de culture. Il propose une méthode d′évaluation des impacts de cette conversion à partir d′indicateurs destinés à faciliter la prise de décision des acteurs locaux.

8Le second article présenté par Karima Boudedja s′intéresse à la représentation du territoire et de ses ressources par les acteurs, à partir de l′étude du cas des stratégies de développement rural d′un massif forestier en Algérie. Il met en évidence la diversité des représentations qui freine une véritable dynamique de développement.

9La gouvernance territoriale est traitée à travers l′article de Chiraz Ghozzi-Nekhili et Emma Gana-Oueslati qui étudient les problèmes d′implication des entreprises dans la mise en œuvre des agendas 21 dans le cas d′une commune tunisienne ; l′agenda 21 constituant le dispositif typique d′une mise en œuvre du développement durable à l′échelle locale. Il met l′accent sur les limites d′une gouvernance verticale, avec « participation octroyée ».

10La coopération agricole est également l′un des domaines où la question de la participation des acteurs se pose. Auteure du quatrième article, Sophie Lefranc-Morel s′attache à montrer, dans le cas de la coopérative d′élevage de la Loire, que la valorisation du patrimoine et de l′histoire d′une organisation coopérative est une des voies à explorer pour remotiver les adhérents et pérenniser un statut qui favorise le développement local.

Bibliographie

Références

Capron M., Quairel-Lanoizelée F., 2010, La responsabilité sociale d′entreprise, Paris, La Découverte.

CECOP/REVES, 2003, La responsabilité sociale des territoires, une transposition de la responsabilité sociale des entreprises aux autorités locales, Bruxelles, mai.

Fourcade C., 2005, « Gouvernance territoriale et responsabilité sociale », in Le Roy F., Marchesnay M., La responsabilité sociale de l′entreprise. Mélanges en l′honneur du professeur Roland Pérez, Colombelles, Editions EMS.

Notes

1 Voir notamment dans cet ouvrage, l′introduction de Jacques Richard à la 2e partie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540