Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Deuxième partie. Discours, outils et pratiques du management environnemental

De la notion d′agriculture durable : essai de typologie des philosophies utilisées appliquée à la comptabilité

Yulia Altukhova

Texte intégral

Introduction

1Aujourd′hui, l′attention de la société russe, des entreprises et de l′État, aux aspects environnementaux et sociaux des processus économiques s′accroît sans cesse. Il existe beaucoup de publications concernant le développement durable et la sécurité écologique de la production, mais ces concepts sont souvent dénués d′application concrète, notamment en ce qui concerne le domaine agricole. Il est clair que les organisations polluant l′environnement et portant atteinte à la santé ou aux biens de l′homme, doivent présenter des informations concernant leurs activités. Cependant, il n′existe pas encore de méthodologies, ni de normes comptables universellement admises, concernant l′impact de l′entreprise sur l′environnement.

2Ces dernières années, l′opinion s′est développée selon laquelle l′impact de l′agriculture sur l′environnement est moindre que celui des entreprises industrielles. Néanmoins, les résultats scientifiques prouvent l′inverse (Goloubiev et Sannikov, 1999). Si on ne tient pas compte des conséquences écologiques de la production en agriculture, la quantité d′humus dans la couche arable diminuera considérablement. De grandes surfaces sont exposées à l′érosion du sol par le vent et l′eau. Beaucoup de pâturages sont détruits à cause du pacage incontrôlé du bétail. De même, la baisse de la production agricole dans les dernières années n′a pas eu pour corollaire une réduction de l′impact négatif sur l′environnement.

3L′ingénieur-agronome Gérard Kafadaroff (2008) l′a bien remarqué : « Certaines pratiques agricoles sont une source de perturbations profondes pour l′environnement. Elles sont en partie la cause de la régression de la biodiversité du fait de la fragmentation des écosystèmes, de la contamination des eaux et des sols par les intrants (pesticides, nitrates, etc), et enfin de la baisse de niveau de certaines nappes phréatiques, baisse liée à un arrosage abusif. Partout, y compris en Europe, l′utilisation de l′eau des nappes phréatiques s′accroît alors que leur capacité de renouvellement va decrescendo ». Ainsi, l′agriculture est confrontée à des enjeux environnementaux majeurs.

4De fait, la situation difficile des producteurs ruraux sur le plan économique a causé un manque d′attention aux problèmes écologiques. Les systèmes naturels ne peuvent donc plus s′auto-restaurer, ce qui influence le développement économique et social de l′espace. De plus, les évolutions démographiques ont amené à la décroissance de la population agricole dans le milieu rural. Comme l′indiquent les auteurs du livre Accompagner des groupes vers l′agriculture durable, « des espaces, banalisés ou abandonnés par l′agriculture, deviennent le support de nouvelles activités (comme celles de loisirs). De nouveaux acteurs interviennent, parfois porteurs de légitimités différentes de celles des agriculteurs ».

5Pour prendre en compte tous ces enjeux et tendances, un nouveau modèle du développement est discuté, celui du développement durable. Dès lors, la notion de l′agriculture durable est devenue courante dans les débats des scientifiques, des praticiens, des régulateurs, de la société en général. Pourtant, il n′existe pas encore de définition universellement admise concernant ce concept. En outre, la régulation de l′activité écologique et sociale, les normes écologiques de plus en plus strictes, la concurrence, les impôts liés à l′environnement, – tous ces facteurs causent des charges et des engagements nouveaux qui, à leur tour, influent sur le positionnement, la situation économique des exploitations et, par conséquent, sur l′information publiée par ces entreprises. Ainsi, la comptabilité environnementale devrait permettre au management de l′entreprise aussi qu′au grand public d′obtenir l′information nécessaire à la gestion de l′environnement et à la prise des décisions d′investissement.

6Il convient de rappeler également que le resserrement des liens économiques entre tous les pays est une des tendances principales de notre époque. Cela explique l′importance des systèmes internationaux de comptabilité et d′une manière plus générale de gestion ; néanmoins, il subsiste des normes nationales qui adaptent les recommandations des organisations professionnelles supra nationales (principe des directives européennes). Il convient d′étudier et de comparer les différentes approches existantes à la définition du développement durable en agriculture, compte tenu des particularités de ce secteur, ainsi que les expériences comptables française et russe dans le contexte du développement durable.

7En premier lieu, les conditions actuelles de la transition de la Russie de la planification centralisée à l′économie de marché appellent des comparaisons internationales (Tkatch and Tkatch, 1991). Ainsi, en France, la comptabilité nationale est organisée de manière à ce que son utilisation soit efficace au niveau macroéconomique, ainsi qu′au niveau des entreprises de différentes branches spécialisées. De plus, le plan comptable français, comme son équivalent russe, a une organisation méthodologique stricte et efficace (Sokolov et al., 2005). Par ailleurs, en France, le gouvernement joue un grand rôle dans la régularisation économique ; il existe un droit administratif, financier, comptable, social, familial, rural, commercial... Cela augmente l′intérêt qu′il y a à faire une analyse comparative des méthodes françaises et russes de gestion, et notamment de comptabilité.

8C′est pourquoi, nous nous sommes fixés comme objectifs d′aborder le sujet de l′analyse comparative de la comptabilité agricole dans le contexte du développement durable. Notamment celui de comparer et de caractériser le développement des systèmes d′indicateurs physiques et comptables agricoles de France et de Russie, en liaison avec le changement des modes de gouvernance au profit du développement durable, tout en cherchant à vérifier s′il peut y avoir des solutions théoriques et techniques identiques.

9Pour répondre à cet objectif, nous présenterons, tout d′abord, les différentes définitions du développement durable et essayerons de les systématiser. Par la suite, nous proposerons une typologie des principaux concepts utilisés pour définir et caractériser l′agriculture durable. Enfin, nous traiterons du développement des systèmes comptables agricoles.

Le concept de développement durable

10Actuellement, on parle de plus en plus du développement durable. Pourtant, une revue de littérature révèle un certain flou quant à la définition de ce concept qui est souvent dénué d′application concrète. De nombreux auteurs s′accordent sur ce fait (Kafadaroff, 2008 ; Leshinskaya et al., 2005 ; Popkova, 2004). La définition la plus populaire et citée est celle issue du rapport Brundtland du 1987 : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (WCED, 1987). Il s′agit de définir des schémas qui concilient les trois « piliers » suivants des activités humaines : économique, social, et environnemental.

11Mais cette définition reste floue. D′autres définitions, qui reflètent les optiques faible et forte de durabilité, nous semblent plus pertinentes que celle déjà citée.

  • 1 « … the current generation is always entitled to take as much out of the common inter-temporal poo (...)

12La définition de Solow (1986) qui traduit le développement durable comme une obligation de nous conduire de façon à laisser aux futures générations l′option ou la capacité d′être aussi bien que nous1, est un exemple de durabilité « faible ». On considère que la perte de capital naturel doit être équilibrée par la création de nouveaux capitaux de valeur au moins égale. Cette optique suppose que le capital naturel et le capital artificiel (man-made capital) sont des substituts. Cette approche est adoptée par la plupart des économistes néo-classiques.

  • 2 « The most obvious principle of sustainable development is that renewable resources should be expl (...)
  • 3 « Only with constant costs will the biological yield maximum coincide with the economic profit max (...)

13Le modèle « fort » de durabilité a été défini par Daly (1991). À l′opposé de la durabilité faible, le capital naturel et le capital artificiel ne sont pas substituables l′un à l′autre mais complémentaires. Selon cette optique, le principe le plus évident du développement durable est que « les ressources renouvelables doivent être exploitées sur une base de rendement durable »2 (Daly, 1991, p. 252-253). Ainsi, il ne faut jamais réduire le stock de capital naturel en dessous d′un niveau qui génère un rendement durable, à moins que de bons substituts soient en fait disponibles pour les services créés. Ce capital naturel critique doit être préservé en toutes circonstances (Daly, 1991). Les systèmes naturels doivent être maintenus autant que possible. De plus, le rendement durable – quand on assiste à l′augmentation de croissance annuelle grâce au prélèvement annuel des ressources renouvelables – n′est possible qu′à la condition qu′existe un investissement de maintien et de restauration : « Le rendement biologique maximum coïncidera avec le profit économique maximum seulement avec les coûts constants »3. L′approche de durabilité forte est adoptée par la plupart des économistes environnementaux.

14En se basant sur les propositions de Daly (1991), Bobylev et Hodjaëv (2003), Solow (1986) et sur la classification de Richard (2010), nous proposons de distinguer trois optiques de développement durable :

  • Développement durable « technogène » avec la conservation non systématique du capital naturel,
  • Développement durable avec la conservation systématique du capital naturel selon l′optique de « durabilité faible »,
  • Développement durable avec la conservation systématique du capital naturel selon l′optique de « durabilité forte ».

15Ceci peut être illustré par le tableau 1.

Tableau 1. Trois optiques du développement durable

Optiques Critères

Développement durable technogène

Durabilité faible

Durabilité forte

Mode de conservation de capital naturel

non systématique

systématique

systématique

Élaboration par des scientifiques du système de seuils physiques environnementaux

n′est pas évoquée

n′est pas indiquée

est nécessaire

16Ainsi, le critère qui distingue le développement durable technogène des deux autres optiques est le mode de conservation du capital naturel. Dans le premier cas, il n′est pas systématique. C′est seulement les défenseurs de l′optique de durabilité forte qui préconisent la nécessité d′établir des seuils physiques environnementaux (par exemple, la fertilité des sols, le niveau des nappes phréatiques, etc.) par les scientifiques, caractérisant le niveau minimum du capital naturel qui doit être préservé – le capital naturel critique.

Le développement durable en agriculture

17Avant de traiter du développement durable en agriculture, il faut rappeler d′abord les caractéristiques de l′activité agricole. Le rôle de ce secteur consiste à produire des aliments et des matières agricoles sur la base des processus naturels de production.

18Chichkine (1995) a généralisé les spécificités de l′agriculture :

  • En agriculture le moyen de production principal est le sol. La flore et la faune sont également utilisées.
  • Le sol est caractérisé par son étendue et son espace limité. C′est pourquoi la force de travail et les moyens de production sont concentrés sur de grands territoires. Ce fait explique la nécessité de déplacement des moyens de production et d′une meilleure infrastructure.
  • En agriculture il y a une interaction des processus économiques et naturels. La production dépend généralement des conditions climatiques.
  • L′agriculture a des particularités en division du travail et en spécialisation de production. Il existe toujours une ou deux branches principales qui sont combinées avec les branches complémentaires.
  • De multiples formes de propriété sont présentes en agriculture.

19Au plan mondial, de nombreux problèmes émergent, dont la forte croissance démographique : en 2050, la population mondiale devrait dépasser 9 milliards d′habitants contre 7 milliards à l′heure actuelle (IUCN ; Kafadaroff, 2008). Par ailleurs, les impératifs écologiques sont de plus en plus d′actualité. Dans ce contexte difficile, l′agriculture doit donc produire plus, moins cher, proposer des produits sûrs et de qualité, répondre à de nouveaux besoins de la société et réduire son impact sur l′environnement (Kafadaroff, 2008, p. 21-23).

20Pour répondre à ces objectifs elle devra changer ; le concept d′agriculture durable est proposé à ces fins. Il en existe différentes définitions. Ainsi, il faut distinguer « l′agriculture soutenable », ou « l′agriculture durable » – dont les définitions sont données par Caviglia (1999), Francis et Youngberg (1990), Harwood (1990), Landais (1998), l′Organisation des Nations unies pour l′agriculture et l′alimentation FAO, la Fédération Nationale des Centres d′Initiatives pour Valoriser l′Agriculture et le Milieu rural FNCIVAM, l′Organisation de coopération et de développement économiques OCDE – du référentiel de « l′agriculture raisonnée » validé par l′État français et promulgué par le Forum de l′agriculture raisonnée respectueuse de l′environnement (FARRE), du « développement rural » de la Politique Agricole Commune (PAC) et du « développement durable de l′agriculture » présenté par les auteurs russes (Belousov et al., 2005 ; Gordeev, 2007 ; Konovalov et al., 2009, etc). La désignation la plus utilisée en France et dans le monde entier est celle de l′agriculture durable ; en Russie, on parle de développement durable de l′agriculture.

21Dans ces définitions, on éprouve souvent des difficultés à voir des concepts opérationnels. En général, il s′agit de l′application à l′agriculture des principes du développement durable, notamment de la distinction de ses trois volets, dont l′intégration varie légèrement d′un organisme à l′autre, avec quelques compléments.

22Nous proposons ainsi une typologie de philosophies utilisées dans les définitions de l′agriculture durable selon les critères suivants :

  • les aspects de développement durable (écologique, économique, social,...),
  • les optiques de développement durable (développement durable technogène, durabilité faible et durabilité forte).
  • 4 « an agriculture that can evolve indefinitely toward greater human utility, greater efficiency of (...)

23Dans la plupart des cas, la définition de l′agriculture durable contient les trois piliers du développement durable, parfois avec un accent particulier mis sur un ou deux parmi eux. Comme il est indiqué dans le livre La méthode IDEA (2008), « en résonance avec le concept de développement durable, l′agriculture durable se définit comme une agriculture économiquement viable, écologiquement saine et socialement équitable » (Vilain et al., 2008). Selon Bonny (1994), cette définition consensuelle a été donnée par Francis et Youngberg (1990). Ces trois composantes sont également évoquées par Harwood (1990), selon lequel l′agriculture durable est « une agriculture capable d′évoluer indéfiniment vers une plus grande utilité pour l′Homme, vers une meilleure efficacité de l′emploi des ressources et vers un équilibre avec le milieu qui soit bénéfique à la fois pour l′homme et pour la plupart des autres espèces »4.

24Pourtant, dans cette dernière définition, la conservation systématique du capital naturel n′est pas indiquée, d′où on peut déduire que c′est une optique de développement technogène qui est suivie.

25Il nous faut considérer aussi le « développement rural », le deuxième pilier de la Politique Agricole Commune (PAC) de l′Union Européenne (Conseil européen de Berlin, 24-25 mars 1999, ayant émis le règlement du Conseil le 26 juin 1999, entré en vigueur le 1er janvier 2000), visant principalement à la promotion et à la protection de l′environnement en agriculture, contribuant ainsi au développement durable. La politique de développement rural de l′Union Européenne consiste également à exploiter tout le potentiel des zones rurales.

26Cette politique est financée partiellement par le budget central de l′Union Européenne et par les budgets nationaux ou régionaux des États membres (Commission européenne, 2008).

27Les règles fondamentales régissant la politique de développement rural pour la période 2007-2013 figurent dans le règlement (CE) n° 1698/2005 du Conseil. Selon ce règlement, la politique de développement rural pour 2007-2013 est axée sur les trois thèmes (ou « axes thématiques ») suivants :

  • amélioration de la compétitivité des secteurs agricole et forestier ;
  • amélioration de l′environnement et du paysage rural ;
  • amélioration de la qualité de vie en milieu rural et encouragement de la diversification de l′économie rurale »5.
  • 6 IUCN World Business Council for Sustainable Development. Agricultural ecosystems : Facts and Trend (...)

28Comme le résume bien Gerbet (2008), le développement rural se focalise sur le rôle multifonctionnel de l′agriculture, l′approche intégrée de l′économie rurale à travers le développement multisectoriel, la prise en compte de la dimension environnementale, une simplification de la réglementation dans un cadre unique et un financement assuré par les organismes garants. De cette manière, la PAC tend à la préservation systématique des ressources naturelles mais sans établir des seuils environnementaux, donc à la durabilité faible. C′est aussi la position du Conseil international d′affaires pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development, IUCN), selon lequel la « gestion agricole doit non seulement accroître encore la productivité des terres agricoles existantes pour répondre à la demande en adaptant les pratiques de bonne et efficace gestion, mais aussi englober les trois piliers de la durabilité »6 :

  • composante environnementale : maintenir la biodiversité et les services écosystémiques, soutenir l′agriculture productive, en évitant d′empiéter sur les écosystèmes naturels, gérer bien les ressources naturelles ;
  • composante sociale : former les populations saines avec les plus grandes chances de réaliser leur potentiel de développement, améliorer les moyens d′existence en fournissant des aliments, de la nourriture, des fibres et des combustibles de haute qualité ;
  • composante économique : fournir un revenu aux communautés rurales, augmenter la valeur de la production agricole dans toute la chaîne de valeur.

29Il est intéressant de noter que IUCN considère qu′il n′y a pas une solution unique et universellement applicable de gestion durable de l′agriculture, en l′expliquant par le fait que les pratiques agricoles dépendent de variables propres à chaque site, telles que climat, écologie, géographie, démographie, richesse et réglementation (IUCN).

30Cette position est aussi celle du syndicat français des Jeunes agriculteurs qui par « agriculture durable » entend « un développement agricole qui doit à la fois subvenir aux besoins présents de l′humanité et créer les conditions économiques, écologiques, territoriales, sociales et politiques nécessaires pour satisfaire ses besoins futurs, y compris ceux des paysans » (JA, 2007). Le syndicat propose de développer les recherches en « agriculture intégrée » : « L′objectif de l′agriculture intégrée est de produire de façon économiquement viable des produits de bonne qualité, respectueux de l′environnement et de la santé, avec des niveaux d′intrants réduits... L′agriculture doit elle-même rester diversifiée pour préserver les paysages et la biodiversité, contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique et garantir un aménagement harmonieux des zones rurales, avec des paysans nombreux sur l′ensemble des territoires » (Ib.). Cependant, ce syndicat insiste sur la nécessité de poursuivre les recherches en agriculture intégrée, « car les solutions ne sont pas généralisables facilement. Il faut en effet trouver des solutions pour chaque production sur chaque territoire (par exemple allongement des rotations, intégration de légumineuses dans les rotations, etc.) » (Ib.)

31Par ailleurs, l′attention est souvent focalisée sur deux composantes du développement durable, notamment des impératifs écologiques et économiques qu′il s′agit de concilier. Cette attitude est caractéristique de l′Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, 1992, 1993), selon laquelle, une agriculture durable contient quatre éléments : (i) un système de production viable au plan économique en son état actuel, (ii) la préservation et la valorisation des ressources naturelles de base de l′exploitation agricole, (iii) la préservation ou la valorisation d′autres écosystèmes affectés par les activités agricoles, (iv) la création d′un cadre naturel agréable et de qualités esthétiques.

32De même, l′Organisation des Nations unies pour l′agriculture et l′alimentation (FAO, 1990) met en exergue la préservation des ressources naturelles et l′utilisation des moyens économiquement viables : « Pour un développement durable, il faut aménager et conserver les ressources naturelles et orienter les changements techniques et institutionnels de manière à satisfaire les besoins des générations actuelles et futures. Dans les secteurs de l′agriculture, de la forêt et de la pêche, il s′agit de conserver les terres, les eaux et le patrimoine zoogénétique et phytogénétique et d′utiliser des moyens sans danger pour l′environnement, techniquement bien adaptés, économiquement viables et socialement acceptables ».

33C′est donc une optique de durabilité faible qui est retenue par les deux organisations citées puisqu′elles évoquent la conservation systématique du capital naturel, mais sans indication de seuils physiques environnementaux.

34Parfois un accent particulier est mis sur un des volets du développement durable. Par exemple, l′INPACT (Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriales), rattachée à la FNCIVAM (Fédération Nationale des Centres d′Initiatives pour Valoriser l′Agriculture et le Milieu rural), regroupe les 27 principes de développement durable du rapport Brundtland en quatre dimensions indissociables : (i) « L′efficience économique : systèmes de production économes et autonomes, revenus décents, (ii) l′équité sociale : partage des richesses, des droits à produire et du pouvoir de décision, (iii) la protection de l′environnement : préserver la fertilité des sols, la biodiversité, les paysages, la qualité de l′air et de l′eau, (iv) la culture et l′éthique : respect des générations futures, des communautés rurales et paysannes ; gestion participative de l′espace et des modes de production d′aliments de qualité » (cf site)

35Cette organisation souligne l′importance des dimensions de l′efficience et de l′équité sociale en établissant les seuils de production pour bien répartir les droits et les moyens de production, aussi que des aides publiques. L′INPACT réaffirme la définition de l′agriculture durable en notant qu′elle « est basée sur la recherche de la meilleure utilisation de l′ensemble des facteurs qui concourent à la production et aux services rendus tout en offrant le meilleur revenu possible aux paysans » (Ib.). Cette démarche consiste à rechercher l′efficacité et surtout l′efficience, ce qui induit une agriculture économe et plus autonome qui : « (i) minimise l′investissement et l′endettement, ce qui favorise le revenu et la transmission des fermes, (ii) limite les coûts induits par une agriculture aveuglément productiviste, coûts qui grèvent le revenu où qui, « externalisés », sont supportés par la société : retraitement de l′eau, désaffection touristique…, (iii) recherche une répartition plus équitable de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne du producteur au consommateur, (iv) favorise la création d′activité en milieu rural et le développement d′emplois solvables et participe ainsi au développement économique de son territoire » (Ib.)

36L′INPACT traite également de la dimension sociale d′une agriculture durable, qui « est basée sur la solidarité entre paysans, entre régions, et entre pays du monde... Or, dans un contexte où les quantités globales à produire sont limitées, le développement des uns se fait au détriment des autres. Le respect du droit à produire pour chaque paysan et chaque région passe donc par la répartition des droits et moyens de production, et des aides publiques. Au niveau international, cela s′appelle le droit à la souveraineté alimentaire de chaque région du monde, donc l′arrêt des soutiens directs et indirects à l′exportation » (Ib.) Le principal critère de répartition est le volume de production par actif. C′est pourquoi, on définit un plafond relatif à l′accumulation des droits à produire ou des aides, limite dont le franchissement va à l′encontre de l′intérêt général.

37En ce qui concerne le pôle de la culture et de l′éthique, l′organisation de la filière agricole (du producteur au consommateur) suppose de : (i) respecter l′Homme, les communautés rurales et paysannes de tous les pays, (ii) respecter le vivant et gérer les équilibres biologiques : « on ne fait pas la guerre à la nature, on travaille avec » (iii) mettre en œuvre le principe de précaution en cas de doute, même en l′absence de certitudes scientifiques, (iv) assurer le bien-être des animaux, (v) respecter l′ensemble des acteurs d′un territoire et les associer aux choix stratégiques qui concernent ce territoire (utilisation de l′espace et des ressources), (vi) respecter les attentes de la société et la qualité de l′alimentation par exemple en privilégiant les circuits courts qui limitent les surcoûts et favorisent les liens sociaux, la traçabilité des produits et la transparence, (vii) permettre aux agriculteurs d′être autonomes, (viii) améliorer les conditions de travail à la ferme et leur intégration équilibrée dans une vie sociale et familiale.

38Malgré tout, l′INPACT adopte seulement une logique de durabilité faible en prônant la préservation de l′environnement, de la biodiversité et du territoire, sans établir de seuils physiques environnementaux, par (i) le maintien ou l′enrichissement de la biodiversité, (ii) le maintien et l′amélioration de la fertilité des sols, (iii) une utilisation rigoureuse des phytosanitaires et des produits vétérinaires, (iv) une utilisation des fertilisants organiques et minéraux adaptée aux potentialités des sols, aux types de plantes et à des objectifs de rendements mieux ajustés, (v) une gestion des paysages (maintien des haies, entretien et aménagement des structures paysagères et des espaces naturels non cultivés) et la préservation des zones d′intérêt écologique, (vi) une protection quantitative et qualitative de la ressource en eau et de l′air.

39En Russie aussi, on porte de plus en plus attention au développement durable de l′agriculture. Dans le Programme national « Développement de l′agriculture et de la réglementation des marchés des produits agricoles, matières premières et des aliments pour les années 2008-2012 » (ci-après – Programme) est noté le problème du développement durable des zones rurales. Le projet de Programme a été préparé par le Ministère de l′Agriculture de la Russie en collaboration avec d′autres ministères et départements, conformément à l′article 8 de la loi fédérale « Du développement de l′agriculture ».

40L′un des principaux objectifs du Programme est le développement rural durable. Pour sa mise en œuvre est prévue l′augmentation du niveau et de la qualité de vie de la population rurale, qui comprend :

  • d′une part, les mesures visant à améliorer le niveau de l′infrastructure sociale et de l′équipement des établissements ruraux en vue d′accroître le niveau et la qualité de vie des populations rurales, la création des conditions pour améliorer la situation socio-démographique dans les zones rurales ;
  • d′autre part, les mesures de soutien d′aménagement complexe de l′habitat rural dans le cadre des projets pilotes visant à améliorer le niveau de confort et d′attractivité des zones rurales, ainsi que la croissance de l′activité d′investissement dans le développement socio-économique des zones rurales (Gordeev, 2007, p. 2).

41Ainsi, ce programme se focalise sur l′aspect social du développement durable. Il reflète l′optique faible de durabilité, car son autre objectif est la préservation et la restauration des sols et d′autres ressources naturelles utilisées dans la production agricole (sans préciser pourtant des seuils physiques).

42En revanche, en France, dans le cas de l′agriculture raisonnée du Forum de l′agriculture raisonnée respectueuse de l′environnement (FARRE), l′écologie joue un rôle plus important. Depuis le 10 mai 2001, l′agriculture raisonnée bénéficie d′un cadre légal clair précisé dans l′article L. 640 3 du Code Rural. Le Décret n° 2002-631 paru au Journal officiel du 28 avril 2002 définit l′agriculture raisonnée comme suit :

43« Les modes de production raisonnés en agriculture consistent en la mise en œuvre, par l′exploitant agricole sur l′ensemble de l′exploitation dans une approche globale de celle-ci, de moyens techniques et de pratiques agricoles conformes aux exigences du référentiel de l′agriculture raisonnée ». Ce référentiel porte sur le respect de l′environnement, la maîtrise des risques sanitaires, la santé et la sécurité au travail et le bien-être des animaux » (Ib.). De plus, cette agriculture raisonnée, préconisée par le FARRE « correspond à des démarches globales de gestion de l′exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l′environnement et à en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations »7. D′après cette formulation, on voit que la logique de développement technogène prédomine puisqu′il est prévu que la rentabilité économique reste stable, alors qu′aujourd′hui, compte tenu de la situation écologique négative, la restauration de l′environnement devrait générer des charges considérables.

  • 8 « Sustainable agriculture is defined as agriculture that maintains the environmental and ecologica (...)

44Dans sa définition de l′agriculture durable, Caviglia (1999) insiste également sur l′aspect environnemental : « Une agriculture durable est définie comme l′agriculture qui soutient l′environnement et l′intégrité écologique du sol, de l′eau et des systèmes terrestres dans la région, tout en assurant un revenu suffisant aux agriculteurs par le biais de la culture intercalaire de plantes vivaces (pérennes) différentes en combinaison avec d′autres arbres pérennes et/ou les cultures annuelles »8. Ici, « l′intégrité écologique » de l′environnement et des ressources naturelles est mise en exergue, sans indication des seuils physiques environnementaux, ce qui témoigne de la conformité à l′optique de durabilité faible.

45De son côté, le réseau de l′Agriculture Durable, rattaché à la Fédération Nationale des Centres d′Initiatives pour Valoriser l′Agriculture et le Milieu rural (FNCIVAM), donne la priorité à l′économie (préserver l′environnement en n′utilisant que les doses utiles d′intrants) sous l′optique de développement technogène : « L′agriculture durable est un moyen de réflexion sur le devenir des exploitations agricoles et plus largement sur la vie des campagnes de demain. Les agriculteurs du réseau ont développé des savoir-faire, souvent simples et empreints de bon sens, qui tendent vers une agriculture à taille humaine, liée au sol, économe en intrants comme en moyens de production »9. Ainsi, c′est un système de production agricole qui respecte les limites écologiques, économiques et sociales. Selon ce réseau, l′agriculture durable est censée créer plus de richesses pérennes et d′emplois par unité de production, sur une base plus équitable. « Ces principes sont basés sur la reconnaissance du fait que les ressources naturelles ne sont pas infinies et qu′elles doivent être utilisées de façon judicieuse pour garantir durablement la rentabilité économique, le bien-être social, et le respect de l′équilibre écologique » (Ib.)

46Sous le même angle de prépondérance de l′aspect économique, l′agriculture durable est observée par la plupart des auteurs russes.

47D′après Konovalov et al. (2009), le développement durable de l′agriculture est une capacité des sujets à maintenir de façon continue et dynamique la proportionnalité entre les facteurs de production de l′agriculture et le rythme nécessaire de son développement en termes de risque et d′incertitude économiques. Ils préconisent que le secteur agricole soit un organisme industriel et économique développé sur la base de l′interdépendance des processus dans l′économie et l′environnement en fonction d′amélioration du niveau économique ne faisant pas d′obstacles à la cohésion sociale (Konovalov et al. 2009).

48D′autre part, Lyssenko (2001) avance que la base de l′agriculture durable est un support financier d′État avec pour but de créer la base matérielle et technique optimale permettant d′augmenter l′efficacité économique de la production dans le cadre des impératifs écologiques. La situation contemporaine dans le secteur agricole russe exige l′élaboration de nouveaux systèmes d′agriculture qui prévoient l′adaptation de la production aux éléments différents du paysage, d′exploitation, des ressources matérielles, au progrès scientifique. La réalisation du développement durable de l′agriculture est possible sur la base de l′approche complexe comprenant la « biologisation » et « l′écologisation » des processus d′intensification, l′exploitation des ressources naturelles, technologiques, de travail et d′autres ressources, la construction des systèmes et des paysages agraires productifs et écologiquement durables, l′extension des investigations de gestion des réactions des organismes vivants (Lyssenko, 2001).

49Par ailleurs, Belousov et al. (2005) observent l′agriculture durable sous des perspectives économique et financière. Ils considèrent que du point de vue de la théorie économique le développement durable des zones rurales se réfère au développement stable de la communauté rurale permettant : (i) l′exercice de ses fonctions économiques (production de denrées alimentaires, de matières premières agricoles et d′autres biens et services non agricoles, ainsi que de biens publics, les services de loisirs, la préservation de la vie rurale et de la culture rurale, le contrôle social du territoire, la préservation de paysages historiquement aménagés), (ii) l′accroissement du niveau et de la qualité de vie de la population rurale, (iii) le maintien de l′équilibre écologique de la biosphère.

50Du point de vue des stratégies financières et d′investissement, le développement durable des zones rurales repose sur l′organisation des flux de trésorerie suffisants pour soutenir la vie et le développement des zones rurales. Ce faisant, cette organisation repose sur l′utilisation de toutes les sources de développement durable, à savoir : le financement fédéral et régional, l′utilisation des opportunités d′affaires, basée sur les ressources internes du territoire.

51Ainsi, le développement durable des zones rurales est une question complexe et est soumise à : (i) la stabilité macroéconomique, (ii) un développement économique équilibré, (iii) la croissance économique en agriculture essentiellement sur la base de l′utilisation de technologies préservant les ressources, (iv) un développement de l′emploi non agricole dans les zones rurales, (v) la réalisation du progrès vers les conditions sociales urbaines de revenus et de biens publics, (vi) l′amélioration d′accès des entités économiques dans les zones rurales aux marchés de la logistique, au crédit, à l′information, et aux autres ressources, (vii) la formation des institutions de la société civile dans les zones rurales qui protègent les intérêts économiques et sociaux de divers groupes de la population rurale, (viii) la mise en œuvre des programmes visant à améliorer la situation environnementale dans les campagnes.

52Il ressort de ce qui précède, que la vision retenue par les auteurs russes cités ci-dessus est technogène sans conservation systématique du capital naturel, avec un accent particulier mis sur le développement économique de l′agriculture du pays. Apparemment, ceci peut être lié à la situation difficile des producteurs ruraux de Russie et à leur manque de ressources financières et techniques.

53L′approche de durabilité forte est préconisée par Landais (1998) comme « un nouveau contrat social proposé aux agriculteurs ». L′auteur plaide pour une opération de « traduction » de modèles abstraits en références concrètes en deux temps : d′une part, la traduction par le débat social des principes d′une gestion durable sous la forme d′un ensemble cohérent de ce qu′il appelle des « valeurs-objectifs » d′ordre philosophique, éthique, politique, d′autre part, le déclenchement par le débat technique de ces valeurs en un ensemble de critères de performances, dont l′utilisation aboutira à l′élaboration de normes et de références pour l′action. Landais souligne que, dans la réalité, ces deux phases ne se déroulent pas de manière successive, mais itérative. Il fait remarquer que cette opération de traduction doit « mobiliser des collectifs de nature différente : schématiquement, c′est à des collectifs socio-politiques que revient le rôle de définir les valeurs-objectifs, et à des collectifs formés de scientifiques, de techniciens et de professionnels que revient celui de produire les connaissances nécessaires puis d′élaborer les références pour l′action » (Ib.). À cet effet, est important le « diagnostic de situation » prenant en compte de « l′écart entre, d′une part, la situation réelle et son évolution et, d′autre part, la situation et l′évolution souhaitables, définies à la lumière des valeurs-objectifs retenues » qui permettra de définir l′action.

54Par ailleurs, un tel changement suppose des outils adaptés aux nouveaux défis lancés à l′agriculture durable. La comptabilité environnementale et les indicateurs de durabilité peuvent permettre d′y répondre.

La comptabilité environnementale

55L′approche comptable peut élargir, à notre avis, les possibilités d′élaboration des informations environnementales et sociales en permettant de définir le montant des obligations écologiques, de calculer et d′effectuer l′enregistrement détaillé des charges environnementales, de prendre en compte les indicateurs de l′efficacité des entreprises vers le développement durable. La conception de la comptabilité dans le contexte de développement durable devient élargie. Elle permet de mesurer des impacts environnementaux des exploitations agricoles et leur efficience écologique, économique et sociale, d′aider à prévenir et réduire ces impacts. De plus, on distingue de nouvelles formes du capital (capital naturel, capital humain, capital social).

56En se basant sur une classification type des comptabilités environnementales de Richard (2009), un des principaux critères est le sens de la relation avec l′environnement. On distingue la vision « Extérieur-Intérieur » (outsidein) qui cherche à connaître les impacts de l′environnement (extérieur) sur l′organisation (intérieur), et la vision « Intérieur-Extérieur » (inside-out ) qui cherche à connaître tous les impacts de l′organisation sur l′environnement. Selon Schaltegger et al. (1996), la comptabilité environnementale est le résultat de l′intégration de la comptabilité écologique dans la comptabilité traditionnelle. La comptabilité écologique suit la vue inside-out, car son objectif est de déterminer les impacts de l′entreprise sur l′environnement naturel. Gray et al. (1996) considèrent la comptabilité financière traditionnelle comme un ensemble limité de façon significative et artificielle. C′est donc la comptabilité sociale qui englobe toutes les comptabilités et qui est la plus large et la plus riche.

57En revanche, la définition de la comptabilité écologique donnée par Serov (2008) reflète plutôt la vue outside-in. D′ailleurs, la majorité des travaux théoriques des auteurs russes suit la vision « Extérieur-Intérieur » : la comptabilité est influencée par les actes normatifs, les normes de paiements d′amendes pour pollution, etc. Chirobokov et Zotov (2004) prévoient, par exemple, la planification des mesures environnementales exposées dans le cadre de législation russe. Borodine (2006) suggère que le rapport écologique prenne en compte l′influence des mesures environnementales sur la situation financière d′une entreprise. Il s′agit donc de la comptabilité environnementale traditionnelle ou de la comptabilité « environnementalement différenciée ». Toutefois, certaines idées des chercheurs révèlent des éléments de la vision « Intérieur-Extérieur ». Ainsi, Solomkina et al. (2005) proposent de définir tous les dommages écologiques causés par l′activité d′une entreprise. De plus, Doumnov (2005) remarque que les impôts, les paiements écologiques, les amendes ne doivent pas être reconnus en tant que dépenses pour la protection de l′environnement et ont le caractère compensatoire (complémentaire). Papenov (2001) retient la vision Intérieur-Extérieur avec la conception du capital naturel, ce dernier devant être évalué selon les coûts de restauration.

58En même temps, on peut observer la multiplicité d′approches comptables proposées dans le contexte de l′agriculture durable. Le problème de comptabilité environnementale en agriculture a été examiné dans les travaux de Halberg et al. (2005), Houdet et al. (2009), Lamberton (2000), Solomkina et al. (2005). Ainsi, Houdet et al. (2009) traitent de la façon d′intégrer entièrement la biodiversité dans les stratégies, en utilisant le langage des entreprises, celui des coûts-bénéfices. Houdet (2008) propose d′introduire un nouveau système comptable (comptabilité écosystémique) qui prendra en compte les relations entre les entreprises et les systèmes vivants. Par ailleurs, Solomkina et al. (2005) proposent de comptabiliser les dommages environnementaux et d′utiliser deux variantes pour leur évaluation, à savoir : les indicateurs écologiques naturels (pertes du sol, de l′humus, des éléments de nourriture, sous-production agricole) et monétaires (le coût des engrais pour compenser les pertes, le coût de la sous-production agricole à cause de la baisse du rendement des cultures sur les sols érodés,...). En outre, Halberg et al. (2005) présentent la comptabilité environnementale en agriculture comme un système d′indicateurs concernant l′utilisation des nutriments, des pesticides et de l′énergie.

59Enfin, Lamberton (2000) considère la comptabilité agricole environnementale sous forme de tableaux de bord. Il propose notamment un modèle comptable qui englobe les concepts d′éco-efficacité et d′éco-justice afin d′évaluer la performance d′une organisation dans la réalisation des objectifs du développement durable (avec ses trois dimensions). Ces concepts sont décomposés en cinq facteurs de performance mesurés par des indicateurs de durabilité, ou les indicateurs de performance environnementale, qui permettent de mesurer l′écart entre la performance réelle et la performance durable, cet écart représentant le degré de non-durabilité (Ib, p. 585). Au centre de ce modèle comptable est le concept de la durabilité écologique, qui va au-delà du concept d′éco-efficacité. Ainsi l′auteur met accent sur la conservation des ressources naturelles et, plus particulièrement, des stocks critiques et non renouvelables du capital naturel. On peut en déduire donc que dans ce modèle il s′agit de l′optique forte de durabilité.

60Si on reprend notre typologie des philosophies de développement durable, on pourra constater que l′approche comptable proposée par Houdet et al. (2009) reflète l′optique technogène de développement durable, tandis que les propos de Solomkina et al. (2005) et de Halberg et al. (2005) renvoient à la durabilité faible. En revanche, Lamberton (2000) semble s′inscrire dans le courant de durabilité forte. Dans ces derniers exemples, on assiste à l′assimilation de la comptabilité avec les indicateurs. Ainsi, la comptabilité environnementale se rapproche d′autres « business processus » tels que l′élaboration et l′utilisation des indicateurs, l′analyse systémique,...

Conclusion

61En résumé, il existe plusieurs définitions et notions de développement durable en agriculture, dont l′agriculture durable de la FNCIVAM, l′agriculture raisonnée du FARRE, le développement rural de la PAC... En général, il s′agit de l′application à l′agriculture des principes du développement durable, notamment de la distinction de ses trois volets (économique, social, environnemental), dont l′intégration varie légèrement d′un organisme à l′autre, avec quelques compléments. L′accent est souvent mis sur la préservation de l′environnement et des ressources naturelles qu′il faut coordonner avec les aspects économiques. Par exemple, dans les cas de l′agriculture raisonnée du FARRE, de l′agriculture durable de Caviglia (1999), de Landais (1998), l′écologie joue un rôle plus important que l′économie, tandis que le réseau de l′Agriculture Durable, ainsi que la plupart des auteurs russes donnent la priorité à l′économie. Certaines organisations (FAO, OCDE) insistent sur la conciliation des aspects environnementaux et économiques. On retrouve également dans la littérature la mise en exergue d′une dimension sociale (INPACT ; Gordeev, 2007).

62Par ailleurs, compte tenu d′une conscience croissante du caractère exhaustif d′une partie des ressources naturelles et d′un impact négatif sur l′environnement, il est important de faire une distinction entre trois optiques de développement durable en agriculture, compte tenu du mode de conservation du capital naturel et d′une nécessité d′élaborer scientifiquement des seuils environnementaux, à savoir : le développement durable technogène, la durabilité faible et la durabilité forte.

63Les définitions données par Belousov et al. (2005), Harwood (1990), Konovalov et al. (2009), Lyssenko (2001), le Forum de l′agriculture raisonnée respectueuse de l′environnement, le Réseau de l′Agriculture Durable, rattaché à la FNCIVAM, semblent s′inscrire dans le cadre du développement technogène de l′agriculture.

64En revanche, dans les démarches de l′agriculture durable de Caviglia (1999), Gordeev (2007), de l′INPACT, du syndicat des Jeunes agriculteurs, de l′Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, 1992, 1993), de l′Organisation des Nations unies pour l′agriculture et l′alimentation (FAO, 1990), de la Politique Agricole Commune, enfin du Conseil international d′affaires pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development), est affirmée la conservation systématique du capital naturel sans indiquer des seuils physiques environnementaux et donc l′optique faible de durabilité.

65Enfin, le modèle de durabilité forte, dont l′exemple dans le contexte agricole est donné par Landais (1998), serait le plus approprié pour répondre aux enjeux posés à l′heure actuelle à l′agriculture. Il est à noter qu′un tel changement suppose des outils adaptés aux nouveaux enjeux posés à l′agriculture durable, ce qui sera l′objet de nos futures investigations. Dans cette perspective, il serait de mise de réfléchir à la comptabilité environnementale et aux indicateurs de durabilité permettant de mesurer des impacts environnementaux des exploitations agricoles et leur efficience écologique, économique et sociale, afin d′aider à prévenir et à réduire ces impacts.

66Parmi de nombreuses approches comptables environnementales en agriculture on retrouve les trois optiques de développement durable identifiées. Ainsi les questions se posent-elles : quels systèmes d′indicateurs physiques et comptables choisir ou prescrire dans le contexte de l′agriculture durable ? Y aura-t-il des solutions théoriques et techniques identiques pour différents types d′entreprises agricoles russes et françaises ? Ces interrogations poussent à approfondir, dans de futures recherches, les philosophies utilisées dans les méthodes et les comptabilités agricoles environnementales, à analyser de manière comparative des modes de gestion dans les entreprises agricoles russes et françaises et leurs conséquences sur la durabilité compte tenu du contexte socio-politique.

Bibliographie

Références

Collectif d′auteurs, Accompagner des groupes vers l′agriculture durable. Éducagri éditions, 2003, 224 p.

Belousov, V. I., Belousov, A. V., Vostroilov, A. V., Shevtchenko V. E., Le développement durable des zones rurales : théorie et la pratique. Voronèj : éd. « Origines », 2005, (Белоусов В. И., Белоусов А. В., Востроилов А. В., Шевченко В. Е. Устойчивое развитие сельских территорий : теория и практика. Воронеж : Издательство « Истоки », 2005 (Oustoytchivoé razvitie selskih territoriy : teoriya i praktika. Voronèj : Izdatelstvo « Istoki »).

Bobylev S., Hodjaëv, A., L′économie de l′environnement, Moscou, 2003, 567 p.

Borodine, A., « Les mécanismes de réalisation de la gestion écologo-économique par l′entreprise », Les problèmes de théorie et de pratique de gestion, 2006, n° 6, p. 112-123. (Бородин А. Механизмы реализации эколого-экономического управления предприятием/Проблемы теории и практики управления, 2006, № 6, с. 112-123 (« Mékhanizmi réalizatsii écologo-ékonomitcheskogo oupravleniya predpriyatiïem », Problemi teorii i praktiki oupravleniya, 2006, n° 6, с. 112-123).

Caviglia, J. L., Sustainable agriculture in Brazil : economic development and deforestation. Cheltenham, UK Northampton, MA : Edward ElgarParution, 1999, 160 p.

Chichkine A. F., La théorie économique. Voronèj : VSAU, 1995, 520 p. (Шишкин А. Ф. Экономическая теория : Учебник. Воронеж : ВГАУ, 1995, 520 с. (Economitcheskaya teoriya. Voronèj : VGAU, 1995, 520 c.).

Chirobokov, V. G., Zotov, A. V., « De la question de calcul des payements écologiques et de leur enregistrement dans la comptabilité des entreprises agricoles », Les problèmes écologiques de la production agricole : matériaux de la conférence scientifique internationale (« K voprosou ob isthcislenii ekologuitcheskih plategey i ih otrajénii v bouhgalterskom outchiote selskohoziastvennih predpriyatiy », Ekologuitcheskiye problemi selskohoziastvennogo proizvodstva : materiali mejdounarodnoy naoutchnoy konférentsii), Voronèj, 2004. p. 124-132.

Commission européenne. Agriculture et développement rural. Politique de développement rural pour la période 2007-2013. Site disponible sur http://ec.europa.eu/agriculture/rurdev/index_fr.htm

Daly, H. E., Steady-State Economics (Second edition with new essays), Island Press, 1991, 302 p.

Doumnov, A. D., « Analyse combinatoire des dépenses écologiques en Russie : les éléments et courants de base », Les questions de la statistique, 2005, n° 1, р. 21-32 (Думнов А. Д. « Комплексный анализ экологических затрат в Российской Федерации : основные элементы и направления », Вопросы статистики, 2005, n° 1, С. 21-32 (« Kompleksnii analiz ekologuitcheskih zatrat v Rossiyskoy Federatsii : osnovniye elementi i napravleniya », Voprosi statistiki, 2005, n° 1, c. 21-32).

FAO. La situation mondiale de l′alimentation et de l′agriculture 1989. Rome, FAO, 1990, 171 p.

FARRE (Forum de l′agriculture raisonnée respectueuse de l′environnement). Site disponible sur http://www.farre.org/

Francis C. A., Butler Flora C., King L. D. (ed.), 1990. Sustainable agriculture in temperate zones. New-York, Chichester, JohnWiley & Sons, 487 p.

Gerbet, P., La nouvelle politique agricole commune. © Centre Virtuel de la Connaissance sur l′Europe (CVCE)/ European Navigator. Site disponible sur http://www.ena.lu.

Goloubiev, A., Sannikov, A., « Les conséquences écologo-économiques de la production agricole », La revue agricole internationale (Mejdounarodniy selskohoziaïstvenniy journal), 1999, n° 4, p. 30-33.

Gordeev, A., « Du projet du Programme national du développement de l′agriculture et de la réglementation des marchés des produits agricoles, des matières premières et des aliments pour les années 2008-2012 », APK : économie, gestion, 2007, n° 9, p. 2-5. (Гордеев А. « О проекте Государственной программы развития сельского хозяйства и регулирования рынков сельскохозяйственной продукции, сырья и продовольствия на 2008-2012 годы », АПК : экономика, управление, 2007, n° 9, C. 2-5 (« O Proekté Gosoudarstvennoy programmy razvitiya selskogo hoziaystva i regoulirovaniya rynkov selskohoziaystvennoy prodouktzii, syria i prodovolstviya na 2008-2012 gody », APK : ekonoimika, oupravlenie, 2007, n° 9, C. 2-5).

Gray, R., Owen, D., Adams, C., Accounting & Accountability. Changes and challenges in corporate social and environmental reporting. Prentice Hall, 1996, 332 p.

Harwood, R. R,. An history of sustainable agriculture, dans C. A. Edward et al. Sustainable agricultural systems. Soil and Water Conservation Society, USA, 1990, p. 3-19.

Houdet, J. (éd.). Integrating biodiversity into business strategies. The Biodiversity Accountability Framework. FRB – Orée, Paris, 2008, 15 p. http://www.biodiversityeconomics.org/applications/library_documents/lib_document.rm?document_id=1156&section_id=28.

Houdet, J., Trommetter, M., Weber, J., « Changing business perceptions regarding biodiversity, : from impact mitigation towards new strategies and practices », École polytechnique, CNRS, Cahier 2009-29, september 2009, 28 p.

IDEA – Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles. http://www.idea.portea.fr.

INPACT. Site disponible sur : http://www.civam.org/IMG/pdf/socle-com.pdf

IUCN World Business Council for Sustainable Development. Agricultural ecosystems : Facts and Trends. http://www.biodiversityeconomics.org/applications/library_documents/lib_document.rm?document_id=1149&section_id=28

Jeunes agriculteurs. Grenelle de l′environnement : Contribution détaillée de Jeunes agriculteurs au groupe n° 4, août 2007, 13 р.

Kafadaroff, G., Agriculture durable et Nouvelle révolution verte. Paris, Le Publieur, 2008.

Konovalov, V. V., Konovalova, T. V., Viktorova, A. B., « Les modes d′évaluation des facteurs du développement durable du complexe agro-industriel », Analyse économique : théorie et pratique, 2009, n° 27 (156), p. 25-28. (Коновалов В. В., Коновалова Т. В., Викторова А. Б. « Способы оценки факторов устойчивого развития агропромышленного комплекса », Экономический анализ : теория и практика, 2009, n° 27 (156), С. 25-28 (« Sposoby otzenki faktorov oustoytchivogo razvitiya agropromychlennogo kompleksa », Ekonomitcheskiy analiz : teoriya i praktika, 2009, n° 27 (156), С. 25-28).

Lamberton. G.. « Accounting for sustainable development – a case study of city farm », Critical Perspectives on Accounting, 2000, vol. 11, p. 583-605.

Landais, E., « Agriculture durable : les fondements d′un nouveau contrat social », Courrier de l′Environnement de l′INRA, 1998, n° 33, p. 5-22.

Leshinskaya, К. L., Grinberg, T. B., Benneth, C., « Les rapports écologiques : les tendances mondiales et facteurs du développement », Ecologie de production, 2005, n° 2, p. 72-76. (Лещинская К. Л., Гринберг Т. В., Беннетт Ш. « Экологическая отчетность : мировые тенденции и факторы развития », Экология производства, 2005, № 2, С. 72-76 (« Ekologuitcheskiye otchioty : mirovie tendentsii i faktori razvitiya », Ekologuiya proizvodstva, 2005, n° 2, C. 72-76).

Lyssenko, E., « Les bases écologo-économiques du développement durable de l′agriculture », Economiste, 2001, n° 5, p. 81-84. (Лысенко Е. « Экологоэкономические основы устойчивого развития сельского хозяйства », Экономист, 2001, № 5, C. 81-84 (« Ekologo-ekonomitcheskiye osnovi oustoytchivogo razvitiya selskogo hoziaystva », Economiste, 2001, n° 5, C. 81-84).

Ministère de l′Agriculture et de la Pêche. http://agriculture.gouv.fr/pip/ressources.themes.environnement.agricultureraisonnee_r45.html

OCDE. Séminaire sur les technologies et pratiques d′une agriculture durable. Paris, OCDE, 11-13 février 1992.

OCDE. L′intégration des politiques de l′agriculture et de l′environnement. Paris, OCDE, 1993, 114 p.

Papenov, K. V., « Les problèmes de l′économie sectorielle, intersectorielle et régionale », Vestnik de l′Université de Moscou, 2001, n° 5, série 6 « Économie », p. 55-79 (Папенов К. В. « Проблемы отраслевой, межотраслевой и региональной экономики », Вестник Московского университета, 2001, № 5, Сер. 6 « Экономика », С. 55-79 (« Problemi otraslevoy, mej′otraslevoy i reguionalnoy ekonomiki », Vestnik Moskovskogo ouniversiteta, 2001, n° 5, Ser. 6 « Ekonomikа », С. 55-79).

Popkova, E. G., « L′interaction des concepts du développement durable et de nouvelle qualité de la croissance économique », Finances et crédit, 2004, n° 25 (163), p. 43-47 (Попкова Е. Г. « Взаимодействие концепций устойчивого развития и нового качества экономического роста », Финансы и кредит, 2004, № 25 (163), С. 43-47 (« Vzaimodeystvie kontzeptziy oustoytchivogo razvitiya i novogo katchestva ekonomitcheskogo rosta », Finansy i kredite, 2004, n° 25 (163), С. 43-47)).

Réseau Agriculture Durable. Site disponible sur http://www.agriculture-durable.org

Richard, J., « Comptabilités environnementales », In Encyclopédie de comptabilité, contrôle, audit, sous la direction de Bernard Colasse, Paris, Economica, 2009, p. 490-494.

Richard, J., « Conservation of capital and biodiversity : different ideologies at stake », présentation Power Point, 2010.

Schaltegger, S., Müller, K., and Hindrichsen, Corporate Environmental Accounting. Chichester, 1996, 306 p.

Serov, G. P., Audit écologique et l′activité d′audit écologique : guide scientifique et pratique. Moscou : éd. « Delo » ANH (Académie de l′économie nationale), 2008, 408 p. (Серов Г. П. Экологический аудит и экоаудиторская деятельность : научнопрактическое руководство. Москва : Издательство « Дело » АНХ (Академия народного хозяйства), 2008, 408 с. (Ekologuitcheskiy aoudit i ekoaouditorskaïa deyatelnost : naoutchno-praktitcheskoïe roukovodstvo. Moskva : Izdatelstvo « Delo » ANH (Akademiya narodnogo khoziaystva), 2008, 408 c.).

Solomkina, L., Souhomlinova, N., Baranov, V., « L′évaluation écologo-économique des systèmes d′agriculture », Économie de l′agriculture de Russie, 2005, n° 4, р. 31. (Соломкина Л., Сухомлинова Н., Баранов В., 2005. « Эколого-экономическая оценка систем земледелия », Экономика сельского хозяйства России, n° 4, С. 31 (« Ekologo-ekonomitcheskaya otzenka sistem zemledeliya », Ekonomika selskogo khoziaystva Rossii, 2005, № 4, С. 31).

Solow, R. M., « On the Intergenerational Allocation of Natural Resources », Scand. J. of Economics, 1986, 88 (1), p. 141-149.

Vilain, L., (sous la direction de). La méthode IDEA, Educagri éditions, 2008, 184 p.

WCED. Our Common Future, Oxford University Press, 1987.

Zahm, F., Girardin, Ph., Mouchet, Ch., Viaux, Ph., Vilain, L., « De l′évaluation de la durabilité des exploitations agricoles à partir de la méthode IDEA à la caractérisation de la durabilité de la « ferme européenne » à partir d′IDERICA. Pour un programme de recherche pour accompagner les objectifs d′une agriculture européenne « revisitée » par les enjeux d′un développement territorial durable », Colloque international sur les Indicateurs Territoriaux du Développement Durable, université Paul Cézanne à Aix en Provence, 01-02.12.2005 http://www.idea.portea.fr/fileadmin/documents/En_savoir_plus/IDEA_IDERICA_colloque_aix.pdf

Notes

1 « … the current generation is always entitled to take as much out of the common inter-temporal pool as it can, provided only that it leaves behind the possibility that each succeeding generation can be as well off as this one » (Solow, 1986, p. 143).

2 « The most obvious principle of sustainable development is that renewable resources should be exploited on a sustained yield basis » (Daly, 1991, p. 252-253).

3 « Only with constant costs will the biological yield maximum coincide with the economic profit maximum » (Daly, 1991, p. 252-253).

4 « an agriculture that can evolve indefinitely toward greater human utility, greater efficiency of resource use, and a balance with the environment that is favourable both to humans and to most other species » ; cité par Bonny (1994).

5 Ministère de l′Agriculture et de la Pêche. Site disponible sur http://agriculture.gouv.fr/spip/ressources.themes.environnement.agricultureraisonnee_r45.html

6 IUCN World Business Council for Sustainable Development. Agricultural ecosystems : Facts and Trends. Site disponible sur http://www.biodiversityeconomics.org/applications/library_documents/lib_document.rm?document_id=1149&section_id=28.

7 Ministère de l′Agriculture et de la Pêche. http://agriculture.gouv.fr/spip/ressources.themes.environnement.agricultureraisonnee_r45.htmln

8 « Sustainable agriculture is defined as agriculture that maintains the environmental and ecological integrity of the soil, water and land systems in the area while providing sufficient income to farmers through the intercropping of different perennials in combination with other perennial trees and/or annual crops » (Caviglia, 1999).

9 Réseau Agriculture Durable. http://www.agriculture-durable.org/. Il est à noter, que cette démarche n′est pas validée officiellement par l′État français

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search