Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Trajan dans les Acta Alexandrinorum : un portrait contradictoire ?

Livia Capponi

Résumé

Cet article a pour objet le double portrait de Trajan dans les Acta Alexandrinorum. Il vise d’abord à réévaluer l’importance de ce genre situé entre littérature et document comme source historique pour la reconstruction de la relation changeante entre Trajan et Alexandrie dans les années allant du triomphe sur la Dacie (107) jusqu’à la révolte de la diaspora juive (115-117). Ensuite, il tente de réorganiser les Acta de Trajan dans l’ordre chronologique, à la recherche d’une logique dans le traitement du princeps qui puisse refléter des développements significatifs dans sa politique. Les Acta Athenodori et les Acta Maximi, qui ne mentionnent pas les Juifs mais donnent un portrait négatif de Trajan, sont liés à ce qu’on appelle la « conspiration des pédagogues » de 107/108, et aux problèmes concernant le préfet d’Égypte Vibius Maximus. Les Acta Hermaisci, décrivant à la fois Trajan et Plotine comme favorables aux Juifs, doivent être antérieurs au départ de Trajan pour la campagne parthe en automne 113. Enfin, les Acta Pauli et Antonini, se référant à la violence entre Juifs et Grecs d’Alexandrie, doivent être liés aux émeutes qui ont eu lieu dans la ville en 115 et ont bientôt dégénéré en guerre ouverte.

This paper looks at the twofold portrait of Trajan in the Acta Alexandrinorum. It first aims to reassess the importance of this genre between literature and documents as historical source for the reconstruction of the changing relationship between Trajan and Alexandria in the years from the triumph over Dacia (107) to the revolt of the Jewish Diaspora (115-117). Then, it tries to rearrange the Trajanic Acta in chronological order, in search of a logic in the treatment of the princeps that may reflect significant developments in his policies. The Acta Athenodori and Acta Maximi, which do not mention the Jews, but portray Trajan negatively, are linked to the so-called “conspiracy of the pedagogues” of 107/108, and with problems involving the praefectus Aegypti Vibius Maximus. The Acta Hermaisci, depicting both Trajan and Plotina as favourable to the Jews, must be earlier than the departure of Trajan for the Parthian campaign in autumn 113. Finally, the Acta Pauli et Antonini, referring to the violence between Jews and Alexandrian Greeks, must refer to the riots that took place in the city in 115, and soon escalated into open war.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Trajan, Alexandrie et les Juifs

Au moment de son accession, en 98 apr. J.-C., Trajan écrivit une lettre à la ville d’Alexandrie, que quelqu’un, à Oxyrhynque, recopia aussitôt sur le verso d’une vieille lettre (P.Oxy. XLII.3022), en conservant ainsi les mots de l’empereur. Dans ce texte officiel, Trajan se présentait comme un bienfaiteur et un continuateur de la politique modérée de Nerva1 :

Conscient que la ville s’est distinguée par sa loyauté envers les Augustes empereurs, ayant à l’esprit les bénéfices que mon divin père vous a attribués… et ayant des sentiments personnels de bienveillance, je vous recommande tout d’abord à moi-même, et ensuite à mon ami et préfet Pompeius Planta, de sorte qu’il vous assure, de tous ses soins, la jouissance d’une paix durable (eirene), de la prospérité (euthenia) et des droits publics et individuels…

Cependant, les rapports entre Trajan et Alexandrie se gâtèrent rapidement, surtout en raison des désordres qui avaient souvent lieu entre la composante...

Auteur

Dipartimento di Studi Umanistici, Università di Pavia.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540