Version classiqueVersion mobile

Agro-ressources et écosystèmes

 | 
Bernard Christophe
, 
Roland Pérez

Première partie. Contexte et cadre d'analyse

Introduction

Jean Pasquero

Texte intégral

1La première partie de cet ouvrage – intitulée « Contexte et cadre d′analyse » – vise à confronter le management des agro-ressources au cadre plus général de la gestion des systèmes socio-écologiques complexes. Elle réunit les présentations complémentaires de plusieurs personnalités.

  • 1 Center for the Sudy of Institutions, Population and Environmental Change (CIPEC), Indiana Universi (...)
  • 2 La professeure Ostrom (1933-2012) a reçu les plus hautes distinctions, notamment, en 2009, le prix (...)

2Le premier exposé est au cœur de la problématique de cet ouvrage. Il s′intéresse aux défis que pose la gouvernance des systèmes éco-sociaux à niveaux multiples, et propose une « boîte à outils » conceptuelle utilisable pour leur traitement. Cette question est l′un des axes de recherche du laboratoire fondé par Elinor Ostrom à l′Université d′Indiana1, collectif qui est à la fois multidisciplinaire et international, et dont la renommée n′est plus à faire2. C′est au nom de ce collectif qu′Eduardo S. Brondizio – anthropologue brésilien spécialiste des zones rurales – présente une recherche menée avec Elinor Ostrom et Oran R. Young (Université de Californie, États-Unis), tirée d′une étude de cas dans la forêt amazonienne. Le problème posé est significatif des difficultés issues de la complexité des écosystèmes sociaux contemporains. Ces systèmes, même les plus locaux, se caractérisent en effet par deux propriétés : ils sont interconnectés horizontalement avec maints autres systèmes, créant ainsi des réseaux complexes d′effets positifs ou négatifs réciproques ; ils sont aussi structurés verticalement en niveaux emboîtés, ce qui en complique la gouvernance. Si nous commençons à mieux comprendre quels sont les principes d′efficacité des systèmes isolables, nous sommes encore loin de savoir comment aborder la complexité des systèmes interconnectés.

3Deux questions sont ainsi posées : quel est le meilleur niveau de décision et quelle est la meilleure forme de gouvernance pour les systèmes éco-sociaux à niveaux multiples ? L′expérience montre qu′au moins deux dangers sont à éviter pour les décideurs. L′un est de proposer des solutions trop simples pour la complexité des problèmes à traiter. L′autre est de systématiquement transférer la responsabilité décisionnelle : soit vers le haut (coordination par la centralisation), soit vers le bas (application du principe de subsidiarité). La grande leçon à tirer des études recensées est en effet qu′il n′existe ni solution simple, ni solution universelle, ni niveau optimal unique : tout est question de circonstances, et donc de cas par cas. Les auteurs font valoir que plusieurs nouvelles formes de gouvernance ont été proposées dans la littérature pour sortir de cette confusion. Certaines sont prometteuses, estiment-ils, mais aucune ne semble encore s′imposer, souvent faute d′une expérience suffisamment longue. Ils en concluent, dans le même esprit que l′article de Kraft, qu′il faut donc intensifier les recherches sur cette problématique. Leur levier conceptuel est un raffinement de la notion très bourdieusienne de « capital social », qu′ils redéfinissent comme un ensemble de « règles institutionnelles partagées, surveillées (monitored) et suivies » par l′ensemble des parties prenantes. L′enjeu d′une bonne gouvernance multiniveaux est donc, selon eux, de parvenir à généraliser la diffusion de ce capital social à travers toutes les interactions horizontales et verticales des systèmes éco-sociaux complexes. La première étape consiste à développer une meilleure compréhension des multiples « interdépendances fonctionnelles » (functional interdependencies) qui prolifèrent entre les environnements physiques, biologiques, économiques et sociaux qui forment ces systèmes, de façon à mieux les maîtriser. La réflexion des auteurs, illustrée par le cas réel de la zone protégée PIX (un parc autogéré par 14 tribus indigènes dans l′Amazonie brésilienne), est riche de prolongements non seulement pour les systèmes agro-alimentaires, mais aussi pour tous les systèmes complexes. Elle démontre clairement que les systèmes éco-sociaux doivent être pensés comme des ensembles articulés et que, s′il existe quelques principes fondamentaux de gouvernance, aucun ne sera efficace sans un effort préalable d′adaptation par un gros travail de recherche sur le terrain. L′intérêt de cette perspective pour les systèmes d′agro-ressources est puissant.

4Michael Kraft (Université du Wisconsin, États-Unis) complète la réflexion en tant que spécialiste renommé des politiques environnementales aux États-Unis. Comme d′autres avant lui, il remet en question notre capacité collective à répondre aux besoins futurs de l′humanité tant que seront maintenus les modes de production actuels. Il en conclut qu′il est donc urgent de penser l′avenir dans le cadre d′une transition vers une nouvelle ère environnementale, l′ère de la durabilité (sustainability era). L′intérêt de cet article est qu′il dépasse largement ce constat. Kraft porte en effet son regard sur la volatilité des discours des différentes parties prenantes, et en particulier ceux des États et des opinions publiques, et sur les incohérences qui marquent leurs actions. Il en trouve en grande partie la cause dans la pauvreté de nos connaissances sur le « quoi faire » et sur le « comment le faire ». Pour Kraft, nous savons encore trop peu de choses utiles sur la nature profonde des défis de cette transition, de même que sur les modes d′action susceptibles de les domestiquer. Pire, nos politiques environnementales dépendent encore beaucoup trop d′idées reçues (assumptions), jamais testées, alors que de nombreuses expériences sont menées de par le Monde, à différents niveaux de responsabilité, rendant possible l′accumulation rapide d′un savoir fiable.

5Kraft encourage donc la communauté scientifique – et l′Université en particulier – à explorer le plus de cas possibles pour déterminer les conditions de succès de politiques environnementales efficaces face aux colossaux défis de l′avenir. Déjà semblent émerger plusieurs principes incontournables pour les politiques publiques. L′un est la nécessité de développer des approches multipartites, du genre de celle qui, par exemple, a guidé le « Grenelle de l′environnement » en France. Un autre est la nécessité de penser les politiques du futur en termes d′hybridation, c′est-à-dire de les inscrire dans des systèmes de gouvernance composites alliant politiques et réglementations étatiques, éléments de marché et conscientisation des populations et des responsables de tous les niveaux. Un troisième principe consiste à procéder par étapes plutôt que par bouleversements. Ces principes semblent communs à nombre d′expériences réussies et pointent vers des modes d′action prometteurs pour la nécessaire transition vers l′ère de la durabilité. Ils sont, de toute évidence, valables aussi pour l′agroalimentaire. Kraft se dit encouragé par les multiples expériences en cours. En observateur lucide toutefois, il nous met en garde contre trop d′illusions. Tirant les leçons des demi-succès des trente dernières années, il définit ainsi sa position comme celle d′un pessimisme d′espérance (hopeful pessimism). C′est aussi, espérons-le, la position d′un sain réalisme, susceptible de jeter les indispensables ponts entre pensée et action.

6Dans un troisième article, Jean-Marc Boussard (INRA Paris et AAF) se demande dans quelle mesure le système agro-alimentaire mondial est viable pour l′avenir. Cette question a fait l′objet d′un groupe de travail de l′Académie d′agriculture de France, qui a engagé une réflexion prospective sur les enjeux mondiaux posés par une demande toujours croissante en matière de productions agricoles et sur les conséquences qui en résultent, notamment en termes environnementaux. J-M. Boussard s′intéresse en particulier à l′avenir de la fracture Nord-Sud en matière de production alimentaire. Sa démarche est originale et balaie plusieurs idées reçues. Elle part d′une intrigante question : Malthus s′est-il vraiment trompé ? En première analyse, il ne fait pas de doute que ses prédictions de 1803 sur l′incompatibilité entre la croissance démographique et la contrainte d′un stock limité de terres cultivables ont été largement démenties par les faits. Deux facteurs ont déjoué cette prédiction : d′une part la conquête et la mise en valeur de nouvelles grandes surfaces arables (Amériques, Australie) ; mais d′autre part, surtout l′augmentation phénoménale des productivités agricoles (de l′ordre de 1 à 100, voire de 1 à 1000) grâce à l′accumulation continue de plusieurs sortes de capital (technique, financier, humain) qui n′étaient encore que marginales au début du XIXe siècle. Certains en concluent que pour que le Tiers-monde d′aujourd′hui puisse se nourrir malgré sa croissance démographique sans précédent, il suffirait ainsi de lui permettre l′accès à ces différentes formes de capital. Ce n′est pas si simple, nous explique Boussard. Il existe en effet plusieurs ordres de limites (physiques, écologiques, économiques) à la reproduction de ce modèle historique dans le monde contemporain. Malthus ne saurait donc être trop vite disqualifié.

7De ce diagnostic, J-M. Boussard tire deux scénarios possibles pour l′avenir. Dans le premier, baptisé « malthusien », le système alimentaire mondial se heurte à des limites que l′on pourrait qualifier de néo-malthusiennes. Il se scinde en deux systèmes autonomes, où les pays riches assurent seuls leur auto-suffisance alimentaire, alors que les pays pauvres, isolés des grands courants de productivité mondiaux, sont condamnés à la sous-production alimentaire. Dans le deuxième scénario, baptisé « anti-malthusien », le soussystème des pays pauvres s′intègre progressivement au système mondial et profite des différents types de capital qui ont si bien servi les pays riches dans le passé. Il ne s′agit pas de livrer l′agriculture du sud au libre marché international – ce qui mènerait directement au scénario malthusien – mais bien d′en guider l′intégration par des politiques nationales et internationales appropriées. L′article de J-M. Boussard est rafraîchissant, car en remettant en question certains mythes tenaces sur le concept de nature, de même que sur le rôle de la technologie, de la productivité et du marché, il nous permet de repenser les relations entre agriculture et environnement au-delà des idéologies et des schémas traditionnels.

8Dans un dernier article, c′est un confrère espagnol, Tomás García Azcárate (Commission de l′Union Européenne et AAF) qui aborde lui aussi les questions agricoles. Son niveau d′analyse est plus restreint que dans l′article précédent, puisqu′il se penche sur l′avenir possible de la politique agricole commune (PAC) de l′Union européenne, après la réforme prévue pour 2013. La problématique toutefois n′en est pas moins complexe qu′au niveau mondial, et interpelle tout autant les politiques environnementales. C′est que nous sommes en Europe ! García Azcárate recense les multiples facteurs responsables de la complexité des négociations, et propose lui aussi deux scénarios. Dans le scénario dit pessimiste, les négociateurs se laissent enfermer dans les cadres hérités d′un passé révolu, et tentent tant bien que mal d′ajuster leurs marchandages aux nouvelles conditions budgétaires européennes, de plus en plus restrictives.

9Dans le scénario dit optimiste, les négociateurs adoptent une tout autre démarche. Ils s′efforcent de réinventer les politiques communautaires en élargissant leur problématique au-delà des marchandages budgétaires vers une prise en compte des liens entre l′agro-alimentaire et l′ensemble de son contexte (énergie, changement climatique, diversité, protection de l′environnement, segmentation des marchés, gestion de risque, et surtout participation active de toutes les parties prenantes). Ce second scénario – le seul susceptible d′un avenir viable – est toutefois particulièrement exigeant. Il appelle en effet à une véritable révolution dans les processus décisionnels communautaires. García Azcárate nous en présente un tableau impressionnant. Il s′agit en particulier d′ancrer les négociations dans une vision évolutive et systémique de l′agro-alimentaire, de développer des objectifs supérieurs communs, d′élaborer des stratégies de collaboration subnationales sectorielles ou régionales, et de porter une attention permanente à leur légitimation auprès des opinions publiques. L′auteur pousse très loin le détail des mesures techniques nécessaires, et en cela dépasse la simple formulation de lignes directrices. Cette précision est une contribution substantielle aux autres textes de cette partie, car elle indique avec clarté l′ampleur des défis que pose la mise en pratique des principes généraux d′organisation des systèmes éco-sociaux. La conclusion de l′auteur a valeur universelle : « Un grand nombre des mesures possibles n′ont pas de coût budgétaire, ou ne l′ont que d′une manière très limitée. Il faut, en revanche, de l′audace et de la détermination ».

10Pris collectivement, les textes rassemblés dans cette partie présentent une exploration très diversifiée des questions portant sur les liens entre agro-alimentaire et environnement. Malgré leurs évidentes différences (sujet traité, profondeur théorique, applicabilité pratique), ils partagent plusieurs traits communs fondamentaux. Ainsi, tous s′attachent à déchiffrer les défis que posent des problématiques d′une brûlante actualité, tout à la fois complexes, de niveaux multiples et d′envergure sociétale. Tous définissent ces problématiques en termes de systèmes socio-techniques, alliant humains, nature, technologies et marché. Tous s′intéressent aux facteurs structurant ces problématiques et les envisagent sur le long terme. Tous sont tournés vers la suggestion de propositions et de pistes de solutions pour en améliorer l′efficacité. Tous reconnaissent que ces systèmes sont surdéterminés (nombreux facteurs causaux non isolables), et que l′un des problèmes principaux de leur gouvernance est l′articulation entre différents niveaux d′intervention. Enfin, tous insistent sur quelques orientations clés : le développement de systèmes de régulation hybrides fondés sur des partenariats multipartites, l′élaboration de schèmes de pensée et de principes supérieurs communs propices à la mobilisation collective, et la mise en oeuvre non pas d′une mais de plusieurs formes de capital. Les parties prenantes y jouent un rôle central, mais moins déterminant que ne le prétend la théorie des parties prenantes. Le rôle de l′État y reste important, mais il est redéfini comme force structurante des initiatives des parties prenantes plutôt que comme simple régulateur des comportements. Chacun à sa façon, ces textes appellent donc à une mobilisation de toutes les ressources dont dispose la société pour repenser les relations entre ses différents sous-systèmes et assurer la durabilité – sustainability – du monde que nous léguerons à nos enfants.

11Les auteurs qui sont présentés ici appartiennent tous à la catégorie enviable des « solutionneurs de problèmes ». Ils témoignent qu′un véritable corpus théorique est en constitution. Leurs développements sont en droite ligne du rapport Bruntland, et en ceci ils sont particulièrement stimulants. En un sens, ils contribuent à combler le retard pris dans le traitement de ces questions depuis quarante ans, car les problèmes fondamentaux approfondis dans ces articles novateurs étaient déjà posés par quelques pionniers dès les années 1960. La théorie générale des systèmes, sur laquelle reposent plusieurs de ces contributions, date de 1968 ; le premier rapport au Club de Rome – qui déjà réclamait une approche intégrée aux problèmes socio-environnementaux, fut publié en 1972 (Meadows et al., 1972) ; le deuxième – qui s′intéressait à la gouvernance multiniveaux, sortit en 1974 (Mesarovic and Pestel, 1974) ; quant au rapport Brundtland – qui formalisa l′appel aux partenariats multifonctionnels, il fut lancé il y a plus de 25 ans (1987). Devant la lenteur de l′appropriation collective d′une pensée et d′une action orientées vers la durabilité, nos auteurs ont donc tout-à-fait raison de ne professer qu′un optimisme mesuré.

12Il n′en reste pas moins que du Council on Sustainable Development aux États-Unis aux « Grenelle » de l′environnement en France, de l′avenir de la PAC en Europe à celui d′une région amazonienne au Brésil, les différents exposés composant cette première partie de l′ouvrage permettent non seulement de situer les questions en débat, mais également de prendre connaissance de grilles d′analyse et d′outils conceptuels utiles pour les appréhender dans leur complexité. Il reste maintenant à y intégrer la littérature en gestion, qui connaît un développement accéléré sur ces questions depuis quelques années (Pasquero, 2004, 2008). Car si changement il doit y avoir, dessiner de meilleurs systèmes de gouvernance ne suffira pas. Il faudra aussi que leurs principes soient traduits en actions sur le terrain, domaine par excellence des organisations. Plus que jamais, il est temps que nos facultés et écoles de management se saisissent sérieusement des problématiques de la durabilité et les transforment, pour le bien de tous, en outils de gestion. Voilà pour elles une occasion inespérée d′affirmer leur pertinence dans la construction commune d′un monde meilleur.

Bibliographie

Références

Meadows, Donella H., Meadows Dennis L., Randers, Jorgen, and Behrens, William W. III., The Limits to Growth (The first report to the club of Rome), New York, Universe Books, 1972

Mesarovic, Mihajlo D., and Pestel, Eduard C., Mankind at the turning point (The second report to the club of Rome), London, Hutchinson, 1974/75

Pasquero, J. 2004. « De l′éthique du marché à l′éthique de la responsabilité : les nouvelles formes de responsabilité sociale de l′entreprise ». In Diane-Gabrielle Tremblay et David Rolland (dir.), Responsabilité sociale d′entreprise et finance responsable : quels enjeux ? Québec : Presses de l′Université du Québec, p. 35-62

Pasquero. J. 2008. « Entreprise, Développement durable et Théorie des parties prenantes : esquisse d′un arrimage socio-constructionniste, Management International, vol 12, n ° 2, p 27-47

Notes

1 Center for the Sudy of Institutions, Population and Environmental Change (CIPEC), Indiana University, Bloomington (Indiana), États-Unis

2 La professeure Ostrom (1933-2012) a reçu les plus hautes distinctions, notamment, en 2009, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d′Alfred Nobel (dit ″Prix Nobel d′économie″).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search