Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Liberator Vrbis et Fundator Quietis : Constantin nouveau Trajan et nouvel Hadrien ?

Caroline Blonce

Résumé

La mise en place du règne personnel de Constantin en Occident, à partir de 312 apr. J.-C., passe par une réaffirmation du lien avec ses prédécesseurs, après la rupture tétrarchique. Trajan et Hadrien occupent une place de choix dans ce nouveau discours politique, comme en témoigne le décor de l’arc monumental érigé près du Colisée en l’honneur de Constantin en 315 apr. J.-C. Présents à la fois dans les reliefs remployés (« grande frise » de Trajan et médaillons d’Hadrien) et dans la frise sculptée contemporaine de l’arc (le fameux relief de « Constantin aux Rostres »), Trajan et Hadrien apparaissent comme des références de premier plan pour Constantin : à la fois opposés et complémentaires, ils permettent d’exprimer les différentes facettes du visage du nouveau maître de Rome. Ce lien s’observe d’ailleurs dans d’autres édifices de l’Vrbs : la basilique jouxtant le temple de Vénus et de Rome sur le forum ; la basilique du Latran édifiée sur le Caelius. Ainsi, le règne de Constantin semble constituer un jalon essentiel dans la transmission de la mémoire conjointe de Trajan et Hadrien, en tant que modèles du « bon empereur » et figures du « bon gouvernement ».

In 312 AD, Constantine became sole master of the western part of the Roman Empire. Rejecting the Tetrarchic model, he decided to reinforce his links with the “good emperors” of the past. Trajan and Hadrian are two outstanding figures in this new political statement, as may be shown by the panels of the triumphal arch dedicated to the emperor in 315 AD: both can be seen in the great Trajanic frieze, the Hadrianic tondi and the small Constantinian frieze. Trajan and Hadrian appear therefore to be key references, both conflicting and complementary, allowing to express the different aspects of Constantine’s power. Two other buildings are also examined in this paper: the basilica noua on the forum Romanum and the Lateran basilica on the Caelius. It can be concluded that Constantine’s reign plays a major role in the transmission of the memory of both Trajan and Hadrian as figures of “good government”.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après sa victoire sur Maxence en 312 apr. J.-C., Constantin fait son entrée à Rome, dans une ville fortement marquée par l’action urbanistique de son rival. Pour imposer son pouvoir, Constantin lance donc des travaux d’envergure, à la fois au cœur politique de Rome, avec l’achèvement de la basilica noua et l’érection de l’arc triomphal, et dans la « périphérie », avec la mise en chantier des premières basiliques chrétiennes, en premier lieu celle du Latran. Mais Constantin ne réside pas longtemps à Rome ; il y fait de courts séjours uniquement, de quelques mois en 312-313 apr. J.-C., puis à nouveau en 315 apr. J.-C.1. Il faut donc avoir à l’esprit que ce sont des sénateurs qui furent vraisemblablement responsables du suivi des chantiers publics et de l’inauguration des monuments que sont l’arc et la basilica noua (avec la statue)2, le cas de la basilique du Latran étant différent3.

De ces chantiers, trois éléments relient directement Constantin à Trajan et Hadrien et permettent de pa...

Auteur

Université de Caen Normandie, HisTéMé EA 7455

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540