Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Les « amphores hadriennes ». Mémoires juives des empereurs Trajan et Hadrien

Christophe Batsch

Résumé

Cet article s’efforce d’établir que la mémoire juive, telle qu’elle apparaît dans les traités du Talmud, n’opère pas de distinction fondamentale entre les figures des empereurs Trajan et Hadrien. Les soulèvements juifs de 114 sous Trajan et de 132 sous Hadrien, considérés comme des épisodes distincts par l’historiographie classique, y sont présentés comme un seul et même mouvement de révolte du judaïsme judéen et diasporique contre les mesures dont la religion était alors la victime. Cette représentation, quoiqu’assez peu fondée historiquement, privilégie la mémoire d’un long « temps des persécutions » qui ne prend fin qu’à l’époque de l’empereur Antonin.

This paper aims to establish that Jewish memory, as it appears in Talmudic treatises, makes no fundamental distinction between the two emperors Trajan and Hadrian. The Jewish uprisings in 114 under Trajan’s reign, and in 132 under Hadrian’s, which are perceived as two different events by classical history, appear to be conceived in Talmudic writings as a sole and unique episode, a Jewish rebellion, both Judean and diasporic, against steps taken to forbid Jewish religious practices. This representation, although not historically based, emphasizes the memory of a long “time of persecutions” which only ends with the reign of emperor Antoninus Pius.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le traité du Talmud1 consacré aux rapports entre Juifs et non-Juifs (Aboda Zarah), figure entre autres cette liste d’interdits : « Sont interdits, d’usage comme de profit, les objets suivants ayant appartenu à des païens : le vin, le vinaigre tiré du vin, les amphores hadriennes, les peaux [animales] percées à l’emplacement du cœur » (M Aboda Zarah II 3). On comprend que la catégorie visée par ces interdits est celle des offrandes faites aux dieux païens, d’où découlerait le risque de participer à des pratiques idolâtres : vin et vinaigre renvoient aux libations ; les peaux découpées à l’emplacement du cœur aux sacrifices sanglants et aux pratiques divinatoires.

Que viennent faire alors dans cette liste les amphores « hadriennes » ?

Le commentaire et la discussion rabbinique, qui suivent ce passage, explorent la licéité d’utiliser divers types de récipients (cruches, amphores, gourdes, bouteilles, tonneaux, etc.) ayant transporté le vin des païens, après qu’ils ont cessé d’être e...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540