Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Trajan et Hadrien dans la Chronographie de Jean Malalas

Alessandro Galimberti et Marco Rizzi
Traduction de Alban Gautier

Résumé

La ville d’Antioche avait une grande importance à l’époque de Trajan et d’Hadrien. La cité sur l’Oronte fut en effet le principal centre opérationnel de la campagne contre les Parthes, et Trajan y établit ses quartiers en 117. C’est aussi à Antioche que vécut au vie siècle l’historien Jean Malalas, dont la Chronographie offre une perspective intéressante – et intéressée – sur Trajan et Hadrien. L’œuvre de Malalas constitue de fait une source utile, en raison de son récit développé de la Guerre parthique, auquel s’ajoutent des éléments sur le tremblement de terre de 117, le martyre d’Ignace, et divers aspects de la vie de la cité (fêtes et cérémonies, constructions). Le point de vue original de Malalas sur Trajan et Hadrien est donc un témoignage de la tradition orientale du vie siècle sur ces deux empereurs.

Antioch in Trajan’s and Hadrian’s time has particular importance. The city on the Orontes was indeed the headquarters of the legions destined to campaign against the Parthians and Trajan had moved there in 117. Antioch is also the home of the sixth-century historian John Malala, whose Chronographia offers an interesting – and interested – perspective on Trajan and Hadrian. Malala is indeed a valuable source because he retains an extensive narrative of Trajan’s Parthian War, along with elements about the earthquake of 117, the martyrdom of Ignatius, and several aspects of Antiochene life (festivals, celebrations, constructions). Malala’s particular point of view on Trajan and Hadrian is thus a testimony of an Oriental tradition on those two emperors in the sixth century.

Texte intégral

1La Chronographie en dix-huit livres de Jean Malalas, dont le début et la fin sont perdus, commence avec l’histoire de l’Égypte ancienne et se termine sur l’expédition vers l’Afrique entreprise sous Justinien en 563. Malalas – sans doute un surnom signifiant « rhéteur » – a vécu à Antioche à la fin du ve siècle et au début du vie siècle. La Chronographie repose sur la compilation de plusieurs types de sources, et un de ses traits majeurs est l’accent mis sur la ville d’Antioche. La valeur historique de cette œuvre est variable, mais elle mérite parfois d’être considérée comme un point de vue original sur l’histoire de l’Empire romain : c’est le cas, en particulier, des vingt premiers chapitres du livre XI, consacrés aux règnes de Trajan (chapitres 1 à 12) et d’Hadrien (chapitres 13 à 20).

Malalas, Antioche et la tradition sur Trajan

2Le principal épisode appartenant au règne de Trajan dans la Chronographie de Malalas se déroule à Antioche de Syrie, et est rapporté aux chapitres 3 et 4. Il concerne principalement la campagne arménienne qui commença en 113 (à laquelle Hadrien participa), ainsi que les événements qui lui sont liés. Mais en réalité, les faits évoqués se sont déroulés aussi bien en amont qu’en aval de ces opérations militaires : ils incluent un prélude et un épilogue à l’ensemble de la campagne initiée par Trajan en 113, et nous amènent dans les faits jusqu’en 117.

  • 1 C’est-à-dire en 109/110. On sait par ailleurs que Trajan quitta Rome en octobre 113.
  • 2 Malal., Chron., 11.3 : καὶ ταῦτα ἀκούσας ὁ θειότατος Τραϊανὸς βασιλεὺς εὐθέως ἐπεστράτευσε τῷ ιβʹ ἔ (...)
  • 3 Ibid. : δίχα μέντοι πολέμου κατὰ σύνταξιν φιλικὴν καὶ πάκτα.

3Au chapitre 3, Malalas relate donc la grande expédition que Méerdotès, roi des Parthes de la dynastie arsacide et frère d’Osroès, roi des Arméniens, mena contre les Romains en compagnie de son fils Sanatrukès, occupant divers territoires situés dans la Romania du temps de Malalas. Mais Méerdotès mourut d’une chute de cheval pendant le sac d’une ville, et laissa sa couronne à son fils : celui-ci poursuivit la politique de son père, tandis qu’Osroès envoyait à son secours son propre fils Parthamaspatès. Prévenu de la situation, Trajan, selon les mots de notre historien, « dans la douzième année de son règne1, mit immédiatement sur pied une expédition, et quitta Rome en octobre-Hyperberetaios2 » : en décembre, l’empereur arriva à Séleucie de Syrie. Dans le même temps, les « Perses » avaient pris Antioche sans effusion de sang, et les nobles de la cité avaient envoyé des ambassadeurs à Sanatrukès « pour faire la paix et conclure un traité3 ». Pour assurer la médiation, le roi envoya deux ambassadeurs nommés Fortunus et Gargaris, qu’il fit escorter par un important détachement armé. Trajan écrivit alors à la noblesse et à tous les citoyens d’Antioche pour les exhorter à se révolter contre les Perses, en les assurant de la protection romaine. Au chapitre 4, Malalas rapporte que les Antiochiens massacrèrent alors les Perses – y compris Fortunus et Gargaris – à la faveur de la nuit, et portèrent leurs cadavres en procession à travers la cité. Quant aux Perses qui parvinrent à échapper au massacre, ils mirent le feu à un faubourg de la ville. Dès son arrivée à Daphné, aux portes d’Antioche, Trajan ordonna de faire ensevelir les dépouilles des Perses afin de purifier la cité du massacre : le rituel fut accompli au son des tambours, raison pour laquelle il devait être répété chaque année lors de festivités d’une demi-journée. Puis, en janvier, Trajan entra dans la ville par la Porte d’Or et célébra sa victoire. Enfin, Malalas revient au chapitre 6 sur les affaires « perses » et relate (cette fois-ci sans lien explicite avec la ville d’Antioche) la guerre civile qui oppose les deux cousins Sanatrukès et Parthamaspatès : ayant pris parti pour le second, Trajan remporte la victoire et fait couronner Parthamaspatès, qui règne dès lors sur les Perses.

  • 4 Mecella 2018.
  • 5 Firpo 2001.

4Le récit de Malalas est loin d’être limpide : non seulement l’auteur insère des passages assez surprenants, mais il fait preuve d’une grande confusion chronologique. Malalas présente tous ces événements comme contemporains de ceux d’Antioche, et tout ce qui touche à Osroès, Sanatrukès et Parthamaspatès est relié rétrospectivement à des événements ayant concerné Antioche entre 113 et 115. En fait, l’affrontement final entre les Parthes et Rome se déroula en 117, et il ne fut jamais question pour les premiers d’admettre Parthamaspatès comme leur roi. En outre, la question d’Arménie, qui fut à l’origine de la campagne de Trajan en 113, opposait Osroès, devenu roi des Parthes en 109 après la mort de Pacorus, à l’empereur Trajan : l’un comme l’autre soutenaient en Arménie l’un des fils du défunt Pacorus, à savoir Parthamasiris, soutenu par Rome, et Axidarès, soutenu par le roi des Parthes. Selon Laura Mecella4, qui a récemment étudié les événements qui se déroulèrent à Antioche avant le déclenchement de la guerre parthique, Malalas a construit un récit composite mêlant faits et fiction. En particulier, notre historien (ou sa source) a entièrement inventé l’histoire de l’occupation de la ville par les Perses, ou l’a mêlé aux souvenirs d’un événement du ier siècle av. J.-C., quand un autre Pacorus avait pris la ville avec le soutien des citoyens. L’objectif de ce récit aurait été de souligner les bonnes relations entre les Antiochiens et l’empereur, mais aussi de mentionner le rituel de purification de la cité, ici relié à l’expulsion des Perses, mais également au tremblement de terre de 1155.

  • 6 Sur ce passage, voir la troisième partie du présent chapitre, rédigée par Marco Rizzi.
  • 7 Sur ce point, voir désormais Rizzi 2018.
  • 8 Saliou 2016.

5Cela m’amène à émettre quelques remarques concernant le traitement général du règne de Trajan chez Malalas, dont le point de vue apparaît assez inhabituel. Mais avant cela, il convient de résumer brièvement le contenu des chapitres 5 à 12. Au chapitre 5, Malalas mentionne la requête de Tiberianus, gouverneur de Judée, qui demande à l’empereur un rescrit sur le comportement qu’il convient d’adopter à l’encontre des chrétiens « qui, contre nos lois, professent leur doctrine et ne cessent de se dénoncer eux-mêmes afin d’être tués6 ». Aux chapitres 6 et 7, on trouve le récit de la campagne parthique de Trajan, du couronnement de Parthamaspatès, et des instructions données par Trajan pour les provinces de Mésopotamie, d’Osroène et de Dacie. Le chapitre 8 relate le terrible tremblement de terre d’Antioche, qui ravagea la cité en décembre 115. Le chapitre 9 explique comment Trajan fit reconstruire les principaux bâtiments de la ville. Au chapitre 10, après une brève mention du martyre d’Ignace7, Malalas rapporte l’étrange récit du martyre de cinq chrétiennes. Le chapitre 11 rapporte la fondation du temple d’Artémis à Daphné et la création de la province de Dacie8. Enfin, le chapitre 12 relate la mort de Trajan.

  • 9 Malal., Chron., 11.10 : καὶ ὅτε ἤρξατο παρέχειν τὸ δημόσιον, εἴ τις ἐὰν ἐλούετο εἰς αὐτὸ τὸ δημόσιο (...)
  • 10 Ibid. : ἰδοὺ ἐγὼ αὐτὰς ἀνέστησα καθὼς εἶπον καὶ οὐχὶ ὁ θεὸς αὐτῶν.
  • 11 Ibid. : ἐμαρτύρησε δὲ τότε ἡ ἁγία Δροσινὴ.

6En premier lieu, on notera l’attitude de Trajan à l’égard des chrétiens : celle-ci, sous la plume de Malalas, semble contradictoire. D’un côté, l’empereur est assez semblable à l’homme qui, dans les Lettres de Pline le Jeune (10.97) parle avec son légat et choisit une réponse modérée (mais ambiguë) à la question des persécutions : ainsi au chapitre 5, Malalas explique comment Trajan aurait demandé au gouverneur de Judée et « à tous les autres gouverneurs » de cesser de tuer les chrétiens. D’autre part, au chapitre 10, où Malalas relate le martyre (légendaire) de cinq chrétiennes à Antioche, Trajan apparaît comme un persécuteur féroce qui ordonne de brûler les martyres et de mélanger leurs cendres aux matériaux de construction des thermes en voie d’achèvement ; en outre, il n’hésite pas à manifester son mépris de la religion chrétienne. Après l’inauguration des thermes, « ceux qui s’y lavaient s’en trouvaient noircis, perdaient connaissance et cherchaient à grand-peine à s’en échapper9 », de sorte que l’empereur aurait renoncé à employer les cendres des martyres et aurait réutilisé les matériaux pour des statues en l’honneur de ces cinq femmes. Une fois celles-ci achevées, Trajan aurait remarqué d’un ton sarcastique : « Voyez, c’est moi qui les ai ressuscitées, et non leur dieu, comme elles le prétendaient10. » L’historicité de cet épisode est très peu probable, même s’il est possible qu’il soit dérivé du martyre de Drusiana, mentionné par Malalas11. En outre, Malalas lui-même affirme qu’il s’agit d’un récit étiologique, très probablement dérivé de traditions orales. Il reste que la contradiction entre les deux aspects de Trajan est bien là.

7Je ne sais pas quelle pourrait être la bonne réponse à ce dilemme. Il suffit peut-être de penser que Malalas ne se souciait guère de mettre en regard ces deux épisodes, différents par leur tonalité comme par leur contenu, et qu’il ne voyait là aucune contradiction. De fait, la correspondance avec le gouverneur de Judée provient d’une source officielle, tandis que l’histoire des cinq martyres est une tradition locale que Malalas, excellent connaisseur de tout ce qui touche à la cité, se plaît à transmettre : elle lui permet de démontrer sa connaissance de la tradition antiochienne et de s’en présenter comme le principal défenseur. Brian Croke a noté à juste titre que le trait principal de la chronique est son ancrage antiochien :

  • 12 Croke 1990, 6.

Antioch was the city of Malalas’s life. In Malalas’s time in the late fifth and the earlier part of the sixth century, Antioch was a major cosmopolitan capital of the Roman east. Above all it was a key center for both the civil and military administration, being the headquarters of the comes Orientis (who was responsible to the Emperor, through the Praetorian Prefect, for the whole Eastern diocese), the magister militum per Orientem (commander-in-chief of all the forces in the East, including those in the Persian frontier zone) and the proconsul of the province of Syria I, the local province12.

  • 13 Croke 1990, 23.

8Enfin, il ne faudrait pas oublier que le chapitre 10 est entièrement consacré au thème du martyre. Notre historien a donc décidé de rassembler en un seul lieu le martyre d’Ignace et celui des cinq chrétiennes. Je ne suis pas certain qu’il faille accorder une signification proprement doctrinale à ce chapitre – par exemple, si l’on peut dire que Malalas commémore Ignace et les cinq femmes afin de mettre en avant la valeur de leur martyre et le « mauvais exemple » à ne pas suivre. S’il est difficile de se faire une opinion sur ce point, c’est aussi parce que la théologie de Malalas semble assez pauvre et rudimentaire, et qu’il semble plus intéressé par les pratiques que par la doctrine13.

9Un deuxième aspect important du compte rendu du règne de Trajan dans l’œuvre de Malalas concerne la politique de construction. Au chapitre 9, notre historien se concentre sur la construction du complexe dit de la « Porte centrale », près du temple d’Arès, consistant en deux grandes galeries, des thermes, un aqueduc et un théâtre. L’explication principale de cette politique réside dans le tremblement de terre de décembre 115, qui exigea une reconstruction rapide, surtout si l’on tient compte du fait que le séjour de Trajan dans la cité, même s’il ne fut pas bref, fut effectivement limité. N’oublions pas que Malalas prétend offrir, à travers son œuvre, une chronique bien informée de la cité d’Antioche.

  • 14 Les deux derniers semblent avoir été commencés par son père : le soin des aqueducs était donc une a (...)
  • 15 Pour approvisionner en eau les carrières de porphyre du Mons Claudianus, dans la région désertique (...)
  • 16 Malal., Chron., 11.14.
  • 17 Plin., Ep., 10.24 : Si instructio noui balinei oneratura uires Prusensium non est, possumus desider (...)
  • 18 Plin., Ep., 10.40.2 : Gymnasiis indulgent Graeculi; ideo forsitan Nicaeenses maiore animo construct (...)

10On peut toutefois avancer une autre explication, en observant que Malalas met ici le doigt sur un des traits essentiels du gouvernement de Trajan. Celui-ci n’était pas seulement un grand général, mais il a aussi initié et mené à bien un grand nombre de constructions publiques. Parmi ses principales réalisations, on peut citer de nouvelles routes (en particulier celles qui relient Bénévent à Brindes) et de nombreux aqueducs en Italie (dans le territoire de Centumcellae, à Forum Clodii-Bracciano, à Subiaco, à Talamone, et peut-être à Ravenne) comme dans les provinces (à Ségovie où l’imposant viaduc est toujours visible, à Iader-Zara, à Nicomédie, à Sinope, à Milet et à Smyrne14, ainsi qu’en Arabie et en Égypte15). À Antioche, Trajan fit aussi creuser le canal qui permettait de réguler le cours de l’Oronte, et qui fut achevé par Hadrien16. Quant aux thermes, dont la construction impressionne Malalas et dont Trajan aurait pris le plus grand soin, il suffit de penser aux Thermae Traiani, un des plus grands complexes thermaux de Rome avec ceux de Caracalla et de Dioclétien, et à ceux de Thamugadi (Timgad) : Trajan y fit construire un ensemble de quatorze bains, qui témoigne d’un tournant vers le grandiose sans véritable précédent. La correspondance de Trajan avec Pline témoigne aussi avec goût de la prudence et de la parcimonie qui guidèrent l’empereur dans sa politique de grands travaux, mais aussi de l’impulsion donnée dans ce sens en Orient. Trajan recommande ainsi à Pline les thermes que les habitants de Pruse souhaitent construire : « Si la construction d’un nouvel établissement de bains ne doit pas peser sur les ressources des habitants de Pruse, nous pouvons, dans notre bienveillance, accéder à leur désir, à condition que ce ne soit pas l’occasion d’un impôt spécial ou, à l’avenir, d’une diminution de leurs fonds pour les dépenses indispensables »17. De même, apprenant que les habitants de Nicée se sont engagés de manière irréfléchie dans les travaux d’un théâtre et d’un gymnase qui, bien qu’inachevés, menacent déjà de s’effondrer, Trajan répond : « Les gymnases sont le faible de ces pauvres Grecs ; c’est peut-être pour cette raison que les habitants de Nicée ont été trop ambitieux en entreprenant la construction de celui-ci. Mais ils doivent se contenter d’un qui peut leur suffire18 ».

11Il convient cependant de noter que, même dans le contexte apparemment positif que constitue la politique de construction de Trajan, un sacrifice humain est exigé par l’empereur pour achever la construction du nouveau complexe dit de la Porte centrale. En effet, après le martyre d’Ignace, Trajan fait arrêter cinq chrétiennes d’Antioche et les livre au bûcher. Il ordonne alors que leurs cendres soient mêlées au bronze, et que ce mélange serve à la construction de ses thermes (Malal., Chron., 11.10). Nous en conclurons donc que le portrait que Malalas fait de Trajan, qui plus est persécuteur d’Ignace et des cinq martyres, n’est pas vraiment positif. Cette représentation de Trajan étonne par la cruauté prêtée au personnage : elle ne correspond guère à la tradition de l’Optimus princeps, qui nous est plus familière.

Malalas et l’accession d’Hadrien

  • 19 Malal., Chron., 11.13 : ἦν δὲ διμοιριαῖος, εὔογκος, λευκόχροος, μιξοπόλιος, εὐειδής, δασυπώγων, γλα (...)

12Prenons maintenant en compte les chapitres 13 à 20, consacrés à Hadrien. Le chapitre 13 s’ouvre sur l’habituelle description physique du nouvel empereur : « il était de taille moyenne et de noble apparence, avait la peau claire, les yeux gris, un beau visage, la barbe épaisse, un caractère affirmé ; c’était un bon rhéteur19. » Au chapitre suivant, Malalas s’étend sur la politique de constructions d’Hadrien à Antioche, en soulignant l’impressionnant travail de restauration des principaux monuments et bâtiments d’utilité publique promu par Hadrien (en particulier pour l’aqueduc et les thermes). Le chapitre 15 contient un bref compte rendu du séjour d’Hadrien à Antioche pendant les derniers mois du règne de Trajan. Le chapitre 16 rapporte le tremblement de terre de Cyzique (dans l’Hellespont) et la reconstruction de la cité grâce à la libéralité d’Hadrien. Les quatre derniers chapitres, très brefs, sont consacrés respectivement à la révolte juive de 132-135 et au remplacement du nom de Jérusalem par celui d’Aelia Capitolina (chapitre 17) ; à la restauration du Colosse de Rhodes (chapitre 18) ; à la diffusion de la doctrine hérétique de Marcion (chapitre 19) ; et à la fondation de plusieurs citées portant le nom d’Hadrianopolis, ainsi qu’à celle d’Antinoupolis (chapitre 20). Ce dernier chapitre mentionne pour finir la mort d’Hadrien.

13Je voudrais attirer ici l’attention sur le chapitre 15, où l’on peut lire les phrases suivantes :

  • 20 Malal., Chron., 11.15 : Ὁ δὲ αὐτὸς Ἀδριανὸς βασιλεὺς πρὸ τοῦ βασιλεῦσαι ἦν μετὰ Τραϊανοῦ τοῦ βασιλέ (...)

Avant de régner, l’empereur Hadrien était aux côtés de l’empereur Trajan, parce qu’il était son parent par alliance, au moment où la grande cité d’Antioche subit la colère de Dieu. Il était alors sénateur. Il y avait beaucoup de sénateurs de Rome dans la cité d’Antioche qui, sur son ordre, construisirent de nombreuses demeures et des thermes à Antioche20.

14Ce passage affirme donc que de nombreux sénateurs romains étaient présents à Antioche au moment de la mort de Trajan, pendant l’été 117. Cette précision – qui, à ma connaissance, n’a pas été relevée jusqu’ici – a d’importantes implications pour ce qui touche à la question de la succession entre Trajan et Hadrien. Celle-ci, la chose est bien connue, a été contestée par la tradition sénatoriale, comme en témoignent l’œuvre de Cassius Dion et l’Histoire Auguste. Ainsi, selon Cassius Dion (69.1.1-4), Hadrien n’avait pas été adopté par Trajan, mais grâce à « l’amoureuse amitié » (ἐξ ἐρωτικῆς φιλίας) de Plotine, et avec l’aide du préfet du Prétoire Attianus, il fut désigné César et empereur. D’après Apronianus, le père de Dion, la nouvelle de la mort de Trajan aurait été gardée secrète pendant quelques jours, jusqu’à ce que l’accession d’Hadrien à l’empire fût connue, tandis que Plotine écrivait au Sénat à Rome. La biographie d’Hadrien dans l’Histoire Auguste (4.8-10) se fait l’écho de plusieurs traditions : selon une première tradition, Trajan avait décidé de désigner pour successeur le juriste Neratius Priscus ; une autre tradition affirmait que Trajan, désireux d’imiter Alexandre le Grand, voulait mourir sans désigner de successeur ; une troisième prétendait que Trajan avait le projet d’envoyer au Sénat une liste de candidats, parmi lesquels les sénateurs auraient choisi le meilleur ; enfin, selon une quatrième tradition, Hadrien avait été adopté Plotinae factione.

  • 21 Galimberti 2007, p. 15-44.

15Avant de poursuivre, je voudrais retracer brièvement les principales étapes de l’accession d’Hadrien, telles que j’ai pu les exposer dans une reconstruction publiée il y a un peu plus de dix ans21. En 85, à la mort de son père, Hadrien était passé sous la tutelle de ses concitoyens Trajan (cousin de Publius Aelius Hadrianus Afer) et Attianus, auprès desquels il avait commencé son éducation à Rome et franchi les premières étapes de sa carrière politique. Plotine avait soutenu cette éducation, au cours de laquelle Hadrien avait précocement fait preuve d’une forte préférence pour la culture grecque. Au cours de la transition entre Nerva et Trajan (d’abord son adoption, puis son accession), Hadrien ne cessa de louer le nouveau prince. Entre 98 et 100, son mariage avec Vibia Sabina (une petite-nièce de Trajan) renforça les liens de parenté entre les deux hommes. Hadrien participa auprès de Trajan aux campagnes de Dacie (101-102 et 105-106), et son action y fut appréciée : Trajan lui accorda le consulat, qu’Hadrien exerça comme consul suffect en 108. En 114, il obtint un second consulat et fut surtout nommé César avec le consentement de Trajan : cela faisait de lui un successeur désigné. Une fois devenu empereur, Hadrien promut la légitimité de son adoption, et donc de sa succession, en portant une attention particulière à la continuité du lien dynastique, singulièrement avec Plotine : quand elle mourut en 122, Hadrien, conscient du rôle qu’elle avait joué dans son accession à l’empire, l’honora tout autant que le Diuus Traianus.

  • 22 Malal., Chron., 11.3 : ὁρμήσας μετὰ δυνάμεως πολλῆς στρατοῦ καὶ συγκλητικῶν· ἐν οἷς ἦν καὶ Ἀδριανὸς (...)

16Si l’on revient maintenant au texte de Malalas, on constate que l’accession d’Hadrien, contre laquelle Cassius Dion et l’Histoire Auguste se sont positionnés, était soutenue au moins par une partie du Sénat avant même que la nouvelle n’en soit parvenue à Rome et que le Sénat n’ait ratifié sa désignation. Puisque Malalas écrit qu’« il y avait beaucoup de sénateurs de Rome dans la cité d’Antioche », il semble que l’approbation des sénateurs était un élément essentiel de la succession. Il convient en effet de noter que cette mention des sénateurs n’est pas fortuite. Déjà dans son récit du départ de Trajan vers l’Orient à l’automne 113, Malalas avait signalé que l’empereur avait « voyagé par voie maritime vers l’Orient avec un grand nombre de soldats et de sénateurs. Parmi eux se trouvait Hadrien, son beau-frère par l’intermédiaire de sa sœur22. » Cette circonstance laisse entendre que le choix du nouvel empereur fut fait au sein du consilium principis, qui incluait des sénateurs, et que l’approbation du Sénat à Rome fut essentiellement formelle.

17Ainsi, l’œuvre de Jean Malalas, malgré les réserves qu’impose une certaine confusion, se révèle être une source digne de la plus grande considération, tant pour le règne de Trajan que pour celui d’Hadrien.

Malalas, Trajan et les chrétiens

  • 23 Ibid. : τοὺς Γαλιλαίους τοὺς τοῦ δόγματος τῶν λεγομένων χριστιανῶν.
  • 24 Schürer 1985, p. 626. L’étude séminale de Schürer reste une référence pour le sujet.
  • 25 Malal., Chron., 11.5, éd. Dindorf, p. 273 : ἡγεμὼν τοῦ πρώτου Παλαιστινῶν ἔθνους.

18Les études récentes ignorent entièrement ou rejettent comme un faux tardif la lettre citée par Jean Malalas au livre XI de sa Chronographie : un certain Tiberianus, gouverneur de Palaestina prima, y interroge l’empereur sur ce qu’il convient de faire « des Galiléens de la secte des soi-disant chrétiens23 ». Malalas relie cette lettre au séjour de Trajan et Hadrien à Antioche lors des préparatifs de la campagne militaire contre les Parthes. Les doutes quant à l’authenticité de ce document proviennent du fait que la division de la Palestine en deux provinces distinctes ne date que de la fin du ive siècle24 : or cet argument, à mon sens, n’est pas décisif. Il est vrai que Malalas mentionne l’office de gouverneur de la province de Palaestina prima25, ce qui peut effectivement refléter la situation administrative de son temps, quand le nom de la province a été changé de Ioudaea à Palaestina ; mais le texte qu’il cite ne contient aucune indication qui aille dans le même sens. Or, même après la réorganisation administrative, les deux sièges possibles du gouverneur du territoire palestinien indivis du iie siècle, à savoir Césarée et Jérusalem, se trouvaient encore à l’intérieur de la province de Palaestina prima. Malalas pourrait avoir utilisé tout simplement les dénominations administratives contemporaines en reproduisant un document qui provenait d’une situation précédente.

  • 26 Malal., Chron., 11.5 : κατὰ τὰ ὑμέτερα θεσπίσματα.
  • 27 Plin., Ep., 10.97.

19Le texte de la lettre soulève cependant d’autres questions. Tiberianus écrit à Trajan qu’il a mis fin à la persécution et à l’exécution des chrétiens « sur votre ordre »26, mais il ajoute qu’ils continuent à se dénoncer eux-mêmes devant l’autorité romaine, ce qui le met en mauvaise position. À première vue, ce document semble donc aller dans le même sens que le célèbre rescrit de Trajan à Pline, daté de la deuxième année du séjour de ce dernier en Bithynie27. Dans ce cas, la chronologie serait cohérente : la lettre de Pline datant de 112 ou 113, celle de Tiberianus pourrait coïncider avec l’arrivée ou avec le premier séjour de Trajan à Antioche, en 114 : Malalas la mentionne en effet au début de son récit. Tiberianus aurait lui aussi pris connaissance du contenu du rescrit de Trajan, et aurait saisi l’occasion du séjour de l’empereur dans la cité voisine d’Antioche pour lui demander des instructions supplémentaires.

  • 28 Ioh. Ant., Frag., 193, p. 331.
  • 29 Plin., Ep., 10.97 : Conquirendi non sunt; si deferantur et arguantur, puniendi sunt […]. Sine aucto (...)
  • 30 Ibid. : Neque enim in uniuersum aliquid, quod quasi certam formam habeat, constitui potest.

20On peut toutefois proposer une autre lecture de ce document, qui est précisément celle que Jean d’Antioche a suivie dans sa propre Historia chronica28. Jean résume le texte de Tiberianus en lui faisant dire que, dans l’avenir, il ne sera pas en mesure de tuer des chrétiens, quand bien même ils continueraient à se dénoncer eux-mêmes. Jean attribue l’initiative persécutrice de Tiberianus (et, de manière générale, celle de tous les responsables romains) à son désir de plaire à l’empereur. Dans ce cas, l’expression « sur votre ordre » signifierait que Trajan est bien responsable, d’une manière ou d’une autre, de la persécution. Dans cette perspective, l’attitude de Trajan apparaît donc très ambiguë. De fait, dans sa célèbre réponse à Pline, l’empereur n’interdit pas de traduire des chrétiens en justice et de les condamner : il recommande seulement de ne pas mener d’enquêtes systématiques et de ne pas suivre les dénonciations anonymes29. Ainsi, aux yeux de Trajan, il n’était pas possible d’établir une ligne de conduite unique en la matière30. Dans un tel contexte, une auto-dénonciation restait susceptible d’être punie. Or c’est précisément ce point, et non pas une question de politique générale à l’égard des chrétiens, qui est en jeu dans la lettre de Tiberianus : ses doutes étaient parfaitement justifiés.

  • 31 Malal., Chron., 10.14 (citant Ac 1.11) ; 10.24 (paraphrasant Ac 11.26) ; 12.2 (vision de Constantin (...)
  • 32 Arr., Epict. diss., 14.7.6.
  • 33 Voir ci-dessus la section rédigée par A. Galimberti. La fiabilité de certaines des informations ava (...)

21Dans cette optique, la lettre préservée par Malalas a l’air authentique. Un autre argument en faveur de son authenticité vient du vocabulaire utilisé. En effet, Malalas n’emploie jamais le mot « Galiléens » (Γαλιλαῖοι) pour désigner les chrétiens : ce terme n’apparaît dans la Chronographie comme synonyme de « chrétiens » que dans des citations d’autres auteurs31. En revanche, on trouve un même usage de Γαλιλαῖοι dans un célèbre passage des Entretiens d’Épictète, plus ou moins contemporain de la lettre de Tiberianus32. Comme l’ont souligné d’autres chercheurs, et comme Alessandro Galimberti l’a montré dans sa contribution ci-dessus, Malalas a pu avoir accès à une copie de la lettre conservée dans les archives impériales d’Antioche, ou dans ce qu’il en restait quelques siècles plus tard ; il a aussi pu la découvrir dans l’œuvre d’historiens locaux, en lien avec la présence de Trajan et d’Hadrien dans la cité33.

  • 34 Eus., Hist. eccl., 3.33.1-2.

22Dans tous les cas, le contenu de la lettre citée par Malalas n’entre pas en contradiction avec le cadre général de la situation des chrétiens sous le règne de Trajan, tel que l’esquisse Eusèbe de Césarée dans son Historia ecclesiastica. En effet, cet historien de l’Église affirme qu’au temps de la lettre de Pline et de la réponse de Trajan, la persécution était répandue dans de nombreux endroits, sans qu’il y ait toutefois d’impulsion centrale : Eusèbe note que tantôt la populace, tantôt les autorités locales, allumaient le feu contre les chrétiens34. Il n’est pas impossible que la Palestine ait fait partie de ces endroits, d’autant plus si l’on considère la situation brûlante qui allait bientôt mener aux révoltes juives de 115-117.

  • 35 Malal., Chron., 11.5 : ἔνδοσις μικρά.
  • 36 Eus., Hist. eccl., 3.33.2 : ποσῶς.
  • 37 Tert., Apol., 2.6-7.

23Deux autres aspects du récit de Malalas méritent d’être considérés. Le premier est la réponse de Trajan et ses conséquences. L’auteur antiochien ne cite pas in extenso le rescrit de l’empereur à Tiberianus : il se contente de le résumer, expliquant que Trajan lui ordonna de cesser de mettre à mort les chrétiens ; il ajoute que cet ordre fut ensuite envoyé à tous les gouverneurs. D’après Malalas, une « petite retenue »35 dans la persécution suivit l’échange de lettres. Eusèbe attribue un effet similaire au rescrit de Trajan à Pline, et note que, parvenue à son apogée, la persécution cessa au moins « dans une certaine mesure »36. Eusèbe cite ici (en traduction grecque) l’Apologeticum de Tertullien37, mais la notation concernant l’efficacité partielle du rescrit n’apparaît pas chez l’auteur latin. On en conclura qu’Eusèbe bénéficiait d’informations spécifiques concernant les persécutions sous le règne de Trajan, et que Malalas a lui aussi pu y avoir accès, s’il ne les a pas trouvées dans l’Historia ecclesiastica. Mais même dans ce cas, on voit mal où Malalas aurait pu trouver le nom de Tiberianus : Eusèbe ne cite que celui de Pline. Supposer une forgerie de Malalas, entièrement calquée sur les propos d’Eusèbe, ne fait guère de sens, parce que l’Historia ecclesiastica ne cite pas in extenso la lettre de Pline. En revanche, on peut penser que Malalas a repris à Eusèbe l’observation concernant le peu d’efficacité des instructions de Trajan, et les a appliquées à un autre document, qu’il avait lui-même trouvé, et qui s’avérait être semblable à celui de Pline tel qu’Eusèbe le résumait.

  • 38 Rizzi 2018.
  • 39 Jus., Apol., 1.68.3. Sur l’attitude d’Hadrien vis-à-vis des chrétiens, voir les études réunies dans (...)

24En tout cas, la lettre de Tiberianus et la réponse de Trajan s’intègrent assez bien dans le tableau du séjour de l’empereur à Antioche : ses plans de guerre contre les Parthes étaient alors contrariés par les troubles au sein de la diaspora juive, troubles auxquels des chrétiens ont aussi pu être associés et qui, à mon avis, entrent aussi en ligne de compte dans le cas d’Ignace d’Antioche38. Si mon raisonnement est le bon, il est intéressant de noter qu’Hadrien semble avoir à son tour remanié la politique à l’égard des chrétiens en interdisant toute mise en accusation fondée sur la diffamation ou dépourvue de références spécifiques à des crimes punis par la loi : c’est ce qu’indique le rescrit à Minucius Fundanus cité par Justin à la fin de sa Première Apologie39.

  • 40 Voir par ex. Butterweck 1995.
  • 41 Tert., Ad Scap., 5.1-2.
  • 42 PIR², A, 1086 ; 1088.
  • 43 Voir par ex. Speigl 1970, p. 239.

25Un second aspect intéressant du récit de Malalas a trait à l’auto-dénonciation en vue du martyre, phénomène bien connu et très étudié du christianisme primitif40, et à propos duquel le principal témoignage nous est à nouveau offert par Tertullien. Au chapitre 5 de son Ad Scapulam, il mentionne le cas d’un certain Arrius Antonius, gouverneur d’Asie : débordé et exaspéré par le nombre des chrétiens se dénonçant eux-mêmes, il aurait fini par les inviter à aller se pendre, puisqu’ils étaient si désireux de mourir41. En dehors du futur empereur Antonin le Pieux, qui fut proconsul d’Asie entre 133 et 136, deux figures portant ce même nom ont exercé cette fonction : le premier était le grand-père et tuteur du futur empereur, et le second est attesté sous le règne de Commode42. Les spécialistes ont tendance à identifier le protagoniste de l’anecdote de Tertullien avec ce dernier, et à lier cette recrudescence des auto-dénonciations avec l’essor du montanisme43. Mais si l’Arrius mentionné par l’Apologeticum devait être identifié au premier, la pratique chrétienne de l’auto-dénonciation pourrait avoir commencé sous Domitien et aurait continué sous Trajan, au moins dans certains lieux, comme l’indique aussi le témoignage de Tiberianus. Bien entendu, une telle hypothèse fait courir le risque du raisonnement circulaire. Mais ce reproche peut aussi être adressé au raisonnement contraire, qui dénonce la lettre de Tiberianus comme anachronique sous prétexte que l’auto-dénonciation serait un phénomène plus tardif. Dans tous les cas, il n’est pas possible de prouver de façon certaine que la lettre de Tiberianus est un faux. Et l’on voit mal qui aurait pu forger un tel document : entre l’époque du montanisme et celle de Malalas, de tels propos auraient pu prêter le flanc à des accusations d’hérésie.

  • 44 Rizzi 2018.

26On en conclura que Jean Malalas s’avère bien plus fiable qu’on ne l’a généralement dit, à la fois en termes généraux et, plus spécifiquement, dans le cas de Tiberianus : je pense donc qu’il est possible, avec une assez bonne probabilité, d’ajouter ce dernier à la liste des gouverneurs de Iudea/Palaestina dans les dernières années du règne de Trajan. Si l’on considère en outre que son récit du procès d’Ignace contient aussi un noyau original44, sa Chronographia enrichit notre connaissance du deuxième siècle d’histoire chrétienne et nous offre des détails originaux qu’il faudra désormais prendre en considération.

Bibliographie

Alvar & Blásquez (dir.) 2010 : J. Alvar & J. M. Blásquez (dir.), Traiano, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2010.

Borsch, Gengler & Meier (dir.) 2018 : J. Borsch, O. Gengler & M. Meier (dir.), Die Weltchronik des Johannes Malalas. Der Kontext spätantiker Memorialkultur (Malalas-Studien, 3), Stuttgart, Franz Steiner, 2018.

Butterweck 1995 : C. Butterweck, ‘Martyriumssucht’ in der Alten Kirche? Studien zur Darstellung und Deutung frühchristlicher Martyrien, Tübingen, 1995.

Campos Carrasco & Pérez Macías 2010 : J. M. Campos Carrasco & J. A. Pérez Macías, « I programmi edilizi di epoca traianea », dans Alvar & Blásquez (dir.) 2010, p. 243-272.

Croke 1990 : B. Croke, Malalas, the Man and His Work, dans Jeffreys, Croke & Scott (dir.) 1990, p. 1-25.

Firpo 2001 : G. Firpo, « Il terremoto di Antiochia del 115 d.C.: echi di un’interpretazione apocalittica in Cassio Dione 68, 24, 2? », dans Lewin (dir.) 2001, p. 233-245.

Galimberti 2007 : A. Galimberti, Adriano e l’ideologia del principato, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007.

pir², A : E. Groag & A. Stein (dir.), Prosopographia imperii Romani saec. I. II. III., vol. 1, Berlin, Academia Scientiarum Regia Borussica, 1933 ; rééd. Berlin, De Gruyter, 2011.

Jeffreys, Croke & Scott (dir.) 1990 : E. Jeffreys, B. Croke & R. Scott (dir.), Studies in John Malalas, Sydney, Australian Association for Byzantine Studies, 1990.

Lewin 2001 : A. Lewin, Gli Ebrei nell’impero romano : saggi vari, Florence, Giuntina, 2001.

Mecella 2018 : L. Mecella, « Antiochia und die historische Erinnerung an die Römisch-Parthischen Kriege », dans Borsch, Gengler & Meier (dir.) 2018, p. 83-106.

Meier, Radtki & Schulz (dir.) 2016 : M. Meier, C. Radtki & F. Schulz (dir.), Die Weltchronik des Johannes Malalas. Autor, Werk, Überlieferung (Malalas-Studien, 1), Stuttgart, Franz Steiner, 2016.

Rizzi (dir.) 2010 : M. Rizzi (dir.), Hadrian and the Christians, Berlin, De Gruyter, 2010.

Rizzi 2018 : M. Rizzi, « Jews and Christians under Trajan, and the Date of Ignatius’ Martyrdom », dans Schwartz & Tomson (dir.) 2017, p. 119-126.

Saliou 2016 : Saliou C., « Malala’s Antioch », in Meier, Radtki & Schulz (dir.) 2016, p. 59-76.

Schürer 1985 : E. Schürer, Storia del popolo giudaico al tempo di Gesù Cristo (175 a.C.-135 d.C.), éd. dirigée et revue par G. Vermes, F. Millar & M. Black, Brescia, Paideia, 1985.

Schwartz & Tomson (dir.) 2018 : J. Schwartz & P. J. Tomson, Jews and Christians in the First and Second Centuries: The Interbellum, 70-132 CE, Leyde, Brill, 2018.

Speigl 1970 : J. Speigl, Der römische Staat und die Christen. Staat und Kirche von Domitian bis Commodus, Amsterdam, A. M. Hakkert, 1970.

Sources

Ioh. Ant., Frag. : Jean d’Antioche, Historia chronica, éd. U. Roberto, Ioannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, Berlin, De Gruyter, 2005.

Malal., Chron. : Jean Malalas, Chronographia (Ioannis Malalae Chronographia), ed. I. Thurn, Berlin, New York, W. de Gruyter, 2000.

Plin., Ep. : Pline le Jeune, Epistolae, éd. H. Zehnacker, N. Méthy, Pline le Jeune : Lettres. Nouvelle édition (Collection des universités de France), 4 vol., Paris, Les Belles Lettres, 2009-2011.

Notes

1 C’est-à-dire en 109/110. On sait par ailleurs que Trajan quitta Rome en octobre 113.

2 Malal., Chron., 11.3 : καὶ ταῦτα ἀκούσας ὁ θειότατος Τραϊανὸς βασιλεὺς εὐθέως ἐπεστράτευσε τῷ ιβʹ ἔτει τῆς βασιλείας αὐτοῦ, ἐξελθὼν κατ’ αὐτῶν μηνὶ ὀκτωβρίῳ τῷ καὶ ὑπερβερεταίῳ ἀπὸ Ῥώμης.

3 Ibid. : δίχα μέντοι πολέμου κατὰ σύνταξιν φιλικὴν καὶ πάκτα.

4 Mecella 2018.

5 Firpo 2001.

6 Sur ce passage, voir la troisième partie du présent chapitre, rédigée par Marco Rizzi.

7 Sur ce point, voir désormais Rizzi 2018.

8 Saliou 2016.

9 Malal., Chron., 11.10 : καὶ ὅτε ἤρξατο παρέχειν τὸ δημόσιον, εἴ τις ἐὰν ἐλούετο εἰς αὐτὸ τὸ δημόσιον, ἐσκοτοῦτο καὶ ἔπιπτεν καὶ ἐξήρχετο βασταγμῷ.

10 Ibid. : ἰδοὺ ἐγὼ αὐτὰς ἀνέστησα καθὼς εἶπον καὶ οὐχὶ ὁ θεὸς αὐτῶν.

11 Ibid. : ἐμαρτύρησε δὲ τότε ἡ ἁγία Δροσινὴ.

12 Croke 1990, 6.

13 Croke 1990, 23.

14 Les deux derniers semblent avoir été commencés par son père : le soin des aqueducs était donc une affaire de famille.

15 Pour approvisionner en eau les carrières de porphyre du Mons Claudianus, dans la région désertique de la mer Rouge : Campos Carrasco-Pérez Macías 2010.

16 Malal., Chron., 11.14.

17 Plin., Ep., 10.24 : Si instructio noui balinei oneratura uires Prusensium non est, possumus desiderio eorum indulgere, modo ne quid ideo aut intribuatur aut minus illis in posterum fiat ad necessarias erogationes (trad. Méthy, CUF).

18 Plin., Ep., 10.40.2 : Gymnasiis indulgent Graeculi; ideo forsitan Nicaeenses maiore animo constructionem eius aggressi sunt: sed oportet illos eo contentos esse, quod possit illis sufficere (trad. Méthy, CUF).

19 Malal., Chron., 11.13 : ἦν δὲ διμοιριαῖος, εὔογκος, λευκόχροος, μιξοπόλιος, εὐειδής, δασυπώγων, γλαυκόφθαλμος, ἥσυχος, ἐλλόγιμος, ἱερατικός.

20 Malal., Chron., 11.15 : Ὁ δὲ αὐτὸς Ἀδριανὸς βασιλεὺς πρὸ τοῦ βασιλεῦσαι ἦν μετὰ Τραϊανοῦ τοῦ βασιλέως ὡς γαμβρὸς αὐτοῦ, ὅτε ἔπαθεν ἡ αὐτὴ Ἀντιόχου πόλις ἡ μεγάλη ὑπὸ τῆς θεομηνίας, τότε συγκλητικὸς ὑπάρχων. ἦσαν δὲ καὶ πολλοὶ συγκλητικοὶ ἀπὸ Ῥώμης ὄντες ἐν τῇ αὐτῇ πόλει Ἀντιοχείᾳ·οἵτινες καὶ ἐκελεύσθησαν παρ’ αὐτοῦ καὶ ἔκτισαν ἐν Ἀντιοχείᾳ οἴκους πολλοὺς καὶ λουτρά.

21 Galimberti 2007, p. 15-44.

22 Malal., Chron., 11.3 : ὁρμήσας μετὰ δυνάμεως πολλῆς στρατοῦ καὶ συγκλητικῶν· ἐν οἷς ἦν καὶ Ἀδριανὸς ὁ γαμβρὸς αὐτοῦ ἐπὶ ἀδελφῇ.

23 Ibid. : τοὺς Γαλιλαίους τοὺς τοῦ δόγματος τῶν λεγομένων χριστιανῶν.

24 Schürer 1985, p. 626. L’étude séminale de Schürer reste une référence pour le sujet.

25 Malal., Chron., 11.5, éd. Dindorf, p. 273 : ἡγεμὼν τοῦ πρώτου Παλαιστινῶν ἔθνους.

26 Malal., Chron., 11.5 : κατὰ τὰ ὑμέτερα θεσπίσματα.

27 Plin., Ep., 10.97.

28 Ioh. Ant., Frag., 193, p. 331.

29 Plin., Ep., 10.97 : Conquirendi non sunt; si deferantur et arguantur, puniendi sunt […]. Sine auctore uero propositi libelli in nullo crimine locum habere debent.

30 Ibid. : Neque enim in uniuersum aliquid, quod quasi certam formam habeat, constitui potest.

31 Malal., Chron., 10.14 (citant Ac 1.11) ; 10.24 (paraphrasant Ac 11.26) ; 12.2 (vision de Constantin selon la Vita Constantini d’Eusèbe).

32 Arr., Epict. diss., 14.7.6.

33 Voir ci-dessus la section rédigée par A. Galimberti. La fiabilité de certaines des informations avancées par Jean Malalas a été affirmée pour la première fois dans l’importante collection d’articles de Jeffreys, Croke & Scott (dir.) 1990.

34 Eus., Hist. eccl., 3.33.1-2.

35 Malal., Chron., 11.5 : ἔνδοσις μικρά.

36 Eus., Hist. eccl., 3.33.2 : ποσῶς.

37 Tert., Apol., 2.6-7.

38 Rizzi 2018.

39 Jus., Apol., 1.68.3. Sur l’attitude d’Hadrien vis-à-vis des chrétiens, voir les études réunies dans Rizzi (dir.) 2010.

40 Voir par ex. Butterweck 1995.

41 Tert., Ad Scap., 5.1-2.

42 PIR², A, 1086 ; 1088.

43 Voir par ex. Speigl 1970, p. 239.

44 Rizzi 2018.

Auteurs

Università Cattolica del Sacro Cuore (Milan). Les deux premières parties de ce chapitre (« Malalas, Antioche et la tradition sur Trajan » et « Malalas et la succession d’Hadrien ») sont l’œuvre d’Alessandro Galimberti.

Università Cattolica del Sacro Cuore (Brescia). La troisième partie de l’article (« Malalas, Trajan et les chrétiens : une nouvelle source ? ») est l’œuvre de Marco Rizzi.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site