Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Auguste/Tibère et Trajan/Hadrien : la difficulté d’être le successeur de l’optimus princeps

Novella Lapini

Résumé

Cet article se propose d’analyser le début du Principat d’Hadrien, c’est-à-dire le moment critique de la succession de Trajan, en 117 après J.-C. Ce passage est décrit en détail par l’Histoire Auguste (Hadr., 4) – source littéraire essentielle avec les fragments et un abrégé byzantin du livre 69 de Cassius Dion – qui montre des dispositifs narratifs déjà vus dans la description tacitéenne (Ann., 1.3-5) et suétonienne (Tib., 21) du transfert du pouvoir d’Auguste à Tibère : préférence donnée aux autres candidats par le prince en charge, conflit entre les différentes factions de la domus Augusta, ingérence de la veuve du prince (Livie ou Plotine) qui arrive à imposer son favori. L’analyse de ces topoi et la compréhension des antécédents – voir le rôle de Tanaquil au moment de la succession de Servius Tullius comparé à celui de Livie et Plotine – est essentiel pour comprendre le contexte et les implications de la tradition concernant la succession d’Hadrien.

This paper will analyze the beginning of the reign of Hadrian, the critical moment of the succession to Trajan, in 117 AD. This passage is described in detail in the Historia Augusta (Hadr., 4) – our main literary source together with the fragments and a Byzantine abstract of Cassius Dio’s Roman History – which shows narrative devices present both in Tacitus (Ann., 1.3-5) and in Suetonius (Tib., 21) accounts of the passage of power from Augustus to Tiberius: the choice of a different successor by the previous princeps, the conflicts between factions in the domus Augusta, the empresses' (Livia or Plotina) action to impose her favorite. The analysis of these topoi and the identification of their models – i.e. the role of Tanaquilla at the time of Servius’ succession compared with Livia and Plotina’s role – allows us to understand the context and the implications of the tradition about the Hadrian succession.

Texte intégral

1La succession au pouvoir impérial est un moment toujours complexe et celle d’Hadrien, qui a succédé à Trajan en 117 apr. J.-C., ne fait pas exception. La position d’Hadrien était très délicate, parce que Trajan n’avait pas désigné de successeur à l’avance, acte nécessaire afin d’en renforcer le statut ; la désignation sur le lit de mort exposait encore plus le nouveau princeps aux rumores de la domus Augusta et de son entourage.

  • 1 HA, Hadr., 4.
  • 2 Il y a aussi des descriptions encore plus succinctes chez Eutrope (8.6.1) et Aurélius Victor (Caes.(...)
  • 3 Tac., Ann., 1.3-5 et Cass. Dio, 56.31.

2Ce moment crucial de la vie d’Hadrien est décrit en détail par l’Histoire Auguste1, source littéraire essentielle pour reconstruire la vie de l’empereur, et, d’une manière plus synthétique, dans les fragments et un abrégé byzantin du livre 69 de Cassius Dion2. Ce sont précisément ces sources qui nous montrent des dispositifs narratifs déjà entrevus dans la description du passage du pouvoir d’Auguste à Tibère3, comme on peut le vérifier à propos de trois aspects fondamentaux : la préférence donnée aux autres candidats par l’empereur avant sa mort, l’ingérence de l’épouse du prince – Livie ou Plotine – qui parvient à imposer son favori, et le moment de la succession.

3L’analyse de ces topoi et la compréhension de leurs antécédents – en particulier le rôle de Tanaquil au moment de la succession de Servius Tullius, qui peut être comparé à celui de Livie et Plotine – sont essentielles afin d’évaluer le contexte et les implications de la tradition sur la succession d’Hadrien.

Premier topos : les capaces imperii selon Auguste et Trajan

4L’Histoire Auguste nous fournit de multiples versions alternatives des projets de Trajan en ce qui concerne sa succession :

  • 4 HA, Hadr., 4.8-9 (trad. Chastagnol) : Frequens sane opinio fuit Traiano id animi fuisse ut Neratium (...)

À vrai dire, selon une rumeur fréquemment rapportée, Trajan aurait eu dans l’esprit de laisser pour successeur Nératius Priscus et non Hadrien (…) Bien des auteurs affirment aussi que Trajan aurait eu, à l’exemple d’Alexandre de Macédoine, l’intention de mourir sans avoir désigné de successeur ; beaucoup prétendent qu’il aurait voulu envoyer au Sénat un message pour demander à l’Assemblée, s’il lui arrivait quelque chose, de donner elle-même un prince à l’État romain, en ajoutant cependant une liste de noms parmi lesquels le Sénat choisirait le meilleur4.

5Donc, selon une première hypothèse, Trajan voulait désigner en réalité un successeur différent d’Hadrien, à savoir le sénateur et juriste Neratius Priscus, ou, au contraire, d’après d’autres opinions, ne désigner aucun successeur, mais donner au Sénat une liste de candidats, de capaces imperii, parmi lesquels choisir. Ces rumores trouvent une convaincante analogie au début des Annales de Tacite, dans la narration des dernières années de la vie d’Auguste :

  • 5 Tac., Ann., 1.13.2-3 (trad. Wuilleumier, CUF) : Quippe Augustus supremis sermonibus, cum tractaret, (...)

De fait Auguste, examinant dans ses derniers entretiens qui pourrait occuper le rang suprême mais le refuserait, qui le souhaiterait sans être à la hauteur, qui s’en montrerait à la fois capable et désireux, avait déclaré que M. Lepidus était compétent mais n’en voulait pas, que Gallus Asinius le désirait sans y suffire, que L. Arruntius n’en était pas indigne et qu’à l’occasion il oserait. On s’accorde sur les noms des deux premiers ; au lieu d’Arruntius, certains ont mentionné Cn. Pison5.

  • 6 Voir Syme 1993, p. 205-208.

6Si l’on en croit la narration de Tacite, Auguste lui-même avait créé une liste de capaces imperii dont Tibère était exclu et qui comprenait trois sénateurs – à vrai dire quatre, à cause des différentes opinions sur le troisième nom – liés à différents niveaux avec l’entourage du princeps et avec la domus Augusta. Une reconstruction peu crédible, comme le dit Ronald Syme, car en 14 apr. J.-C. la position de Tibère était très forte, puisqu’il était déjà associé au Principat depuis dix ans6.

  • 7 Julie, fille unique d’Auguste, avait eu trois fils : Caius et Lucius Caesares, adoptés par Auguste (...)

7Tout aussi peu fiable est l’histoire présente au début du premier livre des Annales, juste avant la mort d’Auguste, c’est-à-dire la narration du voyage du vieil empereur à Planasia, où avait été exilé Agrippa Postumus, le seul fils de Julie encore en vie7 :

  • 8 Tac., Ann., 1.5.1 (trad. Wuilleumier, CUF) : Quippe rumor incesserat paucos ante mensis Augustum el (...)

Car le bruit s’était répandu que, peu de mois auparavant, Auguste, après avoir choisi quelques confidents et pris pour seul compagnon Fabius Maximus, s’était rendu à Planasie pour voir Agrippa ; il y aurait eu là bien des larmes de part et d’autre et des marques d’affection, d’où l’espoir que le jeune homme s’était rendu aux pénates de son aïeul8.

  • 9 Suet., Aug., 15.

8Donc, selon Tacite, la succession de Tibère n’était pas vraiment favorisée par Auguste, qui avait toujours considéré d’autres candidats au Principat et surtout, à la fin de sa vie, avait pensé donner une nouvelle chance d’obtenir le pouvoir à son petit-fils Agrippa. Le même Agrippa que le princeps, dans les dernières années de sa vie, avait défini – selon Suétone – comme l’un de ses tria uomica ac tria carcinomata, avec sa fille et sa petite-fille, les deux Julie9.

9De plus, ces différentes solutions ne sont pas du tout cohérentes avec la situation politique en 14 apr. J.-C., quand la succession de Tibère, bien que contestée par une partie de la cour, était fermement établie du point de vue institutionnel et largement favorisée par la propagande officielle, notamment grâce aux alliances matrimoniales entre les différents parties de la domus Augusta – surtout la gens Iulia, dans laquelle Auguste était entré par adoption, et la Claudia, la gens de la famille de Tibère.

  • 10 Au contraire Cenerini 2017, p. 110-111, suppose que les rumeurs surgies à la mort de Trajan ont ins (...)

10Toutefois, les topoi des capaces imperii et du princeps raté, nés à mon avis au moment du passage du pouvoir d’Auguste à Tibère10, étaient devenu opérationnels pour caractériser de façon négative les successions mal vues par l’historiographie, surtout quand le passage de pouvoir – comme celui d’Hadrien – n’était pas réglé à l’avance.

11On peut trouver un autre élément de similitude entre les deux successions dans le rôle confié aux femmes, les épouses des principes défunts, Livie et Plotine, qui selon l’idéal romain n’avaient pas à se mêler à la politique, mais qui sont accusées – selon différents degrés – d’avoir forcé leurs maris à amener au pouvoir leurs favoris, c’est-à-dire respectivement Tibère et Hadrien.

Deuxième topos : l’ingérence de l’épouse du prince

  • 11 Boatwright 1991.

12En fait, l’Histoire Auguste a confié à l’épouse de Trajan un rôle central dans la carrière politique et dans la promotion sociale d’Hadrien. Tout d’abord, à Plotine est attribué le mariage entre Hadrien et Sabine, petite-fille de la sœur de Trajan, Ulpia Marciana, une des femmes les plus proches du princeps11, un mariage qui selon l’Histoire Auguste aurait été conclu sans l’approbation complète de Trajan :

  • 12 HA, Hadr., 2.10 (trad. Chastagnol) : […] nepte per sororem Traiani uxore accepta fauente Plotina, T (...)

(…) il épousa la petite-nièce – petite-fille de sa sœur –, union que favorisa Plotine mais que Trajan ne souhaita que du bout des lèvres, à en croire Marius Maximus12.

13De plus, à Plotine sont également attribués les succès politiques d’Hadrien : par exemple, son rôle dans l’expédition contre les Parthes, où il était à la tête des légions en Syrie, ou encore le second consulat en 118 apr. J.-C.

  • 13 HA, Hadr., 4.1 (trad. Chastagnol) : Usus Plotinae quoque fauore, cuius studio etiam legatus expedit (...)

Il usa aussi de la faveur de Plotine, par l’influence de laquelle il fut désigné également comme légat à l’époque de la guerre parthique (…) Nommé une seconde fois consul grâce à la faveur de Plotine, il fut convaincu cette fois d’être bientôt adopté13.

  • 14 Tac., Ann., 1.3.4 : Nam senem Augustum deuinxerat adeo, uti nepotem unicum, Agrippam Postumum, in i (...)

14Auparavant, Livie est décrite par Tacite et Suétone comme la femme qui parvient à imposer pour la succession son fils Tibère contre la volonté de son mari14 et peut-être, selon Tacite, avec obscuris artibus, en ayant causé la mort des jeunes fils adoptifs d’Auguste, Lucius et Gaius Césars :

  • 15 Tac., Ann., 1.3.3 (trad. Wuilleumier, CUF) : Ut Agrippa uita concessit, L. Caesarem euntem ad Hispa (...)

Lorsqu’Agrippa eut cessé de vivre et que Lucius César, en allant aux armées d’Espagne, Gaius, en revenant d’Arménie grièvement blessé, eurent été enlevés par une mort que hâta le destin ou par une machination de leur marâtre Livie (…)15.

  • 16 Pani 1991, p. 280-282.

15Dans les deux cas, l’interprétation fournie par les sources anciennes est clairement biaisée. En fait, s’il est vrai qu’Auguste aurait préféré un successeur issu de sa propre famille, le choix de Tibère s’avérait probablement inévitable, mais il était en même temps tombé sur le meilleur candidat disponible à l’époque et – comme on l’a déjà souligné – cette succession avait été très bien préparée par le princeps. De même, si Trajan n’avait pas officiellement réglé sa succession en faveur d’Hadrien, toutefois il lui avait donné en mariage sa nièce Sabine, et, dans les dernières années de sa vie, il lui avait confié le gouvernement de la Syrie, ainsi que le consulat ordinaire, choix qui démontrent la préférence accordée à Hadrien par son prédécesseur. Pour ces raisons l’hésitation de Trajan à adopter un membre de sa famille – selon l’opinion de Mario Pani16 – pourrait être due plutôt au désir de ne pas rappeler la solution e domo après les conspirations qui avaient conduit à la chute des dynasties julio-claudienne et flavienne et d’en revenir à la succession e re publica trouvée avec Nerva et avec sa désignation du meilleur candidat.

16Cependant, l’adoption d’un successeur, qui appartenait à la famille de Trajan et qui avait épousé sa nièce, ne pouvait que rappeler au Sénat, encore une fois exclu du choix du princeps, la solution e domo et le rendre hostile à Hadrien. De plus, l’attitude du nouvel Augustus, prince cosmopolite et souvent loin de Rome et de la vie politique de la capitale de l’empire, avait renforcé ce sentiment d’aversion, comme on peut voir dans la description de la succession, qui montre – jusqu’à la citation littérale – les mêmes topoi déjà relevés dans le passage de pouvoir d’Auguste à Tibère.

Troisième topos : les traditions sur la succession

17La description donnée par l’Histoire Auguste n’exclut pas complètement la possibilité de l’adoption d’Hadrien par Trajan, mais suggère également l’éventualité que la succession soit due à Plotine, qui aurait géré la situation dans la chambre où l’empereur venait de mourir, en allant jusqu’à utiliser un homme imitant la voix de l’empereur afin d’assurer le droit au pouvoir de son protégé :

  • 17 HA, Hadr., 4.6-7 (trad. Chastagnol) : Quintum iduum August. diem legatus Suriae litteras adoptionis (...)

Le 5 des ides d’août, alors qu’il était légat de Syrie, il reçut la lettre d’adoption et ordonna que ce jour soit célébré comme l’anniversaire de cette adoption. Le 3 des mêmes ides, jour qu’il avait décidé de célébrer comme l’anniversaire de son accession à l’empire, on lui annonça la mort de Trajan (…) Il y a même des gens qui n’ont pas manqué de prétendre que c’est après la mort de Trajan que, grâce à un stratagème de Plotine, Hadrien aurait reçu l’annonce de son adoption : un compère l’aurait murmuré d’une voix affaiblie en contrefaisant celle de Trajan17.

  • 18 Eutr., 8.6 : Defuncto Traiano Aelius Hadrianus creatus est princeps, sine aliqua quidem uoluntate T (...)

18Le rôle de l’Augusta est encore plus décisif dans la description de Cassius Dion, qui affirme avec confiance qu’Hadrien n’avait jamais été adopté par Trajan et que sa position était due à une partie de la cour et surtout à sa protectrice, Plotine, hypothèse confirmée par Eutrope18 :

  • 19 Cass. Dio, 69.1 (trad. Gros revue) : Ἁδριανὸς δὲ ὑπὸ μὲν Τραϊανοῦ οὐκ ἐσεποιήθη […], ἀλλὰ καὶ Καίσα (...)

Hadrien ne fut pas adopté par Trajan (…) Quand Trajan mourut sans postérité, Attianus, compatriote et ancien précepteur d’Hadrien, et Plotine, qui l’aimait, le proclamèrent César et empereur, parce qu’il était dans le voisinage et disposait de grandes forces. Apronianus, mon père, qui fut gouverneur de la Cilicie, était très bien informé des affaires d’Hadrien ; il m’en a raconté tout le détail, et, entre autres choses, que la mort de Trajan fut tenue cachée pendant plusieurs jours, afin que la nouvelle de l’adoption se répandît auparavant dans le public19.

19Le rôle de Plotine, qui cache la mort du mari pour imposer – contre la volonté du princeps décédé – la succession de son protégé, rappelle de près l’action attribuée à Livie par Tacite et Cassius Dion à l’occasion de la mort d’Auguste :

  • 20 Tac., Ann., 1.5.3-4 (trad. Wuilleumier, CUF) : […] uixdum ingressus Illyricum Tiberius properis mat (...)

(…) à peine entré en Illyricum, Tibère est rappelé par une lettre pressante de sa mère ; et on ne sait si Auguste respirait encore ou s’il avait rendu l’âme quand il le rejoignit à Nole. Car une garde rigoureuse avait été postée par Livie pour barrer la maison et les chemins, et des bulletins favorables étaient publiés de temps à autre jusqu’au moment où, une fois prises les mesures que conseillaient les circonstances, on apprit à la fois qu’Auguste était mort et que Nero prenait le pouvoir20.

  • 21 Cass. Dio, 56.31.1 (trad. Gros revue) : οὐ μέντοι καὶ ἐκφανὴς εὐθὺς ὁ θάνατος αὐτοῦ ἐγένετο: ἡ γὰρ (...)

Sa mort cependant ne fut pas connue sur-le-champ : Livie, dans la crainte que, Tibère étant encore en Dalmatie, il n’y eût quelque soulèvement, la dissimula jusqu’à son arrivée. Tel est le récit des écrivains les plus nombreux et les plus dignes de foi ; car il y en a qui ont rapporté que Tibère était auprès d’Auguste malade, et qu’il reçut de lui certaines instructions21.

  • 22 Cass. Dio, 56.30.1-3.

20Donc, selon les sources anciennes, même la première Augusta avait empêché l’accès à la maison où l’empereur était mourant – domum et uias saepserat Livia – et, peut-être, avait caché sa mort – συνέκρυψεν αὐτὸν μέχρις οὗ ἐκεῖνος ἀφίκετο – pour permettre à son fils Tibère d’être présent à l’annonce de la mort du prédécesseur et ainsi éviter d’éventuelles tentatives de révolte. De plus, Cassius Dion affirme que Livie – dérangée par la nouvelle du voyage de son mari à Planasie et par la possibilité d’une réconciliation entre Auguste et Agrippa Postumus – aurait été poussée jusqu’à provoquer la mort de son mari, avec des figues empoisonnées22, une hypothèse soutenue même si le princeps était presque octogénaire au moment de sa mort.

21Le parallèle entre Livie et Plotine est particulièrement évident chez Cassius Dion, qui arrive à utiliser le même verbe – συγκρύπτω, c’est-à-dire « cacher », qui fait référence à la dissimulation de la mort du princeps – pour décrire l’expédient utilisé par les deux Augustae afin de favoriser leurs protégés. Un expédient qui devait paraître encore plus ambigu aux yeux des Romains parce qu’il leur rappelait de près les tromperies perpétrées pendant les années de la monarchie étrusque et surtout la figure de Tanaquil, épouse du roi Tarquin l’Ancien. En fait, le rôle de cette reine au moment de la succession de son gendre, Servius Tullius, est défini par Tite-Live d’une manière très similaire à la description donnée par Tacite et Cassius Dion au sujet de la succession d’Auguste et de Trajan :

  • 23 Liv., 1.41 (trad. Baillet, CUF) : 1. Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent, […] Tan (...)

Tarquin tombe mourant dans les bras de son entourage (…) Tanaquil, au milieu du désordre, fait fermer le palais, met les témoins dehors (…) Les cris, la poussée de la foule devenaient presque irrésistibles ; du haut du palais, par une fenêtre (…) Tanaquil harangue le peuple : On peut être tranquille. Le roi a été étourdi par la soudaine violence du coup ; mais le fer n’a pas pénétré profondément, et déjà il est revenu à lui. On a visité la blessure, étanché le sang ; tout est en bon état ; elle est persuadée qu’avant peu ils le reverront lui-même. En attendant, c’est à Servius Tullius qu’il faut obéir (…) Ainsi, pendant quelques jours, bien que Tarquin fût déjà expiré, sa mort demeura secrète et Servius, sous couvert de suppléer autrui, affermit sa propre autorité. Enfin, tout fut révélé par des lamentations poussées dans le palais23.

22On peut donc raisonnablement supposer que nous sommes en présence d’une situation topique originelle qui servirait par la suite à caractériser toute succession illégitime, non voulue par le princeps en charge et, au contraire, favorisée par l’Augusta et par les manœuvres de la cour impériale. De fait, selon la tradition rapportée par Tite-Live, Tanaquil, la première reine étrusque de Rome, ayant appris le meurtre de son mari, avait tout d’abord empêché l’accès au palais royal, la même action que Tacite attribue à Livie :

  • 24 Liv., 1.41.1 (trad. Baillet, CUF) : Tanaquil inter tumultum claudi regiam iubet […].

Tite-Live à propos de Tanaquil/Servius : « Tanaquil, au milieu du désordre, fait fermer le palais »24.

  • 25 Tac., Ann., 1.5.4 (trad. Wuilleumier, CUF) : Acribus namque custodiis domum et uias saepserat Liuia (...)

Tacite à propos de Livie/Tibère : « Car une garde rigoureuse avait été postée par Livie pour barrer la maison et les chemins »25.

23De plus, la reine étrusque est accusée d’avoir caché pendant quelques jours la mort du Tarquin l’Ancien, faisant circuler des voix encourageantes sur la santé du mari, pour permettre à son gendre, Servius Tullius, d’avoir le temps d’affirmer son rôle, selon la même manière d’action attribuée, quelques siècles plus tard, à l’Augusta Livie :

  • 26 Liv., 1.41.6 (trad. Baillet, CUF) : Itaque per aliquot dies cum iam exspirasset Tarquinius celata m (...)

Tite-Live sur Tanaquil/Servius : « Ainsi, pendant quelques jours, bien que Tarquin fût déjà expiré, sa mort demeura secrète et Servius, sous couvert de suppléer autrui, affermit sa propre autorité. Enfin, tout fut révélé par des lamentations poussées dans le palais »26.

  • 27 Tac., Ann., 1.5.4 (trad. Wuilleumier, CUF) : […] laetique interdum nuntii vulgabantur, donec provis (...)

Tacite sur Livie/Tibère : « et des bulletins favorables étaient publiés de temps à autre jusqu’au moment où, une fois prises les mesures que conseillaient les circonstances, on apprit à la fois qu’Auguste était mort et que Nero prenait le pouvoir »27.

24L’exemple de Livie, décrite selon le modèle de Tanaquil, est à son tour utilisé par une partie de la tradition pour jeter un éclairage négatif sur Plotine et, par conséquent, sur le Principat d’Hadrien. En effet, les actions attribuées à l’Augusta au moment de la succession de Trajan suivent un schéma déjà vu : Plotine est accusée d’avoir caché la mort du mari et, d’ailleurs, d’en avoir falsifié les actes pour favoriser la succession de son protégé :

  • 28 Cass. Dio, 56.31.1 (trad. Gros revue) : […] ἡ γὰρ Λιουία, φοβηθείσα μὴ τοῦ Τιβερίου ἐν τῇ Δελματίᾳ (...)

Cassius Dion sur Livie/Tibère : « Livie, dans la crainte que, Tibère étant encore en Dalmatie, il n’y eût quelque soulèvement, la dissimula jusqu’à son arrivée »28.

  • 29 HA, Hadr., 4.10 (trad. Chastagnol) : Nec desunt qui factione Plotinae mortuo iam Traiano Hadrianum (...)

Histoire Auguste sur Plotine/Hadrien : « Il y a même des gens qui n’ont pas manqué de prétendre que c’est après la mort de Trajan que, grâce à un stratagème de Plotine, Hadrien aurait reçu l’annonce de son adoption : un compère l’aurait murmuré d’une voix affaiblie en contrefaisant celle de Trajan »29.

  • 30 Cass. Dio, 69.1 (trad. Gros revue) : […] ὁ θάνατος τοῦ Τραϊανοῦ ἡμέρας τινὰς διὰ τοῦτο συνεκρύφθη ἵ (...)

Cassius Dion sur Plotine/Hadrien : « que la mort de Trajan fut tenue cachée pendant plusieurs jours, afin que la nouvelle de l’adoption se répandît auparavant dans le public »30.

Conclusion

25Sur la base des données analysées dans cette étude, on peut donc affirmer que très tôt, déjà au début de l’époque impériale, des modèles sont établis auxquels on peut se référer afin de discréditer la succession au pouvoir impérial, des modèles négatifs dans lesquels les femmes de la domus Augusta – surtout les épouses du princeps – jouent un rôle très important.

26L’un de ces topoi renvoie au mythe de Tanaquil, la première reine étrusque de Rome, qui aurait organisé la succession à la place de son mari décédé subitement : la comparaison entre les veuves des empereurs et l’épouse de Tarquin l’Ancien ne pouvait que dépeindre sous une mauvaise lumière les Augustae et par conséquent les hommes qui leur étaient liés. De fait, son exemple rappelait deux aspects essentiellement négatifs selon la mentalité romaine, à savoir l’époque royale et la possibilité qu’une femme ait pu gérer de manière autonome le pouvoir politique.

27Cette image négative est tout d’abord utilisée afin de discréditer la première succession, celle de Tibère, en raison du rôle attribué à sa mère Livie, qui – selon l’exemple de Tanaquil – est suspectée d’avoir caché la mort de son mari et d’empêcher ainsi l’accès au palais où Auguste venait de mourir pour favoriser la succession de son fils. C’est encore, un peu plus de cent ans plus tard, le même modèle – incarné désormais plus par Livie que par Tanaquil – qui est utilisé pour remettre en question la légitimité de l’accès au pouvoir d’Hadrien, dont la carrière politique et l’adoption elle-même sont attribuées à l’Augusta Plotine.

  • 31 Galimberti 2007, surtout le premier chapitre.
  • 32 RIC II, Trajan, 724A. Contra Roman, Rémy, Riccardi 2009, qui supposent que l’émission serait un fau (...)

28Comme nous l’avons déjà vu, cette présentation n’est pas conforme aux données historiques et montre que son origine est étroitement liée aux luttes pour le pouvoir au sein de la maison impériale. De fait, s’il n’y a pas de doute quant à la préférence donnée à Tibère par Auguste, qui l’avait désigné à la succession dix ans avant sa mort, l’adoption d’Hadrien elle-même et son status de Caesar – c’est-à-dire de successeur désigné – trouvent également des confirmations historiques, récemment étudiées par Alessandro Galimberti dans le premier chapitre de sa monographie Adriano e l’ideologia del Principato31. En effet, comme le souligne Galimberti, le rôle de Caesar revêtu par Hadrien est largement annoncé par son cursus honorum, notamment dans les années 114-117 apr. J.-C. – quand Hadrien est placé à la tête des légions en Syrie et obtient la désignation au consulat ordinaire – et par la propagande officielle, illustrée par exemple par un aureus frappé à Rome ou à Antioche en 117 apr. J.-C. où on peut voir sur le droit la figure de Trajan et au revers la légende Hadriano Traian/o Caesari32.

29Cependant, l’origine de cette mystification n’est pas difficile à comprendre, de même que les raisons qui avaient conduit à établir un parallèle entre les figures de Tibère et d’Hadrien. En fait, les deux principes avaient beaucoup d’éléments en commun : tous les deux étaient arrivés au pouvoir après une figure charismatique et très aimée, dans le premier cas le fondateur du nouveau régime, Augustus, celui qui avait apporté la paix dans la res publica troublée par les guerres civiles, et dans l’autre cas l’initiateur d’une nouvelle phase historique, après les excès de Domitien et le bref règne de Nerva, l’optimus princeps qui avait conquis la Dacie et l’Orient parthe. De plus, tous les deux n’étaient guère aimés par le Sénat parce qu’ils n’avaient pas réussi à trouver un moyen pour collaborer harmonieusement avec cette assemblée, au point qu’ils décidèrent de s’éloigner définitivement de Rome, le premier sur l’île de Capri, le second dans sa villa sur les collines de Tivoli, où il avait reproduit les lieux symboles de l’empire.

30Par conséquent, l’historiographie officielle, qui fut essentiellement l’œuvre de l’élite sénatoriale, ne pouvait que refléter cette désaffection, comme le démontrent les rumores que nous avons analysées : la préférence donnée par Auguste et Trajan aux différents candidats à la succession, le désir d’Auguste de ne pas adopter Tibère ou la volonté de Trajan de ne pas accorder en mariage sa nièce Sabine à Hadrien. De plus, le parallèle entre Tibère et Hadrien, qui permettait de caractériser de façon négative la succession à l’optimus princeps Trajan, impliquait également la comparaison entre les deux veuves des Augusti prédécesseurs, Livie et Plotine.

31En réalité, la figure de Livie était devenue très vite emblématique : un modèle à la fois positif et négatif afin de caractériser les femmes de la famille impériale, en particulier les épouses des empereurs, parmi lesquelles elle avait été la première. Mais il faut dire que l’histoire de Plotine avait été bien différente de celle de Livie : l’épouse de Trajan n’avait jamais eu d’enfant et sa relation avec l’empereur est toujours décrite dans les sources anciennes comme heureuse, sans les revendications d’accès au pouvoir que la tradition attribue à Livie. Cependant, le portrait change lorsqu’on décrit la relation de Trajan avec son successeur ; en fait, afin d’affaiblir la position d’Hadrien et de discréditer son image, on attribue les faveurs reçues à l’Augusta, qu’il s’agisse de sa carrière politique ou du mariage avec Sabine, célébré autour du 100 apr. J.-C., une union qui montre clairement la faveur dont le jeune homme jouissait déjà alors auprès de Trajan.

32Pour terminer, il convient de supposer que les traditions qui remettent en cause la légitimité de la succession d’Hadrien sont dues à une mystification, réalisée par l’historiographie sénatoriale hostile au princeps et structurée à partir du modèle créé lors de la première succession au pouvoir impérial. En fait, bien qu’il y ait des différences entre les deux principes, l’exemple de Tibère, décrit par l’historiographie sénatoriale comme un empereur indigne de son prédécesseur, pouvait fournir un antécédent valable pour caractériser de façon négative la succession à l’optimus princeps Trajan.

Bibliographie

Bennet 2001 : J. Bennet, Trajan. Optimus Princeps, Londres, 2001.

Boatwright 1991 : M. T. Boatwright, « The imperial women of the Early Second Century A.D. », American Journal of Philology, 112, 1991, p. 513-540.

Cenerini 2017 : F. Cenerini, « Le donne di Traiano e la politica », dans Traiano. Costruire l’impero, creare l’Europa (Mercati di Traiano – Museo dei Fori Imperiali, 29 novembre 2017 – 16 septembre 2018), Rome, p. 107-112.

Charlesworth 1923 : M. P. Charlesworth, « Tiberius and the Death of Augustus », American Journal of Philology, 44, 1923, p. 145-157.

Galimberti 2007 : A. Galimberti, Adriano e l’ideologia del Principato, Rome, 2007.

Opper 2008 : T. Opper, Hadrian: Empire and Conflict (Catalogue of the Exhibition at the British Museum from 24 July to 26 October 2008), Londres, 2008.

Pani 1991 : M. Pani, « Il principato dai Flavi ad Adriano », dans A. Momigliano & A. Schiavone, Storia di Roma, II.2, Turin, 1991, p. 265-285.

Roman, Rémy, Riccardi 2009 : Y. Roman, B. Rémy, L. Riccardi, « Les intrigues de Plotine et la succession de Trajan. À propos d’un aureus au nom d’Hadrien César », Revue des Études Anciennes, 111.2, 2009, p. 508-517.

Syme 1993 : R. Syme, L’aristocrazia augustea, Milan, 1993.

Notes

1 HA, Hadr., 4.

2 Il y a aussi des descriptions encore plus succinctes chez Eutrope (8.6.1) et Aurélius Victor (Caes., 13.12).

3 Tac., Ann., 1.3-5 et Cass. Dio, 56.31.

4 HA, Hadr., 4.8-9 (trad. Chastagnol) : Frequens sane opinio fuit Traiano id animi fuisse ut Neratium Priscum, non Hadrianum, successorem relinqueret […] Et multi quidem dicunt Traianum in animo id habuisse, ut exemplo Alexandri Macedonis sine certo successore moreretur, multi ad senatum eum orationem uoluisse mittere petiturum, ut, si quid ei euenisset, principem Romanae rei publicae senatus daret, additis dum taxat nominibus ex quibus optimum idem senatus eligeret.

5 Tac., Ann., 1.13.2-3 (trad. Wuilleumier, CUF) : Quippe Augustus supremis sermonibus, cum tractaret, quinam adipisci principem locum suffecturi abnuerent aut impares uellent uel idem possent cuperentque, M. Lepidum dixerat capacem sed aspernantem, Gallum Asinium auidum et minorem, L. Arruntium non indignum et, si casus daretur, ausurum. De prioribus consentitur, pro Arruntio quidam Cn. Pisonem tradidere […].

6 Voir Syme 1993, p. 205-208.

7 Julie, fille unique d’Auguste, avait eu trois fils : Caius et Lucius Caesares, adoptés par Auguste en 17 av. J.-C., étaient morts jeunes et le cadet, Agrippa Postumus, avait été exilé par son grand-père en 8 apr. J.-C.

8 Tac., Ann., 1.5.1 (trad. Wuilleumier, CUF) : Quippe rumor incesserat paucos ante mensis Augustum electis consciis et comite uno Fabio Massimo Planasiam uectum ad uisendum Agrippam; multas illic utrimque lacrimas et signa caritatis, spemque ex eo fore ut iuuenis penatibus aui redderetur.

9 Suet., Aug., 15.

10 Au contraire Cenerini 2017, p. 110-111, suppose que les rumeurs surgies à la mort de Trajan ont inspiré la narration de Tacite sur la succession d’Auguste.

11 Boatwright 1991.

12 HA, Hadr., 2.10 (trad. Chastagnol) : […] nepte per sororem Traiani uxore accepta fauente Plotina, Traiano leuiter, ut Marius Maximus dicit, uolente.

13 HA, Hadr., 4.1 (trad. Chastagnol) : Usus Plotinae quoque fauore, cuius studio etiam legatus expeditionis Parthicae tempore destinatus est […] 4 : Secundo consul fauore Plotinae factus totam praesumptionem adoptionis emeruit.

14 Tac., Ann., 1.3.4 : Nam senem Augustum deuinxerat adeo, uti nepotem unicum, Agrippam Postumum, in insulam Planasiam proiecerit […] ; Suet., Aug., 21 : […] sed expugnatum precibus uxoris adoptionem non abnuisse […].

15 Tac., Ann., 1.3.3 (trad. Wuilleumier, CUF) : Ut Agrippa uita concessit, L. Caesarem euntem ad Hispanienses exercitus, Gaium remeantem Armenia et uulnere inualidum mors fato propera uel nouercae Liuiae dolus abstulit […].

16 Pani 1991, p. 280-282.

17 HA, Hadr., 4.6-7 (trad. Chastagnol) : Quintum iduum August. diem legatus Suriae litteras adoptionis accepit, quando et natalem adoptionis celebrari iussit. Tertium iduum earundem, quando et natalem imperii statuit celebrandum, excessus ei Traiani nuntiatus est. […] 10 : Nec desunt qui factione Plotinae mortuo iam Traiano Hadrianum in adoptionem adscitum esse prodiderint, supposito qui pro Traiano fessa uoce loquebatur.

18 Eutr., 8.6 : Defuncto Traiano Aelius Hadrianus creatus est princeps, sine aliqua quidem uoluntate Traiani, sed operam dante Plotina, Traiani uxore; nam eum Traianus, quamquam consobrinae suae filium, uiuus noluerat adoptare.

19 Cass. Dio, 69.1 (trad. Gros revue) : Ἁδριανὸς δὲ ὑπὸ μὲν Τραϊανοῦ οὐκ ἐσεποιήθη […], ἀλλὰ καὶ Καίσαρα αὐτὸν καὶ αὐτοκράτορα τοῦ Τραϊανοῦ ἄπαιδος μεταλλάξαντος ὅ τε Ἀττιανὸς πολίτης αὐτοῦ ὢν καὶ ἐπίτροπος γεγονώς, καὶ ἡ Πλωτῖνα ἐξ ἐρωτικῆς φιλίας, πλησίον τε ὄντα καὶ δύναμιν πολλὴν ἔχοντα ἀπέδειξαν. […] ὁ γὰρ πατήρ μου Ἀπρωνιανός, τῆς Κιλικίας ἄρξας, πάντα τὰ κατ᾽ αὐτὸν ἐμεμαθήκει σαφῶς, ἔλεγε δὲ τά τε ἄλλα ὡς ἕκαστα, καὶ ὅτι ὁ θάνατος τοῦ Τραϊανοῦ ἡμέρας τινὰς διὰ τοῦτο συνεκρύφθη ἵν᾽ ἡ ποίησις προεκφοιτήσοι.

20 Tac., Ann., 1.5.3-4 (trad. Wuilleumier, CUF) : […] uixdum ingressus Illyricum Tiberius properis matris litteris accitur; neque satis compertum est, spirantem adhuc Augustum apud urbem Nolam an exanimen reppererit. Acribus namque custodiis domum et uias saepserat Liuia, laetique interdum nuntii uulgabantur, donec prouisis quae tempus monebat simul excessisse Augustum et rerum potiri Neronem fama eadem tulit.

21 Cass. Dio, 56.31.1 (trad. Gros revue) : οὐ μέντοι καὶ ἐκφανὴς εὐθὺς ὁ θάνατος αὐτοῦ ἐγένετο: ἡ γὰρ Λιουία, φοβηθείσα μὴ τοῦ Τιβερίου ἐν τῇ Δελματίᾳ ἔτ᾽ ὄντος νεωτερισθῇ τι, συνέκρυψεν αὐτὸν μέχρις οὗ ἐκεῖνος ἀφίκετο. ταῦτα γὰρ οὕτω τοῖς τε πλείοσι καὶ τοῖς ἀξιοπιστοτέροις γέγραπται: εἰσὶ γάρ τινες οἳ καὶ παραγενέσθαι τὸν Τιβέριον τῇ νόσῳ αὐτοῦ καὶ ἐπισκήψεις τινὰς παρ᾽ αὐτοῦ λαβεῖν ἔφασαν.

22 Cass. Dio, 56.30.1-3.

23 Liv., 1.41 (trad. Baillet, CUF) : 1. Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent, […] Tanaquil inter tumultum claudi regiam iubet, arbitros eiecit […]. 4. Cum clamor impetusque multitudinis uix sustineri posset, ex superiore parte aedium per fenestras […] populum Tanaquil adloquitur. 5. Iubet bono animo esse; sopitum fuisse regem subito ictu; ferrum haud alte in corpus descendisse; iam ad se redisse; inspectum uolnus absterso cruore; omnia salubria esse; confidere propediem ipsum eos uisuros; interim Ser. Tulllio iubere populum dicto audientem esse […]. 6. Itaque per aliquot dies cum iam exspirasset Tarquinius celata morte per speciem alienae fungendae uicis suas opes firmauit; tum demum palam factum est comploratione in regia orta.

24 Liv., 1.41.1 (trad. Baillet, CUF) : Tanaquil inter tumultum claudi regiam iubet […].

25 Tac., Ann., 1.5.4 (trad. Wuilleumier, CUF) : Acribus namque custodiis domum et uias saepserat Liuia […].

26 Liv., 1.41.6 (trad. Baillet, CUF) : Itaque per aliquot dies cum iam exspirasset Tarquinius celata morte per speciem alienae fungendae uicis suas opes firmauit; tum demum palam factum est comploratione in regia orta.

27 Tac., Ann., 1.5.4 (trad. Wuilleumier, CUF) : […] laetique interdum nuntii vulgabantur, donec provisis quae tempus monebat simul excessisse Augustum et rerum potiri Neronem fama eadem tulit.

28 Cass. Dio, 56.31.1 (trad. Gros revue) : […] ἡ γὰρ Λιουία, φοβηθείσα μὴ τοῦ Τιβερίου ἐν τῇ Δελματίᾳ ἔτ᾽ ὄντος νεωτερισθῇ τι, συνέκρυψεν αὐτὸν μέχρις οὗ ἐκεῖνος ἀφίκετο.

29 HA, Hadr., 4.10 (trad. Chastagnol) : Nec desunt qui factione Plotinae mortuo iam Traiano Hadrianum in adoptionem adscitum esse prodiderint, supposito qui pro Traiano fessa uoce loquebatur.

30 Cass. Dio, 69.1 (trad. Gros revue) : […] ὁ θάνατος τοῦ Τραϊανοῦ ἡμέρας τινὰς διὰ τοῦτο συνεκρύφθη ἵν᾽ ἡ ποίησις προεκφοιτήσοι.

31 Galimberti 2007, surtout le premier chapitre.

32 RIC II, Trajan, 724A. Contra Roman, Rémy, Riccardi 2009, qui supposent que l’émission serait un faux antique, frappé après la mort de Trajan pour valider et favoriser la succession d’Hadrien voulue par l’impératrice Plotine.

Auteur

Université de Florence

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site