Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Deux faces du phénix impérial : Trajan et Hadrien sur les aurei de 117/118 apr. J.-C.

Françoise Lecocq

Résumé

Les deux aurei d’Hadrien en l’honneur de son père adoptif feu Trajan montrent une image inédite : un phénix radié, en majesté, sans légende, tenant sur un des types une branche de laurier. Si la créature sacrée d’Égypte est anciennement attestée dans les textes gréco-latins, des représentations ne se voient en Italie qu’à partir du ier siècle. L’oiseau est entré en politique sous les Julio-Claudiens, scandant l’actualité d’apparitions de bon augure à valeur calendaire. La notice de Tacite montre l’actualité du mythe officialisé. Outre le statut et la personnalité de Trajan et d’Hadrien, les événements historiques, le contexte géographique et les croyances religieuses (liées à l’oracle du temple d’Apollon à Daphné en Syrie) expliquent la pertinence de cet emblème impérial, dynastique et solaire. L’oiseau unique est son propre père et fils ; sa renaissance assure au monde bonheur et pérennité ; son premier acte est de rendre les honneurs funèbres à son géniteur. Cette image au très riche symbolisme – consécration funéraire et vie éternelle, piété filiale et continuité du pouvoir, et promesse d’un âge d’or pour Rome – est destinée à durer.

The two aurei of Hadrian honoring his adoptive father the late Trajan, show a new image: a haloed phoenix, standing majestically, with no legend, holding on one of the types a branch of laurel. If the Egyptian sacred creature is since long attested in the Graeco-Latin texts, representations are seen only in Italy from the 1st c. AD. The bird entered politics under the Julio-Claudians, punctuating the current events with appearances of good omen and calendar meaning. Tacitus’s note shows the topicality of the formalized myth. Besides the status and personality of Trajan and Hadrian, the historic events, the geographical context and the religious beliefs (connected to the oracle of Apollo’s temple in Daphne, Syria) explain the relevance of this imperial, dynastic and solar emblem. The unique bird is his own father and son; its revival assures the bliss and sustainability of the world; his first act is to render funeral honors to his parent. This image with a very rich symbolism: consecration and eternal life, filial devotion and continuity of power, and promise of a golden age for Rome, is intended to last long.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les deux aurei d’Hadrien datés de 117-118 apr. J.-C., commémorant son prédécesseur et père adoptif, feu Trajan divinisé, montrent une image inédite : le mythique phénix tenant dans ses pattes, sur l’un des deux, une branche1. L’oiseau sacré du soleil en Égypte, rare en Grèce, est apparu en Italie au ier siècle av. J.-C. dans la littérature, puis dans les croyances populaires et les opérations de communication du pouvoir : on l’aurait aperçu avant la mort de Tibère, Claude l’aurait exhibé sur le forum, des peintures le montrent à Pompéi, Ovide, Pline l’Ancien et Tacite en ont parlé. La créature unique et rare, renaissant tous les 500 ans et migrant d’Arabie d’où elle transporte le corps paternel au temple d’Héliopolis2, est devenue fréquente. Le phénix illustre ici doublement la monnaie de consecratio du défunt, par une correspondance entre le mythe de l’oiseau divin oriental, mort dans les aromates et rené des flammes, à la fois père et fils, et Trajan décédé en Orient, incinéré sur...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540