Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Hadrien voyageur à travers les siècles

Sylvain Destephen

Résumé

En raison de la perte de la plupart des sources historiographiques rédigées au iie siècle, le règne d’Hadrien est désormais connu par des sources historiques postérieures, non seulement Cassius Dion et l’Histoire Auguste, mais aussi par des abréviateurs de l’Antiquité tardive, des chroniqueurs chrétiens de langue grecque, latine et syriaque ainsi que des chronographes byzantins. L’examen de ce riche corpus littéraire révèle dès le Bas-Empire un processus de construction et de sédimentation de l’image d’Hadrien en souverain voyageur et bienfaiteur par excellence et la perpétuation et la transformation limitée de ce souvenir à l’époque médiévale.

Due to the loss of most of the historiographical sources composed in the second century, Hadrian’s reign is known through later, historical sources, not only Cassius Dio and the Historia Augusta, but also Late Antique abbreviators, Christian chroniclers writing in Greek, Latin and Syriac, as well as Byzantine chronographers. The study of this rich literary corpus reveals that the construction and sedimentation process of Hadrian’s portrait as a travelling and benefacting emperor took place as early as the Later Empire, and that this picture was handed down and scarcely transformed during the Middle Ages.

Texte intégral

Les voyages d’Hadrien et leur écho au Haut-Empire

  • 1 Birley 1997A, p. 83-92, 113-190 et 203-278. Ici et dans les autres ouvrages, les pages indiquent le (...)
  • 2 Voir le livre fondamental de Halfmann 1986, p. 40-47 et 188-210 pour la discussion, la chronologie (...)

1La figure de l’empereur Hadrien (117-138) est fréquemment associée, dès l’Antiquité, au souvenir des longs voyages d’inspection qu’il a effectués à travers l’Empire romain à une époque considérée a posteriori comme un siècle d’or. La durée et l’amplitude des voyages accomplis par Hadrien continuent d’étonner les historiens anciens et modernes au point que l’un de ses récents biographes l’a qualifié d’empereur infatigable1. Le règne d’Hadrien totalise 251 mois dont 106 à 113 passés à traverser l’Empire en tous sens, avec un intérêt plus grand pour sa moitié orientale2. À partir de la documentation conservée il est possible de reconstituer dans leurs grandes lignes, plus rarement en détail, l’itinéraire de trois longs voyages. On oublie souvent l’existence du premier voyage d’Hadrien parce qu’il a été accompli au début de son règne, entre son acclamation en Syrie, le 11 août 117, et son entrée solennelle dans Rome, le 9 juillet 118. Or ce déplacement n’est pas une traversée rapide de l’Empire pour rejoindre la capitale et assumer le pouvoir transmis par Trajan. Au lieu de se précipiter à Rome, Hadrien consacre onze mois à inspecter l’Empire, en particulier les provinces orientales, pour organiser un nouveau dispositif militaire, diplomatique et administratif concrétisé par l’abandon des récentes conquêtes de Trajan au-delà de l’Euphrate et entre les Carpates et la Dobroudja. Malgré les incertitudes qui subsistent pour la partie européenne de ce voyage, sa reconstitution montre la volonté d’Hadrien de prendre possession des secteurs névralgiques de l’Empire avant d’atteindre la capitale. Sur le modèle de Trajan, en période de paix, un empereur accède au pouvoir hors de Rome et considère la capitale comme la destination et non la source de son autorité. L’acclamation en province et la lente marche vers Rome montrent que la légitimité personnelle et dynastique d’Hadrien rend sa présence dans la capitale nécessaire, mais non prioritaire.

  • 3 Parmi les publications récentes, MacDonald & Pinto 1995, p. 25-46 ; Salza Prina Ricotti 2001, p. 19 (...)
  • 4 CIL, VI, 5076 (Tarse-Andabalis du 12 au 18 octobre 117) ; IGR, III, 208 et IvPergamon, 274 (Ancyre- (...)
  • 5 Vidman 1982, p. 49, l. 14 : V non. Mart. Augustus profe[ct]us ad Italiam circum[circa], avec la lec (...)

2Il ne faut pas anticiper sur l’évolution politique de l’Empire et considérer Hadrien comme l’initiateur du processus de « décapitalisation » que subit Rome à partir du milieu du iiie siècle. Si Hadrien a consacré 106 à 113 mois à inspecter les provinces, il a séjourné entre 138 et 145 mois à Rome ou ses environs immédiats, en particulier Tivoli où il réside dans la dernière partie de son règne3. Le poids des années et les problèmes de santé expliquent cette sédentarité forcée entre 132 et 138. Les deux autres séjours à Rome durent deux ans et sont interrompus par deux longs voyages d’environ quatre ans chacun. Il est à nouveau possible, grâce aux témoignages des auteurs anciens, des inscriptions, des monnaies et parfois des papyrus de reconstituer ces voyages. Le deuxième voyage, en 121-125, conduit Hadrien à traverser l’Empire d’ouest en est, de la frontière nord de la province de Bretagne à la rive de l’Euphrate avec un passage remarqué dans de nombreuses cités d’Asie Mineure occidentale et de Grèce continentale. Le troisième voyage en 128-132 amène Hadrien en Afrique du Nord, dans le Proche-Orient et les Balkans. Un trait commun apparaît dans ces voyages : la prédilection pour l’Orient, en particulier les provinces hellénophones où la tradition épigraphique livre des témoignages nombreux. Même dans ces régions il est plus facile de situer des lieux de passage que de reconstituer des itinéraires. Nous ignorons la chronologie exacte des allées et venues de l’empereur et il est permis de le suivre pas à pas pendant quelques jours dans quatre cas seulement : entre le 12 et le 18 octobre 117 Hadrien suit la voie transanatolienne entre la Cilicie et la Cappadoce, entre fin octobre et le 11 novembre 117 il parcourt la route entre Ancyre et Juliopolis en Galatie, entre le 1er et le 7 juillet 128 il circule entre Lambèse et Zarai en Afrique Proconsulaire, enfin du 18 au 21 novembre 130 il rend plusieurs visites au colosse de Memnon en compagnie de sa suite4. Ces précisions sont toutes fournies par des inscriptions. Un second déséquilibre documentaire concerne l’Italie où les séjours et les itinéraires d’Hadrien sont très mal connus. Seuls les fastes d’Ostie, malgré leur caractère lacunaire, révèlent qu’Hadrien a sans doute visité pendant cinq mois la plaine du Pô à partir du printemps 1275. Il faut extrapoler de cette information isolée d’autres voyages et séjours de l’empereur dans la péninsule, ce qui réduit d’autant sa présence dans la capitale. Aucune source littéraire ne mentionne ces déplacements en Italie. Les voyages réguliers sont des voyages de proximité qui font partie de la routine administrative, de la vie ordinaire d’un empereur. Pour cette raison, ils ne retiennent pas l’attention des contemporains, a fortiori des historiens.

  • 6 À propos de Granus Licinianus et Florus, voir la présentation succincte de leur vie et de leur œuvr (...)

3Outre les inscriptions et les papyrus, qui apportent des informations précises mais ponctuelles, les sources littéraires offrent un aperçu plus large mais moins précis qui s’explique pour plusieurs raisons. La première tient au caractère rhétorique de l’histoire à Rome. L’historiographie gréco-latine du Haut-Empire est marquée par une volonté didactique qui privilégie l’événement sur la continuité, la narration sur l’analyse. La seconde raison tient au milieu de ces historiens souvent sénateurs, toujours notables, qui rédigent une histoire politique centrée sur Rome et les relations entre l’empereur et le Sénat. Dans ces conditions, les séjours des empereurs en province occupent une place réduite et anecdotique. De plus, en raison des hasards de la transmission des textes, les historiens contemporains de la dynastie des Antonins et du règne d’Hadrien comme Granius Licinianus sont perdus ou se résument à peu de chose et, quand ils sont conservés comme Florus ou Appien, ils traitent de périodes antérieures6.

  • 7 Cass. Dio, 69. Voir également Millar 1999, p. 61-72 ; Hose 1994, p. 364-373 ; Kuhn-Chen 2002, p. 18 (...)
  • 8 Cass. Dio, 69.9.1 (voyages) ; 9.4 (Germanie et Égypte) ; 10.2 (Mysie) ; 11.1-2 (Judée et Égypte) ; (...)
  • 9 Cass. Dio, 69.7.4. L’anecdote est associée à Trajan par Eutr. 8.4.
  • 10 On notera quelques exceptions comme Chausson 2012, p. 21-24 ; Ricci 2019.

4Les deux historiens les plus proches du règne d’Hadrien et qui évoquent ses voyages, les sénateurs Marius Maximus et Cassius Dion, sont actifs sous les Sévères (193-238) ; le premier est consul en 199 et 223, le second en 205 et 229. Dans sa monumentale Histoire romaine en 80 livres, Cassius Dion consacre le livre 69 au règne d’Hadrien. Le mot de livre est un peu trompeur pour un texte d’environ 4 000 mots dans son édition moderne7. Il s’agit en réalité d’un abrégé réalisé par le moine byzantin Jean Xiphilin, actif dans la seconde moitié du xie siècle. Cassius Dion se focalise sur la personnalité ambiguë du souverain et ses relations compliquées avec les sénateurs. La version résumée du livre 69 n’accorde aucune place aux voyages impériaux et seule une phrase évoque les visites d’Hadrien aux cités et aux troupes en province. En rassemblant les indices éparpillés dans le texte, la présence du souverain est attestée dans une province occidentale, la Germanie, et dans cinq régions orientales, l’Égypte, la Judée, la Syrie, la Mysie et la Grèce8. Un détail indique qu’il avait l’habitude de rendre visite à ses amis dans leurs résidences de campagne, c’est-à-dire les villas aristocratiques localisées dans les environs de Rome (le suburbium) et dans les campagnes du Latium et de Campanie9. Parce qu’il s’agit d’une allusion à des visites privées et non à des tournées administratives en Italie, c’est un témoignage remarquable sur la micro-mobilité impériale souvent ignorée par les historiens anciens mais aussi modernes10.

  • 11 Birley 1997B, p. 2727-2731 ; Callu 2002, p. xiv-xxii.

5Les livres de Cassius Dion relatifs au siècle des Antonins sont abrégés et il subsiste peu de témoignages directs de la collection de biographies impériales composées par Marius Maximus : sur une trentaine de fragments sept seraient issus de la Vie d’Hadrien11. La tradition du résumé, par son caractère à la fois pratique et bref, explique le succès des abréviateurs, mais il est faux d’associer les abrégés au seul Bas-Empire et de les considérer comme des indices de décadence littéraire et intellectuelle puisque Florus et Granius Licinianus, actifs sous les Antonins, abrègent tous les deux Tite-Live.

Hadrien ambigu dans l’historiographie tardo-antique

  • 12 Pour l’historiographie de cette période, voir la récente publication de Bleckmann & Gross 2016, p. (...)

6La seconde moitié du iiie siècle et le début du ive siècle constituent une période de grande pauvreté des sources, mais la situation s’améliore à partir de la seconde moitié du ive siècle12. Il faut déplorer la perte des livres des Res gestae d’Ammien Marcellin consacrés à la période des Antonins qui en occupait la partie centrale, et se satisfaire d’une série d’histoires ou de biographies impériales abrégées, composées dans les années 360-400, qui tendent à s’imiter ou à puiser leur matière dans des sources communes. Le premier, Aurélius Victor, qui fait une belle carrière sénatoriale sous plusieurs empereurs, publie en 360 un Livre des Césars ou Histoire abrégée. Festus, dont l’identité reste débattue, est un contemporain de l’empereur Valens à qui il dédie en 370 un résumé condensé de l’histoire romaine. À Valens est dédié un autre abrégé d’histoire romaine, moins court que le précédent, par Eutrope, qui exerce la fonction de magister memoriae lui donnant accès aux archives impériales. Enfin, un autre opuscule historico-biographique, attribué à un Pseudo-Aurélius Victor et daté des années 400, offre une série de notices sur les empereurs d’Auguste à Théodose Ier. Légèrement antérieure à cette œuvre, une collection anonyme de biographies d’empereurs et de princes romains des iie-iiie siècles, connue sous le titre moderne d’Histoire Auguste, est d’un grand intérêt pour la période antonine car elle puise ses informations dans Marius Maximus.

  • 13 Aur. Vict., Caes., 14.1.
  • 14 Fest., 14.3 ; 20.4.
  • 15 Eutr., 8.3.
  • 16 Ps.-Aur. Vict., 14.
  • 17 HA, Hadr., 5.10 et 6.6-7.3 (voyage de 117-118) ; 9.6 (voyage en Campanie) ; 10.1-2 ; 11.2 ; 12.1-3  (...)

7Ces cinq œuvres proposent un aperçu de l’histoire politique de Rome et évoquent la dynastie des Antonins et Hadrien sous la forme de notices souvent brèves mais parfois précises (Ricci 2019). Au sujet de ses voyages, Aurélius Victor mentionne celui réalisé en 117-118 au début d’une notice plutôt hostile à un souverain présenté comme un dépravé paresseux et un esthète cruel envers les sénateurs13. Festus mentionne seulement deux fois Hadrien pour lui reprocher l’abandon des conquêtes de Trajan et ne dit rien de ses déplacements14. Eutrope lui adresse le même reproche de pertes territoriales et d’inactivité militaire et évoque son activité itinérante et édilitaire en quelques mots15. Le Pseudo-Aurélius Victor, plus disert, alterne critiques de la personne et éloges de l’empereur. Parmi ses mérites, il évoque ses visites dans tout l’Empire16. Dans l’Histoire Auguste les informations sont moins lacunaires. Dans le cas du premier voyage, de la Syrie à Rome, l’auteur mentionne l’Illyricum et la Mésie comme étapes intermédiaires dans un récit assez confus. Il ajoute une tournée en Campanie. L’évocation du voyage de 121-125 est davantage détaillée et sont mentionnés des séjours en Gaule, Germanie, Bretagne, Asie Mineure, mer Égée, Grèce et Sicile. Mentionné à la suite du précédent, le troisième voyage de 128-132 est associé à des visites en Afrique, Asie Mineure, Syrie, Arabie et Égypte et s’interrompt avec la mort d’Antinoos17. L’absence de transition laisse croire que le deuxième et le troisième voyage forment un seul itinéraire marqué par des passages à Rome. L’auteur ne fournit aucune date pour les trois voyages et leur chronologie se déduit de certains événements mentionnés avant, pendant ou après ces voyages.

  • 18 Eutr., 8.3 ; Ps.-Aur. Vict., 14.4.
  • 19 Sur cet aspect voir Boatwright 1987 ; Fraser 2006.
  • 20 HA, Hadr., 9.6.
  • 21 Aur. Vict., Caes., 14.12 ; Eutr., 8.3 ; HA, Hadr., 25.5-6 ; 26.5.

8Dans l’historiographie de la fin du ive siècle, Hadrien occupe manifestement une place réduite et le souvenir de ses voyages se résume à des noms de localités ou de régions, parfois des événements diplomatiques, personnels ou anecdotiques. Hormis l’Histoire Auguste, aucune source ne propose de récit des voyages dont la portée administrative et religieuse est rarement soulignée. Toutefois Eutrope et le Pseudo-Aurélius Victor offrent une amorce de réflexion sur la fonction de ces voyages en les mettant en relation avec des travaux de construction ou de reconstruction dans les cités visitées par l’empereur18. Les voyages participent d’une politique d’inspection des provinces occidentales et surtout orientales et de bienfaisance envers les communautés locales19. Les longs voyages d’Hadrien constituent un aspect de l’évergétisme impérial. Les mêmes raisons motivent certains voyages effectués en Italie sur lesquels nous sommes mal renseignés. Par exemple, Hadrien se rend en Campanie pour soulager les cités et les notables de cette région de difficultés que l’Histoire Auguste ne précise pas20. À la lumière de cas connus par l’épigraphie, il faut supposer des problèmes financiers qui entraînent soit des subventions impériales pour des infrastructures publiques soit, plus courant et plus économique pour le budget impérial, des annulations d’arriérés d’impôts. La mention de la Campanie est exceptionnelle dans la mesure où les déplacements organisés en Italie ne retiennent pas l’attention des autres auteurs de la fin du ive siècle. On devine des voyages à courte distance dans le Latium et en Campanie d’après la présence d’Hadrien à Tivoli et sa mort à Baïes21.

  • 22 Cass. Dio, 69.7.3.
  • 23 Halfmann 1986, p. 70-72 et 85-88.
  • 24 Eutr., 8.3 ; HA, Hadr., 13.5.
  • 25 E.g. Pan. Lat., 3.4.3-4 ; 3.8.1-3 ; 3.13.5 et 3.14.3 (Maximien Galère) ; Ibid., 4.3.2 (Constance Ch (...)
  • 26 Ps.-Aur. Vict., 14.4.
  • 27 Sur la chronologie, la géographie et la raison des déplacements de ces empereurs, voir Destephen 20 (...)

9L’itinérance gouvernementale d’Hadrien ne semble pas retenir l’attention des abréviateurs de l’Antiquité tardive. Notons toutefois une curieuse évolution des moyens de transport associés à l’empereur. Cassius Dion indique, de manière incidente, qu’il se déplace en véhicule hippomobile22. Cette indication est confirmée pour d’autres empereurs23. Eutrope ne fournit pas d’indication mais souligne qu’Hadrien traverse toutes ses possessions. L’auteur anonyme de l’Histoire Auguste ajoute à l’étendue des voyages la rapidité de mouvement du souverain24. Il s’agit d’un poncif qu’on retrouve dans les panégyriques du Bas-Empire, époque où les souverains se déplacent régulièrement25. Le Pseudo-Aurélius Victor force le trait en transformant Hadrien de voyageur en marcheur : l’empereur aurait traversé ses possessions non pas en voiture ou à cheval mais à pied26. Le métier d’empereur se transforme en une ascèse, un pèlerinage laïc et politique pour conserver et sauver l’Empire romain dans tous les lieux où une menace, intérieure ou extérieure, risque de fragiliser son intégrité et sa pérennité, ses frontières et son équilibre. Accentuer l’ampleur, la rapidité et la difficulté des voyages d’Hadrien entre en résonance avec Constance II, Valens ou Théodose Ier, des empereurs contemporains de Festus, de l’Histoire Auguste et du Pseudo-Aurélius Victor27.

  • 28 HA, Ant. Pius, 7.11.
  • 29 Zos., 5.31.4. À l’inverse, au début du règne, l’empereur est incité à voyager par terre et par mer (...)

10La valeur positive attribuée aux voyages est contrebalancée par le portrait généralement négatif que les biographes et les abréviateurs font d’Hadrien. Ses abandons territoriaux, ses conflits avec le Sénat, ses goûts personnels suscitent la critique et éclipsent ses voyages. Même ces derniers font l’objet de critiques indirectes. Dans la biographie d’Antonin le Pieux (138-161), successeur d’Hadrien estimé par la tradition parce que déférent à l’égard du Sénat, l’auteur de l’Histoire Auguste énumère les mesures prises pour réduire les dépenses de l’État. L’une d’elles présente un intérêt particulier : l’empereur, richissime à titre personnel mais parcimonieux avec l’argent public, arrête les voyages lointains et limite ses déplacements au Latium et à la Campanie en raison du fardeau que représente la suite impériale pour les populations provinciales28 : Antonin le Pieux abandonne l’itinérance politique pour une micro-mobilité polarisée sur Rome. Deux formes de gouvernement sont opposées : la sédentarité concentrique et économe d’Antonin le Pieux et le déplacement systémique et fastueux d’Hadrien. Modèle de modération et de frugalité publiques, Antonin le Pieux condamne de manière tacite l’itinérance et l’exubérance coûteuses d’Hadrien. La critique de l’inconstance personnelle prend un sens politique sous la forme d’une instabilité gouvernementale. Ces deux modèles sont tour à tour vantés et critiqués selon les évolutions de l’Empire romain. Après la mort de Théodose Ier, en 395, ses successeurs optent pour un exercice du pouvoir davantage sédentaire sans être immobile : son fils aîné Arcadius (495-408) circule entre le Bosphore et l’Anatolie, et son fils cadet Honorius (395-421) se déplace en Italie centrale et septentrionale. À la mort d’Arcadius, soucieux d’assumer la régence en Orient, Honorius envisage de se rendre à Constantinople, mais son généralissime Stilicon l’en dissuade en raison des dépenses occasionnées par un tel déplacement29. Gouverner à distance est jugé plus économique que se montrer dans les provinces.

  • 30 Zos., 1.7.1. Sur cet auteur et son rapport au passé romain alternant périodes fastes et néfastes, v (...)
  • 31 Voir l’introduction et l’édition (empruntée à L. Dindorf) traduite et commentée de Blockley 1981-19 (...)
  • 32 Eunap., frg. 29 Blockley (apud Suda I 401). Outre les références aux travaux de F. Paschoud et R. C (...)
  • 33 Procop., Bell., 3.2.8.
  • 34 Ibid., 5.22.12-22 ; 7.36.17 ; 8.33.14.

11L’information est fournie par Zosime, historien actif à Constantinople au tournant des ve-vie siècles. À cette époque, la mobilité impériale se limite aux régions voisines de la capitale orientale. Dans ces circonstances, les voyages et la mobilité d’Hadrien perdent de leur intérêt historique et de leur pertinence politique. Zosime évoque en une phrase les empereurs antonins et les félicite d’avoir rétabli l’Empire et étendu ses frontières30. L’attention est portée sur l’intégrité territoriale du monde romain à une époque où elle est menacée. Comme un pouvoir sédentaire fonctionne de manière efficace dans la moitié orientale de l’Empire depuis le ve siècle, l’immobilité impériale n’est pas critiquée par les historiens de cette époque31. De surcroît, leur intérêt marqué pour la période contemporaine interdit de trouver parmi ces auteurs une évocation des voyages et du règne d’Hadrien, sinon une allusion au culte rendu à Trajan par Hadrien à Antioche32. Au vie siècle, Procope, un des derniers représentants de l’historiographie classique, critique le sédentaire Honorius réfugié dans Ravenne alors que l’Italie est envahie par les barbares33, peut-être pour dénoncer indirectement la sédentarité de Justinien qui ne quitte presque jamais Constantinople, sinon pour aller en Thrace et en Anatolie centrale. D’Hadrien il évoque seulement le monumental tombeau à Rome transformé en forteresse34. Le souvenir de l’empereur ne disparaît pas, mais il est très simplifié et occulté par les événements contemporains d’historiens intéressés par l’histoire immédiate.

Hadrien bienfaiteur dans les chroniques chrétiennes

  • 35 Jer., Chron., a. 117-137, p. 197-201.
  • 36 Sur ces aspects voir Bazzana 2010 ; plus spécifiquement Kuhlmann 2002, p. 173-196.
  • 37 Sulp. Sev., Chron., 2.31.3-5, p. 85, l. 30 - p. 86, l. 9.
  • 38 Prosp. Tiro, Chron., a. 581-626, p. 422-425. Voir également, à partir de 378, date jusqu’à laquelle (...)
  • 39 Isid. Hispal., Chron., a. 268-271, p. 458-459 ; Bed., Chron., a. 315-319, p. 286-287. Voir égalemen (...)

12Genre établi par Eusèbe de Césarée, la chronique universelle intègre Hadrien dans une longue histoire, celle du christianisme. Par exemple, la Chronique de Jérôme, qui adapte et prolonge jusqu’en 378 celle d’Eusèbe de Césarée, elle-même tributaire de la Chronique perdue de Julius Africanus, mentionne la générosité d’Hadrien envers les cités endettées ou endommagées par des tremblements de terre, ses séjours en Afrique du Nord et en Égypte ainsi que ses hivernages à Athènes en 123-124 (en réalité 124-125) et 131-13235. Ces déplacements épisodiques sont mis en relation avec la piété de l’empereur, ses relations pacifiques avec les chrétiens et plus conflictuelles avec les juifs36. Les préoccupations religieuses et apologétiques des chroniqueurs chrétiens expliquent cet intérêt pour les relations entre l’empereur païen et les communautés monothéistes. Ainsi, Sulpice Sévère s’intéresse à la refondation de Jérusalem par Hadrien et à l’expulsion des juifs de la nouvelle cité37. De même, le chroniqueur Prosper d’Aquitaine, qui dépend de Jérôme, évacue presque les informations profanes, en particulier celles relatives aux voyages et séjours d’Hadrien, pour se concentrer sur ses relations avec les juifs et les chrétiens38. Toute allusion aux déplacements d’Hadrien a également disparu des chroniques d’Isidore de Séville ou de Bède le Vénérable39. Il n’est pas surprenant que, pour ces deux ecclésiastiques du haut Moyen Âge, l’histoire romaine se résume au développement de l’Église.

  • 40 Ioh. Ant., frg. 206 Roberto, p. 370, l. 20-22.
  • 41 Ioh. Mal., 11.13-20. Voir la contribution d’Alessandro Galimberti et Marco Rizzi.
  • 42 L’empereur fait une entrée solennelle dans Constantinople en 559 (Const. Porph., Trac. mil., p. 138 (...)
  • 43 Ioh. Mal., 11.22-25.

13En Orient, la perpétuation de l’Empire romain offre un cadre plus favorable à la production historiographique jusqu’au milieu du viie siècle, même si certains auteurs ne subsistent plus qu’à l’état fragmentaire, comme les chroniqueurs syriens Eustathe d’Épiphanie ou Jean d’Antioche. Ce dernier évoque l’évergétisme d’Hadrien, parce qu’il bénéficie à la patrie de l’auteur40. On dispose en revanche de la version presque complète de la Chronique de Jean Malalas, leur compatriote, qui consacre une huitaine de paragraphes courts à Hadrien loué pour sa générosité envers plusieurs grandes cités comme Antioche, sa patrie, et la fondation de villes nouvelles41. L’empereur bienfaiteur et bâtisseur n’est associé à aucun déplacement et le souverain évergète semble exercer un pouvoir sédentaire. Il est tentant d’établir un parallèle avec Justinien qui multiplie les constructions dans l’empire depuis Constantinople42. Le modèle de Justinien, l’empereur contemporain de Malalas, explique peut-être la volonté du chroniqueur de lui faire correspondre l’action de certains grands empereurs du passé, au prix de libertés avec la vérité. Celle-ci est encore plus malmenée dans les paragraphes consacrés à Antonin le Pieux dont Malalas donne une image positive. Toutefois, il lui attribue des constructions et des dons pour des cités en Phénicie, Syrie, Égypte et Asie Mineure avant de retourner à Rome. Le chroniqueur mentionne en particulier un séjour de l’empereur à Alexandrie et Antioche43. On est impressionné par tant d’erreurs, mais si l’on suppose une confusion entre Antonin le Pieux et Hadrien alors le récit reprend une cohérence. Les cités et les régions orientales liées à Antonin le Pieux chez Malalas peuvent toutes être associées aux deuxième et troisième voyages d’Hadrien. Il est à noter que, dans l’esprit du chroniqueur, l’espace d’action de l’empereur romain se trouve limité aux possessions initiales de Justinien.

  • 44 Chron. Pasch., a. 116-137, p. 473-477. Pour la correction de la date, voir Follet 1968, p. 54. À pr (...)

14Dans les années 630, la Chronique pascale, composée à Constantinople par un auteur anonyme contemporain de l’empereur Héraclius, offre un aperçu des connaissances disponibles au sein de l’élite byzantine. L’œuvre offre un résumé du règne d’Hadrien, mais se concentre surtout sur les dix premières années et se contente d’indiquer les consuls pour les autres années. Les informations relatives à Hadrien concernent encore des travaux de construction ou de restauration de grandes cités d’Asie Mineure occidentale. Un petit paragraphe documenté est consacré à la reconstruction et à la réorganisation de Jérusalem, mais parce que l’achèvement de la Chronique pascale est antérieur à l’entrée d’Héraclius dans Jérusalem il est impossible de voir en Hadrien une préfiguration de l’empereur byzantin. L’auteur mentionne le voyage d’Hadrien en Égypte, daté par erreur de 122, et l’associe à la fondation d’Antinoopolis44. Seule la Chronique pascale précise que la cité est fondée le 30 octobre. La mention du voyage en Égypte est étonnante dans la mesure où, depuis le Pseudo-Aurélius Victor au début du ve siècle, l’image de l’empereur voyageur et bâtisseur est remplacée dans l’historiographie tardive, païenne et chrétienne, par celle d’un empereur sédentaire et bienfaiteur. Toutefois, à lire la Chronique pascale, le voyage impérial semble constituer une forme d’action politique discontinue dans la mesure où il est associé de temps à autre à des constructions ou des fondations. En d’autres mots, l’itinérance est moins un mode de gouvernement qu’une expression épisodique de l’évergétisme impérial.

  • 45 Sur l’influence du modèle historiographique eusébien, voir la récente étude approfondie de Debié 20 (...)
  • 46 Chron. 724, p. 95-96 et 116. Ces renseignements se retrouvent dans Chron. 846, p. 141-142.
  • 47 En revanche, sont mentionnés pour le Haut-Empire les empereurs Lucius Verus, Septime Sévère et Sévè (...)
  • 48 Ps.-Dion. Tellm., a. 2132-2152.

15Dans les chroniques universelles syriaques, la mémoire d’Hadrien est marquée par la tradition eusébienne : l’histoire de l’Empire sert de cadre à la diffusion et au triomphe du christianisme sur le paganisme, le judaïsme et l’hérésie45. Fidèle à Eusèbe de Césarée, une chronique achevée en 724 associe Hadrien au conflit avec les juifs, à ses travaux de reconstruction de cités et à des listes chronologiques d’évêques et d’hérésiarques. Il n’est pas fait mention des voyages et aucune information nouvelle n’est fournie sur son règne46. Au tournant des viie-viiie siècles la Chronique de Jacques d’Édesse omet Hadrien47, tandis que la Chronique du Pseudo-Denys de Tell Mahré, à la fin du viiie siècle, livre des informations présentes chez Eusèbe de Césarée et ses continuateurs grecs, agrémentés de menus détails sur des affaires ecclésiastiques et dogmatiques. On découvre que si Trajan est jugé responsable de la persécution et de la mort de plusieurs martyrs, Hadrien n’est accusé d’aucune action hostile envers les chrétiens. De manière convenue, l’activité d’Hadrien se manifeste dans deux domaines, d’une part la lutte contre les juifs et la transformation de Jérusalem en une cité romaine interdite aux juifs, d’autre part les actes de bienfaisance sous la forme de dons et de constructions pour des cités hellénophones48. L’empereur païen est généreux, mais il semble immobile et lointain.

16À la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge, en Occident et en Orient, la mémoire d’Hadrien se cristallise, dans les chroniques universelles, en une image répétitive, stéréotypée mais positive : la tradition d’un empereur voyageur s’efface, son image de souverain généreux perdure et on insiste désormais sur son hostilité envers les juifs.

Hadrien immobile dans l’historiographie byzantine ?

  • 49 Voir en particulier Kuhlmann 2002, p. 182-186.
  • 50 En guise d’introduction, voir Croke 2007, p. 34-42 ; Efthymiadis 2013, p. 74-76 ; Treadgold 2013, p (...)
  • 51 Georg. Sync., 5609-5621, Dindorf, p. 658-661, Mosshammer, p. 425, l. 22 - p. 428, l. 8 ; une traduc (...)
  • 52 Theoph. Confess.
  • 53 Niceph. Patr., Chron., p. 747.
  • 54 Georg. Mon., p. 450-451. Voir également Detoraki 2015, p. 126-128.

17L’influence exercée par Eusèbe de Césarée est forte dans le monde byzantin qui, par son histoire, sa langue et sa religion, se rattache à l’héritage de l’Empire romain chrétien d’Orient. Dans ces conditions, la figure de l’empereur voyageur Hadrien semble presque fossilisée par le modèle eusébien qui possède une forte tonalité apologétique et ecclésiastique49. Il n’est pas surprenant, après une éclipse entre le milieu du viie siècle et la fin du viiie siècle, que la tradition historiographique resurgisse à Byzance sous la forme de chroniques universelles rédigées par des membres de l’Église50. Au début du ixe siècle, le moine Georges le Syncelle juxtapose des extraits ou des renseignements tirés de Flavius Josèphe, des Pères apostoliques, de Julius Africanus et surtout d’Eusèbe de Césarée. Il ne fait preuve d’aucune originalité dans les informations qu’il livre sur Hadrien51. Presque contemporains du précédent, le moine Théophane le Confesseur et le patriarche Nicéphore de Constantinople rédigent également des chroniques : le premier continue l’œuvre de Georges le Syncelle de 284 à 81352, et le second expose brièvement l’histoire depuis Adam et Ève jusqu’à l’année 829 sous la forme de tables chronologiques, de listes de dirigeants religieux et politiques, païens, juifs et chrétiens, parfois de brèves notices. Hadrien est évoqué en une seule phrase indiquant la durée de son règne, sa mort à Baïes et la destruction de Jérusalem53. Actif au milieu du ixe siècle, Georges le Moine relate l’histoire universelle depuis la Création à l’an 842. Malgré le succès de cette chronique dans le monde byzantin où elle est continuée et dans le monde slave où elle est traduite, elle ajoute peu de choses à Georges le Syncelle et Théophane le Confesseur, mais elle manifeste une culture théologique, patristique et hagiographique plus marquée. Hadrien est associé à la guerre contre les juifs, à la refondation de Jérusalem, à des actes de bienfaisance et à des hérésiarques, autant d’événements et de personnages connus54. À première vue, on pourrait considérer toutes ces chroniques byzantines comme de médiocres compilations d’historiens amateurs, de moines peu éclairés. Un regard plus attentif révèle parfois quelques informations qui traduisent une évolution littéraire et, plus largement, culturelle du monde byzantin.

  • 55 Leo Gramm., p. 68-69.
  • 56 Voir à ce sujet Tocci 2014, p. 61-65.

18Achevée en 1013 mais ne dépassant pas 948 pour les événements relatés, la chronique attribuée à Léon le Grammairien, personnage dont on ne sait rien au point que son existence est mise en doute, est parfois jugée comme une banale compilation. Hadrien est présenté comme un empereur orné de qualités intellectuelles et morales, fondateur de cités en Mysie et en Thrace, mais destructeur de Jérusalem et excessif avec les hauts fonctionnaires. L’auteur évoque à ce sujet le souvenir de son préfet du prétoire, Servius Sulpicius Similis, désireux de se retirer sur ses terres après une vie au service du souverain55. Par cette anecdote empruntée à Cassius Dion, le chroniqueur révèle qu’il ne dépend pas seulement de la tradition eusébienne, répétée par Georges le Syncelle et Georges le Moine, et qu’il utilise des sources historiques extérieures à l’historiographie chrétienne. Cette démarche, sans être originale, est caractéristique du renouveau intellectuel que connaît l’Empire byzantin sous les empereurs macédoniens (867-1056) et Comnènes (1081-1185), et qui se manifeste par un intérêt des élites pour le patrimoine littéraire classique, en particulier dans le domaine de l’histoire56.

  • 57 Zon., Ann., 11.23-24, p. 71-78.
  • 58 Ibid., 11.23, p. 73, l. 5-7.

19Homilète, théologien, canoniste et hagiographe, Jean Zonaras est également un historien qui rédige dans le deuxième quart du xiie siècle une chronique depuis la Création jusqu’en 1118. C’est une œuvre de grande ampleur que Zonaras rédige dans un monastère à la fin de sa vie. Soucieux de précision et de clarté mais non d’originalité, il consacre deux chapitres à Hadrien et aux évêques et hérésiarques contemporains de l’empereur57. Amateur de littérature païenne et chrétienne, Zonaras utilise pour ces deux chapitres le livre LXIX de l’Histoire romaine de Cassius Dion et des passages du livre IV de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée. Cette combinaison semble inattendue, mais elle apparaît déjà chez Léon le Grammairien et traduit le double aspect de la culture élitiste byzantine, influencée par le christianisme et l’héritage classique. De manière positive, il faut savoir gré à ce lettré byzantin d’avoir lu et utilisé de nombreuses sources aujourd’hui perdues, fragmentaires ou abrégées. De manière négative, fidèle aux principes énoncés dans son prologue, Zonaras ne prétend pas faire œuvre d’historien mais de passeur. Pour le Haut-Empire romain, en particulier pour Hadrien, Zonaras est un compilateur et un abréviateur consciencieux, peut-être un peu trop. La version du livre LXIX de Cassius Dion transmise par Zonaras représente 40 % de celle abrégée par Jean Xiphilin au siècle précédent. Bien que plus brève et moins détaillée, la version de Zonaras prend soin de rappeler qu’Hadrien visita chaque province pour inspecter les villes et les campagnes, aider les unes et les autres58. Laissant de côté les critiques formulées par Cassius Dion contre Hadrien et conservées par Xiphilin, Zonaras montre que l’itinérance de l’empereur est une forme de bon gouvernement et de sollicitude envers les populations provinciales.

  • 59 Cedr., Bekker, 1, p. 437-438, Tartaglia, 1, p. 443-444.
  • 60 Ioel, Bekker, p. 30, Iadevaia, p. 80, l. 673-678.
  • 61 Mich. Glyc., Ann., III, p. 447-449.

20Les informations que livrent les autres historiens et chroniqueurs byzantins des xie-xiie siècles, comme Georges Kédrénos, Michel Glykas et Joël, répètent plus ou moins à l’identique les informations, véridiques ou erronées, transmises depuis des siècles par l’historiographie byzantine. Un examen attentif révèle des différences qui traduisent autant les centres d’intérêt divergents de ces auteurs qu’une possible évocation des réalités contemporaines. De manière classique, Hadrien demeure un bâtisseur, un fondateur de cités et un ennemi des juifs selon Kédrénos59. Dans sa brève notice consacrée au règne d’Hadrien, Joël évoque trois martyrs, deux hérésiarques et deux pseudo-prophétesses : l’histoire du christianisme efface celle de Rome60. En revanche, dans ses Annales, Michel Glykas, mort peu avant la catastrophe de 1204, attache une importance particulière au conflit qui oppose Hadrien aux juifs et aboutit à la destruction de Jérusalem, annoncée par l’Évangile, et sa reconstruction sous la forme d’une cité romaine dénommée Aelia (Capitolina). Il évoque la figure très secondaire d’Aquila de Sinope, parent d’Hadrien et responsable des travaux, mentionné au ive siècle par Épiphane de Salamine et au viie siècle dans la Chronique pascale. Converti au christianisme mais adepte d’astrologie, il est excommunié et, par dépit, se tourne vers les juifs dont il apprend la langue pour traduire la Bible en grec et altérer les passages relatifs à la vie du Christ61. Il est toutefois difficile de mettre en relation l’intérêt pour Jérusalem et la polémique antijuive avec le siècle des croisades et la conquête de la Terre sainte dont l’historien est un contemporain en Orient.

 

  • 62 Const. Man., Chron., 2175-2191, Bekker, p. 94-95 ; 2157-2172a, Lampsides, p. 117-119.
  • 63 Ibid., 2179-2181, Bekker, p. 95 ; 2161-2163, Lampsides, p. 117 : ἄνδρας δ’ ἐπήγετο σοφοὺς αὐτῷ συνε (...)

21En guise de conclusion, il convient d’évoquer la chronique de Constantin Manassès, métropolite de Naupacte mort vers 1187, qui s’étend d’Adam à 1081 et présente l’originalité d’être écrite en vers, ce qui impose sinon un réagencement de la matière historique du moins sa réécriture et non une simple transcription ou adaptation des informations disponibles dont se contentent la plupart des chroniqueurs byzantins. Hadrien est présenté comme un empereur intellectuel et bienfaiteur, aimé du Sénat et du peuple, en conflit avec les « juifs malveillants » et contraint de détruire la Jérusalem juive pour rebâtir une Jérusalem libérée du judaïsme et favorable aux chrétiens62. Pour souligner son activité bienfaisante, Manassès évoque la figure de l’empereur itinérant : « Il emmenait avec lui les hommes savants qui l’accompagnaient dans les camps militaires, dans les lieux de villégiature et dans tous ses voyages, et il enrichit la terre entière par ses dons désintéressés63. » Vers 1200, Hadrien jouit encore de l’image du bon empereur dont les voyages constituent l’occasion de montrer son dévouement et sa bienfaisance envers ses administrés reconnaissants, à l’exception des juifs. Dévoué et cultivé, dépensant sans compter ses efforts et ses biens, soucieux de la prospérité des villes et des campagnes, hostile aux juifs rétifs à son autorité bienveillante, Hadrien incarne un modèle de bon empereur transmis par des générations d’historiens byzantins. En revanche, son mode de gouvernement, parce qu’il implique de fréquents déplacements, ne correspond plus aux réalités politiques du Moyen Âge byzantin.

Bibliographie

Sources anciennes

Beda, Chronicon, éd. T. Mommsen, MGH, AA, vol. 13, Berlin, Weidmann, 1898, p. 247-327.

Cedrenus, Compendium historiarum, éd. I. Bekker, CSHB, vol. 37-38, Bonn, Weber, 1838-1839 ; éd. L. Tartaglia, 2 vol., Rome, Bardi Edizioni, 2016.

Chronicon ad annum Domini 846 pertinens, trad. J.-B. Chabot, CSCO, vol. 1-6, Scr. Syr., Leipzig, Harrassowitz, 1903, p. 123-180.

Chronicon miscellaneum ad annum Domini 724 pertinens, trad. J.-B. Chabot, CSCO, vol. 1-6, Scr. Syr., Leipzig, Harrassowitz, 1903, p. 63-119.

Chronicon Paschale, éd. L. Dindorf, CSHB, vol. 16-17, Bonn, Weber, 1832.

Claudianus, Panegyricus de quarto consulatu Honorii Augusti, éd. T. Birt, MGH, AA, vol. 10, Berlin, Weidmann, 1892, p. 150-174.

Constantinus Manasses, Breviarum historiae metricum, éd. I. Bekker, CSHB, vol. 29, Bonn, Weber, 1837 ; éd. O. Lampsides, CFHB, vol. 36a-b, Athènes, Institutum Graecoromanae antiquitatis auctoribus edendis destinatum Academiae Atheniensis, 1996.

Constantinus Porphyrogenitus, Tres tractatus militares, éd. J. Haldon, CFHB, vol. 28 bis, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1990.

Georgius Monachus, Chronicon, éd. C. de Boor, 2 vol., Leipzig, Teubner, 1904.

Georgius Syncellus, Chronicon, éd. W. Dindorf, CSHB, vol. 10, Bonn, Weber, 1829 ; éd. A. A. Mosshammer, Leipzig, Teubner, 1984.

Hieronymus, Chronicon, éd. R. Helm, GCS, vol. 47, 2e éd., Berlin, Akademie Verlag, 1957, réimpr. 1964.

Iacobus Edessenus, Chronicon, trad. E. W. Brooks, CSCO, vol. 1-6, Scr. Syr., Leipzig, Harrassowitz, 1903, p. 199-257.

Ioel, Chronographia, éd. I. Bekker, CSHB, vol. 36, Bonn, Weber, 1836 ; éd. F. Iadevaia, Messine, Edas, 1979.

Iohannes Antiochenus, Fragmenta ex Historia chronica, éd. U. Roberto, TU, vol. 154, Berlin-New York, de Gruyter, 2005.

Iohannes Malalas, Chronographia, éd. H. Thurn, CFHB, vol. 35, Berlin-New York, de Gruyter, 2000.

Isidorus Hispalensis, Chronicon, éd. T. Mommsen, MGH, AA, vol. 11, Berlin, Weidmann, 1894, p. 424-481.

Leo Grammaticus, Chronographia, éd. I. Bekker, CSHB, vol. 31, Bonn, Weber, 1842.

Michael Glycas, Annales, éd. I. Bekker, CSHB, vol. 27, Bonn, Weber, 1836.

Nicephorus Patriarchus, Chronographia, éd. W. Dindorf, CSHB, vol. 10, Bonn, Weber, 1829.

Prosper Tiro, Epitoma chronicon, éd. T. Mommsen, MGH, AA, vol. 9, Berlin, Weidmann, 1892, p. 385-485.

Ps.-Dionysus, Chronicon, trad. J.-B. Chabot, CSCO, vol. 121, Scr. Syr., vol. 66, Louvain, Secrétariat du Corpus SCO, 1949.

Sulpicius Severus, Libri qui supersunt, éd. C. Halm, CSEL, vol. 1, Vienne, Gerold, 1866.

Theophanes Confessor, Chronographia, éd. C. de Boor, 2 vol., Leipzig, Teubner, 1883-1885.

Zonaras, Epitome historiarum, éd. L. Dindorf, 6 vol., Leipzig, Teubner, 1868-1875.

Travaux modernes

Adler 2009 : W. Adler, « The Cesti and Sophistic Culture in the Severan Age », dans M. Wallraff et L. Mecella (éd.), Die Kestoi des Julius Africanus und ihre Überlieferung, Berlin-New York, de Gruyter, 2009, p. 1-15.

Adler & Tuffin 2002 : W. Adler et P. Tuffin, The Chronography of George Synkellos. A Byzantine Chronicle of Universal History from the Creation, New York, Oxford University Press, 2002.

Baldini 2000 : A. Baldini, Storie perdute: III secolo d.C., Bologne, Pàtron, 2000.

Barnes 1989 : T. D. Barnes, « Emperors on the Move », Journal of Roman Archaeology, 2, 1989, p. 247-261.

Bazzana 2010 : G. B. Bazzana, « The Bar Kokhba Revolt and Hadrian’s religious policy », dans M. Rizzi (ed.), Hadrian and the Christians, Berlin-New York, de Gruyter, 2010, p. 85-109.

Becker & Kötter 2016 : M. Becker et J.-M. Kötter, Prosper Tiro, Chronik. Laterculus regum Vandalorum et Alanorum, Paderborn, Schöningh, 2016.

Benario 1980 : H. W. Benario, A Commentary on the Vita Hadriani in the Historia Augusta, Chico, Scholars Press, 1980.

Berbessou-Broustet 2016 : B. Berbessou-Broustet, « Xiphilin, abréviateur de Cassius Dion », dans V. Fromentin et alii (éd.), Cassius Dion : nouvelles lectures, Bordeaux, Ausonius, 2016, p. 81-94.

Bernand & Bernand 1960 : A. Bernand et E. Bernand, Les inscriptions grecques et latines du colosse de Memnon, Paris, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, 1960.

Berthet et alii 2003 : J.-F. Berthet et alii, « Les inscriptions : établissement du texte », dans Y. Le Bohec (éd.), Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercitatio, Paris, de Boccard, 2003, p. 79-114.

Birley 1997A : A. R. Birley, Hadrian, the Restless Emperor, Londres-New York, Routledge, 1997, réimpr. 2000.

Birley 1997B : A. R. Birley, « Marius Maximus, the Consular Biographer », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 34, 3 (1997), p. 2678-2757.

Blázquez 2008 : J. M. Blázquez, Adriano, Barcelone, Ariel, 2008.

Bleckmann & Stickler (éd.) 2014 : B. Bleckmann et T. Stickler (éd.), Griechische Profanhistoriker des fünften nachchristlichen Jahrhunderts, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2014.

Bleckmann & Gross 2016 : B. Bleckmann et J. Gross, Historiker der Reichskrise des 3. Jahrhunderts, 1, Paderborn, Schöningh, 2016.

Blockley 1981-1983 : R. C. Blockley, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire. Eunapius, Olympiodorus, Priscus and Malchus, 2 vol., Liverpool, F. Cairns, 1981-1983.

Boatwright 1987 : M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, Princeton University Press, 1987.

Callu 2002 : J.-P. Callu, Histoire Auguste. Introduction générale. Vies d’Hadrien, Aelius, Antonin, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

Chausson 2012 : F. Chausson, « La fausse immobilité du Prince. Remarques préliminaires sur la présence du Prince à Rome et dans ses environs », dans A. Hostein et S. Lalanne (dir.), Les voyages des empereurs dans l’Orient romain. Époques antonine et sévérienne, Arles, Errance, 2012, p. 17-35.

Chiappetta 2008 : F. Chiappetta, I percorsi antichi di Villa Adriana, Rome, Quasar, 2008.

Cinque 2013 : G. E. Cinque, « Le componenti progettuali nell’architectura della Villa Adriana: il nucleo centrale », dans R. Hidalgo et P. León (éd.), Roma, Tibur, Baetica. Investigaciones adrianeas, Séville, Secretariado de publicaciones de la universidad de Sevilla, 2013, p. 95-151.

Croke 2007 : B. Croke, « Uncovering Byzantium’s Historiographical Audience », dans R. Macrides (éd.), History as literature in Byzantium. Papers from the Fortieth Spring Symposium of Byzantine Studies, Farnham, Ashgate, 2007, p. 25-53.

Danziger & Purcell 2005 : D. Danziger et N. Purcell, Hadrian’s Empire: when Rome ruled the world, Londres, Hodder & Stoughton, 2005.

De Franceschini & Veneziano 2011 : M. De Franceschini et G. Veneziano, Villa Adriana, architettura celeste. I segreti dei solstizi, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2011.

Debié 2015 : M. Debié, L’écriture de l’histoire en syriaque. Transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et islam avec des répertoires des textes historiographiques en annexe, Louvain-Paris, Peeters, 2015.

Dell’Osso & Roberto 2016 : C. Dell’Osso et U. Roberto, Sesto Giulio Africano. Le cronografie, Rome, Città nuova, 2016.

Destephen 2013-2014 : S. Destephen, « Antinoos au crible de la patristique », Jahrbuch für Antike und Christentum, 56-57, 2013-2014, p. 53-71.

Destephen 2016A : S. Destephen, Le voyage impérial dans l’Antiquité tardive. Des Balkans au Proche-Orient, Paris, de Boccard, 2016.

Destephen 2016B : S. Destephen, « La naissance de Constantinople et la fin des voyages impériaux (ive-ve siècle) », Antiquité Tardive, 24, 2016, p. 157-169.

Detoraki 2015 : M. Detoraki, « Chronicon animae utile. La Chronique de Georges le Moine et les récits édifiants », dans T. Antonopoulou, S. Kotzabassi et M. Loukaki (éd.), Myriobiblos. Essays on Byzantine Literature and Culture, Berlin-Boston, de Gruyter, 2015, p. 103-130.

Efthymiadis 2013 : S. Efthymiadis, « Byzantine History-Writers and Their Representation of History », dans J. M. Bak et I. Jurković (éd.), Chronicon. Medieval Narrative Sources. A chronological guide with introductory essays, Turnhout, Brepols, 2013, p. 69-79.

Everitt 2009 : A. Everitt, Hadrian and the Triumph of Rome, New York, Random House, 2009.

Follet 1968 : S. Follet, « Hadrien en Égypte et en Judée », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 42, 1968, p. 54-77.

Fraser 2006 : T. E. Fraser, Hadrian as Builder and Benefactor in the Western Provinces, Oxford, Archaeopress, 2006.

Fündling 2006 : J. Fündling, Kommentar zur Vita Hadriani der Historia Augusta, 2 vol., Bonn, Habelt, 2006.

Galimberti 2007 : A. Galimberti, Adriano e l’ideologia del principato, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2007.

Gros 2002 : P. Gros, « Hadrien architecte. Bilan des recherches récentes », dans M. Mosser et H. Lavagne (éd.), Hadrien empereur et architecte. La Villa d’Hadrien. Tradition et modernité d’un paysage culturel, Genève, Vögele, 2002, p. 33-53.

Giuliani 2000 : C. F. Giuliani, « La Villa Adriana », dans B. Adembri et alii (éd.), Adriano, architettura e progetto, Milan, Electa, 2000, p. 45-56.

Halfmann 1986 : H. Halfmann, Itinera Principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1986.

Heim & Sallmann (éd.) 2000 : F. Heim & K. Sallmann (éd.), Nouvelle histoire de la littérature latine, 4. L’âge de transition, de la littérature romaine à la littérature chrétienne de 117 à 284 ap. J.-C., trad. franç., Turnhout, Brepols, 2000.

Hose 1994 : M. Hose, Erneuerung der Vergangenheit. Die Historiker im Imperium Romanum von Florus bis Cassius Dio, Stuttgart-Leipzig, Teubner, 1994.

Kienast, Eck & Heil 2017 : D. Kienast, W. Eck et M. Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, 6e éd., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2017.

Kuhlmann 2002 : P. Kuhlmann, Religion und Erinnerung. Die Religionspolitik Kaiser Hadrians und ihre Rezeption in der antiken Literatur, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2002.

Kuhn-Chen 2002 : B. Kuhn-Chen, Geschichtskonzeptionen griechischer Historiker im 2. und 3. Jahrhundert n. Chr. Untersuchungen zu den Werken von Appian, Cassius Dio und Herodian, Francfort, Peter Lang, 2002.

MacDonald & Pinto 1995 : W. L. MacDonald et J. A. Pinto, Hadrian’s Villa and its Legacy, New Haven-Londres, Yale University Press, 1995.

Mari 2010 : Z. Mari, « Villa Adriana: il sito, le vie di accesso e i percorsi sotterranei », dans M. Sapelli Ragni (éd.), Villa Adriana: una storia mai finita. Novità e prospettive della ricerca, Milan, Electa, 2010, p. 34-41.

Millar 1999 : F. Millar, A Study of Cassius Dio, Oxford, Oxford University Press, réimpr. 1999 [1964].

Opper (éd.) 2008 : T. Opper (éd.), Hadrian: Empire and Conflict, Londres, The British Museum Press, 2008.

Osgood 2005 : J. Osgood, « Breviarium totius imperii: the background of Appian’s Roman History », dans K. Welch (éd.), Appian’s Roman History: Empire and Civil War, Swansea, The Classical Press of Wales, 2005, p. 23-44.

Paschoud 2001 : F. Paschoud, « Une réponse païenne au providentialisme chrétien », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2001, p. 335-346, repris dans Id., Eunape, Olympiodore, Zosime. Scripta minora. Recueil d’articles, avec addenda, corrigenda, mise à jour et indices, Bari, Edipuglia, 2006, p. 403-411.

Ricci 2019 : C. Ricci, « L’empereur voyage. La sécurité dans les villes de Campanie et du Latium d’Auguste à Domitien », dans S. Destephen, J. Barbier et F. Chausson (éd.), Le gouvernement en déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 87-106.

Roberto 2011 : U. Roberto, Le Chronographiae di Sesto Giulio Africano. Storiografia, politica e cristianesimo nell’età dei Severi, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2011.

Roman 2008 : Y. Roman, Hadrien. L’empereur virtuose, Paris, Payot, 2008.

Salza Prina Ricotti 2001 : E. Salza Prina Ricotti, Villa Adriana. Il sogno di un imperatore, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2001.

Speidel 2006 : M. P. Speidel, Emperor Hadrian’s Speeches to the African Army: a new text, Mayence, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 2006.

Syme 1985 : R. Syme, « Transpadana Italia », Athenaeum, 63, 1985, p. 28-36.

Syme 1988 : R. Syme, « Journeys of Hadrian », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 73, 1988, p. 159-170.

Tocci 2014 : R. Tocci, « Questions of Authorship and Genre in Chronicles of the Middle Byzantine Period: The Case of Michael Psellos’ Historia Syntomos », dans A. Pizzone (éd.), The Author in Middle Byzantine Literature. Modes, functions, and identities, Berlin-Boston, de Gruyter, 2014, p. 61-75.

Treadgold 2013 : W. Treadgold, The Middle Byzantine Historians, Basingstoke, Macmillan, 2013.

Vidman 1982 : L. Vidman, Fasti Ostienses, 2e éd., Prague, Academia Scientiarum Bohemoslovacae, 1982.

Wallraff et alii 2007 : M. Wallraff et alii, Iulius Africanus, Chronographiae: the extant fragments, Berlin-New York, de Gruyter, 2007.

Whitby & Whitby 1989 : M. Whitby et M. Whitby, Chronicon Paschale : 284-628 ad, Liverpool, Liverpool University Press, 1989, réimpr. 2007.

Notes

1 Birley 1997A, p. 83-92, 113-190 et 203-278. Ici et dans les autres ouvrages, les pages indiquent les commentaires sur les deux ou trois voyages de l’empereur. Les biographies consacrées à Hadrien sont très nombreuses, parmi les plus récentes il faut citer Danziger & Purcell 2005, p. 129-138 ; Galimberti 2007, p. 73-98 ; Everitt 2009, p. 200-261 ; Blázquez 2008, p. 179-200 ; Roman 2008, p. 168-194. Il faut ajouter le catalogue de l’exposition tenue au British Museum de juillet à octobre 2008, Opper (éd.) 2008, p. 64-92.

2 Voir le livre fondamental de Halfmann 1986, p. 40-47 et 188-210 pour la discussion, la chronologie et la documentation des voyages d’Hadrien. À compléter en particulier par Syme 1988, p. 159-170 ; Barnes 1989, p. 247-261 ; Kienast, Eck & Heil 2017, p. 122-123.

3 Parmi les publications récentes, MacDonald & Pinto 1995, p. 25-46 ; Salza Prina Ricotti 2001, p. 199-205 ; Gros 2002, p. 44-48 ; Chiappetta 2008, p. 21-31 ; De Franceschini & Veneziano 2011, p. 84-99 ; Cinque 2013, p. 105-118. Voir également les catalogues de plusieurs expositions organisées à la Villa Hadriana : Giuliani 2000 ; Mari 2010.

4 CIL, VI, 5076 (Tarse-Andabalis du 12 au 18 octobre 117) ; IGR, III, 208 et IvPergamon, 274 (Ancyre-Juliopolis de fin octobre au 11 novembre 117) ; ILS, 2487 (Lambèse-Zarai du 1er au 7 juillet 128) ; Bernand & Bernand 1960, p. 80-100, nos 28-32 (Thèbes du 18 au 21 novembre 130). L’inscription de Lambèse a fait l’objet de rééditions et de copieux commentaires. Pour le texte, voir Berthet et alii 2003, p. 81 ; Speidel 2006, p. 7.

5 Vidman 1982, p. 49, l. 14 : V non. Mart. Augustus profe[ct]us ad Italiam circum[circa], avec la lecture proposée par Syme 1985, p. 28-29 : circum [Padanam].

6 À propos de Granus Licinianus et Florus, voir la présentation succincte de leur vie et de leur œuvre dans Heim & Sallmann (éd.) 2000, p. 370-381. Pour les historiens Granius Licinianus, Appien d’Alexandrie mais aussi Florus, voir Osgood 2005, p. 31-39 ; Kuhn-Chen 2002, p. 80-96 ; Hose 1994, p. 110-118, 247-253, 454-462.

7 Cass. Dio, 69. Voir également Millar 1999, p. 61-72 ; Hose 1994, p. 364-373 ; Kuhn-Chen 2002, p. 187-209 ; Berbessou-Broustet 2016.

8 Cass. Dio, 69.9.1 (voyages) ; 9.4 (Germanie et Égypte) ; 10.2 (Mysie) ; 11.1-2 (Judée et Égypte) ; 12.1-2 (Judée et Syrie) ; 16.1 (Athènes).

9 Cass. Dio, 69.7.4. L’anecdote est associée à Trajan par Eutr. 8.4.

10 On notera quelques exceptions comme Chausson 2012, p. 21-24 ; Ricci 2019.

11 Birley 1997B, p. 2727-2731 ; Callu 2002, p. xiv-xxii.

12 Pour l’historiographie de cette période, voir la récente publication de Bleckmann & Gross 2016, p. v-vii.

13 Aur. Vict., Caes., 14.1.

14 Fest., 14.3 ; 20.4.

15 Eutr., 8.3.

16 Ps.-Aur. Vict., 14.

17 HA, Hadr., 5.10 et 6.6-7.3 (voyage de 117-118) ; 9.6 (voyage en Campanie) ; 10.1-2 ; 11.2 ; 12.1-3 ; 12.8-13.4 et 22.13 (voyage de 121-125) ; 13.4-14.5 et 20.2 (voyage de 128-132). Outre la riche annotation fournie par Callu 2002, p. 98-99, n. 60, p. 104-105, n. 92-93 et 100, p. 107-113, n. 114-136, voir également Benario 1980, p. 66-67, 69-70 (voyage de 117-118), 82-83, 87-88, 90, 93-95 (voyage de 121-125), 95-100 (voyage de 128-132) ; Fündling 2006, vol. 1, p. 450-474 (voyage de 117-118), vol. 1, p. 542-544, vol. 2, p. 597-602, 616-641 et 935 (voyage de 121-125), vol. 2, p. 641-692 (voyage de 128-132). Sur Antinoos et son image controversée voir Destephen 2013-2014.

18 Eutr., 8.3 ; Ps.-Aur. Vict., 14.4.

19 Sur cet aspect voir Boatwright 1987 ; Fraser 2006.

20 HA, Hadr., 9.6.

21 Aur. Vict., Caes., 14.12 ; Eutr., 8.3 ; HA, Hadr., 25.5-6 ; 26.5.

22 Cass. Dio, 69.7.3.

23 Halfmann 1986, p. 70-72 et 85-88.

24 Eutr., 8.3 ; HA, Hadr., 13.5.

25 E.g. Pan. Lat., 3.4.3-4 ; 3.8.1-3 ; 3.13.5 et 3.14.3 (Maximien Galère) ; Ibid., 4.3.2 (Constance Chlore) ; Ibid., 9.22.1-2 (Constantin) ; Lib., Or., 59.75, 96 et 147 ; Julian., Or., 1.15.20C ; Them., Or., 4.57A-B (Constance II) ; Pan. Lat., 11.6.4 ; 11.7.3 et 11.8.3 (Julien) ; Ibid., 12.10.1 et 12.22.1 (Théodose Ier).

26 Ps.-Aur. Vict., 14.4.

27 Sur la chronologie, la géographie et la raison des déplacements de ces empereurs, voir Destephen 2016A, p. 45-52 et 55-81 ; voir également Destephen 2016B.

28 HA, Ant. Pius, 7.11.

29 Zos., 5.31.4. À l’inverse, au début du règne, l’empereur est incité à voyager par terre et par mer par Claud., 4 Cons. Hon., 434-436, p. 166. Mais le caractère très exceptionnel des voyages impériaux maritimes montre que ce vers est dénué de réalité pratique.

30 Zos., 1.7.1. Sur cet auteur et son rapport au passé romain alternant périodes fastes et néfastes, voir Paschoud 2001, p. 336, repris dans Paschoud 2006, p. 404.

31 Voir l’introduction et l’édition (empruntée à L. Dindorf) traduite et commentée de Blockley 1981-1983. À propos de ces différents historiens, un colloque a été organisé et les actes publiés par Bleckmann & Stickler (éd.) 2014. Pour remonter aux origines de la chronique chrétienne et son contexte culturel et religieux, voir Wallraff et alii 2007, p. xi-xxvi ; Adler 2009, p. 1-15 ; Roberto 2011, p. 78-88. Une récente traduction italienne commentée a été proposée par Dell’Osso & Roberto 2016.

32 Eunap., frg. 29 Blockley (apud Suda I 401). Outre les références aux travaux de F. Paschoud et R. C. Blockley mentionnés ci-dessus, voir aussi Baldini 2000, p. 71-85.

33 Procop., Bell., 3.2.8.

34 Ibid., 5.22.12-22 ; 7.36.17 ; 8.33.14.

35 Jer., Chron., a. 117-137, p. 197-201.

36 Sur ces aspects voir Bazzana 2010 ; plus spécifiquement Kuhlmann 2002, p. 173-196.

37 Sulp. Sev., Chron., 2.31.3-5, p. 85, l. 30 - p. 86, l. 9.

38 Prosp. Tiro, Chron., a. 581-626, p. 422-425. Voir également, à partir de 378, date jusqu’à laquelle Prosper suit Jérôme, la nouvelle édition, traduite et commentée, de Becker & Kötter 2016.

39 Isid. Hispal., Chron., a. 268-271, p. 458-459 ; Bed., Chron., a. 315-319, p. 286-287. Voir également la contribution d’Alban Gautier dans le présent livre.

40 Ioh. Ant., frg. 206 Roberto, p. 370, l. 20-22.

41 Ioh. Mal., 11.13-20. Voir la contribution d’Alessandro Galimberti et Marco Rizzi.

42 L’empereur fait une entrée solennelle dans Constantinople en 559 (Const. Porph., Trac. mil., p. 138, l. 689-706) et effectue un pèlerinage en Galatie en 563 (Ioh. Mal., 18.148, apud Cedr., p. 679, l. 19-23).

43 Ioh. Mal., 11.22-25.

44 Chron. Pasch., a. 116-137, p. 473-477. Pour la correction de la date, voir Follet 1968, p. 54. À propos de cette chronique anonyme, voir également la présentation par Whitby & Whitby 1989, p. ix-xiv.

45 Sur l’influence du modèle historiographique eusébien, voir la récente étude approfondie de Debié 2015, p. 220-225 et 297-310.

46 Chron. 724, p. 95-96 et 116. Ces renseignements se retrouvent dans Chron. 846, p. 141-142.

47 En revanche, sont mentionnés pour le Haut-Empire les empereurs Lucius Verus, Septime Sévère et Sévère Alexandre du fait de leurs guerres avec les Parthes. Voir Jacob. Edess., Chron., p. 211-212.

48 Ps.-Dion. Tellm., a. 2132-2152.

49 Voir en particulier Kuhlmann 2002, p. 182-186.

50 En guise d’introduction, voir Croke 2007, p. 34-42 ; Efthymiadis 2013, p. 74-76 ; Treadgold 2013, p. 26-77.

51 Georg. Sync., 5609-5621, Dindorf, p. 658-661, Mosshammer, p. 425, l. 22 - p. 428, l. 8 ; une traduction est fournie par Adler & Tuffin 2002, p. 502-505.

52 Theoph. Confess.

53 Niceph. Patr., Chron., p. 747.

54 Georg. Mon., p. 450-451. Voir également Detoraki 2015, p. 126-128.

55 Leo Gramm., p. 68-69.

56 Voir à ce sujet Tocci 2014, p. 61-65.

57 Zon., Ann., 11.23-24, p. 71-78.

58 Ibid., 11.23, p. 73, l. 5-7.

59 Cedr., Bekker, 1, p. 437-438, Tartaglia, 1, p. 443-444.

60 Ioel, Bekker, p. 30, Iadevaia, p. 80, l. 673-678.

61 Mich. Glyc., Ann., III, p. 447-449.

62 Const. Man., Chron., 2175-2191, Bekker, p. 94-95 ; 2157-2172a, Lampsides, p. 117-119.

63 Ibid., 2179-2181, Bekker, p. 95 ; 2161-2163, Lampsides, p. 117 : ἄνδρας δ’ ἐπήγετο σοφοὺς αὐτῷ συνεπομένους / ἐν στρατοπέδοις, ἐν σχολαῖς, ἐν πάσαις ἐκδημίαις, / καὶ πᾶσαν γῆν ἐπίανεν ἀφθόνοις χορηγίαις.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site