Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien

 | 
Stéphane Benoist
, 
Alban Gautier
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
et al.

Introduction. Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien, des portraits en miroir

Alban Gautier et Christine Hoët-van Cauwenberghe

Texte intégral

  • 1 Entretien intégré au film de Philippe Danoy, Dans l’île du Mont Désert (1975).

« Toute méditation sur l’histoire finit par être surtout une méditation sur le temps1. »
Marguerite Yourcenar

1L’année 2017 a marqué le dix-neuvième centenaire de la mort de l’empereur Trajan et de l’accession au principat de son parent Hadrien (fig. 1). Il y a un peu plus de dix-neuf siècles, probablement dans la nuit du 8 au 9 août 117, Trajan est mort à Sélinonte, petit port de Cilicie. Hadrien, alors à la tête des troupes en Syrie, a très vite appris la nouvelle et a été acclamé par ses hommes comme le successeur de Trajan. Prenant prétexte de cet anniversaire, le colloque qui s’est tenu du 28 au 30 septembre 2017 à Villeneuve-d’Ascq et à la Villa Marguerite Yourcenar de Saint-Jans-Cappel (Nord) s’est fixé pour but d’étudier les mémoires contrastées et complexes de ces deux empereurs, à travers la réception de leurs images dans les siècles suivants ; ces actes en sont le reflet fidèle.

Fig. 1. Hadrien (à gauche) et Trajan (à droite), Vienne, Kunsthistorisches Museum.

Fig. 1. Hadrien (à gauche) et Trajan (à droite), Vienne, Kunsthistorisches Museum.

© C. Hoët-van Cauwenberghe.

  • 2 Ce séminaire a été mis en place au sein de l’école doctorale, dirigée par Catherine Maignant, à l’i (...)
  • 3 Le volume tiré de cette journée est paru récemment : Daguet-Gagey & Lefebvre (dir.) 2018.
  • 4 Benoist et alii 2009.
  • 5 Benoist et alii 2011.
  • 6 Lefebvre (dir.) 2014.
  • 7 Le dossier est paru dans les Cahiers du Centre Glotz, 24, 2013, p. 105-204 (S. Benoist [dir.]).
  • 8 Benoist et alii 2016.

2Ce volume s’inscrit donc dans un champ scientifique désormais bien établi dans le paysage académique européen, qui est celui de l’étude de la réception de l’Antiquité. Depuis le Moyen Âge en effet, et jusqu’à nos jours, l’Antiquité classique – et dans le cas présent romaine – n’a cessé de faire l’objet de relectures, réécritures, récupérations en tous genres. L’image de Rome sert à exalter et légitimer les pouvoirs en place en leur donnant une aura et une forme de sacralité non religieuse souvent bien utiles ; elle peut aussi être utilisée à des fins parfaitement vénales, et sert alors à vendre de l’eau minérale ou du détergent pour sols carrelés ; mais dans bien des cas, cette réception peut prendre des formes artistiquement intéressantes pour elles-mêmes. Depuis 2010, le séminaire « Réception de l’Antiquité2 » de l’École doctorale SHS Lille Nord de France a permis de faire de notre région et de l’Université de Lille SHS un des pôles importants en France de ces études de réception. On mentionnera corollairement deux journées d’étude sur « L’empereur Auguste et la mémoire des siècles », organisées en novembre 2014 à l’université de Bourgogne et en mars 2015 à l’université d’Artois3, dans le sillage des commémorations de l’année 2014, qui avaient mis à l’honneur le fondateur de l’Empire romain, à l’occasion du second millénaire de sa mort. Ces réflexions sur la mémoire, le souvenir laissé, les mémoires qui se façonnent au fil du temps, sont au cœur d’un programme du laboratoire HALMA, intitulé « Mémoire et Histoire », en partenariat avec trois laboratoires (Anhima à Paris, Artehis à Dijon et le Crehs à Arras). On compte dans ce cadre une production scientifique déjà riche : les volumes dirigés par Stéphane Benoist, Mémoires partagées, mémoires disputées4, montrant les mécanismes de la mémoire, et Figures d’Empire, fragments de mémoire5, donnant un aperçu de la relation entre pouvoirs et identités dans le monde romain impérial, celui dirigé par Sabine Lefebvre, Monumenta. Du centre du pouvoir aux confins de l’Empire6, la journée d’études et les publications sur les Figures de Germanicus7, enfin le volume Une mémoire en actes8, donnent un échantillon large des travaux réalisés en ce domaine.

  • 9 RIC II.
  • 10 Woytek 2010.
  • 11 On peut consulter le catalogue de l’exposition : Opper 2008. Voir aussi Opper (dir.) 2013.
  • 12 De même : Calandra et alii (dir.) 2013.
  • 13 Sur le travail des sources antiques accompli par Marguerite Yourcenar, voir les travaux de Rémy Poi (...)

3Mais pourquoi choisir plus spécifiquement Trajan et Hadrien ? La documentation concernant ces princes ne cesse de s’enrichir et si l’on considère les seules monnaies de Trajan, en 1926, le Roman Imperial Coinage (RIC)9 présentait un chapitre d’environ quatre-vingts pages ; en 2010, Bernhardt Woytek10 y consacre un volume complet en deux tomes, soit 682 pages et 156 planches. Pourtant, au cours des dernières décennies, c’est surtout le second empereur qui a fait l’objet de médiations diverses à destination du grand public. De grandes et belles expositions se sont tenues à Londres (British Museum) en 200811 et à Tivoli (Villa Hadriana) en 201312 (fig. 2). L’une des raisons du succès de la figure d’Hadrien dans la programmation culturelle contemporaine tient sans doute à un nom : celui de Marguerite Yourcenar, dont le roman Mémoires d’Hadrien, paru en 1951, a imposé Hadrien comme une figure majeure de la réception de l’Antiquité13. Plus que Trajan, qui pendant longtemps a été considéré comme la personnification de l’apogée territorial, militaire et architectural de Rome, plus que Marc Aurèle, qu’humanistes et philosophes ont beaucoup lu et médité à l’époque où la fréquentation des classiques était un passage obligé d’une éducation digne de ce nom, c’est aujourd’hui Hadrien qui, aux yeux d’un public un peu plus large que les seuls spécialistes de l’Empire romain, apparaît comme le symbole de « l’âge d’or » des Antonins. Marguerite Yourcenar (fig. 3) y est très certainement pour beaucoup, elle qui a su dépeindre pour notre temps la personnalité de cet empereur.

Fig. 2. Villa Hadriana, Tibur (Tivoli, Latium) : le « Canope ».

Fig. 2. Villa Hadriana, Tibur (Tivoli, Latium) : le « Canope ».

© I. Bollard-Raineau.

Fig. 3. Portrait de Marguerite Yourcenar par Jean-Pierre Corteggiani.

Fig. 3. Portrait de Marguerite Yourcenar par Jean-Pierre Corteggiani.

© J.-P. Corteggiani.

  • 14 Voir le catalogue Paroles 2017.

4Ce rôle essentiel de la médiation de Marguerite Yourcenar, l’exposition de Tivoli l’a mis en lumière en 2013. Plus près de nous, le musée Marguerite Yourcenar de Saint-Jans-Cappel, situé en contrebas de la Villa du Mont Noir où l’écrivaine a passé une partie de son enfance, a organisé en 2011 une exposition sur « Hadrien, empereur bâtisseur ». Ce n’est pas dans ce musée, mais dans la Villa elle-même, devenue résidence d’écrivains, que nous avons eu l’honneur d’être accueillis le samedi 30 septembre pour la dernière session du colloque. Ce lieu privilégié d’écriture a été créé par le Département du Nord dix ans après la mort de l’écrivaine, décédée le 17 décembre 1987, et fut inauguré le 25 septembre 1997, le Département ayant acquis en 1986 la propriété sur laquelle s’élevait la demeure de la famille de Marguerite Cleenewerck de Crayencour, détruite en 1917. Les dépendances ont été aménagées pour recevoir des écrivains, bénéficiant d’un cadre préservé et de conditions de travail idéales, et ce depuis vingt ans : notre manifestation s’inscrivait ainsi dans les festivités liées à cet anniversaire14.

  • 15 Nous remercions Achmy Halley (Villa Marguerite Yourcenar) et Véronique Mary (Forum antique de Bavay (...)
  • 16 L’exposition s’intitule « Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay » et se tiendra du 13 (...)
  • 17 Le 20 avril 2016 ; Yves Roman est l’auteur d’une biographie d’Hadrien : Roman 2008.

5Enfin, le Forum antique de Bavay a présenté en 2016 une superbe exposition intitulée « Marguerite Yourcenar et l’empereur Hadrien. Une réécriture de l’Antiquité » dont la Villa était également partenaire15. Cette exposition a donné lieu à une collaboration scientifique conjointe d’HALMA et du CELIS par la participation au comité scientifique de Rémy Poignault (Société Internationale d’Études Yourcenariennes), de Christine Hoët-van Cauwenberghe et de Christophe Hugot (HALMA) aux côtés de Véronique Mary, directrice du musée de Bavay, d’Isabelle Bollard-Raineau (alors attachée de conservation du musée et membre d’HALMA) et d’Achmy Halley (alors directeur de la Villa Marguerite Yourcenar). Ce musée, implanté sur le site même du forum de l’antique Bagacum, chef-lieu de la cité des Nerviens, propose chaque année des expositions d’une grande qualité16, et est partenaire de nos actions. Dans ce cadre, Yves Roman a donné une conférence sur la figure d’Hadrien17.

  • 18 Nous remercions Charles Mériaux, son doyen, et l’ensemble du conseil qui ont appuyé l’appel à proje (...)

6Après toutes ces expositions, mais plus modestement, nous nous devions de mettre sur pied à l’occasion de ce dix-neuvième centenaire et de ce colloque une opération de médiation à destination du grand public. L’exposition « Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien », présentée dans le hall de la Bibliothèque universitaire, a été préparée avec le concours d’étudiants de la Faculté des Sciences Historiques, Artistiques et Politiques (SHAP)18. Une équipe de six étudiants et jeunes chercheurs, de la deuxième année de licence au doctorat (Estelle Berlaire Gues, Gabriel Contesse, Maxime Genon, Marie Havaux, Imane Pirbay, Jean-Baptiste Roca), s’est distinguée par son dynamisme en rédigeant le texte des posters, en animant les ateliers et en donnant des conférences. Cette manifestation doit beaucoup au travail de Christophe Hugot, qui a œuvré à sa réussite au nom du Learning Center de l’Université de Lille. Il contribue aussi à ce livre par un article qui pourrait sembler insolite, voire improbable, mais qui est extrêmement révélateur de la réception d’un monument attaché à la mémoire de Trajan, la colonne et plus particulièrement l’inscription de sa base, qui a inspiré la police de caractères « Trajan ». Cette exposition sur les mémoires de ces deux princes, qui s’est terminée le 11 octobre 2017, a ensuite été présentée pendant un mois à la Bibliothèque universitaire de l’Université du Littoral Côte d’Opale à Boulogne-sur-Mer.

  • 19 Ces conférences ont été données dans le cadre de l’atelier d’épigraphie et de numismatique du labor (...)

7Enfin, notre colloque a été précédé par divers travaux préparatoires, séances de séminaire, ateliers, qui ont impliqué les étudiants de la Faculté SHAP, en particulier les étudiants de master Mondes Anciens (Maxime Genon et Jean-Baptiste Roca) et les doctorants (Estelle Berlaire Gues et Marie Havaux). On mentionnera entre autres une belle séance de séminaire en février 2017, qui a réuni Michel Amandry et Rémy Poignault, autour du thème « Hadrien, un empereur de l’âge d’or : figure et réception19 ». C’est cette même idée d’Âge d’or que l’arc de Constantin, érigé à Rome en 315 apr. J.-C., véhiculait déjà, comme le montre dans ce volume Caroline Blonce étudiant le remploi iconographique d’un certain nombre d’éléments où figurent Trajan et Hadrien et qui insèrent ces images dans une continuité idéalisée.

8Mais entrons dans le vif du sujet et, au-delà de la seule figure de l’empereur de l’Âge d’or, voyons pourquoi nous avons souhaité, à l’occasion de ce colloque et tout au long de ce volume, étudier la réception de Trajan tout autant que celle d’Hadrien.

  • 20 Cizek 1983 ; Bennett 1997.

9À première vue, tout oppose la manière dont on s’est souvenu de Trajan de celle dont on a gardé mémoire d’Hadrien. Le premier apparaît de son vivant comme « le meilleur des empereurs » (optimus princeps), tant en raison de ses victoires et de ses conquêtes que pour sa bonne entente avec le Sénat et pour le souci dont il a fait preuve envers les populations de l’Empire, et singulièrement de sa capitale20. Les textes des périodes ultérieures ne cessent de le présenter comme un prince conquérant, désireux d’étendre les frontières de l’Empire et parvenant, après ses conquêtes lors de la guerre parthique, à lui donner la plus grande extension qu’il connaîtrait jamais, jusqu’aux rives du Golfe Persique. Jusqu’au milieu du xxe siècle, mais sans doute moins dans les dernières décennies, ce « presque Alexandre » a fasciné tous ceux pour qui la grandeur de Rome est avant tout celle de ses légions.

  • 21 Voir avant tout Hingley 2012.
  • 22 Birley 1997.

10Hadrien est au contraire décrit par une longue historiographie comme celui qui mit fin à l’expansion territoriale et retrancha l’Empire romain derrière le limes : le mur qui porte aujourd’hui son nom, et qui barre l’île de Bretagne de la mer à la mer (voir infra fig. 9), en serait le symbole. Pourtant, tout au long du Moyen Âge et jusqu’au xixe siècle, cette structure a le plus souvent été attribuée à son successeur Septime Sévère (193-211)21… que personne n’irait accuser d’avoir manqué de qualités martiales ! Il reste que, là où Trajan parcourt l’Empire à la tête de ses légions pour conquérir des territoires, Hadrien voyage pour son agrément, pour gouverner, pour faire sentir la présence du prince dans un très grand nombre de provinces. Cet aspect de la figure d’Hadrien est développé dans ce volume par Sylvain Destephen, qui propose d’être à l’écoute des échos dans le temps long de ce prince voyageur qu’Anthony Birley a appelé « the restless Emperor22 », « l’empereur jamais en repos »…

  • 23 Nous renvoyons par exemple à la façon dont les Pères de l’Église ont traité l’image d’Antinoüs, qu’ (...)

11Les fortunes et les réputations contrastées de la mémoire d’Hadrien tiennent aussi à bien d’autres traits par lesquels son image a été opposée à celle de son prédécesseur. Esthète, ami des arts et de la culture hellénique, il est parfois présenté comme efféminé, « l’affaire Antinoüs » suscitant des réactions très diverses selon les périodes et les milieux, de la condamnation la plus vive à la fascination (fig. 4)23. Les approches genrées de la réception de nos deux empereurs présentent de fait un grand intérêt, dans l’historiographie comme dans les arts. La question de l’homosexualité et de sa réception dans les siècles ultérieurs (en particulier au xxe siècle) concerne en réalité les deux empereurs, avec des portraits souvent très différents.

Fig. 4. Buste d’Antinoüs, Glyptothèque de Munich.

Fig. 4. Buste d’Antinoüs, Glyptothèque de Munich.

© C. Hoët-van Cauwenberghe.

  • 24 C’est aussi un monument participant de la mémoire de ce prince : voir Cavalieri 2013. On se souvien (...)

12Sous cet angle, même leur pilosité peut s’avérer intéressante : paradoxalement (du moins en apparence), le « viril » Trajan (fig. 5) est glabre (comme ses prédécesseurs), alors qu’Hadrien (fig. 6) est barbu (comme ses successeurs). C’est que la question de leur pilosité ne tient pas seulement à des aspects de genre et de sexualité : elle touche aussi à leur rapport à l’humanisme, à la romanité, à l’hellénisme et aux arts. La Villa Hadriana de Tivoli24 est emblématique d’un empereur que l’on continue à voir comme le prince esthète par excellence. Pour autant, Trajan n’était pas sans intérêt pour l’art, y compris l’art hellénisant, comme en témoigne le soutien qu’il a apporté à Apollodore de Damas.

Fig. 5. Buste de Trajan, Glyptothèque de Munich.

Fig. 5. Buste de Trajan, Glyptothèque de Munich.

© Wikimedia Commons.

Fig. 6. Buste d’Hadrien, Musée archéologique de Séville.

Fig. 6. Buste d’Hadrien, Musée archéologique de Séville.

© C. Hoët-van Cauwenberghe.

13Bien des traits rapprochent de fait ces deux personnages, et leur mémoire a pu, à l’occasion, conserver une trace de ces points communs. Tous deux descendants de colons romains implantés en Bétique dans la colonie d’Italica, au nord-ouest de Séville : ils sont donc les premiers Romains provinciaux à accéder à l’Empire. Trajan et Hadrien sont parents (fig. 7), et ce n’est pas là un trait anecdotique : au moment de la succession de 117, la logique de la parenté par mariage l’a emporté sur le discours sur l’optimus princeps.

Fig. 7. Arbre généalogique simplifié de Trajan et d’Hadrien.

Fig. 7. Arbre généalogique simplifié de Trajan et d’Hadrien.

© C. Hoët-van Cauwenberghe.

  • 25 Par commodité, nous renvoyons à la synthèse qui reprend l’ensemble du dossier : Le Bohec 2003 ; voi (...)

14Or cette dimension proprement dynastique n’a pas été oubliée dans les siècles ultérieurs. Étienne Wolff montre comment leur commune origine hispanique, qu’ils partagent en outre avec leur lointain successeur Théodose Ier (379-395), a été utilisée par ce dernier pour revendiquer une parenté avec l’ensemble de la « dynastie antonine ». En outre, l’un comme l’autre ont reçu une formation militaire : ce qui semble évident pour Trajan est aussi vrai d’Hadrien, qui a accompli trois milices et a participé à bien des campagnes. La découverte de la base de la colonne inscrite de Lambèse25, sur laquelle Hadrien a fait graver les allocutiones qu’il prononça en 128 devant les soldats de la iiie légion Auguste et pour les différents corps de troupes auxiliaires, a offert aux historiens la possibilité de mesurer la réponse du prince à ses détracteurs qui lui reprochaient de préférer la paix à la guerre, l’indolence à la uirtus. Le texte conservé exalte l’exercitatio et la disciplina, montrant un Hadrien soucieux de maintenir l’armée en une activité saine et virile. Une pierre pour contribuer à recomposer l’image d’Hadrien…

  • 26 Rappelons que la première section des Mémoires d’Hadrien, où le narrateur Hadrien évoque longuement (...)

15Il apparaît néanmoins que, malgré ces traits communs, les deux empereurs n’ont cessé d’être pensés, et surtout pensés ensemble, dans l’historiographie ainsi que dans les arts et la littérature, comme des modèles de prince diamétralement opposés : viril contre efféminé, conquérant contre prudent, ami du Sénat contre meurtrier des « quatre consulaires », ouvert contre calculateur, mais aussi soldat contre esthète, droit (voire rigide) contre souple (voire retors), simplex contre multiplex26, voire Romain contre Grec. Trajan le Romain, défenseur du mos maiorum, a pu être vu comme le symétrique d’Hadrien, le « petit Grec » (graeculus). Trajan apparaît comme l’ami du Sénat et Hadrien en despote sanglant. Les résonances de cette divergence de politiques et d’images transparaissent de manière forte sur la très longue durée, comme le souligne Cyrielle Landrea. Ainsi l’admiration de Bossuet pour les qualités de Trajan a pour miroir négatif sa haine pour Hadrien et ses mœurs « dépravées ». Maria Kantiréa révèle quant à elle, dans les provinces hellénisées, les traces conservées d’un Trajan très « républicain » face à un Hadrien plus « romain », ferment d’unité, qui conserve encore des traces mémorielles dans le monde grec actuel.

16Ces deux mémoires, bien souvent pensées ensemble, ont sans doute été actives dès le règne d’Hadrien. L’épisode de la succession de 117 a donné lieu à bien des spéculations et a été traité de manières très diverses : il a pu donner l’occasion de louer l’intelligence politique d’Hadrien, ou au contraire de le présenter comme un calculateur sans scrupule. Il est certain, en tout cas, qu’Hadrien lui-même a tenu à exalter autant qu’à instrumentaliser la mémoire de son prédécesseur, comme le montrent par exemple les sources numismatiques mais, aussi, dans l’épigraphie, la reprise d’éléments de leur nom ou de leur titulature. La mémoire de Trajan commence donc dès le mois d’août 117, et celle d’Hadrien dès sa mort en 138. Cet aspect d’une mémoire très vite façonnée sous et par le successeur est développé ici en suivant trois pistes de réflexion : Novella Lapini analyse d’abord la façon dont les sources ont traité la passation de pouvoir entre Trajan et Hadrien et décrypte les topoi littéraires qui se cachent derrière cet épisode ; Françoise Lecocq étudie ensuite dans le monnayage d’or le phénix impérial qui fait le lien entre la mémoire de Trajan et le pouvoir d’Hadrien ; enfin Christelle Ansel montre comment un monument, l’arc de Bénévent, offert par le Sénat à Trajan, voit sa décoration achevée sur ordre d’Hadrien avec des instructions précises.

17Cette réception se poursuit jusqu’aux productions les plus récentes, qu’il s’agisse de discours savants (historiographie), d’œuvres d’art (littérature en particulier) ou de médiation culturelle (muséographie, expositions). Le colloque a eu par conséquent l’ambition d’étudier la mémoire de ces deux empereurs au cours de l’ensemble des périodes qui s’étendent entre 117 et 2017. Grâce à une approche résolument pluridisciplinaire, nous parcourons donc, dans ce livre, à travers les articles issus des communications et les posters présentés lors du colloque, le temps long qui nous sépare de l’année 117.

18À la fin de l’Antiquité, puis au début du Moyen Âge, les deux empereurs restent présents dans les mémoires. Pour ses successeurs du iiie siècle, Trajan était de toute évidence un modèle des plus prestigieux. Dèce (249-251) s’attribue ainsi le nom même de Trajan ; quant à Gallien (260-268), Jean-Marc Doyen montre à travers son monnayage comment il a puisé à la figure du prince idéal et vertueux. Dans le même temps, le souvenir des deux empereurs est pour le moins contrasté dans les mémoires chrétiennes et juives. Trajan est en général reconnu jusque dans l’historiographie moderne comme un persécuteur « modéré » des chrétiens, peut-être par contraste avec son homonyme Trajan Dèce, persécuteur par excellence. Hadrien de son côté semble moins connu des auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, mais il n’est pas absent pour autant, tant du côté juif que du côté chrétien. Il reste que les chroniqueurs et les auteurs religieux des ive-vie siècles s’intéressent peu à ces empereurs, dont les règnes sont généralement traités de manière rapide et rarement en détail. Ainsi, si pour nous le souvenir des guerres juives reste associé à Hadrien, Christophe Batsch montre que le Talmud conserve la mémoire d’un long « temps de persécution » au sein duquel les figures individuelles d’empereurs et d’agents impériaux (Trajan et Hadrien, mais aussi Titus ou le gouverneur de Judée Lusius Quietus) tendent à se brouiller. C’est plutôt du côté des mémoires locales que l’on peut trouver, à l’occasion, un intérêt plus soutenu pour l’un ou l’autre des deux empereurs. Ces traces, qui trouvent bien souvent leur source dans une activité ou un lien particulier de Trajan ou d’Hadrien avec une cité ou une région de l’Empire, ne sont alors pas sans intérêt pour l’histoire de la période antonine. Livia Capponi se penche ainsi sur le cas d’Alexandrie, à travers le corpus des Acta Alexandrinorum ou « Actes des martyrs païens », qui marquent le souvenir de la justice impériale dans la capitale égyptienne. De même, la Chronique de Jean Malalas, composée à Antioche au vie siècle et étudiée ici par Alessandro Galimberti et Marco Rizzi, témoigne par certains détails, absents d’autres compilations, du maintien d’une mémoire longue de la présence impériale dans la cité au temps de la guerre parthique.

  • 27 Nous nous permettons de renvoyer à Gautier 2017, chap. 5, intitulé « Trajan chez les Northumbriens  (...)

19Une seconde mémoire chrétienne de Trajan, très différente de la première, émerge pourtant au cours du Moyen Âge. En effet, s’il existe une mémoire historique et politique de Trajan, principalement médiatisée par les compilations de l’Antiquité tardive, on voit aussi se former une mémoire hagiographique, dans laquelle Trajan joue le rôle du païen juste et vertueux, sauvé et admis au paradis grâce aux larmes du pape Grégoire le Grand (590-604). Le premier témoignage connu de cette tradition remonte au début du viiie siècle et provient d’une Vie de Grégoire le Grand écrite dans une abbaye du nord de l’Angleterre. Quelle que soit l’origine, romaine – comme l’expliquent Pere Maymó i Capdevila et Juan Antonio Jiménez Sánchez, qui démêlent l’écheveau des instrumentalisations possibles de la légende dans l’entourage des papes – ou anglo-saxonne – comme l’a récemment soutenu Alban Gautier27 – de cet étrange épisode, sa fortune théologique et littéraire est immense. Il se diffuse dès le ixe siècle dans le monde latin, mais aussi byzantin, faisant peu à peu de Trajan l’un des deux seuls païens que Dante, au xiiie siècle, admettra dans son Paradis. André Descorps-Declère montre pourtant que les deux mémoires chrétiennes de Trajan sont longtemps restées étanches : ce n’est qu’au xiie siècle, avec Abélard et surtout Jean de Salisbury, qu’elles convergent et se trouvent confrontées. La « justice de Trajan » (fig. 8) passe alors au premier plan et rejoint le discours politique sur le « meilleur des princes ». Pourtant, même à cette époque, de nombreux hagiographes continuent à ne voir dans Trajan et Hadrien que des personnages d’arrière-plan, des faire-valoir de la « légende » de saints aux aventures rocambolesques, comme Clément et Eustache : c’est ce dernier dont les multiples Vies en ancien et moyen français sont analysées par Françoise Laurent, qui explique comment l’image des deux monarques – ici, Trajan protecteur, Hadrien persécuteur – est modifiée et recyclée par les auteurs vernaculaires des xiie-xve siècles français.

Fig. 8. La justice de Trajan : détail de la Tapisserie dite de Trajan et d’Herkinbald.

Fig. 8. La justice de Trajan : détail de la Tapisserie dite de Trajan et d’Herkinbald.

Ouvrage flamand du xve siècle sur carton de Roger de la Pasture, Musée historique de Berne.

© Wikimedia Commons.

  • 28 Plusieurs statues colossales d’Hadrien et des membres de sa famille ont été exhumées en 2007 et cel (...)

20Les représentations figurées des deux princes ont elles aussi beaucoup varié avec le temps. Le corpus déjà considérable des statues et bustes antiques s’est récemment augmenté, suite à la découverte en 2007 à Sagalassos en Pisidie, dans le sud de la Turquie actuelle, d’un buste monumental d’Hadrien28. Dans les siècles suivants, des portraits continuent d’être réalisés sur les supports les plus divers. C’est le cas, par exemple, des nombreuses œuvres qui donnent à voir la scène, incontournable depuis le Moyen Âge, de la justice de Trajan. Comme dans les Vies de Grégoire le Grand, comme chez Dante surtout, ces tableaux montrent le plus souvent une veuve éplorée suppliant l’empereur de lui faire justice pour la mort de son fils. Trajan, toujours à cheval, prêt à partir en campagne, répond favorablement à la demande de la veuve. C’est ce geste qui lui aurait valu le salut, mais remarquons au passage que la figure de l’empereur militaire, en armure et juché sur son destrier, est très souvent mise en avant sur ces images.

21Trajan et Hadrien ont été tous deux des empereurs bâtisseurs. Notre perception de leur politique monumentale ne cesse d’évoluer, comme le montrent les découvertes récentes présentées par Michèle Villetard, qui évoque ici les auditoria mis au jour à Rome entre 2007 et 2010 : ces monuments révélateurs de la pensée et des projets architecturaux d’Hadrien, homme cultivé, amateur d’art, fin connaisseur de la Grèce, complètent notre approche de la topographie des forums impériaux. Mais la mémoire des deux empereurs a été principalement entretenue et diffusée à travers des monuments qui sont restés visibles au cours des dix-neuf siècles écoulés. Là encore, les lieux communs doivent être questionnés.

22Deux monuments peuvent ici être regardés comme emblématiques de leur rapport à l’architecture autant que de leur vision politique : la colonne Trajane d’une part (voir infra fig. 10), le mur d’Hadrien de l’autre (fig. 9). Et de fait, si la colonne est verticale et a priori virile, le mur est horizontal ; mais la colonne est un édifice civique, et le mur un édifice militaire : les stéréotypes jouent ici à front renversé. En outre, Martin Galinier comme Alban Gautier rappellent combien le brouillage des attributions a longtemps présidé à la connaissance de ces deux monuments. La colonne, souvent désignée comme « Troyenne » plus que « Trajane », n’a donc pas toujours servi de support à la mémoire du prince dont les cendres y avaient été déposées, et a même été regardée au xve siècle comme une colonna Adriana. Quant au mur, son attribution à Hadrien a été oubliée pendant plus de dix-sept siècles avant que des érudits anglais du xixe siècle n’identifient le véritable commanditaire en réinterprétant les données épigraphiques à la lumière d’un passage longtemps négligé de l’Histoire Auguste.

Fig. 9. Mur d’Hadrien, fortin n° 39 (Castle Nick).

Fig. 9. Mur d’Hadrien, fortin n° 39 (Castle Nick).

© F. Beirnaert.

  • 29 Hekster & Jansen (dir.) 2015.

23À ces deux monuments, on ajoutera un troisième qui fait l’objet d’une restauration, le Panthéon, qui symbolise à la fois la continuité et les ruptures entre les deux empereurs : envisagé par Trajan, réalisé par Hadrien, il aurait été critiqué par Apollodore. L’image du Panthéon fascine et elle est bien souvent choisie comme illustration de couverture pour les ouvrages traitant d’Hadrien comme celui récemment dirigé par Olivier Hekster et Corjo Jansen29. Les innombrables tableaux, gravures, dessins, de ce monument ont aussi contribué à la réception de l’Âge d’or des Antonins. Les gravures de Piranèse (voir infra fig. 10), en particulier, ont beaucoup inspiré Marguerite Yourcenar, qui en décorait les murs de sa maison à Petite Plaisance.

24Un autre pan important de la réception de nos deux empereurs, la littérature qui les concerne, ne se résume pas au roman de Marguerite Yourcenar. Certes, on l’a dit, l’œuvre a marqué et continue à marquer le champ littéraire et la mémoire collective, et conserve une certaine aura. Mémoires d’Hadrien fait ainsi partie de la « Bibliothèque idéale » esquissée par un hors-série du Nouvel Observateur30 ; le roman figurait déjà en 1999 parmi les « Cent livres du siècle » recensés par la FNAC et le journal Le Monde31 ; il fait enfin partie (en 524e position) des « 1 001 livres qu’il faut avoir lus avant de mourir », compilée depuis 2008 par le critique anglais Peter Boxall32. Beaucoup d’écrivains de renom comme Thomas Mann, Yukio Mishima, François Mauriac, André Breton, Simone de Beauvoir ou Marguerite Duras n’ont pas caché l’admiration qu’ils portaient à ce livre et à son auteure, mais c’est aussi le cas d’hommes politiques comme François Mitterrand, Bill Clinton, Felipe González33… En retour, c’est d’abord Mémoires d’Hadrien qui rendit l’écrivaine célèbre. Le livre lui valut en effet le succès et les distinctions, faisant d’elle la première femme dont l’œuvre fut publiée de son vivant dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade », et bien sûr la première à entrer à l’Académie française en 1980. Elle marqua alors sa reconnaissance envers l’empereur, préférant un aureus d’Hadrien à l’épée traditionnelle en guise de symbole de l’honneur et de la fonction. C’est Alexandre Terneuil qui parle ici de cette auteure et de son art d’évoquer les visages des princes.

25Au-delà de la littérature, Trajan et Hadrien apparaissent aussi dans bien des œuvres d’art, de la Renaissance à nos jours. L’opéra s’est emparé des figures de ces princes et Rémy Poignault part du livret d’opéra de Métastase, Adriano in Siria, pour explorer depuis le xviiie siècle les transformations de l’image de l’Hadrien historique en un Adriano lyrique, avec les réécritures que cela implique. La contribution d’Édith Marcq analyse quant à elle le corpus pictural conservé dans les musées français et, bien au-delà de la seule Justice de Trajan de Delacroix, conservée au Musée des Beaux-Arts de Rouen, elle étend son étude à plusieurs autres compositions associées à l’un comme à l’autre prince.

  • 34 Sur le travail de réécriture de l’Antiquité à travers la bande dessinée, voir les études réunies da (...)
  • 35 Les Boucliers de Mars, scénario de G. Chaillet, dessins de C. Gine, Grenoble, Glénat : t. 1, Casus (...)
  • 36 Trajan, créé par S. Feld, dessiné par J. Hartwig, éditions Ammonit-Spiel, 2011 ; version française (...)

26Plus près de nous, Trajan et Hadrien sont aussi présents au cinéma, dans la bande dessinée34 et dans diverses productions artistiques européennes relevant de la culture populaire. Ainsi la série dessinée Les Boucliers de Mars de Gilles Chaillet et Christian Gine, récemment publiée chez Glénat, présente un Hadrien encore jeune – mais déjà barbu – qui tente sans succès d’empêcher le déclenchement de la guerre parthique voulue par Trajan : Trajan conquérant, Hadrien épris de paix, les stéréotypes fonctionnent à plein dans les trois volumes de la série35. De manière plus surprenante, l’exposition de Bavay faisait découvrir à ses visiteurs un extrait filmé à Tivoli du film de Xavier Beauvois N’oublie pas que tu vas mourir (1995), un sketch de l’émission comique des Deschiens comparant la lecture du roman de Marguerite Yourcenar aux performances de la cycliste Jeannie Longo (sic), ou encore un parfum signé Annick Goutal et nommé « Eau d’Hadrien ». On nous permettra d’ajouter à cette étonnante liste hétéroclite le jeu de société Trajan36, créé en 2011 par le concepteur allemand Stefan Feld, qui propose aux joueurs de se glisser dans l’Empire romain de l’an 100, « à l’apogée de sa gloire », et de s’identifier le temps d’une partie à des sénateurs, des militaires ou des marchands romains désireux de s’élever dans la hiérarchie sociale en levant des armées, en construisant des arcs de triomphe ou en ravitaillant l’Urbs. Ce jeu est le signe que si la culture du second xxe siècle, moins sensible au souvenir des princes guerriers, a pu négliger la figure de Trajan et privilégier celle de son successeur, le vainqueur des Daces et des Parthes reste bien associé à l’apogée de l’Empire, dont il constitue un symbole toujours opératoire.

  • 37 Jambu à paraître.

27L’analyse que nous pouvons faire en tenant compte du facteur temps peut aussi s’appliquer en quelque sorte à l’espace. À travers les arts populaires, la renommée des premiers Antonins a franchi le limes et fait florès bien loin de Rome ou des rives du Nil. Le manga Thermae Romae, écrit et dessiné par la mangaka japonaise Mari Yamazaki et analysé ici par Olivier Devillers, donne à voir un Hadrien déjà empereur, bâtisseur et esthète, dont l’architecte favori, mystérieusement transporté dans le Japon contemporain, puise une inspiration dans la longue et forte culture balnéaire de l’archipel ; Trajan y est, de manière symptomatique, absent. Quant au support de figure de ces princes que sont les monnaies, il a pu donner lieu à des remplois insolites. Dans les collections du Cabinet des Médailles à Paris, Jérôme Jambu a constaté que des monnaies de l’empereur Hadrien ont été réutilisées jusqu’aux Amériques, puisqu’un sesterce de l’empereur s’est retrouvé dans la circulation monétaire guadeloupéenne à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. C’est grâce à une contremarque, typique de l’île, que l’on est certain que la monnaie fut modifiée pour y circuler, peut-être auprès des populations serviles. Or si l’on a déjà rencontré des monnaies antiques dans la circulation monétaire du royaume de France à l’époque moderne, c’est le premier cas attesté pour l’espace colonial. Sans doute la métropole y envoyait-elle du piètre numéraire, ce que l’usure de la monnaie confirme37. « Hadrien en Amérique » aurait donc pu être le titre de cet article…

28Les mémoires de ces deux princes sont contrastées et ne peuvent laisser le lecteur indifférent. Tous deux avaient eux-mêmes une perception de la mémoire particulièrement aiguë et la volonté, typique des Romains, de la préserver. Toutefois, notons qu’ici encore ces deux princes entrent en opposition. C’est le Sénat d’une part qui, en décidant de placer les cendres de Trajan dans la base de la colonne Trajane (fig. 10), sur le forum qu’il avait fait construire, à l’intérieur même de l’Urbs, en faisait ainsi un héros, modèle pour la cité. Chez Hadrien au contraire, c’est la volonté propre du prince de bâtir un monument spécifique pour lui et pour les siens qui le pousse à édifier son mausolée (aujourd’hui Château Saint-Ange), préservant ainsi les restes et la mémoire des Antonins (fig. 11).

29À nous de rendre à chacun de ces deux empereurs, au long de ce volume, toute la place qui est la leur dans les réceptions diverses, nombreuses et multiformes de l’Âge d’or des Antonins.

Fig. 10. Base de la colonne Trajane, gravure de Piranèse, Trofeo o sia magnifica colonna coclide di marmo composta di grossi macigni, ove si veggono scolpite le due guerre Daciche fatte da Traiano, inalzata nel mezzo del Gran Foro eretto al medesimo imperatore per ordine del Senato e Popolo Romano doppo i suoi trionfi: Il tutto architettato da Apollodoro, Rome, 1774, planche III.

Fig. 10. Base de la colonne Trajane, gravure de Piranèse, Trofeo o sia magnifica colonna coclide di marmo composta di grossi macigni, ove si veggono scolpite le due guerre Daciche fatte da Traiano, inalzata nel mezzo del Gran Foro eretto al medesimo imperatore per ordine del Senato e Popolo Romano doppo i suoi trionfi: Il tutto architettato da Apollodoro, Rome, 1774, planche III.

© Wikimedia Commons.

Fig. 11. Château Saint-Ange (à l’origine Mausolée d’Hadrien) vu depuis le pont du Tibre.

Fig. 11. Château Saint-Ange (à l’origine Mausolée d’Hadrien) vu depuis le pont du Tibre.

© A. Gautier.

30La manifestation scientifique « Mémoires de Trajan, mémoires d’Hadrien » s’est tenue les 28, 29 et 30 septembre 2017 à Villeneuve-d’Ascq et à Saint-Jans-Cappel, sous la forme du xlie colloque international et pluridisciplinaire du laboratoire HALMA (UMR 8164, CNRS, Université de Lille, Ministère de la Culture), dirigé par Stéphane Benoist et Laurianne Sève. Il nous plaît de remercier ici divers acteurs et institutions pour le soutien et la confiance qui nous ont été accordés. Deux autres équipes de recherche universitaires sont partenaires du colloque et des actes présentés dans ce volume : l’unité de recherche HLLI (EA 4030, Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer), avec le soutien de l’Institut universitaire de France ; et l’unité de recherche CELIS (EA 4280, Université de Clermont Auvergne). Nous remercions aussi le Département du Nord et la direction de la Villa Marguerite Yourcenar de l’accueil qu’ils nous ont réservé à l’occasion de la dernière session du colloque. Soulignons enfin l’implication du secrétariat d’HALMA, le dévouement de Marie-Pierre Sampson, responsable administrative, de Jocelyne Casène, gestionnaire, et d’Olivier Rafidison, informaticien pour sa participation à la communication, notamment sur le site internet, qui ont veillé à l’accueil et au bon fonctionnement de cette organisation.

Bibliographie

Beirnaert-Mary & Halley (dir.) 2016 : V. Beirnaert-Mary & H. Halley (dir.), Marguerite Yourcenar et l’empereur Hadrien. Une réécriture de l’Antiquité, Gand, Snoeck, 2016.

Bennett 1997 : J. Bennett, Trajan Optimus Princeps. A Life and Times, Londres-New York, Routledge, 1997.

Benoist et alii 2009 : S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-van Cauwenberghe & S. Lefebvre (éd.), Mémoires partagées, mémoires disputées : écriture et réécriture de l’histoire, Actes du colloque de Carqueiranne (Var), des 18, 19 et 20 septembre 2008 (CRULH n° 39), Metz, 2009.

Benoist et alii 2011 : S. Benoist, A. Daguet-Gagey et C. Hoët-van Cauwenberghe (éd.), Figures d’Empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (iie s. av. n. è.–vie s. de n. è.), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011.

Benoist et alii 2016 : S. Benoist, A. Daguet-Gagey et C. Hoët-van Cauwenberghe (éd.), Une mémoire en actes. Espace, figures et discours dans le monde romain, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

Birley 1997 : A. R. Birley, Hadrian, the Restless Emperor, Londres-New York, Routledge, 1997.

Calandra et alii (dir.) 2013 : E. Calandra, B. Adembri & N. Giustozzi (dir.), Marguerite Yourcenar. Adriano, l’antichità immaginata (Tivoli, Villa Adriana, 28 marzo - 3 novembre 2013), Milan, Electa, 2013.

Cavalieri 2013 : M. Cavalieri, « La Villa delle Memorie. Un contrappunto tra letteratura e archeologia », dans Calandra et alii (dir.) 2013, p. 96-105.

Charles-Gaffiot & Lavagne (dir.) 1999 : J. Charles-Gaffiot & H. Lavagne (dir.), Hadrien. Trésors d’une villa impériale, Paris, Electa, 1999.

Cizek 1983 : E. Cizek, L’époque de Trajan : circonstances politiques et problèmes idéologiques, Bucarest, Editura Științifică și Enciclopedică, 1983.

Daguet-Gagey & Lefebvre (dir.) 2018 : A. Daguet-Gagey & S. Lefebvre (dir.), L’empereur Auguste et la mémoire des siècles, Arras, Artois Presses Université, 2018.

Destephen 2013-2014 : S. Destephen, « Antinoos au crible de la patristique », Jahrbuch für Antike und Christentum, 56-57, 2013-2014, p. 53-71.

Galinier 2007 : M. Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux (CEFR 382), Rome, École française de Rome, 2007.

Galinier 2017 : M. Galinier, « La colonne Trajane, “miroir” des princes, ou la fortune idéologique du monument de Trajan », dans Mitthof & Schörner (éd.) 2017, p. 229-249.

Gallego (dir.) 2015 : J. Gallego (dir.), La bande dessinée historique. Premier cycle : l’Antiquité, Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2015.

Gautier 2017 : A. Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Halley 2015 : A. Halley, Marguerite Yourcenar archives d’une vie d’écrivain, Gand, éd. Snoeck, 2015.

Halley 2016 : A. Halley, « Mémoires d’Hadrien : Genèse, réception et postérité d’un chef-d’œuvre », dans Beirnaert-Mary & Halley (dir.) 2016, p. 27-37.

Halley 2018 : A. Halley, Marguerite Yourcenar portrait intime, préface d’Amélie Nothomb, Paris, Flammarion, 2018.

Hekster & Jansen (dir.) 2015 : O. Hekster & C. Jansen (dir.), De wereld van Hadrianus, Nimègue, éd. Vantilt, 2015.

Hilali 2016 : A. Hilali, « L’empereur Hadrien parle à ses troupes : les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique (128 apr. J.-C.) », Revue des Études Latines, 94, 2016, p. 151-168.

Hingley 2012 : R. Hingley, Hadrian’s Wall: A Life, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Hoët-van Cauwenberghe 2016 : Chr. Hoët-van Cauwenberghe, « L’empereur Hadrien et la mémoire : de la construction antique à la création yourcenarienne », dans Beirnaert-Mary & Halley (dir.) 2016, p. 53-67.

Jambu à paraître : J. Jambu, « Hadrien aux Antilles. À propos des monnaies contremarquées de Guadeloupe », à paraître dans le Bulletin de la Société Historique de Guadeloupe.

Mitthof & Schörner (dir.) 2017 : F. Mitthof & G. Schörner (dir.), Columna Traiani: Traiansäule - Siegesmonument und Kriegsbericht in Bildern, Beiträge der Tagung in Wien anlässlich des 1900. Jahrestages der Einweihung, 9.-12. Mai 2013, Vienne, Holzhausen Verlag, 2017.

Opper 2008 : T. Opper, Hadrian: Empire and Conflict (Catalogue de l’exposition du British Museum, 24 juillet-26 octobre 2008), Londres, British Museum Press, 2008.

Opper (dir.) 2013 : T. Opper (dir.), Hadrian: Art, Politics and Economy, Londres, British Museum Press, 2013.

Paroles 2017 : Paroles d’écrivains (1998-2017), illustrées par les photographies de Louis Monier, 20 ans, Lille, Département du Nord/Villa Marguerite Yourcenar, 2017.

Poignault 1995 : R. Poignault, L’Antiquité dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Littérature, mythe et histoire (coll. Latomus 228), Bruxelles, Éditions Latomus, 1995.

RIC II : H. Mattingly & E. A. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, vol. II. Vespasian to Hadrian, Spink and Son, Londres, 1926, réimp. 1968, 1972.

Roman 2008 : Y. Roman, Hadrien, empereur virtuose, Paris, Payot, 2008.

Waelkens et alii (dir.) 2011 : M. Waelkens, J. Poblome & P. De Rynck (dir.), Sagalassos. City of Dreams. Catalogue d’exposition, Tongres, Musée gallo-romain de Tongres, 2011.

Woytek 2010 : B. Woytek, Die Reichsprägung des Kaisers Traianus (98-117) (Moneta Imperii Romani 14), Vienne, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2010.

Notes

1 Entretien intégré au film de Philippe Danoy, Dans l’île du Mont Désert (1975).

2 Ce séminaire a été mis en place au sein de l’école doctorale, dirigée par Catherine Maignant, à l’initiative de Didier Devauchelle et Stéphane Benoist par Jean-Christophe Jolivet et Christine Hoët-van Cauwenberghe. Il fait partie des séminaires interdisciplinaires proposés aux doctorants et se trouve animé en 2017-2018 par Karl Zieger, Séverine Clément-Tarantino, Thomas Benatouïl et Claudine Nédelec, avec pour thème « La ville et ses traces dans l’histoire et la littérature ». Les informations se trouvent sur le site de l’École Doctorale Lille Nord de France : https://edshs.meshs.fr/.

3 Le volume tiré de cette journée est paru récemment : Daguet-Gagey & Lefebvre (dir.) 2018.

4 Benoist et alii 2009.

5 Benoist et alii 2011.

6 Lefebvre (dir.) 2014.

7 Le dossier est paru dans les Cahiers du Centre Glotz, 24, 2013, p. 105-204 (S. Benoist [dir.]).

8 Benoist et alii 2016.

9 RIC II.

10 Woytek 2010.

11 On peut consulter le catalogue de l’exposition : Opper 2008. Voir aussi Opper (dir.) 2013.

12 De même : Calandra et alii (dir.) 2013.

13 Sur le travail des sources antiques accompli par Marguerite Yourcenar, voir les travaux de Rémy Poignault et particulièrement Poignault 1995.

14 Voir le catalogue Paroles 2017.

15 Nous remercions Achmy Halley (Villa Marguerite Yourcenar) et Véronique Mary (Forum antique de Bavay) pour leur aide. L’exposition s’est tenue du 3 février au 21 août 2016 ; voir aussi le catalogue, Beirnaert-Mary & Halley (dir.) 2016. Signalons aussi les travaux d’A. Halley sur Marguerite Yourcenar, en particulier Halley 2015.

16 L’exposition s’intitule « Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay » et se tiendra du 13 septembre 2018 au 22 janvier 2019 ; un catalogue sera également publié.

17 Le 20 avril 2016 ; Yves Roman est l’auteur d’une biographie d’Hadrien : Roman 2008.

18 Nous remercions Charles Mériaux, son doyen, et l’ensemble du conseil qui ont appuyé l’appel à projet que nous avions monté à cette occasion en vue de préparer les posters, les ateliers et les conférences.

19 Ces conférences ont été données dans le cadre de l’atelier d’épigraphie et de numismatique du laboratoire HALMA, animé par Jean-Marc Doyen et Christine Hoët-van Cauwenberghe ; on peut suivre ces manifestations sur le site du laboratoire : http://halma.univ-lille.fr.

20 Cizek 1983 ; Bennett 1997.

21 Voir avant tout Hingley 2012.

22 Birley 1997.

23 Nous renvoyons par exemple à la façon dont les Pères de l’Église ont traité l’image d’Antinoüs, qu’étudie Destephen 2013-2014 : l’attaque la plus virulente a été portée contre la divinisation du défunt, considérée au même titre que les cultes païens à combattre ; l’aspect homosexuel de la relation a en revanche pu être considéré comme trivial.

24 C’est aussi un monument participant de la mémoire de ce prince : voir Cavalieri 2013. On se souviendra également de l’exposition qui s’est tenue à Paris en 1999 et qui a donné naissance à un très beau catalogue : Charles-Gaffiot & Lavagne (dir.) 1999.

25 Par commodité, nous renvoyons à la synthèse qui reprend l’ensemble du dossier : Le Bohec 2003 ; voir aussi récemment : Hilali 2016.

26 Rappelons que la première section des Mémoires d’Hadrien, où le narrateur Hadrien évoque longuement le souvenir de son parent et prédécesseur, est intitulée « Varius multiplex multiformis », formule que Marguerite Yourcenar emprunte à l’Epit. Caes., 14.6, du Pseudo-Aurélius Victor : à un Trajan dont la rigide « simplicité » n’est pas sans brutalité, elle se plaît à opposer un Hadrien qui sait être subtil, « variable » et « multiple ».

27 Nous nous permettons de renvoyer à Gautier 2017, chap. 5, intitulé « Trajan chez les Northumbriens ».

28 Plusieurs statues colossales d’Hadrien et des membres de sa famille ont été exhumées en 2007 et celle d’Hadrien, dont il reste la tête, le bras droit et les deux jambes, laisse présager une statue complète de 4 à 5 m de haut. Ces pièces ont été présentées dans une exposition itinérante et un catalogue retraçant l’histoire de Sagalassos a été publié : Waelkens et alii (dir.) 2011. Elles sont actuellement visibles au musée de Burdur. L’empereur Hadrien fit au moins trois séjours en Asie Mineure (124, 129, 131-132).

29 Hekster & Jansen (dir.) 2015.

30 Le Nouvel Observateur, hors-série n° 82, janvier 2013.

31 https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_cent_livres_du_si%C3%A8cle, consulté le 12 septembre 2018.

32 https://1001bookreviews.com/the-1001-book-list/, consulté le 12 septembre 2018.

33 Voir Halley 2016.

34 Sur le travail de réécriture de l’Antiquité à travers la bande dessinée, voir les études réunies dans Gallego (dir.) 2015.

35 Les Boucliers de Mars, scénario de G. Chaillet, dessins de C. Gine, Grenoble, Glénat : t. 1, Casus Belli, 2011 ; t. 2, Sacrilèges, 2012 ; t. 3, Sémiramis, 2013.

36 Trajan, créé par S. Feld, dessiné par J. Hartwig, éditions Ammonit-Spiel, 2011 ; version française parue chez Gigamic en 2012. Stefan Feld s’est spécialisé dans la conception de jeux de société historiques (Les Châteaux de Bourgogne, Notre-Dame, etc.).

37 Jambu à paraître.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hadrien (à gauche) et Trajan (à droite), Vienne, Kunsthistorisches Museum.
Crédits © C. Hoët-van Cauwenberghe.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 2. Villa Hadriana, Tibur (Tivoli, Latium) : le « Canope ».
Crédits © I. Bollard-Raineau.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 3. Portrait de Marguerite Yourcenar par Jean-Pierre Corteggiani.
Crédits © J.-P. Corteggiani.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. Buste d’Antinoüs, Glyptothèque de Munich.
Crédits © C. Hoët-van Cauwenberghe.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 5. Buste de Trajan, Glyptothèque de Munich.
Crédits © Wikimedia Commons.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig. 6. Buste d’Hadrien, Musée archéologique de Séville.
Crédits © C. Hoët-van Cauwenberghe.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 7. Arbre généalogique simplifié de Trajan et d’Hadrien.
Crédits © C. Hoët-van Cauwenberghe.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Fig. 8. La justice de Trajan : détail de la Tapisserie dite de Trajan et d’Herkinbald.
Légende Ouvrage flamand du xve siècle sur carton de Roger de la Pasture, Musée historique de Berne.
Crédits © Wikimedia Commons.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Titre Fig. 9. Mur d’Hadrien, fortin n° 39 (Castle Nick).
Crédits © F. Beirnaert.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 10. Base de la colonne Trajane, gravure de Piranèse, Trofeo o sia magnifica colonna coclide di marmo composta di grossi macigni, ove si veggono scolpite le due guerre Daciche fatte da Traiano, inalzata nel mezzo del Gran Foro eretto al medesimo imperatore per ordine del Senato e Popolo Romano doppo i suoi trionfi: Il tutto architettato da Apollodoro, Rome, 1774, planche III.
Crédits © Wikimedia Commons.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Fig. 11. Château Saint-Ange (à l’origine Mausolée d’Hadrien) vu depuis le pont du Tibre.
Crédits © A. Gautier.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/92078/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site