Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Trajan dans les Acta Alexandrinorum : un portrait contradictoire ?

Livia Capponi

Résumé

Cet article a pour objet le double portrait de Trajan dans les Acta Alexandrinorum. Il vise d’abord à réévaluer l’importance de ce genre situé entre littérature et document comme source historique pour la reconstruction de la relation changeante entre Trajan et Alexandrie dans les années allant du triomphe sur la Dacie (107) jusqu’à la révolte de la diaspora juive (115-117). Ensuite, il tente de réorganiser les Acta de Trajan dans l’ordre chronologique, à la recherche d’une logique dans le traitement du princeps qui puisse refléter des développements significatifs dans sa politique. Les Acta Athenodori et les Acta Maximi, qui ne mentionnent pas les Juifs mais donnent un portrait négatif de Trajan, sont liés à ce qu’on appelle la « conspiration des pédagogues » de 107/108, et aux problèmes concernant le préfet d’Égypte Vibius Maximus. Les Acta Hermaisci, décrivant à la fois Trajan et Plotine comme favorables aux Juifs, doivent être antérieurs au départ de Trajan pour la campagne parthe en automne 113. Enfin, les Acta Pauli et Antonini, se référant à la violence entre Juifs et Grecs d’Alexandrie, doivent être liés aux émeutes qui ont eu lieu dans la ville en 115 et ont bientôt dégénéré en guerre ouverte.

This paper looks at the twofold portrait of Trajan in the Acta Alexandrinorum. It first aims to reassess the importance of this genre between literature and documents as historical source for the reconstruction of the changing relationship between Trajan and Alexandria in the years from the triumph over Dacia (107) to the revolt of the Jewish Diaspora (115-117). Then, it tries to rearrange the Trajanic Acta in chronological order, in search of a logic in the treatment of the princeps that may reflect significant developments in his policies. The Acta Athenodori and Acta Maximi, which do not mention the Jews, but portray Trajan negatively, are linked to the so-called “conspiracy of the pedagogues” of 107/108, and with problems involving the praefectus Aegypti Vibius Maximus. The Acta Hermaisci, depicting both Trajan and Plotina as favourable to the Jews, must be earlier than the departure of Trajan for the Parthian campaign in autumn 113. Finally, the Acta Pauli et Antonini, referring to the violence between Jews and Alexandrian Greeks, must refer to the riots that took place in the city in 115, and soon escalated into open war.

Texte intégral

Trajan, Alexandrie et les Juifs

  • 1 Je traduis librement sur la base de l’édition de P.Oxy. XLII 3022 Peter Parsons. Pour une image du (...)

1Au moment de son accession, en 98 apr. J.-C., Trajan écrivit une lettre à la ville d’Alexandrie, que quelqu’un, à Oxyrhynque, recopia aussitôt sur le verso d’une vieille lettre (P.Oxy. XLII.3022), en conservant ainsi les mots de l’empereur. Dans ce texte officiel, Trajan se présentait comme un bienfaiteur et un continuateur de la politique modérée de Nerva1 :

Conscient que la ville s’est distinguée par sa loyauté envers les Augustes empereurs, ayant à l’esprit les bénéfices que mon divin père vous a attribués… et ayant des sentiments personnels de bienveillance, je vous recommande tout d’abord à moi-même, et ensuite à mon ami et préfet Pompeius Planta, de sorte qu’il vous assure, de tous ses soins, la jouissance d’une paix durable (eirene), de la prospérité (euthenia) et des droits publics et individuels…

  • 2 Barnes 1989 ; Pucci Ben Zeev 2005 et 2006 ; Eck 2007 ; Horbury 2014.
  • 3 Musurillo 1954 ; Harker 2008.
  • 4 Momigliano 1931 = 1975.

2Cependant, les rapports entre Trajan et Alexandrie se gâtèrent rapidement, surtout en raison des désordres qui avaient souvent lieu entre la composante grecque et la composante juive de la ville. Le portrait de Trajan dans la documentation papyrologique est très contradictoire. L’empereur est décrit comme un ennemi des Alexandrins et un ami des Juifs, mais aussi comme un bourreau impitoyable du peuple juif dans la révolte de la diaspora juive des années 115-117 apr. J.-C.2. Je me propose donc ici de mieux examiner les nuances de la politique de Trajan à l’égard d’Alexandrie et des Juifs dans la littérature des Acta Alexandrinorum ou « Actes des martyrs alexandrins ou païens », des procès-verbaux sur papyrus dans lesquels des nobles alexandrins font face à d’injustes condamnations par les empereurs romains. Il s’agit, comme on le sait bien désormais, de procès-verbaux d’audiences historiques, ensuite romancés, peut-être pour la noblesse grecque en Égypte (comme le soutenait Musurillo), ou sans doute destinés à un public plus vaste, en tant que littérature de divertissement (selon l’hypothèse d’Andrew Harker)3. Dans le passé, ce genre littéraire, qui se présente de manière ambiguë comme un mélange de document, d’histoire et de fiction, a été trop souvent négligé, comme quelque chose d’inutilisable du point de vue historique. Une telle exclusion est sans aucun doute réductrice. Les Acta sont une source historique très importante, et il faut les manier de manière critique, en séparant leurs aspects romancés du cadre historique, s’inspirant presque toujours d’un procès réellement survenu4. Dans la présente contribution, j’essaierai de prouver que deux procès-verbaux attribués précédemment à Hadrien se réfèrent en fait à son prédécesseur, et je chercherai à mettre les Acta du cadre trajanien dans leur ordre chronologique.

Ambassades auprès de Trajan en 107/108 : les Acta Athenodori et les Acta Maximi

  • 5 Acta Athenodori : P.Oxy. XVIII 2177 = Musurillo 1954, X, p. 61-64, 196-204. P.Schub. p. 87-90, Musu (...)

3Les Acta Athenodori sont les procès-verbaux d’une audience ayant eu lieu en présence de Trajan entre 102 et 116 apr. J.-C. ; la présence du titre Dacicus suggère que le procès se déroule après 102, l’absence du titre Parthicus fait penser à une date avant 1165. Le protagoniste, le martyr païen Athénodore, est probablement le philosophe épicurien Athénodore d’Athènes. Les Alexandrins demandaient la libération de certains étudiants, disciples d’un dénommé Heraeus, illégalement détenus à Rome. Pour plaider leur cause, ils apportèrent aussi une copie de la lettre que Trajan avait adressée à leurs villes. L’empereur critiqua l’Athénien Athamas, l’avocat défenseur des Alexandrins, parce qu’il se présentait devant lui pour défendre une ville qui n’était pas la sienne ; il convoqua ensuite Athénodore pour l’interroger sur le rapport existant entre les lois d’Athènes et celles d’Alexandrie. Les ambassadeurs, portant des couronnes de cyclamen, furent amenés devant l’empereur. Le dialogue suivant est alors rapporté :

César : « Vous êtes ambassadeurs d’une ville étrangère. »
Athamas : « Pas d’une ville étrangère, mais de la nôtre. Car les villes sont apparentées. »
César : « Que quelqu’un appelle Athénodore. »
Athénodore : « Je suis là, Monseigneur, pour répondre aux accusations contre moi. »
César : « Est-il vrai que les Athéniens ont les mêmes lois que les Alexandrins ? »
Athénodore : « C’est vrai. Et elles sont les plus fortes parmi toutes les lois, vu qu’il s’agit d’une synthèse réussie de philanthropie. […] »
Athénodore : « Mes enfants… »

4Le texte cite ensuite (col. ii) une lettre de Trajan faisant référence à une précédente délégation alexandrine dans laquelle se trouvaient les φιλόλογοι (40), c’est-à-dire les savants du Musée, et un personnage défini comme [ ]λου λογιωτάτου, le « très savant Paulus », un orateur qui était membre du Musée et qui, selon la Suda, « alla en délégation chez Hadrien pour le compte de la ville de Tyr ». À partir du texte, on comprend aussi que dans cette délégation, les philologues demandaient la libération de certains jeunes Alexandrins de bonne famille, disciples d’Heraeus :

  • 6 L’exegetes (littéralement : « interprète ») est un magistrat religieux alexandrin, présent dans tou (...)

Renvoyez-nous ces hommes de la noblesse, même s’ils ne vont pas bien : ils sont en effet les innocents disciples d’Heraeus. César, après avoir lu la lettre écrite, et après avoir convoqué certains sénateurs et ses amis, ordonna que l’on ramène l’exegetes6 et Athamas, et il leur dit : « Cette pétition a-t-elle été envoyée par la ville ou par ceux qui se sont réunis dans la troisième ville ? »

5La relecture de l’extrait nous montre Trajan en colère contre les délégués d’Alexandrie, qui ont pour avocats des hommes d’Athènes. Trajan leur demande si la source de leurs requêtes est vraiment Alexandrie ou bien si la pétition est le résultat d’un accord réalisé dans une troisième ville, c’est-à-dire, probablement, Rome. Le passage semble indiquer que Trajan est conscient du fait que la délégation des savants alexandrins a été manœuvrée par des hommes de Rome ; qu’il s’agit, finalement, d’une conspiration.

  • 7 Acta Maximi : Musurillo 1954, p. 33-43, 150-160 ; VII A (P.Oxy. III 471, Pack² 2225) ; VII B (P.Sch (...)

6Dans les Actes dits Acta Maximi, on trouve encore une délégation alexandrine dans laquelle Heraeus et d’autres philologues demandent à Trajan la libération de leurs élèves détenus à Rome7. Les faits historiques auxquels le texte fait référence sont liés à un procès contre le préfet d’Égypte C. Vibius Maximus, qui est resté en exercice de 103 à 107 apr. J.-C. Dans ce texte, un certain Eudaemon, défini comme juge suprême (ἀρχιδικαστής), critique Maximus pour avoir altéré les critères de l’éphébie et « pour avoir imposé aux jeunes de se huiler jusqu’à la onzième heure », en d’autres termes jusqu’à cinq heures du soir (κεκελε[υκέναι ἀλείφειν τ[οὺς νέους] ἕως ὥρας ἐνδεκάτης), chose qui concernait aussi le fils d’Eudaemon, Théon. Il s’agit donc d’une accusation : celle d’avoir retenu les élèves plus qu’il ne le fallait, ce qui revenait implicitement à l’accuser de corrompre ces jeunes gens. En effet, le fragment le plus important du texte doit sa célébrité à la principale des accusations contre Maximus, celle d’immoralité. Le préfet, en effet, aurait publiquement entretenu une relation avec un garçon de dix-sept ans (ἑπτακαιδεκαετής, 49), riche et beau (εὔμορφον καὶ πλούσιον μειράκιον, 79-80), qu’il amenait avec lui dans les voyages officiels et dans les audiences, partout en Égypte, au lieu de le faire aller à l’école et de lui proposer des exercices indiqués pour son âge (110 sq.). Maximus est aussi critiqué pour avoir été un mauvais roi (ἐκβασιλισθεὶς, col. iii, 54-55), en relation avec des faits qui ne sont pas spécifiés davantage.

  • 8 Galimberti 2017.
  • 9 C. Vibius Maximus : PIR V 389 ; Bastianini 1975. Cf. Cornell 2013 n° 90 avec un résumé de la littér (...)

7La relation amoureuse entre Maximus et le garçon de dix-sept ans a pu faire penser à celle entre Hadrien et Antinoüs, analysée dans l’essai récent d’Alessandro Galimberti8. Cependant, les Acta Maximi traitent d’un procès ayant eu lieu vers 108, et ne peuvent donc faire allusion à la relation entre Hadrien et Antinoüs, qui à l’époque était encore un enfant. Il faut aussi remarquer que Vibius Maximus était un ami de Martial, Pline et Stace, et qu’il est cité dans leurs œuvres. Il était aussi l’auteur d’un Épitomé d’histoire universelle, et il portait le même nomen que Vibia Sabina, la nièce de Trajan qu’Hadrien avait épousée vers 100 apr. J.-C. En outre, il faut souligner que, à la ligne 6-7 du fragment des Acta Maximi récemment identifié et publié par Panagiota Sarischouli, Maximus est défini comme τὸν φ[ίλ]ον Μάξιμ[ον] par l’empereur anonyme (Trajan, comme le suppose correctement Mme Sarischouli), qui voudrait lui accorder la grâce (χ[άριν πα]ρασχ[εῖν])9. Trajan, en tant qu’ami de Maximus, essaie de le défendre devant les Alexandrins ; mais il est bien conscient du fait que les Alexandrins, s’en prenant à la conduite de Maximus, voulaient en réalité l’attaquer lui-même et son successeur désigné, Hadrien. La critique moralisatrice à l’égard de l’homosexualité de Maximus cachait, bien sûr, une attaque politique.

8Tous ces éléments nous poussent à croire que les Acta Maximi reflètent de près l’épisode décrit par l’Histoire Auguste comme des intrigues (factio) contre Hadrien ourdies par les pédagogues des garçons favoris de Trajan. Cet épisode a probablement eu lieu à la fin de 107 ou au début de 108, année où Hadrien devint consul suffectus pour la première fois et où il fut publiquement pressenti comme successeur :

  • 10 Intégration de Soverini 1981, p. 25-30 ; voir aussi Soverini 1983. L’épisode de la conspiration des (...)

fuitque in amore Traiani, nec tamen ei per paedagogos puerorum, quos Traianus impensius diligebat Gallo fauente <factio> defuit10. (HA, Hadr., 2.7)

Il jouissait de l’affection de Trajan, non sans être la cible d’intrigues menées par les pédagogues d’enfants objets de la passion excessive de Trajan et favorisées par Gallus.

  • 11 Vin : Cass. Dio, 68.7.4 ; Aur. Vict., Caes., 13.10. Garçons : Cass. Dio, 68.10.2 ; HA, Hadr., 2.7 ; (...)

9La délégation alexandrine des Acta Athenodori ainsi que celle des Acta Maximi pourraient avoir eu lieu en 107/108 environ, à la fin de la préfecture de Vibius Maximus et, plus précisément, au moment où Trajan choisit son successeur (avant, et jusqu’en 106, Trajan était absent de Rome en raison des campagnes daciques). Mais, en 107/108, Trajan dut faire face à une vive attaque contre sa passion pour les garçons et le vin11. Une attention particulière doit être accordée aux mots prononcés par Heraeus devant l’empereur dans les Acta Maximi II (Griech.lit. Pap. 42, col. iii, 38 sq.), probablement en conclusion d’un plus long discours dans la colonne précédente :

Ἥραιος· | ὅτι μὲν βλεπόμενος ἄξιος εἶ | τῆς πρεσβείας, ὡ[ς] ἐν ποταπῶι | κούφωι ἄνοσμος οἶνος οὐκ αἰ|σθ̣[̣άν]ε[̣ι] μετὰ τὴν κολακείαν· | [νῦν δ᾽εἰς] ἔλεγξιν μετέβημεν | [ἐξ ἐναντι]ώσ̣εως. | [………]λι̣ος Διόδωρος γυμ(νασίαρχος)· | [………] κύριε, βραδύτης πε|[ριεγένετ᾽ἄν,] εἰ μὴ τι ἔβλαψεν | [αὐτὸν ἡ ἐνα]ντίωσις Ἡραίου.

Heraeus : « Car, évidemment, tu es digne de l’ambassade : comme le vin inodore, peu importe le pot qui le contient, tu ne montres pas d’émotion après la flatterie. Mais maintenant nous sommes passés de l’accusation à la réfutation […]. »
Diodore, le gymnasiarque : « Ta patience aurait prévalu, Monseigneur, si l’opposition d’Heraeus ne l’avait empêchée ».

10La métaphore du vin prononcée par Heraeus, et faisant référence à Trajan, a sans aucun doute une signification polémique, vu la passion bien connue de l’empereur ; en effet le gymnasiarque Diodore est préoccupé de ce que cette métaphore, en vexant Trajan, puisse aggraver la position, déjà précaire, des Alexandrins.

La politique juive de Trajan. Les Acta Hermaisci (112-113 ?)

  • 12 Acta Hermaisci : P.Oxy. X 1242.3-4 ; Musurillo 1954, p. 44-48, 161-178 ; CPJ II 157 ; Musurillo 195 (...)

11Le P.Oxy. X 1242, connu sous le titre d’Acta Hermaisci, conserve sur un rouleau de papyrus du iiie siècle apr. J.-C. le procès-verbal d’une délégation alexandrine auprès de Trajan12. Le document mentionne une ambassade alexandrine de dix membres et une ambassade juive de sept hommes. Le conflit entre Trajan et les Alexandrins semble cette fois inhérent aux Juifs et à la politique philo-judaïque de l’empereur. Ce procès, donc, paraît postérieur aux faits de 107/108 dont on vient de parler, et sans aucun rapport avec eux.

  • 13 Le Claude Athénodore qui apparaît ici (l. 71) et qui est protagoniste des Acta Athenodori (P.Oxy. X (...)

Hermaiscus, Dionysius, qui avait tenu beaucoup de magistratures, et Salvius Julius, Salvius Timagenes, Pastor le gymnasiarque, Julius Phanias, Philoxenus le gymnasiarque désigné, Sotion le gymnasiarque, Theon, Athenodorus, et Paulus de Tyr, qui a offert ses services en tant que défenseur des Alexandrins. Quand les Juifs apprirent cela, ils élirent eux aussi des envoyés de leur propre groupe, et furent choisis Simon, Glaucon, Theudes, Onias, Colon, Jacob, avec Sopatros d’Antioche comme leur avocat. Ils partirent alors de la ville, chaque parti emmenant ses propres dieux, les Alexandrins (un buste de Sérapis, les Juifs… [col. i])13.

  • 14 Profectio en 113 : Arr., Parth. Cf. les monnaies BMC 511 profectio Aug(usti) ; Bennett 1993, p. 191 (...)

12Le procès se déroule à Rome, ce qui crée un problème chronologique : il faut en effet remarquer que Trajan fut absent de Rome à partir de l’automne 113, période durant laquelle il partit pour la campagne parthique14. Les Juifs entrent en premier devant l’empereur, bénéficiant de l’intercession de Plotine, à qui Trajan semble complètement soumis. Le ton d’Hermaiscus est très polémique à l’égard de Trajan, accusé d’avoir un conseil composé de « Juifs impies » (anosion Ioudaion l. 43) et de les avoir trop défendus. L’empereur, en colère contre Hermaiscus, le réprimande, en l’invitant à modérer son langage et à ne pas abuser de la liberté de parole en profitant de son appartenance à la noblesse. Mais le procès est interrompu par un événement surnaturel : le buste de Sérapis, que les Alexandrins portent avec eux, commence tout à coup à suer. La foule s’anime, tout le monde s’enfuit sur les collines ; c’est à ce moment que le papyrus s’interrompt.

Il conversa avec leurs compagnons. Et quand l’hiver fut fini, ils arrivèrent à Rome. L’empereur apprit que les envoyés juifs et alexandrins étaient arrivés, et il fixa le jour où il entendrait les deux parties. Et Plotine approcha les sénateurs de manière à ce qu’ils s’opposent aux Alexandrins et soutiennent les Juifs. Maintenant, les Juifs, qui furent les premiers à entrer, saluèrent l’empereur Trajan, et l’empereur leur rendit très cordialement leur salut, ayant déjà été acquis par l’entremise de Plotine. Après eux, les envoyés d’Alexandrie entrèrent et saluèrent l’empereur. Il n’alla pas à leur rencontre, mais il dit : « Vous me dites : Salut, bien que vous ne méritiez pas de recevoir un salut, après ce que vous avez osé faire aux Juifs ! » (col. ii).

[Trajan] « Vous devez avoir hâte de mourir, en faisant fi de la mort au point de me répondre à moi avec insolence ».
Hermaiscus a dit : « Pourquoi ? Il nous déplaît de voir votre Conseil Privé [synedrion] rempli de Juifs impies ».
César a dit : « C’est la deuxième fois que je te le dis, Hermaiscus : tu me réponds insolemment en profitant de ta naissance. »
Hermaiscus dit : « Que veux-tu dire, je te réponds insolemment, très grand empereur ? Explique-moi cela ».
César a dit : « En prétendant que mon Conseil est rempli de Juifs ».
Hermaiscus : « Alors, le mot Juif est offensant pour toi ? Dans ce cas, tu devrais plutôt aider ton propre peuple et ne pas jouer le rôle de défenseur des Juifs impies. »
Tandis qu’Hermaiscus disait cela, le buste de Sérapis qu’ils portaient subitement se mit à transpirer, et Trajan fut stupéfait quand il vit cela. Et bientôt des foules agitées se rassemblèrent à Rome et de nombreux cris retentirent, et tout le monde se mit à fuir vers les hauteurs des collines (col. iii).

  • 15 P.Lond. VI 1912 = CPJ II 153. Julius Phanias, Théon et Hermaiscus sont probablement les descendants (...)
  • 16 Musurillo 1954, p. 173. L’erreur pourrait provenir de l’existence d’un certain Salvius Iustus, subs (...)

13La quatrième colonne est gravement mutilée, mais il faudrait rappeler qu’aux lignes 71 et 72 on citait Claudius Athénodore et le « divin Claude », ce dernier probablement en tant qu’auteur des mesures précédentes à l’égard des Juifs. En ce qui concerne les délégués des Alexandrins, ils semblent être les descendants directs des Alexandrins mentionnés dans la « Lettre de Claude aux Alexandrins » de 41 apr. J.-C.15. L’avocat des Alexandrins est Paulus de Tyr, un célèbre rhetor qui apparaît dans plusieurs textes des Actes des martyrs alexandrins. La présence de Salvius Iulius mérite une attention majeure : il paraît raisonnable d’y lire une référence à Salvius Iulianus, le célèbre juriste romain, comme Musurillo l’avait déjà proposé16.

  • 17 Talmud de Jérusalem, Sukkah V 1.55 a-b. Loewe 1961, p. 105-122 ; Stemberger 1983, p. 75-76 ; Mélèze (...)

14En raison de la présence de Trajan et de Plotine et à cause du cadre romain, le document (ou pseudo-document) semble faire allusion à une ambassade de Grecs et de Juifs d’Alexandrie ayant eu lieu avant le départ de l’empereur pour l’Orient à l’automne de l’année 113. L’arrivée à Rome des ambassadeurs se situe à la fin de l’hiver, c’est-à-dire au mois de mars. Toutefois, le caractère romancé de l’épisode raconté dans les Acta Hermaisci conduit les chercheurs à prendre leurs distances avec ce témoignage. Le rôle de Plotine comme conseillère philo-judaïque de l’empereur et véritable chef d’État est sûrement un élément de matrice propagandiste qui se retrouve renversé dans les sources rabbiniques où Plotine, ennemie jurée des Juifs, suggère à Trajan de les combattre. Selon le Talmud de Jérusalem, en effet, pendant la campagne parthique, Plotine dit à Trajan : « Au lieu de conquérir les barbares, va détruire les Juifs, qui se sont révoltés contre toi17. »

15Si le procès contre Hermaiscus se déroula à Rome, il faudrait supposer une date après 108 et avant 113, et il serait nécessaire de penser à une orientation philo-judaïque de la cour (représentée par Plotine). Au moment où les Daces avaient été battus, il fallait préparer la campagne parthique et l’aide de la nombreuse communauté juive de Mésopotamie était indispensable pour remporter la victoire. Plotine fut vraiment présente et influente : en plus de déterminer le choix d’Hadrien pour la succession, elle accompagna Trajan avec sa nièce Matidia en Orient à partir de l’automne 113.

  • 18 Hypothèse de Capponi 2018. Sur les communautés juives d’Arménie et de Mésopotamie et leur rôle écon (...)

16Les Acta Hermaisci nous frappent par la colère avec laquelle les Alexandrins s’adressent à Trajan, en l’accusant d’avoir aidé les Juifs au lieu d’aider son propre peuple, voire d’avoir un « sanhédrin » plein de Juifs. Dans le passé, on a voulu désigner Tiberius Iulius Alexander Iulianus comme la cible de l’attaque alexandrine, car on sait que celui-ci, d’origine juive, était membre du consilium principis et qu’il accompagna Trajan au cours de la campagne parthique. La présence de Iulianus comme soldat de renom dans la campagne qui conduisit Trajan au contact des Juifs de Mésopotamie fut un choix stratégique de l’empereur qui voulait probablement s’assurer l’aide, ou du moins la non-belligérance, des communautés juives dans les territoires à conquérir18.

  • 19 Cf. Goodman 1989 ; Id., 1992.

17Pourtant, les Alexandrins sont furieux contre Trajan pour une raison bien précise : leur colère est due à une forme d’aide, probablement financière, que l’empereur avait décidé d’offrir aux Juifs avant de partir pour l’Orient. Il s’agit peut-être d’une forme d’indemnisation pour les dommages subis après la révolte judaïque de 66-70 et pour toute la période des Flaviens. On sait que Nerva avait changé d’orientation par rapport à la politique juive des Flaviens, et la célèbre série de monnaies avec la légende fisci iudaici calumnia sublata en est la preuve19. La nature financière de l’aide pourrait être expliquée soit par le flux d’argent issu du butin des Daces, soit par des formes de restitution de l’argent de la fiscalité juive, une action entreprise précisément par Nerva. Trajan donc, au début du règne, se présente comme le continuateur de la politique modérée de son prédécesseur.

18Le miracle de Sérapis avec la fuite frénétique sur les collines est un élément romancé, mais pouvant refléter un fait historique qui fit du bruit et qui se déroula vers l’année 112/113. Le message est clair : lorsque Hermaiscus explicite la disposition de Trajan, c’est-à-dire l’aide aux « impies » juifs, le buste de Sérapis, patron d’Alexandrie, manifeste son dédain. Du point de vue des Alexandrins, la politique philo-juive de Trajan en 112-113 serait même sacrilège à l’égard de la religion gréco-romaine.

Les Acta Pauli et Antonini : un procès devant Trajan (114-115 ?)

  • 20 Acta Pauli et Antonini : Musurillo 1954, IX, p. 49-60 (texte), 179-195 (commentaire). BGU I 341, fr (...)

19Dans les Acta Pauli et Antonini, en trois fragments de papyrus, édités par Musurillo, on parle du procès d’un certain Antoninus d’Alexandrie, défendu par le rhetor Paulus de Tyr, devant un empereur anonyme, identifié normalement avec Hadrien, à cause d’une référence, résultant d’une hypothèse probablement erronée, au préfet Rammius Martialis, en exercice en 11720.

  • 21 Col. iv.11s, i.1-7.
  • 22 Par exemple Harker 2008, p. 88, en référence à la littérature précédente.
  • 23 P.Oxy. X 1242.3-4 = Musurillo 1954 VIII, p. 44-48 (texte), 161-178 (commentaire). CPJ II 157.
  • 24 TAM II 282 = IGR III 615. Hypothèses de Musurillo 1954, p. 187 n. 1.

20Dans le texte, on mentionne un édit du préfet Rutilius Lupus, lié à un accident qui avait impliqué un « roi-mime » au théâtre21. Les chercheurs ayant examiné ce texte ont généralement pensé que le roi-mime était un Alexandrin qui parodiait les chefs de la révolte juive Loukuas et Andreas, et que tout le procès avait dû se dérouler à la fin de cette révolte, en 117, c’est-à-dire alors qu’Hadrien était déjà devenu empereur22. En réalité, cette interprétation est forcée et elle vise à contextualiser tous ces événements sous le règne d’Hadrien, même si en réalité il est clair que les événements dont on parle sont liés à la révolte de la diaspora juive. Le défenseur d’Antoninus est Paulus de Tyr, dont on parlait aussi dans les Acta Hermaisci23. Claudianus (Paul. col. iv.3) pourrait être un soldat romain lié à l’émeute alexandrine, probablement le Claudianus de Xanthus en Lycie, lié à la legio II Traiana fortis24. Théon, qui lit les documents et défend les Alexandrins, est peut-être le rhetor Aelius Théon, auteur de Progymnasmata, qui a vécu vers 110.

  • 25 Philo, In Flacc., 39.

21Le procès d’Antoninus eut donc lieu devant Trajan, et non devant Hadrien, et probablement en 114-115, dans la phase de stasis avant la révolte. Le « roi » ridiculisé par le mime dans le théâtre d’Alexandrie est forcément Trajan lui-même. Dans les Actes des martyrs alexandrins, en effet, les empereurs romains sont souvent appelés « rois » (basileis), et il est probable qu’une partie de la moquerie consistait exactement dans la représentation de Trajan comme un grotesque « roi des Juifs ». Une célèbre parodie de Claude en tant que « fils bâtard de Salomé », et donc proche des Hérodiens, se trouve dans un document des Actes d’Isidore qui décrivent le procès du gymnasiarque Isidore face à Claude en 41 apr. J.-C. Une caricature du roi juif Agrippa fut mise en scène par les Alexandrins à l’occasion de la visite de celui-ci à Alexandrie en 38 apr. J.-C. Comme nous le raconte Philon, les citoyens avaient pris un fou appelé Carabas, lui avaient mis une couronne d’épines, un manteau de pourpre et un sceptre en papier, et ensuite ils avaient mimé les révérences et les cérémonies en hommage au roi, en l’invoquant en araméen comme marin, « Seigneur »25. Enfin, il faut évoquer l’épisode de la Passion de Christ, où Jésus fut habillé d’un manteau de pourpre et d’une couronne d’épines pour ridiculiser sa royauté supraterrestre. De telles parodies devaient par conséquent être bien connues du public des villes de l’Orient romain.

  • 26 Cf. Musurillo 1954, p. 189.
  • 27 Les hypothèses de Wilcken et Premerstein sont expliquées en CPJ vol. II. p. 88 (cf. Wilcken 1891).

22À partir de toutes ces données, on peut dresser un tableau fort probable. Dans le théâtre d’Alexandrie, en 114 ou en 115, on joua une mise en scène où un acteur se moqua de la politique de Trajan, en le décrivant comme un roi juif et un ivrogne26. Le procès-verbal nous est parvenu en deux copies, sur deux fragments de papyrus, conservés au Louvre et à Londres, étudiés par Reinach, Wilcken, Premerstein et Musurillo, et ensuite catalogués par Fuks comme CPJ II 158a et 158b. Le premier fragment (CPJ II 158a) remonte à la première moitié du iie siècle apr. J.-C., et donc peu après les événements auxquels on fait référence27.

(Col. i) Paulus a parlé du roi, comment ils l’ont provoqué et (tourné en ridicule) ; et Théon a lu l’édit de Lupus leur ordonnant de le mener à Lupus pour se moquer du roi dans un mime. Après que nous eûmes ainsi (témoigné ?), l’empereur a saisi l’occasion de faire les observations suivantes à Paulus et à notre peuple : « Pendant de telles perturbations… pendant la guerre dace… a sacrifié un des… le nombre de 60 hommes… ».

23Le texte continue en décrivant l’enlèvement et le meurtre de quelques prisonniers juifs par des Alexandrins, guidés probablement par Antoninus, peut-être un haut magistrat d’Alexandrie. Le deuxième fragment des Acta Pauli et Antonini (CPJ II 158b) affirme que soixante Alexandrins et leurs esclaves, responsables de la révolte, avaient été punis – le message implicite était que justice avait été rendue et que donc personne n’aurait dû réitérer les violences.

24Plus loin dans le texte (col. vi), Antoninus se plaint à l’empereur, en disant avoir envoyé de nombreuses lettres à Trajan, où il lui expliquait la situation hors de contrôle qui s’était créée entre les Grecs et les Juifs. Ces lettres, pour des raisons politiques inconnues, ne sont jamais parvenues à l’empereur :

Paulus : « Ma seule préoccupation est pour la tombe d’Alexandrie que j’espère avoir. En m’avançant comme je le fais vers celle-ci, je n’aurai pas peur de vous dire la vérité. Écoute-moi donc, César, comme quelqu’un qui peut-être ne sera plus en vie après-demain. »
Antoninus : « Mon Seigneur César, je jure par ton génie qu’il dit la vérité comme quelqu’un qui peut-être ne vivra pas un jour de plus. Car quand nous étions dans des circonstances si pressantes et que tant de lettres vous avaient été envoyées disant que (le préfet) avait ordonné aux Juifs impies de transférer leur résidence à un endroit d’où ils pourraient facilement attaquer et ravager notre ville bien nommée – si aucune ligne sur ce sujet n’est tombée entre vos mains bienfaisantes, alors la raison de vos paroles augustes est claire. Il est évident que cela a été perpétré contre vous, pour vous empêcher d’avoir des preuves des malheurs qui nous sont arrivés. »
César : « Laissez Paulus aller ; mais enchaînez Antoninus… »

25Dans la colonne fragmentaire vii du même papyrus, Antoninus est condamné au bûcher et brûlé. Le texte, très lacunaire, montre que, parmi les dispositions prises par le préfet Rutilius Lupus en faveur des Juifs, il devait y avoir un établissement juif à Alexandrie (proskatoikein, col. vi.116-117) et une forme d’« anabase » (le mot anabasis, fragmentaire, apparaît dans la colonne fragmentaire vii), en somme, un retour de Juifs. À mon avis, il s’agit d’une allusion à la concession, de la part de Trajan, de formes de rapatriement de certains Juifs qui avaient été exilés de Palestine et s’étaient installés en Égypte et Cyrénaïque après la guerre de 66/70. Leur retour massif, cependant, créa de graves problèmes d’ordre public et entraîna une véritable révolte.

Conclusion

26Les documents des Acta Alexandrinorum révèlent, dans leur caractère contradictoire, les rapports difficiles entre Trajan et Alexandrie, avec tous ses représentants. Même si, au début de son règne, l’empereur avait envoyé à la ville une lettre dans laquelle il exprimait sa proximité et sa solidarité envers la noblesse grecque, en 107/108 un premier noyau de textes, les Acta Athenodori et les Acta Maximi, fait allusion à des désordres éclatés à Alexandrie probablement à l’occasion des célébrations de la victoire de Trajan contre les Daces. De jeunes étudiants alexandrins sont illégalement détenus à Rome et leur professeur, Heraeus, un savant du Musée d’Alexandrie, se rend auprès de Trajan pour lui demander leur libération. Il se présente devant l’empereur accompagné par les Athéniens Athamas, probablement un avocat, et Athénodore, qui était peut-être le philosophe épicurien Athénodore d’Athènes.

27Toujours au cours de l’année 107, le préfet d’Égypte Vibius Maximus, ami de Trajan, est accusé par les Alexandrins d’avoir mal gouverné et il est accusé, en outre, de crimes moraux – on l’attaque notamment pour avoir publiquement entretenu une relation avec un garçon de dix-sept ans (sans doute un riche et noble Alexandrin) et pour avoir corrompu des jeunes gens dans le gymnase d’Alexandrie. L’empereur essaie de le défendre, vu qu’il s’agit de son ami, mais le préfet est condamné, à ce qu’il paraît, à l’abolitio memoriae, si l’on fait confiance au grattage de son nom sur une inscription sur un temple de Philae. Dans les Acta Maximi, c’est Heraeus qui parle devant Trajan : c’est un philologue du Musée qui dresse un portrait très négatif de Trajan, en le présentant comme un homme qui cache ses émotions et ne se laisse pas adoucir par l’adulation. Il le compare à un vin qui ne prend pas la saveur du tonneau dans lequel il est conservé. La métaphore du vin se caractérise certainement comme une claire provocation et un acte d’extrême liberté de parole : elle pourrait faire référence, en effet, à la célèbre passion « pour le vin et les garçons » de Trajan. Dans l’affaire de 107/108, on ne parle pas de Juifs.

28Un deuxième et plus grave moment de tension entre Alexandrie et Rome, avec des répercussions sur les Juifs, est rapporté par les Acta Hermaisci, procès qui s’est déroulé devant Trajan et Plotine à Rome entre 108 et 113. En lisant le document, on comprend que Trajan avait adopté des mesures qui, d’une certaine manière, aidaient le peuple juif au détriment des Alexandrins. En outre, une anabase juive se dessinait, probablement la rentrée de Cyrénaïque et d’Égypte à Alexandrie et en Judée accordée aux réfugiés de la guerre de 66/70. Les décrets philo-juifs de l’empereur sont respectés et appliqués par le préfet d’Égypte Rutilius Lupus, ce qui déclenche la colère des Alexandrins, jusqu’à ce qu’un magistrat alexandrin, Antoninus, se trouve au milieu des désordres dans le théâtre d’Alexandrie. Ces émeutes conduisent à l’arrestation de plusieurs juifs et de soixante esclaves de nobles alexandrins. À ce qu’il paraît, les Juifs emprisonnés sont ensuite tués par les Alexandrins, et ce grave acte de violence conduit Rutilius Lupus à condamner soixante esclaves à la décapitation, et leurs maîtres à l’exil.

  • 28 Capponi 2018.

29En conclusion, les documents des Acta Alexandrinorum suggèrent que Trajan promulgua des mesures philo-juives en 112, avant de partir pour la campagne parthique à l’automne 113, afin de s’attirer les bonnes grâces des communautés juives de Mésopotamie. Les protagonistes de ces mesures furent, avec Trajan, d’illustres personnages d’origine juive de son consilium et, parmi eux, Tiberius Iulius Alexander Iulianus, descendant de Tiberius Iulius Alexander, juif alexandrin, neveu du philosophe Philon d’Alexandrie. En suivant cette hypothèse, on pourrait interpréter les Acta Hermaisci comme l’opposition alexandrine aux décrets philo-juifs de mars 113, à Rome, avant que l’empereur ne parte pour la campagne parthique. Les Acta Pauli et Antonini, par contre, pourraient représenter la réaction d’Alexandrie aux violences et aux désordres provoqués par le rapatriement des réfugiés juifs en 114-11528.

  • 29 Cf. Troiani 1992.

30Cette interprétation globale peut éclairer le célèbre témoignage de Pline (Epist., 10.97), selon lequel Trajan donna l’ordre d’arrêter les persécutions et les exécutions des chrétiens pendant la deuxième année de la présence de l’orateur en Bithynie (vers 112). Cette décision créa un bref et inexplicable moment de paix et de tolérance, sur le modèle de la politique modérée de Nerva, ce qui laissa Pline lui-même incertain sur la manière de réagir29. Il est possible qu’un pareil « interlude de tolérance » ait été appliqué également aux communautés juives de la diaspora, surtout à celles installées en Syrie, Arménie et Mésopotamie qui étaient utiles à l’empereur en 112 pour la bonne réussite de la campagne parthique.

Abréviations

31BGU : Berliner Griechische Urkunden.

32CPJ : Corpus Papyrorum Judaicarum.

33PSI : Papiri della Società Italiana.

34TAM : Testimonia Asiae Minoris.

Bibliographie

Barnes 1989 : T. D. Barnes, « Trajan and the Jews », Journal of Jewish Studies, 40, 1989, p. 145-162.

Bastianini 1975 : G. Bastianini, « Lista dei prefetti d’Egitto dal 30a al 299p », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 17, 1975, p. 263-328.

Bastianini 1980 : G. Bastianini, « Lista dei prefetti d’Egitto dal 30a al 299p. Aggiunte e correzioni », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 38, 1980, p. 75-89.

Bennett 1997 : J. Bennett, Trajan Optimus Princeps. A Life and Times, Londres, Routledge, 1997.

Brizzi 1981 : G. Brizzi, « Città greche, comunità giudaiche e rapporti romano-partici in Mesopotamia (I-II sec. d.C.) », Rivista Storica dell’Antichità, 11, 1981, p. 117-118.

Brizzi 1995 : G. Brizzi, « Considerazioni di storia mesopotamica da un passo di Giuseppe Flavio (Ant. Jud. XVIII 314-379) », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 6, 1995, p. 61-80.

Brizzi 2012 : G. Brizzi, « Ancora sui rapporti fra Romani, Parti ed Ebrei e il controllo della Mesopotamia: qualche ulteriore considerazione », dans G. Urso (dir.), Iudaea socia, Iudaea capta. Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 22-24 settembre 2011, Pise, ETS, 2012, p. 229-247.

Capponi 2017 : L. Capponi, Il ritorno della fenice. Intellettuali e potere nell’Egitto romano, Pise, ETS, 2017.

Capponi 2018 : L. Capponi, Il mistero del tempio. La rivolta giudaica sotto Traiano, Rome, Salerno Ed., 2018.

Cizek 1984 : E. Cizek, L’époque de Trajan : circonstances politiques et problèmes idéologiques, Bucarest-Paris, Editura Stintifica si Enciclopedica, 1984.

Cornell 2013 : T. J. Cornell, The Fragments of the Roman Historians, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Eck 2007 : W. Eck, Rom und Judaea, Tübingen, Mohr Siebeck, 2007.

Galimberti 2007 : A. Galimberti, Adriano e l’ideologia del principato, Centro di ricerche e documentazione sull’antichità classica, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007.

Goodman 1989 : M. D. Goodman, « Nerva, the fiscus Judaicus and Jewish identity », Journal of Roman Studies, 79, 1989, p. 40-44.

Goodman 1992 : M. D. Goodman, « Diaspora Reactions to the Destruction of the Temple », dans J. D. G. Dunn (dir.), Jews and Christians: The Parting of the Ways, AD 70 to 135 (WUNT 66), Tübingen, Mohr Siebeck, 1992, p. 27-38.

Harker 2008 : A. Harker, Loyalty and Dissidence in Roman Egypt. The Case of the Acta Alexandrinorum. Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Horbury 2014 : W. Horbury, Jewish War under Trajan and Hadrian, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Loewe 1961 : R. Loewe, « A Jewish Counterpart to the Acts of the Alexandrians », Journal of Jewish Studies, 12, 1961, p. 105-122.

Mélèze Modrzejewski 1987 : J. Mélèze Modrzejewski, « Trajan et les juifs : propagande alexandrine et contre-propagande rabbinique », dans J. Marx (dir.), Propagande et contre-propagande religieuses (Problèmes d’histoire du christianisme, 17), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1987, p. 7-31.

Momigliano 1931 = 1975 : A. Momigliano, « Un nuovo frammento dei cosiddetti Atti dei Martiri pagani », Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia 7, 1931 = Quinto Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1975, p. 789-798.

Musurillo 1954 : H. A. Musurillo, Acta Alexandrinorum. The Acts of the Pagan Martyrs, Oxford, Clarendon Press, 1954.

Musurillo 1961 : H. A. Musurillo, Acta Alexandrinorum, Leipzig, Teubner, 1961.

Neusner 1963 : J. Neusner, « Some Aspects of the Economic and Political Life of Babylonian Jewry, ca. 160-220 C. E. », Proceedings of the American Academy for Jewish Research, 31, 1963, p. 165-196.

Oppenheimer 2005 : A. Oppenheimer, Between Rome and Babylon: Studies in Jewish Leadership and Society, TSAJ 108, Tübingen, Mohr Siebeck, 2005.

Pack 1965 : R. Pack, The Greek and Latin Literary Papyri from Greco-Roman Egypt, 2e édition (= Pack²), Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1965.

Perea Yébenes 2010 : S. Perea Yébenes, « Gli ultimi anni di Traiano e gli Ebrei d’Oriente », dans J. Alvar, J. M. Blàzquez, (dir.), Traiano, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2010, p. 155-168.

Pucci Ben Zeev 2005 : M. Pucci Ben Zeev, Diaspora Judaism in Turmoil, 116/117 CE: Ancient Sources and Modern Insights, Interdisciplinary Studies in Ancient Culture and Religion, 6, Louvain, Peeters, 2005.

Pucci Ben Zeev 2006 : M. Pucci Ben Zeev, « The Uprisings in the Jewish Diaspora, 116-117 », dans S.T. Katz (dir.), The Cambridge History of Judaism iv, The Late Roman-Rabbinic Period, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 93-104.

Rizzi 2017 : M. Rizzi, « Jews and Christians under Trajan and the Date of Ignatius’ Martyrdom », dans J. Schwartz, P. J. Tomson (dir.), Jews and Christians in the First and Second Centuries: the Interbellum 70-132 CE, Leyde, Brill, 2017, p. 119-126.

Sarischouli 2009 : P. Sarischouli, « Acta Alexandrinorum », Archiv für Papyrusforschung, 55, 2009, p. 454-461.

Soverini 1981 : P. Soverini, Problemi di critica testuale nella Historia Augusta. Bologne, Pàtron, 1981.

Soverini 1983 : P. Soverini, Scrittori della Storia Augusta I-II., Turin, UTET, 1983.

Stemberger 1983 : G. Stemberger, Die römische Herrschaft im Urteil der Juden, Edf 195, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1983.

Stern 1974 : M. Stern, « The Jewish Diaspora », dans S. Safrai, M. Stern (dir.), The Jewish People in the First Century, crint, Assen, Van Gorcum, 1974, p. 117-183.

Syme 1985 : R. Syme, « Correspondents of Pliny », Historia, 34, 1985, p. 324-359 = Roman Papers V, Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 440-477.

Tcherikover & Fuks (éd.) 1960 : V. Tcherikover, A. Fuks (éd.), Corpus Papyrorum Judaicarum, vol. 2, Cambridge MA, Harvard University Press, 1960.

Troiani 1992 : L. Troiani, « Giudaismo e cristianesimo nell’impero romano (I-II secolo d.C.) », dans S. Settis (dir.), Civiltà dei Romani, Milan, Electa, 1992, vol. II, p. 83-89.

Vega Navarrete 2017 : N. Vega Navarrete, Die Acta Alexandrinorum im Lichte neuerer und neuester Papyrusfunde (Papyrologica Coloniensia, xl), Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2017.

Wilcken 1891 : U. Wilcken, « Ein Actenstück zum jüdischen Kriege Trajans », Hermes, 22, 1891, p. 464-480.

Notes

1 Je traduis librement sur la base de l’édition de P.Oxy. XLII 3022 Peter Parsons. Pour une image du papyrus, consulter le site www.papyri.info. [Αὐτοκράτωρ Καῖσαρ Νέρουας Τραιανὸς]|[Σεβαστὸς Γ]ερμαν[ικὸς ἀ]ρ̣χ̣[ι]ε̣ρε̣ὺ̣[ς] μέγ̣ι̣[στος]|[δημαρχικῆ]ς ἐξουσί[α]ς τὸ β ὕπατος Ἀλεξ̣[ ̣ ̣ ̣]|[- ca 9 -] καὶ τ[ ̣]ν τῆς πόλεως η[ ̣ ̣ ̣ ̣]|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]ς ἐξα[ίρε]τον πρὸς τοὺς σεβ[αστοὺς]|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]ν, καὶ τῶν εὐεργεσιῶν τοῦ θεοῦ πα|[τρός μο]υ̣ μεμνημένος ἃς παρέσχεν ὑμεῖν|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]ν ̣ ̣ταις πρώτ[ ̣ ̣] ̣ τῆς ἡγεμονίας, καὶ|[ ̣ ̣ ̣] ̣α τούτων τῶν δικαίων ἔχων καὐ̣τὸς | [π]ρ̣[ὸ]ς ἡμ̣ᾶς διάθεσιν ἰδίαν, παρεθέμην | ὑμᾶς πρῶτον μὲν ἐμαυτῷ, εἶτα καὶ τῷ | φίλῳ μου καὶ ἐπάρχῳ Πομπείῳ Πλάντᾳ, | ἵνα μετὰ πάσης φροντίδος προνοῇ | ὑμῶν τῆς εὐσταθοῦς εἰρήνης καὶ τῆς | εὐθη̣ν̣ί̣ας καὶ τῶν κοινῶν καὶ καθʼ ἕκασ|[τον δι]καίων. ἐξ ὧν εὔδη̣λ̣ο̣ν ου̣[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]τουτο μέγιστον ἔργω̣ ̣ ̣ ̣ ̣[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣μιζοντος τουμ̣[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]|[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ μ]εταλαμβαν ̣ ̣ν̣ ̣[ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]

2 Barnes 1989 ; Pucci Ben Zeev 2005 et 2006 ; Eck 2007 ; Horbury 2014.

3 Musurillo 1954 ; Harker 2008.

4 Momigliano 1931 = 1975.

5 Acta Athenodori : P.Oxy. XVIII 2177 = Musurillo 1954, X, p. 61-64, 196-204. P.Schub. p. 87-90, Musurillo 1961, X. Pack² 2231 ; Capponi 2017, p. 138-140 ; Vega Navarrete 2017, p. 185-197.

6 L’exegetes (littéralement : « interprète ») est un magistrat religieux alexandrin, présent dans toutes les ambassades ; Vega Navarrete 2017, p. 328-340, 345-347.

7 Acta Maximi : Musurillo 1954, p. 33-43, 150-160 ; VII A (P.Oxy. III 471, Pack² 2225) ; VII B (P.Schub. 42, Pack² 2226). Cf. Musurillo 1954, XXI (P.Rendel Harris b, Pack² 2241) ; XXII (P.Mich. inv. 4800, Pack² 2242). Cf. Vout 2007, p. 140-150 ; Harker 2008, p. 73-79 ; Sarischouli 2009, p. 454-461 ; Galimberti 2017 ; Capponi 2017, p. 140-141.

8 Galimberti 2017.

9 C. Vibius Maximus : PIR V 389 ; Bastianini 1975. Cf. Cornell 2013 n° 90 avec un résumé de la littérature sur ce personnage. Syme 1985 = 1988, p. 440-477 corrigeant sa propre hypothèse antérieure, suggéra que le préfet d’Égypte n’était pas la même personne que Vibius Maximus, auteur d’une histoire du monde et ami de Stace et de Pline, et cette opinion est maintenue, quoique avec des doutes, par Cornell et Levick dans Cornell 2013. Cependant, il est à noter que l’ami de Stace, originaire de Dalmatie et chevalier, avait été préfet d’une cohorte auxiliaire en Syrie (Stat., Silv., 4.7.46). Il est plus probable que le préfet d’Égypte était le même homme qui avait été praefectus alae en Syrie. En outre, le CIL, XVI, 38 mentionne un Vibius Maximus praefectus cohortis en Dalmatie en 93/94 – la patrie de l’ami de Stace. En outre, selon Pline, Ep., 9.1, l’historien Vibius Maximus attaqua le préfet d’Égypte Pompeius Planta – le prédécesseur du préfet Vibius Maximus. Enfin, le fragment des Acta Alexandrinorum publié par Sarischouli 2009 décrit le préfet d’Égypte Maximus comme un philos de Trajan. Cela ajoute un poids supplémentaire à l’hypothèse que C. Vibius Maximus préfet d’Égypte et l’éminent intellectuel et célèbre historien à la cour étaient une seule et même personne.

10 Intégration de Soverini 1981, p. 25-30 ; voir aussi Soverini 1983. L’épisode de la conspiration des pédagogues est considéré comme historiquement fiable par Galimberti 2007, p. 22-23, qui identifie le Gallus mentionné dans le passage avec Appius Annius Trebonius Gallus, consul ordinaire en 108. Au cours de la même année, en effet, Licinius Sura annonçait à Hadrien que l’empereur l’adopterait.

11 Vin : Cass. Dio, 68.7.4 ; Aur. Vict., Caes., 13.10. Garçons : Cass. Dio, 68.10.2 ; HA, Hadr., 2.7 ; 4.5 ; Julian., Caes., 311. Bennett 1993, p. 57-59 ; Vega Navarrete 2017, p. 170-184.

12 Acta Hermaisci : P.Oxy. X 1242.3-4 ; Musurillo 1954, p. 44-48, 161-178 ; CPJ II 157 ; Musurillo 1954, p. 161 n. 1 ; Harker 2008, p. 85-6 ; Capponi 2017, p. 147 sq.

13 Le Claude Athénodore qui apparaît ici (l. 71) et qui est protagoniste des Acta Athenodori (P.Oxy. XVIII 2177 ; Musurillo 1954, X ; p. 61-64, 196-204 ; Vega Navarrete 2017, p. 185-197) doit être identifié avec le philosophe épicurien Athénodore d’Athènes.

14 Profectio en 113 : Arr., Parth. Cf. les monnaies BMC 511 profectio Aug(usti) ; Bennett 1993, p. 191, 270 n. 29. Harker 2008, p. 87.

15 P.Lond. VI 1912 = CPJ II 153. Julius Phanias, Théon et Hermaiscus sont probablement les descendants de Tiberius Claudius Phanias, de Dionysius fils de Théon et d’Hermaiscus fils d’Apollonius énumérés en tant que représentants des Alexandrins en 41. Dionysius est probablement le célèbre savant alexandrin « aux charges multiples », qui fut membre du Musée, et Philoxenus pourrait être le professeur mentionné en Sammelbuch XXII 15708, la lettre d’un élève d’Alexandrie à son père Théon, prêtre du Nil à Oxyrhynque.

16 Musurillo 1954, p. 173. L’erreur pourrait provenir de l’existence d’un certain Salvius Iustus, substitut archiereus en 164 apr. J.-C., que le scribe pouvait connaître. La biographie du juriste ne paraît pas incompatible avec cette hypothèse, vu qu’il naquit probablement dans les années 80 apr. J.-C. Il est suivi par Harker 2008, p. 86.

17 Talmud de Jérusalem, Sukkah V 1.55 a-b. Loewe 1961, p. 105-122 ; Stemberger 1983, p. 75-76 ; Mélèze-Modrzejewski 1987, p. 7-31.

18 Hypothèse de Capponi 2018. Sur les communautés juives d’Arménie et de Mésopotamie et leur rôle économique et militaire dans la campagne parthique de Trajan (et après), cf. Neusner 1963 ; Cizek 1984 ; Brizzi 1981, 1995 et 2012 ; Oppenheimer 2005 ; Perea Yébenes 2010.

19 Cf. Goodman 1989 ; Id., 1992.

20 Acta Pauli et Antonini : Musurillo 1954, IX, p. 49-60 (texte), 179-195 (commentaire). BGU I 341, fragment du iiie s. du Fayoum, contenant les restes d’une colonne. P.Louvre 2376 bis et P.Lond. inv. 1 sont des fragments du même rouleau de papyrus, contenant six colonnes de texte. L’écriture remonte, selon Musurillo, à une période comprise entre 117 et 157 apr. J.-C. sur la base d’une comparaison avec PSI X 1063 (117 apr. J.-C.) et PSI X 1110 (157 apr. J.-C.). L’allusion à Rammius est une intégration de Crönert au P.Lond. inv. 1 vers 3, fragment d’une lettre d’un empereur (Hadrien ?) à Rammius même ; il ne s’agit donc pas d’une donnée irréfutable. Cf. Bastianini 1975, p. 283-284 et Bastianini 1980, 81 à propos des dates des préfectures de Rammius Martialis en 117-119 et de son successeur Haterius Nepos, 120-124. Cf. Capponi 2017, p. 149 ; Vega Navarrete 2017, p. 198-236.

21 Col. iv.11s, i.1-7.

22 Par exemple Harker 2008, p. 88, en référence à la littérature précédente.

23 P.Oxy. X 1242.3-4 = Musurillo 1954 VIII, p. 44-48 (texte), 161-178 (commentaire). CPJ II 157.

24 TAM II 282 = IGR III 615. Hypothèses de Musurillo 1954, p. 187 n. 1.

25 Philo, In Flacc., 39.

26 Cf. Musurillo 1954, p. 189.

27 Les hypothèses de Wilcken et Premerstein sont expliquées en CPJ vol. II. p. 88 (cf. Wilcken 1891).

28 Capponi 2018.

29 Cf. Troiani 1992.

Auteur

Dipartimento di Studi Umanistici, Università di Pavia.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site