Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Deuxième partie. Discours, outils et pratiques du management environnemental

L′éco blanchiment comptable dans les rapports développement durable : une extension de la comptabilité créative

Bernard Christophe

Texte intégral

  • 1 Dans la mythologie grecque, Hermès est dieu de l′éloquence, du commerce, des voleurs et messagers (...)

1L′éco blanchiment (greenwashing pour les anglo-saxons) est un mode de communication qui laisse croire qu′une entreprise fait beaucoup en matière de protection de l′environnement alors que ce n′est pas le cas ; la communication travestit la réalité. En comptabilité financière traditionnelle, on aime également à travestir la réalité en faisant ce que l′on appelle de la comptabilité créative (window dressing). Cette comptabilité créative existe car, la comptabilité, pour reprendre la classification de Boltanski et Thévenet (1991) appartient à la cité civique : la comptabilité est « algèbre du droit » (Garnier 1947) ; mais elle appartient aussi à la cité marchande : un beau bilan se vend bien auprès des investisseurs ou des banques et cela rapporte (une bonne notation financière c′est la possibilité d′emprunter sur le marché à un coût moindre). Rappelons que cette comptabilité créative reste normalement dans les limites légales ; Hermès, pour les comptables est dieu des commerçants mais pas des voleurs.1

2La comptabilité à partir des années 70, a étendu son champ d′observation et de recueil de l′information. Ainsi est née la comptabilité verte. L′existence de la créativité comptable dans le cadre de la comptabilité financière et l′existence de l′éco blanchiment dans le cadre de la communication environnementale, nous conduisent à penser que la comptabilité verte (qui n′est jamais que de l′information environnementale produite en faisant appel à des procédures que l′on peut qualifier de comptables) pourrait faire, elle aussi, l′objet d′un éco blanchiment.

3Après avoir, dans une première partie, retracé brièvement l′histoire de la comptabilité verte, nous examinerons, dans une deuxième partie, à travers l′étude des rapports développement durable, comment la comptabilité environnementale est passée de l′information à un mode de communication qui ressemble, par certains aspects, à de l′éco blanchiment.

I. La comptabilité verte : de la naissance à l′âge adulte

4Avatar ultime d′une réflexion des spécialistes de la comptabilité nationale, la comptabilité verte d′entreprise a su, comme communicante, être autonome et monter dans le train du développement durable.

1. 1. Un peu d′histoire

5Les années 60 se caractérisent par une réflexion sur le rôle informationnel de la comptabilité nationale et la valeur de l′indicateur économique que constituait le taux de croissance du PIB. Dans les années 70, les comptables d′entreprise se mettent aussi à l′heure écologique. L′article de J. E. Parker « Accounting and ecology » paru en 1971 dans The Journal of Accountancy constitue, d′une certaine manière, le point de départ officiel de la prise en compte, par les comptables, des conséquences écologiques de l′activité de l′entreprise.

6Ces essais de verdissement de la comptabilité sont le fait, d′un côté d′individualités (Linowes, Abt), de l′autre d′organismes officiels l′AICPA (1977) ou le CNC (1980). À cette période de réflexion, riche, des années 70 succède, dans les années 80, une apparente léthargie de la pensée écologique de l′entreprise. Replacé dans l′époque, cet abandon relatif des préoccupations environnementales s′explique. La fin des trente glorieuses (1945-1975) a engendré une augmentation très importante du chômage à la fin des années 70. La priorité est devenue « retrouver le plein emploi », et peu importe si cela doit se faire au détriment de la sauvegarde de l′environnement.

7Pourtant, quand arrivent les années 90, on assiste à une explosion de ce que l′on va appeler « les rapports environnement ». Ce phénomène a deux origines.

  • 2 L′accident de Bhopal aurait fait officiellement 3 500 morts, près de dix fois plus selon diverses (...)

8D′une part, après dix ans de lutte, sans succès, pour résorber le chômage, on se dit que puisque l′on a échoué à résoudre ce problème, pourquoi ne pas s′attaquer à d′autres problèmes comme la sauvegarde de l′environnement. D′autre part, durant les années 80 on a pu assister à des accidents écologiques majeurs. Si l′on pense immédiatement à Tchernobyl en 1986, il ne faut pas oublier que ce sont surtout des catastrophes importantes dans l′industrie chimiques qui caractérisent cette décennie. Bhopal en Inde en 19842, la pollution du Rhin suite à un incendie dans un entrepôt du groupe Sandoz en 1986. Quant à la catastrophe de Seveso, si elle a eu lieu en 1976, c′est surtout entre 1983 et 1986 que l′on en parle le plus (depuis le début du procès jusqu′au rapport final). Les industries chimiques ont mauvaise presse. Leurs dirigeants éprouvent le besoin de redorer leur blason. Ce n′est donc pas un hasard si ce sont elles qui se lancent les premières dans la publication de rapports environnement (encouragées en cela par les organisations professionnelles comme le syndicat européen des industries chimiques). Bientôt, elles seront imitées par d′autres secteurs industriels (l′énergie, l′automobile,…) puis par des groupes du secteur tertiaire. La boucle est bouclée lorsqu′au début des années 2000, une législation environnementale apparaît (loi NRE et son article 116 en France, et directive européenne). Les entreprises cotées doivent, dans leur rapport annuel, donner un certain nombre d′informations à caractère environnemental.

9Mais si l′on a pu, aussi facilement, au début des années 2000, légiférer sur la publication d′informations à caractère environnemental, c′est d′abord parce qu′une sorte de « pré-normalisation » de l′information avait eu lieu au cours des années 90. Une normalisation un peu particulière sur laquelle il convient de s′arrêter.

1. 2. Le marché et la normalisation comptable

10Habituellement, la normalisation comptable est le fait des organismes de normalisation tels : aux États-Unis le FASB, en France le CNC devenu depuis 2009 l′ANC ou sur le plan international l′IASC. Que des organismes de normalisation normalisent, quoi de plus logique.

11Généralement, une nouvelle norme prend forme, peu à peu, à travers la procédure de l′exposé sondage (exposure draft) en suivant les étapes suivantes. Les organismes de normalisation font des propositions de normes qui sont soumises aux intéressés qui devront les appliquer (ou lire les états financiers les contenant). Ils peuvent faire des remarques, voire proposer des amendements. Dans les années 70, certains organismes de normalisation avaient tenté d′imposer l′idée de rendre obligatoire la production d′un bilan environnement dans les entreprises, ils s′étaient heurtés à un refus des organisations professionnelles. La normalisation comptable environnementale va pourtant rattraper les entreprises, mais d′une manière qui leur est familière : à travers le marché.

  • 3 Si l′on compare les rapports environnements 19921993 de deux grands chimistes européens, Solvay et (...)

12Quand les entreprises du secteur de la chimie commencent à publier leur premier rapport environnement, la présentation, dans ses grandes lignes, est la même. Cette standardisation résulte du fait que les entreprises, pour préparer ces rapports, ont utilisé l′existant, à savoir : un certains nombres de documents administratifs relatifs à la pollution de l′eau ou de l′air qu′elles doivent renseigner chaque année. Mais on constate quand même d′assez grandes disparités lorsqu′il s′agit de créer, par exemple, des indices synthétiques3. La véritable normalisation va résulter de la convergence de volontés (d′intérêts bien compris).

  • 4 Il convient de relativiser cette normalisation dans la mesure où les commissaires aux comptes, lor (...)

13Nous avons deux grandes catégories d′acteurs sur le marché de la comptabilité environnementale : les institutions publiques et les cabinets de conseil ou d′audit. Les premiers rêvent d′entreprises plus vertueuses en matière d′environnement, les seconds cherchent à se créer de nouveaux marchés pour augmenter leur chiffre d′affaires. En résumé, le scénario suivant va se dérouler (Christophe 2000). D′un côté, des « agences » se mettent à noter les rapports environnement publiés. Leur objectif, à terme, est de pouvoir donner des conseils (payants) en matière de publication de rapport (si vous voulez avoir une bonne note, faites appel à nous). De l′autre, les Nations unies émettent des recommandations en matière de publication d′informations environnementales. En Europe, le lien entre organisations publiques (l′ONU principalement) et cabinets privés va se faire par l′entremise d′un troisième acteur : les organisations comptables professionnelles. Aux États-Unis, un processus proche verra le jour à travers le Global Reporting Initiative GRI). Les organisations professionnelles européennes (sous l′impulsion de l′ordre des experts-comptables Anglais et Gallois) vont créer un prix du meilleur rapport environnement. La sélection des « nominés » nationaux s′opère sur la base de critères empruntés aux agences de notation. Les agences de notation se réfèrent, elles-mêmes, à chaque fois qu′elles le peuvent, aux recommandations de l′ONU pour justifier leurs choix méthodologiques. Le message est clair, si vous voulez être lauréat (ou même seulement nominé) du prix du meilleur rapport environnement, conformez vous aux règles d′évaluation et de présentation qui servent à la sélection. Si chaque entreprise se conforme à cette logique, on aboutit à une normalisation de l′information. Le résultat final est donc bien une normalisation comptable fondée sur le marché (je dois imiter les autres et me fondre dans un certain cadre standard si je veux démontrer à mes lecteurs potentiels que je communique correctement sur l′environnement). Quand cette normalisation volontaire est faite, il devient alors facile de normaliser officiellement4. Mais tandis que l′Europe se focalise sur les rapports environnements, aux États-Unis, sous la pression du GRI, le rapport environnement devient le rapport développement durable.

1. 3. Le besoin de parler développement durable :

14Depuis 1987 et le fameux rapport Brundtland, on connaît la notion de développement durable. C′est la rencontre de trois objectifs que l′entreprise doit atteindre de manière concomitante : économique (l′entreprise doit être rentable et faire des profits), environnemental (l′entreprise doit être soucieuse de protéger l′environnement, c′est l′avenir de la planète qui est en jeu) et social (l′activité de l′entreprise doit aussi concourir au bien-être matériel et moral de ceux qui y travaillent – le personnel).

15Les entreprises ont déjà l′obligation d′établir des rapports financiers (avec bilan et compte de résultats), elles exposent donc, déjà, le volet économique du développement durable. Il ne leur reste alors qu′à communiquer sur des deux autres volets, le social et l′environnemental ; ce sera l′objet du rapport développement durable (en cela plus complet que l′ancien rapport environnement qui ne donnait que des informations environnementales).

16Dans certains pays où les entreprises sont déjà tenues de publier des informations sociales (la France, par exemple, avec son bilan social), ce rapport développement durable est quasi fait. Il suffira d′agréger au rapport environnement un certain nombre d′informations sociales publiées par ailleurs.

17Le début du troisième millénaire semble, pour ce qui concerne la normalisation de la comptabilité environnementale, s′ouvrir sous les meilleurs auspices. Mais, ne l′oublions pas, la comptabilité financière, comme outil d′information, peut faire l′objet de manipulations par le biais de la comptabilité créative. Ce risque existe aussi pour la comptabilité environnementale quand l′information devient trop communicative.

2. L′information comptable aux mains des communicants

  • 5 Le prix Pinocchio, organisé par une entité privée « Les amis de la Terre », a pour objectif de dén (...)

18L′éco blanchiment a pour objet de « donner une aura écologique à des entreprises ou des produits qui ne le sont pas », éco blanchir c′est d′abord beaucoup communiqué sur peu de choses, on peut donner comme exemple EDF « Lauréat » du prix Pinocchio 20095.

19On imagine mal que dans les rapports développement durable nul ne succombe à la tentation de l′éco blanchiment par manipulation de l′information.

20Quand l′entreprise éco blanchit, elle se blanchit à l′égard de ses parties prenantes enclines à lui faire des reproches. Le rapport développement durable est l′occasion de communiquer au même titre que les sites internet (Abdelaoui 2009). À la lecture des rapports développement durable, on retrouve une constante caractérisant l′éco blanchiment comptable, à savoir : la manipulation des chiffres, imitant en cela la créativité comptable. La comptabilité créative manipule le temps, l′éco blanchiment comptable va manipuler l′espace et pécher par omission avec toujours le souci d′une certaine légitimité (on trouve par exemple des références fréquentes à l′ADEME).

2. 1. La manipulation géographique

  • 6 Source L. Torchaux EDF.
  • 7 En 2007, l′industrie automobile française réalisait 61,1 % de son chiffre d′affaires à l′exportati (...)

21Le premier exemple tiré des rapports développement durable concerne la voiture électrique. Celle-ci est souvent présentée par les constructeurs automobiles comme le véhicule présentant un niveau d′émission de CO2 très bas, on va même parfois jusqu′à parler de « zéro émission ». En fait, on sait que la construction de la voiture est, elle-même, source d′émissions de CO2, on ne peut donc pas vraiment parler de zéro émission à cela s′ajoute la consommation d′électricité tout de même source d′émission. Du moins, pour un pays comme la France, pourrait-on faire remarquer que globalement, le fait d′avoir des centrales nucléaires réduit fortement les émissions de CO2 (on exclut d′évoquer ici les problèmes environnementaux que peut poser la gestion des déchets nucléaires). Mais ce qui est vrai en France l′est beaucoup moins lorsque l′on dépasse les frontières de l′hexagone. Il ressort d′une étude publiée par EDF6 que, comparée à une émission moyenne de 140 à 210 éq. CO2 g/km pour un véhicule diesel ou essence, la voiture électrique émettait 15 à 20 éq. CO2 g/km en France mais 90 à 110 en Europe et 120 à 140 sur l′ensemble du monde. De nombreuses centrales électriques fonctionnant au charbon ou au gaz, le gain (zéro émission lorsque le véhicule roule) est annulé par les émissions produites lors de la production de l′électricité. Or, si l′on prend les constructeurs automobiles français, on constate qu′ils produisent plus de la moitié de leurs véhicules pour les marchés étrangers7. Le zéro émission demande donc à être revu à la hausse.

22Le deuxième exemple sera également pris dans le secteur automobile. La société PSA (Peugeot, Citroën) nous indique dans son rapport développement durable que le taux moyen d′émission de ses véhicules vendu en Europe est de 140 g de CO2 en moyenne. Le rapport développement durable indique d′ailleurs, modèle par modèle, les émissions de CO2. Mais, quand on lit, en détail, ce rapport développement durable, on trouve, à la page production, parmi les modèles fabriqués, un peu plus de 200 000 « 405 » produites chaque année. Alors qu′il n′est pas fait mention de la 405 lorsque l′on a le détail des émissions de CO2 par modèle, et pour cause ; ce modèle n′est plus produit en France depuis… 1994 mais il est toujours fabriqué par le deuxième constructeur automobile iranien. On voit donc que PSA s′exonère des émissions de la 405 (on peut imaginer que la 405 est moins performante écologiquement que les modèles récents) en considérant qu′ils ne sont plus les fabricants et que c′est hors Europe. On assiste donc à une définition du périmètre du groupe PSA à géométrie variable. Quand il s′agit de parler de la production du groupe, il s′agit de production mondiale on inclut les 405, cela renforce l′image de PSA grand constructeur. Lorsqu′il s′agit d′émission de CO2, on exclut la 405 (produite et vendue hors Europe), cela ferait augmenter le taux moyen d′émission de CO2 par véhicule et ternirait l′image de Peugeot soucieux de protection de l′environnement.

23Ces exemples de manipulation géographiques ont un lien avec la notion d′omission. Certaines informations sont carrément des manipulations (mensonges ?) par omission.

2. 2. La désinformation par omission

24Nous prendrons cette fois, pour exemple, le domaine du transport aérien. Même si les compagnies aériennes n′ont de cesse de nous rappeler que le trafic aérien ne représente actuellement que 2 % des émissions globales de CO2, le fait de voyager systématiquement en avion est stigmatisé. Les compagnies aériennes éprouvent donc le besoin de se justifier (un peu comme les chimistes des années 80). Cela aboutit à une communication volontairement très environnementaliste, mais dont la teneur est discutable.

  • 8 Il n′est pas question, ici, de dénier aux entreprises le droit de communiquer et de faire état de (...)
  • 9 À se demander s′il ne faudrait pas un nouveau Luther pour traiter de ce problème des indulgences.

25Analysons le rapport développement durable 2009-2010 d′Air France-KLM. La compagnie réaffirme son souci de protéger l′environnement et indique qu′il y a une réduction de ses émissions de CO2. Mais il s′agit d′une réduction par km-passager, le nombre de passagers (et les distances parcourues) augmentant, on a globalement une augmentation des émissions de CO2. Entre 2001 et 2008, le trafic a augmenté de 30 % et les émissions de CO2 de 18 %. Si en 2009, la crise a entraîné une baisse du trafic d′environ 10 %, les émissions de CO2 restent supérieures de 6 % à celles de 2001 (graphique page 22 du rapport développement durable). Ce graphique est à rapprocher de la page 20 du même rapport qui évoque les objectifs visés. Air France-KLM se fixe comme objectifs : moins 300 000 tonnes de CO2 d′ici 2012 et moins 600 000 d′ici 2020. La colonne à côté qui indique les réalisations 2009-2010 mentionne « 180 000 tonnes de CO2 évitées ». Le mot « évitées » a son importance. Ce n′est pas la même chose de réduire, en valeur absolue, ses émissions de CO2 et de les réduire en valeur relative en les évitant (l′évitement n′empêche pas la croissance des émissions de CO2 en chiffres absolus)8. Et pour les voyageurs potentiels qui hésiteraient encore à prendre l′avion, Air France KLM propose de « s′acheter » une bonne conscience en versant à une association caritative une somme d′argent qui sera utilisée pour lutter contre la déforestation. Le voyageur calcule les montant des émissions de CO2 liés à son voyage, ensuite il paie proportionnellement à ses émissions. Pour un voyage d′environ 20 000 km il en coûte un peu moins de 40 € qui seront versés à l′association caritative. L′opération est louable, mais la tonne de CO2 est évaluée à 20 €, or, on sait que ce prix est inférieur au véritable prix à payer. Le rapport Rocard ne préconisait-il pas un prix de 32 € la tonne en laissant entendre qu′à terme c′est 100 € la tonne qui serait un prix satisfaisant. Faire payer 40 € comparé au prix d′un billet qui permet de faire 20 000 km (même en « low cost »), c′est, implicitement, laisser entendre que le problème environnemental n′est pas si prégnant puisque ça coûte si peu cher9.

26Dernière remarque sur ce rapport développement durable Air France-KLM. Page 17, on peut y lire que la compagnie favorise les recherches sur « le biokérosène respectueux de l′environnement et du développement économique et social » ; trois remarques peuvent être faites.

  1. Air France-KLM continue de parler de biocarburant alors que c′est le terme d′agro carburant qui est généralement usité. Si on a décidé d′abandonner le terme biocarburant, c′est d′abord parce que son caractère pro environnemental est loin d′être prouvé (les intrants dans le cadre des agro ressources ne sont pas neutres d′un point de vue environnemental).
  2. Actuellement, on considère que les agro carburants constitueront plus une force d′appoint qu′une panacée en matière d′énergie. Or, dans ses projections vers le futur (horizon 2050), Air France-KLM considère que « les carburants alternatifs à faible empreinte carbone » contribueront, pour plus de la moitié à la fourniture de carburants (page 23 du rapport).
  3. On se focalise sur les problèmes de pollution mais il n′est fait, nulle part, mention de la raréfaction du pétrole à terme (une raréfaction que ne compenseront pas les énergies de remplacement, le pic de Hubbert arrivant très vite).

27Ce besoin de « dédouaner » le consommateur peut s′avérer extrêmement dangereux. Je prendrai un exemple qui n′apparaît pas dans un rapport développement durable mais qui aurait pu s′y trouver au nom de cette logique de dédouanement. Il s′agit de la FNAC. Cette société a créée ce qu′elle appelle un indice carbone concernant les téléviseurs. Elle indique pour chaque téléviseur sa qualité environnementale à l′aide de feuilles vertes. Plus un téléviseur a de feuilles plus il est écologique. On notera que pour montrer le sérieux de ses engagements, la FNAC fait référence aux études de l′ADEME en matière d′empreinte de CO2 des téléviseurs. Là où le bât blesse, c′est que l′étude de l′ADEME parle de gramme équivalent CO2 émis, alors que la FNAC, pour « effeuiller » ses téléviseurs divise cette norme ADEME par la taille du téléviseur (la diagonale de l′écran). En pratiquant ainsi, la FNAC en vient à décerner 3 feuilles à un téléviseur qui consomme 125W et deux feuilles à un autre (plus petit) qui consomme 60W (cela revient à diviser le volume des émissions de CO2 des 4X4 par leur poids pour les rendre comparables aux petites cylindrées). L′exemple de la FNAC est dangereux à deux égards :

  • Il y a manifestement une information mensongère qui est donnée10.
  • Il y la volonté de déculpabiliser le consommateur et de le « déconscientiser ». En effet, même si la fabrication d′un téléviseur par rapport à la consommation de Watts durant son utilisation peut varier d′un téléviseur à l′autre, en première approximation, la puissance du téléviseur est un bon indicateur d′émission de CO2 (même avec l′énergie nucléaire). Une information appropriée consisterait donc à mettre sur les panneaux de présentation des modèles en magasin, la puissance et la consommation en veille (en attendant de supprimer les veilles ?)11. Mais dans ce cas on risque de vendre moins de gros téléviseurs…

Conclusion

28Cette approche critique de l′information environnementale n′a pas pour objet de nier l′intérêt des rapports développement durable et les efforts réalisés par les entreprises en matière d′environnement. Elle a juste pour ambition d′apprendre à lire ces rapports entre les lignes pour former son jugement, tout comme on le fait lorsque l′on a entre les mains un rapport financier traditionnel. La comptabilité créative existe, mais les entreprises continuent de produire des bilans comptables toujours intéressants d′un point de vue informationnel ; alors l′éco blanchiment ne signifie pas la fin des rapports développement durable, mais la vigilance doit être la règle.

Bibliographie

Bibliographie

Abdellaoui, Abida. Afef., Management de la réputation sociétale via les sites web corporate : entre monologue et dialogue, Thèse de sciences de gestion, 2009.

Air France-KLM, Rapport développement durable 2009-2010.

Boltanski, Luc, Thévenot, Laurent., De la justification, les économies de la grandeur, NRF essais, Gallimard, 1991.

Christophe. Bernard., « Brève histoire du rapport environnement… ou comment s′installe la norme », Revue française de comptabilité, juillet-août 2000.

Garnier. Pierre., La comptabilité, algèbre du droit et outil d′analyse économique, Thèse 1947.

Groupe PSA, Rapport développement durable 2008.

Notes

1 Dans la mythologie grecque, Hermès est dieu de l′éloquence, du commerce, des voleurs et messagers des dieux.

2 L′accident de Bhopal aurait fait officiellement 3 500 morts, près de dix fois plus selon diverses associations.

3 Si l′on compare les rapports environnements 19921993 de deux grands chimistes européens, Solvay et Rhône Poulenc, on constate, dans la présentation des indices synthétiques, l′utilisation de coefficients de pondération très différents. Ainsi, pour construire son indice synthétique Eau, Solvay retient un coefficient de 0,1 pour la DCO (demande chimique en oxygène), un coefficient de 1 pour le phosphore et un coefficient de 0,1 pour l′azote alors que Rhône Poulenc retient respectivement 1,05 et 1.

4 Il convient de relativiser cette normalisation dans la mesure où les commissaires aux comptes, lorsqu′ils délivrent une certification dans un rapport environnement, ne certifient pas l′ensemble du rapport mais seulement les calculs d′indices synthétiques. De plus, ils certifient que l′entreprise s′est bien conformée aux méthodes de calcul qu′elle a décrites mais ils ne se prononcent pas sur la validité de la méthode de calcul employée par l′entreprise.

5 Le prix Pinocchio, organisé par une entité privée « Les amis de la Terre », a pour objectif de dénoncer les entreprises les plus menteuses en matière de développement durable. Trois prix sont décernés : un prix « droits humains », un prix « environnement », un prix « Greenwashing ». EDF « lauréat » du prix Greenwasching 2009 avait lancé une campagne de publicité « Changer d′énergie ensemble » alors que son budget recherche consacré aux énergies renouvelables représentait une très petite part de l′ensemble de son budget de recherche (1 à 2%), et d′un montant faible au point d′être inférieur au coût de la campagne publicitaire.

6 Source L. Torchaux EDF.

7 En 2007, l′industrie automobile française réalisait 61,1 % de son chiffre d′affaires à l′exportation (source FIEV, CCFA).

8 Il n′est pas question, ici, de dénier aux entreprises le droit de communiquer et de faire état de progrès techniques; mais le discours qui mélange valeur relative et valeur absolue, ne doit pas nous faire oublier qu′en 2050 l′objectif (minimum) à atteindre c′est une division par 4 des émissions de CO² en valeur absolue.

9 À se demander s′il ne faudrait pas un nouveau Luther pour traiter de ce problème des indulgences.

10 Le mensonge par omission aux fins d′orienter les choix du consommateur (et de le déculpabiliser) n′est pas nouveau en soi. Dans les années 50, on pouvait voir écrit sur les calendriers offerts par certains marchands de « vins, bois, charbon » cette phrase attribuée à Pasteur « Le vin est la plus hygiénique des boissons ». Il semblerait que celui-ci ait, en fait, écrit « Le vin est la plus hygiénique des boissons alcoolisées ». Cet affichage serait conforme à l′esprit du Grenelle II de l′environnement à propos de l′obligation légale d′affichage environnemental des produits de grande consommation (loi n ° 2010-788 du 12 juillet 2010, portant engagement national pour l′environnement).

11 Pour lire entre les lignes un rapport financier traditionnel, on se penche souvent sur les annexes pour y retrouver des informations qui pourraient laisser à penser que l′entreprise a fait, par exemple, de la comptabilité créative.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search