Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Deuxième partie. Discours, outils et pratiques du management environnemental

Le concept de verdissement dans l′entreprise hydro-électrique québécoise, Hydro Québec

Le cas du barrage de Bersimis à partir de 19521

Céline Berrier-Lucas

Texte intégral

Introduction

Considérations générales

  • 1 La présente recherche s′inscrit dans le cadre de la préparation d′une thèse de doctorat en science (...)
  • 2 Conformément à la définition de l′ouvrage Notre avenir commun (Our Common Future), 1987, Mme Gro H (...)

1Si la diffusion du concept de développement durable dans la sphère organisationnelle est un fait largement étudié et connu (Capron et Quairel-Lanoizelée, 2007), il est cependant intéressant de s′attarder plus en détail sur le traitement d′un de ses trois piliers2 – l′environnement.

  • 3 Corinne Lepage retrace l′émergence de ce terme en mai 1995, lors d′une rencontre au Canada des min (...)
  • 4 Concept à ne pas confondre avec le greenwashing – éco blanchissement (cf l′article de B. Christoph (...)

2À mesure que la société humaine se développe économiquement et industriellement, l′environnement naturel se dessine et prend, en parallèle, une place de choix dans la prise de décision. D′un élément auparavant considéré comme acquis, la nature évolue et devient une composante décisionnelle, à considérer au même titre que les variables financières. Les crises environnementales mondiales des années 70 ont eu pour effet de cristalliser cette prise de conscience. Cependant, il faut attendre les années 90 pour voir la régulation environnementale se durcir suite à une conscientisation du public et à une structuration politique et sociale de l′environnementalisme (Bansal & Roth, 2000). C′est ainsi que la question environnementale a commencé à former un groupe d′enjeux pour les organisations, en lien direct avec la pollution, l′écologie et la protection des espèces vivantes. Le changement organisationnel qui s′ensuivit ne fut pas sans conséquences. Les entreprises devaient faire face à des contraintes externes comme, par exemple, des pressions législatives ou des pressions de consommateurs désireux de changer leurs habitudes de consommation, etc. (Lampe, Ellis & Drummond, 1991), mais aussi à des contraintes internes provenant d′une évolution dans les technologies et les pratiques des employés (Shrivastava & Hart, 1992). Au croisement de plusieurs disciplines et dans une volonté de protection de la nature mêlée de prévention des risques, est apparu un questionnement éthique (Larrère, 2006). Soucieux de comprendre avec exactitude ce changement et ces pressions, nombreux sont les chercheurs qui ont investi la question du traitement des enjeux environnementaux. C′est ainsi qu′un champ de réflexions – L′Éthique environnementale – s′est ouvert. De façon brève, les positions qui y sont tenues se déploient entre deux pôles théoriques (Berque, 2004) dont le premier serait la formation d′un tout non hiérarchisé entre l′humanité et la biosphère, nommé holisme/égocentrisme, et le second serait la subordination des questions environnementales à l′humanité, nommé anthropocentrisme. Rapidement, les chercheurs en organisation et en sciences de gestion se sont intéressés à ces enjeux à travers un nouveau champ d′étude – le Corporate Environmental Management –, certainement parce que les sciences de gestion et l′éthique philosophique sont « co dépendantes » (Nielsen, 2003). Selon Nielsen, il serait difficile d′obtenir une théorie des organisations opérationnelle sans avoir au minimum une compréhension éthique de la dite forme organisationnelle. De même, il serait difficile d′élaborer une éthique sans une compréhension en théorie des organisations. En parallèle, la Politique, au sens de Politeia, a cherché à intégrer les enjeux environnementaux dans les activités des administrations en introduisant le terme de « verdissement des administrations »3, où celui-ci est à concevoir, selon la définition d′un des directeurs du développement au Ministère de l′environnement de Corinne Lepage en 1997, comme le fait que les activités domestiques des administrations doivent être plus respectueuses de l′environnement. C′est donc au carrefour du courant de recherche – Corporate Environmental Management – et de la Politique – le verdissement des administrations – que la conceptualisation théorique de « verdissement » – greening4 – prit sa source.

Travaux sur l′objet de recherche

3Dans l′élaboration naissante d′une revue de littérature, nous commençons à recenser les différentes approches du verdissement. Les figures annexées 1 et 2 présentent une vision arrêtée à aujourd′hui de notre revue de littérature en construction – work in progress, sous la forme d′une cartographie mentale issue du logiciel XMind.

4Ces lectures montrent un traitement théorique multiple du verdissement. Premièrement, on distingue une césure paradigmatique avec, d′un côté, la vision anthropocentrique et, de l′autre, la vision égocentrique. Cette rupture se veut très forte et sa frontière est propice à la présence d′idéologies. Sans entrer dans ces débats, le verdissement conduit ensuite à deux visions, la première correspondant à la conception de la société, la seconde à celle de l′entreprise. Dans ces deux visions, une fois encore, les théories mobilisées par les auteurs sont diverses. Mais on peut rassembler les écrits théoriques sous deux grands courants. Ils s′inscrivent soit dans la théorie institutionnaliste (Jennings & Zandbergen, 1995), soit dans une vision économique – théorie économique néo-institutionnelle, théorie de la dépendance aux ressources et théorie du management par les ressources – Resource Based View – (Schaltegger & Synnestvedt, 2002 ; Wagner, 2005 ; Hart, 1995).

  • 5 Il s′agit de l′approche généalogique ouverte par Michel Foucault. Pour une transposition du concep (...)

5Cependant, une faible conceptualisation du verdissement, au travers des théories de l′organisation interactive, émerge des écrits actuels. Plus particulièrement, on constate l′absence d′approche sous l′angle historique d′une démarche « constructionniste » (Meisner Rosen, 1997), alors que ce positionnement permettrait de rendre compte de l′objectivation des réalités sociales, de la co-construction de l′univers (Clark, 1991 ; Strauss 1993), de sa filiation5 et de sa mouvance perpétuelle. Dans la littérature existante, le verdissement est perçu comme une réalité normative, autonome et indépendante (Jennings & Zandbergen, 1995 ; Schaltegger & Synnestvedt, 2002 ; Wagner, 2005), et non pas comme une construction sociale issue d′une interaction entre les acteurs, interaction qui se doit d′être contextualisée. Il est donc nécessaire de nourrir la conceptualisation théorique par un nouveau cas.

Questions de recherche

6En incluant les approches historico-constructionnistes, le champ théorique apporte un éclairage nouveau et s′ouvre à des questionnements du type :

  • Comment le concept théorique de verdissement s′est-il historiquement construit ?
  • Comment la prise de conscience de l′environnement, suivie par une protection du milieu naturel, a-t-elle influencé les réalisations ainsi que les plans d′action des entreprises du secteur énergétique en France et au Québec ?
  • Si l′on considère l′environnement sociétal comme un réseau dont la construction est due à une négociation perpétuelle des acteurs, peut-on analyser un impact sur la société au-delà des frontières des entreprises concernées ?
  • À travers cette étude historique, sommes-nous en présence de logiques internes, explicables autrement que par la vision de l′entreprise maximisatrice ou par celle de l′entreprise dominée par la loi ?
  • 6 Max Weber, Essai sur la théorie de la science, recueil d′articles, 1904-1917, traduit de l′alleman (...)

7À travers un cadre théorique constructionniste et une approche historique, cette recherche propose donc une perspective renouvelée du concept de verdissement. En acceptant la description du concept par Max Weber6, comme un « idéal-type », on accepte la notion de comparaison entre cette abstraction « utopique » et la réalité historique dans sa diversité empirique. On donne donc du sens à cette réalité en construisant ses différences et ses similitudes face à cet « idéal-type/concept/tableau de pensée ». Pourtant, les écrits actuels font fi de cette historicité des concepts. De manière synthétique, on peut dire que :

  • d′une part, les approches économiques cantonnent le concept à une ressource qui doit être managée par les organisations, soit pour être compétitive, soit pour survivre.
  • d′autre part, les approches institutionnalistes conçoivent le verdissement comme un processus encastré institutionnellement selon une description d′activités organisationnelles ; lesquelles conduisent à l′existence même du processus de verdissement et à sa légitimation.

8La littérature existante ne s′interroge donc pas, par exemple, sur la généalogie socio-historique du concept ou sur sa légitimité. C′est parce qu′elle soumet le concept de verdissement à une interrogation diachronique, que cette recherche pourra apporter un éclairage nouveau et stimulant dans le champ théorique.

9Pour répondre à ces interrogations nous présenterons d′abord une brève revue de littérature. Ensuite, nous détaillerons la méthodologie choisie avec les premières collectes de données archivistiques sur le barrage hydroélectrique de la rivière Bersimis à partir de 1952. Enfin, nous tenterons une ébauche de présentation de résultats.

Bref examen de la littérature

10Le concept de verdissement, même s′il est encore mal défini, conduit à revisiter un débat classique en théorie des organisations – celui de la définition théorique de ce qu′est l′environnement des organisations. Il consiste donc à reconceptualiser l′interface entre l′entreprise et son environnement... élargi. Sous une forme de définition préliminaire, nous appelons verdissement le processus par lequel une entreprise adopte avec le temps une politique et des outils de protection de l′environnement. Précisément, le verdissement propose d′appréhender l′environnement sociétal de la firme, agrémenté des éléments atmosphériques, biologiques et géologiques (Shrivastava, 1995). Le verdissement admet comme hypothèse que l′organisation répond aux enjeux environnementaux, dans le sens où l′organisation constate et intègre l′existence de la Nature dans sa prise de décision.

11Néanmoins, le consensus sur la définition n′existe pas, et se trouve questionnée la détermination de la pertinence d′un enjeu et de son traitement (Andersson et Bateman, 2000). Aussi surprenant que cela puisse paraître, le concept de verdissement a suscité un certain engouement dans les débats scientifiques, révélant pléthore d′acceptions et de visions. Ce qui peut faire apparaître le verdissement comme un ensemble dense et confus, mêlé par instants d′idéologies. Comme nous l′avons précédemment détaillé, dans l′introduction, on peut synthétiquement résumer les deux approches théoriques sur le verdissement avec la théorie institutionnaliste et avec les théories économiques.

12Les auteurs institutionnalistes concentrent leur intérêt sur l′étude du processus d′institutionnalisation d′un item, et sur l′étude du rôle des institutions dans la société. Ils bâtissent l′importance de l′institutionnalisme, pour comprendre le verdissement, autour de :

  • La pertinence descriptive du cadre théorique institutionnel.
  • La compréhension qu′elle apporte sur la génération de définitions.

13Et, parce que l′institutionnalisme est centré sur le processus grâce auquel un élément est encastré institutionnellement, ce cadre théorique permet, selon nos auteurs, de décrire les activités organisationnelles qui conduisent au verdissement (Jennings & Zandbergen, 1995). De plus, pour ces auteurs, l′institutionnalisme permet d′accentuer la légitimation du verdissement. Ainsi estiment-ils éviter la critique théorique opposée qui argumenterait que l′institutionnalisme ne permettrait qu′une simple description du concept de verdissement.

14Le courant économique, quant à lui, emprunte aux deux niveaux de compréhension (la société et l′entreprise) pour analyser le verdissement. En synthétisant, on pourrait dire que, d′un côté, certains auteurs se positionnent dans le courant d′économie néo-institutionnelle (Schaltegger & Synnestvedt, 2002 ; Wagner, 2005), et que, de l′autre, les auteurs s′inscrivent dans le courant socio-économique de la perception de l′entreprise dominée par son environnement sociétal en utilisant les théories de la dépendance aux ressources et du management par les ressources – resource based view of the firm – Hart, 1995. Pour les organisations, le verdissement est donc à comprendre comme une ressource qu′elles doivent manager soit pour survivre soit pour être compétitives. Les deux modèles reposent bien sûr sur l′homo economicus, le marginalisme, le modèle de concurrence pure et parfaite et la théorie du choix rationnel. Le verdissement se définit comme existant parce qu′il permet de créer un avantage concurrentiel ou parce que l′organisation est devenue dépendante et que le verdissement atteint un degré de dépendance critique (cette conception théorique se base sur les travaux de Pfeffer qui intègre les ressources immatérielles – comme la légitimité – à sa conceptualisation). Le verdissement est à assimiler à une ressource matérielle. Mais, à aucun moment, les auteurs issus de ces cadres théoriques ne questionnent la naissance du concept, ni même sa légitimité. Il est pris comme acquis car il permet de répondre à des exigences de marché.

15Les travaux antérieurs ici décrits comportent des limites. En excluant des analyses des approches théoriques plus variées, la conceptualisation est limitée à deux visions de la société et de l′entreprise. Mais cela reflète-t-il la réalité ? N′est-il pas réducteur de concevoir l′objet verdissement comme simple levier maximisateur ou comme processus qui permet de comprendre le fonctionnement d′une institution ? Certes, quelques auteurs sortent des sentiers battus, comme Crane (2000) et Starkey & Crane (2003) qui tentent une analyse morale et de grande narration. Mais ce genre d′approches est trop rare.

Méthodologie et terrain (Barrage de Bersimis, 1952)

16L′approche historique est une démarche inductive qui repose sur les questions que se pose le chercheur et sur l′existence d′un terrain (très souvent un fonds d′archives, mais pas exclusivement). Tout comme la théorie enracinée, elle nécessite d′aborder le terrain sans préjugés et la comparaison est au cœur de sa méthodologie. La démarche est joliment définie par A. Farge in Le goût de l′archive, Paris, éd. Seuil, coll. Point Histoire, 1989, p. 88 « [la démarche] est en fait semblable à celle du rôdeur, cherchant dans l′archive ce qui y est enfoui comme trace positive d′un être ou d′un évènement [...] ». Puis, le chercheur établit son unité d′analyse. Ensuite, il élabore à l′intérieur de cette unité d′analyse un corpus de collectes et il procède au dépouillement des archives. Pour finir, s′ensuivent des allers retours de comparaisons/distinctions et de recueil.

17Pour l′étude des archives de l′entreprise hydro-électrique québécoise Hydro-Québec, l′unité d′analyse choisie est celle des projets de barrage. Suite à la lecture de l′ouvrage d′André Bolduc, Clarence Hogue et Daniel Larouche, Québec : l′héritage d′un siècle d′électricité, 1989, le premier corpus de collectes choisi a été celui centré sur la centrale Bersimis.

  • 7 Journal interne Entre-nous, année 1956, décembre, vol 36, n° 12, p. 8-11, p. 18-19 « En survolant (...)
  • 8 Dossier de coupures de presse, cote #3 Sec. Gén, The Harverster, janvier février 1955, en anglais, (...)
  • 9 Boîte n° 784, contenant la Réclamation de l′Anglo Canadian Pulp and Paper Company envers Bersimis (...)
  • 10 Rapport sur le rehaussement du niveau de l′eau dans le réservoir du Lac Cassé, par H. G. Acres & C (...)
  • 11 Résolution BG-483/68 de la réunion du 13 mai 1968 où l′on parle du mémoire PH-68-276 traitant de l (...)
  • 12 Journal interne Hydro-Presse, 1967-04-15, « Zone Est ».
  • 13 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1954 à Décembre 1954, H2-localisa (...)
  • 14 Loi du 4 mars 1919 : « Ces lois amendant les statuts refondus de 1909, relativement à la protectio (...)
  • 15 Feu n° 6 (p. 41) : 4 mai 1953, South Lac Cassé, Cause Public works, coût 1 813.42$
    Feu n° 7 (p. 32) (...)
  • 16 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1954 à décembre 1954, H2-localisa (...)
  • 17 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1961 à décembre 1961, H2-localisa (...)

18La centrale de Bersimis est le premier grand projet de la compagnie Hydro Québec après sa première nationalisation en 1944. La ville de Montréal demande de plus en plus d′électricité7 et, dans une volonté d′expansion et de défis (envers les autres entreprises électriques privées et envers les citoyens québécois, volonté de démontrer qu′une entreprise semi publique peut relever des challenges), Hydro Québec se lance dans la construction de son premier barrage hydro-électrique (les autres centrales sont dites au fil de l′eau) en 1952 sur la rivière Bersimis. Cet enjeu est colossal car il demande une expertise très pointue, mais aussi des conditions matérielles et humaines encore jamais exigées8. Voici donc Hydro Québec lancée dans la construction et la gestion d′une ville sortie des bois – Labrieville –, de routes, en collaboration avec une entreprise de pâte à papier, l′Anglo Canadian Pulp and Paper Company9, et dans la construction du barrage qui nécessite des détournements de cours d′eau10,11 et d′abattage de bois de forêt. Au-delà de son personnel qui est fort varié, puisque, par exemple, quatre institutrices francophones et anglophones sont installées à Labrieville le temps de la construction12, Hydro doit coopérer pour mener à bien son projet avec l′Anglo et avec la Laurentian Protectiv Forest Association13 (syndicat coopératif composé de dirigeants de l′industrie forestière – pâte à papiers, possédant des concessions. Son mandat consiste en la lutte et la protection des forêts contre le feu, la poursuite judiciaire des incendiaires, la promotion légale et éducative de la conservation de la forêt, la coopération avec le gouvernement, système de téléphone et radio, construction de routes et chemins, construction et maintenance des tours d′observation. Le partenariat de lutte contre les incendies avec des entreprises non forestières est rendu obligatoire par une loi du 4 mars 191914). Le dépouillage des archives traitant des rapports entre Hydro-Québec et la Laurentian démontre donc des règlements financiers, à l′amiable, entre les deux, pour des incendies forestiers. Ces négociations apparaissent dès 1953 dans les Manager′s report – Season 1953 de la Laurentian Forest Protectiv Association, archives détenues et consultées au siège de la Société d′Histoire Forestière du Québec, à Québec en avril 2010. Dans ce même rapport, à la page 7, sont détaillés les règlements pour sept feux15, quatre étant payés par Hydro au Ministère des finances pour un montant de $ 21 013,0416. Ces règlements se poursuivent en 1955 dans le Manager′s report – Season 1955 avec le feu de Labrieville du 8 juillet pour un coût d′extinction de $ 351 388.18. En dépit de la fermeture de la forêt pour risque élevé d′incendie, un contractant d′Hydro-Québec a poursuivi son activité. Or, il s′avère que, pour ce feu, Hydro n′a déboursé qu′un montant de $ 12 480,6717. Dédommagement financier accepté à titre d′arrangement par la Laurentian. Ce qui permet de conclure qu′Hydro n′a pas été désigné comme le responsable principal du feu. Il s′agit du contractant. Mais, à ce jour, nous n′avons pas trouvé d′éléments complémentaires sur le nom de cette entreprise.

19À la page 5 du Manager′s report – Season 1953 se trouve détaillé un projet de travail entre Hydro et la Laurentian. Plus spécifiquement, l′archive décrit avec précision une entente pour la protection contre les incendies. Des vidéos sont diffusées aux personnels et dirigeants d′Hydro durant les fins de semaine à la salle de cinéma de Labrieville, et des formations par des instructeurs assermentés Laurentian sont distillées au personnel Hydro durant la semaine. De plus, il y est mentionné qu′une des vidéos réalisées par la Laurentian, sous l′impulsion du directeur de l′Hydro, Ludger-Eugène Potvin, séduit par l′initiative, est diffusée à Montréal au siège de l′Hydro, boulevard René Lévesque. Cette entente dépasse de loin les obligations légales issues de la loi du 4 mars 1919.

Résultats provisoires

  • 18 Il s′agit de la théorie des parties prenantes/stakeholder theory de R. E. Freeman (1984). Il défin (...)

20À partir de 1952, nous constatons qu′Hydro Québec travaille déjà en collaboration avec un environnement sociétal constellé d′intervenants, qu′il est aisé, aujourd′hui, de nommer parties prenantes18. Un invité surprise, inconnu jusqu′à présent, nommé la Nature (sous la forme de la forêt dans le cas précis de Bersimis) prend alors place à la table des discussions. Les archives montrent dès lors une acceptation du pilier environnemental dans la décision managériale d′Hydro-Québec. De plus, l′interface qui se dessine, entre la firme et son environnement sociétal, se distingue de la définition issue de la littérature classique. La Nature devient un membre à part entière, à consulter lors d′une action managériale. Dès la mise en place du projet Bersimis, l′environnement sociétal de l′entreprise Hydro Québec correspond à notre définition de l′environnement élargi. C′est dire que la démarche constructionniste éclaire sur la co-construction des réalités sociales, et par là même apporte sa pierre à l′édifice de la compréhension théorique.

21Même si l′élan de prise en considération de l′environnement semble provenir d′une pression législative, les archives ajoutent des éléments à la réalité historique. Cette prise de position prend d′abord la forme de tractations financières. Mais une figure forte semble se dégager, amenant la construction historique du concept du verdissement sur un chemin complémentaire, par exemple celui de l′initiative entrepreneuriale. Est-il envisageable d′interroger cette nouvelle pluralité de signification et d′expérience – l′initiative entrepreneuriale – sous l′angle de la théorie de la traduction de Callon ? Pourrait-on ajouter au concept verdissement le traducteur callonien en tant que nouveau trait pertinent et complémentaire, empiriquement constaté, de réalité ? N′étant qu′aux prémisses de cette recherche, il est encore bien trop tôt pour tirer des éléments concluants. Néanmoins, ces perspectives sont stimulantes car elles interrogent le concept théorique du verdissement sous un angle inconnu offrant certainement la possibilité d′enrichir la littérature existante par la filiation du concept dans un univers co-construit et en mouvement perpétuel.

Fig. 2

22Greening

Vision de la société

Vision de l′entreprise

Théories économiques

Courant d′économie néoinstitutionnelle

L′entreprise dominée par son environnement sociétal : adaptation technico-économique

> (Schaltegger & Synnestvedt, 2002 ; Wagner, 2005)

> Dépendance aux ressources (Hart, 1995)
> Resource based view of the firm (Hart, 1995)

Théories Institutionnelles

L′entreprise dominée par son environnement sociétal : adaptation socio-culturelle

>Théorie institutionnaliste (Jennings & Zandbergen, 1995)

Bibliographie

Bibliographie

Acquier A., Gond J., « Aux sources de la responsabilité sociale de l′entreprise : à la (re) découverte d′un ouvrage fondateur, Social Responsibilities of the Businessman d′Howard Bowen », Finance, Contrôle, Stratégie, vol. 10, n° 2, 2007, p. 5-35

Andersson, L. M., Bateman T. S., ″Individual environmental initiative : Championing natural environmental issues in US business organizations″, Academy of Management Journal, 2000, vol. 43, n° 4, p. 548-570.

Bansal, P., Roth K., ″Why Companies Go Green : A Model of Ecological Responsiveness″, The Academy of Management Journal, 2000, vol. 43, n° 4, p. 717-736.

Berque, A., « Ce qui fonde l′éthique environnementale », Paris, éd. PUF, coll. Diogène, 2004, p. 3-14.

Callon, M., Law, J., « La proto-histoire d′un laboratoire ou le difficile mariage de la science de l′économie », in Callon, M. et al. Innovation et ressources locales, Paris, Presses Universitaires de France (Cahiers du Centre d′Études de l′emploi), 1989, p. 1-34.

Capron, M., Quairel Lanoizelée, F., Mythes et réalités de l′entreprise responsable, Paris, La Découverte, 2004.

Clark, A. E., ″Social Worlds/Arenas as organizational theory″, in D. R., Maines (dir), Social organization and social process : essays in honor of Anselm Strauss, New York : Aldine de Gruyter, 1991, p. 119-158.

Crane, A., ″Corporate Greening as Amoralization″, Organization Studies, 2000, vol. 21, n° 4, p. 673-696.

Desjardins, J. R., « Éthique de l′environnement », Québec, éd. Presses de l′Université du Québec, 1995.

Farge, A., « Le goût de l′archive », Paris, éd. Seuil, coll. Point Histoire, 1989.

Freeman R. E. ″Stratégic Management : a staheholder approach″, Boston, Pitman, 1984.

Gladwin, T. N., Kennelly, J. J., Krause, T. S., ″Shifting paradigms for sustainable development : Implications for management theory and research″, Academy of Management Review, 1995, vol. 20, n° 4, p. 874 – 907.

Hart, S. L., ″A Natural-Resource-Based View of the Firm″, The Academy of Management Review, 1995, vol. 20, n° 4, p. 986-1014.

Jennings, P. D., Zandbergen, P. A., ″Ecologically Sustainable Organizations : An Institutional Approach″, The Academy of Management Review, 1995, vol. 20, n° 4, p. 1015-1052.

Larrère C., « Éthiques de l′environnement », Paris, Association Multitudes, 2006, p. 75-84.

Lamp M., Ellis, S. R., Drummond, C. K., ″What Companies are Doing to Meet Environmental Protection Responsibilities : Balancing Legal, Ethical, and Profit Concerns″, Proceedings of the International Association for Business and Society, 1991, p. 527-537.

Meisner, Rosen C., ″Industrial Ecology and the Greening of Business History ″, automne Business and economic history, 1997, vol. 26, p. 123-137.

Nielsen, R. P., ″Organization theory and ethics : Varieties and dynamics of constraned optimizationi″ dans Tsoukas, H. et Knudsen, C. (dir) The Oxford Handbook of Organizational Theory, Meta-theorical perspectives, Oxford, éd. Oxford University Press, 2003.

Pezet, A., « Gestion et histoire : pour une approche pragmatique », Actes des Quatrièmes journées d′histoire de la comptabilité et du management de l′Association Française de Comptabilité.

Prost, A., Douze leçons d′histoire, éd. Seuil, coll. Point Histoire, 1996.

Shrivastava, P., S. Hart, ″Greening organizations″, 1992, Academy of Management Best Paper Proceedings, vol. 52, p. 185-189.

Shrivastava, P., Ecocentric management for a risk society″, 1995, Academy of Management Review, 1995, vol. 20, n° 1, p. 118-137.

Shrivastava, P., ″The role of corporations in achieving ecological sustainability″, Academy of Management Review, 1995, vol. 20, n° 4, p. 936-960.

Shrivastava, P., ″CASTRATED Environment : GREENING Organizational Studies″, Organization Studies, 1994, vol. 15, n° 5, p. 705-726.

Starkey, K., Crane A., ″Toward green narrative : Management and the evolutionary epic″, The Academy of Management Review, 2003, vol. 28, n° 2, p. 220-237.

Strauss, A., ″Negociated Order and Structural Ordering″, in Continual permutations of action, Hawthorne, N. Y. : Aldine de Gruyter, 1993, p. 245-262.

Wagner, M., ″How to reconcile environmental and economic performance to improve corporate sustainability : corporate environmental strategies in the European paper industry″, Journal of environmental management, 2005, vol. 76, n° 2, p. 105-118.

Wagner, M., Schaltegger, S., ″The Effect of Corporate Environmental Strategy Choice and Environmental Performance on Competitiveness and Economic Performance : An Empirical Study of EU Manufacturing″, European Management Journal, 2004, vol. 22, n° 5, p. 557-572.

Weber, M., « Essai sur la théorie de la science, recueil d′articles (1904-1917) », traduit de l′allemand par Julien Freund, Paris, Plon, 1965, Paris, éd. de poche, Pocket, 1992.

Notes

1 La présente recherche s′inscrit dans le cadre de la préparation d′une thèse de doctorat en sciences de gestion encadrée par la Pr Anne Pezet à l′Université Paris Dauphine. Elle a été menée à l′occasion d′un séjour effectué au Québec avec l′appui du Gouvernement du Canada

2 Conformément à la définition de l′ouvrage Notre avenir commun (Our Common Future), 1987, Mme Gro Harlem Brundtland « Le développement durable, s′est efforcé de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire les leurs. ». Où apparaissent ainsi les trois composantes du développement durable – économique, sociale, environnementale –, de même que l′exigence d′équité entre les êtres humains (qu′ils soient nés – équité intra générationnelle – ou à naître – équité intergénérationnelle –).

3 Corinne Lepage retrace l′émergence de ce terme en mai 1995, lors d′une rencontre au Canada des ministres de l′environnement du G7. Rencontre à l′issue de laquelle une déclaration demandant aux gouvernements de lancer des démarches intégrant les préoccupations environnementales dans les activités de leurs administrations a été signée. Le lecteur pourra se référer à la publication du colloque de 1997 via http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/974071836/0001.pdf.

4 Concept à ne pas confondre avec le greenwashing – éco blanchissement (cf l′article de B. Christophe, supra)

5 Il s′agit de l′approche généalogique ouverte par Michel Foucault. Pour une transposition du concept foucaldien aux sciences de gestion, le lecteur pourra se référer à l′ouvrage de A. Hatchuel, E. Pezet, K. Starkey et O. Lenay, Gouvernement, organisation et entreprise : l′héritage de Michel Foucault, Presses Universitaires de Laval, 2005.

6 Max Weber, Essai sur la théorie de la science, recueil d′articles, 1904-1917, traduit de l′allemand par Julien Freund, Paris, Plon, 1965, Paris, éditions de poche, Pocket, 1992, p. 180-185.

7 Journal interne Entre-nous, année 1956, décembre, vol 36, n° 12, p. 8-11, p. 18-19 « En survolant le Nord ».

8 Dossier de coupures de presse, cote #3 Sec. Gén, The Harverster, janvier février 1955, en anglais, spécial Bersimis, Montréal Matin, 17 décembre 1956, The Herald Montréal, 17 décembre 1956. Journal interne Entre-nous, années 1954/1955 : septembre 1954, vol 34, n° 1, p. 4-9, novembre 1955, vol 35, n° 11, p. 10-11.

9 Boîte n° 784, contenant la Réclamation de l′Anglo Canadian Pulp and Paper Company envers Bersimis débutant en 1956. H1/1600-00/3398. Aménagements hydroélectriques situés sur la rivière Bersimis – Instruments de recherche : le bordereau 686-28 (n° d′acquisition) dans le fonds HI/3398 chap. 3, datant de 1968 sur la réclamation entre Anglo et HQ.

10 Rapport sur le rehaussement du niveau de l′eau dans le réservoir du Lac Cassé, par H. G. Acres & C ° Ltd, Niagara Falls, le 16 juillet 1963 – Carton 571

11 Résolution BG-483/68 de la réunion du 13 mai 1968 où l′on parle du mémoire PH-68-276 traitant de l′immersion de terrains.

12 Journal interne Hydro-Presse, 1967-04-15, « Zone Est ».

13 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1954 à Décembre 1954, H2-localisation 4224 : Mercredi 1er Août 1954, p. 2334, remboursement de différents frais en lien avec 4 feux dans la région du Lac Cassé ; Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1960 à Décembre 1960. H2-localisation 4225, 5 octobre 1960, p. 4705, vente de terrains et bâtisses pour un montant de 1.000 $ en échange de l′abandon d′une plainte juridique d′un montant de $ 21.810.

14 Loi du 4 mars 1919 : « Ces lois amendant les statuts refondus de 1909, relativement à la protection des forêts contre le feu, 9 Geo. V, c. 26, art. 132 », Statuts Refondus de la Province du Québec 1925, vol. 1, chap. 44, Terres et forêts – Partie III Protection contre le feu, article 132 : « Il est loisible au ministre d′autoriser des concessionnaires et des propriétaires forestiers à se grouper en associations dites de protection contre les incendies forestiers, pour effectuer en commun la protection des territoires qui leur sont affermés ou leur appartiennent en propre. Ces associations sont tenues de faire, pour la protection de ces territoires contre les incendies, tout selon la loi et les règlements du département des terres et territoires forestiers. Le plan produit par une association de protection contre les incendies forestiers est suffisant s′il comprend toutes les concessions affermées, ou les terrains appartenant à chacun des membres de cette association. Le ministre peut aider cette association à recouvrer sa créance envers l′un de ses membres pour services relatifs à la protection contre les incendies forestiers, en différant soit le renouvellement, soit le transfert de permis d′exploitation forestière accordés au membre débiteur. S. R. (1909), 1641 e ; Geo. V, c. 26, s. 1 ; 14 Geo. V. c. 27, s. 10. ».

15 Feu n° 6 (p. 41) : 4 mai 1953, South Lac Cassé, Cause Public works, coût 1 813.42$
Feu n° 7 (p. 32) : 5 mai 1953, West side Lac Cassé, Cause Public works, 40 acres de brûlés,
coût 1 813.42$
Feu n° 33 : 27 mai 1953, Bersimis Indian Reserve North of village, Cause ?, coût 163.20$
Feu n° 51 : 1er juin 1953, Lac Cassé Head of falls, Cause Public works, coût 12 448.59$
Feu n° 67 : 19 juin 1953, Lac Cassé east side, Cause public works, coût 6 726.03$
Feu n° 145 : 22 juillet 1953, Lac Cassé, Cause public works, coût 5 380.20$
Feu n° 146 : 22 juillet 1953, Bersimis river watershed, Cause ?, coût 649.16$

16 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1954 à décembre 1954, H2-localisation 4 224 : mercredi 1er août 1954, p. 2334.

17 Québec Hydro-Electrique Commission, Minutes of meetings, janvier 1961 à décembre 1961, H2-localisation 4225 : 11 mai 1961, p. 234.

18 Il s′agit de la théorie des parties prenantes/stakeholder theory de R. E. Freeman (1984). Il définit très simplement la notion (traduction) : « Cela implique qu′il y ait des groupes envers lesquels l′Entreprise soit responsable en addition des traditionnels actionnaires. Ces groupes sont ceux pour lesquels les actions de l′organisation sont des enjeux. ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search