Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

L’Arc de Trajan à Bénévent : la conquête de la Mésopotamie vue par Hadrien

Christelle Ansel

Résumé

En 114 apr. J.-C., Trajan reçoit officiellement de la part du Sénat un arc édifié dans la cité de Bénévent, afin de marquer le début d’une nouvelle uia, la Via Traiana. Cette voie, créée par Trajan, permettait de traverser la péninsule italienne plus rapidement.
L’un des quatorze panneaux de l’arc nous intéresse tout particulièrement. Il illustre « la conquête » ou « la soumission de la Mésopotamie ». Cet intérêt est dû à la représentation d’une scène de la vie militaire de l’empereur, mais contrairement à la majorité des panneaux de l’arc, celui-ci n’a pas été confectionné à sa demande, mais à celle de son successeur, Hadrien. La différence entre les panneaux commandés par Trajan et Hadrien sur l’arc est identifiable. Trajan mettait en évidence ses exploits militaires à travers la soumission d’un peuple, tandis qu’Hadrien y figure la clémence de l’empereur, ce qui est le cas pour le panneau de la Mésopotamie.

In 114 AD, Trajan received officially from the Senate an arch build in the city of Benevento, to mark the beginning of a new uia, Via Traiana. This way, created by Trajan, allowed to cross the Italian peninsula more quickly.
Among fourteen panels of the arch, one interests us quite particularly. It illustrates “the conquest” or “the submission of Mesopotamia”. This interest is due to the representation of a scene of the emperor’s life in the army, but contrary to the majority of the panels of the arch, this one was not made on his request, but on that of his successor, Hadrian. The difference between panels ordered by Trajan and Hadrian on the arch is recognizable. Trajan highlighted his military exploits through the submission of a people, whereas Hadrian represents the leniency of the emperor, which is the case for the panel of Mesopotamia.

Texte intégral

  • 1 RIC II, n° 266. Légende au droit : IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS III PP et au revers : SPQR (...)
  • 2 PIR², P, 602 ; Ceraudo 2011, p. 38-43. Il est consul suffect en 108 apr. J.-C.

1L’Arc de Trajan dont il est question se situe à Bénévent, dans la péninsule italienne. Il s’agit d’un arc à simple arche (Fig. 1) construit dans le but de marquer le début de la uia nouvellement créée par le prince, la Via Traiana. Auparavant, pour aller de Bénévent (Beneuentum) à Brindes (Brundisium), les habitants de la cité de Bénévent devaient emprunter la Via Appia qui ne passait pas par Canosa (Canusium), ni même par Bari (Barium). Pour se rendre dans les deux cités, la population devait emprunter des lieux escarpés, traversant les Apennins. Trajan décida de créer une seconde voie pour parcourir la péninsule italienne plus rapidement et faciliter ainsi les déplacements militaires vers Brindes, point de départ de la campagne parthique. Cette nouvelle route entreprise entre 109 et 114 apr. J.-C., débute à Bénévent. Ainsi, il était désormais possible de relier plus rapidement la ville à Canosa et à Bari en longeant la Mer Adriatique. L’Arc de Trajan se situe au début de la voie, il marque donc un point en particulier, comme une sorte de point zéro. La datation de la voie nous est connue grâce à la présence de bornes milliaires qui font mention de la treizième puissance tribunicienne de l’empereur, ainsi qu’à des deniers de Trajan lauré au droit avec personnification de la Via Traiana au revers. L’allégorie y est représentée semi-allongée, tenant une roue et une branche ou un roseau1. La construction de la voie fut confiée au curator uiae Traianae, Quintus Pompeius Falco2. La Via Traiana est présente sur la Tabula Peutingeriana avec la cité de Benevento indiquée sur le segment VI.

Fig. 1. Façade de l’Arc de Trajan à Bénévent côté campagne.

Fig. 1. Façade de l’Arc de Trajan à Bénévent côté campagne.

Ch. Ansel.

  • 3 CIL, X, 1558, Bénévent : Imp(eratori) Caesari, diui Neruae filio,/ Neruae Traiano Optimo Aug(usto), (...)
  • 4 Domaszewski 1899, p. 173-192 ; Weber 1907, p. 4-7 ; 20-27. La stylistique entre les panneaux des de (...)

2L’arc a une fonction à la fois commémorative, en illustrant des événements majeurs de la vie de Trajan à travers les panneaux, et triomphale avec la frise qui court sur l’attique. En raison de la majorité de son iconographie, on peut qualifier ce monument d’arc commémoratif. Néanmoins, il devait en être autrement. En effet, la construction de l’arc débute en 113-114 apr. J.-C. et il est dédicacé entre le 29 août et le 9 décembre 114 apr. J.-C. Cette datation nous est fournie grâce à l’inscription présente sur l’attique de l’arc3. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il fut décoré de reliefs à ce moment-là ou que certains n’aient pas été modifiés par la suite. De nombreuses discussions ont encore lieu sur la datation des reliefs4. À cette même période, Trajan venait d’annexer l’Arménie et avait pour projet d’agrandir la partie orientale de l’Empire avec l’Empire parthe. Ce triomphe n’a jamais eu lieu puisqu’il meurt avant même d’avoir concrétisé ses conquêtes. Comme l’indique l’inscription, cet arc est dédié au fortissimus princeps ; néanmoins, lorsque sa construction fut entreprise, aucune guerre parthique n’avait été remportée, en revanche, deux guerres sur les Daces avaient abouti à des triomphes romains pour l’empereur. C’est à ces événements qu’est rattaché l’arc comme l’indique la frise, à défaut de célébrer des victoires parthiques. On a donc bien affaire à un arc commémorant les triomphes de Trajan sur les Daces.

  • 5 Veyne 1960, p. 191-192.
  • 6 Veyne 1960, p. 194.
  • 7 Trajan a célébré deux triomphes sur les Daces en 102 et en 107 apr. J.-C. Cf. Andreae 1979, p. 325- (...)

3L’arc est composé de quatorze reliefs, six sur chaque façade et deux sous le passage voûté, le long des parois latérales. Ces deux derniers panneaux relatent des événements de la vie de Trajan à Bénévent, ce qui n’est pas le cas pour les douze autres reliefs en façade. Alfred von Domaszewski optait pour une lecture du monument, face par face. Sur la façade côté ville de Bénévent, il y voyait les activités de l’empereur en tant que chef d’État romain en Italie ; quant à l’autre façade, côté campagne, l’iconographie ferait mention de la politique de l’empereur envers les provinces. Pour Paul Veyne, « les douze panneaux historiés qui décorent le monument sur ses deux façades forment un cycle, une biographie de Trajan en images »5. Contrairement à Alfred von Domaszewki, selon lui les reliefs représentent la vie de Trajan « depuis ses origines espagnoles jusqu’à la conquête de la Mésopotamie et l’apothéose » et « chronologiquement, les panneaux doivent être lus étage par étage, en commençant par l’étage inférieur »6. Dans l’ordre ainsi donné, les douze panneaux représentent les scènes suivantes : Trajan en péninsule Ibérique avant qu’il ne devienne empereur, avant 97 apr. J.-C. ; Trajan en Germanie entre 97 et 99 ; Trajan nouvel empereur qui arrive à Rome en 99 ; les trois ordres de l’État accueillent Trajan sur le Forum en 99 ; Trajan avec les Alimenta et la naissance de la proles Romana en 100 ; Trajan lève de jeunes recrues ; Trajan et ses soldats durant la guerre dacique de 101 à 107, panneau remplacé par l’œuvre portuaire de Trajan ; Trajan déduit des vétérans dans les colonies après 107 ; Trajan soumet la Mésopotamie en 116 ; un panneau mutilé en partie non lisible ; le retour posthume de Trajan aux portes de Rome en 118 ; la triade Capitoline qui attend l’empereur défunt comme un nouveau Jupiter en 118. En plus de ces panneaux, l’arc est décoré d’une frise qui court tout autour de la partie inférieure de l’attique. On peut y voir la représentation de la cérémonie d’un des deux triomphes de Trajan sur les Daces7.

4Le panneau qui nous intéresse tout particulièrement est celui se trouvant côté campagne, sur la droite. Comme nous allons le démontrer, il s’agit du relief représentant Trajan avec la Mésopotamie. On peut y voir « l’annexion » ou « la conquête de la Mésopotamie » (Fig. 2). Le panneau est constitué de deux plans. Sur le premier, on voit une femme agenouillée devant un homme debout. Elle est vêtue d’un long chiton, d’un himation et sa tête est ceinte d’une couronne de laurier. Deux autres personnages sont positionnés en bas du panneau, l’un à droite et l’autre à gauche. On ne voit que la partie supérieure de leur corps sortant des eaux. À travers la figure féminine, il faut voir la personnification de la province de Mésopotamie, identifiable par la présence des personnifications en buste des deux fleuves qui l’entourent. Le dernier personnage du plan est un homme qui se tient debout et occupe toute la hauteur du panneau. Il est vêtu d’une tunique courte surmontée d’un paludamentum. Sa position en avant des autres personnages montre qu’il est le personnage principal du panneau. Il s’agit de l’empereur Trajan, présent sur la plupart des panneaux de l’arc et reconnaissable à ses traits physiques. Au second plan se trouvent deux personnages masculins derrière Trajan, à sa gauche. Ils sont tous les deux munis d’un fascis, les assimilant à des lictores chargés de sa protection. Ils sont accompagnés de quatre autres figures masculines. L’un d’eux, celui de droite, a le bras droit qui passe devant celui de l’empereur, comme s’il lui tendait quelque chose, mais sa main a disparu, ce qui ne nous permet pas de savoir de quoi il s’agissait. Les trois autres personnages se trouvent sur la gauche du panneau. Ils sont surélevés sur une sorte de pont dont on peut observer la balustrade tout à gauche. Le personnage à l’extrême gauche a la main droite posée sur l’épaule gauche de celui qui se trouve à ses côtés. Celui au centre du groupe n’est autre qu’Hadrien, alors consul et futur empereur, successeur de Trajan. Il est reconnaissable à ses traits caractéristiques. Ses avant-bras tendus vers l’avant sont manquants. Leur perte ne permet pas de savoir s’il tendait un objet ou s’il effectuait un geste. Pour le troisième personnage, seules sa tête et une partie de son col sont visibles. Sur la gauche du panneau figure un arbre, plus précisément un chêne, qui indique que la scène a lieu en extérieur.

Fig. 2. Relief de l’attique de l’Arc de Trajan à Bénévent, côté campagne, représentant « la conquête de la Mésopotamie ».

Fig. 2. Relief de l’attique de l’Arc de Trajan à Bénévent, côté campagne, représentant « la conquête de la Mésopotamie ».

Dessin de Ch. Ansel.

  • 8 Hassel 1966, p. 18.
  • 9 Interprétation reprise par Julian Bennett, cf. Bennett 2001, p. 208.
  • 10 Jatta 1908, p. 36. Elle n’effectue qu’une description rapide de la personnification et de son envir (...)
  • 11 Petersen 1892, p. 242 sq.
  • 12 Fittschen 1972, p. 759.
  • 13 Cf. n. 11.
  • 14 Simon 1981, p. 8, pl. 9.
  • 15 Ostrowski 1990, Italia 15, p. 174 ; 176.
  • 16 Grauer 1974, p. 308-336.
  • 17 Hamberg 1945, p. 69-71.
  • 18 On peut y voir la figuration d’Armenia vêtue d’une tunique, de braccae et coiffée d’une tiare, assi (...)
  • 19 Domaszewski 1899, p. 185.
  • 20 Michaud 1820, p. 373. Sur ce personnage, PIR², L, 439.
  • 21 Cf. n. 19.
  • 22 Il existe plusieurs monnaies représentant Dacia sur les frappes de Trajan dont l’une, frappée à Rom (...)
  • 23 Toynbee 1967, p. 15 sq.
  • 24 Strong 1971, p. 214-227.

5Comme il a été indiqué précédemment, la figure féminine présente sur le panneau est interprétée comme la personnification d’une province. Les interprétations sont variées. Franz Josef Hassel y voit la représentation de Dacia8. Les deux fleuves de part et d’autre seraient selon lui ceux de la Dacie, Tisia (Tisza) et Alutus (Olt)9. Il ajoute que la scène du panneau représente la prise de préture d’Hadrien en 104. Il justifie ainsi la présence du futur empereur. Néanmoins, cela ne concorde pas puisqu’il est revêtu de la toge qui l’identifie comme consul designatus, fonction qu’il prit en 107. Michele Jatta10, Eugen Petersen11 et Klaus Fittschen12 pensent également qu’il s’agit de la Dacie conquise par Trajan en 101-102 et en 105-106. Eugen Petersen indique « Framezzo a due fiumi che debbono credersi tribunatii del fiume principale indicato col ponte piu indietro »13, ne faisant ainsi pas le lien entre les deux fleuves qui délimitent la province représentée. De plus, pour quelle raison le fleuve principal serait symbolisé par un pont alors que ses affluents sont personnifiés ? Cela n’a pas de sens. Selon Erika Simon, il s’agirait d’Italia restituta accompagnée des personnifications de la mer (Thalassa) et des eaux douces14. Janusz Ostroswski soutient pleinement cette hypothèse rendant pour lui l’attribution d’Italia indiscutable15. Werner Grauer voit à travers une seule personnification la volonté de représenter l’Orient comprenant les territoires entre la Dacie et la Mésopotamie. Il regroupe donc tous les peuples vaincus et nouvellement provincialisés par Trajan à travers la figure féminine16. Per Gustaf Hamberg opte aussi pour la représentation de l’Arménie17. Pour cela, il se réfère à une monnaie de Trajan sur laquelle figurent l’Euphrate et le Tigre avec une personnification de province et la légende : ARMENIA ET MESOPOTAMIA IN POTESTATEM P R REDACTAE18. De plus, il se fonde sur la date de 114 apr. J.-C. qui correspond à la conquête de l’Arménie et d’une partie de la Mésopotamie. Il rejette ainsi l’idée qu’il pourrait s’agir de Dacia. Du fait que la monnaie indique Mesopotamia et Armenia dans la légende mais ne représente qu’Armenia, identifiable à sa tiare, Gustaf Hamberg s’oriente sur la figuration d’Armenia, néanmoins il n’exclut pas l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Mesopotamia. Alfred von Domaszewski interprète la figure féminine comme étant Mesopotamia par la présence des fleuves Euphrate et Tigre présents de chaque côté. Il y voit une représentation géographique « ein Land sein, dessen Grenze von zwei Flüssen gebildet wird »19, ne pouvant être autre que Mesopotamia, d’autant plus que Trajan vainquit le territoire durant cette même période. À cela, il ajoute l’attitude des fleuves, avec l’Euphrate comme simple spectateur saluant l’empereur, et le Tigre invitant ce dernier à le suivre, comme pour conquérir les terres de Mésopotamie alors encore sous domination ennemie. De plus, l’Euphrate signifie « pont » ou « passerelle », ce qui explique la présence du pont sur lequel se trouve Hadrien juste derrière lui. Il voit à la droite directe de Trajan la présence de Lusius Quietus20, en charge d’une uexillatio de cavalerie romaine qui combattit aux côtés de l’empereur lors des différentes conquêtes. Alfred von Domaszewski fait mention des différends qui existaient entre Lusius Quietus et Hadrien, tous les deux présents sur le relief. Selon lui, la présence des deux hommes est volontaire, l’un acteur principal des conquêtes orientales de Trajan, l’autre s’y opposant, comme ennemi, avec la problématique de la succession de Trajan entre eux. De plus, il effectue le lien avec un relief de l’Arc de Galère à Thessalonique sur lequel sont représentées, selon lui, Armenia et Mesopotamia21. L’autre argument qu’il donne est vestimentaire. Il fait remarquer que la tenue portée par la personnification est totalement différente de celle présente sur les monnaies de Trajan avec la représentation de Dacia. En effet, sur les frappes monétaires on peut voir Dacia habillée d’un chiton court et de braccae22, pantalons de laine reconnaissables, or la figure présente sur l’arc de Bénévent revêt un long chiton surmonté d’un himation. Jocelyn Toynbee est également persuadée qu’il s’agit bien de Mesopotamia23. Il en est de même pour Madame Arthur Strong24. Pour cela, toutes les deux se réfèrent à l’argumentaire d’Alfred von Domaszewski, précédemment indiqué.

  • 25 Cf. n. 22.
  • 26 Cf. n. 18.

6Chronologiquement, l’emplacement du panneau correspond aux autres événements figurés, il est donc placé vers la fin de la vie de l’empereur, selon l’ordre établi par Paul Veyne. Se situant juste après l’épisode de la déduction des colonies qui eut lieu dès 107 apr. J.-C., et précédant un panneau mutilé et le retour posthume de Trajan, il pourrait s’agir de la Dacie, vaincue en 107, de la Mésopotamie ou encore de l’Arménie, toutes les deux conquises en 117. Cependant, iconographiquement, la Dacie n’est jamais représentée avec ses fleuves25, contrairement à la Mésopotamie et à l’Arménie, comme on peut le voir sur la monnaie de Trajan26. Sur cette dernière, on remarque néanmoins que les éléments caractéristiques sont ceux de l’Arménie puisque celle-ci est ceinte de la tiara et vêtue de braccae. On peut ainsi dire que sur la frappe figure Armenia avec une allusion à Mesopotamia mentionnée sur la légende et par la présence des deux fleuves qui la délimitent. Sur le panneau ne figure aucun élément permettant de caractériser telle ou telle province. Elle est représentée sous les traits d’une figure féminine quelconque, sans attributs. C’est pourquoi la présence des deux fleuves est essentielle et permet dans un premier temps d’éliminer l’hypothèse de Dacia, laissant en suspend celle de Mesopotamia et d’Armenia. Néanmoins, Armenia est habituellement représentée avec la tiara et les braccae, ce qui n’est pas le cas sur le panneau. Étant donné que Trajan et Hadrien représentaient sur leurs monnaies Armenia ceinte de la tiare, pourquoi en serait-il autrement sur un relief ? De plus, la présence des deux fleuves qui encerclent la personnification justifie l’interprétation de Mesopotamia. L’Euphrate et le Tigre ont servi de frontières naturelles à l’ouest et à l’est de la Mésopotamie lors de son intégration dans l’Empire romain par Trajan en 117 apr. J.-C. Ils symbolisent donc le territoire nouvellement romanisé. C’est pour cette raison que le territoire est ainsi nommé : Μεσο : entre ; Ποταμός : fleuves, Μεσοποτάμιος : situé entre deux fleuves. Il ne fait donc aucun doute que nous avons bien affaire à la figuration de Mesopotamia sur ce relief.

  • 27 Cf. n. 18.
  • 28 Veyne 1960, p. 213.

7Maintenant que nous avons bien déterminé la présence de Mesopotamia sur le relief, on est à même de se demander qui a fait confectionner le panneau. Certains attribuent les quatre derniers panneaux de l’arc à Hadrien. En effet, tous les panneaux ne seraient pas de Trajan, ce qui semble avéré à travers le panneau ici étudié. Reprenons la monnaie de Trajan précédemment mentionnée, où il est fait allusion à Armenia et Mesopotamia dans la légende, avec la figuration d’Armenia27. L’iconographie utilisée pour Armenia est également valable pour Mesopotamia. L’Arménie y est représentée comme prouincia capta, indiquant que l’Arménie et la Mésopotamie sont désormais sous le contrôle de Rome et de son empereur. Parmi les deux variantes existantes, l’une accentue plus que l’autre la soumission de la natio par le princeps, celle où l’Empereur pose le pied sur la personnification qui penche sa tête en arrière. Du point de vue iconographique, cette figuration n’a rien à voir avec celle du panneau. En revanche, la Mésopotamie illustrée sur le panneau de l’arc de Bénévent se rapproche fortement du mode de représentation des provinces chez Hadrien. Il s’agit d’un des types présents sur les monnaies de la série « des provinces romaines ». Cette série monétaire figurait les provinces de l’Empire romain sous trois types. Le premier type « prouincia » représente la province debout ou allongée avec des attributs la caractérisant. Le deuxième type est celui de l’« aduentus » où elle fait face à l’empereur effectuant une libation sur un petit autel pour souhaiter la bienvenue à celui-ci. Et le troisième type est le type « restitutor » où l’on peut voir l’empereur tendre la main à la province agenouillée, prête à se relever (Fig. 3). C’est à ce dernier type, qui représente la clémence de l’empereur envers le territoire vaincu, que nous avons affaire sur le relief. Le lien entre les deux supports est inévitable, attribuant ce relief à Hadrien. De plus, sur l’arc nous avons deux types de représentations pour les victoires de Trajan. En effet, la frise qui illustre les deux triomphes de Trajan sur les Daces met en évidence ses exploits militaires et la soumission sur ce peuple. C’est la vision de Trajan qui est ici volontairement représentée, alors que sur le relief avec Mesopotamia, l’iconographie utilisée est différente, bien plus clémente. La différence qui existe entre le relief et la frise de l’attique indique que nous n’avons pas affaire au même commanditaire. Il ne fait aucun doute que ce relief a été confectionné à la suite de la mort de l’empereur. La date de l’événement étant trop rapprochée de celle de sa mort, il est plus que probable que l’empereur n’a pas eu le temps de faire la demande du panneau pour l’arc. De plus, les reliefs ayant été commandés par Trajan devaient dater d’avant l’inauguration du monument, soit au plus tard à la fin 114, or l’annexion de la Mésopotamie eut lieu en 117. Enfin, la stylistique des panneaux de l’attique et du panneau de l’œuvre portuaire de Trajan était différente des autres reliefs, ce qui semble indiquer qu’ils ne furent pas commandités par la même personne, au même moment. Comme il a été expliqué auparavant, tous les éléments ne font que confirmer qu’Hadrien en fut le commanditaire. Ce panneau est isolé des autres panneaux par son récit. Exceptée la frise représentant les triomphes daciques, le panneau avec Mesopotamia est le seul à faire allusion aux conquêtes de Trajan. Paul Veyne émet à ce sujet l’hypothèse que « l’artiste a reçu la mission de modifier, dans un double sens, ce qui pouvait encore l’être ; désormais le monument devait montrer surtout les aspects pacifiques du règne de Trajan, et aussi insister sur la piété d’Hadrien envers son père adoptif »28. À travers ce relief Hadrien préféra immortaliser le moment où il fait part de sa clémence à la province concernée, privilégiant l’unité de l’Empire avec un nouvel arrivant demandant le pardon, plutôt que d’illustrer la soumission d’un territoire. Hadrien est perçu comme un empereur pacifiste, proche des provinces composant l’Empire romain. Cette conception de l’empereur est parfaitement illustrée à travers l’iconographie.

Fig. 3. Monnaie d’Hadrien représentant au revers Hadrien restitutor face à la province d’Achaïe.

Fig. 3. Monnaie d’Hadrien représentant au revers Hadrien restitutor face à la province d’Achaïe.

Dessin de Ch. Ansel.

8Hadrien est présent sur certains de ces reliefs, aux côtés de Trajan en tant que successeur, alors que ce ne fut que peu de temps avant la mort de l’empereur qu’Hadrien fut déclaré son héritier, si toutefois il le fut bien. Pour les panneaux en question, il ne fait aucun doute qu’ils ont été confectionnés après la mort de Trajan, sous Hadrien. D’autre part, la figure d’Hadrien sur le relief permet au nouvel empereur d’indiquer sa présence et sa participation aux côtés de Trajan lors de cette annexion, et ainsi de légitimer sa place de souverain. Cet arc a donc été remanié afin de commémorer la vie de Trajan puisque celui-ci n’a pas eu le temps de triompher sur les Parthes. Il est ainsi évident qu’Hadrien fit modifier la décoration de l’arc afin d’y représenter les étapes de la vie de Trajan sous une forme pacifiste.

Bibliographie

Andreae 1979 : B. Andreae, « Zum Triumphfries des Trajansbogens von Benevent », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Röm. Abt.), 86, 1979, p. 325-329.

Bennett 2001 : J. Bennett, Trajan Optimus Princeps, Londres, Routledge, 2001.

Ceraudo 2011 : G. Ceraudo, « La Via Traiana. Découvertes récentes », Dossiers d’archéologie, 343, janvier-février 2011, p. 38-43.

Domaszewski 1899 : A. Domaszewski (von), « Die politische Bedeutung des Trajansbogens in Benevent », Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien, 2, 1899, p. 173-192.

Fittschen 1972 : K. Fittschen, « Das Bildprogramm des Trajansbogens zu Benevent », Archäologischer Anzeiger, 1972, p. 742-788.

Grauer 1974 : W. Grauer, « Zum Bildprogramm des Trajansbogens von Benevent », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 89, 1974, p. 308-336.

Hamberg 1945 : P. G. Hamberg, Studies in Roman Imperial Art, with spécial reference to the State Reliefs of the second century, Copenhague, Ejnar Munksgaard, 1945.

Hassel 1966 : F. J. Hassel, Der Trajansbogen in Benevent: Ein Bauwerk des römischen Senates, Mayence, Verlag Philipp Von Zabern, 1966.

Jatta 1908 : M. Jatta, Le rappresentanze figurate delle provincie romane, Rome, E. Loescher, 1908.

Michaud 1820 : J. F. Michaud, sv. « Lucius Quietus », dans Biographie Universelle, Paris, Michaud frères, t. 25, 1820, p. 37.

Ostrowski 1990 : J. Ostrowski, Les personnifications des provinces dans l’art romain, Varsovie, Comer, 1990.

Petersen 1892 : E. Petersen, « L’arco di Traiano a Benevento », Mittheilungen des Kaiserlich-Deutschen Archaeologischen Instituts (R), 7, 1892, p. 239-264.

Simon 1981 : E. Simon, « Die Götter am Trajansbogen zu Benevent », dans Trierer Winckelmannsprogramme, 1-2, 1979-1980, Mayence, P. von Zabern verlag, 1981.

Snijder 1926 : G. A. S. Snijder, « Der Trajansbogen in Benevent. Bemerkungen zur trajanischen und hadrianischen Skulptur », Jahrbuch des Deutschen Archaeologischen Instituts, 41, 1926, p. 94-128.

Strong 1971 : A. Strong, Roman sculpture from Augustus to Constantine, New York, Hacker Art Books, 1971.

Toynbee 1967 : J. M. C. Toynbee, The Hadrianic School. A Chapter in History of Greek Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1967.

Veyne 1960 : P. Veyne, « Une hypothèse sur l’Arc de Bénévent », Mélanges de l’École Française de Rome. Antiquité, 72, 1960, p. 191-219.

Weber 1907 : W. Weber, Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Hadrianus, Leipzig, B.G. Teubner, 1907.

Notes

1 RIC II, n° 266. Légende au droit : IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS III PP et au revers : SPQR OPTIMO PRINCIPI/VIA TRAIANA.

2 PIR², P, 602 ; Ceraudo 2011, p. 38-43. Il est consul suffect en 108 apr. J.-C.

3 CIL, X, 1558, Bénévent : Imp(eratori) Caesari, diui Neruae filio,/ Neruae Traiano Optimo Aug(usto),/ Germanico, Dacico, pontif(ici) max(imo), trib(unicia)/ potest(ate) XVIII, imp(eratori) VII, co(n)s(uli) VI, p(atri) p(atriae),/ fortissimo principi Senatus p(opulus)q(ue) R(omanus). « À l’Empereur César Nerva Trajan Auguste, le Meilleur, fils du divin Nerva, Germanique, Dacique, grand pontife, en sa dix-huitième puissance tribunicienne, proclamé général victorieux (imperator) sept fois, consul six fois, père de la patrie, prince très valeureux, le Sénat et le peuple romain (ont offert cet arc) ».

4 Domaszewski 1899, p. 173-192 ; Weber 1907, p. 4-7 ; 20-27. La stylistique entre les panneaux des deux premiers étages (excepté le panneau des constructions portuaires du deuxième étage) est différente de celle de la frise présente sur l’attique. Geerto Snijder a déjà fait cette constatation il y a près d’un siècle (Snijder 1926, p. 94-128).

5 Veyne 1960, p. 191-192.

6 Veyne 1960, p. 194.

7 Trajan a célébré deux triomphes sur les Daces en 102 et en 107 apr. J.-C. Cf. Andreae 1979, p. 325-329.

8 Hassel 1966, p. 18.

9 Interprétation reprise par Julian Bennett, cf. Bennett 2001, p. 208.

10 Jatta 1908, p. 36. Elle n’effectue qu’une description rapide de la personnification et de son environnement propre (personnages du premier plan), ne justifiant pas la raison pour laquelle elle y voit la représentation de la Dacie.

11 Petersen 1892, p. 242 sq.

12 Fittschen 1972, p. 759.

13 Cf. n. 11.

14 Simon 1981, p. 8, pl. 9.

15 Ostrowski 1990, Italia 15, p. 174 ; 176.

16 Grauer 1974, p. 308-336.

17 Hamberg 1945, p. 69-71.

18 On peut y voir la figuration d’Armenia vêtue d’une tunique, de braccae et coiffée d’une tiare, assise, qui tient sa tête de la main droite et la gauche posée au sol. Elle est entourée de deux figures masculines assises à demi-nues. Une autre figure masculine se tient debout au centre. Elle tient une lance et une sorte de uolumen ou un sceptre. Il existe deux variantes : le personnage debout a le pied gauche sur la jambe de la figure féminine (et non au sol). Il s’agit de monnaies en bronze (sestertius) émises sous Trajan en 115-116 apr. J.-C. à Rome. Il n’est pas étonnant de retrouver les deux provinces sur une seule monnaie car celles-ci sont devenues romaines en 114 apr. J.-C. C’est à la création des deux provinces que Trajan fait allusion à travers cette monnaie. Cf. RIC II, n° 642, pl. XI.

19 Domaszewski 1899, p. 185.

20 Michaud 1820, p. 373. Sur ce personnage, PIR², L, 439.

21 Cf. n. 19.

22 Il existe plusieurs monnaies représentant Dacia sur les frappes de Trajan dont l’une, frappée à Rome, en bronze (sestertius, dupondius, as), est datée de 116-117 apr. J.-C. On y voit Dacia assise vers la gauche sur un rocher, vêtue d’un chiton court, de chlamys et de braccae. Elle tient une enseigne et un aigle. Face à elle se trouvent deux enfants dont l’un tient une grappe de raisin et l’autre des épis. DACIA AVGVST PROVINCIA S.C. Cf. BMCEmp III p. 204, nos 960-963, pl. 37.10, p. 209, n° 990, p. 212, † ; Ostrowski 1990, p. 126 n° 11. Une autre, également en bronze, fut frappée en Crète sous Trajan. Dacia y est assise sur des armes entassées, face à un trophée. À l’exergue ΔΑΚΙΑ. Cf. Ostrowski 1990, p. 127 n° 13 ; Toynbee 1967, p. 70-71.

23 Toynbee 1967, p. 15 sq.

24 Strong 1971, p. 214-227.

25 Cf. n. 22.

26 Cf. n. 18.

27 Cf. n. 18.

28 Veyne 1960, p. 213.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Façade de l’Arc de Trajan à Bénévent côté campagne.
Crédits Ch. Ansel.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Titre Fig. 2. Relief de l’attique de l’Arc de Trajan à Bénévent, côté campagne, représentant « la conquête de la Mésopotamie ».
Crédits Dessin de Ch. Ansel.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 3. Monnaie d’Hadrien représentant au revers Hadrien restitutor face à la province d’Achaïe.
Crédits Dessin de Ch. Ansel.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 979k

Auteur

Université de Lille, HALMA UMR 8164 (CNRS, Univ. Lille, MC)

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site