Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Liberator Vrbis et Fundator Quietis : Constantin nouveau Trajan et nouvel Hadrien ?

Caroline Blonce

Résumé

La mise en place du règne personnel de Constantin en Occident, à partir de 312 apr. J.-C., passe par une réaffirmation du lien avec ses prédécesseurs, après la rupture tétrarchique. Trajan et Hadrien occupent une place de choix dans ce nouveau discours politique, comme en témoigne le décor de l’arc monumental érigé près du Colisée en l’honneur de Constantin en 315 apr. J.-C. Présents à la fois dans les reliefs remployés (« grande frise » de Trajan et médaillons d’Hadrien) et dans la frise sculptée contemporaine de l’arc (le fameux relief de « Constantin aux Rostres »), Trajan et Hadrien apparaissent comme des références de premier plan pour Constantin : à la fois opposés et complémentaires, ils permettent d’exprimer les différentes facettes du visage du nouveau maître de Rome. Ce lien s’observe d’ailleurs dans d’autres édifices de l’Vrbs : la basilique jouxtant le temple de Vénus et de Rome sur le forum ; la basilique du Latran édifiée sur le Caelius. Ainsi, le règne de Constantin semble constituer un jalon essentiel dans la transmission de la mémoire conjointe de Trajan et Hadrien, en tant que modèles du « bon empereur » et figures du « bon gouvernement ».

In 312 AD, Constantine became sole master of the western part of the Roman Empire. Rejecting the Tetrarchic model, he decided to reinforce his links with the “good emperors” of the past. Trajan and Hadrian are two outstanding figures in this new political statement, as may be shown by the panels of the triumphal arch dedicated to the emperor in 315 AD: both can be seen in the great Trajanic frieze, the Hadrianic tondi and the small Constantinian frieze. Trajan and Hadrian appear therefore to be key references, both conflicting and complementary, allowing to express the different aspects of Constantine’s power. Two other buildings are also examined in this paper: the basilica noua on the forum Romanum and the Lateran basilica on the Caelius. It can be concluded that Constantine’s reign plays a major role in the transmission of the memory of both Trajan and Hadrian as figures of “good government”.

Texte intégral

  • 1 Krautheimer 1992, p. 523 : les séjours de Constantin à Rome ont été peu nombreux et brefs : trois s (...)
  • 2 L’identité du commanditaire de l’arc – et donc du concepteur du décor – demeure un point contesté, (...)
  • 3 Krautheimer 1992, p. 520 et p. 530. Cette église est en effet une propriété privée de l’empereur, p (...)

1Après sa victoire sur Maxence en 312 apr. J.-C., Constantin fait son entrée à Rome, dans une ville fortement marquée par l’action urbanistique de son rival. Pour imposer son pouvoir, Constantin lance donc des travaux d’envergure, à la fois au cœur politique de Rome, avec l’achèvement de la basilica noua et l’érection de l’arc triomphal, et dans la « périphérie », avec la mise en chantier des premières basiliques chrétiennes, en premier lieu celle du Latran. Mais Constantin ne réside pas longtemps à Rome ; il y fait de courts séjours uniquement, de quelques mois en 312-313 apr. J.-C., puis à nouveau en 315 apr. J.-C.1. Il faut donc avoir à l’esprit que ce sont des sénateurs qui furent vraisemblablement responsables du suivi des chantiers publics et de l’inauguration des monuments que sont l’arc et la basilica noua (avec la statue)2, le cas de la basilique du Latran étant différent3.

2De ces chantiers, trois éléments relient directement Constantin à Trajan et Hadrien et permettent de parler d’une utilisation conjointe de la mémoire de ces deux empereurs à cette période : les reliefs de l’arc de triomphe, à la fois les reliefs remployés (la « grande frise » de Trajan et les médaillons d’Hadrien) et la frise sculptée contemporaine de l’arc (dans le fameux relief de « Constantin aux Rostres ») ; la statue colossale de la basilica noua ; la basilique du Latran. Trajan et Hadrien semblent donc occuper une place de choix dans le discours politique élaboré par Constantin : à la fois opposés et complémentaires, nous le verrons, ils permettent d’exprimer les différentes facettes du visage du nouveau maître de Rome.

3Toutefois, une question se pose et guidera notre étude : s’agit-il d’un modèle réellement choisi par Constantin lui-même ou bien qui lui a été imposé ? Nous pouvons en effet nous interroger sur l’origine de ce choix, mais aussi sur les valeurs véhiculées par ces « bons » empereurs du iie siècle. Nous verrons ainsi que la mobilisation de la mémoire de Trajan et d’Hadrien semble obéir à un double objectif : s’ils apparaissent de prime abord comme un modèle choisi par les sénateurs romains pour proposer à Constantin des exempla auxquels se conformer, ils semblent aussi avoir été revendiqués par Constantin lui-même, comme un moyen nécessaire pour faire oublier l’œuvre de Maxence dans Rome.

 

  • 4 Si Constantin n’a pas célébré de triomphe à proprement parler en 312, son entrée solennelle dans la (...)

4Après la défaite de Maxence à la bataille du Pont Milvius, le 28 octobre 312 apr. J.-C., Constantin est désormais le seul empereur en Occident et fait sa première entrée triomphale4 à Rome. C’est donc en imperator victorieux qu’il s’impose, et c’est alors en premier lieu la mémoire de Trajan qui est sollicitée pour célébrer la uirtus impériale. Celle-ci se manifeste dans deux monuments très différents, l’arc triomphal de la vallée du Colisée et la basilique du Latran.

 

  • 5 Comme en témoignent les inscriptions secondaires placées au-dessus des baies latérales, sur la faça (...)
  • 6 L’arc se trouve probablement à l’intérieur de la regio X, en raison de la proximité du Palatin. Cf.(...)

5L’arc triomphal dédié par le Sénat et le Peuple Romain à Constantin dans la vallée du Colisée apparaît à juste titre comme le monument emblématique de cette victoire. Sa construction débuta en 312 apr. J.-C. et il fut inauguré lors de la célébration des décennales de Constantin, le 25 juillet 315 apr. J.-C.5. L’emplacement choisi pour cet édifice est particulièrement symbolique, puisqu’il est construit, sur la uia triumphalis, entre l’amphithéâtre flavien et la Meta Sudans, près du point de rencontre de cinq des régions de la ville6. L’arc est ainsi érigé dans un secteur emblématique de la cité, qui fut en outre particulièrement touché par les travaux édilitaires de Maxence, la construction de la basilica noua et la réfection du temple de Vénus et de Rome.

  • 7 Depuis l’étude fondatrice de L’Orange & von Gerkan 1939, suivie par l’important article de Ruysscha (...)

6C’est un fait bien connu que le décor figuré de cet arc est composé pour partie de reliefs remployés7, parmi lesquels se trouvent des reliefs attribués à Trajan. Sur les petits côtés de l’attique sont disposés deux panneaux rectangulaires en marbre pentélique, représentant chacun une scène de bataille. Ces deux reliefs constituent quatre sections (deux par relief) d’une « grande frise » attribuée à un édifice d’époque trajanienne. Quatre autres sections de cette même « grande frise » sont disposées à l’intérieur du passage de la baie centrale. Ces panneaux de la « grande frise » représentent, à l’ouest, une scène d’assaut de la cavalerie romaine guidée par l’empereur, associée à la légende Liberatori Vrbis (Fig. 1) ; à l’est, une scène de bataille à droite et le couronnement de l’empereur par la Victoire à gauche, accompagné de la légende Fundatori Quietis (Fig. 2).

Fig. 1. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’ouest du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Liberatori Vrbis.

Fig. 1. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’ouest du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Liberatori Vrbis.

© C. Blonce.

Fig. 2. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’est du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Fundatori Quietis.

Fig. 2. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’est du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Fundatori Quietis.

© C. Blonce.

  • 8 Ainsi qu’il est nommé dans la dédicace de l’arc, CIL, VI, 1139 (ILS, 694) : Imp(eratori) Caes(ari) (...)
  • 9 Hannestad 1986, p. 169-170. Cf. Galinier 2007, p. 187 : l’aduentus de Trajan constitue ainsi une so (...)

7Dans ces reliefs, figurant à l’origine les campagnes daciques de Trajan, le portrait de l’empereur a été remplacé par celui de Constantin, faisant ainsi littéralement de Constantin un nouveau Trajan. Les deux inscriptions, Liberatori Vrbis et Fundatori Quietis, qui doivent guider la compréhension des reliefs, sont également d’époque constantinienne. Ainsi transformés, les reliefs acquièrent une nouvelle signification et permettent de conférer l’aura d’une guerre juste (bellum iustum) à une victoire remportée dans une guerre civile, autorisant de ce fait la célébration d’un triomphe et l’érection d’un arc commémoratif. Dès lors, à l’intérieur du passage de la baie centrale, la légende Liberatori Vrbis fait de la scène de bataille illustrant la victoire dacique de Trajan une allusion à la victoire sur Maxence, tyran8 dont Constantin a libéré la ville. La scène de couronnement, que l’on peut assimiler à une scène d’aduentus, associée à la mention Fundatori Quietis, fait de l’entrée de Constantin dans Rome l’événement fondateur d’une nouvelle ère de paix9.

  • 10 Liverani 2004, p. 389-391 ; p. 396-398 ; p. 400-411. C’est précisément le fait que la tête d’origin (...)

8L’utilisation de la figure de Trajan est ici sans ambiguïté, servant avant tout à mettre en scène la uirtus de l’empereur. On peut en revanche s’interroger sur la « mémoire » de Trajan ainsi mise en scène, ainsi que l’a fait Paolo Liverani10 : si certains spectateurs érudits pouvaient sans doute reconnaître Trajan derrière Constantin, ou Constantin « en Trajan », il n’est pas certain que tous en aient eu la capacité, et il est probable que la majorité ait vu uniquement Constantin en action dans ces reliefs.

 

  • 11 Cecchelli 1999 ; Curran 2000, p. 93-96 ; Lindros Wohl 2001, p. 87-91.
  • 12 Krautheimer 1992, p. 530 ; Curran 2000, p. 76 et p. 93.
  • 13 Buzzetti 1993 ; Curran 2000, p. 25-27 et p. 76.
  • 14 Barcelo 1992, p. 113.

9La mémoire de Trajan est également sollicitée dans un édifice d’une tout autre nature, la basilique du Latran, première basilique chrétienne érigée à Rome11, et dont la construction est directement liée à la victoire du Pont Milvius. La cathédrale occupe une grande partie des fondations des castra equitum singularium. Le régiment, ayant combattu pour Maxence, fut en effet dissous. Le camp fut confisqué et devint dès lors propriété impériale12. La dissolution du corps des equites singulares s’accompagna de la destruction de la caserne, ou plutôt des casernes, car il existait deux bâtiments conjoints, la première caserne d’époque trajanienne et la seconde d’époque sévérienne13. Les fondations de la basilique furent construites à l’emplacement de la caserne sévérienne14.

  • 15 Pensabene 1992, p. 750, p. 763-764 et fig. 2 hors-texte. La cathédrale du Latran est ainsi une vast (...)
  • 16 Curran 2000, p. 94-95.
  • 17 Krautheimer 1992, p. 523-524.

10Il a été très souvent relevé combien cette première basilique chrétienne, à cinq nefs et à l’origine dépourvue de transept, était le témoignage de la reprise volontaire du modèle de la basilica Vlpia, non seulement parce qu’elle permettait la réalisation rapide d’un édifice pouvant accueillir une grande masse de fidèles, mais aussi parce que ce choix permettait à Constantin de s’insérer dans la tradition des grands constructeurs impériaux15. Le parallèle entre les deux édifices n’est toutefois pas uniquement formel. En effet, tous deux ont été construits après une victoire : la basilica Vlpia est partie intégrante du forum de Trajan, commémorant les campagnes daciques ; la fondation de la basilique du Latran, en novembre 312 apr. J.-C.16, ainsi que sa dédicace au Sauveur, résultent d’une démarche personnelle de Constantin, remerciant le Christ de lui avoir donné la victoire, accomplissant ainsi le uotum formulé lors de la bataille du pont Milvius17. Or nous avons vu le parallèle établi entre les campagnes daciques de Trajan et la guerre contre Maxence au travers des reliefs de Trajan remployés sur l’arc de Constantin.

11La figure de Trajan est ainsi doublement sollicitée, dans les reliefs de l’arc et dans la basilique du Latran. C’est la mémoire de l’empereur victorieux des guerres daciques qui est mise en avant, dans une volonté de glorification et surtout de légitimation de la victoire de Constantin.

 

12La victoire remportée par Constantin doit ouvrir le début d’une nouvelle ère de paix à Rome et dans l’empire. Cette paix victorieuse est déjà annoncée par l’inscription qualifiant Constantin de Fundator Quietis associée à l’image de Trajan, incarnation de l’imperium militiae. Mais c’est la figure d’Hadrien qui est sollicitée pour faire de Constantin le restaurateur de la paix et mettre en image en quelque sorte l’imperium domi du nouvel empereur. La mémoire d’Hadrien est en effet sollicitée dans deux contextes différents : celui de l’arc triomphal et celui de la statue colossale de Constantin.

 

13En premier lieu, Hadrien apparaît dans deux registres différents du décor figuré de l’arc de Constantin : d’abord dans les médaillons, qui sont des remplois, et dans l’une des scènes de la frise sculptée contemporaine de l’arc (Fig. 3).

Fig. 3. Médaillons d’Hadrien (chasse au sanglier et sacrifice à Apollon) et section de la frise constantinienne représentant l’adlocutio de Constantin aux Rostres sur la façade nord de l’arc de Constantin.

Fig. 3. Médaillons d’Hadrien (chasse au sanglier et sacrifice à Apollon) et section de la frise constantinienne représentant l’adlocutio de Constantin aux Rostres sur la façade nord de l’arc de Constantin.

© C. Blonce.

  • 18 Ces médaillons, en marbre de Carrare, d’un diamètre maximal de 2,40 m, étaient enchâssés dans une p (...)
  • 19 Sur la façade sud prennent place, à gauche, le départ pour la chasse et le sacrifice à Silvain ; à (...)
  • 20 L’identification de Constance Chlore est due à Calza 1959.

14Les huit médaillons datés du règne d’Hadrien sont disposés deux par deux au-dessus des baies latérales18 et figurent, de manière alternée, des scènes de chasse et de sacrifice19. Dans tous les médaillons, le portrait de l’empereur Hadrien fut remplacé par ceux de Constantin et de son père Constance Chlore20. Sur la façade sud, le portrait de Constantin est placé dans les scènes de sacrifice à Silvain et à Diane, et celui de Constance Chlore dans les scènes de chasse. C’est l’inverse sur la façade nord : on reconnaît Constance Chlore dans les scènes de sacrifice à Hercule et à Apollon, et Constantin dans celles de chasse. Le sens général des reliefs ne pose pas de problème : il s’agit d’une exaltation métaphorique des vertus impériales par excellence, uirtus et pietas. L’ensemble véhicule ainsi un message très clair : Constantin, victorieux grâce à sa piété, remplit les devoirs civiques et religieux qui font de lui un « bon » empereur.

  • 21 Cette spécialiste de l’iconographie d’Hadrien a en effet reconnu, sous les portraits de Constantin (...)

15Selon Cécile Evers, qui date les médaillons du tout début du règne d’Hadrien, le but de ce programme iconographique aurait été de « présenter le nouvel empereur, à peine de retour des campagnes orientales de Trajan », dans une mise en scène rassurante, montrant Hadrien en « garant des valeurs traditionnelles »21, notamment la pietas. Cette analyse convient au message que l’on a voulu confier à ces médaillons au début du ive siècle. Ces scènes exemplaires peuvent correspondre à la fois à l’image que Constantin aurait voulu transmettre de lui-même au début de son règne personnel en Occident, et au message politique que les sénateurs voulaient faire passer à Constantin – et donc à l’image que les sénateurs ont voulu donner de lui.

  • 22 On peut en effet parler d’une sélection dans la mesure où la majorité des auteurs s’accorde sur le (...)

16Une fois encore, le fait que la tête de Constantin ait remplacé celle d’Hadrien dans une partie des reliefs conduit à poser la question de la perception réelle de la mémoire d’Hadrien « derrière » ou « sous » la personne de Constantin. Mais il est certain que pour les concepteurs du décor, qui ont sélectionné les médaillons22 et fait remplacer les têtes, cette mémoire était certainement bien vivante.

  • 23 Le point de départ de la narration se situe sur le petit côté ouest de l’arc, avec le départ de l’a (...)

17En revanche, Hadrien est distinctement représenté sur l’un des six reliefs placés directement au-dessus des baies latérales, et sur les petits côtés de l’arc, qui composent une frise continue longue (près de 40 m) et étroite (1 m environ) évoquant les épisodes les plus marquants de la guerre menée par Constantin contre Maxence, et qui furent sculptés pour l’occasion23. La façade nord met en scène les premières actions de Constantin à Rome : à gauche, le discours (adlocutio) de Constantin prononcé du haut des Rostres, sur le forum Romain ; à droite, le congiaire donné le 1er janvier 313 apr. J.-C.

  • 24 Le forum et ses monuments forment donc le cadre monumental servant à l’exaltation de l’empereur. Su (...)

18La mise en scène de l’adlocutio impériale, telle qu’elle est représentée sur le relief (Fig. 3), semble avoir eu pour but d’inscrire l’empereur dans le passé glorieux de Rome. L’empereur est figuré de face, au centre du relief, assis sur les Rostres. À l’arrière-plan sont représentés des monuments qui permettent de situer précisément la scène : de gauche à droite se reconnaissent la basilica Iulia, l’arc de Tibère, le monument aux cinq colonnes honorant les tétrarques (derrière les rostres), et enfin l’arc de Septime Sévère24. La représentation est très détaillée, puisque l’on distingue les statues de Jupiter et des tétrarques au sommet des colonnes, ainsi que les statues encadrant les rostres, identifiées comme celles d’Hadrien et de Marc Aurèle. L’accumulation de tous ces détails a sans aucun doute une fonction politique, celle d’exprimer la légitimité de Constantin et de l’inscrire dans la lignée de ses prédécesseurs.

  • 25 Cf. Bruggisser 2002, p. 86-91 : la rupture passe par l’instauration d’une nouvelle dynastie, unissa (...)

19La relation aux prédécesseurs semble s’inscrire dans une double logique de continuité et de rupture. La rupture se fait d’abord avec le passé proche. La présence du monument à cinq colonnes est une manière de présenter l’empereur comme l’héritier légitime de la tétrarchie, mais aussi le symbole de la rupture voulue par Constantin avec ce régime25. La continuité se fait dès lors avec le passé lointain, un passé républicain – ou plutôt césarien, évoqué par les Rostres et la basilica Iulia – et surtout un passé impérial, dans le modèle revendiqué des « bons » empereurs du iie siècle, Hadrien et Marc Aurèle, auxquels sont précisément empruntés les reliefs décorant la partie supérieure de l’arc.

20À ce titre, ce n’est évidemment pas sans raison que l’empereur est assis juste en dessous de la colonne du monument tétrarchique portant la statue de Jupiter. Si Jupiter rappelle le souvenir proche de Dioclétien, il peut également convoquer la mémoire de Trajan, ayant lui aussi revendiqué la protection du dieu Capitolin. Trajan serait alors implicitement associé ici à Hadrien (et à Marc Aurèle), encore une fois en tant que garant du respect du mos maiorum et modèles du « bon » gouvernement.

 

  • 26 Rome, Palais des Conservateurs, cour, n° inv. 1692. Voir Parisi Presicce 2007 ; Prusac 2016, p. 70- (...)

21La référence à Hadrien apparaît enfin, de manière moins évidente, dans la statue colossale de Constantin, actuellement conservée dans la cour du Palais des Conservateurs, et qui est traditionnellement datée de 315 apr. J.-C.26 (Fig. 4).

Fig. 4. Fragments de la statue colossale de Constantin provenant de la basilica noua et actuellement conservés dans la cour du Palais des Conservateurs à Rome.

Fig. 4. Fragments de la statue colossale de Constantin provenant de la basilica noua et actuellement conservés dans la cour du Palais des Conservateurs à Rome.

© C. Blonce.

  • 27 Il s’agit de la tête, le bras droit et la main tenant un sceptre, un fragment du buste et des parti (...)
  • 28 La partie centrale de la statue était en brique, le corps en bois couvert de bronze, la tête et les (...)
  • 29 Par exemple la statue de Tibère (musées du Vatican, musée Chiaramonti, n° inv. 1511) présentée par (...)

22Les fragments27 de cette statue acrolithe28 furent retrouvés en 1486 dans l’abside ouest de la basilica noua, basilique construite par Maxence sur le forum Romain et désormais dédiée à Constantin. Il s’agit de l’un des plus célèbres portraits de Constantin, fondateur de son iconographie. Les dimensions des fragments conservés, notamment la tête, qui mesure 1,75 m de haut (2,60 m avec le cou), indiquent qu’il s’agissait d’une statue colossale, d’une hauteur comprise entre 9 et 10 m. L’expression du visage est novatrice : un visage limpide, calme, aux yeux immenses, rayonnants. Le regard est dirigé loin vers l’avant. L’empereur était assis, un manteau passé sur les cuisses, la main droite levée tenant un sceptre, dans l’attitude de Jupiter. Peut-être la main gauche tenait-elle un globe. Ce portrait s’inscrit donc délibérément dans la tradition impériale, dans une pose et un type corporel proches de ceux de la statue de culte de Jupiter Capitolin, que l’on retrouve dans de nombreux portraits impériaux29.

  • 30 Evers 1991, suivie par Varner 2004, p. 217-218 et Prusac 2016, p. 70-71.

23La surprise que révèle ce portrait, c’est qu’il s’agit vraisemblablement du remploi d’une statue colossale d’Hadrien (Fig. 5), si l’on suit l’identification proposée par Cécile Evers à partir de l’examen des mèches de cheveux, du nez et des oreilles. Les oreilles, grandes, charnues, aux lobes pourvus d’un pli en forme de fourche, sont parfaitement reconnaissables : ce sont celles d’Hadrien, que l’on retrouve sur tous ses portraits en ronde-bosse. Le nez, moyennant une reprise à hauteur de sa base, correspond également à celui d’Hadrien. L’argument décisif réside dans l’indice capillaire : les boucles surmontant l’oreille droite de Constantin sont celles du type III (« Rollockenfrisur ») d’Hadrien. Pour obtenir la frange de petites mèches symétriquement dirigées vers le centre du front, le sculpteur a simplement taillé la moitié de ces grosses boucles. Il a renouvelé l’opération pour dégager le front (sur lequel il avait fallu empiéter pour sculpter la zone oculaire)30.

Fig. 5. D’Hadrien à Constantin : le remploi de la statue colossale, proposition de restitution des modifications.

Fig. 5. D’Hadrien à Constantin : le remploi de la statue colossale, proposition de restitution des modifications.

Dessin d’après Prusac 2016, p. 70, fig. 1.

  • 31 Cf. Hannestad 1986, p. 326-327.
  • 32 On connaît par ailleurs des portraits de Trajan remployés pour Constantin, cf. Pardyova 1983 ; Prus (...)
  • 33 Voir par exemple le portrait de Trajan conservé en Avignon, au musée lapidaire (n° inv. G 167 a), p (...)

24Ce portrait de Constantin constitue un jalon important, dans la mesure où il fonde un nouveau type iconographique qui rompt avec l’esthétique tétrarchique. Cette rupture est également perceptible sur l’arc de Constantin, dans la différence de traitement des portraits insérés dans les médaillons d’Hadrien : alors que les portraits de Constance Chlore obéissent encore aux canons tétrarchiques (forme géométrique de la tête, cheveux et barbes courts), ceux de Constantin adoptent un nouveau style qui renoue avec la tradition antérieure, en particulier le modèle trajanien31. Et de fait, le portrait colossal de Constantin n’est pas sans rappeler celui de Trajan32, avec ses joues glabres, ses cheveux lisses et courts, comme en témoignent par exemple les portraits du Louvre et d’Avignon33.

  • 34 D’après la formule de Brenk 1987, qui parle de « politique cannibale ».

25Avec ce portrait, Trajan et Hadrien se retrouvent à nouveau associés, et cette fois combinés, mélangés, pour donner naissance à l’image de Constantin. Ici encore, comme sur l’arc, la mémoire de Trajan et d’Hadrien apparaît une nouvelle fois « cannibalisée »34 par Constantin, qui s’approprie leurs traits et leurs qualités de manière inédite. En définitive, l’appropriation de la mémoire de Trajan et d’Hadrien semble donc permettre à Constantin d’imposer son pouvoir à Rome, et de manifester le nouvel âge d’or instauré par sa victoire et son règne.

  • 35 Bravi 2012, p. 458. Cet attachement s’exprime de manière exemplaire dans l’HA, Elag., 1.1-2, dédiée (...)
  • 36 À cet égard, l’hypothèse d’une abolitio memoriae de Constantin, proposée par Arce 2007, fournit un (...)
  • 37 Klein 1979, p. 98, parle d’un conflit, ou tout du moins d’une tension, entre la figure « autocratiq (...)
  • 38 Ainsi, Liverani 2004, p. 395-396 ; p. 431-433, a réfuté l’existence d’une référence au modèle des « (...)

26Toutefois, la mise à disposition de ces matériaux, reliefs et statue colossale, et leur utilisation pour Constantin, n’ont pas pu se faire sans l’aval du sénat. Et, de fait, la composition du décor figuré de l’arc nous apparaît comme un message politique adressé à l’empereur par les sénateurs. Ainsi, ce souci de rattachement aux « bons » empereurs du iie siècle serait en définitive celui du Sénat35, dans une volonté d’imposer à Constantin un modèle de gouvernement fondé sur des relations harmonieuses et respectueuses avec le Sénat, garant du respect du mos maiorum36. Une telle pratique témoignerait ainsi de l’attachement à la mémoire encore bien vivante à Rome de l’optimus princeps37. De ce fait, la référence à Trajan et Hadrien (et dans une moindre mesure ici Marc Aurèle) ne serait donc pas un choix fait délibérément par Constantin, mais un choix auquel il aurait été contraint de se rallier38.

 

  • 39 Curran 2000, p. 92-93, p. 96, p. 114.

27Si la référence à Trajan et Hadrien s’est imposée à Constantin, ce n’est cependant pas uniquement du fait du sénat. En effet, si Constantin se présente en tant que nouveau Trajan et nouvel Hadrien, c’est aussi – et avant tout ? – pour faire oublier l’œuvre de son rival déchu39. Derrière les mémoires de Trajan et d’Hadrien se profile en effet l’ombre de Maxence, que ce soit pour les reliefs de Trajan remployés sur l’arc triomphal ou pour la statue colossale de la basilica noua.

  • 40 Le relief situé sur le côté ouest marquerait le début de la frise, à partir de la droite ; suivent, (...)
  • 41 Cf. Galinier 2007, p. 185-187, en particulier p. 186, fig. 4 : des fragments attestent l’existence (...)
  • 42 Pallottino 1938 ; Leander Touati 1987 ; Packer & Sarring 1997, p. 113 ; p. 445. La théorie développ (...)
  • 43 Cette provenance est indiquée entre autres par Ruysschaert 1962, p. 79 ; Hannestad 1986, p. 168-170 (...)

28Les reliefs de Trajan sont considérés comme des fragments d’une unique « grande frise »40, atteignant au minimum 18 m de long sur 3 m de haut, dont les panneaux placés sur l’arc de Constantin n’ont conservé qu’une partie41, commémorant les victoires de Trajan sur les Daces42. L’interprétation la plus courante en fait des éléments du décor du forum de Trajan. Plus précisément, les panneaux de la « grande frise » proviendraient de l’attique de la façade nord-ouest de la basilica Vlpia, entre les deux entrées menant à la cour de la colonne Trajane43. Cette hypothèse est la plus fréquente, mais n’est pas sans poser problème.

  • 44 Curran 2000, p. 87, exprime la même idée.
  • 45 Grant 1950, p. 149-150 : monnaies de 312-313 apr. J.-C. portant la légende SPQR OPTIMO PRINCIPI, co (...)
  • 46 Selon Gros 2005, p. 225, « son absence ne semble pas avoir nui à l’aspect général du Forum Traiani  (...)
  • 47 Galinier 2007, p. 187, souligne également le problème technique posé par la localisation sur la faç (...)

29En premier lieu, il nous semble difficile de concevoir que le Sénat ait accepté un tel démantèlement du décor du forum de Trajan44, à moins de supposer un remaniement en profondeur du décor du complexe monumental, en particulier de la basilique, consécutif à ces prélèvements. D’autre part, il nous apparaît difficilement imaginable que l’empereur ait poussé au dépouillement d’une partie si importante du décor de la basilique, et ce d’autant plus après avoir justement célébré en 312-313 apr. J.-C. le bicentenaire de la dédicace du forum et de sa basilique45. Leur dépôt créerait enfin un vide immense qu’il aurait fallu combler46, or aucune source, ni littéraire, ni archéologique, n’atteste une transformation du décor du forum à l’époque de Constantin47.

  • 48 Amm. 16.10.15-16.
  • 49 Expositio totius mundi et gentium, 55 : si enim uolueris Antoninum <memorae>, opera inuenies innumerata : si</memorae> (...)
  • 50 Une hypothèse serait de les attribuer à l’arc qui fut voté en l’honneur de Trajan en 116 apr. J.-C. (...)
  • 51 L’hypothèse de Ross Holloway 2004, p. 30-32, nous semble difficilement acceptable : l’auteur attrib (...)
  • 52 Baldassari 2013 ; 2015.
  • 53 Sur la question toujours problématique de ces entrepôts publics, voir Varner 2004, p. 2-5.
  • 54 Nous suivons ici en partie l’argumentation de Barcelo 1992 ; cf. Mayer 2002, p. 187 ; p. 201.

30Au contraire même, le forum de Trajan et sa basilique figurent parmi les monuments les plus beaux et les plus prestigieux de Rome tout au long du ive siècle, comme en témoignent le récit bien connu de la visite de Constance II en 357 apr. J.-C.48 et un passage de l’Expositio totius mundi et gentium, qui mentionne expressément la basilica Vlpia comme le symbole du nomen Antoninorum49. Tout ce faisceau d’indices nous incite à penser qu’il n’y a pas eu de spoliation du forum de Trajan dans les années 312-315 apr. J.-C. et que la provenance de la « grande frise » doit être réexaminée. Le plus logique serait en effet que ces reliefs aient été déjà disponibles dans des réserves, provenant soit d’un monument dont la construction avait été prévue mais n’a pas été achevée50, soit d’un monument construit mais détruit ou modifié entre-temps51. Les fouilles récentes entreprises dans le secteur septentrional du forum de Trajan, à la recherche du temple du divin Trajan et de la divine Plotine, ont montré combien ce secteur, englobant la place de la colonne Trajane, avait été modifié au début du règne d’Hadrien52. Il a donc été suggéré que les reliefs de la « grande frise » eussent été déposés dès cette date, et conservés dès lors dans des entrepôts53. Une telle hypothèse offre l’avantage d’expliquer parfaitement la disponibilité des reliefs, mais nous paraît toutefois peu compatible avec l’œuvre de pietas d’Hadrien envers son prédécesseur, et là encore, on ne voit pas par quoi ces reliefs auraient été remplacés. C’est pourquoi nous supposons que ces reliefs aient pu provenir d’un monument dédié à Trajan qui se serait trouvé hors d’usage au début du ive siècle. Or il se trouve qu’un monument d’époque trajanienne a bien été détruit au début du règne de Constantin : la caserne des equites singulares située sur le Caelius54.

  • 55 Buzzetti 1993.
  • 56 Curran 2000, p. 93.
  • 57 On retrouve ainsi les thématiques chères aux Anciens de la repetitio, de l’imitatio et de la uariat (...)

31Nous avons vu que la basilique du Latran s’élève au-dessus de la caserne sévérienne, mais la caserne adjacente trajanienne fut également détruite55. Le corps des equites singulares avait été créé par Trajan et avait participé aux guerres daciques. Il est donc possible que le bâtiment de la caserne ait été orné de reliefs mettant en avant l’action des soldats. La destruction de la caserne offre donc l’opportunité de réutiliser les reliefs en leur donnant un nouveau sens. Nous avons déjà dit que le corps des equites singulares était particulièrement lié à Maxence56. La récupération et le remploi de ces reliefs offraient ainsi un moyen efficace d’effacer le souvenir de Maxence et d’attribuer à Constantin le rôle d’un nouveau Trajan conquérant. Dans ce contexte, la référence à Trajan apparaît tout à fait cohérente, faite à la fois d’emprunts (les reliefs) et d’imitations (la basilique)57 mais sans jamais porter atteinte à l’intégrité du forum, intimement lié au souvenir de l’empereur.

 

  • 58 Cette modification consiste en l’ouverture d’une nouvelle entrée à portique tétrastyle (4 colonnes (...)
  • 59 Varner 2004, p. 216-218.
  • 60 Evers 1991, p. 794-799 ; Varner 2004, p. 217-218 ; Prusac 2016, p. 71.
  • 61 Cette statue de Maxence aurait été placée dans le templum Vrbis ou dans la basilica noua.
  • 62 La rivalité avec Maxence peut se voir aussi dans la construction de la basilique du Latran, qui ser (...)
  • 63 Manino 1994 ; Ensoli 2000, p. 87-88 ; Ross Holloway 2004, p. 51-52. Prusac 2016, p. 71, évoque égal (...)
  • 64 Aur. Vict., Caes., 40.26-27 : Adhuc cuncta opera quae magnifice construxerat, urbis fanum atque bas (...)
  • 65 Cette dédicace aurait appartenu au colosse de Néron, que Maxence aurait fait dédier à son fils divi (...)
  • 66 Ainsi Pensabene & Panella 1999 défendent l’unicité du projet de la construction de l’arc, à l’époqu (...)

32Il nous faut pour terminer revenir sur la statue colossale de Constantin, dont nous avons déjà dit qu’elle relevait très probablement du remploi d’une statue d’Hadrien (Fig. 4 et 5). Nous avons vu que cette statue prenait place dans la basilica noua, construite par Maxence, dont Constantin a fait modifier le plan58. La basilique ainsi transformée porte désormais son nom, basilica Constantiniana. Nous savons également qu’après la défaite du pont Milvius la mémoire de Maxence fut officiellement condamnée. Les portraits de Maxence ont donc été mutilés et transformés. Il est également établi que quatre des portraits conservés de Constantin à Rome ont été réalisés à partir de portraits de Maxence59. C’est pourquoi certains spécialistes émettent l’hypothèse que la statue colossale de Constantin ait été à l’origine destinée à Maxence60. Nous serions donc ici dans un cas de double remploi, la statue d’Hadrien ayant d’abord été remployée pour Maxence61, lors de la réfection par celui-ci du templum Vrbis, puis pour Constantin. La réappropriation de la statue et le réaménagement de la basilica noua apparaissent là encore comme une manière d’effacer le souvenir de Maxence62 et de relier directement Constantin à Hadrien et à Trajan. Un tel procédé révèle donc que c’est bien Maxence le premier qui, tel un nouveau Trajan, avait construit une nouvelle basilique civile, et tel un nouvel Hadrien, avait reconstruit et agrandi le temple de Vénus et de Rome. Et c’est la raison pour laquelle certains archéologues et historiens ont supposé que l’arc de Constantin ait été à l’origine un monument érigé en l’honneur de Maxence63. Le remploi de reliefs antérieurs témoignerait dès lors du programme politique de Maxence. Inachevé à la mort de Maxence, l’arc aurait été dédié à Constantin, comme tous les autres édifices construits par Maxence64. La découverte d’une dédicace à Romulus divinisé, le fils de Maxence, en remploi dans l’attique de l’arc, viendrait confirmer la volonté de Constantin d’effacer le souvenir de son rival du cœur de Rome65. Toutefois, l’hypothèse dominante demeure celle d’un arc érigé ex nouo pour Constantin66. En dernière analyse, il semblerait donc que la mémoire conjointe de Trajan et d’Hadrien ait été un des thèmes du discours politique de Maxence, en tant que restitutor urbis Romae, et qu’elle fut réutilisée ensuite par le Sénat et par Constantin, de manière double et paradoxale : il s’agissait d’occulter le souvenir du dernier maître de Rome, tout en mettant en images un discours de bon gouvernement directement issu de l’action de celui-ci.

 

33En conclusion, la référence à Trajan et à Hadrien au début du règne de Constantin apparaît avant tout conjoncturelle, quasiment imposée à Constantin par le biais d’une double conjoncture : un modèle imposé par les sénateurs, qui souhaitent ainsi proposer un code de bonne conduite au nouvel empereur ; un choix de Constantin pour effacer du paysage urbain la trace de son rival Maxence, qui avait délibérément posé ses pas dans ceux des Antonins. De cette manière, le règne de Constantin semble constituer un jalon essentiel dans la transmission de la mémoire conjointe de Trajan et d’Hadrien, en tant que modèles du « bon empereur » et figures du « bon gouvernement », dont le souvenir sera amplement mobilisé par les empereurs de la fin du ive siècle.

Bibliographie

Arce 2007 : J. Arce, « Damnatio memoriae sur l’arc de Constantin à Rome », dans Benoist (éd.) 2007, p. 131-136.

Baldassari 2013 : P. Baldassari, « Alla ricerca del tempio perduto: indagini archeologiche a Palazzo Valentini e il templum divi Traiani et divae Plotinae », ArchClass, 64, 2013, p. 371-481.

Baldassari 2015 : P. Baldassari, « Le indagini archeologiche a Palazzo Valentini (Roma) e il tempio dei divi Traiano e Plotina », L’Africa Romana, XX, 2015, p. 1689-1716.

Barcelo 1992 : P. Barcelo, « Una nuova interpretazione dell’arco di Costantino », dans Buonamente & Fusco (éd.) 1992, p. 106-114.

Bauer 1996 : F. A. Bauer, Stadt, Platz und Denkmal in der Spätantike, Mayence, 1996.

Benoist 2005 : S. Benoist, Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. – début du ive siècle apr. J.-C.), Paris, 2005.

Benoist (éd.) 2007 : S. Benoist (éd.), Mémoire et histoire. Les procédures de condamnation dans l’Antiquité romaine, Metz, 2007.

Benoist et alii 2016 : S. Benoist, A. Daguet-Gagey, Chr. Hoët-van Cauwenberghe (éd.), Une mémoire en actes. Espaces, figures et discours dans le monde romain, Villeneuve d’Ascq, 2016.

Bonamente & Fusco (éd.) 1992 : G. Bonamente & F. Fusco (éd.), Costantino il Grande, Macerata, Università degli studi di Macerata, 1992.

Bonamente & Paschoud (dir.) 2002 : G. Bonamente & F. Paschoud (dir.), Historiae Augustae Colloquium Perusinum, 8, Bari, 2002.

Bonamente, Lenski & Lizzi Testa (éd.) 2012 : G. Bonamente, N. Lenski & R. Lizzi Testa (éd.), Costantino prima e dopo Costantino. Constantine before and after Constantine, Bari, 2012.

Bravi 2012 : A. Bravi, « L’arco di Costantino nel suo contesto topografico », dans Bonamente, Lenski & Lizzi Testa (éd.) 2012, p. 445-462.

Brenk 1987 : B. Brenk, « Spolia from Constantine to Charlemagne, Aesthetics versus Ideology », Dumbarton Oaks Papers, 49, 1987, p. 103-109.

Bruggisser 2002 : P. Bruggisser, « Constantin aux Rostres », dans Bonamente & Paschoud (dir.) 2002, p. 73-91.

Buzzetti 1993 : C. Buzzetti, « castra equitum singularium, singulariorum », dans Steinby (éd.) 1993, p. 246-248.

Calza 1959 : R. Calza, « Un problema di iconografia imperiale sull’arco di Constantino », Rend. Pont. Acc., 32, 1959-1960, p. 133-161.

Capodiferro 1993 : A. Capodiferro, « arcus Constantini », dans Steinby (éd.) 1993, p. 86-91.

Cecchelli 1999 : M. Cecchelli, « S. Salvator, basilica », dans Steinby (éd.) 1999, p. 230-233.

Coarelli 1994 : F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994.

Conforto 2001 : M. L. Conforto, « L’arco di Adriano nella valle del Colosseo », dans Festa Farina (dir.) 2001, p. 152-155.

Curran 2000 : J. Curran, Pagan City and Christian Capital. Rome in the Fourth Century, Oxford, 2000.

de Bruyn 2016 : G. de Bruyn, « Rhétorique dynastique ou mémoire des “bons empereurs” dans les cités africaines aux iiie-ive siècles », dans Benoist et alii 2016, p. 265-282.

de Chaisemartin 2003 : N. de Chaisemartin, Rome. Paysage urbain et idéologie, des Scipions à Hadrien (iie s. av. J.-C. – iie s. apr. J.-C.), Paris, 2003.

Demandt & Engemann (dir.) 2007 : A. Demandt & J. Engemann (dir.), Imperator Caesar Flavius Constantinus. Konstantin der Grosse, Catalogue de l’exposition tenue à Trèves en 2007, Mayence-Trèves, 2007.

Deniaux (éd.) 2000 : E. Deniaux (éd.), Rome antique : Pouvoir des images, images du pouvoir (actes du colloque de Caen, 30 mars 1996), Caen, 2000.

Elsner 2000 : J. Elsner, « From the culture of spolia to the cult of relics: the Arch of Constantine and the genesis of late antique forms », PBSR, 68, 2000, p. 149-184.

Ensoli 2000 : S. Ensoli, « I colossi di bronzo a Roma in età tardoantica: dal Colosso di Nerone al Colosso di Costantino », dans Ensoli & La Rocca (éd.) 2000, p. 66-90.

Ensoli & La Rocca (éd.) 2000 : S. Ensoli & E. La Rocca (éd.), Aurea Roma. Dalla città pagana alla città cristiana, Rome, 2000.

Evers 1991 : C. Evers, « Remarques sur l’iconographie de Constantin. À propos du remploi de portraits de “bons empereurs” », MEFRA, 103/2, 1991, p. 785-806.

Evers 1994 : C. Evers, Les portraits d’Hadrien : typologie et ateliers, Bruxelles, 1994.

Festa Farina (dir.) 2001 : F. Festa Farina (dir.), Tra Damasco e Roma. L’architettura di Apollodoro nella cultura classica, Rome, 2001.

Fleischer, Lund & Nielsen (éd.) 2001 : J. Fleischer, J. Lund & M. Nielsen (éd.), Late Antiquity Art in Context, Danish Studies in Classical Archaeology, Acta Hyperborea 8, Museum Tusculanum Press, University of Copenhagen, Copenhague, 2001.

Galinier 2007 : M. Galinier, La colonne de Trajan et les forums impériaux, CEFR 382, Rome, 2007.

Gauer 1973 : W. Gauer, « Ein Dakerdenkmal Domitians. Die Trajanssäule und das sogennante grosse trajanische Relief », JdI, 88, 1973, p. 318-350.

Gonzalez (éd.) 2000 : J. Gonzalez (éd.), Trajano emperador de Roma, Actes du Congrès International du 14-17 septembre 1998 à Séville, Rome, 2000.

Grant 1950 : M. Grant, Anniversary Issues, Cambridge, 1950.

Gros 1982 : P. Gros, « Le forum de la haute ville dans la Carthage romaine d’après les textes et l’archéologie », CRAI, 126, 1982, p. 636-658.

Gros 2000 : P. Gros, « La “militarisation” de l’urbanisme trajanien à la lumière des recherches récentes sur le Forum Traiani », dans Gonzalez (éd.) 2000, p. 227-249.

Gros 2005 : P. Gros, « La ville comme symbole. Le modèle central et ses limites », dans Inglebert (dir.) 2005, p. 155-232.

Hannestad 1986 : N. Hannestad, Roman Art and Imperial Policy, Aarhus, 1986.

Inglebert (dir.) 2005 : H. Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, Puf « Nouvelle Clio », 2005.

Kinney 1995 : D. Kinney, « Rape or Restitution of the Past? Interpreting Spolia », dans Scott (éd.) 1995, p. 53-67.

Kinney 1997 : D. Kinney, « Spolia. Damnatio and Renovatio Memoriae », MAAR, 42, 1997, p. 117-148.

Klein 1979 : R. Klein, « Der Rombesuch des Kaisers Konstantius II. im Jahre 357 », Athenaeum, 57, 1979, p. 98-115.

Krautheimer 1992 : R. Krautheimer, « The ecclesial building policy of Constantine », dans Bonamente & Fusco (éd.) 1992, p. 509-552.

L’Orange & von Gerkan 1939 : H. P. L’Orange & A. von Gerkan, Der spätantike Bildschmuck des Konstantinsbogens, Berlin, 1939.

Lanciani 1897 : R. Lanciani, The Ruins and Excavations of ancient Rome, Londres, 1897.

Leander Touati 1987 : A.-M. Leander Touati, The Great Trajanic Frieze. The Study of a Monument and of the Mechanism of Message Transmission in Roman Art, Stockholm, 1987.

Lindros Wohl 2001 : B. Lindros Wohl, « Constantine’s use of Spolia », dans Fleischer, Lund & Nielsen (éd.) 2001, p. 85-115.

Liverani 2004 : P. Liverani, « Reimpiego senza ideologia. La lettura antica degli spolia dall’arco di Costantino all’età carolingia », RM, 111, 2004, p. 383-434.

Manino 1994 : L. Manino, « L’arco di Costantino nel contesto urbanistico della Roma post-tetrarchica », dans La ciudad en el mundo romano. XIV Congrés internacional d’arqueologia clàssica, Tarragona 5. - 11.9.1993. Volume 2, Actas, Tarragona, 1994, p. 254-256.

Marcone 1992 : A. Marcone, « Costantino e l’aristocrazia pagana di Roma », dans Bonamente & Fusco (éd.) 1992, p. 645-658.

Mayer 2002 : E. Mayer, Rom ist dort, wo der Kaiser ist. Untersuchungen zu den Staatsdenkmälern des dezentralisierten Reiches von Diocletian bis zu Theododius II, Mayence, 2002.

Moine 2000 : N. Moine, « Les reliefs de l’arc de Constantin : l’image réexploitée », dans Deniaux (éd.) 2000, p. 91-101.

Packer 1997 : J. E. Packer, The forum of Trajan in Rome: a study of the monuments, vol. 1, Berkeley-Los Angeles, 1997.

Pallottino 1938 : M. Pallottino, « Il grande fregio di Traiano », Bull. Com., 66, 1938-1939, p. 17-56.

Palombi 1993 : D. Palombi, « arcus Traiani (divi Traiani) », dans Steinby (éd.) 1993, p. 112.

Pardyova 1983 : M. Pardyova, « Un portrait de Trajan remanié et réutilisé au ive siècle », Studia minora Facultatis Philosophicae Universitatis Brunensis, 28-1, 1983, p. 229-240.

Parisi Presicce 2007 : C. Parisi Presicce, « Konstantin als Iuppiter. Die Kolossalstatue des Kaisers aus der Basilika an der Via Sacra », dans Demandt & Engemann (dir.) 2007, p. 117-131.

Pensabene 1992 : P. Pensabene, « Il reimpiego nell’età costantiniana a Roma », dans Bonamente & Fusco (éd.) 1992, p. 749-768.

Pensabene & Panella 1999 : P. Pensabene & C. Panella (éd.), Arco di Costantino tra archeologia e archeometria, Rome, 1999.

Pierce 1989 : P. Pierce, « The Arch of Constantine: Propaganda and Ideology in Late Roman Art », Art History, 12, 1989, p. 387-418.

Prusac 2016 : M. Prusac, From face to face. Recarving of Roman Portraits and the Late-Antique Portrait Arts, 2e édition révisée, Leyde-Boston, Brill, 2016 (Monumenta Graeca et Romana, 18).

Richardson 1975 : L. Richardson, « The Date and the Program of the Arch of Constantine », ArchClass, 27, 1975, p. 72-78.

Ross Holloway 2004 : R. Ross Holloway, Constantine and Rome, New Haven-Londres, 2004.

Ruysschaert 1962 : J. Ruysschaert, « Essai d’interprétation synthétique de l’arc de Constantin », Rend. Pont. Acc., 35, 1962-1963, p. 79-100.

Sauron 2005 : G. Sauron, « Les Romains et l’art », dans Inglebert (dir.) 2005, p. 233-328.

Scott (éd.) 1995 : S. C. Scott (éd.), The Art of Interpreting, Papers in Art History from the Pennsylvania State University, 9, 1995.

Steinby (éd.) 1993 : E. M. Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Vrbis Romae, vol. 1, A-C, Rome, 1993.

Steinby (éd.) 1999 : E. M. Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Vrbis Romae, vol. 4, P-S, Rome, 1999.

Varner 2004 : E. Varner, Mutilation and Transformation: Damnatio Memoriae and Roman Imperial Portraiture, Leyde, 2004.

Source

Expositio totius mundi et gentium, éd. J. Rougé, Collection Sources Chrétiennes, n° 124, Éditions du Cerf, Paris, 1966.

Notes

1 Krautheimer 1992, p. 523 : les séjours de Constantin à Rome ont été peu nombreux et brefs : trois seulement (312-313, 315 et 326 apr. J.-C.) et quelques mois à chaque fois.

2 L’identité du commanditaire de l’arc – et donc du concepteur du décor – demeure un point contesté, qui fut d’ailleurs soigneusement éludé par L’Orange & von Gerkan 1939. Brenk 1987, p. 105 et Pierce 1989, p. 391 et 406, l’identifient à Constantin lui-même. Calza 1959, p. 134 et Ruysschaert 1962, p. 87, p. 89, p. 96, y reconnaissent l’empreinte de l’architecte chargé de la construction du monument. Assurant le financement et l’inauguration du monument, il apparaît cependant probable que les commanditaires et concepteurs de ce décor, comme pour les autres arcs de Rome, aient été les sénateurs, du moins une partie d’entre eux, cf. Richardson 1975 ; Elsner 2000, p. 171 et note 28 ; Mayer 2002, p. 201-202 ; Liverani 2004, p. 398-399. Bravi 2012, p. 457-458 propose ainsi d’identifier comme possibles concepteurs du décor figuré de l’arc deux grandes figures sénatoriales de l’époque, C. Ceionius Rufius Volusianus et C. Vettius Cossidius Rufinus, tous deux ayant exercé de hautes responsabilités sous Maxence et ayant poursuivi leur carrière sous Constantin. C. Ceionius émerge comme une figure-clé de l’aristocratie sénatoriale des années 300-315 apr. J.-C. Il a été proconsul d’Afrique en 305-306, préfet de la ville en 310-311 puis consul ordinaire en septembre 311 apr. J.-C. La défaite de Maxence ne signe pas sa disgrâce puisqu’on le retrouve comes de Constantin sans doute dès la fin de 312 (au plus tard en 313) et à nouveau préfet de la ville en 313-315, puis une nouvelle fois consul en 314 apr. J.-C. Dans une inscription datée de 314 apr. J.-C. (CIL, VI, 1707), il est défini comme religiosissimus et comes nostri domini Constantini inuicti et perpetui semper Augusti. La même année, il dédie à Constantin une statue dans le forum de Trajan, dont l’inscription (CIL, VI, 1140) offre de fortes résonances avec les inscriptions et le décor figuré de l’arc : Constantin est y déclaré restitutor humani generis, propagator imperii et fundator securitatis aeternae. Son successeur à la préfecture de la ville en 315-316 apr. J.-C. fut C. Vettius Cossidius Rufinus, proconsul d’Achaïe sous Maxence, pontifex dei Solis, augure et Salien Palatin ; il apparaît comme comes Augustorum et consul en 316 (CIL, X, 5061 ; CIL, VI, 32040). Ainsi ces deux hommes, attachés aux traditions sénatoriales, peuvent à juste titre apparaître comme ayant joué un rôle-clé dans la transition entre Maxence et Constantin et pourraient tout à fait avoir supervisé la construction de l’arc et le choix des reliefs remployés.

3 Krautheimer 1992, p. 520 et p. 530. Cette église est en effet une propriété privée de l’empereur, pas un bien public (à ce titre, elle fut construite sur un terrain privé et financée par la res priuata).

4 Si Constantin n’a pas célébré de triomphe à proprement parler en 312, son entrée solennelle dans la ville n’en est pas moins pourvue d’une réelle connotation triomphale, les deux cérémonies, aduentus et triomphe, s’étant progressivement entremêlées l’une l’autre dès le iie siècle ; comme l’a bien montré Benoist 2005, p. 91-98, à l’époque de Constantin, le triomphe est remplacé par un aduentus au contenu fortement triomphal.

5 Comme en témoignent les inscriptions secondaires placées au-dessus des baies latérales, sur la façade nord, uotis X (à gauche) et uotis XX (à droite) ; sur la façade sud, sic X (à gauche) et sic XX (à droite). Ces inscriptions se réfèrent aux uota soluta et aux uota suscepta formulés à l’occasion des décennales de l’empereur.

6 L’arc se trouve probablement à l’intérieur de la regio X, en raison de la proximité du Palatin. Cf. Coarelli 1994, p. 129 ; Bravi 2012, p. 461.

7 Depuis l’étude fondatrice de L’Orange & von Gerkan 1939, suivie par l’important article de Ruysschaert 1962, il est admis que le décor composé par les reliefs remployés suit une double logique. D’une part, les reliefs auraient été choisis pour leur dimension exemplaire, permettant de mettre en valeur les principales qualités et vertus de l’empereur : uirtus pour les reliefs trajaniens et les scènes de chasse des médaillons d’Hadrien, pietas dans les scènes de sacrifice de ces mêmes médaillons ; clementia et liberalitas pour les reliefs de Marc Aurèle. Ces derniers présentent également des activités symboliques du « métier » d’empereur : aduentus, profectio, adlocutio. D’autre part, le choix de reliefs honorant Trajan, Hadrien et Marc Aurèle aurait obéi à une politique délibérée visant à faire de Constantin le digne successeur de ces « bons » empereurs du iie siècle. Le décor élaboré à l’époque de Constantin, principalement la frise placée au-dessus des baies latérales, aurait eu pour fonction de rappeler les circonstances précises de la construction de l’arc, à savoir la victoire de Constantin sur Maxence. La disposition de ces reliefs sur l’arc suit un étroit réseau de correspondances unissant les reliefs remployés aux reliefs de la frise constantinienne.

8 Ainsi qu’il est nommé dans la dédicace de l’arc, CIL, VI, 1139 (ILS, 694) : Imp(eratori) Caes(ari) Fl(auio) Constantino Maximo / P(io) F(elici) Augusto, S(enatus) P(opulus)Q(ue) R(omanus),/ quod, instinctu diuinitatis, mentis / magnitudine, cum exercitu suo,/ tam de tyranno quam de omni eius / factione uno tempore iustis / rem publicam ultus est armis,/ arcum triumphis insignem dicauit.

9 Hannestad 1986, p. 169-170. Cf. Galinier 2007, p. 187 : l’aduentus de Trajan constitue ainsi une sorte de modèle pour l’aduentus attendu de Constantin en 315, tandis que la charge de l’empereur manteau au vent, signe de la Victoria Augusti, figure la reconnaissance de la victoire de Constantin. Les sénateurs reconnaissent donc la victoire de Constantin, à condition que celui-ci suive et respecte le modèle de l’optimus princeps.

10 Liverani 2004, p. 389-391 ; p. 396-398 ; p. 400-411. C’est précisément le fait que la tête d’origine ait été remplacée par celle de Constantin qui conduit selon lui à une lecture unique des reliefs, dans lesquels le spectateur ne reconnaît que Constantin. Cf. également Kinney 1997, p. 142-143 et p. 145-146.

11 Cecchelli 1999 ; Curran 2000, p. 93-96 ; Lindros Wohl 2001, p. 87-91.

12 Krautheimer 1992, p. 530 ; Curran 2000, p. 76 et p. 93.

13 Buzzetti 1993 ; Curran 2000, p. 25-27 et p. 76.

14 Barcelo 1992, p. 113.

15 Pensabene 1992, p. 750, p. 763-764 et fig. 2 hors-texte. La cathédrale du Latran est ainsi une vaste basilique à cinq nefs, divisées par quatre rangées de colonnes : deux rangées de dix-neuf colonnes, soutenant un entablement rectiligne, délimitaient la nef centrale ; deux rangées de vingt-quatre colonnes plus petites séparaient les nefs secondaires internes de celles externes. La nef centrale se terminait par une abside semi-circulaire. Cf. Gros 2005, p. 226 ; Curran 2000, p. 96.

16 Curran 2000, p. 94-95.

17 Krautheimer 1992, p. 523-524.

18 Ces médaillons, en marbre de Carrare, d’un diamètre maximal de 2,40 m, étaient enchâssés dans une plaque de porphyre, dont des fragments sont encore visibles sur la façade nord.

19 Sur la façade sud prennent place, à gauche, le départ pour la chasse et le sacrifice à Silvain ; à droite la chasse à l’ours et le sacrifice à Diane. Sur la façade nord, on trouve à gauche la chasse au sanglier et le sacrifice à Apollon ; à droite la chasse au lion et le sacrifice à Hercule.

20 L’identification de Constance Chlore est due à Calza 1959.

21 Cette spécialiste de l’iconographie d’Hadrien a en effet reconnu, sous les portraits de Constantin des médaillons, des mèches de cheveux appartenant au type II (à partir de 118 apr. J.-C.) des portraits d’Hadrien. Cela voudrait dire que les médaillons auraient été réalisés au tout début du règne, et non à la fin comme on le pense souvent. En conséquence, selon C. Evers, le monument d’où ils proviennent serait « l’une des toutes premières créations hadrianiques de l’Vrbs ». Elle ne présente cependant aucune hypothèse quant à la nature et la localisation de ce monument. Cf. Evers 1991, p. 791-792 ; 1994, p. 63-71. Une datation au début du règne d’Hadrien a également été proposée par Conforto 2001, p. 153-154, sur la base d’un rapprochement avec les reliefs de la colonne Trajane : les mêmes ateliers auraient réalisé les reliefs et les médaillons.

22 On peut en effet parler d’une sélection dans la mesure où la majorité des auteurs s’accorde sur le fait que les médaillons sont placés sur l’arc dans un ordre différent de leur ordre d’origine.

23 Le point de départ de la narration se situe sur le petit côté ouest de l’arc, avec le départ de l’armée de Constantin de Milan. Elle se poursuit sur la façade sud, avec le siège de Vérone à gauche, et la bataille du pont Milvius à droite. L’entrée triomphale de Constantin à Rome est figurée sur le petit côté est.

24 Le forum et ses monuments forment donc le cadre monumental servant à l’exaltation de l’empereur. Sur ce rôle et la fonction du forum Romain dans l’Antiquité tardive, cf. Bauer 1996, p. 124-128.

25 Cf. Bruggisser 2002, p. 86-91 : la rupture passe par l’instauration d’une nouvelle dynastie, unissant Constantin et son père Constance Chlore à Claude le Gothique, dont une statue aurait précisément été érigée près des Rostres.

26 Rome, Palais des Conservateurs, cour, n° inv. 1692. Voir Parisi Presicce 2007 ; Prusac 2016, p. 70-71.

27 Il s’agit de la tête, le bras droit et la main tenant un sceptre, un fragment du buste et des parties des deux jambes.

28 La partie centrale de la statue était en brique, le corps en bois couvert de bronze, la tête et les membres en marbre du Pentélique.

29 Par exemple la statue de Tibère (musées du Vatican, musée Chiaramonti, n° inv. 1511) présentée par Evers 1991, fig. 12. Voir Parisi Presicce 2007, p. 126-128 pour le type de Jupiter trônant et p. 131 pour une proposition de reconstitution de la statue de Constantin.

30 Evers 1991, suivie par Varner 2004, p. 217-218 et Prusac 2016, p. 70-71.

31 Cf. Hannestad 1986, p. 326-327.

32 On connaît par ailleurs des portraits de Trajan remployés pour Constantin, cf. Pardyova 1983 ; Prusac 2016, p. 71-72. À Thubursicu Numidarum, une base dédiée à Trajan fut remployée au milieu du ive siècle pour recevoir une statue de Constantin (ILAlg, I, 1243 et 1274), tandis qu’une statue de Trajan fut transférée depuis un lieu en ruines sur le nouveau forum pour y être exposée (ILAlg, I, 1247). De telles opérations permettent d’associer, sans doute délibérément, le nom de Constantin à celui de Trajan, comme l’a montré de Bruyn 2016, p. 268-269.

33 Voir par exemple le portrait de Trajan conservé en Avignon, au musée lapidaire (n° inv. G 167 a), provenant de Carpentras et d’époque hadrienne. Ou le portrait du Louvre (n° inv. MR 667, n° usuel MA 3512) daté entre 112 et 115 apr. J.-C.

34 D’après la formule de Brenk 1987, qui parle de « politique cannibale ».

35 Bravi 2012, p. 458. Cet attachement s’exprime de manière exemplaire dans l’HA, Elag., 1.1-2, dédiée précisément à Constantin. L’auteur se justifie d’écrire la vie d’un mauvais empereur par l’existence d’autres mauvais empereurs avant lui : Caligula, Néron et Vitellius (1.1). Il ajoute ensuite que « le lecteur avisé saura trouver un contrepoids à la vie de ces monstrueux tyrans en lisant celles d’Auguste, de Trajan, de Vespasien, d’Hadrien, d’Antonin le Pieux, de Titus et de Marc » (1.2 : conpensationem sibi lector diligens faciet, cum legerit Augustum, Traianum, Vespasianum, Hadrianum, Pium, Titum, Marcum contra hos prodigiosos tyrannos). Ce faisant, l’auteur dresse une liste des « bons » empereurs, dans laquelle on trouve associés Trajan et Hadrien, devant donc faire contrepoids à la figure tyrannique d’Elagabal/Constantin. Cette liste des « bons » empereurs établie à la fin du ive siècle par l’auteur de l’HA a de fortes chances d’avoir déjà été celle des sénateurs du vivant même de Constantin, au début de ce même siècle. Les figures et la mémoire de Trajan et d’Hadrien se présentent donc d’emblée comme un modèle à double sens : ils incarnent ce que Constantin n’est pas et devrait être ; un modèle à suivre et un contre-modèle.

36 À cet égard, l’hypothèse d’une abolitio memoriae de Constantin, proposée par Arce 2007, fournit un indice supplémentaire de la conscience d’une différence de statut entre les reliefs de l’arc. Si la tête de Constantin fut « systématiquement coupée » (Arce 2007, p. 134), elle ne le fut que sur la frise narrative relatant la victoire de l’empereur sur Maxence. Dans l’éventualité d’une véritable abolitio memoriae, la sanction aurait dû concerner tous les reliefs. Le fait que les panneaux de remploi aient été épargnés confirme le fait que les sénateurs savaient les reconnaître.

37 Klein 1979, p. 98, parle d’un conflit, ou tout du moins d’une tension, entre la figure « autocratique et absolue » de l’empereur tardo-antique (incarnée par Constantin) et la tradition de l’optimus princeps défendue par le Sénat. Une idée nuancée cependant par Marcone 1992, qui met davantage en avant la nécessaire collaboration entre les sénateurs et Constantin après la victoire de ce dernier (voir note 2).

38 Ainsi, Liverani 2004, p. 395-396 ; p. 431-433, a réfuté l’existence d’une référence au modèle des « bons » empereurs du iie siècle : celle-ci serait prêtée abusivement selon lui à Constantin, car cette pratique n’est en réalité attestée par les sources que pour la fin du ive siècle.

39 Curran 2000, p. 92-93, p. 96, p. 114.

40 Le relief situé sur le côté ouest marquerait le début de la frise, à partir de la droite ; suivent, de droite à gauche, le tronçon ouest de la baie centrale, ensuite celui de l’est sur l’attique, enfin celui de l’est de la baie centrale.

41 Cf. Galinier 2007, p. 185-187, en particulier p. 186, fig. 4 : des fragments attestent l’existence d’au moins quatre autres panneaux ; de plus, la restitution de la « grande frise » montre bien que les panneaux ont été découpés pour être disposés sur l’arc de Constantin.

42 Pallottino 1938 ; Leander Touati 1987 ; Packer & Sarring 1997, p. 113 ; p. 445. La théorie développée par Gauer 1973, selon laquelle la frise devrait être datée de la fin du règne de Domitien et provenir d’un monument honorant les victoires daciques de cet empereur érigé dans le forum de César, n’est pas convaincante.

43 Cette provenance est indiquée entre autres par Ruysschaert 1962, p. 79 ; Hannestad 1986, p. 168-170 ; Packer & Sarring 1997, p. 437-438 ; Gros 2000, p. 235 ; Capodiferro 1993 ; Moine 2000, p. 98 ; Chaisemartin 2003, p. 202. Pour Kinney 1997, p. 127, il s’agit d’un véritable « pillage » du forum de Trajan : « the same or contemporary builders pillaged the Forum of Trajan to enhance the varietas of Constantine’s triumphal arch ». Au contraire pour Gros 2005, p. 225, « si l’on s’autorisa en 315, date de la construction de l’arc, à en récupérer d’aussi importants morceaux, c’est sans doute qu’elle [la “grande frise”] avait déjà subi des dommages graves, peut-être dus à son exposition prolongée aux intempéries ». Cf. en dernier lieu Galinier 2007, p. 185-187 : l’auteur accepte la localisation sur le mur nord-ouest de la basilique, mais n’aborde pas la question du remploi ; p. 193-194 et p. 211-213 sur le rôle de la frise dans le décor du forum de Trajan.

44 Curran 2000, p. 87, exprime la même idée.

45 Grant 1950, p. 149-150 : monnaies de 312-313 apr. J.-C. portant la légende SPQR OPTIMO PRINCIPI, commémorant le bicentenaire de la dédicace du forum de Trajan et de la basilica Vlpia.

46 Selon Gros 2005, p. 225, « son absence ne semble pas avoir nui à l’aspect général du Forum Traiani », ce qui peut cependant surprendre pour une frise d’environ 3 m de haut et dont la longueur d’origine est estimée entre 28 et 32 m (soit environ 100 pieds romains).

47 Galinier 2007, p. 187, souligne également le problème technique posé par la localisation sur la façade de la basilique : le mur de la basilique est long de 90 pieds (26,73 m), ce qui est trop grand pour les panneaux conservés sur l’arc de Constantin (18,40 m de long mis bout à bout) mais trop court pour contenir les panneaux reconstitués grâce aux fragments, « sans oublier que d’autres panneaux, aujourd’hui disparus, pouvaient s’ajouter à cet ensemble ». En conséquence, il suggère de restituer la « grande frise » en deux parties, placées l’une sur le mur de la basilique, et l’autre en face, sur le mur opposé de la cour. La démonstration de M. Galinier est convaincante et attribue un rôle très important à la « grande frise » dans le décor d’ensemble du forum, dans un contrepoint thématique et stylistique aux reliefs de la colonne (p. 193-194). L’importance symbolique de la « grande frise » rend encore plus incompréhensible son démantèlement partiel à l’époque de Constantin. Cf. Kinney 1995, p. 53-55 et p. 57 : cet acte s’apparenterait alors à une véritable spoliatio du forum de Trajan.

48 Amm. 16.10.15-16.

49 Expositio totius mundi et gentium, 55 : si enim uolueris Antoninum <memorae>, opera inuenies innumerata : sicut et quae dicitur forum Traiani, quae habet basilicam praecipuam et nominatam. « Si tu veux en effet <penser> à Antonin, tu trouveras des ouvrages innombrables ; de même que le forum dit de Trajan, qui possède une basilique remarquable et renommée ». Antonin ne doit pas être compris ici au sens strict, comme désignant Antonin le Pieux, mais dans le sens beaucoup plus large de dynastie antonine. Voir Gros 1982, p. 656.

50 Une hypothèse serait de les attribuer à l’arc qui fut voté en l’honneur de Trajan en 116 apr. J.-C. par le Sénat pour commémorer les victoires parthiques, qui n’a peut-être jamais été construit. Cet arc est uniquement connu par Cass. Dio, 68.29.2-3. Lanciani 1897, p. 193, avait déjà formulé cette hypothèse. Nous pourrions en effet supposer que la mort de l’empereur a interrompu le chantier de construction de l’arc et que les reliefs déjà sculptés ont été entreposés. Mais il est possible que cet arc ait été transformé en honneur posthume et dédié à Trajan divinisé (Palombi 1993). Dans ce cas, les reliefs auraient pris place sur l’arc, ce qui pose à nouveau la question de leur disponibilité. Toutefois, la très grande taille de la frise ne semble pas convenir au décor d’un arc.

51 L’hypothèse de Ross Holloway 2004, p. 30-32, nous semble difficilement acceptable : l’auteur attribue la frise à un autel monumental érigé dans une ville de Grèce ou d’Asie, qui aurait été détruit lors des guerres du iiie siècle, et dont les reliefs auraient été transportés à Rome.

52 Baldassari 2013 ; 2015.

53 Sur la question toujours problématique de ces entrepôts publics, voir Varner 2004, p. 2-5.

54 Nous suivons ici en partie l’argumentation de Barcelo 1992 ; cf. Mayer 2002, p. 187 ; p. 201.

55 Buzzetti 1993.

56 Curran 2000, p. 93.

57 On retrouve ainsi les thématiques chères aux Anciens de la repetitio, de l’imitatio et de la uariatio, dont l’importance en architecture a bien été démontrée par Galinier 2007, p. 241-260 ; p. 265-266.

58 Cette modification consiste en l’ouverture d’une nouvelle entrée à portique tétrastyle (4 colonnes en porphyre) donnant sur la via sacra et le déplacement du siège du tribunal dans la chambre médiane du bas-côté nord.

59 Varner 2004, p. 216-218.

60 Evers 1991, p. 794-799 ; Varner 2004, p. 217-218 ; Prusac 2016, p. 71.

61 Cette statue de Maxence aurait été placée dans le templum Vrbis ou dans la basilica noua.

62 La rivalité avec Maxence peut se voir aussi dans la construction de la basilique du Latran, qui serait en quelque sorte une réplique de Constantin à celle de Maxence. Cette idée apparaît de manière sous-jacente dans l’analyse de Lindros Wohl 2001, p. 105.

63 Manino 1994 ; Ensoli 2000, p. 87-88 ; Ross Holloway 2004, p. 51-52. Prusac 2016, p. 71, évoque également cette hypothèse.

64 Aur. Vict., Caes., 40.26-27 : Adhuc cuncta opera quae magnifice construxerat, urbis fanum atque basilicam Flauii meritis patres sacrauere. « En outre, tous les monuments que Maxence avait édifiés avec magnificence, le temple de la Ville et la basilique, furent consacrés par le Sénat aux mérites de Flavius ». Cf. Varner 2004, p. 216-219.

65 Cette dédicace aurait appartenu au colosse de Néron, que Maxence aurait fait dédier à son fils divinisé. Depuis sa mention par Pierce 1989, p. 404, cette inscription est fréquemment citée (cf. Ross Holloway 2004, p. 50), mais demeure inédite.

66 Ainsi Pensabene & Panella 1999 défendent l’unicité du projet de la construction de l’arc, à l’époque de Constantin, réfutant catégoriquement l’existence d’un arc antérieur. Dans ce cas, l’utilisation d’une technique de construction différente pour l’attique n’aurait pas d’autre explication que celle des contraintes inhérentes à la construction de l’arc, réalisée dans des délais relativement courts. Leur position est suivie par Gros 2005, p. 224-226, et par Sauron 2005, p. 314-317.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’ouest du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Liberatori Vrbis.
Crédits © C. Blonce.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Fig. 2. Relief de la « grande frise » de Trajan placé à l’est du passage central de l’arc de Constantin, accompagné de la légende Fundatori Quietis.
Crédits © C. Blonce.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. Médaillons d’Hadrien (chasse au sanglier et sacrifice à Apollon) et section de la frise constantinienne représentant l’adlocutio de Constantin aux Rostres sur la façade nord de l’arc de Constantin.
Crédits © C. Blonce.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4. Fragments de la statue colossale de Constantin provenant de la basilica noua et actuellement conservés dans la cour du Palais des Conservateurs à Rome.
Crédits © C. Blonce.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5. D’Hadrien à Constantin : le remploi de la statue colossale, proposition de restitution des modifications.
Crédits Dessin d’après Prusac 2016, p. 70, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

Auteur

Université de Caen Normandie, HisTéMé EA 7455

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site