Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Deux faces du phénix impérial : Trajan et Hadrien sur les aurei de 117/118 apr. J.-C.

Françoise Lecocq

Résumé

Les deux aurei d’Hadrien en l’honneur de son père adoptif feu Trajan montrent une image inédite : un phénix radié, en majesté, sans légende, tenant sur un des types une branche de laurier. Si la créature sacrée d’Égypte est anciennement attestée dans les textes gréco-latins, des représentations ne se voient en Italie qu’à partir du ier siècle. L’oiseau est entré en politique sous les Julio-Claudiens, scandant l’actualité d’apparitions de bon augure à valeur calendaire. La notice de Tacite montre l’actualité du mythe officialisé. Outre le statut et la personnalité de Trajan et d’Hadrien, les événements historiques, le contexte géographique et les croyances religieuses (liées à l’oracle du temple d’Apollon à Daphné en Syrie) expliquent la pertinence de cet emblème impérial, dynastique et solaire. L’oiseau unique est son propre père et fils ; sa renaissance assure au monde bonheur et pérennité ; son premier acte est de rendre les honneurs funèbres à son géniteur. Cette image au très riche symbolisme – consécration funéraire et vie éternelle, piété filiale et continuité du pouvoir, et promesse d’un âge d’or pour Rome – est destinée à durer.

The two aurei of Hadrian honoring his adoptive father the late Trajan, show a new image: a haloed phoenix, standing majestically, with no legend, holding on one of the types a branch of laurel. If the Egyptian sacred creature is since long attested in the Graeco-Latin texts, representations are seen only in Italy from the 1st c. AD. The bird entered politics under the Julio-Claudians, punctuating the current events with appearances of good omen and calendar meaning. Tacitus’s note shows the topicality of the formalized myth. Besides the status and personality of Trajan and Hadrian, the historic events, the geographical context and the religious beliefs (connected to the oracle of Apollo’s temple in Daphne, Syria) explain the relevance of this imperial, dynastic and solar emblem. The unique bird is his own father and son; its revival assures the bliss and sustainability of the world; his first act is to render funeral honors to his parent. This image with a very rich symbolism: consecration and eternal life, filial devotion and continuity of power, and promise of a golden age for Rome, is intended to last long.

Texte intégral

  • 1 RIC II, 27 et 28, et variantes.
  • 2 Iounou, en Basse Égypte.
  • 3 Martin 1974, Christol 1976.
  • 4 L’œil et les globules représentant les plumes ont disparu de la plupart des aurei en raison de l’us (...)
  • 5 Cf. Kierdorf 1986, p. 152.

1Les deux aurei d’Hadrien datés de 117-118 apr. J.-C., commémorant son prédécesseur et père adoptif, feu Trajan divinisé, montrent une image inédite : le mythique phénix tenant dans ses pattes, sur l’un des deux, une branche1. L’oiseau sacré du soleil en Égypte, rare en Grèce, est apparu en Italie au ier siècle av. J.-C. dans la littérature, puis dans les croyances populaires et les opérations de communication du pouvoir : on l’aurait aperçu avant la mort de Tibère, Claude l’aurait exhibé sur le forum, des peintures le montrent à Pompéi, Ovide, Pline l’Ancien et Tacite en ont parlé. La créature unique et rare, renaissant tous les 500 ans et migrant d’Arabie d’où elle transporte le corps paternel au temple d’Héliopolis2, est devenue fréquente. Le phénix illustre ici doublement la monnaie de consecratio du défunt, par une correspondance entre le mythe de l’oiseau divin oriental, mort dans les aromates et rené des flammes, à la fois père et fils, et Trajan décédé en Orient, incinéré sur un bûcher odorant, divinisé et continué par son héritier Hadrien. L’oiseau véhicule un discours dynastique, politique et calendaire3. Sur ces émissions de prestige de l’atelier de Rome au tirage limité, on voit à l’avers les mêmes sujet et exergue : Trajan couronné de laurier (« Au divin Trajan Parthique Auguste son père ») ; au revers, anépigraphe, un nimbe radié (à sept ou douze rayons) identifie le phénix, échassier en majesté. Un aureus est plus grossier, avec l’animal posé sur la ligne du sol, l’autre, en quatre séries de coins, est plus fin : l’oiseau y tient une branche ; plus grand, il a le cou et le bec du flamant rose homonymique (φοινικόπτερος)4 ; le végétal, dont longueur et feuilles sont variables, trop court pour une palme, doit être du laurier5. Rappelons les antécédents du phénix, puis le contexte géographique et historique des frappes d’Hadrien, et proposons-leur un symbolisme nouveau.

 

  • 6 Cf. Lecocq 2008.
  • 7 Plin., NH, 7.153 ; 10.3-5 ; 11.121 ; 12.85 ; 13.42-43 ; 29.29.
  • 8 Le rapace rouge et or d’Horus semble être le phénix « vu en peinture » par Hérodote (2.73).
  • 9 Cf. Lecocq 2009b et 2011b.
  • 10 Clem., ICor., 25 (vers la fin du ier s. apr. J.-C.).
  • 11 « Heureux le phénix. Toi aussi ».
  • 12 Cf. Lecocq 2019a.

2Le benu, ancêtre du phénix, est un héron gris portant sur la tête un disque solaire ou une couronne divine. Il est connu par des peintures tombales et des textes de prière, surtout les Livres des morts. Oiseau des temps de la création perché sur la colline originelle, il devient une forme du dieu Ra-Osiris comme soleil couchant, pendant du faucon Horus, fils d’Osiris, comme soleil levant ; mais les deux peuvent se confondre. Également assimilé au ba, l’âme du mort, il est psychopompe et convoie le défunt dans l’au-delà sur une barque6. Le phénix gréco-romain qui en dérive a des lettres de noblesse anciennes, mais son mythe ne s’envole qu’au ier siècle av. J.-C. chez les auteurs latins. Pline l’Ancien montre des écarts7 par rapport au noyau égyptien et à la version grecque canonique d’Hérodote qui en différait déjà sensiblement. Les couleurs, rouge et or chez l’historien grec (celles du faucon Horus ?)8, se diversifient. L’oiseau s’associe au palmier et à la Phénicie (l’ex-Syrie), qui sont ses homonymes en grec, puis au feu de la crémation. Quand, jusqu’à Pline, il renaissait du cadavre putréfié de son père, les aromates de son nid-berceau deviennent ceux de son nid-bûcher, surtout la cannelle, par confusion avec le légendaire oiseau-cannelle9. Et même s’il ne naît pas toujours des flammes, la dépouille paternelle est incinérée sur l’autel du temple d’Héliopolis, ville du Soleil. Il prend des valeurs romaines de pureté, de piété filiale et de félicité. La réalité de son existence n’est guère questionnée. Le christianisme naissant en fait la preuve naturelle de la résurrection des corps10. Sa première image occidentale montre sa popularité : sur un mur de taverne à Pompéi, on voit, encadré de lauriers-roses et accompagné de deux paons, une sorte de pigeon orangé qui porte houppe et barbiche, avec les mots apotropaïques Phœnix felix et tu11 ; on trouve aussi au temple d’Isis de la même ville la seule peinture italienne du benu, perché sur la tombe d’Osiris12.

 

  • 13 Plin., NH, 10.5, cf. Capponi 2017, p. 84-89.
  • 14 Les seules images du phénix à peu près contemporaines des aurei sont des gemmes magiques gréco-égyp (...)
  • 15 HA, Hadr., 5.
  • 16 Cf. Roman, Rémy & Riccardi 2009.
  • 17 Cf. Capponi 2017, p. 153-161, et Capriotti Vittozzi 2018.

3Créature d’abord ethnologique et paradoxographique, le phénix est entré en politique sous les Julio-Claudiens, scandant l’actualité d’apparitions de bon augure ou à valeur calendaire : signalé sous Tibère, on en exhibe officiellement un sous Claude, en 47, pour le 800e anniversaire de la ville13. Car une symbiose se crée entre l’oiseau et Rome : après un incendie sous Domitien, Martial compare la cité à l’animal renaissant des flammes. Mais aucun texte ne rattache directement Trajan ou Hadrien au phénix. Et si l’oiseau se rencontre chez une dizaine d’auteurs latins avant le iie s. apr. J.-C., les aurei constituent, après l’image pompéienne, sa seconde occurrence iconographique14. Hadrien intronise l’oiseau comme symbole impérial pour honorer Trajan Diuus et Parthicus. À la mort de ce denier en 117 apr. J.-C. en Cilicie, Hadrien, acclamé princeps par la troupe à Antioche de Syrie, fait rapatrier ses cendres en bateau à Rome15 et organiser une cérémonie à portée triomphale pour sa victoire relative. On doute de son adoption officielle : il devrait le trône à Plotine, épouse de Trajan16. Beaucoup d’innovations sont à relever dans cet épisode. Trajan serait le premier à recevoir un triomphe posthume, même si l’identification de la cérémonie est discutée, mais pas le premier à être appelé « divin » dans sa titulature. Ses cendres sont par exception gardées dans le pomérium, à la base de sa colonne. Lui-même avait promu la nouveauté, tel ce monument. Hadrien aussi se distingue par l’amour des formes nouvelles, ainsi que son égyptophilie17. Frapper une monnaie consécrative est traditionnel, cependant l’animal choisi est inédit dans la numismatique qui connaît des créatures fabuleuses, Chimère ou Pégase, mais venues des mythes grecs. Les pièces romaines ont déjà illustré des thèmes égyptiens, comme la déesse Isis, mais, sauf à Pompéi, l’oiseau ne lui est pas associé. Les rapports évidents entre les événements et le mythe sont géographique dans Parthicus, généalogique et dynastique dans pater, cultuel et religieux implicitement dans diuus.

 

  • 18 Malgré l’importance des jeux de mots et d’images dans la fabrique du mythe du phénix (Lecocq 2016), (...)
  • 19 On trouve l’Assyrie et la Syrie d’Ovide à Lactance, et un lien avec la Parthie chez Claudien (Lecoc (...)
  • 20 L’allégorie de l’Arabie porte une branche, sans doute un des aromates qui lui ont valu le nom de fe (...)
  • 21 RIC II, 326.
  • 22 RIC II, 16.
  • 23 Cf. Roman, Rémy & Riccardi 2009, p. 7.

4Le contexte géographique est celui du mythe : le corps de Trajan, vieux phénix, est transporté à Rome à l’initiative du jeune phénix Hadrien, alors en Syrie, en un voyage d’Orient en Occident comme le nouvel oiseau portant en Égypte son père mort. Parthicus est l’ultime titre de gloire de Trajan après la conquête de l’Arabie18, patrie du phénix à qui l’on attribue parfois comme séjour l’Assyrie ou, par paronymie, la Syrie, c’est-à-dire l’ex-Phénicie (où se trouvait une autre Héliopolis : Baalbek)19. Les monnaies célébrant ces conquêtes montrent des allégories féminines des pays20, mais aussi Sol21 ; le dieu n’est pas un vaincu : il incarne l’Orient pays du soleil levant ; Hadrien également frappe, en même temps que les pièces au phénix, des aurei avec Sol légendés Oriens22 ; c’est le rêve d’Alexandre de dominer la terre éclairée du soleil. Le phénix remplace ici sa divinité tutélaire : Trajan est honoré comme maître des peuples du Proche-Orient23.

  • 24 La reproduction du phénix n’est pas sexuée : il n’y a pas de mère biologique, pas plus dans le cas (...)
  • 25 RIC II, 726.
  • 26 En Égypte, rêver du phénix présage la mort du père et la nécessité de le porter soi-même en terre ( (...)
  • 27 Ov., Am., 2.6.54.

5Pour le rapport généalogique, il y a insistance sur la filiation : le mythe souligne le caractère unique et unitaire de l’oiseau, rené tel que lui-même ; le phénix est double, père et fils, mort et vivant. Trajan et Hadrien illustrent paradoxalement le nouveau mode de succession impériale, l’adoption, au lieu de l’hérédité24 : « tel père, tel fils » et « le roi est mort, vive le roi ». Trajan déjà s’est singularisé en divinisant ses deux pères, biologique et adoptif, montrés côte à côte sur une même émission25. Le phénix est le modèle animal de la piété filiale (vertu fondatrice de Rome, illustrée par Énée portant son père Anchise26). Ovide l’a mis au paradis des oiseaux « pieux »27, et pius s’imposera bientôt dans la titulature impériale – comme felix, autre qualificatif de l’oiseau. La revendication dynastique peut aller de pair avec un programme politique : Hadrien promettrait d’être à son tour un optimus princeps.

  • 28 Il est mentionné en premier par Stace (Silv., 2.4.37) : il y a du feu ou des cendres chez d’autres (...)
  • 29 Sur d’autres monnaies d’Hadrien, on voit Cerbère (Milne 1395), Pégase (RIC II, 658), un griffon (RI (...)

6Pour le culte et la religion, le bûcher du phénix28 évoque les funérailles impériales – même si les realia ont pu influer sur le mythe. Le corps du souverain est brûlé sur un monceau d’aromates, et un aigle (l’oiseau de Jupiter) figurant son âme, montant au ciel pour y renaître à l’éternité, s’envole des flammes. La transfiguration est gravée sur un monument ou une monnaie : à l’avers, la tête du nouveau dieu radiée ou couronnée de laurier, au revers, souvent l’aigle portant le défunt. Mais le choix d’un animal fantastique en lien avec l’héroïsation s’est déjà vu : sur l’Apothéose d’Auguste du Grand Camée de France, Germanicus s’envole monté sur Pégase29. Aussi noble que l’aigle jovien, ou encore le paon junonien qui accompagnera bientôt les impératrices consacrées, le phénix solaire est en outre devenu l’oiseau des aromates produits par sa patrie arabe, myrrhe et encens ; or on jette des épices en offrande sur les bûchers. L’annexion de la Parthie par Trajan est aussi celle de la route des épices. Par un choix personnel (la mention E(x) s(enatus)-c(onsulto) ne figure pas sur les aurei), Hadrien remplace l’aigle romain de l’apothéose par un oiseau exotique aux connotations aussi pertinentes, mais plus riches.

  • 30 HA, Hadr., 7 : trois pièces d’or par personne avant son retour, puis un double congiaire après.
  • 31 Un texte peut-être contemporain (Satyricon, 40.3-8) évoque le fantasme de manger le phénix, attesté (...)
  • 32 Tac., Ann., 6.28, pour l’an 34, mais en 36 selon Cornélius Valérianus (Plin., NH, 10.5) et Cass. Di (...)
  • 33 Plin., NH, 10.5.
  • 34 Tzétzès, Chil., 5.385-388 ; son chiffre sur la durée de vie de l’oiseau est problématique.
  • 35 Sur les Thrasylle et Chérémon, cf. Capponi 2017, p. 96-108.
  • 36 Sibyl. or., 8.139-140.
  • 37 Une monnaie alexandrine (Milne 5246), attribuée à la deuxième année de règne soit de Caligula, soit (...)
  • 38 Cf. Labrique 2015, pour qui le tertre où elle compte sept bandelettes et douze rochers est l’image (...)

7Outre l’histoire et la géographie, la filiation et les pratiques funéraires, d’autres similitudes entre l’oiseau et les empereurs pouvaient être perçues de tous, car les aurei furent largement distribués30 : cyclique et égyptienne, solaire et prophétique. Le phénix est d’actualité, comme on le voit chez Tacite, haut fonctionnaire contemporain de Trajan et Hadrien31 : il fait une digression sur lui au sujet de Tibère dans ses Annales datées de 110, mais son intérêt doit renvoyer à son propre temps32. Avec le sénateur Manilius qui semble citer l’an 311 av. J.-C. (début de l’ère séleucide ?)33, l’historien est le seul auteur à parler des apparitions de l’oiseau avant Tibère (sous deux pharaons et un Ptolémée). Parmi les indigènes et hellénophones ayant traité du phénix avant Tacite, mais après Tibère, il y a Chérémon. Prêtre égyptien, philosophe stoïcien, bibliothécaire d’Alexandrie, précepteur de Néron, il a écrit sur l’astrologie égyptienne34. Or le thème du phénix devait être discuté au cœur du pouvoir (où cette science était un sujet sensible) si on croyait que sa venue présageait la mort de l’empereur, comme peut-être pour Tibère. Il y avait une dynastie d’astrologues alexandrins à la cour, de Tibère à Hadrien : les Thrasylle. Le père, Thrasyllus, a fait des prédictions à Tibère, le fils, Balbillus, a conseillé Claude, Néron et Vespasien, sa petite-fille, Julia Balbilla, ira avec Hadrien en Égypte en 13035. L’oiseau se voit sous trois de ces empereurs, et des oracles apocalyptiques judéo-chrétiens évoquent au iie siècle le « terme du temps du phénix », au sujet de la fin de Rome prévue sous les Antonins36. C’est en Égypte aussi qu’il faut chercher le sens du phénix37. Le choix d’un échassier, et non un rapace, provient de ce pays, où la tunique isiaque de Saqqara (ier-iie siècle apr. J.-C.) montre une image proche des aurei : un flamant géant nimbé de sept rayons, perché sur un tertre, qu’adorent des personnages38.

  • 39 Peu après Tacite, Aelius Aristide lie lui aussi l’apparition du phénix aux « révolutions du soleil  (...)
  • 40 Sur cette incarnation de l’« Éternité d’or », cf. Quet 2004.
  • 41 Pas plus que les roches des monnaies constantiniennes, ce globe n’est mentionné dans les textes, sa (...)
  • 42 Plin., NH, 10.5. L'oiseau pointe même peut-être la date précise de la naissance d'Hadrien le 24 jan (...)
  • 43 Censorinus, DN, 18 et 21.

8Les 1 461 ans donnés pour le cycle de l’oiseau par le seul Tacite renvoient encore à l’Égypte : c’est le cycle sothiaque39 au terme duquel le lever héliaque coïncide avec l’apparition de l’étoile Sothis (Sirius, ou le Grand Chien), comme on le voit surgir sur les monnaies isiaques des Antonins. Son retour marque le renouveau éternel du temps et l’avènement d’une ère de félicité. L’oiseau a donc un sens calendaire : Hadrien s’inscrirait dans la suite des pharaons, des Ptolémées, et peut-être de Séleucos Ier. Le mythe du retour de l’âge d’or, chanté sous Auguste, était reparu sous Trajan : on le voit dans ses légendes monétaires. Innovant pour la forme, Hadrien reprend le thème et le continuera dans l’aureus au zodiaque et au phénix de 121, avec l’exergue Saec(ulum) aur(eum), où le métal choisi sert aussi le message : dans le cercle du zodiaque, un personnage40 tient un globe, qui de solaire est devenu cosmique ou terrestre41, surmonté d’un phénix κοσμοκράτωρ, très stylisé (en raison de sa taille réduite à l’échelle de la monnaie) et sans nimbe ; il est superposé au cercle zodiacal où son bec pointe le signe du Bélier qui marque le renouvellement de la Grande Année dont la vie de l’oiseau est synchrone, selon Manilius42. Or le retour du cycle sothiaque était prévu pour vingt ans plus tard43 ; Antonin, successeur d’Hadrien, le célébrera sous le nom d’Aiôn et justement sous les espèces du phénix sur des monnaies alexandrines en 138-139 et 142-143. Hadrien, qui fêtera le dies natalis Vrbis de 121 avec cette pièce au zodiaque et au phénix, anticipe-t-il l’une ou l’autre de ces dates ?

  • 44 On a suggéré que c’est aussi là qu’Hadrien a fait la connaissance du phénix (van den Broek 1972, p. (...)
  • 45 Lib., Or. 11 : Antiochikos, 95-100.
  • 46 Cf. n. 40.
  • 47 Il existait une tradition égyptienne ancienne selon laquelle un dieu (Thot) écrivait le nom des sou (...)
  • 48 Sozomène (Hist. eccl., 5.19.10-11) et Ammien Marcellin (Hist., 22.12.8), écrivant à la date du conf (...)
  • 49 RIC² II.1, 712.
  • 50 Cf. Riccardi 2011.
  • 51 HA, Ael., 7.1, cf. Davies 2004, p. 250.

9L’oiseau se rattache syncrétiquement aussi, pour nous, au culte d’Apollon-Hélios et, par la branche, à son sanctuaire oraculaire de Daphné (δάφνη signifie « laurier »), une banlieue d’Antioche sur l’Oronte dans cette Syrie où Hadrien apprit la mort de Trajan et aurait reçu la prédiction de son règne44. Le temple avait été fondé vers 300 par Séleucos Ier à qui le dieu avait prédit le pouvoir45, et du début du règne duquel Manilius semble dater une apparition du phénix46 ; sa source prophétique Castalie était réputée. Trajan fit bénéficier de ses largesses ce temple et cette ville où il subit le tremblement de terre de 115, et Hadrien continua ses travaux, embellissant la source. Il consulta l’oracle, en eut une réponse écrite sur une feuille de laurier lui promettant l’Empire47, puis fit boucher la source pour tarir les présages48. L’empereur Julien, sectateur de Sol, tentera de la remettre en service malgré les Chrétiens, et c’est de Daphné que viendra la mosaïque du Louvre (ve-vie siècles), montrant un grand phénix nimbé en majesté, sans laurier, mais sur une butte rocheuse, comme sans doute sur les monnaies constantiniennes. Pour Hadrien, l’oiseau remplacerait le corbeau apollinien au laurier (attesté sur une monnaie de Domitien49), comme il remplace l’aigle d’apothéose pour Trajan. Si donc le phénix au laurier incarne Trajan divinisé vainqueur de l’Orient, il symbolise aussi Hadrien consacré par Apollon-Hélios et prédestiné par l’oracle de Daphné, évoqué ici par un jeu de mot et d’image. Le culte de Sol s’est manifesté d’Auguste à Trajan : le Papyrus Giessen et peut-être une terre cuite du Louvre50 montrent la vénération de ce dernier pour ce dieu. Hadrien aurait eu la même adoration ; son nom gentilice Aelius est noté Helius (latinisation de ἥλιος « soleil » ?) dans l’Histoire Auguste et son mausolée était un monument à l’astre du jour, a-t-on dit, avec à l’entrée des paons, autres symboles solaires51.

  • 52 Le choix d’Antonin comme successeur est expliqué par le fait qu’Hadrien le voit soutenir son père ( (...)
  • 53 C’est la triade régalienne Ammon-Déméter-Harpocrate, comme père, mère et fils, cf. Bricault 2013, p (...)
  • 54 Milne 1602.

10Pour en revenir au sens dynastique, Hadrien émettra en 137-138 un tétradrachme alexandrin avec l’allégorie de la Prévoyance, Πρόνοια, tenant un sceptre et l’oiseau radié : en fin de règne, cette « Prévoyance » peut être le choix d’Antonin comme héritier, car il n’a pas de fils biologique, pas plus que Trajan avant lui52 ; ce thème se retrouve sur une pièce récemment découverte, portant une image elle encore unique53. Mais le phénix en majesté se reverra : Antonin frappe en 138-139 et 142-143, dans le même atelier, des pièces qui le nomment εὐσεβής, « pieux » (latin pius), pour avoir obtenu du sénat l’apothéose d’Hadrien ; au revers, un phénix et l’exergue Αἰών, « éternité », la Grande Année sothiaque renouvelée en 13854. En 141, Antonin reprendra le phénix funéraire pour la consécration de son épouse Faustine, première impératrice défunte à qui s’allie l’oiseau (par alternance avec le paon de Junon), porté par l’allégorie d’Aeternitas – Marc Aurèle fera de même ensuite pour Faustine la Jeune. Sur un as d’Antonin de 159-160, on reverra Aeternitas avec le phénix sur le globe.

 

  • 55 Dans les textes, le nimbe n’apparaît pas avant le roman d’Achille Tatius (Leuc. Clit., 3.25.2-3), c (...)
  • 56 Ps. Aur. Vict., Epit. Caes., 14.6.
  • 57 Cf. Lecocq 2001, passim, et 2009a, liste p. 100-101.
  • 58 La branche, aussi grande que l’oiseau, suit le pourtour de la pièce, peut-être une palme, devenue s (...)
  • 59 Nous remercions Rémy Poignault de nous avoir suggéré que cette occultation est sans doute liée au p (...)

11Sur les aurei d’Hadrien en l’honneur de feu Trajan, qui offrent la première image officielle du phénix, l’oiseau, désigné par son nimbe55, est une réussite esthétique et symbolique, car à la fois tous les aspects du mythe et toutes les circonstances de l’émission sont exploités ; l’absence de légende, loin d’être une lacune, laisse ainsi le champ libre à toutes les interprétations. Les monnaies montrent en miroir d’une part la crémation, la consécration funéraire et l’éternité de Trajan, d’autre part la piété filiale, la légitimité et la continuité du pouvoir d’Hadrien ; elles montrent les victoires orientales de l’un et la promesse oraculaire de l’empire pour l’autre, ainsi que le renouveau des temps heureux pour Rome dans la succession dynastique (voir le tableau récapitulatif des correspondances ci-après). Ce nouveau signe, aussi multiplex56 que son inventeur Hadrien, contient en germe tous les phénix impériaux à venir et sera repris jusqu’aux derniers empereurs de Rome57 et au-delà. D’abord, l’oiseau se dédouble dans le monnayage des Antonins : calendaire pour célébrer le retour de la Grande Année sothiaque, funéraire pour honorer les deux Faustine. Puis il apparaît sporadiquement au siècle suivant et revient en force sur les frappes de la dynastie constantinienne dans la continuité iconographique et symbolique des aurei d’Hadrien : l’oiseau trône de nouveau seul et en majesté, mais avec des attributs différents, l’orbe du cosmos ou de la terre (en place du soleil originel), ou bien soit un bûcher romain, soit une pile de roches plus ou moins pyramidale (la butte cosmogonique égyptienne ?), selon les interprétations ; dans les deux cas, la légende en est Fel(ix) temp(orum) reparatio, « renouvellement heureux des temps ». Parallèlement, le phénix nimbé est adopté par la nouvelle religion chrétienne comme symbole de la résurrection : fréquent dans les textes et sur les mosaïques des églises, il s’y perche sur son homonyme grec le palmier. Au vie siècle, on reverra sur les sceaux de plomb du diacre Siricius un oiseau à la branche proche de nos aurei58. Deux millénaires plus tard, Marguerite Yourcenar choisira cependant d’occulter dans ses Mémoires d’Hadrien ces monnaies et leur oiseau à la si riche symbolique59.

PHÉNIX TRAJAN HADRIEN
créature orientale (originaire d’Arabie), homonyme de l’habitant de la Phénicie Trajan Parthique (et conquérant de l’Arabie) Hadrien en Syrie (ex Phénicie) au décès de Trajan
le benu voyage sur une barque funéraire corps ramené à Rome par bateau en 117 rentre d’Orient à Rome en 118
oiseau sacré du soleil, nimbé empereur couronné, adorateur de Sol empereur couronné, adorateur de Sol
être unique, roi des oiseaux (chez Tacite) empereur (unique) empereur (unique)
père et fils père fils (adopté)
mort et rené défunt successeur
transporte la dépouille paternelle et lui rend les honneurs funèbres rapatrie les cendres de Trajan, et le fait diviniser
= manifestation de pietas = manifestation de pietas
brûlé sur un bûcher d’aromates brûlé sur un bûcher d’aromates
oiseau divin et immortel divinisé et immortalisé par l’apothéose
oiseau de bon augure avènement annoncé par un oracle
toujours semblable à lui-même tel père (optimus princeps du passé) tel fils (optimus princeps du futur)
branche de laurier :
1. symbole de victoire 1. laurier de la victoire parthique 1. honore Trajan d’un triomphe posthume
2. plante emblématique et prophétique d’Apollon (δάφνη) 2. Trajan a visité le temple de Daphné 2. a reçu de l’oracle de Daphné la promesse de l’empire sur une feuille de laurier

Bibliographie

Amouretti & Villard (dir.) 1994 : M.-C. Amouretti & P. Villard (dir.), Mélanges Vatin, Aix, Presses Universitaires de Provence, 1994.

Bellen 1997 : H. Bellen, « SAEC(ulum) AVR(eum). Das Säkularbewusstsein des Kaisers Hadrian im Spiegel der Münzen », dans Schumacher & Bellen (dir.) 1997, p. 135-150.

Bitner 2012 : B. Bitner, « How to celebrate Hadrian’s Accession (POxy 3781) », dans Llewelyn & Harrison (dir.) 2012, p. 76-86.

Boilève, Dardenay & Monier (dir.) 2018 : J. Boileve, A. Dardenay & F. Monier (dir.), Peintures et stucs d’époque romaine. Études toichographologiques, Bordeaux, Ausonius, 2019.

Bricault 2013 : L. Bricault, « La question de la succession d’Hadrien sur une monnaie inédite de l’atelier d’Alexandrie », Pallas, 90, 2013, p. 53-61.

Brugal, Gardeisen & Zucker (dir.) 2011 : J.-P. Brugal, A. Gardeisen & A. Zucker (dir.), Prédateurs dans tous leurs états, Antibes, APDCA, 2011.

Budzowska, Dinçel, Czerwińska & Chiżyńska 2017 (dir.) : M. Budzowska, B. I. Dinçel, J. Czerwińska & K. Chiżyńska, The Metamorphoses of Ancient Myths, Francfort, Berne, Bruxelles, New York, Oxford, Varsovie, Vienne, Peter Lang, 2017.

Cabouret 1994 : B. Cabouret, « L’oracle de la source Castalie à Daphnè près d’Antioche », dans Amouretti & Villard (dir.) 1994, p. 95-104.

Capponi 2010 : L. Capponi, « Hadrian in Jerusalem and Alexandria », Atheneum, 98, 2010, p. 489-502.

Capponi 2017 : L. Capponi, Il ritorno della fenice. Intellettuali e potere nell’Egitto romano, Studi e testi di storia antica XXIII, Pisa, ETS, 2017.

Capriotti Vittozzi 2018 : G. Capriotti Vittozzi, « Emperor Hadrian and Egypt. Remarks on the mythical and religious perspectives », Arys, 16, 2018, p. 267-288.

Castritius 1964 : H. Castritius, « Der Phoenix auf den Aurei Hadrians und Tacitus’ Annalen VI 28 », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 14, 1964, p. 89-95.

Christol 1976 : M. Christol, « L’image du phénix sur les revers monétaires, au milieu du iiie s. », Revue Numismatique, 6e série, 18, 1976, p. 82-96.

Colin, Huck & Vanséveren (dir.) 2015 : F. Colin, O. Huck & S. Vanséveren (dir.), Interpretatio. Traduire l’altérité culturelle dans les civilisations de l’Antiquité, Paris, De Boccard, 2015.

Davies 2004 : P. J. Davies, Death and the Emperor: Roman Imperial Funerary Monuments from Augustus to Marcus Aurelius, Austin, University of Texas Press, 2004.

Dobesch, Harrauer, Siewert & Weber (dir.) 1986 : G. Dobesch, H. Harrauer, P. Siewert & E. Weber (dir.), Tyche, Vienne, Holzhausens, 1986.

Fabrizio-Costa (dir.) 2001 : S. Fabrizio-Costa (dir.), Phénix. Mythe(s) et signe(s), Berne, Peter Lang, 2001.

Ficoroni (De) 1740 : F. De Ficoroni, I piombi antichi, Roma, Mainardi, 1740.

Gangloff (dir.) 2013 : A. Gangloff (dir.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, Berne, Peter Lang, 2013.

Garambois-Vasquez (2011) : F. Garambois-Vasquez (dir.), Claudien. Mythe, histoire et science, Saint Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2011.

Holmes (dir.) 2011 : N. Holmes (dir.), Proceedings of the 14th Numismatic Congress Glasgow 2009, Londres, Spink and son, 2011.

Johnston, Mastrocinque & Papaioannou (dir.) 2016 : P. Johnston, A. Mastrocinque & S. Papaioannou (dir.), Animals in Greek and Roman Religion and Myth, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2016.

Keitel 1999 : E. Keitel, « The Non-Appearance of the Phoenix at Tacitus Annals 6.28 », American Journal of Philology, 120.3, 1999, p. 429-442.

Kierdorf 1986 : W. Kierdorf, « Apotheose und postumer Triumph Trajans », dans Dobesch et al. (dir.) 1986, p. 147-156.

Labrique 2015 : F. Labrique, « Alêtheia. La tunique liturgique de Saqqara : Maât vs. Théogamie », dans Colin, Huck & Vanséveren (dir.), 2015, p. 231-264.

Lecocq 2001 : F. Lecocq, « L’empereur romain et le phénix », dans Fabrizio-Costa (dir.) 2001, p. 27-56.

Lecocq 2008 : F. Lecocq, « Les sources égyptiennes du mythe du phénix », L’Égypte à Rome, Cahiers de la MRSH-Caen, 41, 2008, p. 211-266.

Lecocq 2009a : F. Lecocq, « L’iconographie du phénix à Rome », Schedae, 6.1, 2009, p. 73-106.

Lecocq 2009b : F. Lecocq, « L’œuf du phénix. Myrrhe, encens et cannelle dans le mythe du phénix », Schedae, 17.2, 2009, p. 107-130.

Lecocq 2011a : F. Lecocq, « Le phénix dans l’œuvre de Claudien : la fin d’un mythe », dans Garambois-Vasquez (dir.), p. 113-157.

Lecocq 2011b : F. Lecocq, « Kinnamômon ornéon ou phénix ? L’oiseau, la viande et la cannelle », dans Brugal, Gardeisen & Zucker (dir.) 2011, p. 409-420.

Lecocq 2016 : F. Lecocq, « Inventing the Phoenix. A Myth in the making through Words and Images », dans Johnston, Mastrocinque & Papaioannou (dir.), 2016, p. 449-478.

Lecocq 2017 : F. Lecocq, « The Palm tree, the Phoenix and the Wild Boar: scientific and literary Reception of a strange Trio in Pliny the Elder (NH 13, 42-43) and Satyricon (40, 3-8) », dans Budzowska, Dinçel, Czerwińska & Chiżyńska (dir.) 2017, p. 55-78.

Lecocq 2018 : F. Lecocq, « Les premières peintures du phénix, à Pompéi », dans Boilève, Dardenay & Monier (dir.) 2018, p. 277-294.

Lecocq 2019a : F. Lecocq, « Les premières peintures du phénix, à Pompéi », dans Actes du xxixe colloque de l’Association française pour la peinture murale antique (Louvres, 2017), Boislève, Dardenay & Monier (dir.), 2019, p. 277-294.

Lecocq 2019b : F. Lecocq, « L’oiseau bénou-phénix et son tertre sur la tunique historiée de Saqqâra. Une interprétation nouvelle », ENiM, 12, 2019, p. 247-280.

Lecocq à paraître 2019 : F. Lecocq, « Le phénix dans le Physiologus byzantin du Pseudo-Épiphane et dans le Physiologus de Vienne : erreur textuelle et interprétation étymologique », Rursuspicae, 12, 2019.

Llewelyn & Harrison (dir.) : S. R. Llewelyn & J. R. Harrison (dir.), New Documents Illustrating Early Christianity, Grand Rapids, Eerdmans, 2012.

Martin 1974 : J.-P. Martin, « Hadrien et le Phénix. Propagande numismatique », dans les Mélanges Seston, Paris, De Boccard, 1974, p. 327-337.

Milne : J. G. Milne, Catalogue of Alexandrian Coins in the Ashmolean Museum, Oxford, Oxford University Press, 1927 ; New York, S. J. Durst, 1982.

Nagy 2001 : A. M. Nagy, « Le phénix et l’oiseau-benu sur les gemmes magiques », dans Fabrizio-Costa (dir.) 2001, p. 57-84.

Poignault 1995 : R. Poignault, L’Antiquité dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar : littérature, mythe et histoire, tome 2, Latomus, Bruxelles, 1995.

Quet 2004 : M.-H. Quet, « L’aureus au zodiaque d’Hadrien, première image de l’éternité cyclique », RN, 160, 2004, p. 119-154.

Raschle 2013 : C. R. Raschle, « Le temple d’Apollon à Daphné : un lieu de mémoire au centre du conflit entre chrétiens et païens », dans Gangloff (dir.) 2013, p. 215-238.

Riccardi 2011 : L. Riccardi, « L’image du pouvoir impérial de Trajan et son évolution idéologique : étude des frappes monétaires aux types d’Hercule, Jupiter et Soleil », dans Holmes (dir.) 2011, p. 964-972.

RIC : H. Mattingly & E. A. Sydenham, Roman Imperial Coinage, Londres, Spink and Son, 1926 (vol. II) et 1930 (vol. III).

RIC² : H. Mattingly & E. A. Sydenham, Roman Imperial Coinage, vol. II, part. 1, 2e édition révisée par I. A. Carradice & T. V. Buttrey, Londres, Spink and Son, 2007.

Roman, Rémy & Riccardi 2009 : Y. Roman, B. Rémy & L. Riccardi, « Les intrigues de Plotine et la succession de Trajan : à propos d’un aureus au nom d’Hadrien César », Revue des Études Anciennes, 111.2, 2009, p. 508-517.

Schumacher & Bellen (dir.) 1997 : L. Schumacher & H. Bellen (dir.), Politik - Recht - Gesellschaft: Studien zur Alten Geschichte, Stuttgart, Steiner, 1997.

van den Broek 1972 : R. van den Broek, The Myth of the Phoenix, Leyde, Brill, 1972.

Notes

1 RIC II, 27 et 28, et variantes.

2 Iounou, en Basse Égypte.

3 Martin 1974, Christol 1976.

4 L’œil et les globules représentant les plumes ont disparu de la plupart des aurei en raison de l’usure.

5 Cf. Kierdorf 1986, p. 152.

6 Cf. Lecocq 2008.

7 Plin., NH, 7.153 ; 10.3-5 ; 11.121 ; 12.85 ; 13.42-43 ; 29.29.

8 Le rapace rouge et or d’Horus semble être le phénix « vu en peinture » par Hérodote (2.73).

9 Cf. Lecocq 2009b et 2011b.

10 Clem., ICor., 25 (vers la fin du ier s. apr. J.-C.).

11 « Heureux le phénix. Toi aussi ».

12 Cf. Lecocq 2019a.

13 Plin., NH, 10.5, cf. Capponi 2017, p. 84-89.

14 Les seules images du phénix à peu près contemporaines des aurei sont des gemmes magiques gréco-égyptiennes, trouvées surtout en Syrie, cf. Nagy 2001.

15 HA, Hadr., 5.

16 Cf. Roman, Rémy & Riccardi 2009.

17 Cf. Capponi 2017, p. 153-161, et Capriotti Vittozzi 2018.

18 Malgré l’importance des jeux de mots et d’images dans la fabrique du mythe du phénix (Lecocq 2016), l’image ne renvoie pas à Cornélius Palma, légat de Syrie vainqueur de l’Arabie en 106 (selon l’hypothèse de Martin 1974, p. 333), mais ennemi d’Hadrien.

19 On trouve l’Assyrie et la Syrie d’Ovide à Lactance, et un lien avec la Parthie chez Claudien (Lecocq 2011a, p. 121-126).

20 L’allégorie de l’Arabie porte une branche, sans doute un des aromates qui lui ont valu le nom de felix, comme sur les monnaies de Trajan célébrant sa conquête (RIC II, 142, etc.).

21 RIC II, 326.

22 RIC II, 16.

23 Cf. Roman, Rémy & Riccardi 2009, p. 7.

24 La reproduction du phénix n’est pas sexuée : il n’y a pas de mère biologique, pas plus dans le cas de l’adoption.

25 RIC II, 726.

26 En Égypte, rêver du phénix présage la mort du père et la nécessité de le porter soi-même en terre (Artemid., Oneiroc., 4.47).

27 Ov., Am., 2.6.54.

28 Il est mentionné en premier par Stace (Silv., 2.4.37) : il y a du feu ou des cendres chez d’autres auteurs, mais il n’y a de bûcher explicite que dans cette pièce mondaine sur la mort d’un perroquet, incinéré à la romaine, et comparé au phénix.

29 Sur d’autres monnaies d’Hadrien, on voit Cerbère (Milne 1395), Pégase (RIC II, 658), un griffon (RIC II, 653), un serpent agathodémon (Milne 1983, etc.) et un sphinx (Milne 1425v), mais aucune de ces créatures fantastiques n’est un semblable hapax dans la numismatique romaine.

30 HA, Hadr., 7 : trois pièces d’or par personne avant son retour, puis un double congiaire après.

31 Un texte peut-être contemporain (Satyricon, 40.3-8) évoque le fantasme de manger le phénix, attesté encore pour Héliogabale (HA, Elag., 23.6), cf. Lecocq 2017, p. 69.

32 Tac., Ann., 6.28, pour l’an 34, mais en 36 selon Cornélius Valérianus (Plin., NH, 10.5) et Cass. Dio (58.27.1). Nous ne pensons pas que Tacite change la date pour souligner le meurtre impie de parents (Keitel 1999), et ne voyons pas d’« attaque de la propagande numismatique d’Hadrien » du fait des dates (remises en cause par Castritius 1964, p. 89-90).

33 Plin., NH, 10.5.

34 Tzétzès, Chil., 5.385-388 ; son chiffre sur la durée de vie de l’oiseau est problématique.

35 Sur les Thrasylle et Chérémon, cf. Capponi 2017, p. 96-108.

36 Sibyl. or., 8.139-140.

37 Une monnaie alexandrine (Milne 5246), attribuée à la deuxième année de règne soit de Caligula, soit plutôt d’Hadrien ou Antonin, porte sur une face le taureau sacré Apis, sur l’autre un oiseau avec deux plumes à l’arrière de la tête (donc pas un ibis) et une branche : le héron - benu (sans le nimbe romain du phénix) et du laurier ?

38 Cf. Labrique 2015, pour qui le tertre où elle compte sept bandelettes et douze rochers est l’image des mois de l’année car l’auteur voit à l’échassier une tête de vautour, oiseau dont le hiéroglyphe signifie « année ». Nous y voyons plutôt les sept bouches du Nil et de treize plants de papyrus, image du delta égyptien en tant que lieu de la cosmogonie héliopolitaine, cf. Lecocq 2019b. Le phénix sur un empilement apparaîtra sur les monnaies des fils de Constantin (voir infra), mais il pourrait s’agir des sacs d’aromates d’un bûcher.

39 Peu après Tacite, Aelius Aristide lie lui aussi l’apparition du phénix aux « révolutions du soleil », ἡλίου περιόδοις, sans donner de chiffre (Def. or., 426).

40 Sur cette incarnation de l’« Éternité d’or », cf. Quet 2004.

41 Pas plus que les roches des monnaies constantiniennes, ce globe n’est mentionné dans les textes, sauf dans un ouvrage tardif qui écrit par erreur σφῦρα « marteau », d’où « malléole », pour σφαῖρα « sphère » (Ps. Epiph., Physiol., 11, cf. Lecocq à paraître 2019).

42 Plin., NH, 10.5. L'oiseau pointe même peut-être la date précise de la naissance d'Hadrien le 24 janvier, dans le signe du Verseau, cf. Capriotti Vittozzi 2018, p. 274.

43 Censorinus, DN, 18 et 21.

44 On a suggéré que c’est aussi là qu’Hadrien a fait la connaissance du phénix (van den Broek 1972, p. 245), ou encore qu’il s’est rendu en Égypte dès l’an 117 (Capponi 2010, p. 492-496).

45 Lib., Or. 11 : Antiochikos, 95-100.

46 Cf. n. 40.

47 Il existait une tradition égyptienne ancienne selon laquelle un dieu (Thot) écrivait le nom des souverains sur les fruits de l’arbre sacré d’Héliopolis.

48 Sozomène (Hist. eccl., 5.19.10-11) et Ammien Marcellin (Hist., 22.12.8), écrivant à la date du conflit entre Julien et les chrétiens autour du sanctuaire. La source ayant en fait continué d’être consultée après Hadrien, on a pensé à un effondrement accidentel l’ayant temporairement bouchée (Raschle 2013, p. 219). Julien, auteur du traité Hélios-roi, fut à sa mort comparé au phénix par le rhéteur d’Antioche Libanios, qui fit aussi un poème sur l’incendie du temple de Daphné (Orat., 17.10). Les autres empereurs comparés à l’oiseau seront Avitus par Sidoine Apollinaire (Carm. 7, 353-356) et Justin II par Corippe (Laud. Just., 1, 349-352) ; le général Stilicon est aussi un phénix chez Claudien (Cos. Stil., 2, 415-420), cf. Lecocq 2011a, p. 138-146.

49 RIC² II.1, 712.

50 Cf. Riccardi 2011.

51 HA, Ael., 7.1, cf. Davies 2004, p. 250.

52 Le choix d’Antonin comme successeur est expliqué par le fait qu’Hadrien le voit soutenir son père (ou beau-père) chancelant, c’est-à-dire manifester la piété du phénix (Aur. Vict., Caes., 14.10).

53 C’est la triade régalienne Ammon-Déméter-Harpocrate, comme père, mère et fils, cf. Bricault 2013, p. 53-61.

54 Milne 1602.

55 Dans les textes, le nimbe n’apparaît pas avant le roman d’Achille Tatius (Leuc. Clit., 3.25.2-3), contemporain d’Hadrien ou postérieur à lui.

56 Ps. Aur. Vict., Epit. Caes., 14.6.

57 Cf. Lecocq 2001, passim, et 2009a, liste p. 100-101.

58 La branche, aussi grande que l’oiseau, suit le pourtour de la pièce, peut-être une palme, devenue symbole du martyre ; sur un autre exemplaire, pas de branche, mais une croix et les lettres FE pour fenix (cf. De Ficoroni 1740, pl. V.13 et IX.9, et van den Broek 1971, pl. XXXVI, 1).

59 Nous remercions Rémy Poignault de nous avoir suggéré que cette occultation est sans doute liée au portrait mitigé qui est fait de Trajan, auquel Hadrien ne souhaite pas ressembler. M. Yourcenar donne cependant à un chapitre des Mémoires le titre de Saeculum aureum, « siècle d’or », légende d’une des monnaies au phénix hadrianique, mais pour évoquer la période la plus heureuse de la vie de l’empereur, avec Antinoüs (cf. Poignault 1995, tome 2, p. 640-641).

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site