Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Deuxième partie. Discours, outils et pratiques du management environnemental

Introduction

Jacques Richard

Texte intégral

1Cette partie est dévolue à la présentation de « discours, outils et pratiques du management environnemental ». Elle comprend plusieurs contributions. La première, de Yulia Altukhova, a trait aux comptabilités de l′agriculture durable et se propose d′en présenter une classification. La seconde, de Bernard Christophe, témoigne de l′« écoblanchiment » comptable dans les rapports développement durable et montre ses relations avec la comptabilité créatrice. La troisième, de Elodie Brulé-Gapihan, retrace diverses manifestations contre les OGM et les analyse pour les confronter aux thèses de la théorie néo-institutionnelle. La quatrième, de Céline Berrier, étudie le concept de « verdissement » dans la firme Hydro Québec.

2Au-delà de la variété des thèmes et des méthodes utilisées, ces articles posent tous le lancinant problème de la définition du développement durable ; au risque d′ajouter une discussion sur un thème très débattu, il nous semble que la confrontation de ces contributions révèle bien la nature complexe du sujet et mérite quelques commentaires en guise d′incitation au débat.

3Le concept de développement durable ou soutenable a fait l′objet d′une définition célèbre (Brundtland, 1987), qui est non seulement reprise dans la plupart des articles et des livres consacrés à la question, mais qui constitue souvent la base idéologique du management environnemental avec le leitmotiv d′une gestion conforme au respect des « trois piliers » (économique, environnemental et humain). Le problème de cette définition est qu′elle est floue dans la mesure où elle repose sur un concept de besoins à satisfaire, lequel peut être interprété de multiples façons (Daly, 1990). D′autres définitions plus précises ont été proposées, mais ces définitions sont multiples et renvoient à des conceptions très différentes. Dans une vision sans doute très réductrice on peut distinguer quatre grandes optiques du développement durable ; diversité qui se retrouve parfois dans les articles de ce livre.

4Une première optique, qui repose sur une philosophie « écocentrique » de la nature, est représentée par le courant de l′écologie profonde qui veut pratiquement conserver la nature en l′état. Ce courant, que Goodland, 1995, qualifie de « conservationisme stupide », n′a pas de portée pratique en matière de management et sert bien souvent de repoussoir commode de toute soutenabilité « forte » (voir infra) aux promoteurs de conceptions néo-classiques de la durabilité. Il n′apparaît éventuellement que pour des mentions « de principe » dans les articles qui font l′objet de cette présentation. Seule importe donc, apparemment, une conception anthropocentrique de la durabilité.

5Mais ici intervient un élément majeur : contrairement à une large littérature (« main stream ») qui distingue, classiquement, au sein de la vision anthropologique, des optiques éthiques, sociales (théorie des parties prenantes, théorie de la légitimité, théorie institutionnelle, etc) et économiques (notamment théorie des ressources économiques) une autre littérature propose un autre clivage avec des conceptions du développement durable basées sur la confrontation entre les conservations de type « fort » et de type « faible » du capital naturel (Neumayer, 1999). C′est cette partition fondamentale « fort/faible » que nous retiendrons ici pour la suite de notre présentation.

6Dans ces conditions, la deuxième optique est celle de la durabilité au sens « fort ». Selon cette conception, initiée par des auteurs comme Ciriacy-Wantrupt (1952), Hueting (1989) et Ekins (2000), le développement durable, pour n′envisager que sa composante naturelle, consiste à maintenir en l′état et prioritairement les fonctions vitales du capital naturel. Cette conception ne repose pas sur des conceptions éthiques et/ou sociales mais techniques, avec un recours aux sciences « dures » (biologie, écologie, agronomie, physique, climatologie…) pour définir des contraintes (limites d′usage des fonctions environnementales) qui s′imposent aux managers et les obligent à faire des amortissements et ou des provisions en ce sens. Bien qu′elle entérine une conception anthropologique de la nature, elle n′a rien à voir avec des conceptions éthiques ou sociologiques qui se réclament aussi de cette vision anthropologique, et aboutit, pour ce qui concerne les fonctions environnementales vitales, aux mêmes conséquences que si on partait d′une vision « écocentrique ».

7L′article de Altukhova montre qu′une fraction des agriculteurs a mis au point des indicateurs de gestion qui s′inspirent de cette conception ; ces agents pratiquent, sans souvent le savoir, une forme de comptabilité environnementale adaptée à la conservation forte du capital naturel. Sans se raccrocher à une formalisation aussi nette les articles de Christophe et de Brulé-Gapihan sont tributaires de cette approche de la durabilité pour des raisons diverses. Ainsi Christophe oppose constamment deux conceptions de la durabilité : celle qui consiste à raisonner au niveau des produits ramenés à une unité commune (efficience environnementale de téléviseurs pondérée par leur taille par exemple) et celle – la seule à être conforme à une soutenabilité forte et qu′il recommande – qui consiste à raisonner au niveau des productions globales (efficacité environnementale). De même, l′étude de Brulé-Gapihan illustre que les actions pour l′interdiction des OGM se font le plus souvent sur la base d′études scientifiques montrant les dangers des pratiques agricoles. Dans tous ces cas de figure les sciences dures jouent un rôle fondamental pour juger des émissions/pollutions globales et des limites à ne pas dépasser.

8Avec la troisième optique du développement durable, celle de la conservation faible du capital naturel, il n′en va pas de même : cette conception est essentiellement de type économique, plus précisément de type néo-classique ; elle ne donne pas la priorité à des indicateurs limites car elle admet, en ligne avec la vision financière des portefeuilles d′actifs financiers, qu′il puisse y avoir une compensation entre une dégradation du capital naturel et une augmentation du capital financier. On trouve cette conception dans l′article de Altukhova avec notamment les écrits de certains auteurs russes en faveur d′un développement « technogénique » ; mais elle apparaît aussi dans l′article de Christophe lorsqu′il est question de Air France et de l′« achat de la bonne conscience » de ses clients.

9Il existe une quatrième conception, très majoritaire aujourd′hui surtout chez les grandes multinationales. Elle consiste à dire que le développement durable, ou tout au moins une stratégie qui s′en réclame, consiste à faire des efforts en faveur de la nature. Cette vision, fortement influencée par l′homme d′affaires Schmidheiny, est notamment théorisée par des auteurs comme Hart (1995) et Shrivastava (1995), sous le nom de « resource based view » ou « théorie du management par les ressources ». Elle ne recourt pas, dans ses développements consacrés à la gestion des entreprises, au concept de soutenabilité forte et ignore donc l′existence de limites environnementales absolues de type technique. Elle ne cherche pas non plus, à la différence de l′école économique néo-classique, à savoir si les dégradations du capital naturel sont compensées par des augmentations du capital financier. De ce fait, elle peut difficilement se prononcer sur une mesure des progrès des entreprises par rapport aux exigences de conservation des fonctions environnementales (soutenabilité forte) et même du maintien du capital global (soutenabilité faible) : le développement durable apparaît alors généralement comme un processus jugé favorable à la cause environnementale selon des critères de type « efficience environnementale » (ou plus rarement de type « efficacité environnementale ») mais sans comparaison avec des limites techniques.

10C′est à cette vision du développement durable très particulière mais très répandue dans le monde du management, qui ignore pratiquement le monde des économistes écologiques, que Berrier consacre son article ; elle rejette logiquement, dans ce cadre, tout concept qui serait basé sur « une réalité normative autonome » et décrit, dans une perspective historique et constructionniste, comment s′effectue le « verdissement » de grandes entreprises comme Hydro Québec. Elle montre, ce qui n′est pas étonnant au vu des hypothèses de base, qu′il y a de grandes difficultés à donner une définition précise de ce concept.

11En conclusion, ces quatre articles donnent au lecteur une idée de la diversité des conceptions des pratiques actuelles du développement durable dans les entreprises ; ce qui est fascinant c′est que, si on excepte le cas de la vision écocentrique, toutes les grandes conceptions du développement durable font maintenant l′objet d′une application pratique dans les entreprises, parfois avec clinquant et parfois sans, comme c′est le cas de certaines exploitations agricoles – décrites par Altukhova – lesquelles témoignent d′une avancée vers une conception forte du développement durable qu′aucune entreprise du CAC 40 ne saurait approcher. Il est clair qu′au-delà des joutes intellectuelles et théoriques, nous assistons aux prémisses d′une compétition entre différentes pratiques avec des enjeux importants en termes de pouvoir et de théorie du capitalisme. L′avenir dira quelle tendance l′emportera. Bien entendu la divulgation de ces expériences pratiques revêt une importance majeure pour la conscientisation des acteurs, enrichit le monde de leurs possibles et ouvre la porte à des changements considérables.

Bibliographie

Bibliographie

Brundtland G. H., Report United Nations, World Commission on Environment and Development. Our Common Future, 1987, Oxford University Press.

Ciriacy-Wantrup, S. Von, Resource Conservation : Economics and Policies, 1952, Berkeley university of California Press.

Daly, H. E., ″Toward some operational principles of sustainable development″. Ecological Economics, vol. 2, n° 1, p. 1-6.

Ekins, P,. Estimating Sustainability Gaps for the UK, Forum for the future, London, 2000.

Goodland, R., ″The concept of environmental sustainability″, 1995, Annual Review of Environmental Sustainability, vol. 26, p. 1-24.

Hart, S., ″A natural resource-based view of the firm″, 1995, Academy of Management Review, vol. 20, n° 4, p. 986-1014.

Hueting, R., Correcting National income for environmental losses : toward a practical solution″. In Ahmad and alii : Environmental accounting for sustainable development, 1989, p. 32-39.

Neumayer, E., Weak versus Strong Sustainability. Exploring the limits of two opposing paradigms, 1999, Edward Elgar, USA.

Shrivastatva, P., ″The role of corporations in achieving ecological sustainability″, 1995, Academy of Management Review, vol. 20, n° 4, p. 936-960.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search